Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31

31 | 2020
L’idéal du musicien et l’âpreté du monde

Sous la direction de Denis Laborde
L’idéal du musicien et l’âpreté du monde
Informations sur cette image
Crédits : © Photo Eric Bouvet.
184 pages — 70 illustrations — 20 €
ISBN 978-2-35744-131-6

À l’origine de ce numéro, il y a le programme artistique transculturel de la fondation Royaumont : dans cette abbaye cistercienne des confins du Val d’Oise, se fabrique depuis deux décennies une musique inclassable, qu’on dit « transculturelle ». Des artistes porteurs de traditions distinctes y travaillent ensemble sur un temps long rythmé par plusieurs résidences pour aboutir à une création musicale commune. Mais suffit-il à un opérateur culturel de convoquer quelques anciens combattants américains et irakiens pour sceller la réconciliation des deux pays ennemis ? Les acteurs culturels feraient-ils semblant de croire à leurs discours comme les Grecs de Paul Veyne croyaient en leurs mythes ou mon fils au Père Noël : juste pour nous faire plaisir ?

N’empêche. Évoquer cet idéal du musicien, c’est activer, une fois encore, « cette vieille idée humaniste, toujours démentie par l’expérience, jamais récusée pourtant, qui consiste à croire qu’un assaut de beautés et de grandeurs saura braver la méchanceté du monde » (Patrick Boucheron).

Comment, en effet, expliquer que la musique soit si souvent invoquée quand il s’agit de réfléchir à l’avènement d’une société plus ouverte et apaisée ? Quand il s’agit de panser les plaies de la guerre ? D’aider à toutes les formes de reconstruction ?

Ce numéro de Gradhiva prend au sérieux le fait de considérer la musique comme un art de faire ensemble et, singulièrement ici, comme un art qui introduit à la diversité du monde.

  • Logo Musée du quai Branly
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search