Navigation – Plan du site
dossier Précieux

Quelle sacralité pour l’objet de luxe ? Regard sur la société romaine au temps de Pline l’Ancien (ier siècle apr. J.-C.)

The Sacrality of Luxury Objects. A Look at Roman society in the time of the Elder Pliny (1st century AD)
Pierre Schneider
p. 32-51

Résumés

Cette contribution est une proposition de réponse d’historien à une question posée par des anthropologues : quelle sacralité les objets précieux peuvent-ils posséder ? J’ai abordé le problème dans le domaine de l’histoire antique, en me concentrant sur une catégorie spécifique d’objets précieux, à savoir les objets de luxe. Dans une première section, je définis le cadre spatial, temporel et social de cette étude, en l’occurrence la société romaine du Haut-Empire : c’est une société demandeuse d’objets précieux et/ou luxueux importés de l’Orient lointain. Dans la section suivante, je cherche à déterminer dans quelle mesure ces biens relèvent à la fois des catégories du précieux et du luxueux. Cette clarification conceptuelle conduit en dernière partie à poser la question de l’éventuelle forme de sacralité que ces objets de luxe ont pu endosser.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Le terrain de l’enquête : Rome, les routes de l’océan Indien et la consommation d’exotica au ier siècle apr. J.-C.
L’objet précieux et l’objet de luxe
Une sacralité marginale et transgressive
Conclusion

Aperçu du début du texte

Comment concevoir la sacralisation des biens précieux ? Depuis l’Essai sur le don, la question semble plus familière à l’anthropologie qu’à l’histoire. Marcel Mauss a, en effet, montré que les biens précieux détiennent des qualités ou des propriétés très particulières : le précieux est pour ainsi dire doté d’une force qui oblige, suscitant l’obligation absolue de rendre. Là se trouverait la nature sacrée des biens précieux, et l’on devine, en arrière-plan de l’échange, des enjeux d’ordre politique, économique, juridique, moral, religieux et social (Mauss 1925, en particulier 110-119). Or, vus sous l’angle de l’échange et de ses enjeux, les biens précieux deviennent accessibles à l’enquête historique, sous réserve de les identifier plus précisément. Relèvent en effet de cette dénomination les biens patrimoniaux, les objets de prestige, les œuvres d’art, les objets de valeur et d’autres encore, parmi lesquels les objets de luxe occupent une place particulière, car ils sont généralemen...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Schneider, « Quelle sacralité pour l’objet de luxe ? Regard sur la société romaine au temps de Pline l’Ancien (ier siècle apr. J.-C.) », Gradhiva, 30 | 2019, 32-51.

Référence électronique

Pierre Schneider, « Quelle sacralité pour l’objet de luxe ? Regard sur la société romaine au temps de Pline l’Ancien (ier siècle apr. J.-C.) », Gradhiva [En ligne], 30 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 13 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/4278 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gradhiva.4278

Haut de page

Auteur

Pierre Schneider

Université d’Artois
pierre.schneider[at]univ-artois.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page