Navigation – Plan du site

AccueilNuméros33EntretienEntretien avec Nicole O’Bomsawin....

Entretien

Entretien avec Nicole O’Bomsawin. Le wampum et la culture abénakise, entre passé et présent

Nicole O’Bomsawin, Clémence Fort, Paz Núñez-Regueiro, Nikolaus Stolle et Leandro Varison
p. 132-143

Résumé

Anthropologue et muséologue de formation, Nicole O’Bomsawin est originaire d’Odanak, et membre de la Première Nation des Abénakis. Entre 1986 et 2006, elle a dirigé le Musée des Abénakis, première institution muséale autochtone du Québec fondée en 1965. Aujourd’hui enseignante d’anthropologie à l’institut Kiuna et collaboratrice de l’Institut national de recherche scientifique (INRS) au Québec, elle œuvre notamment à l’établissement de nouvelles stratégies pour la promotion d’une collaboration plus étroite entre les institutions publiques et de recherche et les communautés autochtones. Elle est aussi engagée auprès de l’organisme Kapakan, qui encourage le travail avec les aînés et coordonne de nombreux évènements et rencontres intergénérationnels. Également conteuse, Nicole O’Bomsawin participe à des festivals de contes pour faire connaître l’imaginaire des Premières Nations. Son travail pionnier au musée d’Odanak et son engagement pour la préservation de la tradition orale et la transmission des savoirs autochtones en font l’une des figures de proue de la muséologie et de la culture autochtones au Québec.

Haut de page

Texte intégral

Fig. 1. Grégoire Huret, Femmes autochtones dans leurs meilleurs attraits [sans titre]. S. J. , Le P. François Ducreux. Historiae Canadensis seu Novae Franciae libri decem, ad annum usque Christi 1656, auctore P. Francisco Creuxio... Parisiis : apud S. Cramoisy et S. Mabre-Cramoisy, 1664. Gravure, 19.8 x 14 cm. Paris, BnF, RES-LK12-890.

Fig. 1. Grégoire Huret, Femmes autochtones dans leurs meilleurs attraits [sans titre]. S. J. , Le P. François Ducreux. Historiae Canadensis seu Novae Franciae libri decem, ad annum usque Christi 1656, auctore P. Francisco Creuxio... Parisiis : apud S. Cramoisy et S. Mabre-Cramoisy, 1664. Gravure, 19.8 x 14 cm. Paris, BnF, RES-LK12-890.

Si François Ducreux s’est fait connaître comme chroniqueur des Jésuites en Nouvelle-France, il n’a jamais foulé le sol américain. Il a rédigé son histoire du Canada à partir d’informations obtenues de missionnaires ayant œuvré sur place, comme les pères Jean de Brébeuf, Paul Le Jeune et François-Joseph Bressani.

Lorsque j’ai pris le poste de direction en 1986, j’ai exigé que le musée soit ouvert toute l’année et plus seulement l’été. Je voulais qu’il soit accessible aux touristes, mais aussi que la communauté se l’approprie afin de faire connaître la collection au plus grand nombre. À l’époque nous n’avions ni archives ni réserves, tout était à mettre en place. De nombreuses pièces étaient exposées dans les bureaux, dans des entrepôts, n’importe où, empilées les unes sur les autres… Face à l’ampleur de la tâche, je suis retournée faire une maîtrise en muséologie, car je ne savais pas en quoi consistait le travail de muséologue et les petites formations que j’avais suivies n’étaient pas suffisantes.

Le musée s’est ainsi amélioré et agrandi par la suite. En 2005-2006, il a été doté d’une réserve. Puis nous avons travaillé à un projet d’agrandissement qui s’est concrétisé dix ans plus tard. Celui-ci était trop coûteux pour la communauté, si bien que nous avons dû œuvrer afin d’obtenir le soutien des politiciens du Québec et du Canada. En 2006, nous avons touché au but et le musée a pu accueillir ses visiteurs dans de nouveaux espaces. Dans notre collection permanente, de nombreux objets sont des prêts des familles abénakises, qui sont souvent, par la suite, donnés au musée, car les familles ne veulent pas les récupérer. Nous avons donc des dons et des prêts. Il y a également des expositions qui viennent d’ailleurs parce que le musée peut dorénavant emprunter des collections, ce qui était impossible avant, car nous ne répondions pas aux normes muséales. Maintenant, le musée est bien vivant, la communauté continue d’y aller pour faire des activités. Les touristes sont aussi au rendez-vous toute l’année : avant, lorsqu’on invitait les gens à venir à Odanak, ils ne savaient pas où c’était, car les communautés autochtones n’étaient pas indiquées sur les cartes routières du Québec. On était obligé de passer par le village voisin. On disait : « Venez, c’est à côté de Pierreville », car c’était sur la carte. Ceci était notre bataille au niveau de la province pour se faire inscrire sur les cartes. On s’est dit : « Si on veut que les gens viennent nous voir, il faut qu’ils sachent où nous trouver. » Depuis, les communautés autochtones ont commencé à être répertoriées sur les cartes officielles du Québec. On s’est aussi battus pour faire écrire notre nom, Abénaki, avec un k et non un q, lettre qui n’existe pas dans notre alphabet ! Ce furent des batailles difficiles, mais vous nous trouvez sur les cartes maintenant !

Q. : On comprend que le Musée des Abénakis a été conçu comme un lieu de conservation des objets, certes, mais que sa fonction va bien au-delà de la matérialité des choses, c’est un lieu de préservation de la connaissance.

N. O’. : Oui, le musée va bien au-delà des objets. Les objets furent le prétexte de départ, je dirais. Il y en avait de différents types : historiques, quotidiens, ou décoratifs. Parmi les artéfacts du quotidien, on avait des paniers en écorce qui servaient à la cueillette, ou en écorce d’orme pour ramasser le bois dont les personnes de la communauté ne se servaient plus. C’est précisément ce type d’objets qui a été amené en premier au musée. On avait aussi des couvertures tissées à la main ou avec des morceaux de fourrure. Il y avait également des outils pour faire la vannerie, travailler le foin ou l’écorce, des couteaux croches… ainsi que des accessoires de chasse comme des sacs, des mocassins et différentes choses qui n’étaient plus utilisées.

Par la suite, on a reçu d’autres objets, plus historiques. Par exemple, des fusils qui dataient de la guerre de 1812, ainsi que des munitions. Une guerre importante au Canada, car il s’agit de la dernière tentative des États-Unis d’envahir le Canada. Beaucoup de nations autochtones se sont mobilisées alors, en Ontario comme au Québec : ainsi les Abénakis et les Mohawks se sont battus pour défendre les frontières du pays. La présence de ces armes au sein de la communauté venait vraiment confirmer le fait que nous prîmes part à cette guerre. Il y avait aussi des objets décoratifs, de la broderie en perles et en poil d’orignal. C’était souvent des objets ornementaux destinés à être accrochés au mur. Puis on comptait bien sûr quelques plantes, une sorte de pharmacopée abénakise dont on présentait l’usage ainsi que les outils pour piler et écraser les plantes. On disposait par ailleurs d’objets qui n’étaient pas traditionnels, mais qui étaient présents dans les foyers, à l’instar des lampes à huile. Tout était un peu mélangé en définitive, à côté des objets traditionnels, on trouvait des objets canadiens-français, surtout des pièces anciennes qui ne servaient plus à la maison.

Q. : Le musée occupe le bâtiment de l’ancienne école religieuse. Outre les dons des habitants de la communauté, avez-vous reçu des objets de l’ancienne mission ?

N. O’. : Oui. La mission avait une voûte où d’anciens objets sacrés ont été découverts. On a un ostensoir de l’époque de Lavoisier, ainsi que des vases sacrés du début de la période française. Était aussi conservé dans la voûte un dictionnaire manuscrit du père Aubery, l’un des premiers pères arrivés dans la mission au temps de la Nouvelle-France. Ce manuscrit, écrit en 1715, est en langue française, latine et abénakise. C’est un document impressionnant et précieux qui fait partie aujourd’hui de la collection du musée.

Q. : Vous accordez une importance particulière à la tradition et à l’histoire orale, aux savoirs conservés et transmis au sein des familles abénakises. Comment cet aspect est-il intégré au musée ?

N. O’. : Au tout début du musée, il n’y avait pas de trame d’exposition de ces objets. Lorsque je suis arrivée à la direction, j’ai voulu donner une âme au musée en impulsant un tournant. J’ai organisé plein d’activités de transferts de connaissances, de savoir-faire. On a par exemple organisé la cueillette de plantes, destinée non pas aux visiteurs mais à la communauté, pour que les habitants d’Odanak puissent voir et s’approprier ces savoirs. C’était à mes yeux une mission fondamentale de l’institution. Il était intéressant d’exposer des paniers, mais encore fallait-il comprendre et voir comment ils avaient été fabriqués. Je voulais remettre ces objets dans leur contexte de création historique. À l’origine, les personnes faisaient des paniers pour subvenir à leurs besoins, mais une fois cette nécessité disparue, la confection vannière a été délaissée. Les jeunes n’avaient plus accès à l’histoire de ces objets et notre souhait était de donner de nouveau à voir et de conserver ce savoir-faire. On a donc décidé de procéder à des enregistrements audiovisuels des cours de langue et des techniques de fabrication pour conserver et transmettre notre culture.

Fig. 2.Francesco Giuseppe Bressani, « Novae Franciae accurata delineatio » (Une représentation précise de la Nouvelle-France), 1657. Papier, gravure sur cuivre, 51.5 x 75.5 cm. Paris, BnF, Cartes et plans, GE DD-2987 (8580 RES).

Fig. 2.Francesco Giuseppe Bressani, « Novae Franciae accurata delineatio » (Une représentation précise de la Nouvelle-France), 1657. Papier, gravure sur cuivre, 51.5 x 75.5 cm. Paris, BnF, Cartes et plans, GE DD-2987 (8580 RES).

Cette carte, unique au monde, montre les missions jésuites établies dans les colonies françaises du Canada et de Louisiane au milieu du xviie siècle. Ces deux vignettes illustrent les réussites et les échecs de l’action missionnaire sur place : tandis que celle de gauche met en scène des Autochtones christianisés dans l’attitude de la prière, celle de droite rappelle le martyre de huit missionnaires jésuites aux mains des Iroquois.

On a lancé ces enregistrements dans les années 1980, puis d’autres ont suivi plus récemment. On a recueilli des témoignages oraux sur différents sujets que les aînés souhaitaient aborder, tels les jeux de leur enfance, leurs amis, leur histoire personnelle. Cela nous permettait de les connaître, et à travers eux, de découvrir l’histoire et les habitudes de la communauté. Beaucoup d’histoires ont ainsi été recueillies et sont toujours accessibles en audio au musée. On a réalisé des montages sur différents sujets pour que les visiteurs puissent écouter ce que les gens ont à dire sur des thèmes qui les intéressent.

On a aussi recueilli des récits de vie, notamment des guides de chasse. Les Abénakis ont souvent exercé cette activité pour le compte de riches Américains et Canadiens qui venaient chasser au Québec. Cette pratique était très courante au xxe siècle et les Abénakis, les Atikamekw ou les Hurons-Wendats travaillaient en tant que guides de chasse ou de pêche. On a recueilli leur témoignage, leur expérience. Évidemment, les discours changeaient en fonction des personnes consultées et cela engendrait de grandes discussions entre les interlocuteurs. On les interrogeait séparément puis ensemble. Ces témoignages ont donné lieu à des expositions où étaient présentés les enregistrements sonores de ces entretiens et les objets recueillis et utilisés par les guides.

Ce travail a pour objectif de transmettre et d’expliquer aux personnes d’Odanak leur histoire, qu’elle soit récente ou ancienne, la manière dont s’est construite la communauté de ses origines à nos jours. Nous avons aussi, dans cette perspective, établi une généalogie des familles abénakises à partir des sources missionnaires. Ce fut une tâche énorme, mais très gratifiante, car par le biais de ces initiatives la communauté s’est progressivement approprié le musée.

Le recueil de témoignages se poursuit aujourd’hui. Le musée propose une formation aux jeunes pour qu’ils soient capables d’aller interroger les aînés et enregistrer leurs témoignages. Ils apprennent beaucoup en filmant leurs aînés. Ils sortent un journal deux fois par an, où ils mettent par écrit ce qu’ils ont appris au contact des personnes interviewées et ce qui leur a plu dans ces rencontres. Ce sont des choses qui sont aussi conservées au musée.

Q. : L’histoire de la communauté d’Odanak est très liée à l’histoire des missions. Est-ce que vous pouvez nous raconter l’histoire des Abénakis et leur rapport avec les missions catholiques arrivées en Nouvelle-France ?

N. O’. : Les missionnaires sont arrivés en Nouvelle-France, mais les Abénakis étaient établis du côté des colonies anglaises, jusque dans la région de Boston. Certaines missions françaises ont été établies chez les Abénakis. Je ne pourrais pas dire que ces derniers se sont convertis. Je dirais plutôt qu’ils ont accepté les missionnaires pour pouvoir commercer avec les Français et se défendre contre les Anglais et les Iroquois qui voulaient nous chasser des régions côtières. À cette période, pour commercer avec les Français, il fallait être baptisé et chrétien. Nous nous sommes dit qu’en commerçant avec les Français on s’en ferait des amis et que nous pourrions alors obtenir d’eux des fusils pour combattre les Anglais et les Iroquois.

C’est ce qui a motivé au départ la conversion des Abénakis par les missionnaires. De nombreuses missions se sont installées du côté des États-Unis, du Maine et de la côte. Dans les années 1660, au moment de la guerre du roi Philippe (1675-1676), les Abénakis ont choisi de s’allier aux Français afin d’empêcher la colonisation anglaise de leur territoire. Cette guerre a fait des ravages du côté des villages anglais, les autochtones ont mené des raids pour défendre leurs territoires. Suite à cela, la répression anglaise a été forte. Ils se sont vengés sur les villages abénakis qui demeuraient neutres. Les Abénakis ont alors migré vers le nord et le nord-est pour trouver refuge et se sont établis non loin de Québec. Mais comme nous étions en trop grand nombre, nous nous sommes installés un temps à Sillery avec les Algonquins et les Hurons -Wendats, puis nous avons été envoyés plus au sud, en face de Québec, près de Lévis et de Charny. C’est là que s’est installée la première mission abénakise. Notre missionnaire était Jacques Bigot, puis est arrivé Joseph Aubery qui est resté dans la mission pendant cinquante-cinq ans. Nous avons vécu à Charny de 1684 à 1700. À cette époque, les Français s’étaient établis dans la région près du fleuve Saint-Laurent du côté nord jusqu’à Montréal. Mais au sud, les Iroquois faisaient pression et les Français avaient beaucoup de mal à s’implanter en raison des nombreux raids iroquois qui dissuadaient les colons de s’y installer. C’est ce qui poussa, en 1700, les Français à demander aux Abénakis de quitter Charny pour s’établir le long de la rivière Saint-François, afin de faire face aux Iroquois lors de la French and Indian War (la guerre de Sept Ans [1756-1763]). Ces terres étaient bien connues des Abénakis, car c’était un territoire traditionnel. En 1701, suite à la Grande paix de Montréal, les Iroquois de Kahnawake, signataires du traité, cessèrent de combattre les Français. Ils se sont battus aux côtés des Hurons-Wendats et des Abénakis contre les Anglais aux États-Unis. Ils ont fait des raids communs à partir de 1701.

Q. : Les archives missionnaires sont très utiles pour connaître l’histoire des Abénakis.

N. O’. : Oui. Les Relations des Jésuites, les différents pères, comme le père Rasle ou le père Bigot nous ont permis de connaître notre histoire. Aujourd’hui, ces sources sont mises en perspective avec d’autres puisque l’on a une meilleure connaissance de l’histoire et de l’époque. Il y a une relecture de l’histoire, et d’autres sources ont été aussi utiles pour apprendre notre langue. Les chefs abénakis ont aussi écrit des dictionnaires, un anglican et un catholique qui, au tournant du xxe siècle, sont aussi utiles que les travaux d’Aubery et de Rasle, eux-mêmes rédacteurs de dictionnaires. Les dictionnaires permettaient de comprendre la langue, d’évangéliser, et d’enseigner aux jeunes missionnaires la langue abénakise. Ce sont des témoignages précieux.

Q. : L’ objet abénaki le plus célèbre en France est le wampum de la cathédrale de Chartres. On voit justement que les relations entre les Abénakis et les missionnaires sont anciennes. Quels sont les rapports des habitants d’Odanak à cet objet préservé en France ?

N. O’. : Le wampum de Chartres est probablement parti de Charny en 1691 ou 1697 et aujourd’hui on en a seulement une photographie en petit format qui se trouve dans l’église, avec la statue de Notre-Dame de Sous-Terre, la Vierge noire, qui nous a été offerte par les Chartrains.

Je suis allée en France, à Chartres, pour la première fois en 1970 avec le chef de la communauté. On a eu la permission des pères de toucher le wampum de Chartres. C’était vraiment un moment spécial, pour nous qui aimions l’histoire et qui avions entendu parler de ce wampum. Nous étions capables de le voir et de le toucher. À l’époque, nous n’avons pas fait d’expertise pour connaître la technique et le savoir-faire derrière tout ça. Juste le fait de se dire que l’on touchait au passé, c’était quelque chose… On savait que cela venait de chez nous ! C’était mémorable !

Fig. 3. Vue aérienne du Musée des Abénakis installé dans le bâtiment de l’ancienne école religieuse d’Odanak, construit en 1902.

Fig. 3. Vue aérienne du Musée des Abénakis installé dans le bâtiment de l’ancienne école religieuse d’Odanak, construit en 1902.

© André Gill.

Fig. 4. Vue de l’exposition permanente du Musée Wôbanaki : peuple du soleil levant, évoquant l’univers culturel et spirituel de la Première Nation des Abénakis.

Fig. 4. Vue de l’exposition permanente du Musée Wôbanaki : peuple du soleil levant, évoquant l’univers culturel et spirituel de la Première Nation des Abénakis.

© TAQ-Audet Photo.

Fig. 5. Vue du hall d’entrée du Musée présentant une carte des territoires traditionnels des différentes Premières Nations.

Fig. 5. Vue du hall d’entrée du Musée présentant une carte des territoires traditionnels des différentes Premières Nations.

© François Pilon.

Fig. 6. Collier de wampum. Abénaki, Saint-François (Odanak, Québec), 1699. Palourde (Mercenaria mercenaria), escargot de mer, cuir, piquants de porc-épic, fibres végétales, L. 198.5 cm.

Fig. 6. Collier de wampum. Abénaki, Saint-François (Odanak, Québec), 1699. Palourde (Mercenaria mercenaria), escargot de mer, cuir, piquants de porc-épic, fibres végétales, L. 198.5 cm.

Ce collier, envoyé en 1699 par les Abénakis de Saint-François, est composé de près de onze mille perles, avec une inscription en blanc sur fond violet : MATRI VIRGINI ABENAQUÆI˙ D˙D˙ (« Don des Abénakis à la Vierge Mère »).

Trésor de la Cathédrale, Chartres © Région Centre-Val de Loire, Inventaire général, Thierry Cantalupo.

Aujourd’hui, la photo est toujours à l’église. Une jeune femme de la communauté a reproduit ce wampum il y a vingt ans. Elle l’a fait avec de petites perles de verre et aujourd’hui cette copie, qui reste une évocation sans être un véritable wampum, est exposée au musée.

En 2008, la ceinture de Chartres est venue à Pointe-à-Callière, au musée. On avait organisé un autobus complet de gens de la communauté, petits et grands, non pas pour voir l’exposition, mais bien la ceinture de wampum. On avait demandé à la directrice de l’époque, Francine Lelièvre, de nous accorder un moment avant l’ouverture officielle pour vraiment être avec la ceinture. À cette occasion, on a chanté au son du tambour et on a fait une cérémonie, parce qu’on s’est dit que les gens qui s’étaient déplacés ce jour-là ne pourraient peut-être jamais venir la voir en France.

Le wampum de Chartres présente une inscription latine, dictée probablement par les missionnaires, car ils venaient de Chartres. Il témoigne de l’alliance entre les Abénakis et la Vierge. Cette dernière est très importante pour les Abénakis, mais pour beaucoup d’autres nations aussi, car elle donne la vie. Pour nous, les mères, tout comme les grands-mères, sont primordiales, d’où le culte de Sainte-Anne. On les a adoptées, car on trouvait qu’il manquait de femmes dans la religion ! Marie est devenue la « Mère-Dieu », mais les missionnaires nous ont dit que Marie était juste une femme. Or, nous, on ne comprenait pas vraiment ce qu’ils entendaient par « juste une femme ». Pour nous, le plus important était de faire alliance avec Marie pour avoir sa protection. Le wampum de Chartres n’est pas seulement un cadeau que l’on fait et que l’on offre : à travers lui on demandait la protection de Marie. On nous avait dit que Notre-Dame de Chartres était grandiose, immense et on voulait être à la hauteur, offrir un présent à la hauteur de sa gloire.

Q. : Pourriez-vous nous expliquer ce qu’est un wampum ?

N. O’. : D’abord, le wampum est un coquillage. Ce n’est pas le nom de la ceinture au départ, c’est le nom de la perle en coquillage. Un wampum peut être constitué d’enfilades de perles, il ne doit pas obligatoirement être tissé. Quand on parle des ceintures tissées, alors ce sont vraiment des objets d’entente et d’alliance avec d’autres nations.

Aujourd’hui, nous n’avons plus de wampums dans notre communauté, aucun n’y a été conservé, ce qui est étrange car les wampums étaient échangés d’une communauté à l’autre. Les alliances n’étaient pas seulement guerrières, mais également commerciales et familiales. Souvent, l’histoire qui était associée au wampum était exprimée par des pictogrammes, et non pas par des inscriptions latines.

La fabrication du wampum de Chartres, étant donné la taille de la ceinture qui compte des milliers de perles de coquillage, a pris un temps considérable. Il fallait aussi choisir autant que possible des perles wampum d’un calibre homogène. Les Abénakis étaient très doués pour façonner les perles en coquillage, car nous habitions la côte et nous avions l’habitude de les travailler. Il y a vraiment eu une attention et un soin particulier accordés à la fabrication de cette ceinture wampum, car on demandait par son biais la protection de la Vierge contre les Anglais, que nous combattions et qui nous pourchassaient dans nos villages. Chez les Abénakis, les wampums étaient conservés par les femmes. Les hommes ne pouvaient pas le faire, car ils partaient à la guerre. Souvent, on ne sait pas qui a confectionné un wampum. Comme il s’agissait de cadeaux offerts d’homme à homme, on a supposé que c’était les hommes. Pourtant, il est possible de penser qu’au cours des années, des femmes en aient fabriqué. En effet, les femmes faisaient le battage du frêne et tout le travail des hommes quand ils n’étaient pas là. Pour certains wampums très longs, on constate qu’ils sont faits à plusieurs mains, car on observe des différences dans le tissage. Il faut connaître les techniques de tissage, cela ne saute pas aux yeux… Les femmes fabriquaient donc elles aussi des wampums et aidaient les hommes dans leur confection. Il faut rendre hommage aux femmes qui étaient certainement derrière et qui travaillaient fort pour les fabriquer !

À l’époque, les wampums avaient aussi une valeur commerciale, ils étaient l’équivalent des peaux qui étaient vendues aux Français ou aux Anglais. Le travail des peaux ne concernait que les femmes. Elles les grattaient et les préparaient. La qualité de la préparation de la peau en augmentait la valeur. Je regrette que l’histoire n’ait retenu que le travail des hommes et non l’ouvrage important des femmes. Le travail féminin était là, mais cela n’est pas suffisamment mis en valeur aujourd’hui.

De nos jours, pour la nation abénakise, le wampum a une valeur plutôt symbolique, car nous n’avons conservé aucune ceinture. On sait par exemple que l’on a fait un échange de wampum avec les Atikamekw, mais nous n’en avons plus aucune trace. Actuellement, on est capables de faire des reproductions, utiles pour raconter l’histoire et décoder les symboles, mais ces pièces n’ont pas la même valeur qu’auparavant. Chez les Algonquins, il y a encore des gardiens de wampums qui savent les lire. Ils sont capables de dire quand ils ont été faits. Notre communauté aimerait avoir des traces des wampums échangés avec les Haudenosaunee, les Atikamekw, pour être capable de les reproduire et de combler ainsi les vides présents dans notre histoire.

Q. : Quelle est la relation que vous avez avec le wampum de Chartres ? Vous parliez du wampum comme d’un symbole, mais qu’évoque cet objet pour vous : un objet religieux ? Un objet de patrimoine ? Comment vous le qualifieriez ?

N. O’. : Nous avons ces deux visions. Ce wampum est pour nous un objet du patrimoine, mais pour de nombreuses personnes il demeure un objet religieux établissant le lien avec la Vierge (et non avec les missionnaires et la France). C’est bien qu’il existe et qu’il soit conservé, car c’est le seul wampum auquel nous pouvons nous rattacher. Le message qu’il porte a été probablement dicté par les missionnaires, avec qui nous avions un lien très étroit à l’époque. Aujourd’hui, avec de nouveaux courants de pensée, on nous dit souvent que nous nous sommes fait manger par l’Église… Mais moi je dis : « Ça n’a pas été comme ça ! » Les missionnaires vivaient avec nous, ils vivaient comme nous. Certains Abénakis se sont convertis et d’autres non. Au départ, nous avons offert aux missionnaires des femmes, nous n’avons pas compris tout de suite pourquoi ils n’en voulaient pas. Les missionnaires parlaient tout le temps de mystère, or les Abénakis n’aiment pas les mystères, nous, on veut avoir des réponses ! Les Abénakis ont vécu en bonne entente avec les missionnaires, dès leur arrivée. Dans la communauté d’Odanak, l’Église est encore importante aujourd’hui. Nous avons d’ailleurs deux églises, une catholique et une anglicane, et des habitants pratiquent toujours ces religions. Nous tenons à ces églises, car elles font partie de notre histoire et de notre patrimoine.

Ce débat a été remis à l’ordre du jour avec la découverte des corps d’enfants dans les écoles résidentielles. Des églises ont été brûlées. Nous, nous ne voulons pas brûler notre église, nous y sommes très attachés. L’église est aussi un lieu où nous pouvons raconter notre histoire et parler de notre vision de la spiritualité en lien avec la religion chrétienne. Nous sommes en mesure d’établir des rapprochements entre les deux. C’est ainsi que je vois les choses ; peut-être que d’autres les verront autrement. Mais moi, j’ai été élevée dans cette tradition. Parfois, je m’entretiens avec d’autres autochtones qui ne sont pas d’accord, mais ils ne sont pas Abénakis. Chaque nation est différente. L’histoire ne donne pas la place à la nuance mais nous, les Abénakis, on aime bien la nuance !

Nous souhaitons remercier Vicky Desfossés-Bégin, coordinatrice projets et communications au Musée des Abénakis d’Odanak, pour sa collaboration.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Grégoire Huret, Femmes autochtones dans leurs meilleurs attraits [sans titre]. S. J. , Le P. François Ducreux. Historiae Canadensis seu Novae Franciae libri decem, ad annum usque Christi 1656, auctore P. Francisco Creuxio... Parisiis : apud S. Cramoisy et S. Mabre-Cramoisy, 1664. Gravure, 19.8 x 14 cm. Paris, BnF, RES-LK12-890.
Légende Si François Ducreux s’est fait connaître comme chroniqueur des Jésuites en Nouvelle-France, il n’a jamais foulé le sol américain. Il a rédigé son histoire du Canada à partir d’informations obtenues de missionnaires ayant œuvré sur place, comme les pères Jean de Brébeuf, Paul Le Jeune et François-Joseph Bressani.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/6145/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 2.Francesco Giuseppe Bressani, « Novae Franciae accurata delineatio » (Une représentation précise de la Nouvelle-France), 1657. Papier, gravure sur cuivre, 51.5 x 75.5 cm. Paris, BnF, Cartes et plans, GE DD-2987 (8580 RES).
Légende Cette carte, unique au monde, montre les missions jésuites établies dans les colonies françaises du Canada et de Louisiane au milieu du xviie siècle. Ces deux vignettes illustrent les réussites et les échecs de l’action missionnaire sur place : tandis que celle de gauche met en scène des Autochtones christianisés dans l’attitude de la prière, celle de droite rappelle le martyre de huit missionnaires jésuites aux mains des Iroquois.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/6145/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Fig. 3. Vue aérienne du Musée des Abénakis installé dans le bâtiment de l’ancienne école religieuse d’Odanak, construit en 1902.
Crédits © André Gill.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/6145/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 4. Vue de l’exposition permanente du Musée Wôbanaki : peuple du soleil levant, évoquant l’univers culturel et spirituel de la Première Nation des Abénakis.
Crédits © TAQ-Audet Photo.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/6145/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 916k
Titre Fig. 5. Vue du hall d’entrée du Musée présentant une carte des territoires traditionnels des différentes Premières Nations.
Crédits © François Pilon.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/6145/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 604k
Titre Fig. 6. Collier de wampum. Abénaki, Saint-François (Odanak, Québec), 1699. Palourde (Mercenaria mercenaria), escargot de mer, cuir, piquants de porc-épic, fibres végétales, L. 198.5 cm.
Légende Ce collier, envoyé en 1699 par les Abénakis de Saint-François, est composé de près de onze mille perles, avec une inscription en blanc sur fond violet : MATRI VIRGINI ABENAQUÆI˙ D˙D˙ (« Don des Abénakis à la Vierge Mère »).
Crédits Trésor de la Cathédrale, Chartres © Région Centre-Val de Loire, Inventaire général, Thierry Cantalupo.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/6145/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicole O’Bomsawin, Clémence Fort, Paz Núñez-Regueiro, Nikolaus Stolle et Leandro Varison, « Entretien avec Nicole O’Bomsawin. Le wampum et la culture abénakise, entre passé et présent »Gradhiva, 33 | 2022, 132-143.

Référence électronique

Nicole O’Bomsawin, Clémence Fort, Paz Núñez-Regueiro, Nikolaus Stolle et Leandro Varison, « Entretien avec Nicole O’Bomsawin. Le wampum et la culture abénakise, entre passé et présent »Gradhiva [En ligne], 33 | 2022, mis en ligne le 02 février 2022, consulté le 18 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/6145 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gradhiva.6145

Haut de page

Auteurs

Nicole O’Bomsawin

Anthropologue et muséologue de formation, Nicole O’Bomsawin est originaire d’Odanak, et membre de la Première Nation des Abénakis. Entre 1986 et 2006, elle a dirigé le Musée des Abénakis, première institution muséale autochtone du Québec fondée en 1965. Aujourd’hui enseignante d’anthropologie à l’institut Kiuna et collaboratrice de l’Institut national de recherche scientifique (INRS) au Québec, elle œuvre notamment à l’établissement de nouvelles stratégies pour la promotion d’une collaboration plus étroite entre les institutions publiques et de recherche et les communautés autochtones. Elle est aussi engagée auprès de l’organisme Kapakan, qui encourage le travail avec les aînés et coordonne de nombreux évènements et rencontres intergénérationnels. Également conteuse, Nicole O’Bomsawin participe à des festivals de contes pour faire connaître l’imaginaire des Premières Nations. Son travail pionnier au musée d’Odanak et son engagement pour la préservation de la tradition orale et la transmission des savoirs autochtones en font l’une des figures de proue de la muséologie et de la culture autochtones au Québec.

Clémence Fort

Paz Núñez-Regueiro

Articles du même auteur

Nikolaus Stolle

Articles du même auteur

Leandro Varison

Haut de page

Droits d’auteur

© musée du quai Branly

Haut de page
  • Logo Musée du quai Branly
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search