Navigation – Plan du site
dossier Estrangemental

Manhattan Transfer. Benjamin Lee Whorf diffracté par Philip K. Dick

Manhattan Transfer. Benjamin Lee Whorf diffracted by Philip K. Dick
Pierre Déléage
p. 222-249

Résumés

On dit des anthropologues qu’ils sont par vocation des spécialistes du relativisme. En étudiant les langues, les mythes, les rituels de sociétés au mode de vie le plus éloigné possible du leur, ils semblent souvent tourmentés par la recherche d’une pensée véritablement autre. Parfois, cette quête les fait trébucher et imaginer de toutes pièces une métaphysique nouvelle, étrange, mystérieuse, qu’ils imputent à une petite société méconnue. C’est le cas de l’ingénieur Benjamin Lee Whorf (1897-1941). En marge de l’école boasienne, il inventa une philosophie de l’événement et la présenta comme immanente à la langue et à la culture des Hopi d’Arizona. L’anthropologue se faisait ainsi écrivain de science-fiction. Une confrontation de ses travaux avec les ressorts de l’œuvre de Philip K. Dick, qui, lui aussi, n’a cessé d’imaginer des métaphysiques stupéfiantes et d’en dérouler les conséquences, permet de mettre au jour certaines des conditions fantasmatiques de l’anthropologie et d’explorer les rapports parfois subtils qu’entretiennent la science et la fiction.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14

Aperçu du début du texte

Dans le deuxième quart du xxe siècle, l’ingénieur Benjamin Lee Whorf, plutôt que d’essayer de décrire le monde et la pensée de la société qu’il se proposait d’étudier, finit par les inventer. À la recherche d’une pensée autre, il projeta sur la réalité ethnographique des Hopi d’Arizona une forme de pensée dérivée pour l’essentiel de son imaginaire et de problèmes propres à son milieu intellectuel d’origine. En marge de l’école boasienne, il élabora ainsi une pensée de l’événement qu’il voulut immanente à la langue des Hopi. Comme les écrivains de science-fiction, il rejeta les projets réaliste et naturaliste pour créer un monde et un mode de pensée stupéfiants. À la différence de ces écrivains, il n’assuma jamais le caractère fictionnel de ses travaux.

Auteur dont l’œuvre a atteint un des sommets de la science-fiction du xxe siècle, Philip K. Dick n’a cessé d’élaborer des dispositifs où non seulement un mode de pensée délirant se substituait à un mode de pensée ordinaire, mais où ces...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Déléage, « Manhattan Transfer. Benjamin Lee Whorf diffracté par Philip K. Dick », Gradhiva, 29 | 2019, 222-249.

Référence électronique

Pierre Déléage, « Manhattan Transfer. Benjamin Lee Whorf diffracté par Philip K. Dick », Gradhiva [En ligne], 29 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 21 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/4197 ; DOI : 10.4000/gradhiva.4197

Haut de page

Auteur

Pierre Déléage

Laboratoire d’anthropologie sociale
pierredeleage[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page