Navigation – Plan du site

AccueilNuméros31DossierE pluribus unum. Querelles d’hymn...

Dossier

E pluribus unum. Querelles d’hymnes dans l’Empire ottoman, 1908-1918

E Pluribus Unum. A Fight of Hymns in the Ottoman Empire, 1908-1918
John M. O’Connell
Traduction de Étienne Gomez
p. 56-73

Résumés

Cet article examine la production musicale turque d’inspiration martiale au commencement de la première guerre mondiale. Je me concentre sur deux marches militaires, l’une arménienne, l’autre turque, qui sont chantées sur la même mélodie. La première fédère un consensus hétérogène et impérialiste, la seconde sert à promouvoir un nationalisme dissident. Le projet de cet article est de souligner l’ambivalence de la musique, puisqu’une même musique peut être utilisée aussi bien pour anticiper le pluralisme que pour promouvoir un chauvinisme durant ce moment critique de l’histoire de la Turquie.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est inspiré des recherches que j’ai menées dans le cadre de la monographie intitulée Commemorating Gallipoli (O’Connell 2017). Les conventions que j’adopte dans les deux cas requièrent explication. Les dates sont indiquées selon le calendrier grégorien. Les patronymes suivent les conventions ottomanes, généralement deux prénoms suivis d’une indication du titre. Par exemple, le ministre alors appelé Enver Pacha est ici nommé [İsmail] Enver Pacha. Là où les noms de famille sont indiqués en vertu de la « loi sur les patronymes » (1934), ils le sont entre crochets. Par exemple, le compositeur arménien alors appelé Bimen Efendi est ici nommé Bimen Dergazaryan [Şen], Dergazaryan étant son nom de famille arménien. Comme le veut la pratique courante (ibid. : xiii-xiv), les mots en turc ottoman sont donnés en turc moderne sur la base du dictionnaire Redhouse (1999).

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2023.
Consulter cet article

Plan

De la musique pour le recrutement militaire
Exemple musical no1 : le « Chant de la mère patrie » (« Vatan şarkısı »)
De la musique pour le combat
Exemple musical nO2 : la « Marche du janissaire » (« Mehter Marşı »)
De la musique pour le Lebensraum
Exemple musical no3 : la « Marche turanienne » (« Turân Marşı »)
De la musique pour la réconciliation
Exemple musical nO4 : la « Marche des Dardanelles » (« Çanakkale Marşı »)
E pluribus unum

Aperçu du début du texte

Le langage musical est riche en images pacifiques. Ainsi parle-t-on, en français comme en anglais, d’« harmonie » (harmony) ou d’« accord » (accord). Cet article part de l’hypothèse que la vie musicale contribue parfois à la cohésion sociale et qu’il n’y a qu’un pas entre « chanter ensemble » (to sing together) et « être ensemble » (to be together). John Blacking (1974) parle ainsi d’une relation dialectique entre son et société : si le son est socialement organisé, la société est soniquement structurée. Comme l’a montré Jihad Racy (1988) en parlant de l’Égypte, la vie musicale peut aussi révéler un positionnement social. Selon lui, l’hétérophonie révèle les individualités dans la mesure où chaque interprète embellit la base mélodique à sa façon : les solos dotent les musiciens d’un statut social, et l’antiphonie illustre leur complémentarité. La musique est ainsi une manifestation de l’unité au sein de la diversité, comme le veut la devise américaine : « E pluribus unum ». En d’aut...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

John M. O’Connell, « E pluribus unum. Querelles d’hymnes dans l’Empire ottoman, 1908-1918 », Gradhiva, 31 | 2020, 56-73.

Référence électronique

John M. O’Connell, « E pluribus unum. Querelles d’hymnes dans l’Empire ottoman, 1908-1918 », Gradhiva [En ligne], 31 | 2020, mis en ligne le 01 janvier 2023, consulté le 26 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/4967 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gradhiva.4967

Haut de page

Auteur

John M. O’Connell

Cardiff University, United Kingdom
OConnellJM[at]cardiff.ac.uk

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search