Navigation – Plan du site

AccueilNuméros34DossierDe l’ethnologie coloniale à la di...

Dossier

De l’ethnologie coloniale à la diplomatie muséale. La nationalisation du musée d’Abidjan (Côte d’Ivoire, 1942-1978)

From colonial ethnology to museum diplomacy. The nationalization of the Museum of Abidjan (Ivory Coast, 1942-1978)
Julien Bondaz et Francis Gnoleba Tagro
p. 74-93

Résumés

Le musée des Civilisations de Côte d’Ivoire, d’origine coloniale, est historiquement lié au programme muséal développé par l’Institut français d’Afrique noire (Ifan) à partir des années 1940. La figure de Bohumil Holas, ethnologue tchèque naturalisé français, qui dirige le musée d’Abidjan de 1948 à 1978, se révèle centrale. Mêlant stratégies personnelles et programme scientifique ou muséographique, il parvient en effet à composer avec les valeurs scientifiques, esthétiques et politiques des collections pour servir les enjeux de politique intérieure et extérieure : mettre en scène l’inventaire des ethnies qui composent la nouvelle nation indépendante et développer une forme de diplomatie muséale utile pour le pouvoir ivoirien. Sans oublier les réseaux dans lesquels l’ethnologue s’inscrit, qui dessinent une autre géopolitique des musées africains à l’ère des décolonisations.

Haut de page

Texte intégral

1Considérer les musées créés en Afrique subsaharienne à la fin de la période coloniale comme des institutions européocentrées est en partie réducteur. Si nombre d’entre eux ont été fondés et dirigés par des conservateurs européens, ces derniers avaient généralement de fortes personnalités et une « vision africaine » (Posnansky 1996 : 144) susceptible de déroger aux normes muséographiques de l’époque. Le cas du musée d’Abidjan, d’abord rattaché à l’Institut français d’Afrique noire (Ifan) et changé en Centre des sciences humaines à l’indépendance, avant d’être renommé musée national de Côte d’Ivoire en 1972, puis musée des Civilisations de Côte d’Ivoire en 1995, témoigne de l’importance des approches biographiques de l’histoire des musées. Il est en effet étroitement attaché à la figure de l’ethnologue Bohumil Holas, qui en assure la direction pendant trente ans, entre 1948 et juillet 1978, date à laquelle il prend sa retraite, quelques mois avant de décéder.

  • 1 Sur l’histoire du musée national du Niger et le rôle de Pablo Toucet au tournant de l’indépendance, (...)

2Faire l’histoire du musée d’Abidjan revient dès lors à dresser, en creux, son portrait. L’histoire institutionnelle ne suffit pas à saisir les choix muséaux effectués et les usages politiques de l’ethnologie ou de l’art ivoirien : la figure de Holas, sa biographie même, et les stratégies qu’il déploie tant pour le musée que pour ses intérêts personnels permettent de comprendre les reconfigurations, les limites et les récupérations d’un musée colonial longtemps considéré comme exemplaire. Il est d’ailleurs frappant que, dans les anciennes colonies de l’Afrique-Occidentale française (AOF), les deux musées rencontrant le plus de succès jusqu’à la fin des années 1970, le musée national du Niger et celui de Côte d’Ivoire, aient été dirigés par des apatrides : Pablo Toucet, réfugié espagnol d’abord recruté au musée du Bardo à Tunis, et Holas, un ethnologue tchèque naturalisé français en 19501.

  • 2 Lettre de Bohumil Holas à Théodore Monod, 2 janvier 1947, E2-7, archives de l’Ifan-CAD.
  • 3 Créé en 1936 et devenu fonctionnel en 1938 avec l’arrivée de Monod, son premier directeur, l’Instit (...)
  • 4 L’École française d’Afrique est une section de l’Ifan octroyant des bourses de recherche à des cher (...)
  • 5 Pendant cette période, Holas publie de très nombreux ouvrages et articles. Il est l’un des principa (...)

3Né à Prague le 28 septembre 1909, Holas y a fait ses études à la Haute École universitaire entre 1927 et 1932, puis a suivi un cursus complémentaire en histoire et en ethnologie jusqu’en 1935. Il effectue alors des voyages de recherche au Proche et au Moyen-Orient et collabore avec le musée ethnologique Náprstek à Prague, qui possède à l’époque quelques rares collections africaines, notamment des masques bété de Côte d’Ivoire, collectés par Vladimir Golovin dans les années 1930 (Herold 1985). Il fréquente le marchand d’art Joseph (dit Joe) Illoncha, « un petit Ratton ou Vérité tchèque », spécialisé dans les arts asiatiques, qui vend également des œuvres océaniennes et africaines et à qui il achète quelques objets2. Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, Holas se rend à Paris pour poursuivre ses études au sein du département Afrique noire du musée de l’Homme. Au début de l’année 1946, il rencontre Théodore Monod, le directeur de l’Ifan, qui l’invite à rejoindre son institut à Dakar3. Après avoir gagné la capitale sénégalaise en juin 1946, il est nommé membre permanent de l’École française d’Afrique pour deux ans4. Holas assiste Georges Balandier et Paul Mercier dans leur recherche sur les Lébou (Balandier et Mercier 1952), avant de mener une vaste enquête d’ethnologie religieuse en AOF. Il soutient finalement sa thèse le 9 juillet 1955, sous la direction de Marcel Griaule, alors qu’il dirige le musée d’Abidjan depuis sept ans5.

  • 6 Les données présentées dans cet article sont issues de recherches dans les archives de l’Ifan-CAD à (...)

4En pointant les connexions entre le destin singulier de Holas, la part ivoirienne de sa biographie, et les mutations coloniales et postcoloniales du musée d’Abidjan, il ne s’agit pas seulement de dresser un portrait en creux de l’un des nombreux ethnologues qui, faisant leur carrière dans les colonies et restés sur place après les indépendances, apparaissent marginaux du point de vue métropolitain mais occupent une place à la fois centrale et profondément ambiguë dans les nouvelles nations indépendantes. L’objectif est avant tout de saisir les ressorts de l’ambivalence autrement plus fondamentale qui caractérise le musée d’Abidjan, dès la période coloniale et au-delà de sa nationalisation, entre valorisation esthétique, scientifique, politique et diplomatique de ses collections. C’est en activant ces leviers apparemment contradictoires que Holas parvient à transformer un musée ethnographique en outil politique, à mettre les valeurs héritées d’un institut colonial (l’Ifan) au service du projet politique du premier président de la Côte d’Ivoire, Félix Houphouët-Boigny. On verra néanmoins que les réseaux dans lesquels s’investit Holas dessinent également une autre géopolitique des musées africains, dépassant le seul cadre ivoirien et s’inscrivant pleinement dans le paysage muséal international6.

Un modèle muséal pour l’Institut français d’Afrique noire

  • 7 Le musée et le centre sont officiellement rattachés par arrêté du gouverneur de Côte d’Ivoire dès l (...)
  • 8 « Chronique de l’Ifan », Notes africaines 17, janvier 1943.
  • 9 Malgré tous les efforts de Monod, le musée de l’Ifan à Dakar, destiné à être celui de l’AOF, n’est (...)

5Lors de sa création en avril 1944, le centre Ifan d’Abidjan bénéficie de la présence dans la capitale coloniale d’un Centre d’études indigènes, fondé trois ans plus tôt par le gouverneur Hubert Deschamps, et qui compte notamment un Centre artisanal indigène et un musée d’Art et d’Arts appliqués indigènes, animés par l’artiste Pierre Meauzé et l’artisan Marcel Damase7. Il s’agit pour Deschamps de conserver des œuvres d’art supposées authentiquement africaines pour servir de modèles aux générations futures (Ginio 2002 : 342). À la fin de l’année 1942, Meauzé « met en place la présentation des objets8 ». Ce musée embryonnaire devient rapidement un modèle pour l’Ifan, alors que la base dakaroise, dont les collections ne cessent de s’enrichir, est dépourvue de musée ethnographique jusqu’en 19619. Monod trouve donc un intérêt tout particulier à ce musée qu’il souhaite exemplaire. Il défend alors le principe d’une collection ethnographique, dotée d’une riche documentation et privilégiant les séries d’objets (Ifan 1948a). En revanche, le projet initial de créer également un musée d’histoire naturelle n’aboutira pas (hormis une collection de poissons). Quelques années plus tard, le directeur du centre Ifan d’Abidjan, Jean-Luc Tournier, résume ainsi la situation dans laquelle se trouvait le musée au moment de son rattachement à l’institut :

  • 10 Réponse de Jean-Luc Tournier au « Rapport sur le centre local de la Côte d’Ivoire à Abidjan » de Ja (...)

Le matériel ne comportait que quelques meubles et les collections, non identifiées, du musée. Ces collections avaient été réunies dans un esprit purement esthétique, et il a fallu un travail important et assez ingrat pour connaître l’origine et l’utilisation de chaque objet, connaissance indispensable à un musée ethnographique. Les immeubles comportaient uniquement le musée actuel et le petit pavillon du gardien10.

  • 11 Pierre Louis Dekeyser et Bohumil Holas, Rapport de mission n° 1, 19 février 1948, E2/7, archives de (...)

6La tâche de documenter les collections et d’organiser les espaces d’exposition est confiée à Holas. Il s’en est d’abord occupé fortuitement, alors qu’il est toujours membre de l’École d’Afrique, sur le point de partir en mission au Liberia avec Pierre-Louis Dekeyser, le zoologiste de la base fédérale (Bondaz 2015). Après sa tournée en AOF, l’ethnologue se trouve à Abidjan le 13 décembre 1947, où il travaille au rangement des collections en attendant l’arrivée de Dekeyser. Mais quand le zoologiste le rejoint, des problèmes administratifs retardent le départ de la mission et les deux hommes, pour patienter, participent à des « travaux muséologiques11 ». Holas en informe Monod :

  • 12 Lettre de Holas à Monod, 29 janvier 1948, E2/7, archives de l’Ifan-CAD.

Pour profiter de mon séjour à Abidjan j’ai arrangé les collections du musée du Centrifan et complété (de mon mieux – il n’y a pas d’indications) et contrôlé les fiches. M. Dekeyser m’a donné un bon coup de main12.

7Ce n’est qu’au retour de sa mission au Liberia, après avoir été nommé assistant de l’Ifan, qu’il est officiellement chargé de diriger la section Ethnographie-Sociologie du centre d’Abidjan, en charge du musée.

  • 13 La diffusion du culte du Massa, né dans la région de San, au Soudan français (Mali actuel), conduit (...)

8Multipliant les enquêtes ethnographiques dans les différentes régions de Côte d’Ivoire, Holas collecte de nombreux objets pour le musée. Entre le 1er mai et le 13 juin 1952, par exemple, lors d’une mission dans le nord de la colonie et en Haute-Volta (Burkina Faso actuel), il rassemble sept cent vingt objets qu’il expédie de Ferkessédougou à Abidjan par train. L’ethnologue profite alors de la diffusion du culte de Massa, un mouvement prophétique rencontrant un grand succès au début des années 195013 :

  • 14 Bohumil Holas, « Compte rendu de la mission effectuée par Monsieur B. Holas du 1er mai au 13 juin 1 (...)

La récolte des collections pour le musée d’Abidjan se trouve facilitée par le caractère exclusif du nouveau culte dont un des premiers buts est la destruction des pratiques religieuses anciennes. L’inventaire rituel est abandonné et exposé, d’une manière parfois spectaculaire, près du sanctuaire de Massa. Pourtant les chefs de ces anciens cultes réussissent souvent, parfois contre la pression de l’opinion publique, à conserver les pièces centrales de tel ou tel culte. Seules les pièces dérivées sont abandonnées avec une facilité surprenante14.

9Les collectes de Holas consistent donc principalement à récolter des objets abandonnés ou à en acheter, mais le budget de la section ne permet que des achats peu importants. Deux exceptions marquent cependant les années 1950, témoignant des réseaux de sociabilité coloniale et savante de l’époque. La première concerne la collection rassemblée par le missionnaire catholique Gabriel Clamens en pays sénoufo, entre août et septembre 1952, là encore dans le contexte de la diffusion du culte du Massa. La vente est négociée directement avec le gouverneur de Côte d’Ivoire, Camille Bailly, et les trois cents objets qui étaient stockés à la mission de Ferkessédougou sont transférés au musée (Coulibaly 2008-2009 : 245 ; Boutin 2014 : 52). L’autre achat exceptionnel, qui bénéficie de crédits spéciaux accordés par l’Assemblée territoriale, est celui de la collection de Robert Bédiat, un marchand de bois antillais installé à Abidjan. Les négociations entamées en 1950 aboutissent quatre ans plus tard à l’acquisition de trois mille cinq cents objets, dont cinq cent cinq masques et plus de huit cents poids à peser l’or akan.

Louis Normand, Photo-Service Abidjan, Institut français d’Afrique noire, musée d’Abidjan, Côte d’Ivoire. A3-groupe de statues sénoufo (origine : cercle de Korogo). Carte postale sur papier baryté, 1936-1960.

Louis Normand, Photo-Service Abidjan, Institut français d’Afrique noire, musée d’Abidjan, Côte d’Ivoire. A3-groupe de statues sénoufo (origine : cercle de Korogo). Carte postale sur papier baryté, 1936-1960.

PP0151467, musée du quai Branly – Jacques Chirac. Louis Normand © musée du quai Branly - Jacques Chirac.

  • 15 Sur l’importante figure d’Adandé, voir : Tchibozo 2019. Sur son rôle dans la gestion des collection (...)

10Holas ne collecte pas seulement des objets pour le musée d’Abidjan. Il en destine également aux collections de la base dakaroise. En mai 1954, par exemple, son conservateur, Alexandre Adandé15, de retour d’une mission en Haute-Volta, récupère une collection de sculptures sénoufo collectées par Holas pour le futur musée de Dakar. Enfin, alors que le centre Ifan gère les « autorisations de sortie » des objets ne présentant pas « d’intérêt ethnographique », Holas organise l’expédition de masques et de statues, souvent des copies, à des connaissances, parmi lesquelles plusieurs marchands d’art, entretenant ainsi le trouble entre collectes scientifiques et marchandes.

  • 16 Lettre de Bodiel à Holas, non datée [été 1953], fonds Bohumil Holas, AMQB.

11L’organisation du musée et des expositions doit beaucoup à l’un des subalternes de Holas, Thiam Bodiel. Observer les activités de ce dernier et les relations qu’il entretient avec le directeur du musée nous éclaire sur le travail longtemps occulté des professionnels africains de la recherche (Jézéquel 2007 et 2011 ; Labrune-Badiane et Smith 2018 : 592-600) et sur la construction d’un modèle muséographique ifanesque. En février 1949, lorsque Bodiel est mis à disposition du centre Ifan d’Abidjan pour six mois (il y restera trois ans), Holas le connaît déjà. Bodiel était en effet préparateur à la section d’ethnologie de Dakar quand l’ethnologue menait ses enquêtes au Sénégal. À Abidjan, sous sa direction, Bodiel met en place le fichier d’objets, les dessine, et restaure des masques. Il mène par ailleurs de petites enquêtes sur des sujets proposés par Holas (les amulettes puis le mouvement harriste) et l’accompagne dans la plupart de ses tournées. Ce dernier le soutient dans son projet d’intégrer le corps administratif des aides-techniques de l’Ifan. La démarche tardant à aboutir – il faudra attendre 1956 –, Bodiel retourne à Dakar. Il rêve cependant de poursuivre le travail entamé à Abidjan. Il écrit à Holas : « Je suis décidé à faire du musée d’Abidjan un des plus beaux de l’Afrique de l’Ouest, toujours sous votre direction si avantageuse pour nous16. » Il prévoit alors de mettre en place plusieurs fichiers (muséographique, de description et mensurations des objets, par groupes ethniques, un fichier magasin, un autre bibliographique) et de rassembler la documentation photographique, sur le modèle mis en place par Adandé à Dakar. Mais des ennuis avec la justice, liés à d’obscures raisons politiques, le retiennent plusieurs mois à Dakar, ce qui paraît l’inquiéter :

  • 17 Lettre de Bodiel à Holas, 23 septembre 1953. L’expression d’une telle inquiétude n’est sans doute p (...)

Si jamais je reste ancré à Dakar, les pièces du musée passeront à la Merci de la Nature. Je me suis aperçu que personne actuellement dans le centre fédéral, comme dans les succursales, ne pourrait assumer la gestion des collections si diverses du Centrifan de Côte d’Ivoire. Ce serait une catastrophe de les laisser sans soins17

12Bodiel retourne finalement à Abidjan où il poursuit son travail de conservateur, tout en participant à l’organisation de la première grande exposition temporaire du musée, l’« Exposition des arts plastiques baoulé », qui ouvre en novembre 1955 sous la présidence du gouverneur Messmer. L’exposition rencontre un grand succès, notamment auprès des touristes, et fait l’objet d’une des premières publications du critique d’art Raoul-Jean Moulin, qui travaille alors au journal Abidjan-Matin et à Radio-Abidjan (Moulin 1956). Holas est convaincu des vertus de l’organisation d’expositions temporaires « suivant les critères ethniques » (Ifan 1955 : 64). Deux ans plus tard, il organise une nouvelle exposition intitulée « Arts et civilisation sénoufo », qui occupe les deux espaces centraux du musée. Le succès est de nouveau au rendez-vous : l’exposition attire des milliers de visiteurs, dont de nombreux scolaires.

13Holas profite de cette réussite pour réclamer un budget plus important. Son ambition est de faire du musée d’Abidjan un véritable musée de plein air :

Il ne peut être exposé à la fois qu’une faible partie des collections, et la place manque d’autre part pour donner naissance à un projet qui nous tient à cœur depuis de nombreuses années : la réalisation, grandeur nature, d’intérieurs types d’habitations des principaux groupes ethniques du Territoire, présentant des mannequins dans les costumes de leur tribu, occupés aux tâches quotidiennes, avec tous les ustensiles usuels. Quelques dioramas bien choisis représenteraient des scènes de pêche ou de chasse en forêt ou en savane.
(Ifan 1955 : 65)

14Ces équipements compléteraient ainsi le centre artisanal du musée, toujours en activité et qui contribue à sa renommée. Dès l’origine, Monod a l’idée d’associer un espace de mise en scène des pratiques artisanales à l’exposition muséale comme un moyen de sauvegarder une forme d’authenticité artistique et culturelle :

[Le centre Ifan] d’Abidjan (Côte d’Ivoire) sera doublé d’un centre artistique où des sculpteurs, des fondeurs, des potiers, des tisserands locaux, au lieu de fabriquer au goût des Blancs et sous le nom d’art « africain » d’affreuses copies d’objets européens ou… hindous, exécuteront des copies fidèles, de véritables fac-similés de pièces authentiques de qualité certaine.
(Monod 1943 : 197)

  • 18 Voir aussi la description par Adandé du centre Ifan d’Abidjan, qui, « bien modeste encore, est ouve (...)

15Le centre artisanal est conçu comme « le prolongement vivant » du musée et les collections doivent fournir des modèles aux artisans, présentés comme « les démonstrateurs des arts et métiers locaux » (Ifan 1957 : 48-49)18. Cette valorisation de l’artisanat local rejoue ainsi le double enjeu de mise en scène du territoire colonial et de la diversité ethnique :

Les tisserands de toute origine ethnique – mais tous de Côte d’Ivoire – se succèdent au Centre, réapprennent le goût des beaux dessins et l’emportent chez eux après quelques mois. Heureuse réaction contre le vulgaire pagne d’importation.
(Ifan 1948b : 13; Ifan 1954 : 77-78)

16Le musée cependant peine à attirer et plus encore à retenir des artisans. En 1955, par exemple, cinq sont présents : trois sculpteurs, un tisserand et une potière. Holas sollicite parfois les administrateurs coloniaux des différentes régions pour encourager leur venue, mais l’attractivité du musée est faible et la vente de leurs produits ne leur assure pas toujours des revenus suffisants.

17Cette association entre musée et centre artisanal, déclinée dans d’autres colonies, ne sera finalement pas adoptée à Dakar. La muséographie imaginée à Abidjan par Holas et Bodiel se retrouve par contre redéployée au Sénégal. Ces allers et retours muséographiques entre Dakar et Abidjan continuent d’être liés à la carrière de l’auxiliaire de Holas. Après avoir quitté Abidjan en novembre 1956 pour effectuer un stage de trois mois au musée de l’Homme, Bodiel se retrouve affecté à Dakar en remplacement d’Adandé. Il est alors chargé du projet du musée de Dakar, dont il devient ensuite le directeur après son ouverture en 1961. Holas continue d’entretenir des relations privilégiées avec Bodiel, qui le renseigne sur l’avancée de la conception du musée dakarois. Plus tard, ce dernier accueillera des stagiaires envoyés par Holas (c’est le cas de Jean Sahiri et Abdoulaye Khousso, en stage en décembre 1966 et janvier 1967) et reviendra à Abidjan, en 1968, pour mettre en place les réserves et actualiser l’inventaire. Mais à la fin des années 1950, Bodiel joue également un autre rôle auprès de Holas : il l’informe des négociations sur les changements de statut de l’Ifan et sur les dispositions de Monod à son égard.

  • 19 Tournier est en conflit avec d’autres chercheurs de l’Ifan, qui le surnommaient « le Satrape ». Le (...)
  • 20 Lettre de Holas à Balandier, 25 mai 1957, fonds Bohumil Holas, AMQB.
  • 21 La loi-cadre du 23 juin 1956 a en effet conduit à la mise en place de conseils de gouvernement dans (...)
  • 22 Lettre de Holas à E. de Nattes, 9 août 1958, fonds Bohumil Holas, AMQB.
  • 23 Bohumil Holas, Rapport semestriel des activités. Janvier-juin 1959, fonds Bohumil Holas, AMQB: 1.

18À partir de 1957, Holas se brouille en effet avec son directeur, Tournier, défendu par Monod. Des tensions existaient déjà entre les deux hommes, notamment pour des raisons budgétaires19, mais elles culminent en mai 1957, lorsque Holas est muté à Dakar. Il s’en plaint à Balandier, évoquant son « opposition idéologique » à Tournier, et sollicite son aide20. Holas reste finalement à Abidjan mais la rupture est consommée avec Tournier. Une telle dispute serait anecdotique si elle n’avait pour conséquence un rapprochement de l’ethnologue avec les autorités locales et une stratégie personnelle d’opposition au fédéralisme souhaité par Monod pour l’Ifan, à un moment où, en août 1957, le centre fédéral se retrouve rattaché à l’université de Dakar et les centres locaux territorialisés21. Dans ce contexte, Holas s’adresse directement au gouverneur de Côte d’Ivoire pour demander l’autonomie budgétaire du musée, critiquant à la fois la gestion de Tournier et les décisions de Monod22, et tente de développer un programme scientifique alternatif à celui voulu par le directeur de l’Ifan. En 1959, Holas remet un projet de création d’un Centre des sciences humaines-musée au ministre de l’Éducation nationale de Côte d’Ivoire. Il décrit une section « demeurant dans un cadre qui a survécu à une époque révolue et devant constamment lutter contre l’incompréhension d’un directeur dont les vues correspondent peu aux exigences d’une discipline de recherche si dynamique comme celle de l’homme »23 et se pose en défenseur des professionnels ivoiriens du centre Ifan, soulignant les inégalités de salaire et leur manque de reconnaissance. Ce faisant, il introduit une distinction entre agents ivoiriens et non ivoiriens :

  • 24 Ibid.: 4.

Il s’agit en l’occurrence d’agents généralement de très bonnes qualités qui, à part un ou deux éléments non originaires de Côte d’Ivoire, ne demandent qu’à reprendre avec l’énergie et le dévouement de jadis.
Depuis quelque temps, la discipline a été relâchée, auprès des agents non-ivoiriens, grâce aux influences regrettables et tendancieuses de la direction de l’Ifan24.

19Les arguments avancés par Holas sont également scientifiques, présentant la création d’un Centre de sciences humaines-musée comme une rupture avec l’organisation coloniale de la recherche propre à l’Ifan :

  • 25 Ibid.: 5.

Étant donné la rapide ascension des sciences humaines dans le monde d’un côté, et des devoirs culturels de notre jeune République de l’autre, un organisme si mal guidé que notre « Ifan », continuant à abriter, comme aux premiers temps de l’exploration, sous un même toit des disciplines hétérogènes et parfois incompatibles […], paraît très nettement dépassé par les évènements25.

  • 26 Lettre de Holas à Adandé, 13 août 1957, fonds Bohumil Holas, AMQB.
  • 27 Lettre de Holas à l’ambassadeur d’Italie en Côte d’Ivoire, 22 juin 1962, fonds Bohumil Holas, AMQB.

20Dans le même temps, Holas tente de se positionner comme le nouveau leader de la recherche en sciences humaines en Afrique de l’Ouest. Dès le mois d’août 1957, il suggère à Adandé, désormais affecté au centre Ifan du Dahomey, « afin de perpétuer les rapports et de coordonner certains travaux des sciences humaines entre différents territoires de l’AOF, d’organiser des réunions de chercheurs de toutes les disciplines intéressant l’homme et les civilisations africaines26 ». Et au lendemain de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, il s’évertue secrètement (finalement en vain) à mettre en place un Institut international de sciences humaines, « un organisme supranational subventionné par les secteurs public et privé avec reconnaissance légale des États intéressés », en vue de garantir « la sauvegarde de la recherche indépendante en Afrique27 ».

21À la fin de la période coloniale, le musée d’Abidjan est donc en plein développement. Holas ambitionne de le transformer en « un musée moderne digne de la Côte d’Ivoire et des admirables collections qui ont été recueillies depuis quinze ans, véritable musée de l’Homme Africain » (Ifan 1958 : 73-74). L’entreprise de nationalisation du musée peut donc commencer. La double ambition de Holas, l’une affichée et l’autre camouflée, s’inscrit cependant dans la continuité de la conception coloniale du musée et de sa muséographie. En se positionnant contre les directions locale et fédérale de l’Ifan et contre l’organisation coloniale du travail, Holas se pose certes en nationaliste. Mais en visant la création et l’animation d’un réseau scientifique supranational, il cherche à reproduire le modèle imaginé par Monod.

Tristan Tzara, Bohumil Holas et Frank McEwen devant une sculpture, à l’occasion de l’International Congress of African Culture (ICAC), à Salisbury, Rhodésie, en 1962.

Tristan Tzara, Bohumil Holas et Frank McEwen devant une sculpture, à l’occasion de l’International Congress of African Culture (ICAC), à Salisbury, Rhodésie, en 1962.

PP0180962, musée du quai Branly-Jacques Chirac.

Un musée pour la nation ivoirienne

  • 28 Dadié a été bibliothécaire archiviste à la base dakaroise de l’Ifan de 1937 à 1947. Sur les débuts (...)
  • 29 D’après la rumeur, Tournier visait alors la direction adjointe de l’Ifan Dakar, puis la succession (...)
  • 30 Lettre de Holas à Bodiel, 2 décembre 1961, fonds Bohumil Holas, AMQB.

22Au moment de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, le projet de reconfiguration du maillage scientifique imaginé par Holas est cependant abandonné. Alors que le centre Ifan est rebaptisé Centre des sciences humaines (incluant le musée) et l’ethnologue maintenu à sa direction, ce dernier est pourtant dépossédé de ses projets d’organisation scientifique de la recherche au profit de Bernard Dadié, ancien agent ivoirien de l’Ifan, homme politique et écrivain28. Déjà en 1956, Dadié avait été chargé d’une mission de collecte de masques en or pour le compte du Haut-Commissaire de l’AOF, une manière, disait-on, de se poser en successeur de Tournier à la direction du centre Ifan d’Abidjan29. C’est finalement au lendemain de l’indépendance, en 1961, que Dadié est nommé chef de la recherche scientifique (après avoir notamment été chef de cabinet du ministre de l’Éducation). Les moyens manquent au musée et Holas s’en plaint à Bodiel, quelques mois après l’ouverture de celui de Dakar : « J’entends de partout parler des activités de votre Musée qui semble prendre de l’essor alors que nous déclinons à vue30. » La situation s’aggrave encore l’année suivante, lorsque l’École des beaux-arts est créée dans les locaux du centre et sa direction confiée à Dadié. Les crédits du Centre des sciences humaines, dont dépend le musée, sont alors redirigés, Holas se retrouvant doublement marginalisé, dépourvu de moyens en Côte d’Ivoire et coupé de la recherche métropolitaine :

  • 31 Lettre de Holas à Balandier, 11 janvier 1962, fonds Bohumil Holas, AMQB.

Nous nous trouvons actuellement dans une situation critique, nos bâtiments étant transformés par le nouveau directeur de la recherche, le poète Bernard Badié, en école… Je ne vous parle pas de mes propres travaux arrêtés par toutes ces circonstances défavorables depuis de longs mois déjà, et, néanmoins, nous sommes surmenés dans cette capitale devenue le rendez-vous du monde… […]. Comme vous le savez, c’était vraiment une grave erreur d’avoir laissé tomber les chercheurs locaux comme moi qui sont maintenant privés pratiquement de tous les moyens d’action31.

23Son isolement l’incite à multiplier les contacts extérieurs et à se positionner comme expert de l’art ivoirien sur la scène internationale.

Louis Normand, Photo-Service Abidjan, Institut français d’Afrique noire, musée d’Abidjan, Côte d’Ivoire. A2- une des salles latérales. Carte postale sur papier baryté, 1936-1960, PP0177792, musée du quai Branly – Jacques Chirac.

Louis Normand, Photo-Service Abidjan, Institut français d’Afrique noire, musée d’Abidjan, Côte d’Ivoire. A2- une des salles latérales. Carte postale sur papier baryté, 1936-1960, PP0177792, musée du quai Branly – Jacques Chirac.

Louis Normand © musée du quai Branly - Jacques Chirac.

24Du 1er au 12 août 1962, il participe au Festival of African and Neo-African Arts and Music, organisé dans le cadre de l’International Congress of African Culture, à la Rhodes National Gallery, à Salisbury, en Rhodésie du Sud (Zimbabwe actuel). Il est alors depuis plus d’un an en lien avec son directeur, Frank McEwen, qui a séjourné à Abidjan en février 1961 pour préparer l’évènement. Plusieurs dizaines d’objets sont prêtés par le musée d’Abidjan pour cette première grande exposition dédiée à l’art africain sur le continent (Murray 2018) et, le 7 août 1962, Holas présente une communication dans laquelle il défend « une vue élargie » sur l’art africain :

  • 32 Bohumil Holas, « La fonction rituelle de l’art en Côte d’Ivoire », tapuscrit, 1962, fonds Bohumil H (...)

J’ai constamment essayé, sans m’interdire la jouissance esthétique offerte par les œuvres d’art étudiées, de les replacer avant tout dans leur contexte sociologique, c’est-à-dire dans l’ambiance naturelle dans laquelle elles sont nées et dans laquelle elles se sont vues assigner un rôle précis32.

  • 33 Lettre de Holas à McEwen, 28 août 1962, fonds Bohumil Holas, AMQB.

25Il profite également du congrès pour discuter avec McEwen de son « projet de création d’un organisme scientifique supranational33 ».

  • 34 Bohumil Holas, « Festival de Dakar: arts contemporains », tapuscrit non daté [1966], fonds Bohumil (...)
  • 35 En 1970, Louis Laouchez et Mathieu-Jean Gensin, avec Serge Hélénon, fonderont l’École négro-caraïbe (...)

26Quatre années plus tard, un second évènement majeur dans l’histoire de la reconnaissance postcoloniale des arts africains, le Festival mondial des arts nègres de Dakar (Ficquet et Gallimardet 2009), lui offre de nouveau l’occasion de s’inscrire dans des réseaux transnationaux de spécialistes des arts africains. Holas sélectionne huit artistes contemporains pour le stand de la Côte d’Ivoire, dont le sculpteur Christian Lattier, « un talent indomptable, rayonnant de spiritualité et toujours en quête de l’insolite34 », qui obtient le Grand Prix des arts visuels, le mosaïste martiniquais Louis Laouchez, qui enseigne l’art plastique en Côte d’Ivoire depuis 1957, et le peintre Mathieu-Jean Gensin, également martiniquais et enseignant à l’École des beaux-arts de Côte d’Ivoire, arrivé au moment de l’indépendance du pays35.

Bohumil Holas faisant visiter à Léopold Sédar Senghor le musée de la Côte d’Ivoire à Abidjan, 1971, PP0180898, musée du quai Branly – Jacques Chirac.

Bohumil Holas faisant visiter à Léopold Sédar Senghor le musée de la Côte d’Ivoire à Abidjan, 1971, PP0180898, musée du quai Branly – Jacques Chirac.

Louis Normand © musée du quai Branly –Jacques Chirac.

  • 36 Bohumil Holas, « Le musée d’Abidjan », tapuscrit, 22 juin 1968, fonds Bohumil Holas, AMQB.

27L’intérêt de Holas, lui-même peintre et dessinateur, pour l’art contemporain influe cependant peu sur sa conception du musée d’Abidjan. En 1968, il résume le rôle de l’institution qu’il dirige à la conservation d’un « patrimoine culturel au moment des changements décisifs » et à la recontextualisation « sociologique » de collections ethnographiques « en leur donnant un sens précis36 ». La muséographie de l’exposition permanente ne connaît aucun changement notable dans les années 1960. Les espaces sont organisés « de façon que soient respectées les diverses divisions ethniques d’un côté et diverses activités humaines de l’autre » (Ifan 1954 : 111). De longues banques permettent d’aligner les objets, tandis que de petites niches vitrées rythment les murs de la salle principale, présentant les diverses activités humaines (des masques miniatures sont fixés au-dessus, et de petits objets les encadrent, formant une frise décorative). D’autres supports, pyramidaux, sont installés au pied de grands panneaux dédiés aux différentes ethnies. Les cartels sont presque inexistants : masques, statues, instruments de musique et objets usuels sont présentés en fonction de leur étiquette ethnique (Ravenhill 1996). Ni la fonction ni la typologie des objets ne servent de principe d’exposition : outre leur supposée ethnicité, leurs formes seules ordonnent l’exposition, l’alternance des tailles et des volumes conférant un rythme visuel à l’ensemble. L’objectif est d’offrir au visiteur un panorama du territoire ivoirien, comme l’indiquait bien un prospectus diffusé au début des années 1960 :

Réunissant de remarquables spécimens d’art, le musée d’Abidjan offre au visiteur la possibilité de faire connaissance avec les exceptionnelles richesses culturelles des peuplades de la grande forêt, de la zone lagunaire, des savanes du centre, ainsi que des vastes étendues du nord de la Côte d’Ivoire.

  • 37 Holas organise cependant une exposition temporaire de ses propres toiles…

28Les expositions temporaires suivent souvent un thème ethnique, dans la continuité de celles qui ont connu le succès à la fin de la période coloniale. Au début des années 1960, c’est de nouveau une « exposition régionale », dédiée « à la civilisation et aux arts sénoufo », qui accueille visiteurs et visiteuses dans le grand hall du musée. Par la suite, Holas multiplie, le plus souvent vainement, les projets de collaboration avec d’autres musées ouest-africains. Quant aux projets d’exposition d’« art d’aliénés » ou d’« art contemporain nigérian », tous deux imaginés en collaboration avec Ulli Beier, enseignant à l’université d’Ibadan au Nigeria, ils ne voient pas le jour. Le musée d’Abidjan reste largement centré sur la conservation de « collections ethnographiques » données à voir comme des œuvres d’art ivoirien, tant dans les expositions permanente et temporaires que dans les nombreuses publications que leur consacre Holas37.

  • 38 Publié aux Presses universitaires de France, l’ouvrage d’Holas paraît cinq ans plus tard dans une v (...)
  • 39 Le missionnaire Gustaaf Hulstaert, fondateur et rédacteur en chef de la revue Aequatoria, ne s’y tr (...)
  • 40 Christian Debenest, le propriétaire de cette galerie installée au luxueux hôtel Ivoire, est égaleme (...)
  • 41 Courrier de Belkiri aux préfets, 16 septembre 1971, fonds Bohumil Holas, AMQB.

29En 1960, il publie Cultures matérielles de la Côte d’Ivoire, qui, sans être véritablement le catalogue du musée, met en perspective une partie de ses collections (Holas 1960). L’ouvrage est préfacé par Houphouët-Boigny, signe de la récupération politique du projet muséal38, et preuve des liens entre l’ethnologue français et le président de la République de Côte d’Ivoire39. À de multiples reprises et jusqu’à son départ en retraite, Holas est sollicité pour fournir des œuvres d’art ivoirien à la présidence, à diverses institutions nationales ou aux ambassades ivoiriennes. Elles sont généralement achetées auprès de marchands (Holas sert notamment d’intermédiaire entre la galerie La Rose d’Ivoire et divers acheteurs étrangers40) ou commandées aux artisans du centre artisanal du musée, voire, comme certains en accusent Holas, sélectionnées dans les collections du musée (Memel-Kassi 2020). Le directeur du musée est en contact régulier avec Alain Belkiri, le secrétaire général du gouvernement de Côte d’Ivoire, qui lui demande parfois des renseignements d’ordre ethnographique sur les ethnies du pays. En septembre 1971, ce dernier l’invite à superviser une mission d’achat d’œuvres d’art originaires des différentes régions du pays en vue de « regarnir les vitrines d’exposition qui se trouvent dans les locaux de la Présidence de la République et des Résidences officielles destinées aux Chefs d’État de passage en Côte d’Ivoire ». Aux préfets à qui la demande est adressée, il précise qu’« il ne devra s’agir que d’objets de haute qualité, véritablement anciens, et non de masques ou de statues récemment fabriqués et habilement maquillés pour la vente aux touristes41 ». Holas profite de cette commande pour acquérir également des objets pour le musée (deux chasse-mouches), auprès du marchand et collectionneur d’origine libanaise Samir Borro.

  • 42 Sur les rapports entre musées et philatélie en Afrique de l’Ouest, voir: Bondaz 2013b.

30Les objets du musée servent aussi à produire les symboles de la jeune nation ivoirienne. Dès 1960, une série de timbres « masques traditionnels » (neuf timbres-poste et cinq timbres taxe) est éditée, tandis que quatre autres timbres d’« art ivoirien » sortent en 1966, à l’occasion du Festival mondial des arts nègres de Dakar, et cinq timbres taxe représentant des poids à peser l’or en 196842. Holas aura également les honneurs de la poste ivoirienne à titre personnel : l’année de son départ à la retraite, deux de ses toiles, Personnages de garde royale et Figures de la cosmologie traditionnelle, sont éditées sous forme de timbres, témoignant une fois de plus de l’imbrication entre l’histoire du musée d’Abidjan, la construction de la nation ivoirienne et la biographie de Holas.

  • 43 Lettre de Bodiel à Holas, 28 novembre 1967, fonds Bohumil Holas, AMQB.

31Des experts occidentaux visitent à plusieurs reprises le musée d’Abidjan afin de reconfigurer et professionnaliser son organisation et ses expositions. À l’été 1967, Jean Gabus, le directeur du musée d’ethnographie de Neuchâtel, est missionné par l’Unesco pour édifier un nouveau musée à Abidjan, qui regrouperait sciences humaines et naturelles. McEwen est pressenti pour en assurer la direction43. Gabus présente alors comme une nouveauté l’idée de reconstituer plusieurs villages traditionnels :

Ils appartiendraient à des types baoulé, gouro, sénoufo, dan, abron, etc. Pour que ces villages restent vivants, la moitié serait occupée par un mobilier en place, leur donnant l’aspect habituel du musée de plein air, mais l’autre moitié serait réservée à des artisans.
(Gabus 1967 : 10)

32Cette idée de musée de plein air était déjà défendue par Holas plus de dix ans auparavant. Le projet d’exposition permanente paraît également s’inscrire dans la continuité de ce que Holas avait mis en place. La muséographie doit figurer « une marche à travers la République de la Côte d’Ivoire, du sud au nord, de la haute forêt lagunaire des Apolloniens du Bassam [sic] à la savane des Sénoufo et des Malinké, avec, en éventail, s’ouvrant de l’ouest à l’est les populations des Dan jusqu’aux royaumes Agni et Abron » (ibid. : 24).

33Quelques années après la mission de Gabus, celle d’Yvonne Oddon, bibliothécaire du musée de l’Homme et directrice du centre de documentation de l’Icom, conduit une fois de plus à formuler un projet de nouveau musée national. L’accent est alors mis sur l’africanisation du musée :« Il faut espérer que la conception du nouveau musée s’écartera résolument du type européen classique afin de s’intégrer à son milieu naturel et culturel. » (Oddon 1971 : 26) Oddon propose également de recruter un directeur formé à la muséologie, ce qui revient, implicitement, à critiquer Holas. Malgré le passage de ces experts invitant à davantage de professionnalisme, ce dernier conserve la direction du musée.

Du réseau scientifique à la diplomatie muséale

34Les difficultés financières auxquelles le musée d’Abidjan se trouve confronté au début des années 1960 s’expliquent par le désintérêt d’Houphouët-Boigny pour le patrimoine muséal. Ni le musée ni l’ethnologie ne sont une priorité pour lui. Au sortir de la période coloniale, Houphouët-Boigny favorise la promotion des nouvelles technologies industrielles plutôt que la défense des traditions (Steiner 1994 : 95). C’est donc peut-être pour des raisons diplomatiques que le musée a d’abord survécu à la décolonisation. D’après une ancienne responsable du ministère de la Culture, « Houphouët-Boigny a conservé le musée de l’Ifan pour ne pas déplaire aux Français » (citée par Gaugue 1997 : 32). Le budget du musée est donc indexé sur les relations diplomatiques du président ivoirien. Ainsi, la réfection des salles d’exposition, longtemps repoussée par Holas faute de financement, peut finalement être entreprise en décembre 1971, quand la Présidence de Côte d’Ivoire apporte une aide exceptionnelle au musée, à l’occasion de la visite officielle du président sénégalais Léopold Sédar Senghor.

  • 44 Les dons d’objets ou d’ouvrages sont pour lui l’occasion de nouer des relations avec de nombreuses (...)
  • 45 Lettre de Holas au directeur des Affaires culturelles, 28 avril 1969, fonds Bohumil Holas, AMQB.

35Holas en vient alors à concevoir des projets d’exposition motivés par des raisons plus géopolitiques que scientifiques. Cela lui permet d’intéresser la présidence ivoirienne aux collections du musée et à son travail de chercheur et de s’insérer dans des réseaux politiques44. Les objets du musée deviennent le prétexte à des relations diplomatiques. Par exemple, lorsque Toucet, le directeur du musée national du Niger, souhaite consacrer à l’art ivoirien la première exposition temporaire de son musée (le bâtiment des expositions temporaires est construit en 1969), Holas défend le projet auprès du ministère de l’Éducation nationale en insistant sur « l’intérêt qu’il y a à entretenir et à intensifier les échanges culturels entre [leurs] deux pays45 ». Ces tractations ont lieu quelques mois seulement avant une autre exposition autrement plus importante aux yeux de Houphouët-Boigny, celle de Vevey, en Suisse.

  • 46 Vice-consul de Côte d’Ivoire en Suisse, Rinsoz accueillera de nouveau Houphouët-Boigny lors de son (...)

36Organisée du 12 juillet au 22 septembre 1969, l’exposition d’art ivoirien au musée des Beaux-Arts de Vevey est révélatrice d’une diplomatie muséale faisant passer les enjeux économiques et politiques avant les questions muséales et scientifiques. L’exposition est placée sous le double patronage d’Houphouët-Boigny (qui fait le déplacement pour l’inauguration) et du président de la Confédération suisse, Ludwig von Moos. La ville est choisie pour être un « carrefour des produits tropicaux », explique Jean-Louis Rinsoz, le président du comité de l’exposition, dans sa préface au catalogue (Collectif 1969 : 12). Vevey est en effet un centre important de l’industrie chocolatière et caféière (Nestlé, qui y a son siège, fait partie des entreprises qui financent le catalogue de l’exposition) et la Société industrielle et commerciale de la ville est justement présidée par Rinsoz46. Un autre membre du comité de l’exposition est le diamantaire Jacques Timey, qui dirige la joaillerie Harry Winston à Genève. Il est proche d’Houphouët-Boigny, qu’il accueille à plusieurs reprises dans sa ferme de Collonges-sous-Salève. Le président ivoirien entretient en effet une relation privilégiée avec la Suisse, où il se rend régulièrement à partir de 1957 et où il place son argent. Il finit d’ailleurs par racheter la ferme du diamantaire, aujourd’hui considérée comme un « bien mal acquis ».

  • 47 Jules Niddeger, « Vevey et la Côte d’Ivoire », La Liberté, 10 mai 1969.

37De nombreuses banques suisses financent l’exposition, qui présente les « trésors du musée d’Abidjan », en particulier des parures en or. Ces dernières sont à l’honneur dans le catalogue, en ouverture et fermeture des autres photographies d’objets. Holas note que « toutes les activités économiques [des civilisations akan], reflétant la complexité des structures organiques, ont été traditionnellement fondées sur la valeur, à la fois réelle et mystique, de l’or » (Collectif 1969 : 52). Mais l’ostension de la richesse et du luxe dépasse le simple cadre de l’exposition. Un restaurant africain ouvre temporairement au casino de Vevey (en collaboration avec un fameux palace abidjanais, l’hôtel Ivoire), des objets artisanaux rassemblés par Holas sont exposés dans deux cents vitrines commerciales à travers la ville et des danseurs présentés comme des initiés au Poro (le spectacle est interdit aux femmes !) se produisent au théâtre. Une liaison aérienne quotidienne est même spécialement établie pour la durée de l’exposition entre Abidjan et Vevey (le premier vol apporte des orchidées ivoiriennes aux femmes des journalistes couvrant l’évènement…)47 ! La poste ivoirienne édite pour l’occasion un timbre figurant une statue de cavalier baoulé, tandis que son homologue suisse commercialise une enveloppe philatélique où l’image d’une maternité baoulé côtoie une vierge à l’enfant des collections du Musée national suisse. Le choix d’œuvres baoulé s’explique par la volonté de mise en avant de l’identité ethnique du président ivoirien (Girard-Muscagorry 2018).

38Suite à l’exposition de Vevey, Holas organise au musée d’Abidjan une exposition de dessins réalisés par des enfants suisses sur le thème des masques ivoiriens. Elle est inaugurée le 15 janvier 1970 en présence de Thérèse Houphouët-Boigny, la femme du président. À cette date, les objets présentés à Vevey, les plus beaux des collections, ne sont toujours pas rentrés à Abidjan. Ils ont été expédiés directement de Vevey à Rotterdam pour une autre exposition temporaire. Ce n’est sans doute pas une coïncidence si là encore des enjeux économiques lient la Côte d’Ivoire aux Pays-Bas, grand importateur de cacao. L’exposition implique de nouveau la présidence ivoirienne et, en juin 1970, Houphouët-Boigny en profite pour se rendre aux Pays-Bas en visite officielle.

  • 48 Lettre de Tomoo Hirose à Holas, 11 mars 1971, fonds Bohumil Holas, AMQB.

39La diplomatie muséale est alors à son comble, Holas jouant à chaque fois un rôle central, quoique discret, dans les échanges entre les représentants des différents États. La Côte d’Ivoire est ainsi l’un des quelques pays africains à disposer d’un pavillon à l’Expo’70, l’exposition universelle d’Osaka. Conçu par l’architecte italien Rinaldo Olivieri, qui s’inspire de la forme des défenses d’éléphant, celui-ci compte trois espaces d’exposition, l’un dédié au mouvement pour l’indépendance, qui fait l’éloge d’Houphouët-Boigny, un autre à la « maison moderne », qui valorise les produits d’exportation (café, cacao et bois tropicaux) et le dernier, au rez-de-chaussée, mettant en scène la « maison traditionnelle » et sa statuaire ivoirienne dans des niches faiblement éclairées (Di Luzio 1983 : 50-54). Les objets présentés dans ce dernier espace ont été rassemblés par Holas et intègrent ensuite les collections du futur musée national d’Ethnologie d’Osaka, fondé en 1974 et ouvert au public trois ans plus tard (Shelton 2018)48.

Enveloppes Premier jour éditées par la Côte d’Ivoire et la Confédération Suisse, collection Julien Bondaz.

Enveloppes Premier jour éditées par la Côte d’Ivoire et la Confédération Suisse, collection Julien Bondaz.
  • 49 Communication en Conseil des ministres du secrétaire d’État chargé des Affaires culturelles et du m (...)

40Deux ans après l’Exposition universelle, Holas se rend huit semaines au Japon à l’invitation de l’association Japon-Afrique, pour une exposition itinérante des plus belles pièces du musée d’Abidjan. Intitulée « Black African Art », elle ouvre le 16 juin 1972 et se déplace dans plusieurs villes du pays (Tokyo, Nagoya, Kochi, Osaka et Okayama, entre autres), dans des salles mises à disposition par les grands magasins Odakyu. Elle présente mille quatre cent quatre-vingt-un objets, dont des copies sont proposées à la vente. Organisée « en vue de renforcer les relations amicales et la compréhension mutuelle entre les deux nations49 », l’exposition vise au moins autant à promouvoir les richesses économiques de la Côte d’Ivoire que l’art ivoirien. Dans une note à Holas, l’ambassadeur de Côte d’Ivoire au Japon se plaint :

  • 50 Pierre Nelson Coffi, « Note à Monsieur Holas », 19 juin 1972, fonds Bohumil Holas, AMQB.

Il est paradoxal que dans une manifestation ivoirienne, c’est le café d’Ethiopie qui se vend et non le nôtre. Redresser cette erreur en demandant au magasin Odakyu de se procurer du café robusta et faire des sachets Côte d’Ivoire50.

  • 51 Lettre de Holas à Houphouët-Boigny, 11 juillet 1972, fonds Bohumil Holas, AMQB.
  • 52 La Côte d’Ivoire accueille ainsi cent dix mille touristes en 1975, contre vingt-deux mille en 1968 (...)

41L’exposition japonaise constitue néanmoins un nouveau succès et Holas, de retour en Côte d’Ivoire, écrit au président de la République pour l’assurer que « ces manifestations qu[’il a] bien voulu patronner représenteront un excellent investissement pour l’avenir51 ». Les collections les plus importantes du musée d’Abidjan sont cependant restées de longues années hors de Côte d’Ivoire et un changement s’opère dans la politique économique du pays : la valorisation du patrimoine culturel devient un enjeu pour le développement touristique. Les objets du musée cessent d’être les ambassadeurs du président de la République dans le cadre du déploiement de sa politique internationale pour devenir les promoteurs du tourisme culturel, à un moment où, dans les années 1970, les touristes sont toujours plus nombreux52 et plus divers, non plus seulement intéressés par la chasse ou le tourisme de luxe.

Félix Houphouët-Boigny assiste à un spectacle de danse à l’occasion de l’inauguration de « Arts de la Côte d’Ivoire » à Vevey (Suisse), 12 juillet 1969, PP0181165, musée du quai Branly-Jacques Chirac.

Félix Houphouët-Boigny assiste à un spectacle de danse à l’occasion de l’inauguration de « Arts de la Côte d’Ivoire » à Vevey (Suisse), 12 juillet 1969, PP0181165, musée du quai Branly-Jacques Chirac.

Affiche de l’exposition itinérante « Black African Art » au Japon, 1972, fonds Bohumil Holas, archives du musée du quai Branly-Jacques Chirac.

Affiche de l’exposition itinérante « Black African Art » au Japon, 1972, fonds Bohumil Holas, archives du musée du quai Branly-Jacques Chirac.
  • 53 Il y aurait beaucoup à dire sur l’itinéraire, en quelque sorte parallèle à l’histoire qui nous inté (...)

42En 1978, Holas a cependant de nouveau un rôle diplomatique à jouer, pour la dernière fois de sa carrière. Lors d’une visite officielle en Côte d’Ivoire, le président français Valéry Giscard d’Estaing est en effet élevé à la dignité de président honoraire de l’Association des chefs coutumiers. Il reçoit alors plusieurs objets de prestige akan, en or et en bois doré : un trône, un sabre d’apparat, une couronne, deux pendentifs, un chasse-mouches, une paire de sandales, ainsi que trois cannes dites « de linguistes » (Girard-Muscagorry 2018). De retour à Paris, Giscard d’Estaing en fait don au musée national des Arts d’Afrique et d’Océanie (Holas rédige une note à leur sujet), accompagnés de deux ouvrages de l’ethnologue, que ce dernier lui avait sans doute offerts à la même occasion. Les regalia du président et les livres de l’ethnologue se retrouvaient ainsi unis dans un même don, d’ailleurs controversé, à un musée français (celui-là même dont la section Afrique fut dirigée, de 1963 à 1974, par Pierre Meauzé, l’artiste qui fut à l’origine du musée d’Abidjan53).

Conclusion

43Si Holas, figure de l’ethnologie coloniale en Afrique de l’Ouest, reste à la tête du musée d’Abidjan après l’indépendance de la Côte d’Ivoire, c’est sans doute parce qu’il parvient à mettre la diversité parfois conflictuelle des valeurs scientifiques, esthétiques, politiques et diplomatiques des collections au service d’un double enjeu de politique intérieure et extérieure, en articulant l’inventaire des ethnies composant la nation ivoirienne, à travers une entreprise de requalification des connaissances ethnographiques en savoirs culturels, et une forme de diplomatie muséale fondée sur l’universalité des valeurs artistiques des collections. La perpétuation d’un paradigme ethnique (Ravenhill 1996) rend possible ce double projet apparemment contradictoire : les objets sont ainsi à la fois ancrés dans une supposée authenticité culturelle et locale et labellisés sur le marché globalisé des valeurs artistiques. Au musée d’Abidjan, l’organisation de l’exposition permanente en fonction des différentes aires culturelles de la nation ivoirienne (Akan, Krou ou Kru, Gour ou Gur et Mandé) perdure donc bien au-delà de la période coloniale et des principes de collecte et d’inventaire de l’Ifan. Il faut attendre mars 1995 pour qu’elle soit reconfigurée et que cette logique soit abolie, sous la direction de Yaya Savané (Gaugue 1997 : 115). Critiquant « les présentations classiques du patrimoine artistique à dose ethnique », ce dernier tentait de rompre avec une « vision réductrice, particularisante, isolationniste et statique du patrimoine ivoirien, […] au profit d’une dynamique des emprunts, des adaptations, des interprétations et des réinterprétations » (Savané 2003 : 49). Pour autant, l’intéressement au musée du pouvoir postcolonial prouve bien que les enjeux de décolonisation muséale ne se limitent pas aux modes d’exposition. L’appropriation politique du musée d’Abidjan montre qu’il s’agit aussi de postures personnelles et de formes d’intersubjectivité, à l’intersection entre stratégies muséales et réseaux diplomatiques.

Haut de page

Bibliographie

Adandé, Alexandre

1951 « L’impérieuse nécessité des musées africains », Présence Africaine10-11 : 194-198.

Adedze, Agbenyega

2003 « In the Pursuit of Knowledge and Power: French Scientific Research in West Africa, 1938-65 », Comparative Studies of South Asia, Africa and the Middle East 23 (1-2) : 335-344.

Collectif

1969 Arts de la Côte d’Ivoire. Trésors du Musée d’Abidjan, catalogue d’exposition. Vevey, musée des Beaux-Arts.

Coulibaly, Navigué Félicien

2008-2009 Missionnaires catholiques et société senufo de Côte d’Ivoire.1904-1977, thèse de doctorat d’histoire contemporaine, Université de Cocody-Abidjan,

Balandier, Georges et Mercier, Paul

1952 Particularisme et évolution. Les pêcheurs lebou du Sénégal. Saint-Louis, Ifan.

Bondaz, Julien

2013a « Un musée pour l’Indépendance du Niger. Exposer l’unité nationale et décoloniser la muséologie (1959-1974) », in Odile Goerg, Jean-Luc Martineau et Didier Nativel, Les Indépendances en Afrique. L’événement et ses mémoires, 1957/1960-2010. Rennes, PUR : 277-289.

2013b « L’Afrique miniaturisée. La fabrique philatélique du patrimoine ouest africain », in Michèle Cros et Julien Bondaz (dir.), Afriques au figuré. Images migrantes. Paris, Éditions des archives contemporaines : 37-65.

2015 « À la marge des sciences coloniales ? La mission Dekeyser-Holas dans l’Est libérien (1948) », Gradhiva 22 : 168-191.

2020a « Des succursales pour le Muséum. L’Institut Français d’Afrique Noire en réseau (1938-1960) », in Jean-Louis Georget, Hélène Ivanoff et Richard Kuba (dir.), Construire l’ethnologie en Afrique coloniale. Politiques, collections et médiations africaines. Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle : 245-270.

2020b « “Échantillonner toute l’Afrique”. Les collectes coloniales de l’Institut Français d’Afrique Noire (1936-1960) », Troubles dans les collections, revue du Musée Théodore Monod d’art africain 1 [en ligne], disponible sur : https://troublesdanslescollections.fr/2020/10/01/article-1 -revue-1/ (consulté le 13 décembre 2021).

Boutillier, Jean-Louis, Copans, Jean, Fiéloux, Michèle, Lallemand, Suzanne et Ormières, Jean-Louis

1978 Le Tourisme en Afrique de l’Ouest : panacée ou nouvelle traite ? Paris, Maspero.

Boutin, Pierre

2014 « Comment se constituent les collections : l’exemple sénoufo », Afrique : Archéologie & Arts 10 : 47-59.

Di Luzio, Claudio

1983 Rinaldo Olivieri : architettura come luogo della memoria. Bari, Edizioni Dedalo.

Ficquet, Éloi et Gallimardet, Lorraine

2009 « “On ne peut nier longtemps l’art nègre”. Enjeux du colloque et de l’exposition du Premier Festival mondial des arts nègres de Dakar en 1966 », Gradhiva 10 : 134-155.

Gabus, Jean

1967 Plan d’agrandissement et de modernisation du musée d’Abidjan et de création de musées régionaux. Paris, Unesco.

Gaugue, Anne

1997 Les États africains et leurs musées : la mise en scène de la Nation. Paris, L’Harmattan.

Ginio, Ruth

2002 « French Colonial Reading of Ethnographic Research. The Case of the “Desertion” of the Abron King and its Aftermath », Cahiers d’études africaines 166 : 337-358.

Girard-Muscagorry, Alexandre

2018 « Les regalia du président », Les Cahiers de l’École du Louvre 12 [En ligne], disponible sur : https://journals.openedition.org/cel/840 (consulté le 2 août 2021).

Herold, Erich

1985 « Traditional Sculpture of the Bete Tribe, Ivory Coast », Annals of the Náprstek Museum 13, National Museum, Prague : 71-163.

Holas, Bohumil

1960 Cultures matérielles de la Côte d’Ivoire. Paris, PUF.

1962 Ouvrages et articles 1944-1962. Paris, Librairie orientaliste Paul Geuthner.

1965 Industries et cultures en Côte d’Ivoire. Abidjan, Centre des sciences humaines.

1975 Image de la mère dans l’art ivoirien. Abidjan-Dakar, Les Nouvelles éditions africaines.

Ifan

1948a Conseils aux chercheurs. Dakar, Ifan.

1948b « 1938-1948 », Notes africaines 37.

1954 L’Institut Français d’Afrique Noire. Dakar, Ifan.

1955 Rapport annuel. Dakar, IFAN.

1957 Rapport annuel. Dakar, IFAN.

Jézéquel, Jean-Hervé

2007 « Voices of their Own? African Participation in the Production of Colonial Knowledge in French West Africa, 1910-1950 », in Helen Tilley et Robert J. Gordon (dir.), Ordering Africa: Anthropology, European Imperialism, and the Politics of Knowledge. Manchester, Manchester University Press : 145-172.

2011 « Les professionnels africains de la recherche dans l’État colonial tardif. Le personnel local de l’Institut Français d’Afrique Noire entre 1938 et 1960 », Revue d’histoire des sciences humaines 24 : 35-60.

Labrune-Badiane, Céline et Smith, Étienne

2018 Les Hussards noirs de la colonie : instituteurs africains et « petites patries » en AOF (1913-1960). Paris, Karthala.

Le Maire, Frédéric

2008 Bernard Dadié : itinéraire d’un écrivain africain dans la première moitié du xxe siècle. L’Harmattan, Paris.

Memel-Kassi, Sylvie

2020 « The Illicit Circulation of Ivorian Collections: Challenges and Prospects », Journal for Art Market Studies 4 (1) [en ligne], disponible sur : https://doi.org/10.23690/jams.v4i1.97 (consulté le 27 juillet 2021).

Monnier, Yves

2007 « Jean-Luc Tournier », in Collection ethnographique de Côte d’Ivoire : l’esprit et la matière. Paris/Besançon, Somogy/Muséum d’histoire natureelle de Besançon : 14-25.

Monod, Théodore

1943 « L’Institut français d’Afrique noire », Africa 14 (4) : 194-199.

Moulin, Raoul-Jean

1956 « À propos d’une exposition d’arts baoulé », Notes africaines 70 : 43-46.

Murray, Barbara

2018 « The 1962 First International Congress of African Culture: A Brief Report », Nka. Journal of contemporary African art 42-43 : 74-94.

Oddon, Yvonne

1971 « Problèmes des musées d’Afrique occidentale », Nouvelles de l’Icom 24 (2) : 25-29.

Posnansky, Merrick

1996 « Coping with Collapse in the 1990s. West African Museums, Universities, and National Patrimonies », in Peter R. Schmidt et Roderick J. McIntosh (dir.), Plundering Africa’s Past. Bloomington/Londres, Indiana University Press/James Currey : 143-163.

Ravenhill, Phillip L.

1996 « The Passive Object and the Tribal Paradigm. Colonial Museography in French West Africa », in Mary Jo Arnoldi, Christraud M. Geary et Kris L. Hardin (dir.), African Material Culture. Bloomington, Indiana University Press : 265-282.

Savané, Yaya

2003 « Le musée des

Civilisations de Côte d’Ivoire », Africultures 56 : 49-50.

Shelton, Anthony Alan

2018 « Museums and the Anthropological Imagination: Positioning the National Museum of Ethnology, Osaka on its Fortieth Anniversary », Bulletin of the National Museum of Ethnology 43 (1) : 83-114.

Suremain (de), Marie-Albane

2007 « La mise en musée des cultures africaines, le musée de l’Ifan, 1940-1960 », Outre-Mers 356-357 : 151-172.

Steiner, Christopher B.

1994 African Art in Transit. Cambridge, Cambridge University Press.

Tchibozo, Romuald

2019 « Héritier des traditions de Xogbonou et intellectuel de son temps : une biographie d’Alexandre Sènou Adandé », in Bérose – Encyclopédie internationale des histoires de l’anthropologie [en ligne], disponible sur : http://www.berose.fr/article1748.html (consulté le 12 mai 2021).

Touré, Abdoulaye, et Ismaïla Cissé

2008 « L’Institut fondamental d’Afrique noire Cheikh Anta Diop et la recherche en Afrique », in Stéphane Bell (éd.), La Recherche scientifique et le développement en Afrique : idées nomades. Paris, Karthala : 53-76.

Haut de page

Notes

1 Sur l’histoire du musée national du Niger et le rôle de Pablo Toucet au tournant de l’indépendance, voir : Bondaz 2013a.

2 Lettre de Bohumil Holas à Théodore Monod, 2 janvier 1947, E2-7, archives de l’Ifan-CAD.

3 Créé en 1936 et devenu fonctionnel en 1938 avec l’arrivée de Monod, son premier directeur, l’Institut français d’Afrique noire (Ifan) est un institut de recherche pluridisciplinaire basé à Dakar. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, de nombreux centres Ifan sont créés dans les capitales de diverses colonies de l’AOF. Ces centres locaux sont placés sous la direction de celui de Dakar. Après les indépendances, ils connaissent des destinées diverses, comme on le verra pour la Côte d’Ivoire. Au Sénégal, l’Ifan est devenu l’Institut fondamental d’Afrique noire en 1966, avant d’être rebaptisé « de Cheick Anta Diop » en 1986 et rattaché à l’université du même nom. Sur l’histoire de l’Ifan, voir notamment: Adedze 2003 ; Touré et Cissé 2008 ; Bondaz 2020a.

4 L’École française d’Afrique est une section de l’Ifan octroyant des bourses de recherche à des chercheuses ou des chercheurs généralement confirmés pour des séjours de recherche de deux ans minimum (membres réguliers) ou de six mois minimum (membres temporaires). Les différentes disciplines représentées à l’Ifan sont concernées, mais les bénéficiaires de ces bourses sont très souvent des ethnologues.

5 Pendant cette période, Holas publie de très nombreux ouvrages et articles. Il est l’un des principaux collaborateurs du bulletin de liaison de l’Ifan, Notes africaines. Pour une bibliographie exhaustive de ces publications, voir: Holas 1962.

6 Les données présentées dans cet article sont issues de recherches dans les archives de l’Ifan-CAD à Dakar, les Archives nationales d’outre-mer (Anom) à Aix-en-Provence, et surtout le fonds Bohumil Holas au musée du quai Branly-Jacques Chirac, au classement duquel Francis Tagro a participé. Nous remercions vivement les responsables et archivistes de ces institutions pour leur accueil et leur soutien.

7 Le musée et le centre sont officiellement rattachés par arrêté du gouverneur de Côte d’Ivoire dès le 1er février 1944, en même temps que les bibliothèques et les archives de la colonie. Recruté comme « maître artisan contractuel de l’Ifan » dès juillet 1942, Marcel Damase assure la direction du musée et reçoit l’aide de la base dakaroise. Georges Duchemin lui envoie des fiches d’inventaire au début de l’année 1943. Au cours de la même année, Monod s’emploie à le faire recruter comme directeur du centre Ifan de Côte d’Ivoire, mais son âge (il est né en 1906) l’empêche d’intégrer l’Ifan (dossier du personnel « Marcel Damase », B2/2, archives de l’Ifan-CAD).

8 « Chronique de l’Ifan », Notes africaines 17, janvier 1943.

9 Malgré tous les efforts de Monod, le musée de l’Ifan à Dakar, destiné à être celui de l’AOF, n’est inauguré qu’au lendemain de l’indépendance du Sénégal. Il porte aujourd’hui le nom de musée Théodore-Monod d’art africain. Sur l’histoire de cette longue gestation, voir: Suremain (de) 2007.

10 Réponse de Jean-Luc Tournier au « Rapport sur le centre local de la Côte d’Ivoire à Abidjan » de Jacques Berthier, 1953, Anom, Aix-en-Provence. Le musée d’Abidjan contrevient ainsi au principe édicté par Monod : « Une collection ethnographique n’est pas une collection d’œuvres d’art rarissimes. Elle doit, bien au contraire, comprendre avant tout des objets appartenant véritablement à la vie réelle. » (Ifan 1948a: 58) Sur les principes de collecte en vigueur à l’Ifan, voir en particulier: Suremain (de) 2007 ; Bondaz 2020b.

11 Pierre Louis Dekeyser et Bohumil Holas, Rapport de mission n° 1, 19 février 1948, E2/7, archives de l’Ifan-CAD.

12 Lettre de Holas à Monod, 29 janvier 1948, E2/7, archives de l’Ifan-CAD.

13 La diffusion du culte du Massa, né dans la région de San, au Soudan français (Mali actuel), conduit de nombreux villageois à se débarrasser de leurs objets de culte en les jetant sur des tas d’ordure, où ils sont souvent ramassés par des missionnaires, des marchands d’art ou, dans le cas de Holas, des ethnologues. Sur cette collecte massive, voir : Boutin 2014.

14 Bohumil Holas, « Compte rendu de la mission effectuée par Monsieur B. Holas du 1er mai au 13 juin 1952 », fonds Bohumil Holas, archives du musée du quai Branly-Jacques Chirac (AMQB). Lors de cette mission, Holas est accompagné d’Antoine D. Yénou.

15 Sur l’importante figure d’Adandé, voir : Tchibozo 2019. Sur son rôle dans la gestion des collections de la base dakaroise de l’Ifan, voir : Suremain (de) 2007 ; Bondaz 2020b. Parmi ses nombreuses publications, Adandé publie dès 1951, dans la revue Présence africaine, un article sur le rôle que les musées doivent jouer en Afrique (Adandé 1951).

16 Lettre de Bodiel à Holas, non datée [été 1953], fonds Bohumil Holas, AMQB.

17 Lettre de Bodiel à Holas, 23 septembre 1953. L’expression d’une telle inquiétude n’est sans doute pas sans arrière-pensée. Il a alors le soutien de Holas et espère vivement retourner à Abidjan, tandis que Tournier semble au contraire ne lui apporter aucun soutien (c’est du moins un reproche qu’il adresse au directeur du centre).

18 Voir aussi la description par Adandé du centre Ifan d’Abidjan, qui, « bien modeste encore, est ouvert au public depuis cinq ans et se prolonge, pour être non un cimetière mais un organe de vie, par un actif petit centre artisanal qui rend aux styles régionaux authentiques la bonne sève qu’une exploitation pseudo-touristique, et trop facilement commerciale, risquait d’avoir définitivement décomposée ».(Adandé 1951: 198)

19 Tournier est en conflit avec d’autres chercheurs de l’Ifan, qui le surnommaient « le Satrape ». Le fait que lui-même ne soit pas universitaire (il est pharmacien de formation) a peut-être joué un rôle dans ces crispations (Monnier 2007: 17).

20 Lettre de Holas à Balandier, 25 mai 1957, fonds Bohumil Holas, AMQB.

21 La loi-cadre du 23 juin 1956 a en effet conduit à la mise en place de conseils de gouvernement dans les colonies françaises. L’organisation fédérale de l’Ifan est alors remise en question. Chaque centre Ifan se retrouve rattaché au gouvernement local concerné. Les bases d’une coopération scientifique et muséographique sont cependant posées. Dans l’annexe au décret du 21 mars 1959 portant transformation de l’Institut français d’Afrique noire en Institut de l’université de Dakar, il est précisé que l’Ifan « peut apporter […] sa coopération scientifique et technique à l’organisation et au fonctionnement des centres administrés par les États et Républiques de l’ancien groupe de Territoires de l’AOF », notamment en mettant « à leur disposition des chercheurs ainsi que des spécialistes de muséographie ». Sur la « balkanisation » de l’Ifan à la fin de la période coloniale, voir: Bondaz 2020a.

22 Lettre de Holas à E. de Nattes, 9 août 1958, fonds Bohumil Holas, AMQB.

23 Bohumil Holas, Rapport semestriel des activités. Janvier-juin 1959, fonds Bohumil Holas, AMQB: 1.

24 Ibid.: 4.

25 Ibid.: 5.

26 Lettre de Holas à Adandé, 13 août 1957, fonds Bohumil Holas, AMQB.

27 Lettre de Holas à l’ambassadeur d’Italie en Côte d’Ivoire, 22 juin 1962, fonds Bohumil Holas, AMQB.

28 Dadié a été bibliothécaire archiviste à la base dakaroise de l’Ifan de 1937 à 1947. Sur les débuts de sa carrière et ses engagements politiques, voir: Le Maire 2008.

29 D’après la rumeur, Tournier visait alors la direction adjointe de l’Ifan Dakar, puis la succession de Monod (lettre de Bodiel à Holas, 16 juin 1956, fonds Bohumil Holas, AMQB).

30 Lettre de Holas à Bodiel, 2 décembre 1961, fonds Bohumil Holas, AMQB.

31 Lettre de Holas à Balandier, 11 janvier 1962, fonds Bohumil Holas, AMQB.

32 Bohumil Holas, « La fonction rituelle de l’art en Côte d’Ivoire », tapuscrit, 1962, fonds Bohumil Holas, AMQB.

33 Lettre de Holas à McEwen, 28 août 1962, fonds Bohumil Holas, AMQB.

34 Bohumil Holas, « Festival de Dakar: arts contemporains », tapuscrit non daté [1966], fonds Bohumil Holas, AMQB.

35 En 1970, Louis Laouchez et Mathieu-Jean Gensin, avec Serge Hélénon, fonderont l’École négro-caraïbe. Gensin vit et travaille toujours en Côte d’Ivoire.

36 Bohumil Holas, « Le musée d’Abidjan », tapuscrit, 22 juin 1968, fonds Bohumil Holas, AMQB.

37 Holas organise cependant une exposition temporaire de ses propres toiles…

38 Publié aux Presses universitaires de France, l’ouvrage d’Holas paraît cinq ans plus tard dans une version légèrement augmentée, sans planches photographiques et toujours préfacée par Houphouët-Boigny, sous le titre Industries et cultures en Côte d’Ivoire (Holas 1965). Cette nouvelle version est publiée par le Centre des sciences humaines, à Abidjan, ce qui revient à nationaliser l’édition de cet ouvrage de référence sur les collections du musée.

39 Le missionnaire Gustaaf Hulstaert, fondateur et rédacteur en chef de la revue Aequatoria, ne s’y trompe pas. Il écrit à Holas: « Ce qui me réjouit particulièrement, c’est que votre président a voulu préfacer l’œuvre. Cela montre tout l’intérêt qu’il porte aux questions de recherche scientifique. C’est un grand encouragement pour vous et un bon augure pour l’avenir. » (Lettre de Hulstaert à Holas, 12 février 1961, fonds Bohumil Holas, AMQB)

40 Christian Debenest, le propriétaire de cette galerie installée au luxueux hôtel Ivoire, est également artiste peintre.

41 Courrier de Belkiri aux préfets, 16 septembre 1971, fonds Bohumil Holas, AMQB.

42 Sur les rapports entre musées et philatélie en Afrique de l’Ouest, voir: Bondaz 2013b.

43 Lettre de Bodiel à Holas, 28 novembre 1967, fonds Bohumil Holas, AMQB.

44 Les dons d’objets ou d’ouvrages sont pour lui l’occasion de nouer des relations avec de nombreuses personnalités. Il offre ainsi des sculptures ou des exemplaires de ses livres à de nombreux hommes politiques (en 1961, il envoie ses publications au général de Gaulle, à Malraux, au président de l’Assemblée national Philippe Yacé, à Senghor, etc.). En 1970, il offre une copie de statuette baoulé à Thérèse Houphouët-Boigny, laquelle préface en retour le livre qu’il consacre aux figures maternelles dans l’art ivoirien (Holas 1975).

45 Lettre de Holas au directeur des Affaires culturelles, 28 avril 1969, fonds Bohumil Holas, AMQB.

46 Vice-consul de Côte d’Ivoire en Suisse, Rinsoz accueillera de nouveau Houphouët-Boigny lors de son séjour de 1971. La même année, il est décoré de l’ordre national du Mérite de Côte d’Ivoire, la veille de son décès dans un accident de voiture dans le nord du pays (Journal officiel de Côte d’Ivoire 51, jeudi 18 novembre 1971, arrêté n° 1936 INT. AG. autorisant le transfert à Chardonne [Suisse], des restes mortels de Jean-Louis Rinsoz, décédé le 29 octobre 1971, à Tiassalé).

47 Jules Niddeger, « Vevey et la Côte d’Ivoire », La Liberté, 10 mai 1969.

48 Lettre de Tomoo Hirose à Holas, 11 mars 1971, fonds Bohumil Holas, AMQB.

49 Communication en Conseil des ministres du secrétaire d’État chargé des Affaires culturelles et du ministre des Affaires étrangères, fonds Bohumil Holas, AMQB.

50 Pierre Nelson Coffi, « Note à Monsieur Holas », 19 juin 1972, fonds Bohumil Holas, AMQB.

51 Lettre de Holas à Houphouët-Boigny, 11 juillet 1972, fonds Bohumil Holas, AMQB.

52 La Côte d’Ivoire accueille ainsi cent dix mille touristes en 1975, contre vingt-deux mille en 1968 (Boutillier et al. 1978: 20).

53 Il y aurait beaucoup à dire sur l’itinéraire, en quelque sorte parallèle à l’histoire qui nous intéresse ici, de Pierre Meauzé, de la création du petit musée d’Art et d’Arts Appliqués indigènes à Abidjan en 1942 à la direction de la section Afrique du musée national des Arts d’Afrique et d’Océanie de Paris. Cela dépasserait cependant le cadre de cet article.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Louis Normand, Photo-Service Abidjan, Institut français d’Afrique noire, musée d’Abidjan, Côte d’Ivoire. A3-groupe de statues sénoufo (origine : cercle de Korogo). Carte postale sur papier baryté, 1936-1960.
Crédits PP0151467, musée du quai Branly – Jacques Chirac. Louis Normand © musée du quai Branly - Jacques Chirac.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/6398/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Tristan Tzara, Bohumil Holas et Frank McEwen devant une sculpture, à l’occasion de l’International Congress of African Culture (ICAC), à Salisbury, Rhodésie, en 1962.
Crédits PP0180962, musée du quai Branly-Jacques Chirac.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/6398/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre Louis Normand, Photo-Service Abidjan, Institut français d’Afrique noire, musée d’Abidjan, Côte d’Ivoire. A2- une des salles latérales. Carte postale sur papier baryté, 1936-1960, PP0177792, musée du quai Branly – Jacques Chirac.
Crédits Louis Normand © musée du quai Branly - Jacques Chirac.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/6398/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Titre Bohumil Holas faisant visiter à Léopold Sédar Senghor le musée de la Côte d’Ivoire à Abidjan, 1971, PP0180898, musée du quai Branly – Jacques Chirac.
Crédits Louis Normand © musée du quai Branly –Jacques Chirac.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/6398/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Enveloppes Premier jour éditées par la Côte d’Ivoire et la Confédération Suisse, collection Julien Bondaz.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/6398/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre Félix Houphouët-Boigny assiste à un spectacle de danse à l’occasion de l’inauguration de « Arts de la Côte d’Ivoire » à Vevey (Suisse), 12 juillet 1969, PP0181165, musée du quai Branly-Jacques Chirac.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/6398/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Affiche de l’exposition itinérante « Black African Art » au Japon, 1972, fonds Bohumil Holas, archives du musée du quai Branly-Jacques Chirac.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/6398/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Bondaz et Francis Gnoleba Tagro, « De l’ethnologie coloniale à la diplomatie muséale. La nationalisation du musée d’Abidjan (Côte d’Ivoire, 1942-1978) »Gradhiva, 34 | 2022, 74-93.

Référence électronique

Julien Bondaz et Francis Gnoleba Tagro, « De l’ethnologie coloniale à la diplomatie muséale. La nationalisation du musée d’Abidjan (Côte d’Ivoire, 1942-1978) »Gradhiva [En ligne], 34 | 2022, mis en ligne le 21 septembre 2022, consulté le 27 septembre 2022. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/6398 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gradhiva.6398

Haut de page

Auteurs

Julien Bondaz

Université Lumière Lyon 2, LADEC, centre Alexandre Koyré
j.bondaz[at]univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Francis Gnoleba Tagro

Musée des Civilisations de Côte d’Ivoire
fserry2002[at]yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Musée du quai Branly
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search