Navigation – Plan du site
dossier Estrangemental

La singularité fantôme. Hypnose, chasse aux spectres et cybernétique de la transmigration à Calcutta

Spectral Singularity Hypnosis. Ghost Hunting and Cybernetics of Transmigration in Calcutta
Emmanuel Grimaud
p. 50-83

Résumés

Cet article est un essai d’ethnographie dickienne, en hommage au dernier roman de Philip K. Dick, La Transmigration de Timothy Archer. À Calcutta, des patients explorent leurs « vies antérieures » dans le cabinet d’une hypnothérapeute, tandis que des chasseurs de fantômes enquêtent sur des maisons délabrées et tentent d’établir une communication avec des présences via des appareils électromagnétiques. Alors que l’hypnotiseuse mène sa propre enquête sur la transmigration à travers les visions de ses patients, démêlant leurs identités troublantes et en quoi elles pourraient être liées, les chasseurs en quête de signaux font leurs propres expériences qui visent à surmonter la paréidolie pour entrer en contact avec des corps inconnus. Si les deux sont liés, ce n’est pas uniquement parce que réincarnation et hantise sont les deux composantes d’un même circuit (la cybernétique du samsâra), qui devient ici terrain d’expérience. C’est aussi parce que hypnose et chasse aux spectres visent toutes deux, bien que par des moyens expérimentaux différents, à s’approcher d’un point de catastrophe, d’un seuil critique de présence (appelé singularité fantôme), qui marque le jaillissement d’une vie spectrale foisonnante et imprévisible et d’où la matière humaine ressort à la fois entièrement questionnée et recomposée.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Paranormal Calcutta
Les âmes errantes ne sont pas ce que l’on croit
Aux frontières de la mémoire
Soupe d’ondes
Synchronicité
Loterie cosmique
Conclusion

Aperçu du début du texte

Enfin, la conscience elle-même pourrait se dissoudre ou disparaître dans une humanité complètement éthérée, signant la perte de notre organisme si bien intégré, se transformant en masses d’atomes dans l’espace communiquant par rayonnement et se résolvant peut-être entièrement en lumière.

John Desmond Bernal, The World, the Flesh & the Devil, 1929.

L’énigme a perduré bien après le fameux concile de Lhassa (viiie siècle), où bouddhistes et hindous s’affrontèrent au sujet de la transmigration en espérant apporter une réponse définitive. Savoir ce qui se décompose ici, survit, se transforme, se recycle ou se réagrège – de l’âme, des facultés, de la mémoire cellulaire, du code ? – continue de stimuler un nombre incroyable d’enquêtes, d’expériences et de spéculations. Le débat ne concerne pas uniquement les réincarnationnistes, mais aussi la biologie (qui a encore bien du mal à dire de quelle mémoire génétique un embryon est exactement doté), et il déborde largement les espaces de spéculati...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Grimaud, « La singularité fantôme. Hypnose, chasse aux spectres et cybernétique de la transmigration à Calcutta », Gradhiva, 29 | 2019, 50-83.

Référence électronique

Emmanuel Grimaud, « La singularité fantôme. Hypnose, chasse aux spectres et cybernétique de la transmigration à Calcutta », Gradhiva [En ligne], 29 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 22 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/4011 ; DOI : 10.4000/gradhiva.4011

Haut de page

Auteur

Emmanuel Grimaud

CNRS-LESC
emmanuel.grimaud[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page