Navigation – Plan du site
dossier Estrangemental

« La Faillite de l’imagination ». De l’existence scientifique de la sphère de Dyson

«The Failure of Imagination». About the Scientific Existence of the Dyson Sphere
Julien Wacquez
p. 188-221

Résumés

La sphère de Dyson est une mégastructure bâtie autour d’une étoile, qui en capte la lumière et la transforme en énergie. Bien que cette mégastructure n’ait jamais été observée et reste imaginaire, elle a été considérée comme une piste de recherche possible pour rendre compte des données collectées sur une étoile lointaine : KIC8462852. La sphère de Dyson, avant d’être une hypothèse de recherche, est une idée née de la lecture qu’un scientifique, Freeman Dyson, a faite d’un roman de science-fiction, Le Créateur d’étoiles d’Olaf Stapledon. En suivant le parcours de légitimation scientifique de cet objet et en analysant les discussions qu’il suscite, on relève différents types d’interférences entre la science et la science-fiction : l’inspiration, la référence et l’inversion des rôles entre l’une et l’autre.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Un objet de littérature et de science
L’article « inaugural » de Freeman Dyson
Le geste référentiel : inscrire l’objet du texte dans un programme de recherche
Le geste spéculatif : un artefact possible et nécessaire ?
Le geste prescriptif : définir un protocole d’enquête
Il est dangereux d’admettre que quoi que ce soit est impossible
Actualité de la sphère de Dyson en astrophysique
Le geste référentiel : réinscrire la sphère de Dyson dans l’actualité scientifique
Le geste prescriptif : l’anomalie comme opérateur « ontologique »
Le geste de précaution : la hiérarchie des hypothèses
La « faillite de l’imagination » ou l’ouverture des possibles
Pour une complémentarité des sciences
« À phénomène extraordinaire, explication extraordinaire »
L’anomalie KIC 8462852
Des « hypothèses » dégradées au rang de « scénarios »
Faire de la sphère de Dyson une hypothèse « comme les autres »
Soucis de crédibilité ou de légitimité ?
Conclusion : vers une anthropologie des « interférences »

Aperçu du début du texte

Un objet de littérature et de science

La sphère de Dyson est une fiction, un rêve n’ayant pas (encore) de phénoménalité. Puisqu’elle n’a jamais été observée, sa matérialité ne repose que sur des textes : des articles d’astrophysique et des récits de science-fiction. Et pourtant, cela ne signifie pas que la sphère de Dyson n’est qu’imaginaire. Cette fiction est réelle au sens où on peut la penser, la lire, écrire à son propos, la dessiner, voire mettre en place un protocole d’enquête afin de prouver son existence matérielle. Bien qu’absolument rien n’indique son existence, on peut tout de même en tracer la généalogie et chercher à comprendre en quoi elle fait sens. Elle est un objet d’investigation intéressant pour une anthropologie des sciences, car les textes la concernant ont pour ambition d’en faire une hypothèse scientifique testable empiriquement, c’est-à-dire de mettre à l’épreuve son existence physique.

La sphère de Dyson se présente comme une structure gigantesque bâtie autour...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Wacquez, « « La Faillite de l’imagination ». De l’existence scientifique de la sphère de Dyson », Gradhiva, 29 | 2019, 188-221.

Référence électronique

Julien Wacquez, « « La Faillite de l’imagination ». De l’existence scientifique de la sphère de Dyson », Gradhiva [En ligne], 29 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 22 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/4177 ; DOI : 10.4000/gradhiva.4177

Haut de page

Auteur

Julien Wacquez

CESPRA CNRS-EHESS CEFRES CNRS-MEAE
julien.wacquez[at]gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page