Navigation – Plan du site
dossier Précieux

Le caractère marchand du fétiche et son secret. L’art de profiler les objets chez les antiquaires ouest-africains

The Commercial Aspect of the Fetish and Its Secret. The art of profiling objects among West African antique dealers
Julien Bondaz
p. 70-91

Résumés

Cet article propose d’analyser le travail des antiquaires ouest-africains, intermédiaires centraux du marché de l’art africain, en s’intéressant à la transformation conjointe d’objets magico-rituels en marchandises et en œuvres d’art. Il décrit les usages que les antiquaires ouest-africains font de la notion de « fétiche », autour de laquelle se jouent deux stratégies apparemment contradictoires de dépréciation et d’appréciation de ces objets paradoxaux. En fonction du contexte et de leurs interlocuteurs, les antiquaires insistent sur la distinction entre la sphère magico-rituelle et le marché de l’art ou, au contraire, sur les affinités entre leurs compétences et celles des « féticheurs », et au-delà entre la marchandise et le « fétiche » (affinités déjà soulignées par Karl Marx). L’entrée des « fétiches » dans le marché de l’art permet ainsi de mieux comprendre la production de leur valeur, qui relève d’un jeu sur leur triple potentialité : celle de fonctionner à la fois comme des objets magico-rituels, des marchandises et des œuvres d’art.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Le sacre du « fétiche »
Déprécier le pouvoir des « fétiches »
Apprécier l’« âme » des objets
Conclusion

Aperçu du début du texte

Les débats concernant la restitution des biens culturels africains et les polémiques ayant suivi la remise du rapport Sarr-Savoy commandé par le président de la République française à ce sujet ont eu pour intérêt, entre autres, de pointer le rôle central des antiquaires africains dans la mise en place du marché de l’art africain. Hélène Leloup, fameuse marchande d’art parisienne, expliquait par exemple, dans une tribune particulièrement critique :

Dire que ces biens furent « pillés » ou sous-entendre qu’ils furent « mal acquis », c’est d’abord ignorer l’existence de ces marchands africains et de ce marché déjà connu des musées européens. C’est aussi avoir une vision condescendante en insinuant que les Africains ne pouvaient apprécier la valeur de leur patrimoine.

L’argument prend certes l’apparence d’un syllogisme : il ne saurait être question de pillage si des acteurs africains ont eux-mêmes participé à l’entreprise de marchandisation des statues et des masques négociés dans les gale...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Bondaz, « Le caractère marchand du fétiche et son secret. L’art de profiler les objets chez les antiquaires ouest-africains », Gradhiva, 30 | 2019, 70-91.

Référence électronique

Julien Bondaz, « Le caractère marchand du fétiche et son secret. L’art de profiler les objets chez les antiquaires ouest-africains », Gradhiva [En ligne], 30 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 20 janvier 2020. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/4381 ; DOI : 10.4000/gradhiva.4381

Haut de page

Auteur

Julien Bondaz

Université Lumière Lyon 2
julien.bondaz[at]yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page