Navigation – Plan du site
dossier Estrangemental

Cosmogonie et cosmologie

Philip K. Dick
Traduction de Hélène Collon
p. 30-49

Résumé

Inédit en français, « Cosmologie et cosmogonie » est un étrange essai spéculatif de Dick représentatif de sa seconde période (dite « mystique »). Comment expliquer l’anomalie, l’imperfection ou l’incomplétude fondamentale de notre monde ? En quoi un sandwich au jambon fait-il un bon modèle de réalité ? Et si la théologie était au fond de la science-fiction et vice-versa ? Voici quelques-unes des questions posées par cet exercice de cosmologie expérimentale où théologie et science-fiction deviennent une seule et même chose : un exercice spéculatif d’invention d’hypothèses de grande ampleur sur le travail des entités à l’œuvre au sein du cosmos, et au terme duquel la réalité se trouve plus ou moins acceptée, niée, modifiée ou réévaluée dans son statut d’apparence phénoménale.
L’écrivain puise ici à des sources d’inspirations diverses, gnostiques, chrétiennes et orientales pour se fabriquer une croyance viable mariant théologie et technologie. Il reprend notamment au théosophe allemand Jakob Böhme (1575-1624) l’hypothèse que Dieu serait en quelque sorte au stade larvaire, naîtrait à la conscience et aurait produit une image (notre monde) comme un grand exercice d’introspection pour se connaître lui-même, via un appareil de projection plus ou moins défaillant (Zebra). Dick se déclare plus loin « panenthéiste », notion qu’il emprunte au philosophe allemand Karl Christian Friedrich Krause (1781-1832). Tandis que le panthéisme affirme que tout est divin et que la divinité possède les mêmes limites spatio-temporelles que le cosmos, le panenthéisme postule l’existence d’une Entité bien plus grande que l’univers dont celui-ci n’est finalement qu’une partie. L’écrivain de science-fiction se range donc du côté d’Aristote, de Plotin, Maître Eckhart, Spinoza, Whitehead, de l’advaita vedanta, auxquels on aurait pu ajouter les prêtres aztèques aussi bien que beaucoup de peuples d’Amérique du nord. Il se déclare par ailleurs « acosmique » (expression empruntée à la philosophie de la religion de Hegel), voyant dans l’aspect phénoménal du cosmos soit une illusion d’optique soit une réalité incomplète ou inachevée, une idée partagée par Shankara, Platon, Spinoza, Hegel, Schopenhauer ou encore Whitehead.

Haut de page

Notes de la rédaction

Titre original : Cosmogony and Cosmology © 1987
The Estate of Philip K. Dick
All rights reserved.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Avantages de ce modèle
Ramifications de la réalité projetée en matière de déni de perception

Aperçu du début du texte

Fig. 1. Philippe Druillet, Illustration hommage à Philip K. Dick, 2019.

Fig. 1. Philippe Druillet, Illustration hommage à Philip K. Dick, 2019.

Quant à la réalité comme structure projetée : il semble que ce soit en effet une projection émanant d’un artefact, une machine didactique comparable à un ordinateur qui nous guide, nous programme et, plus généralement, nous gouverne tandis que nous agissons sans avoir conscience d’elle, à l’intérieur du monde projeté. Cet artefact, que j’appelle Zebra, a « créé » (ou seulement projeté) la réalité sous l’aspect d’un reflet fidèle de son créateur à lui, pour que celui-ci dispose d’un point de vue objectif lui permettant de se comprendre lui-même. En d’autres termes, le créateur (que Jakob Böhme, en 1616, dénomme l’Urgrund) est incité à se chercher un instrument de conscience de soi, de connaissance de soi, une opinion, une conception, une compréhension objectives de lui-même (il s’agit d’un vaste organisme vivant qui, sans ce reflet fidèle, est dépourvu d’attributs, d’aspects, raison pour ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philip K. Dick, « Cosmogonie et cosmologie », Gradhiva, 29 | 2019, 30-49.

Référence électronique

Philip K. Dick, « Cosmogonie et cosmologie », Gradhiva [En ligne], 29 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/4000 ; DOI : 10.4000/gradhiva.4000

Haut de page

Auteur

Philip K. Dick

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page