Navigation – Plan du site
dossier Précieux

Axiologie du précieux. Essai de modélisation

The Axiology of Preciousness. Some models
Nathalie Heinich
p. 92-107

Résumés

Cet article vise à caractériser le « précieux » à la lumière d’une modélisation des opérations d’attribution de valeur qui conduisent à une telle qualification, que ce soit par des mesures, des attachements ou des jugements, et qu’il s’agisse de choses, de personnes, d’actions ou d’états du monde. On y constatera la non-pertinence de la réduction économiste au « coûteux » pour définir le précieux, en même temps que l’importance des notions d’insubstituabilité, propre aux « objets-personnes » (les reliques, les fétiches, les œuvres d’art), et d’inaliénabilité, propre aux objets de patrimoine. Circulant de La Joconde au doudou, d’un tableau de Van Gogh à la robe de Marilyn ou à l’autographe de Johnny, l’on parcourra un répertoire de valeurs multiples : authenticité, beauté, plaisir, virtuosité, célébrité, spiritualité, affectivité, proximité, fonctionnalité, significativité, pérennité, rareté, universalité. Et l’on observera comment se déploient à propos du précieux les trois sens du mot « valeur » : la grandeur, le bien, le principe. Enfin, à la lumière de cet outil qu’est la « grammaire axiologique », nous serons en mesure de décider si et à quelles conditions la notion de « sacré » peut nous aider à penser la question du précieux.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2022.
Consulter cet article

Plan

Le précieux, du coûteux au sans prix
Objets-personnes
Mesure, attachement, jugement
La multiplicité des états de chose
Choses, personnes, actions, états du monde
Grandeur, biens, principes
Valeurs-principes
Amplificateurs de valeurs et régimes de qualification
Entre le déchet et le sacré

Aperçu du début du texte

Le précieux, du coûteux au sans prix

Partons du sens commun : le « précieux », c’est d’abord le coûteux, ce qui vaut très cher. Ce sont les pierres précieuses, les bijoux, les objets de luxe. Parfois, ce sont aussi des objets usuels, naguère sans valeur autre que d’usage mais qui sont devenus précieux parce qu’ils ont appartenu à un être hors du commun : des reliques donc, comme le clou de la Sainte Croix, la robe de Marilyn ou les chaussons de Noureev (Heinich 2012a). Parfois encore ce sont des œuvres d’art dont la valeur pécuniaire s’est envolée en salles des ventes en raison de la grandeur reconnue à leur auteur – telle une toile de Van Gogh.

Cette toile se retrouve-t-elle dans un musée ? Elle en sera d’autant plus précieuse, au point d’attirer des foules de visiteurs – mais là, les choses se compliquent du fait qu’elle ne sera plus qualifiable de « coûteuse ». En effet, une fois patrimonialisés les objets deviennent inaliénables ou, du moins, difficilement accessibles à la circul...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Heinich, « Axiologie du précieux. Essai de modélisation », Gradhiva, 30 | 2019, 92-107.

Référence électronique

Nathalie Heinich, « Axiologie du précieux. Essai de modélisation », Gradhiva [En ligne], 30 | 2019, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/4451 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gradhiva.4451

Haut de page

Auteur

Nathalie Heinich

CNRS-EHESS
nathalie.heinich[at]ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page