Navigation – Plan du site
dossier Capsules temporelles

Le stockage géologique des déchets nucléaires : une anti-capsule temporelle

The geological storage of nuclear waste: an anti-time capsule
Sophie Poirot-Delpech et Laurence Raineau
p. 142-169

Résumés

Les déchets issus de l’industrie nucléaire nous confrontent à des problèmes inédits, tant d’un point de vue institutionnel que technique, en raison du danger qu’ils représentent sur des milliers, voire des millions d’années pour certains radionucléides. La réponse aujourd’hui envisagée est leur enfouissement dans les couches géologiques profondes, expérimenté in situ en France dans un laboratoire souterrain à Bure, en Lorraine, préfigurant un site de stockage. Les colis de déchets nucléaires devraient, telles des capsules temporelles, être confinés dans l’argile pour voyager dans le temps. Mais contrairement à celles-ci, ils le seraient pour n’être jamais exhumés et définitivement oubliés. À partir d’une enquête de terrain, cet article souligne la dimension paradoxale d’un projet qui, pour garantir que ces déchets ne deviennent de dangereux témoins de notre temps, finit par chercher à en préserver la mémoire.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Voyages dans le fond des temps
Enfouir pour oublier
Se souvenir d’avoir peur
Rendre le définitif réversible
Gouverner la mémoire du futur
Interroger le lieu
L’épreuve du fond

Aperçu du début du texte

Le point de vue de la crise dite environnementale remanie profondément les rapports que les sociétés entretiennent avec leur passé et leur futur, avec la mémoire et l’attente. Le passé du présent industriel devient ce chemin vers ce que certains géologues et chercheurs en sciences humaines appellent l’Anthropocène, moment de basculement où l’activité humaine apparaît comme la force géologique majeure. Quant au futur du présent, il oscille entre les promesses du post-humain et une vision apocalyptique. Dans ce contexte, l’activité nucléaire est présentée par ses partisans comme une réponse à la crise puisque son usage n’entraînerait pas ou peu d’émission de gaz à effet de serre (Chateauraynaud 2011). Si elle représente un danger pour le monde, c’est moins comme menace rampante d’un monde potentiellement invivable que comme celle d’une catastrophe, que régulièrement l’actualité rappelle avec ces événements majeurs que sont Fukushima et Tchernobyl. Mais le temps de la catastrophe n’est...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie Poirot-Delpech et Laurence Raineau, « Le stockage géologique des déchets nucléaires : une anti-capsule temporelle », Gradhiva, 28 | 2018, 142-169.

Référence électronique

Sophie Poirot-Delpech et Laurence Raineau, « Le stockage géologique des déchets nucléaires : une anti-capsule temporelle », Gradhiva [En ligne], 28 | 2018, mis en ligne le 28 novembre 2020, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/3777 ; DOI : 10.4000/gradhiva.3777

Haut de page

Auteurs

Sophie Poirot-Delpech

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre d’étude des techniques, des connaissances et des pratiques (Cetcopra)
sophie.poirot-delpech[at]univ-paris1.fr

Laurence Raineau

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne Centre d’étude des techniques, des connaissances et des pratiques (Cetcopra)
laurence.raineau[at]univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page