Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33DossierPerles et colliers en coquillage ...

Dossier

Perles et colliers en coquillage en France et en Amérique du Nord au xvie siècle et au début du xviie siècle

Shell beads and belts in France and North America in the 16th and early 17th centuries
Laurier Turgeon
p. 40-59

Résumés

Les chercheurs s’accordent à dire que le collier de wampum est un objet nouveau apparu chez les Autochtones du nord-est de l’Amérique du Nord dans la première moitié du xviie siècle. Cependant, le contexte et les causes de la genèse de cet objet sont encore peu et mal connus. Les archéologues et les ethno-historiens ont souvent tenu pour acquis que les perles en coquillage dont il est fait sont d’origine autochtone, suivant une longue tradition ayant perduré jusqu’à l’époque coloniale. Si cette continuité existe, nous considérons que le wampum est aussi le produit de changements profonds. Il s’agit en effet d’un nouvel outil de communication interculturelle né des bouleversements provoqués par la colonisation européenne du xvie siècle et de la première moitié du xviie. Les travaux ont jusqu’à présent surtout abordé le rôle des Hollandais et des Anglais, négligeant celui des Français dont l’importance dans les échanges des perles et l’apparition du wampum est pourtant admise. Notre étude entend donc combler cette lacune par une analyse interdisciplinaire, combinant sources écrites et collections archéologiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous avons utilisé le mot « collier » dans cette étude car il s’agit du terme le plus souvent emplo (...)

1Le collier de wampum1 est devenu un objet fétiche. Peu d’objets d’origine autochtone ont autant retenu l’attention des chercheurs, qu’ils soient historiens, ethnologues, archéologues ou historiens de l’art. Il a été l’un des objets les plus convoités en Amérique du Nord à l’époque coloniale, tant par les Amérindiens, notamment les groupes iroquoiens, que par les Européens. Il continue à être recherché aujourd’hui par les muséologues, les collectionneurs et les Premières Nations, pour qui il demeure un puissant symbole identitaire.

2Si le collier de wampum a suscité un grand nombre d’études depuis plus d’un siècle, les conditions de sa genèse demeurent encore peu et mal connues. Les travaux menés sur la culture matérielle de la période des premiers contacts en Amérique du Nord ont surtout porté sur l’étude des perles de verre d’origine européenne, très peu sur les perles en coquillage (Kidd 1970 ; Kenyon et Kenyon 1983 ; Fitzgerald 1990 ; Karklins 1992 ; Moreau 1994 ; Turgeon 2001 et 2019 ; Delmas 2016 ; Loewen 2016). Ceux qui se sont penchés sur l’étude des perles en coquillage marin utilisées dans la fabrication des colliers ont généralement tenu pour acquis qu’elles étaient d’origine amérindienne et que le développement de leur commerce au xvie siècle est également assuré par les Amérindiens eux-mêmes. Selon ce modèle interprétatif, les échanges de perles en coquillage marin se développent parmi les Autochtones en même temps et au même rythme que les échanges des objets de traite d’origine européenne (Beauchamp 1901 ; Bradley 1987 et 2011 ; Ceci 1989 ; Fenton 1998 ; Pendergast 1989 ; Peña 1990 ; Sempowski 1989). Ces perles proviendraient de groupes algonquiens de la côte atlantique qui les échangeraient avec des groupes iroquoiens de l’intérieur du continent, d’abord du Chesapeake, via la rivière Susquehanna, et ensuite de la région de Long Island, par la rivière Hudson (Ceci 1989 ; Bradley 2011 ; Williamson 2016). La confection des colliers à l’aide de matériaux autochtones est souvent considérée comme un exemple de la continuité des pratiques culturelles amérindiennes à l’époque coloniale et de l’expression d’une résistance à l’acculturation européenne (Hamell 1996 ; Fenton 1998 ; Bradley 2011).

3Bien que nous reconnaissions l’existence de cette continuité, nous proposons d’envisager également le collier de wampum comme un objet issu de changements profonds. Nous formulons l’hypothèse qu’il s’agit d’un nouvel outil de communication interculturelle né des bouleversements suscités par les contacts, les commerces et les colonisations européens du xvie siècle et de la première moitié du xviie. Il faut dire aussi que les travaux ont surtout porté jusqu’ici sur les groupes amérindiens du nord-est des États-Unis et sur le rôle des Hollandais et des Anglais au xviie siècle, beaucoup moins sur le xvie siècle et sur l’activité des Français dans le golfe du Saint-Laurent et le long de la côte atlantique.

4Cette étude vise donc à préciser la chronologie, le contexte et les causes de la genèse de cet objet interculturel et à mieux comprendre le rôle joué par les Français. Nous souhaitons élargir les perspectives pour inscrire la réflexion dans la longue durée, soit depuis les premiers contacts avec les Européens au tout début du xvie siècle, et la replacer dans le contexte du commerce des perles en général. Les échanges de wampum, fabriqués avec des perles tubulaires en coquillage et parfois en verre, s’insèrent dans un commerce plus large de perles qui comprennent les coquillages mais aussi les perles de verre, d’émail, de minéraux et de matières organiques. Il semble également important de tenir compte des usages des perles en France afin de les comparer avec ceux des Amérindiens en Amérique du Nord et de cerner les ressemblances et les différences dans les pratiques. Contrairement aux perles hollandaises, pour lesquelles des assemblages entiers ont été mis au jour et étudiés aux Pays-Bas ainsi qu’en Amérique du Nord (Baart 1988 ; Bradley 2007 et 2011 ; Karklins 1974, 1983 ; Kenyon et Fitzgerald 1986 ; Lenig 1999), il n’y a eu aucune tentative sérieuse de mener la recherche d’archives et de localiser les collections de référence de perles en France. De plus, le xvie siècle reste peu et mal connu parce que les sites coloniaux français n’ont été établis qu’au xviie siècle et que la littérature de voyage française date principalement de ce moment-là.

5Pour répondre à ces objectifs, nous avons exploité deux nouvelles catégories de sources : une collection de perles de la seconde moitié du xvie siècle provenant des jardins du Carrousel à Paris (Van Ossel 1991) et un échantillon d’actes notariés de Paris et des villes portuaires, également de la seconde moitié du xvie siècle. Les actes notariés sont à peu près la seule source écrite française qui fournit des informations sur les activités françaises en Amérique du Nord au xvie siècle, en raison de la quasi-absence d’archives administratives à cette époque. Notre recherche à Paris a porté essentiellement sur les inventaires après décès de patenôtriers parisiens. Le terme de « patenostriers » – emprunté à l’italien – désigne les fabricants de chapelets. Dans les villes portuaires (Rouen, La Rochelle, Bordeaux), en revanche, nous nous sommes concentré sur les contrats commerciaux des marchands actifs dans le commerce canadien. Les inventaires après décès des patenôtriers parisiens fournissent des listes de perles (souvent avec une indication de matériau, de couleur, de forme et de taille), des descriptions des outils utilisés dans le processus de fabrication, et parfois des copies de factures impayées donnant des noms et des lieux de résidence de clientes permettant de reconstituer les réseaux commerciaux. Les contrats notariés trouvés dans les villes portuaires offrent des informations intéressantes sur l’achat de perles et d’autres marchandises destinées aux échanges avec les Amérindiens. À l’aide de ces nouvelles informations, nous avons procédé à une relecture des récits de voyage français du xvie et du xviie siècles et des nombreuses collections archéologiques américaines et canadiennes provenant de sites amérindiens fouillés depuis un siècle.

Les perles en coquillage en France

  • 2 Les notaires parisiens utilisaient le terme « émail » vraisemblablement pour désigner ces perles de (...)

6La recherche menée dans les inventaires après décès des fabricants de perles de Paris permet d’éclairer la nature et les usages des perles, notamment en coquillage, en France au xvie siècle. Au total, nous avons identifié et dépouillé trente et un inventaires pour la période 1562 à 1610. Les perles sont de toutes les formes, tailles et couleurs. Le verre et l’émail2 représentent un peu plus de la moitié de toutes les perles contenues dans les inventaires ; le jais et le coquillage forment à peu près un quart, et le quart restant est composé de matières minérales (cristal de roche, corail, cornaline, calcédoine) et organiques (ambre, bois, corne, os, ivoire). La grande majorité était fabriquée sur place, comme en témoignent les outils et l’équipement mentionnés dans les inventaires. La plupart de ces patenôtriers se spécialisent dans l’utilisation d’un seul type de matériau : par exemple, Jehan Pieron privilégie le coquillage. Son inventaire répertorie plus de cinq cents perles en coquillage, douze coquillages entiers, trois meules équipées de courroies et trente-sept moules en chêne de différentes longueurs (AN, MCN, XX-128, 7 janvier 1581).

7Si les perles en coquillage et pratiquement tous les autres types de perles étaient employés au Moyen Âge pour fabriquer des chapelets, elles sont de plus en plus utilisées à la Renaissance pour orner le vêtement. En effet, la mode d’embellir le vêtement de pierres précieuses et de perles en verre et en coquillage se répand en France au xvie siècle (Boucher 1996 : 191-203), comme le rapportent les livres de costumes (Bruyn 1581 ; Vecellio 1590 ; Glen 1601). Les pierres précieuses possédaient un prestige incontestable, mais certains coquillages exotiques, comme les cauris (coweries en anglais) venus d’Afrique ou même de l’Inde, pouvaient décorer les vêtements des classes supérieures. Les perles embellissaient les chapeaux, les chemises, les manteaux, et de plus en plus fréquemment les gants, les sacs à main, les bottes et les ceintures (Farcy 1890 : 37 ; Wolters 1996 : 36-39).

  • 3 Selon le dictionnaire de Furetière du xviie siècle, « l’escarcelle » est une grande bourse de cuir (...)

8Outre les perles simples, des ceintures brodées de perles d’émail mais aussi de coquillage apparaissent dans les inventaires et semblent avoir été à la mode en France au xvie siècle. Il en existe plusieurs dans les inventaires. On trouve des mentions de « grains d’émail en garniture de ceinture » (AN, MCN, IX-154, 20 octobre 1573) ; une « petite ceinture d’émail noir et blanc garnie de petits patenostres » (AN, MCN, XCI-130, 6 avril 1584) ; et « une ceinture de pierres d’or émaillées contenant 121 perles rondes » (AN, MCN, VI-210, 16 juin 1631). Les perles en coquillage étaient également utilisées pour décorer les sacs à main. L’inventaire de Jehan Dulaye répertorie cinq bourses brodées de coquillages blancs (« cinq escarcelles3 faites de coquilles blanches brodées », AN, MCN, III-321, 30 mai 1570). Signalons que Jehan Pieron possède dans sa boutique une ceinture de perles en coquillage blanches (« corps de ceinture de porcelaine blanche ») (AN, MCN, XX-128, 7 janvier 1581). Le mot « porcelaine » dénomme à l’époque la perle en coquillage – appellation dérivée de l’italien porcellana qui désignait les coquillages cauris (Greimas 1992, voir « porcelaine » ; Hamell 1992 : 464).

Fig. 1. Perles de provenance variée. Amérique du Nord, xvie-xviie siècle. Escargot de mer, fibres végétales, L. 1,4-3 cm x diam. 0,7-1,5 cm, inv. 71.1878.32.154.

Fig. 1. Perles de provenance variée. Amérique du Nord, xvie-xviie siècle. Escargot de mer, fibres végétales, L. 1,4-3 cm x diam. 0,7-1,5 cm, inv. 71.1878.32.154.

L’absence d’outils métalliques pour la confection de ces perles témoigne de leur ancienneté. Ce type de perles, dont la production précède celle des perles tubulaires wampum, est rare et reste à cette époque l’apanage des personnes de haut rang.

Ancienne collection du Cabinet des médailles, BnF © musée du quai Branly–Jacques Chirac, photo Pauline Guyon.

  • 4 On avait creusé ces fossés afin d’en extraire le sable nécessaire à la construction du palais des T (...)
  • 5 Au cours des fouilles, des tranchées ont été creusées un peu partout dans le secteur ; un tamisage (...)
  • 6 Les perles de pâte tendre émaillée apparaissent plus fréquemment que dans les inventaires après déc (...)

9La plupart des données extraites de ces inventaires après décès sont étayées par l’étude d’une collection de quelque cent dix perles de quarante et un types différents, retrouvées aux jardins du Carrousel, site situé près du Louvre et daté de 1572 à 1605 environ (Van Ossel 1991 : 354). Les perles étaient concentrées dans des fossés ayant servi au dépôt d’ordures4. D’une profondeur variant de deux à quatre mètres, ces fossés furent progressivement comblés avec des déchets ménagers provenant vraisemblablement des quartiers environnants5. Tout comme pour les inventaires après décès, la principale caractéristique de cette collection est la grande variété des matériaux, des formes et des tailles de perles. Ces dernières sont faites de huit matériaux différents : le verre prédomine (44 %), suivi par le jais (14 %), le coquillage (10 %), l’ambre (10 %), le corail (7 %), l’émail ou la faïence (5 %), l’os (5 %) et le cristal de roche (5 %)6.

  • 7 Je voudrais remercier Martha Sempowski qui m’a fourni cette information. Seules deux des sept perle (...)

10La découverte de perles en coquillage marin dans les inventaires après décès et sur le site du Louvre est importante en ce qu’elle infirme l’hypothèse des archéologues et des ethnohistoriens nord-américains selon laquelle ce type de perles provient exclusivement d’Amérique du Nord, soit des régions de Long Island et du Chesapeake (Beauchamp 1901 ; Bradley 2011 : 28-31 ; Ceci 1989 : 63-80 ; Fenton 1998 : 223-228 ; Hamell 1996 : 41-51 ; Sempowski 1989 : 81-96). Les perles en coquillage de la collection du Louvre sont similaires en forme (discoïdale), taille (diamètre de 4-8 mm), coloris (blanc), et finition (finement polies) à celles qui ont été trouvées sur les sites de contact7. Ces dernières ont été dénommées dans la littérature anglo-saxonne par le terme algonquin de roanoke.

11Certaines de ces perles en coquillage étaient commercialisées en Amérique du Nord. La France exportait de grandes quantités de perles vers l’Angleterre et l’Amérique du Nord (Kidd 1979 : 29) ; elles sont achetées par des marchands pour le commerce nord-américain à La Rochelle (ADCM, 3E 2149, 20 juin 1565) et à Bordeaux (ADG, 3E 5428, 5 février 1587). Ainsi, le patenôtrier parisien Charles Chelot qui entretenait de solides relations avec plusieurs des marchands affrétant des navires pour le Canada vendit, en 1599, de grandes quantités de perles en coquillage à Pierre Chauvin, un marchand de fourrures canadien bien connu (AN, MCN, XCIX-65, 3 novembre 1599). Les perles en coquillage restent un élément important du commerce français durant toute la période coloniale. Des perles de verre et d’autres objets de traite ont été retrouvés en contexte archéologique dans l’habitation de Champlain à Québec dans les couches d’occupation du début du xviie siècle (Moussette et Niellon 1985 : 146-147; Marier 1996 : 216). Pendant toute la période coloniale française, les entrepôts du roi de la ville de Québec gardaient toujours de grandes quantités de ces perles qui étaient beaucoup plus chères que les perles de verre. D’après les calculs de Nathalie Hamel, une perle en coquillage valait mille deux cent vingt-quatre perles de verre entre 1720 et 1760 (Hamel 1995 : 10-16). De la même manière, les perles en coquillage se retrouvaient toujours en plus grande quantité dans les inventaires de marchandises destinées à la traite des postes de la baie de Chesapeake durant tout le xviie siècle (Miller et al. 1983 : 127-130).

Pêches et commerces français en Amérique du Nord-Est au xvie siècle

12Les Français ont été le principal et pratiquement le seul groupe européen actif dans les pêches et la traite des fourrures sur les côtes du nord-est de l’Amérique du Nord au xvie siècle. Présents très tôt, les explorateurs et les pêcheurs portugais tendent à abandonner la région dans la deuxième moitié du siècle, remplacés progressivement par les Anglais qui s’installent sur leurs sites dans la péninsule d’Avalon, à l’extrémité ouest de l’île de Terre-Neuve (Cell 1969 ; Abreu-Ferreira 1998). Il faut attendre le début du xviie siècle pour voir d’autres groupes européens s’installer sur le continent et développer des échanges avec les Autochtones, soit les Hollandais en Nouvelle-Néerlande (aujourd’hui New York) [1614 et 1624] et les Anglais à Jamestown en Virginie (1607) et à Plymouth en Nouvelle-Angleterre (1620). Même si les Français établissent leur première colonie permanente à peu près en même temps à Québec (1608), ils fréquentent et échangent avec les groupes autochtones du nord-est de l’Amérique du Nord depuis près d’un siècle.

13Lors du premier voyage de Jacques Cartier en 1534, il offre aux Micmacs qu’il rencontre dans la baie des Chaleurs « des hachots, cousteaulx, patenostres, et aultre marchandie » (Cartier 1986 [1534-1542] : 112) ; quelques jours plus tard, il donne au groupe d’Iroquoiens du Saint-Laurent rencontré à Gaspé « des cousteaulx, pathenostres de voyrre paignes et aultres besongnes de peu de valleur » (ibid. : 114). Lors de son deuxième voyage en 1535-1536, Cartier distribue à nouveau de grandes quantités de marchandises françaises sous forme de cadeaux : il offre aux femmes de « Stadaconé » (aujourd’hui Québec) des couteaux et des perles, et au chef deux épées et deux grandes marmites ; en route pour Hochelaga (aujourd’hui Montréal), il distribue des couteaux et des perles ; à Hochelaga, il fournit aux hommes des haches et des couteaux, aux femmes des perles et autres « menues choses », et aux enfants des bagues et de l’étain Agnus-Dei (ibid. :139, 143, 149, 150, 155). Pendant son troisième voyage en 1541-1542, beaucoup moins bien documenté, il y a tout lieu de croire que les échanges sont tout aussi importants : les fouilles archéologiques très partielles du site où il passe l’hiver avec un groupe de colons ont révélé une douzaine de perles, dont deux en faïence émaillée (frit-core), cinq en jais et quatre en verre bleu tubulaire de type Nueza Cádiz (Delmas 2016 : 99-100 ; Fiset et Samson 2013). Ces types de perles sont présents dans la collection des jardins du Carrousel et dans les inventaires après décès des patenôtriers parisiens, sauf la perle bleue de type Nueza Cádiz qui demeure très rare sur les sites nord-américains.

14Si Cartier offre régulièrement des objets à ces hôtes iroquoiens, il reçoit aussi des cadeaux de leur part. Lors de son deuxième voyage, pendant son séjour à Stadaconé (Québec), il capture le chef, Donnacona, pour le ramener en France. Dans le but de dissuader Cartier, les Stadaconiens lui font présent de vingt-quatre colliers « d’esnoguy », qui est, précise Cartier, « la plus grande richesse qu’ils ayent en ce monde car ils l’estiment mieulx que or ny argent » (Cartier 1986 [1534-1542] : 180). Il s’agit certainement de petits coquillages entiers d’eau douce ou de perles en forme discoïdale d’origine marine car les perles tubulaires fabriquées à partir de coquillage marin sont à peu près inexistantes sur les sites archéologiques du nord-est de l’Amérique de cette époque. Il faut attendre encore un siècle pour les voir apparaître en nombre important. Quoi qu’il en soit, l’usage des colliers en coquillage semble déjà une pratique assez répandue chez les Iroquoiens pour négocier la libération de prisonniers et sceller des ententes car, à deux autres reprises, les Stadaconiens offrent des colliers d’esnoguy à Cartier pour libérer leur chef : les femmes d’abord, juste avant le départ des navires pour la France, et les hommes ensuite lors d’une escale à l’île aux Coudres, située à deux jours de voile de Québec (ibid. : 181-182).

15Les Algonquiens de la côte et même les Iroquoiens de l’intérieur échangent avec les pêcheurs français et basques dans des établissements côtiers saisonniers pendant la première moitié du xvie siècle. Les actes notariés et les documents judicaires font allusion au développement d’un commerce de pacotille à cette époque. À partir des années 1550, ce commerce effectué visiblement à petite échelle devient une activité commerciale plus soutenue, organisée par des marchands approvisionnant les navires de marchandises destinées spécialement à la traite des fourrures. Les Normands semblent les premiers à se lancer dans ce commerce. À partir des années 1560, ils arment plusieurs navires qui descendaient les côtes depuis le cap Breton sans doute jusqu’à la baie de Chesapeake et la péninsule de Floride (Quinn 1979, t. I : 217-218). Les navires transportaient des cargaisons de marchandises constituées spécialement pour le commerce amérindien. Par exemple, en 1565, celles de l’Aigle de La Rochelle comprenaient des perles de verre blanches (« marguerites »), des perles tubulaires bleues (« canon bleuz »), des perles en coquillage (« pourcelaine »), des bracelets (« manilles »), des miroirs, des petites cloches (« clochettes »), des boucles d’oreilles, des pendentifs, des ciseaux, des cloches (« sonnettes »), des objets de fer « de toutes sortes » (couteaux, haches « allemands », serpes, poinçons, alênes), de la mercerie et du matériel de broderie flamande « de toutes les couleurs » (ADCM, 3E 2149, 20 juin 1565).

16Tout en poursuivant leurs activités sur la côte atlantique, les Français reviennent dans l’estuaire du Saint-Laurent à partir des années 1580. Les notaires de Bordeaux et de La Rochelle ont enregistré l’armement d’une vingtaine de navires basques de Saint-Jean-de-Luz et de Ciboure entre 1580 et 1587 « pour le commerce avec les sauvages du Canada », comme plusieurs le précisent. Il existe également des preuves que les marins de Saint-Malo en Bretagne ont équipé jusqu’à une douzaine de navires pour la traite des fourrures du Saint-Laurent au cours de la même période (Turgeon 2019 : 120-128). Les objets échangés par les Basques sont assez bien répertoriés : des centaines de chaudrons en cuivre, des quantités substantielles de haches, de couteaux, d’épées, « d’autres articles en fer » et de la mercerie (ADG, 3E 5424, 30 avril 1586 ; 3E 5428, 6 février 1587). En 1584, par exemple, le navire nommé le Marie de Ciboure comptait mille neuf cent vingt et un couteaux, cinquante haches et plusieurs épées parmi les marchandises à bord, de la mercerie de « sortes diverses » (ADG, 3E 5425 28 avril 1584) ainsi que des chapeaux, des draps en lin, des juste-au-corps, et du « foreze » d’Écosse, ce qui était probablement un épais drap de laine (ADG, 3E 5427, 1 et 3 mai 1586). Certaines des perles achetées pour le commerce nord-américain sont identifiées par leur nom : perles de jais (« patinotes de gayet ») [ADG, 3E 5425, 28 avril 1584], perles en coquillage marin (« porcelaine ») [AN, MCN, XCIX-65, 3 novembre 1599], et des perles de verre turquoise (« turgyns ») [ADG, 3E 5428, 28 février 1587].

Le développement du commerce des perles en coquillage dans le nord-est de l’Amérique du Nord au xvie siècle

17L’usage du coquillage marin s’inscrit dans une longue tradition chez la plupart des groupes autochtones du nord-est de l’Amérique du Nord qui remonte à la période archaïque tardive (3000 à 1000 ans av. J.-C.) [Ceci 1989 ; Hamell 1983]. Les coquillages apparaissent sous forme de coquillages entiers, comme les Marginella ou les Olivella, ou de perles façonnées. Parmi ces dernières, on distingue la perle discoïde, ronde et plate, qui est toujours très majoritaire, et la perle tubulaire, qui demeure très courte et rare pendant toute l’époque préhistorique – et ressemble d’ailleurs à un disque. Les perles sont généralement blanches et trouvées dans des contextes de sépultures. Clairsemées sur les sites archéologiques, elles tendent à se raréfier, voire à disparaître complètement, à la fin de la période préhistorique, soit celle précédant l’arrivée des Européens (Sylvicole supérieur, 1000 à 1500 apr. J.-C.), qu’il s’agisse des sites iroquoiens de l’intérieur ou des sites algonquiens de la côte atlantique (Bradley 2011 : 28-30). Lynn Ceci, qui a mené une étude exhaustive sur ces sites, constate qu’il n’y a aucune preuve archéologique de fabrication de perles en coquillage chez les Algonquiens de la Nouvelle-Angleterre avant la colonisation européenne dans la première moitié du xviie siècle (Ceci 1977 : 19). Selon James Bradley, les sites iroquoiens de la Ligue des Cinq Nations de cette période sont marqués par un localisme profond, il n’existe en effet que très peu d’indices de commerce ou de contacts entre groupes autochtones (Bradley 1987 : 25 ; 2011 : 28-30). De même, les sites hurons, situés au nord du lac Ontario, bien étudiés par Ronald Williamson, n’ont révélé qu’une vingtaine de perles en coquillage, dont la majorité sont fabriquées avec des coquillages d’eau douce (Williamson 2016 : 247-250). De fait, la plupart des perles des sites iroquoiens datant de cette période proviennent de matériaux locaux : coquillages d’eau douce, os d’animaux, phalanges de cerf et dents de mammouth (Ceci 1989 : 68 ; Kuhn et Funk 1994 : 78-79 ; Lennox et Fitzgerald 1990 : 423 ; Pendergast 1989 : 98 ; Ramsden 1990 : 370-371 ; Wray et al. 1987 : 147).

Fig. 2. Collier de wampum à pendentifs zoomorphes. Nord-est de l’Amérique du Nord, 1660-1680. Palourde (Mercenaria mercenaria), escargot de mer, fibres végétales, 33 cm x 3,2-3,8 cm, inv. 71.1881.17.1.

Fig. 2. Collier de wampum à pendentifs zoomorphes. Nord-est de l’Amérique du Nord, 1660-1680. Palourde (Mercenaria mercenaria), escargot de mer, fibres végétales, 33 cm x 3,2-3,8 cm, inv. 71.1881.17.1.

Ce collier comportait à l’origine quatre pendentifs aviformes en coquillage blanc, d’un type bien établi dans le Nord-Est nord-amérindien pour les éléments de parure. Il s’agit peut-être du « collier de femme ou de fille avec deux paires de pendans d’oreilles de porcelaine » que possède Michel Bégon, intendant de la Marine à Rochefort (1688-1710) et grand collectionneur de « curiosités », au tournant du xviie siècle.

Ancienne collection du Muséum national d’histoire naturelle, Paris © musée du quai Branly–Jacques Chirac, photo Patrick Gries, Valérie Torre.

  • 8 Certaines pierres (calcédoine, catlinite, stéatite) et métaux exotiques apparaissent également très (...)

18Les premiers objets exotiques trouvés sur les sites iroquoiens des Grands Lacs émergent au xvie siècle, en même temps que les objets de traite plus typiquement européens, soit les fragments de fer ou de cuivre et les perles tubulaires en laiton ou en cuivre8. De petits morceaux de cuivre taillés à partir de chaudrons et de marmites, souvent roulés en perles tubulaires, et quelques rares objets en fer (pointes, alênes et hachots), trouvés en association avec des perles discoïdes de coquillages marins, peuvent être considérés comme un ensemble d’artefacts caractéristique du deuxième quart du xvie siècle. Cet assemblage apparaît un peu avant l’avènement des perles de verre et d’émail ou de faïence (Bradley 1983 : 30 ; Bradley et Childs 1991). Ces mêmes matériaux se retrouvent sur les sites onondagas (Bradley 1987 : 69), senecas (Wray et al.1987 : 240 ; Kuhn et Funk 1994: 80), mohawks (Snow 1995 : 154-158), hurons (Ramsden 1990 : 373) et neutres (Lennox et Fitzgerald 1990 : 429) du milieu du xvie siècle.

19Dans le troisième quart du xvie siècle, les perles en coquillage marin sont plus nombreuses et elles apparaissent sur les sites amérindiens en association avec une gamme plus large et importante d’objets exotiques. Sur les sites des Senecas, dont les cimetières ont été fouillés de manière exhaustive et les collections bien conservées et étudiées au Rochester Museum and Science Center, les perles en coquillage représentent 15 % à 20 % du mobilier funéraire, les objets en cuivre 20 %, les objets en fer 10 %, et les perles de verre 8 % à 12 % pour la période 1560-1575. Par exemple, la collection d’artefacts exotiques du site Adams (1560-1575) était composée de 594 objets en cuivre/laiton (521 perles, 43 bagues et spirales, 15 cônes, anneaux et disques, 13 bracelets, un couteau, une clochette), 98 perles en verre et émail (frit-core), 15 objets en fer (alênes, pointes, haches, couteaux, épées) ainsi que 1 712 perles en coquillage marin. Le site seneca voisin nommé Culbertson et les sites des Onondagas de cette période contenaient une gamme similaire de biens exotiques (Wray et al. 1987 ; Bradley 1987 : 69-90). Comme l’ont démontré James Bradley et Terry Childs, ces assemblages sont caractéristiques des collections des Iroquoiens du Sud (Susquehannock et Iroquois Cinq Nations), mais pas des groupes iroquoiens du Nord (Iroquoiens du Saint-Laurent, Hurons, Neutres et Petuns), suggérant le milieu de la côte atlantique comme point d’entrée de ces marchandises, soit la rivière Hudson ou la rivière Susquahanna, plutôt que le fleuve Saint-Laurent (Bradley et Childs 1991). D’ailleurs, la forte ressemblance de ces collections archéologiques avec les marchandises décrites dans la cargaison de L’Aigle de La Rochelle tend à confirmer cette hypothèse.

20Au cours du dernier quart du siècle, les quantités d’objets en cuivre et en fer, ainsi que des perles en verre et en coquillage augmentent notablement, tant sur les sites algonquiens des côtes que sur les sites iroquoiens de l’intérieur. Parce que les Micmacs (on écrit aujourd’hui Mi’kmaq) avaient un accès direct à ces biens, leurs sites en sont chargés. Par exemple, la sépulture d’une jeune femme du site Northport, en Nouvelle-Écosse, daté de 1580 à 1600 environ, était richement garnie d’objets en fer et cuivre, ainsi que d’une centaine de perles de verre et d’émail (faïence, frit-core) identiques à celles de la collection des jardins du Carrousel. La sépulture contenait plus de 770 perles en coquillage, dont 697 perles discoïdales et 22 perles tubulaires (Whitehead 1993 : 41-48). La tombe mi’kmaq contemporaine d’Avonport possédait un assemblage similaire d’artefacts, mais avec encore plus de perles en coquillage, soit un total de 1 950 spécimens, dont la majorité est en forme discoïdale (ibid. : 73-82). À la même époque, on assiste à une augmentation tout aussi marquée de la présence d’objets européens de même nature et de perles en coquillage marin sur les sites hurons et neutres situés au nord et à l’ouest du lac Ontario (Lennox et Fitzgerald 1990 : 427-437).

21Il y a tout lieu de croire que les perles en coquillage, principalement les perles discoïdes, qui apparaissent en nombre croissant sur les sites amérindiens au xvie siècle sont en partie d’origine française. La plupart des assemblages répertoriés sur les sites de cette période sont dominés par les mêmes types de perles en coquillage trouvés dans la collection des jardins du Carrousel : de petites perles discoïdes perforées au centre et une occasionnelle perle en coquillage de Marginella (Lenig 1999 : 47-74 ; Lennox et Fitzgerlad 1990 : 433). Les perles tubulaires en coquillage demeurent très rares, tant dans les collections françaises que dans les collections amérindiennes. La plupart des perles sont discoïdes : elles représentent 80 % des perles en coquillage des collections archéologiques des sites senecas Richmond Mills et Adams du troisième quart du xvie siècle (Wray et al. 1987 : 138-139). Les actes notariés nous démontrent que les patenôtriers parisiens les fabriquent en grande quantité et les vendent à des marchands normands et basques pratiquant la traite avec différents groupes amérindiens. La chronologie de leur émergence et le rythme de leur augmentation suivent à peu de chose près ceux des autres objets français trouvés sur ces sites (Lennox et Fitzgerald 1990 : 429-431). Leur distribution géographique épouse les circuits commerciaux des Français de l’époque, concentrés sur trois zones d’entrée vers l’intérieur du continent – le Saint-Laurent, le Hudson et le Chesapeake – et convergeant vers les établissements iroquoiens des Grands Lacs, qui étaient les plus peuplés du nord-est de l’Amérique du Nord.

  • 9 À notre connaissance, le site seneca Adams (1560-1575) est le seul site iroquoien qui a révélé des (...)

22James Bradley ainsi que d’autres archéologues (Hamell 1986, 1992, 1996) et ethnohistoriens (Beauchamp 1901 ; Fenton 1998) avant lui ont insisté sur le caractère proprement amérindien de ce commerce de coquillages marins (Bradley 1987 et 2011). Il avance l’hypothèse que les groupes iroquoiens ont pu développer l’échange de coquillages marins avec d’autres groupes autochtones lors de leurs déplacements vers les côtes pour commercer avec les Européens. Pourtant, les archéologues n’ont trouvé jusqu’à présent que de rares restes de débitage de coquillages marins sur les sites (Ceci 1977, 1989 : 68 ; Kuhn et Funk 1994 : 78-79 ; Lennox et Fitzgerald 1990 : 423 ; Pendergast 1989 : 98 ; Ramsden 1990 : 370-371 ; Wray et al. 1987 : 1479).

23Même si l’on considère que ce commerce du coquillage marin émane des Amérindiens, force est de reconnaître qu’il a été stimulé par les contacts et le commerce côtiers avec les Européens, visiblement avec les Français. Qui plus est, les groupes autochtones se sont approprié les alênes et les pointes métalliques provenant des Français pour faciliter le travail des perles tubulaires et accroître leur production. L’apparition d’alênes métalliques sur les sites à peu près en même temps que l’accroissement subit des perles en coquillage dans le troisième quart du siècle peut laisser penser que les groupes algonquiens des côtes et même les Iroquoiens de l’intérieur employaient déjà cet outil d’origine européenne pour forer des trous au centre de la perle tubulaire afin de l’enfiler sur des lanières de cuir. Les alênes sont nombreuses dans les cargaisons des navires français et sur la plupart des sites autochtones de la deuxième moitié du xvie siècle. L’augmentation de la production des perles était une condition sine qua non de la fabrication des colliers en forme de ceinture qui exigeait plusieurs centaines, voire des milliers, de spécimens. Tant et aussi longtemps que les perles restaient rares, il était impossible d’envisager l’élaboration de pièces comportant plusieurs centaines de perles.

Fig. 3. Collier de wampum huron conservé dans le Trésor de la Cathédrale de Chartres. Huron (Huron-Wendat), Lorette (Québec), 1678. Palourde (Mercenaria mercenaria), escargot de mer, perles de verre, cuir, piquants de porc-épic, fibres végétales, L. 145 cm.

Fig. 3. Collier de wampum huron conservé dans le Trésor de la Cathédrale de Chartres. Huron (Huron-Wendat), Lorette (Québec), 1678. Palourde (Mercenaria mercenaria), escargot de mer, perles de verre, cuir, piquants de porc-épic, fibres végétales, L. 145 cm.

Ce collier fut envoyé en 1678 par les Hurons de Lorette à Notre-Dame de Chartres, accompagné de lettres manuscrites détaillant le message qui lui est associé en langue huronne et en français. L’inscription latine dit : « VIRGINI PARITVRÆ VOTVM HVRONUM » [« Vœu des Hurons à la Vierge qui doit enfanter »]. Cette offrande visait à réaffirmer les liens entre la Vierge et la communauté, requête à laquelle les Chartrains répondirent par l’envoi en 1680 d’une grande chemise en argent remplie de différentes reliques.

Chartres, Trésor de la Cathédrale © Région Centre-Val de Loire, Inventaire général, Thierry Cantalupo.

L’avènement du collier de wampum

24L’étude des collections archéologiques indique que certains groupes iroquoiens ont commencé à réunir plusieurs branches de perles tubulaires et à les tresser ensemble dès la deuxième moitié du xvie siècle. Chez les Senecas, le site Tram daté de 1570-1595 révèle un bracelet de cinq branches de wampum tressées ensemble (Ceci 1989 : 72). Le site seneca Feugle, un peu plus tardif (1595-1610), contient déjà un ensemble de perles tubulaires violettes tressées en forme de collier ou enfilées en branches (Ceci 1989 : 72 ; Sempowski 1989 : 83, 86, 89). L’utilisation des colliers de wampum se répandit rapidement parmi tous les groupes iroquoiens et certains groupes algonquiens septentrionaux (Vachon 1970 : 254 ; Whitehead 1993 : 43, 67,77 ; Heidenreich 1990 : 486 ; Kent 1984 : 171-172). Les perles tubulaires employées pour leur fabrication remplacèrent très vite les perles discoïdes des collections archéologiques antérieures (Ceci 1989 : 72 ; Kent 1984 : 171-172).

25Il est possible que Champlain évoque des colliers de wampum chez les Algonquiens des côtes de la Nouvelle-Angleterre dès 1606 lorsqu’il dit qu’ils sont parés « de plumes, de patenostres de porcelaine & autres jolivetez, qu’ils accommodent fort proprement en façon de broderie » (Champlain 2019 [1598-1619], t. I : 293). La même année, Marc Lescarbot, l’avocat français qui hiverne à Port-Royal sur les côtes de l’Acadie avec Champlain, décrit probablement aussi des colliers de wampum en évoquant « ces colliers, écharpes, et brasselets de Vignol, ou Pourcelaine, […] plus riches que les perles » (Lescarbot 1609 : 739). Lescarbot explique le mode de fabrication de ces colliers :

Les Brésiliens, Floridiens et Armouchiquois (Abénakis) font des carquans et brasselets (appelez Boure au Brésil, et Matachiaz par les nôtres) avec des os de ces grandes coquilles de mer qu’on appelle Vignols, semblables à des limaçons, lesquelles ils découpent et amassent en mille pieces, puis les polissent sur un grez tant qu’ils les rendent fort menues, et percées qu’ils les ont, en font des chappelets semblables à ce que nous appelons pourcelaine.
(Lescarbot 1609 : 739).

26Mais l’auteur s’empresse de préciser que les Mi’kmaq ne les fabriquent plus dans la mesure où ils se les procurent des Français :

Aujourd’hui ils n’en ont plus, ou en ont perdu le métier : car ils se servent fort des Matachiaz qu’on leur porte de France.
(Lescarbot 1609 : 739)

27Les Hurons faisaient sans doute déjà usage des colliers de wampum en 1611 car Champlain reçoit en 1611 « 50 castors & 4 carquans de leurs porcelaines », de la part « d’autres Capitaines qui ne [l’] avoient jamais veu, qui [...] les [lui] envoyoient » (Champlain 2019 [1598-1619], t. I : 406). Le carcan devait être une pièce assez large car, à l’époque, il recouvrait le collet et montait jusqu’au menton (Vachon 1970 : 255). La première référence au wampum dans les sources hollandaises apparaît en 1622 lorsqu’un marchand hollandais échange un captif amérindien contre « 140 fathoms of Zeewan, which consists of small beads they manufacture thermselves, and which they prize as jewels » (Jamieson 1909 : 86, cité dans Bradley 2011 : 33). Zeewan était bien le mot hollandais utilisé pour désigner les perles en coquillage marin. Toutefois, le premier texte détaillé nous est fourni par le récollet Gabriel Sagard, qui séjourna chez les Hurons en 1623-1624 :

Leurs porcelaines sont diversement enfilées, les unes en colliers, larges de trois ou quatre doigts, faicts comme une sangle de cheval qui en aurait des ficelles toutes couvertes et enfilées, et ces colliers ont environ trois pieds et demi de tour ou plus […].
(Sagard 1998 [1632] : 228)

28Il décrit leur mode de fabrication qui rejoint, à quelques exceptions près, la description de Lescarbot (ibid. : 229-230).

Fig. 4. « Branches » ou « ficelles » de wampum. Nord-est de l’Amérique du Nord, fin du xviie-début du xviiie siècle. Palourde (Mercenaria mercenaria), escargot de mer, coquillage (?), fibres végétales, 10 x 12 cm inv. 71.1934.33.494 D.

Fig. 4. « Branches » ou « ficelles » de wampum. Nord-est de l’Amérique du Nord, fin du xviie-début du xviiie siècle. Palourde (Mercenaria mercenaria), escargot de mer, coquillage (?), fibres végétales, 10 x 12 cm inv. 71.1934.33.494 D.

Dépôt de la Bibliothèque municipale de Versailles © musée du quai Branly–Jacques Chirac, photo Pauline Guyon.

29La première occurrence en anglais apparaît probablement sous la plume de William Bradford qui écrit en 1628 que les Amérindiens de la Nouvelle-Angleterre utilisent le wampum depuis environ vingt ans, ce qui ramène l’origine de la pratique à 1608 environ, une date qui rejoint le témoignage de Lescarbot et l’apparition des premiers colliers sur les sites senecas. Il ajoute que le wampum est devenu une marchandise de grande valeur et laisse entendre que les Algonquiens ont été séduits par cet objet et ont appris à le fabriquer (Bradford cité dans Bradley 2011 : 34). Il observe également que le wampum a transformé la vie des Autochtones : « How strange it was to see the great alteration it made in a few years among the Indians themselves. » (ibid.)

30Le collier de wampum connaît un grand développement durant le deuxième quart du xviie siècle. Les perles de wampum pullulent sur les sites archéologiques iroquoiens de cette période. Par exemple, le site seneca Power House, daté de 1630 à 1655, contient plus de 250 000 perles tubulaires et plus d’une douzaine de colliers composés de milliers de perles chacun ; plus de la moitié des sépultures du site en sont pourvues (Ceci 1985 : 10-11 ; Ceci 1989 :72). Les colons hollandais et anglais commencèrent à mettre à contribution les groupes algonquiens du Connecticut (Pequots et Narragansett) et de Long Island (Sewanhacky, Wamponomon et Paumanake) en leur fournissant des alênes métalliques leur permettant de fabriquer de plus grandes quantités de perles en coquillage, que les colons troquaient puis utilisaient pour se procurer des fourrures auprès de groupes iroquoiens de l’intérieur (Ceci 1990 : 59 ; Peña 1990 : 28 ; Fenton 1998 : 227). Les colons hollandais et anglais se mirent très vite à fabriquer ces perles à leur tour. La demande de perles en coquillage était si grande chez les Iroquois que celles-ci servaient de monnaie d’échange pour le commerce des fourrures. Leur cours fut même institué légalement en Nouvelle-Angleterre : en 1637, leur valeur était établie à quatre perles pour un penny (Beauchamp 1901 : 342). Il est significatif que les seuls groupes amérindiens à ne pas utiliser de perles en coquillage aient été les Algonquiens du sud de la Nouvelle-Angleterre qui les fabriquaient (Ceci 1989 : 72). Ces perles ne pouvaient acquérir la même valeur symbolique chez ces groupes, puisqu’elles étaient fabriquées localement avec des matériaux autochtones.

Le wampum comme objectification de la parole

31Le collier de wampum émerge dans le contexte des contacts et des échanges interculturels avec les Européens, d’abord avec les Français et ensuite avec les Hollandais et les Anglais, mais aussi entre les différents groupes amérindiens eux-mêmes, Algonquiens et Iroquoiens, puis Iroquoiens du Nord (Iroquoiens du Saint-Laurent, Hurons, Neutres, Eries, Pétuns) et Iroquoiens du Sud (Mohawks, Onneiouts, Onondagas, Senecas, Cayugas). Ces groupes avaient sans doute besoin d’un nouvel outil pour composer avec le nouveau contexte sociopolitique et économique lié à l’arrivée des Européens. Leur présence sur les côtes et progressivement à l’intérieur des terres suscite une plus grande mobilité de groupes autochtones pour récolter des fourrures et échanger avec eux, des tensions et des conflits entre Européens et Amérindiens, des rivalités entre les groupes autochtones, notamment les Iroquoiens du Nord, alliés aux Français, et les Iroquoiens du Sud, alliés d’abord aux Hollandais et ensuite aux Anglais.

32D’où vient l’idée du collier de wampum ? Il est possible que l’idée de tresser ces perles en forme de ceinture soit inspirée de la ceinture de coquillages ou de perles de verre qui semble assez courante en France dans la deuxième moitié du xvie siècle, du moins si l’on en croit les inventaires après décès des patenôtriers parisiens. L’archéologue américain James Bradley associe l’apparition du wampum avec l’introduction des perles de verre tubulaires par les Français au début du xviie siècle. Très recherchées par les différents groupes autochtones, ces perles deviennent abondantes et circulent largement dans tout le nord-est de l’Amérique du Nord (Bradley 2011 : 32-34). Il suggère que ce phénomène a encouragé la production de perles tubulaires en coquillage, d’autant plus que les perles de verre tubulaires sont assez souvent elles-mêmes utilisées dans la confection de colliers. L’écriture a peut-être aussi été une source d’inspiration. L’enfilage de perles sur des lanières alignées les unes sur les autres pour créer des messages encodés ressemble étrangement à la pratique d’enfiler des mots sur une ligne et de rassembler ces lignes dans un texte. Chose certaine, les occasions pour observer la pratique de l’écriture ne manquaient pas. Les deux fils du chef iroquoien Donnacona que Cartier amène en France pendant l’hiver de 1534-1535 et qu’il ramène au Canada en 1535 avaient certainement eu la possibilité de voir les Français écrire, voire de pratiquer l’écriture eux-mêmes. Les nombreux groupes autochtones qui font la traite le long des côtes auraient pu voir les « écrivains » à l’œuvre sur les navires français, comme Jehan Le Bailleul, comptable sur l’Aigle de La Rochelle en 1565, ou encore chez les capitaines de navire qui tenaient des journaux de bord. Il faut ajouter que les navires de traite ramenaient assez fréquemment des Amérindiens en France (Jarnoux 1995 et 2008). Les missionnaires représentent une autre source. Ils arrivent en Acadie dès 1611 (Biard 1611-1616 ; Massé 1611), puis à Québec en 1615 (Jamet, Dolbeau, Le Caron, Duplessis) et en Huronie dès 1623 (Sagard et Viel). Résidant avec les groupes autochtones, ces missionnaires pratiquaient quotidiennement l’écriture dans la mesure où ils avaient l’obligation de rédiger un journal et de faire part de ces relations à leurs supérieurs.

33Quelle que soit de la source d’inspiration de cet objet, il est certain qu’il s’agit d’une pratique singulière adaptée aux besoins propres des Amérindiens, qui sera même imposée aux Français dans les rencontres diplomatiques. Si les cultures amérindiennes ont élaboré cet objet particulier pendant la période des contacts, c’est effectivement parce que celui-ci pouvait être associé à l’œil, à la mémoire et à la parole, et exprimer efficacement des valeurs abstraites, sociales et politiques. Le wampum s’inscrit dans une longue tradition autochtone et possède déjà une grande valeur. Celle-ci provient de son caractère exotique ; il est relativement rare, vient de loin, et sa fabrication exige énormément de temps et de savoir-faire. La dureté et la surface polie du wampum véhiculaient les notions de fini, de brillance, de vivacité et d’action. Sagard évoque l’importance que les Amérindiens attribuaient à la dureté et à la brillance ; il rapporte une scène au cours de laquelle lui et quelques traiteurs de fourrures tentèrent de faire passer des perles d’ivoire pour des perles en coquillage marin, sans succès :

On avoit tasché de leur faire passer de l’yvoire pour de la pourcelaine, mais il n’y a pas eu moyen pour ce que la pourcelaine est tout autrement dure, blanche & luisante que l’yvoire, & par ainsi aysée à discerner.
(Sagard 1636 : 267)

34Blanches, elles étaient associées à la chevelure des ancêtres et symbolisaient les aspects cognitifs de la vie : visibilité, transparence, harmonie et ténacité de l’esprit. Elles constituaient des métaphores de la vision. Dans son Dictionnaire de la langue huronne, Sagard précise que les Hurons utilisaient le terme acoinna (œil) pour désigner la perle des Français (Sagard 1632, voir « acoinna »). En tant que métaphores des yeux et de la lumière, les perles avaient le pouvoir d’activer la mémoire et de servir d’outils mnémotechniques permettant de consigner des événements importants (Hamell 1983 ; Claassen 2019 : 89-94).

35Les colliers de wampum étaient intimement associés aux fonctions d’orateur et de chef. C’était les hommes endurcis et maniant bien la parole que l’on chargeait des missions diplomatiques et à qui l’on confiait des colliers de wampum utilisés pour négocier et sceller les traités. À partir du début du xviie siècle, peut-être même avant, les colliers jouent un rôle central lors des rencontres diplomatiques. Composés de plusieurs centaines, voire de plusieurs milliers de perles en coquillage (et quelquefois en verre), étroitement tissées les unes aux autres par des femmes à la suite d’un long et laborieux travail, les colliers exprimaient ainsi les « paroles » ou les « voix » du groupe (Hamell 1996 : 46-47 ; Karklins 1992 : 66-69). Le porte-parole rappelait à son auditoire, durant son allocution, qu’il s’exprimait au nom du groupe, comme si tous parlaient d’une même voix. L’une des premières descriptions détaillées de l’usage de wampum lors de rencontres diplomatiques provient de la plume de Marie de l’Incarnation qui rapporte la scène transmise par les missionnaires jésuites qui y participaient (Marie de l’Incarnation 1971 [1634-1671] : 254). L’ursuline rapporte que Kiotsaeton, chef agnier (mohawk), était arrivé « couvert de perles », muni de dix-sept colliers de wampum, dont quelques-uns qu’il portait sur lui et les autres dans un sac, constitués de quelques trente mille perles en coquillage. Cette réunion de haute importance eut lieu dans la cour du fort : le gouverneur et sa délégation étaient assis d’un côté, et les cinq ambassadeurs iroquois leur faisaient face ; du côté opposé, les groupes algonquiens alliés aux Français ; à côté d’eux, les Français et les délégués hurons ; enfin, Kiotsaeton, en plein centre. Celui-ci commence son discours en disant : « Onontio prête l’oreille à mes paroles, je suis la bouche de tout mon païs : Tu entends tous les Hiroquois, quand tu m’entends parler » (Marie de l’Incarnation 1971 : 254). L’orateur ne se contenta pas de parler, mais mima littéralement la signification des perles, « comme un acteur sur un théâtre en faisant mille gestes » (ibid. : 254).

36Dans leurs relations, les voyageurs français établissent souvent ce rapprochement entre le collier de wampum et la parole, voire l’écriture. Le jésuite Jean de Brébeuf souligne que « la porcelaine, qui tient lieu d’or et d’argent en ce pays, est toute-puissante » (Brébeuf 1636 : 60). Son contemporain Paul Lejeune, également jésuite, abonde dans le même sens en 1632 en précisant que ces colliers sont « leurs perles et diamans » (Thwaites 1896-1901, t. V : 60). Militaire et historien, Bacqueville de La Potherie va encore plus loin en affirmant : « un Collier c’est un Porte-paroles, ou un Contrat, qui a la même vertu que celui que l’on ferait par-devant Notaire. » (Bacqueville 1722, t. III : 4 )

  • 10 Pour une représentation de cette rencontre se référer à l’article Gilles Havard dans ce numéro, fig (...)

37Les cérémonies diplomatiques sont organisées autour de cet objet qui exprime une demande, une intention ou une action. Il « contient la parole », comme l’illustre bien le discours du chef iroquois Otreouti (surnommé par Lahontan Grangula Grande Gueule), lors de pourparlers avec le gouverneur La Barre le 5 septembre 168410. Ce leitmotiv qui appuie chaque parole assoit l’autorité de l’objet et impose ainsi au langage verbal une tutelle matérielle (Kelsey 2014). Dans le dernier collier, par lequel il menace de couper l’arbre de paix en cas d’attaque des Français, il ajoute : « Ce collier contient ma parole et le pouvoir que les Cinq Nations m’ont donné. » (Lahontan 1990 [1703] : 310) son efficacité est telle que La Barre fait marche arrière, retourne à Québec avec ses trois cents hommes.

Fig. 5. Claude-Charles Le Roy de La Potherie, dit Bacqueville de La Potherie, fait par Jean-Baptiste Scotin, graveur. « Branches de porcelaine, collier de porcelaine », in Histoire de l’Amérique septentrionale, imprimé à Rouen, 1722, p. 334. Gravure, 12.5 x 15.8 cm.

Fig. 5. Claude-Charles Le Roy de La Potherie, dit Bacqueville de La Potherie, fait par Jean-Baptiste Scotin, graveur. « Branches de porcelaine, collier de porcelaine », in Histoire de l’Amérique septentrionale, imprimé à Rouen, 1722, p. 334. Gravure, 12.5 x 15.8 cm.

La Potherie, contrôleur de la Marine et des fortifications au Canada de 1698 à 1701, fut l’un des principaux témoins oculaires de la Grande Paix de Montréal, conclue entre trente-neuf nations autochtones et la France en 1701 sous les auspices de Louis-Hector de Callière, quatorzième gouverneur de la Nouvelle-France. Il se chargea, au terme des événements, de rédiger un rapport qu’il destina à l’Académie royale des sciences de Paris.

Paris, BnF, département Réserve des livres rares, 8-P-340 ( 1 ).

38Cette gravure illustre la centralité de l’objet qui occupe le cœur de l’espace et le structure. La rencontre est médiatisée par deux objets, le collier de porcelaine et le calumet, surdimensionnés, qui trônent entre la Grangula et le gouverneur La Barre, chacun en face à face.

39Pour les Iroquoiens, le discours représentait la quintessence de l’action politique. C’est en manipulant les mots que l’on pouvait persuader et contrôler les autres, et étendre l’influence de la communauté par-delà ses frontières. L’art oratoire était considéré comme ultime forme du capital symbolique ; c’était par la circulation des discours structurés que la reproduction sociale et politique pouvait se faire. Plus que de simples paroles ou de simples voix, les colliers de wampum objectifiaient la nation (Fenton 1985 : 3-36). D’ailleurs, ce n’est peut-être pas un hasard si le collier – plutôt que les brassards, les bracelets, les chevillettes, les bandeaux et les autres objets d’ornementation corporelle – se détache du corps pour devenir l’icône, par excellence, du corps politique. De tous les objets perlés, il s’imposait par ses dimensions et par le fait qu’il entourait les deux principales articulations du corps, le cou et la taille.

Conclusion

40Les recherches menées dans les archives notariales françaises et l’étude de la collection de perles des jardins du Carrousel à Paris ont permis de démontrer que les Français fabriquaient des perles en coquillage et les échangeaient avec les Amérindiens dès le milieu du xvie siècle. Les Français participent activement à la traite des fourrures dans le Saint-Laurent, mais aussi sur toute la côte atlantique jusqu’au Chesapeake pendant toute la seconde moitié du xvie siècle. Les perles en coquillage figurent parmi les objets de traite, avec les perles de verre, les objets de cuivre et de fer, la mercerie et des vêtements, qui circulent largement chez les groupes algonquiens et iroquoiens du nord-est de l’Amérique du Nord. Il est très possible qu’un commerce de coquillages proprement autochtone se soit développé parallèlement ou même en conjonction avec ce commerce des perles en coquillage d’origine européenne. Les commerçants autochtones de l’intérieur semblent avoir pris l’habitude d’acquérir des coquillages lors de leurs déplacements sur les côtes et avoir commencé à fabriquer des perles tubulaires et à y forer des trous à l’aide d’alênes en fer obtenues des Français. Les alênes figurent régulièrement dans les cargaisons de traite françaises. Les colliers en perles tubulaires tressés ensemble apparaissent sur les sites iroquoiens de la fin du xvie siècle et du début du xviie, mais pas avant. Les perles tubulaires employées pour fabriquer les wampums restent peu nombreuses sur les sites. Elles apparaissent en branches simples sous forme de bracelets ou de colliers simples, mais jamais comme une ceinture de plusieurs branches tressées ensemble. Les spécimens trouvés ne correspondent jamais au nombre suffisant requis pour fabriquer un wampum. Les perles rondes et plates, de type discoïde, dominent encore largement les collections. Employées pour la fabrication de colliers, de bracelets, de chevillettes et de bandeaux, ces perles discoïdes ne convenaient pas pour la confection de colliers de wampum.

Fig. 6. Claude-Charles Le Roy de La Potherie, dit Bacqueville de La Potherie, fait par Jean-Baptiste Scotin, graveur. « Chef » autochtone présentant un collier de wampum [sans titre] in Histoire de l’Amérique septentrionale, tome 4. Imprimé à Rouen, et se vend à Paris, 1722, p. 90.

Fig. 6. Claude-Charles Le Roy de La Potherie, dit Bacqueville de La Potherie, fait par Jean-Baptiste Scotin, graveur. « Chef » autochtone présentant un collier de wampum [sans titre] in Histoire de l’Amérique septentrionale, tome 4. Imprimé à Rouen, et se vend à Paris, 1722, p. 90.

Gravure, 12.5 x 15.8 cm. Paris, BnF, département Réserve des livres rares, 8-P-340 ( 4 ).

41La création des colliers de wampum au début du xviie siècle, faite d’emprunts et d’adaptations, répondait aux besoins de communication dans ce nouveau contexte sociopolitique. Pratiquement tous les récits de voyage français de cette époque l’évoquent et il apparaît en nombre croissant dans les collections archéologiques provenant de sites amérindiens. Plus que de simples substituts aux matériaux locaux, les colliers de wampum ont constitué, dans le nord-est de l’Amérique du Nord, l’expression d’une nouvelle dynamique interculturelle. Près d’un siècle de commerce et de contacts avec les Français et l’arrivée de colons français, hollandais et anglais au début du xviie siècle ont conduit à de profonds bouleversements démographiques, économiques et politiques chez les peuples autochtones du nord-est de l’Amérique du Nord, lesquels entraînent également des bouleversements importants dans l’utilisation des perles en coquillage : ces dernières provenaient désormais de l’extérieur, apparaissaient plus fréquemment et en plus grande quantité, sous de nouvelles formes et configurations, et elles étaient utilisées dans des contextes politiques hautement ritualisés. Sans doute faut-il attribuer au contexte des contacts lui-même, plutôt qu’à une transformation interne de la pensée et de la cosmologie amérindiennes, cette objectivation de leur valeur et de leur pouvoir de communication. Durant la période de localisme profond qui caractérise l’époque préhistorique tardive, les groupes indigènes organisèrent leur économie politique par des perles issues de matériaux locaux. Avec l’accroissement des échanges, des mouvements de populations, des rivalités commerciales et des tensions interculturelles, ils adaptèrent leurs formes de représentation au nouveau contexte et recomposèrent leur régime de valeur et leur économie politique avec les perles de l’autre, puisque l’acte de s’incorporer l’autre constituait un moyen de se régénérer soi-même.

Haut de page

Bibliographie

Sources manuscrites

Archives départementales de la Charente-Maritime (La Rochelle), ADCM Registre notarié : 3E2149 (1565).

Archives départementales de la Gironde (Bordeaux), ADG

Registres notariés : 3E 5424 (1584) ; 3E 5425 (1585) ; 3E 5427 (1586) ; 3E 5428 (1587).

Archives départementales de la Seine-Maritime (Rouen), ADSM

Registre notarié : 2E 1/881 (1563-1564).

Archives notariales (Paris), minutier central des notaires, AN, MCN

Registres notariés: LIX-25 (1562) ; IX-149 (1568) ; III-436 (1569) ; III-321 (1570) ; LIX-27 (1572) ; XCI-124 (1573) ; IX-154 (1573) ; III-437 (1578) ; XX-135 (1579) ; I-49 (1580) ; XXXV-36 (1580) ; XX-128 (1581) ; IX-162 (1581) ; III-191 (1584) ; XCI-130 (1584) ; IX-111 (1584) ; XLV-160 (1585) ; XXIII-135 (1591) ; XCIX-65 (1599) ; I-41 (1603) ; LXXXVI-212 (1606) ; XV-48 (1607) ; X-13 (1610) ; et XLII-77 (1630).

Sources imprimées

Abreu-Ferreira, Darlene

1998 « Terra Nova through the Iberian Looking Glass: The Portuguese Newfoundland Fishery in the 16th Century », Canadian Historical Review 79 (1) : 100-117.

Baart, Jan

1988 « Glass Beads in Amsterdam », Historical Archaeology 22 (1) : 67-75.

Bacqueville de La Potherie, Claude-Charles Le Roy

1722 Histoire de l’Amérique septentrionale […]. Paris, Nion et Didot.

Beauchamp, William M.

1901 Wampum and Shell Articles Used by the New York Indians. Albany, NY, University of the State of New York.

Beaudry, René et Le Blant, Robert

1967 Nouveaux documents sur Champlain et son époque. Ottawa, Archives publiques du Canada.

Biard, Pierre

1611 « Lettre au R. P. Christophe Baltazar, Provincial de France, à Paris. Port Royal, 10 juin 1611 », in Reuben Gold Thwaites (éd.), The Jesuits Relations and Allied Documents. Cleveland, Burrows Brothers, t. I. : 138-182.

Biggar, Henry P.

1901 Early Trading Companies to New France. New York, Argonaut Press.

1922-1936 The Works of Samuel de Champlain, t. I-VI. Toronto, The Champlain Society.

1930 A Collection of Documents Relating to Jacques Cartier and the Sieur De Roberval.Ottawa, Archives publiques du Canada.

Boucher, François

1996 Histoire du Costume en Occident des origines à nos jours. Paris, Flammarion.

Bradley, James

1983 « Blue Crystals and Other Trinkets: Glass Beads from 16th and Early 17th Century New England », in Charles F. Hayes III (dir.), Proceedings of the 1982 Glass Trade Bead Conference. Rochester, NY, Rochester Museum and Science Center Research Record 16 : 29-40.

1987 Evolution of the Onondaga Iroquois: Accomodating Change, 1500-1655. Syracuse, NY, Syracuse University Press.

2007 Before Albany ; An Archaeology of Native - Dutch Relations in the Capital Region, 1600-1664. Museum Bulletin 509, Albany, The University of State of New York.

2011 « Re-visiting Wampum and Other 17th Century Shell Games », Archaeology of Eastern North America 39 : 25-51.

Bradley, James et Childs, S. Terry

1991 « Basque Earrings and Panther’s Tails: The Form of Cross-Cultural Contact in 16th Century Iroquoia », in Robert M. Ehrenreich (dir.), Metals in Society: Theory Beyond Analysis. Philadelphie, The University Museum of Archæology and Anthropology, University of Pennsylvania : 7-17.

Brébeuf, Jean (de)

1996 [1636] Relation de ce qui s’est passé dans le pays des Hurons en l’année 1636 […], in Jean de Brébeuf : écrits en Huronie, Gilles Thérien (éd.). Montréal, Leméac.

Cartier, Jacques

1986 [1534-1542] Relations, Michel Bideaux (éd.). Montréal, Presses de l’Université de Montréal.

Ceci, Lynn

1977 «The Effect of European Contact and Trade on the Settlement Pattern of Indians of Coastal New York, 1524-1665», The Archaeological and Documentary Evidence », thèse de doctorat en anthropologie. City University of New York.

1985 « Shell Bead Evidence From Archaelological Sites in the Seneca Region of New York State », communication présentée à la Conférence annuelle de recherche sur les Iroquois. Rensselaerville, New York.

1989 « Tracing Wampum’s Origins: Shell Bead Evidence from Archaeological Sites in Western and Coastal New York », in Charles F. Hayes III (dir.), Proceedings of the 1986 Shell Bead Conference. Rochester, NY, Rochester Museum and Science Center Research Record 20 : 63-80.

1990 « Native Wampum as a Peripheral Resource in the 17th Century World-System », in Laurence M. Hauptman et James D. Wherry (dir.), The Pequots in Southern New England: The Rise and Fall of an American Indian Nation. Norman, Londres, University of Oklahoma Press.

Cell, Gillian

1969 English Enterprise in Newfoundland, 1577-1660. Toronto et Buffalo, University of Toronto Press.

Champlain, Samuel (de)

2019 [1598-1619] Les Œuvres complètes de Champlain, t. I, Éric Thierry (éd.). Québec, Septentrion.

Chapdelaine, Claude

2016 « Saint Lawrence Iroquoians as Middlemen of Observers: Review of Evidence in the Middle and Upper Saint Lawrence Valley », in Brad Loewen et Claude Chapdelaine (dir.), Contact in the 16th Century: Networks among Fishers, Foragers, and Farmers. Ottawa. Musée canadien de l’histoire, Presses de l’université d’Ottawa : 149-170.

Chapdelaine, Claude et Kennedy, Gregory

1990 « The Origin of an Iroquoian Rim Sherd from Red Bay », Man in the Northeast 40 : 41-43.

Claassen, Cheryl

2019 « Shells Below, Stars Above: Four Perspectives on Shell Beads », Southeastern Archaeology 38 : 2, 89-94.

Delmas, Vincent

2016 « Beads and Trade Routes: Tracing 16th Century Beads Around the Gulf and into the Saint Lawrence Valley », in Brad Loewen et Claude Chapdelaine (dir.), Contact in the 16th Century: Networks among Fishers, Foragers, and Farmers. Musée canadien de l’histoire, Presses de l’université d’Ottawa : 77-115.

Dickason, Olive P.

1996 « Wampum », in Frederick Hoxie (dir.), Encyclopedia of North American Indian. Boston, Houghton Mifflin : 263-265.

Farcy, Louis (de)

1890 La Broderie du xie siècle à nos jours. Angers, Belhomme.

Fenton, William N.

1985 « Structure, Continuity, and Change in the Process of Iroquois Treaty Making », in Francis Jennings (dir.), The History and Culture of Iroquois Diplomacy. Syracuse, Syracuse University Press : 3-36.

1998 The Great Law and the Longhouse: A Political History of the Iroquois Confederacy. Norman, University of Oklahoma Press.

Fiset, Richard et Samson, Gilles

2013 Chantier archéologique Cartier-Roberval : rapport synthèse des fouilles 2007-2008. Québec, ministère de la Culture et des Communications du Québec.

Fitzgerald, William

1990 «Chronology to Cultural Process. Lower Great Lakes Archæology, 1500-1650», thèse de doctorat, Montréal, McGill University.

Fitzgerald, William et al.

1995 « Untanglers of Matters Temporal and Cultural: Glass Beads and the Early Contact Period Huron Ball Site », Canadian Journal of Archaeology 19 : 117-138.

Glen, Jean (de)

1601 Des habits, mœurs, cérémonies et façons de faire anciens et modernes du monde […] avec les pourtraicts des habits taillés. Liège, Jean de Glen.

Greimas, Algirdas Julien

1992 Dictionnaire du moyen français : la Renaissance. Paris, Larousse.

Hamel, Nathalie

1995 « Les perles de verre du site du Palais de l’Intendant à Québec », Mémoires vives 9 : 10-16.

Hamell, George R.

1983 « Trading and Metaphors: The Magic of Beads », in Charles F. Hayes III (dir.), Proceedings of the 1982 Glass Trade Bead Conference. Rochester, NY, Rochester Museum Science Center Research Record 16 : 5-28.

1986 Life’s Immortal Shell: Wampum Among the Iroquois. Paper presented at the 1986 Shell Bead Conference, Rochester, NY, Rochester Museum Science Center Research Record.

1992 « The Iroquois and the World’s Rim: Speculations on Color, Culture, and Contact », American Indian Quarterly 26 (4): 451-469.

1996 « Wampum », in Alexandra Van Dongen (dir.), One Man’s Trash is Another’s Man’s Treasure. Rotterdam, Museum Boymans-van Beuningen : 41-51.

Heidenreich, Conrad

1990 « History of the Saint-Lawrence-Great Lakes Area », in Chris Ellis et Neal Ferris (dir.), The Archaeology of Southern Ontario to AD. 1650. London, Occasional Publication of the London Chapter : 475-492.

Jarnoux, Philippe

1995 « Itinéraires oubliés : les Indiens en Europe aux xvie et xviie siècles », in Jean-Pierre Sanchez (dir.), Dans le sillage de Colomb : l’Europe du Ponant et la découverte du Nouveau Monde (1450-1650). Rennes, Presses universitaires de Rennes : 311-329.

2008 « Puissance du spectacle, spectacle de l’impuissance : les Indiens dans le royaume de France aux xvie et xviie siècles », communication présentée au 138e congrès du CTHS (Comité des travaux historiques et scientifiques), Migrations, transferts et échanges de part et d’autre de l’Atlantique. Québec, université Laval.

Karklins, Karlis

1974 « Seventeenth Century Dutch Beads », Historical Archaeology 8 : 64-82.

1990 « Dominique Bussolin on the Glass-Bead Industry of Murano and Venice (1847) », Carol F. Adams (trad.), Beads. Journal of the Society of Bead Researchers 2 : 69-84.

1992 Trade Ornament Usage Among the Native Peoples of Canada: A Source Book. Ottawa, National Historic Parks Service, Studies in Archaeology, Architecture and History.

2016 « Frit-Core Beads in North America », Beads. Journal of the Society of Bead Researchers 28 : 60-65.

Karklins, Karlis et Bonneau, Adelphine

2018 « More on Frit-Core Beads in North America », Beads. Journal of the Society of Bead Researchers 30 : 55-59.

Kelsey, Penelope Myrtle

2014 Reading the Wampum: Essays on Hodinöhsö:ni’ Visual Code and Epistemological Recovery. Syracuse, NY, Syracuse University Press.

Kent, Barry C.

1984 Susquehanna’s Indians. Harrisburg, Pennsylvania Historical and Museum Commission.

Kenyon, Ian T. et Kenyon Thomas

1983 « Comments on Seventeenth Century Glass Trade Beads from Ontario », in Charles F. Hayes (dir.), Proceedings of the 1982 Glass Trade Bead Conference. Rochester, NY, Museum and Science Centre, Research Record 16 : 59-74.

Kenyon, Ian T. et Fitzgerald , William

1986 « Dutch Glass Beads in the Northeast: An Ontario Perspective », Man in the Northeast 32: 1-34.

Kidd, Kenneth E.

1970 A Classification System for Glass Beads for the Use of Field Archaeologists. Ottawa, Canadian Historic Sites, Occasional Papers in Archaeology and History 1, Environment Canada.

1979 Glass Bead-Making from the Middle Ages to the Early 19th Century. Ottawa, History and Archaeology 30, National Historic Parks, Environment Canada.

Kuhn, Robert D. et Funk, Robert E.

1994 « Mohawk Interaction Patterns During the 16th Century », in Charles F. Hayes III (dir.), Proceedings of the 1992 People to People Conference. Rochester, NY, Rochester Museum and Science Center Research Record 23 : 77-84.

Lafitau, Joseph-François

1724 Mœurs des Sauvages amériquains, comparées aux mœurs des premiers temps. Paris, Saugrain l’aîné et Charles-Estienne Hochereau.

Lahontan, Louis-Armand (baron de)

1990 [1703] Nouveaux Voyages dans l’Amérique septentrionale, in Œuvres complètes, Réal Ouellet (éd.). Montréal, Presses de l’université de Montréal.

Lenig, Wayne

1999 « Patterns of Material Culture During the Early Years of New Netherland Trade », Northeast Anthropology 58 : 47-74.

Lennox, Paul A. et Fitzgerald, William

1990 « The Cultural History and Archaeology of the Neutral Iroquoians », in Chris J. Ellis et Neal Ferris (dir.), The Archaeology of Southern Ontario to A.D. 1650. Occasional Publication of the London Chapter, Londres, Ontario : 405-446.

Lescarbot, Marc

1609 Histoire de la Nouvelle-France. Paris, Jean Millot.

Lespinasse, René (de)

1886-1897 Les Métiers et corporations de la ville de Paris (xiv e-xviii e siècle). Paris, Imprimerie Nationale.

Litalien, Raymonde

1993 Les Explorateurs de l’Amérique du Nord 1492-1795. Québec, Septentrion.

Loewen, Brad

2016 « Sixteenth-Century Beads: New Data, New Directions », in Brad Loewen et Claude Chapdelaine (dir.), Contact in the 16th Century: Networks among Fishers, Foragers, and Farmers. Ottawa, Musée canadien de l’histoire, Presses de l’université d’Ottawa : 269-288.

Marie de l’Incarnation

1971 [1634-1671] Correspondance, Dom Guy Oury (éd.). Solesmes, Abbaye Saint-Pierre.

Marier, Christiane

1996 Les Menus Objets de Place Royale. Québec, Les publications du Québec.

Miller, Henry et al.

1983 « Beads from the 17th Century Chesapeake », in Charles F. Hayes III (dir.), Proceedings of the 1982 Glass Trade Bead Conference. Rochester, NY, Rochester Museum and Science Center Research Record 16 : 127-144.

Moreau, Jean-François

1994 « Des perles de la protohistoire au Saguenay-Lac Saint-Jean ? », Recherches amérindiennes au Québec 24 (1-2) : 31-48.

Moussette, Marcel et Niellon, Françoise

1985 Le Site de l’habitation de Champlain à Québec : étude de la collection archéologique. Québec, Publications du Québec.

Neis, Cordula

2018 « European Conceptions of “Exotic” Writing Systems in the 17th and 18th Centuries », Language and History 61 (1) : 1-13.

Peña, Elizabeth

1990 « Wampum Production in New Netherland and Colonial New York: The Historical and Archaeological Context », thèse de doctorat. Boston University.

Pendergast, James

1989 « The Significance of Some Marine Shell Excavated on Iroquoian Archaeological Sites in Ontario », in Charles F. Hayes III (dir.), Proceedings of the 1986 Shell Bead Conference. Rochester, NY, Rochester Museum and Science Center Research Record 20 : 97-106.

Quinn, David B.

1977 North America from Earliest Discovery to First Settlements: The Norse Voyages to 1612. New York, NY, Norton.

1979 New American World: A Documentary History of North America to 1612. New York, NY, Arno and Bye.

Ramsden, Peter

1990 « The Hurons: Archaeology and Culture History », in Chris J. Ellis et Neal Ferris (dir.), The Archaeology of Southern Ontario to A.D. 1650. Londres, Ontario, Occasional Publication of the London Chapter : 361-384.

Sagard, Gabriel

1636 Histoire du Canada […]. Paris, Claude Sonnius.

1998 [1632] Le Grand Voyage du pays des Hurons, suivi de Dictionnaire de la langue huronne, Jack Warwick (éd.). Montréal, Presses de l’université de Montréal.

Sempowski, Martha L.

1989 « Fluctuations Through Time in the Use of Marine Shell at Seneca Iroquois Sites », in Charles F. Hayes III (dir.), Proceedings of the 1986 Shell Bead Conference. Rochester, NY, Museum and Science Center Research Record 20 : 81-96.

Snow, Dean

1994 The Iroquois. Blackwell, Oxford and Cambridge.

1995 Mohawk Valley Archaeology: The Sites. Matson Museum of Anthropology, University Park, Pennsylvania State University, University Park.

Thwaites, Reuben Gold (éd.)

1896-1901 The Jesuit Relations and Allied Documents: Travels and Explorations of the Jesuit Missionaries in New-France, 1610-1791. Cleveland, Burrows Brothers.

Trigger, Bruce

1985 Natives and Newcomers: Canada’s “Heroic Age” Reconsidered. Montréal/Kingston, McGill-Queen’s University Press.

1991 « Early Native North American Responses to European Contact: Romantic versus Rationalistic Interpretations », The Journal of American History 77 (4) : 1195-1215.

Turgeon, Laurier

2001 « French Beads in France and Northeastern North America During the 16th Century », Historical Archaeology 35 (4) : 58-82.

2019 Une histoire de la Nouvelle-France : Français et Amérindiens au xvi e siècle. Paris, Belin.

Vachon, André

1970 « Colliers et ceintures de porcelaine chez les Indiens de la Nouvelle-France », Les Cahiers des dix 35 : 251-278.

1971 « Colliers et ceintures de porcelaine dans la diplomatie indienne », Les Cahiers des dix 36 :179-192.

Van Ossel, Paul

1991 Les Jardins du Carrousel à Paris : Fouilles 1989-1990. Paris, Service régional de l’archéologie d’Île-de-France, ministère de la Culture, de la Communication et des Grands Travaux.

Vecellio, Cesare

1860 [1590] Costumes anciens et modernes, trad. de l’italien par Armand Lacombe. Paris, Didot Frères.

Whitehead, Ruth

1993 Nova Scotia: The Protohistoric Period, 1500-1630. Halifax, NS, Curatorial Report 75, Nova Scotia Museum.

Williamson, Ronald F. et al.

2016 « Looking Eastward: 15th and Early 16th Century Exchange Systems of the North Shore Ancestral Wendat », in Brad Loewen et Claude Chapdelaine (dir.), Contact in the 16th Century: Networks among Fishers, Foragers, and Farmers. Ottawa, Musée canadien de l’histoire, Presses de l’université d’Ottawa : 235-255.

Wolters, Natacha

1996 Les Perles : au fil du textile. Paris, Syros.

Wray, Charles F.

1983 « Seneca Glass Trade Beads, c. A.D. 1550-1820 », in Charles F. Hayes III (dir.), Proceedings of the 1986 Shell Bead Conference. Rochester, NY, Rochester Museum and Science Center Research Record 20 : 41-50.

Wray, Charles F. et al.

1987 The Adams and Culbertson Sites. Rochester, NY, Rochester Museum and Science Center, The Charles F. Wray Series in Archaeology, t. I.

1991 Tram and Cameron: Two Early Contact Era Seneca Sites. Rochester, NY, Rochester Museum and Science Center, The Charles F. Wray Series in Archaeology, t. II.

Haut de page

Notes

1 Nous avons utilisé le mot « collier » dans cette étude car il s’agit du terme le plus souvent employé pour le désigner dans les documents français de l’époque coloniale. Ce dernier reste toutefois un peu trompeur car il évoque un objet composé d’une seule chaîne de perles portées autour du cou. Or, le collier de wampum est formé de plusieurs branches de perles en coquillage tissées ensemble en une masse compacte pouvant atteindre 1 mètre de long et 15 cm à 20 cm de large, et il peut être porté sur plusieurs parties du corps : autour du cou, mais aussi sur l’épaule, sur l’avant-bras et autour de la taille. Les Français de l’époque de la Nouvelle-France ont visiblement eu du mal à trouver un mot convenable et consensuel pour nommer cet objet nouveau. En effet, ils utilisent aussi les mots « écharpes », « cordons », « chaînes », « carcans » et « branches ». Les Anglais emploient communément le mot « ceinture » (belt ou sash).
Pour une liste complète des termes, voir lexique p. 158 dans ce numéro.

2 Les notaires parisiens utilisaient le terme « émail » vraisemblablement pour désigner ces perles de faïence ou de pâte tendre, dont le procédé de fabrication est différent des perles de verre produites par vitrification. Afin d’éviter de compliquer la terminologie, nous avons eu recours au même lexique pour la rédaction de cet article.

3 Selon le dictionnaire de Furetière du xviie siècle, « l’escarcelle » est une grande bourse de cuir suspendue à la ceinture ou à l’épaule.

4 On avait creusé ces fossés afin d’en extraire le sable nécessaire à la construction du palais des Tuileries durant la seconde moitié du xvie siècle, au moment où ce dernier était devenu partie intégrante du complexe du Louvre (Van Ossel 1991 : 356)

5 Au cours des fouilles, des tranchées ont été creusées un peu partout dans le secteur ; un tamisage au tamis de 2,5 mm et 0,5 mm a été effectué dans deux d’entre elles. C’est dans ces tranchées que la plupart des perles et des autres petits artefacts ont été trouvés (Van Ossel 1991 : 351-352).

6 Les perles de pâte tendre émaillée apparaissent plus fréquemment que dans les inventaires après décès. Toutefois, la perle ovale bleue si caractéristique avec ses lignes et ses points blancs figure dans la collection du Louvre, nommée par les archéologues anglophones « frit-core », et par les archéologues francophones du Canada « perle à faïence ». En Amérique du Nord, ce type de perles apparaît très tôt et sur des sites amérindiens de la période 1560 à 1620 environ (Fitzgerald et al. 1995 : 117-138 ; Karklins 2016 : 60-65 ; Karklins et Bonneau 2018 : 58-59).

7 Je voudrais remercier Martha Sempowski qui m’a fourni cette information. Seules deux des sept perles en coquillage de la collection du Louvre ont été retrouvées ensemble, ce qui indique qu’elles proviennent d’époque et de sources différentes.

8 Certaines pierres (calcédoine, catlinite, stéatite) et métaux exotiques apparaissent également très tôt (Martha Sempowski, communication personnelle).

9 À notre connaissance, le site seneca Adams (1560-1575) est le seul site iroquoien qui a révélé des traces de débitage de coquillages marins associées avec des perles en cours de fabrication et la présence d’alênes en fer visiblement utilisées pour forer les trous (Ceci 1989 :72).

10 Pour une représentation de cette rencontre se référer à l’article Gilles Havard dans ce numéro, fig. 6 p. 35. Cette gravure illustre la centralité de l’objet qui occupe le cœur de l’espace et le structure. La rencontre est médiatisée par deux objets surdimensionnés, le collier de porcelaine et le calumet, qui trônent entre la Grangula et le gouverneur La Barre, l’un en face de l’autre.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Perles de provenance variée. Amérique du Nord, xvie-xviie siècle. Escargot de mer, fibres végétales, L. 1,4-3 cm x diam. 0,7-1,5 cm, inv. 71.1878.32.154.
Légende L’absence d’outils métalliques pour la confection de ces perles témoigne de leur ancienneté. Ce type de perles, dont la production précède celle des perles tubulaires wampum, est rare et reste à cette époque l’apanage des personnes de haut rang.
Crédits Ancienne collection du Cabinet des médailles, BnF © musée du quai Branly–Jacques Chirac, photo Pauline Guyon.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/5939/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 2. Collier de wampum à pendentifs zoomorphes. Nord-est de l’Amérique du Nord, 1660-1680. Palourde (Mercenaria mercenaria), escargot de mer, fibres végétales, 33 cm x 3,2-3,8 cm, inv. 71.1881.17.1.
Légende Ce collier comportait à l’origine quatre pendentifs aviformes en coquillage blanc, d’un type bien établi dans le Nord-Est nord-amérindien pour les éléments de parure. Il s’agit peut-être du « collier de femme ou de fille avec deux paires de pendans d’oreilles de porcelaine » que possède Michel Bégon, intendant de la Marine à Rochefort (1688-1710) et grand collectionneur de « curiosités », au tournant du xviie siècle.
Crédits Ancienne collection du Muséum national d’histoire naturelle, Paris © musée du quai Branly–Jacques Chirac, photo Patrick Gries, Valérie Torre.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/5939/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 3. Collier de wampum huron conservé dans le Trésor de la Cathédrale de Chartres. Huron (Huron-Wendat), Lorette (Québec), 1678. Palourde (Mercenaria mercenaria), escargot de mer, perles de verre, cuir, piquants de porc-épic, fibres végétales, L. 145 cm.
Légende Ce collier fut envoyé en 1678 par les Hurons de Lorette à Notre-Dame de Chartres, accompagné de lettres manuscrites détaillant le message qui lui est associé en langue huronne et en français. L’inscription latine dit : « VIRGINI PARITVRÆ VOTVM HVRONUM » [« Vœu des Hurons à la Vierge qui doit enfanter »]. Cette offrande visait à réaffirmer les liens entre la Vierge et la communauté, requête à laquelle les Chartrains répondirent par l’envoi en 1680 d’une grande chemise en argent remplie de différentes reliques.
Crédits Chartres, Trésor de la Cathédrale © Région Centre-Val de Loire, Inventaire général, Thierry Cantalupo.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/5939/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 444k
Titre Fig. 4. « Branches » ou « ficelles » de wampum. Nord-est de l’Amérique du Nord, fin du xviie-début du xviiie siècle. Palourde (Mercenaria mercenaria), escargot de mer, coquillage (?), fibres végétales, 10 x 12 cm inv. 71.1934.33.494 D.
Crédits Dépôt de la Bibliothèque municipale de Versailles © musée du quai Branly–Jacques Chirac, photo Pauline Guyon.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/5939/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 5. Claude-Charles Le Roy de La Potherie, dit Bacqueville de La Potherie, fait par Jean-Baptiste Scotin, graveur. « Branches de porcelaine, collier de porcelaine », in Histoire de l’Amérique septentrionale, imprimé à Rouen, 1722, p. 334. Gravure, 12.5 x 15.8 cm.
Légende La Potherie, contrôleur de la Marine et des fortifications au Canada de 1698 à 1701, fut l’un des principaux témoins oculaires de la Grande Paix de Montréal, conclue entre trente-neuf nations autochtones et la France en 1701 sous les auspices de Louis-Hector de Callière, quatorzième gouverneur de la Nouvelle-France. Il se chargea, au terme des événements, de rédiger un rapport qu’il destina à l’Académie royale des sciences de Paris.
Crédits Paris, BnF, département Réserve des livres rares, 8-P-340 ( 1 ).
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/5939/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Fig. 6. Claude-Charles Le Roy de La Potherie, dit Bacqueville de La Potherie, fait par Jean-Baptiste Scotin, graveur. « Chef » autochtone présentant un collier de wampum [sans titre] in Histoire de l’Amérique septentrionale, tome 4. Imprimé à Rouen, et se vend à Paris, 1722, p. 90.
Crédits Gravure, 12.5 x 15.8 cm. Paris, BnF, département Réserve des livres rares, 8-P-340 ( 4 ).
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/5939/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurier Turgeon, « Perles et colliers en coquillage en France et en Amérique du Nord au xvie siècle et au début du xviie siècle »Gradhiva, 33 | 2022, 40-59.

Référence électronique

Laurier Turgeon, « Perles et colliers en coquillage en France et en Amérique du Nord au xvie siècle et au début du xviie siècle »Gradhiva [En ligne], 33 | 2022, mis en ligne le 02 février 2022, consulté le 18 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/5939 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gradhiva.5939

Haut de page

Auteur

Laurier Turgeon

Départements des sciences historiques, Université Laval, Québec
Laurier.Turgeon[at]hst.ulaval.ca

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page
  • Logo Musée du quai Branly
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search