Navigation – Plan du site
dossier Estrangemental

L’amour d’air au Japon. Rituels de rencontre avec des voix venues d’ailleurs

Air Love in Japan: Encounter Rituals with Voices from Outer Space
Agnès Giard
p. 116-139

Résumés

Au Japon, les simulacres affectifs se multiplient sous la forme d’amante numérique, de boyfriend téléchargeable ou de copine interactive, programmés pour reproduire les mimiques de la séduction sur un écran de poche (smartphone ou console sans fil). L’attachement aux personnages fictifs porte le nom d’ « air amour » (ea ren’ai), par allusion à l’air guitar. Humour révélateur de ce que les consommateurs, hommes et femmes, font de ces jeux au Japon : des outils pour signifier le refus d’un monde ironiquement appelé « l’espace en 3D » (sanjigen no kûkan), c’est-à-dire « l’ici-bas ». La pratique de l’air amour (ea ren’ai) s’inscrit de fait dans une logique d’interaction avec l’invisible. Il s’agit de convoquer un être, en détournant les rituels de rencontre amoureuse au profit d’une scénographie dont les formes, hyper-codifiées, fournissent la mise en signes ostentatoire de ce que les adeptes des jeux nomment eux-mêmes « la fuite de la réalité ».

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article a été rédigé dans le cadre d’une recherche postdoctorale à Freie Universität Berlin, au sein du projet EMTECH (Emotional Machines: The Technological Transformation of Intimacy in Japan) supervisé par Elena Giannoulis.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Le phénomène de l’air amour : historique
Les otome games, des jeux pour smartphone
Les Diabolik Lovers

Aperçu du début du texte

« Si vous trouvez ce monde mauvais, vous devriez aller en voir quelques autres », propose Philip K. Dick lors de sa célèbre conférence de Metz en 1977, enjoignant aux nouvelles générations de ne pas se contenter de subir celui dans lequel elles vivent. Inventez d’autres mondes, suggère-t-il, citant l’exemple des Phone Freaks et autres « jeunes délinquants », dont l’éthique se résume à « s’esquiver, faire semblant, être ailleurs, falsifier » (Dick 1998 : 42) et qui sabotent les systèmes en créant des leurres ou des signaux parasites. « Dieu les en bénisse », ajoute Philip K. Dick, « que ce soit par paresse, par manque d’attention soutenue, perversité, tendances criminelles – peu importe l’étiquette qu’on leur colle sur le dos » (Ibid. : 36), ces « insurgés » pourraient très bien mettre en échec « le rêve blafard » d’une société productiviste prônant l’indistinction humain-machine pour satisfaire ses impératifs de rendement. Dénonçant cette « invivable […] vision du futur » dans leque...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnès Giard, « L’amour d’air au Japon. Rituels de rencontre avec des voix venues d’ailleurs », Gradhiva, 29 | 2019, 116-139.

Référence électronique

Agnès Giard, « L’amour d’air au Japon. Rituels de rencontre avec des voix venues d’ailleurs », Gradhiva [En ligne], 29 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 19 juin 2019. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/4082 ; DOI : 10.4000/gradhiva.4082

Haut de page

Auteur

Agnès Giard

Chercheuse associée à l’université de Paris Nanterre (Sophiapol), chercheuse postdoctorale à Freie Universität Berlin (EMTECH)
aniesu.giard[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page