Navigation – Plan du site
Études et essais

Réappropriations contemporaines du rituel. Regards croisés sur le cinéma kuikuro (Haut-Xingu, Brésil) et le festival traditionnel luvale (Haut-Zambèze, Angola)

Contemporary reappropriations of a ritual. Compared perspectives on kuikuro cinema (upper Xingu, Brazil) and the luvale culture Festival (upper Zambezi, Angola)
Isabel Penoni
Traduction de Anne-Laure Bonvalot
p. 194-219

Résumés

L’article pose un regard croisé sur la récente production artistico-culturelle de deux populations autochtones : les Kuikuro du Haut-Xingu (Brésil) et les Luvale du Haut-Zambèze (Angola). L’analyse porte principalement sur la manière dont un rituel dit traditionnel se trouve réapproprié de façon inédite au moyen de nouvelles technologies et d’expressions artistico-culturelles contemporaines. Dans le cas des Kuikuro, il s’agit de réfléchir sur un ensemble de films qui abordent le rituel à travers un langage cinématographique articulant fiction et documentaire selon une nouvelle technique de la mémoire. Dans le cas des Luvale, en revanche, il s’agit d’analyser un spectacle renfermant une collection de « morceaux culturels » qui condensent et évoquent des séquences entières des principaux rituels luvale. On interrogera le rôle que jouent le festival luvale et le cinéma kuikuro dans la transmission et la préservation des savoirs rituels autochtones, c’est-à-dire, pour reprendre les termes locaux, la manière dont ces deux manifestations constituent, respectivement, un dispositif de « rappel » et un dispositif de « conservation » de la « culture ».

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Deux communautés, une même question ?
Un spectacle pour « se rappeler »
« Morceaux culturels »
D’une « moitié » à l’autre
Un cinéma pour « conserver »
Le jeu entre fiction et documentaire dans le cinéma kuikuro
Conclusion

Aperçu du début du texte

Fin juin 2012, je foulai pour la première fois le sol de la petite ville de Cazombo, à l’extrême est de l’Angola, en vue d’entamer mon travail de terrain chez les Luvale de la région. Initialement, mon idée était d’y rester le moins de temps possible et de gagner rapidement les hameaux alentour où je prévoyais de faire des recherches sur les rituels de guérison, plus connus sous le nom de rituels de mahamba. Un événement inattendu allait pourtant bouleverser mes projets. Moins d’un mois plus tard aurait lieu à Cazombo un grand festival, le Festival international traditionnel luvale : dès mon arrivée, la plupart de mes interlocuteurs m’ont convaincue de rester à Cazombo. Après tout, puisque toute la « culture » luvale serait exposée lors du festival, pourquoi irais-je chercher plus loin ?

Créé en 2010 et se tenant chaque année au mois de juillet (cœur de la saison sèche dans le Haut-Zambèze), le festival luvale est rapidement devenu mon principal objet de recherche, puis le sujet cent...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Isabel Penoni, « Réappropriations contemporaines du rituel. Regards croisés sur le cinéma kuikuro (Haut-Xingu, Brésil) et le festival traditionnel luvale (Haut-Zambèze, Angola) », Gradhiva, 28 | 2018, 194-219.

Référence électronique

Isabel Penoni, « Réappropriations contemporaines du rituel. Regards croisés sur le cinéma kuikuro (Haut-Xingu, Brésil) et le festival traditionnel luvale (Haut-Zambèze, Angola) », Gradhiva [En ligne], 28 | 2018, mis en ligne le 28 novembre 2020, consulté le 12 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/3849 ; DOI : 10.4000/gradhiva.3849

Haut de page

Auteur

Isabel Penoni

Université fédérale de l’état de Rio de Janeiro - Post-doctorante.
isabelpenoni[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page