Navigation – Plan du site

AccueilNuméros35IntroductionLa perspective de la souris

Introduction

La perspective de la souris

Marie Durand
p. 10-25

Texte intégral

  • 1 Conférence inaugurale de Chris Younès, « Ressourcements, goût du risque, goût du monde », 5 octobre (...)
  • 2 Voir sur ce concept : Tronto 2009.

1À 19 heures, une soirée d’octobre déjà sombre, dans un amphithéâtre aux bancs et tables de bois de l’université de Strasbourg, quelques participants, étudiants et enseignants-chercheurs, ont bravé la fraîcheur automnale et les courants d’air persistants des bâtiments dont le chauffage est encore éteint pour assister à la conférence d’ouverture du colloque « Habitabilités : architecture, ville et nature à l’ère de l’anthropocène1 ». Naviguant entre philosophie, théorie architecturale et anthropologie, le propos rappelle la nécessité de poser la question des habitabilités à partir du vivant, et de repartir des vulnérabilités pour penser les lieux sous l’angle du concept de « soin » (care2) et de celui des présences humaines et non humaines. Aujourd’hui, conclut l’oratrice, tout, en architecture, se rapporte au cycle des transformations des constructions plutôt qu’à des entités autonomes : l’architecte, le bâtiment, les usagers. Ignorante de ce discours académique, mais partageant le moment et sans doute l’opportunité de récupérer quelques miettes (après tout, c’est l’heure du dîner), une petite souris fourre son museau pointu entre les lattes de bois des travées centrales. Elle semble chez elle, et on l’imagine sans peine s’apprêter à rejoindre son nid dans un recoin de l’amphithéâtre, un « chez-soi » fait de bouts de fils de laine et de coton provenant des écharpes et des bonnets oubliés par les étudiants. Les deux mondes s’ignorent cordialement, la souris suscite tout au plus quelques regards amusés ou un geste pour faire fuir l’animal qui s’est aventuré trop près des pieds des humains, occupés à explorer les sphères plus éthérées de la pensée. Mais son effroi est passager et elle revient à la charge sans attendre, à la recherche de son repas.

2C’est pourtant bien de ce type de rencontre qu’il s’agit, et qui réunit, depuis le tournant des années 2000, les disciplines de l’architecture et de l’anthropologie autour de la question de l’habiter. Dans le sillage du développement des recherches sur l’urbain et les infrastructures, du tournant matériel, spatial et sensoriel de la discipline, et face aux transformations climatiques actuelles, l’anthropologie se pose avec plus d’acuité la question du développement de modes d’habiter soutenables. Elle renouvelle ainsi ses réflexions sur les maisons et sur l’habitat en général. L’architecture, elle aussi, a récemment élargi le champ de son action pour se pencher de manière plus holistique sur les transformations des milieux construits ou déconstruits. Les deux disciplines ont ainsi fait un pas de côté et décalé leurs regards pour essayer de prendre en compte l’ensemble des perspectives habitantes, y compris celles de certains non-humains, même si ce n’est pas forcément, ou pas encore, celle de la souris.

3L’histoire de l’attention croisée de l’anthropologie et de l’architecture pour leurs objets de recherche respectifs est, en revanche, bien plus longue. En anthropologie, l’intérêt pour la relation entre les formes prises par le social et le bâti est aussi ancien que la discipline elle-même. Ancrée dans une pensée qui mesure l’humanité et détermine les degrés de l’altérité à l’aune de ses constructions, l’anthropologie a très tôt fait de la figure de la maison un puissant révélateur de l’organisation des sociétés et un objet de recherche privilégié pour la comprendre. De Lewis Henry Morgan dans son Houses and House-Life of the American Aborigines (1881) à l’étude sur la maison kabyle de Pierre Bourdieu (1970), en passant par Marcel Mauss et Henri Beuchat et leur Essai sur les variations saisonnières des sociétés eskimo (1904-1905), les textes sur l’habitat jalonnent les transformations épistémologiques de la discipline. Du côté de l’architecture, si la réflexion sur la maison semble plus évidente, c’est à partir des critiques adressées à la pensée moderniste rationalisée de l’espace et des bâtiments (Cohen 2014) que les effets sociaux des constructions et des usages des habitants sont investis comme des objets de recherche à part entière.

4Ces approches, bien que variées, reposent en général sur une forme d’impensé ou de « déjà donné » qui considère les bâtiments et les maisons (existants ou en devenir) comme des objets aux contours et aux limites définis. Il s’agirait en quelque sorte d’artefacts « déjà là », stabilisés dans des limites matérielles et sociales identifiées. C’est précisément de la fragilisation, voire de l’explosion récente de ce postulat épistémologique, tant en anthropologie qu’en architecture, dont nous voulons nous faire l’écho dans ce dossier. Nous suivons en cela la proposition faite il y a déjà quinze ans dans le texte « “Donnez-moi un fusil et je ferai bouger tous les bâtiments” : le point de vue d’une fourmi sur l’architecture » (Latour et Yaneva 2008). Partant d’un jeu de mots sur l’acronyme désignant en anglais la théorie de l’acteur-réseau (Actor Network Theory – ANT) qu’ils souhaitaient promouvoir pour la pensée architecturale, les deux auteurs proposaient d’analyser les maisons et les pratiques de construction en s’attachant à démanteler « l’idée désespérément statique » des bâtiments ; de les voir plutôt « en tant que séries de transformations » qui font s’enchevêtrer temporairement les flux d’acteurs humains et non humains, les qualités changeantes des matériaux, les compétences sociotechniques et les créativités (Ibid. : 80). Cela implique de considérer en priorité la croissance mutuelle des bâtiments, des relations sociales que les gens cultivent entre eux et avec les êtres vivants passés, ainsi que celle des relations spatiales qu’ils souhaitent (ou non) maintenir (Ingold 2000). Les bâtiments sont ainsi appréhendés comme des vecteurs de la circulation des matières et des personnes à la fois sur un plan géographique horizontal et sur un plan vertical générationnel, façonnant leurs trajectoires et leurs expériences du/dans le temps et l’histoire. De même que pour les chercheurs qui étudient les infrastructures, les questions à poser ne sont pas « ce que sont » mais « quand » et « avec qui » sont les bâtiments, celles-ci portant à étudier l’émergence continue et combinée des personnes, des actions, des idées et des structures matérielles (Star et Ruhleder 1996 ; Harvey et al. 2017 ; Harvey 2018).

À vendre – 2012. Série « Les Maisons Volantes » de Laurent Chéhère.

À vendre – 2012. Série « Les Maisons Volantes » de Laurent Chéhère.

Avec l’aimable autorisation de l’artiste et de la Galerie Muriel Guépin.

James Wines, Highrise of Homes, Project (Exterior Perspective) , 1981, 56 x 61 cm, encre et fusain sur papier.

James Wines, Highrise of Homes, Project (Exterior Perspective) , 1981, 56 x 61 cm, encre et fusain sur papier.

Museum of Modern Art, New York, Best Products Company Inc. Architecture Fund, Inv. 581.1981. Photo Digital Image Museum of Modern Art, New York/Scala, Florence.

5Ces perspectives imprègnent aujourd’hui, en anthropologie comme en architecture, une grande partie des travaux sur les milieux construits. Ceux-ci rassemblent des approches si nombreuses et foisonnantes qu’il peut paraître compliqué de faire sens de cette diversité. Au-delà des domaines et champs de recherche identifiés qui tentent depuis longtemps de questionner ces frontières disciplinaires (anthropologie de l’architecture – vernaculaire ou non –, anthropologie des infrastructures, ethnography for architects, architectural anthropology), il nous semble plus prosaïquement que trois axes forts animent la réflexion contemporaine autour de l’habitat et des maisons : la relation technique aux matières et aux matériaux, le déploiement dans des perspectives longues de l’analyse du bâti et, enfin, les modalités d’agencements et de désajustements entre les différentes composantes humaines et non humaines des bâtiments. Les questions que ces axes sous-tendent émergent au fur et à mesure d’une historiographie que nous retraçons brièvement ici, et qui débouche sur les approches critiques contemporaines remettant en cause le modèle naturaliste des rapports de l’humain à l’environnement.

Homo aedificator

[la maison] est à la société ce que le noyau est au fruit et à l’arbre : elle contient ce qui leur permet de se reproduire. Comme le noyau dans le fruit et la famille dans le tissu social, la maison nous semble être au cœur et au principe de l’architecture et de l’habitat : la maison est à l’architecture ce que la famille est à la société, à la fois figure centrale et emblème.
(Chiva 1987 : 5)

6L’idée d’une maison originelle, qui serait au fondement de la société et des rapports au territoire, traverse les écrits anthropologiques et architecturaux (pour des synthèses, voir : Rikwert 2017 ; Buchli 2013 : 19-45). Elle évoque un acte fondateur spatial autant que social : celui du tracé liminaire entre « soi » et « les autres », délimitant ce qui est intérieur, identique et inclus dans le groupe vis-à-vis de ce qui est extérieur, mis à l’écart et dont il faudrait même se protéger. Les Dix Livres d’architecture de Vitruve nourrissent inévitablement ces exégèses. L’auteur y décrit les origines communes de l’architecture et des collectifs sociaux :

Anciennement les hommes naissoient dans les bois & dans les cavernes comme les bestes […]. Mais estant arrivé par hazard qu’un vent impétueux vint à pousser avec violence des arbres qui estoient serrés les uns contre les autres, ils se choquèrent si rudement que le feu s’y prit. […] ayant éprouvé en s’approchant que la chaleur tempérée du feu estoit une chose commode, ils […] y amenèrent d’autres hommes, & par signes leur firent comprendre combien le feu était utile. Les hommes estant ainsi assemblez, comme ils poussoient de différents sons de leurs bouches, ils formèrent par hazard des paroles, & ensuite employant souvent ces mêmes sons à signifier certaines choses, ils commencèrent à parler ensemble. Ainsi le feu donna occasion aux hommes de s’assembler, de faire société les uns avec les autres & d’habiter en un mesme lieu ; ayant pour cela des dispositions particulières que la Nature n’a point donné aux autres animaux, comme […] de pouvoir faire de leurs mains & de leurs doigts toutes choses avec une grande facilité. Ils commencèrent donc les uns à se faire des huttes avec des feuilles, les autres à creuser des loges dans les montagnes, d’autres imitant l’industrie des hirondelles faisoient avec de petites branches d’arbres & de la terre grasse des lieux où ils puissent se mettre à couvert : Et chacun considérant l’ouvrage de son voisin & perfectionnant ses propres inventions par les remarques qu’il faisoit sur celles d’autruy, il se faisoit de jour en jour un grand progrès dans la bonne manière de bastir des cabannes […] & ainsi exerçant leur esprit, ils formoient leurs jugements dans la recherche de tout ce qui peut contribuer à ce dessein.
(Vitruve 1673 : 28)

7Au xixe siècle, ces écrits trouvent une résonance particulière dans les deux disciplines. Tandis que les architectes cherchent à identifier les formes idéales des habitats et des espaces construits, l’anthropologie naissante questionne les origines de l’humain. Dans les deux cas, les maisons font figure d’objet heuristique essentiel et forment l’horizon de la compréhension d’une humanité « naturelle ». Inscrites dans les débats de l’époque sur l’unité de l’espèce humaine et les origines des arts (Semper 1860, 1863, 2007 ; Riegl 1893 ; voir également : Kalinowski 2017 ; Falguières et Kalinowski 2017), les analyses architecturales se développent entre primauté conceptuelle – plaçant l’idée, la capacité d’abstraction humaine, et le plan, à la base des constructions et des sociétés – et prévalence d’une continuité matérielle et technique qui ferait émerger les œuvres humaines à partir des évolutions animales, et en lien avec les conditions des milieux et du climat. L’architecte Eugène Viollet-le-Duc (1875) décrit par exemple les transformations des habitations humaines à partir d’abris originels confectionnés autour d’un arbre dont les branches sont maintenues au sol pour protéger leurs habitants, émergeant à peine de l’animalité, du vent et de la pluie. Après avoir exploré les constructions sur quatre continents, il conclut à des déterminations environnementales et raciales de l’architecture :

Si des hommes naissent sur un territoire boisé, ils se serviront naturellement de bois pour se faire des abris ; mais s’ils se trouvent au milieu d’une contrée où le bois est rare et où la pierre ou le limon abondent, ils essayeront de se faire des demeures avec ces matières. […] Or, soit facultées naturelles, soit conséquences des milieux dans lesquels les diverses races humaines se sont trouvées tout d’abord établies […] il est arrivé que ces races ont adopté certains procédés de construction, procédés dont les éléments premiers se retrouvent à travers les siècles et apparaissent encore aujourd’hui aussi bien que les racines des langues parlées par ces races primitives.
(Viollet-le-Duc 1875 : 358)

8Les formes architecturales, comme toutes les productions matérielles, sont donc perçues à la fin du xixe siècle comme permettant aussi bien que les langues, et voire mieux (Pitt-River 1906 [1875]), de retracer les stades de l’évolution humaine. On attache un intérêt particulier aux maisons des populations pensées comme « archaïques » au regard de leurs modes de vie, et dont les traits seraient les plus proches des origines de l’humanité : Aborigènes d’Australie, Indiens des Amériques, etc. (Morgan 1881 ; Spencer et Gillen 1899 ; Spencer 1914). Bien que critiqués pour leur vision linéaire peu à même d’expliquer les transformations des sociétés et leur créativité (Boas 1927), ces travaux posent les bases de l’étude anthropologique des relations entre formes construites et formes sociales. En France, celle-ci trouvera par exemple son expression dans la recherche de Mauss et Beuchat (1904-1905) sur l’habitat eskimo, qu’ils qualifient de « substrat matériel des sociétés ».

9Au début du xxe siècle, en lien avec les critiques adressées aux approches évolutionnistes et diffusionnistes, les questions matérielles passent au second plan. Les organisations sociales et religieuses sont les objets centraux des recherches anthropologiques. Pensées en termes de « choix résidentiels » (Goodenough 1956) ou de « groupe domestique » (Fortes 1962), les maisons apparaissent seulement comme les lieux de la production du social (pour une synthèse sur ces recherches, voir : Cortado 2020). Après la Seconde Guerre mondiale, les travaux de Claude Lévi-Strauss sur les « sociétés à maisons » prolongent ces questionnements anthropologiques sur les relations entre formes sociales et lieux de résidence (Lévi-Strauss 1979, 1987). Le concept est formulé à partir des données de Franz Boas sur les Kwakiutl et des problèmes rencontrés par Alfred Kroeber pour systématiser l’organisation sociale des Yurok en Californie. Ces difficultés tenaient notamment à la présence de caractéristiques à la fois matrilinéaires et patrilinéaires dans la formation des groupes de parenté étudiés, ce que les modèles d’organisation du social existants ne parvenaient pas à expliquer. En la comparant aux maisons nobles européennes, Lévi-Strauss propose de considérer la « maison » comme un type alternatif de structure sociale rassemblant des principes jusque-là opposés, tels que « la descendance et l’alliance, la propriété et la résidence ou l’endogamie et l’exogamie » (Fox 1993 : 7). La « maison » en tant qu’institution sociale agit comme une construction résolvant temporairement les tensions entre ces principes opposés et permet ainsi la création d’unités sociales originales.

10Critiqué pour son imprécision, le concept de « société à maison » est réévalué à partir de la fin des années 1980, et mis à l’épreuve d’autres contextes géographiques, en se concentrant notamment sur le degré de stratification sociale inhérent à ces « maisons » (Macdonald 1987 ; Waterson 1990 ; Carsten et Hugh-Jones 1995). Néanmoins, une fois l’illusion trompeuse d’un concept explicatif universellement pertinent écartée, la « maison » se révèle toujours un objet de recherche anthropologique fertile, en particulier lorsqu’il s’agit d’examiner les liens entre des dispositifs spatiaux et la conceptualisation des perspectives sociales (voir par exemple : Hamberger 2010). L’importance de la matérialité du bâtiment, relativement négligée dans les travaux de Lévi-Strauss, est aussi revisitée par des travaux se penchant sur les interactions entre éléments architecturaux et « modèles sociaux collectifs » (Fox 1993 : 23). Suivant une direction de recherche déjà explorée par Bourdieu (1970 ; voir aussi : Bensa et Pouillon 2017), ceux-ci tentent de comprendre les fonctionnements symboliques des maisons, voire la manière dont elles constituent des microcosmes reflétant et reproduisant l’organisation des sociétés (Waterson 1990 ; Ellen 1986).

  • 3 Dans le cas de Hassan Fathy, il s’agissait néanmoins plus de construire « pour le peuple » que véri (...)

11Parallèlement à ces réflexions anthropologiques, une exposition présentée au Museum of Modern Art de New York en 1964 installe les constructions vernaculaires comme objets légitimes et dignes d’attention sur la scène architecturale mondiale (Rudofsky 1964 ; Asquith et Vellinga 2005 ; Vellinga 2019). Définis comme une « architecture sans architectes », ces bâtiments sont susceptibles d’inspirer les architectes et représentent alors une alternative au modernisme, tout autant qu’un moyen de préserver des pratiques de construction locales dont les décolonisations font alors craindre la perte (Vellinga 2019 : 15). Si cette considération pour le vernaculaire reste, dans les années 1960-1980, marquée par une approche substantiviste des bâtiments, certains projets, tels que celui de l’architecte John Turner sur l’habitat spontané dans les zones périphériques de Lima au Pérou, redéfinissent les maisons en termes de « relations fonctionnelles entre l’usager et son milieu, entre habitat et habitant » (Turner 1966 ; Oyón et Serra-Permanyer 2016 : 55). Dans une dynamique aujourd’hui renouvelée par les recherches sur les constructions en Amérique du Sud, notamment brésiliennes (Cortado, dans ce volume), les écrits de Turner alimentent à l’époque l’intérêt des architectes pour l’autoconstruction et le fait de construire avec les habitants (Fathy 19703 ; Turner 1976 ; Turner et Fichter 1972 ; Van Lengen 2021 [1980] ; Ravéreau 1981). La période de mai 1968, emblématique de ce tournant international vers plus de participation des usagers, d’autogestion et d’autoconstruction, marque aussi, en France, la fin de l’enseignement de l’architecture à l’École des beaux-arts et le renforcement des sciences humaines et sociales dans la formation des architectes (Chadoin 2021 : 12). Graduellement, les publications considérant les aspects humains des habitations se multiplient en architecture. Elles sont le fait d’architectes, d’historiens de l’architecture, mais aussi de chercheurs en sciences sociales qui enseignent dans les écoles d’architecture (Rapoport 1972, 1976, 2003 ; Blier 2006). Dans ce contexte, les nombreuses publications de Paul Oliver sur les habitations vernaculaires et son plaidoyer en faveur de l’anthropologie et de la prise en compte des aspects socioculturels des bâtiments exercent une influence particulièrement importante (Oliver 1969, 1997, 2006 ; voir aussi : Vellinga 2017).

Maquette de la Seattle Central Library, 1999-2004.

Maquette de la Seattle Central Library, 1999-2004.

Image courtesy OMA.

Projet de bureaux de l’agence Chartier Dalix aux portes de Paris, 2018.

Projet de bureaux de l’agence Chartier Dalix aux portes de Paris, 2018.

Illustration Diane Berg.

Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc, Histoire de l’habitation humaine. Paris, Bibliothèque d’éducation et de récréation, J. Hetzel et Cie, 1875, figure 2.

Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc, Histoire de l’habitation humaine. Paris, Bibliothèque d’éducation et de récréation, J. Hetzel et Cie, 1875, figure 2.

« House nest in a bottle », in John George Wood, Home Without Hands. Londres, Longmans, Green & Co, 1866, p. 605.

« House nest in a bottle », in John George Wood, Home Without Hands. Londres, Longmans, Green & Co, 1866, p. 605.
  • 4 L’orientation générale du numéro spécial, dont Chiva écrivait alors l’introduction, penchait vers l (...)

12Petit à petit, une anthropologie de l’architecture émerge, inspirée de ces recherches et de celles d’anthropologues mettant les maisons, ainsi que les relations à l’espace et aux lieux, au cœur de leurs analyses. Ces travaux, dont l’ouvrage de l’anthropologue Victor Buchli An anthropology of Architecture (2013) propose une synthèse compréhensive, interrogent les relations sociales aux matériaux et aux formes des bâtiments, la manière dont ils organisent les espaces sociaux et la vie domestique ou questionnent les productions symboliques, sociales et politiques des personnes et des groupes par le truchement des constructions (voir également : Low et Zuniga 2003 ; Vellinga 2006 ; Segaud 2010). En concluant sur la nécessité de réintégrer les bâtiments dans l’analyse des flux des personnes et des choses qu’ils régulent et contribuent à produire (Buchli 2013 : 179), l’auteur acte l’importance accrue de nouvelles approches du bâti, convoquant les paradigmes de circulation et de flux, ainsi que du vivant, de la croissance et de la reproduction. Une orientation qui résonne étrangement avec la métaphore en ouverture de cette section, utilisée dans un tout autre contexte par Isac Chiva en 19874.

Les vies longues de la maison : matières, temporalités et agencements multiples dans les constructions

13Si le titre The Living House de l’ouvrage devenu classique de Roxana Waterson (1990) peut prêter à confusion, s’agissant d’une étude encore très attachée à l’expression des valeurs symboliques dans les habitations d’Asie du Sud-Est, dès le début des années 2000 les travaux sur les maisons se saisissent en revanche des questions de vie et de croissance, alors explorées par les sciences humaines et sociales (Ingold 2000 ; Pitrou 2014 ; Mauzé et Pitrou 2021 ; pour l’architecture, voir : Vellinga 2020). Tim Ingold, en proposant d’appréhender par le biais des expériences sensibles l’ensemble des relations des êtres vivants avec leurs environnements, fait ainsi d’une perspective habitante, prenant en compte les êtres humains comme les non-humains, le nouveau ressort des analyses en sciences sociales (Ingold 2013, 2017). Il s’agit de comprendre, dans l’action, les engendrements mutuels et les interrelations des multiples entités habitantes, composant et recomposant sans cesse les mondes signifiants dans lesquels elles évoluent (Descola 2017). Il s’agit aussi d’analyser la façon dont ces interactions constructives reproduisent, transforment ou simplement commentent les réalités culturelles, ainsi que les inégalités et les rapports de pouvoir inhérents aux contextes dans lesquels elles se déploient. La portée critique et politique des constructions est ainsi réaffirmée, que celles-ci soient le fait d’agences d’architecture installées sur la scène internationale, ou de gestes créatifs individuels comme les productions populaires des « bâtisseurs de l’imaginaire » : le palais du Facteur Cheval en France, ou la Tour de béton construite dans les faubourgs de Kinshasa et filmée par Philip De Boeck et Sammy Baloji (2015) [Montpied 2017].

14Finalement, un corpus de recherche se réclamant d’une architectural anthropology et d’un nouveau dialogue entre anthropologie et architecture s’est constitué ces dernières années à partir de ces références au vivant et aux mouvements des personnes et des choses (Yaneva, dans ce volume). Ces études souhaitent dépasser les analyses considérant les constructions comme l’expression de formes et de pratiques sociales préétablies, comme le support symbolique de celles-ci ou comme les cadres extérieurs et finis dans lesquels se déroulent les activités des résidents et usagers (Amerlinck [dir.] 2001 ; Jasper 2017 ; Stender et al. 2022). Les bâtiments sont analysés en tant qu’éléments d’« agencements ouverts » (Tsing 2017) qui génèrent une expérience sensible de l’habiter, toujours incertaine et remise en cause, travaillée de l’intérieur par ses différents acteurs humains et non humains. Ils se présentent comme des compositions dans lesquelles s’articulent les multiples flux de la vie sociale : circulations des personnes et des matières, mais également transferts économiques ou d’informations, de savoirs et de savoir-faire.

15Qu’ils se revendiquent du champ de l’architectural anthropology ou non, il nous semble que les travaux récents croisant anthropologie et architecture font apparaître trois orientations thématiques sous-jacentes et complémentaires, sur lesquelles nous proposons de nous attarder dans ce numéro de Gradhiva.

16En premier lieu, les relations techniques des humains aux matériaux et à diverses substances (vents, regards, parfums, etc.) et la manière dont ces relations fabriquent et décomposent les bâtiments font aujourd’hui l’objet de recherches qui fragmentent le construit pour en analyser le jeu des « particules élémentaires » et produire un regard non stabilisé sur celles-ci. Les constructions sont ainsi réévaluées à l’aune de processus sociotechniques de production étendus aux non-humains et aux matériaux (Marchand 2009 ; De Mil et Le Mouel, dans ce volume), interrogeant les sensorialités « incarnées » des expériences techniques, ainsi que le rôle des composantes atmosphériques des environnements bâtis : air et vents (Calandra et Durand, dans ce volume ; Génot, Durand et Le Mouel, dans ce volume), humidité, lumière, températures. Les éléments architecturaux sont analysés en fonction de leurs matières et de la manière dont ils permettent ou oblitèrent la présence d’autres personnes : les voisins, ou d’autres espaces, tels que ceux de la rue (Cortado dans ce volume). Ces analyses ouvrent sur les perceptions vernaculaires et politiques de l’environnement matériel : le sens donné à l’emploi du béton ou de matières végétales dans les constructions au Vanuatu, par exemple, apparaît inséparable des enjeux politiques liés aux territoires qui se manifestent pendant la période coloniale (Calandra et Durand, dans ce volume). Il s’agit aussi d’explorer les qualités des interactions sociales indissociables de l’action technique et travaillées par elle, y compris la transmission de savoir et de savoir-faire.

Untitled #3 des séries « Home », 2017, 80x120 cm.

Untitled #3 des séries « Home », 2017, 80x120 cm.

Avec l’aimable autorisation de l’artiste © Gohar Dashti.

Les évacués de la catastrophe des inondations ont un peu d’intimité alors que l’architecte Shigeru Ban et des bénévoles utilisent des tubes de papier recyclé et des morceaux de tissu pour créer des cloisons, le 14 juillet 2018, à Kurashiki, Okayama, Japon.

Les évacués de la catastrophe des inondations ont un peu d’intimité alors que l’architecte Shigeru Ban et des bénévoles utilisent des tubes de papier recyclé et des morceaux de tissu pour créer des cloisons, le 14 juillet 2018, à Kurashiki, Okayama, Japon.

Photo The Asahi Shimbun via Getty Images.

17Les articles proposés ici examinent ainsi les rapports toujours (re)localisés aux matériaux, que ceux-ci soient globaux, comme le ciment (Choplin 2020), ou non, comme les végétaux, la pierre ou la terre (Naji 2019). Ils analysent aussi la façon dont ces rapports aux matériaux s’inscrivent dans des réseaux multiples qui organisent leurs circulations : réseaux familiaux (Doraï et Piraud-Fournet, dans ce volume) ou de collectivités territoriales (De Mil et Le Mouel, dans ce volume) ; nationaux ou internationaux (Génot, Durand et Le Mouel, dans ce volume) ; réseaux sociotechniques de l’autoconstruction ou ceux des agences d’architectes (Yaneva, dans ce volume).

18En second lieu, dans le sillage des approches basées sur les biographies culturelles des choses, la déstabilisation de la vision qui donne aux bâtiments des limites sociales et matérielles stables ouvre également sur la question de la vie et de la mort de ceux-ci, ou de la transformation du bâti dans le temps (Stolz, dans ce volume ; De Mil et Le Mouel, dans ce volume). Il s’agit donc d’opter pour une analyse qui retemporalise les bâtiments et les redéfinisse comme des agencements dont la permanence est idéologique, et la durabilité multifactorielle. Les habitants humains n’en sont plus que ponctuellement les usagers, passants temporaires de constructions repensées à l’échelle d’une planète dont on perçoit avec plus d’acuité que jamais la finitude et la fragilité. Adopter ces perspectives longues implique de penser les ruines et l’abandon autant que les processus de fabrication initiaux des bâtiments, afin d’être attentifs à ce qui se défait et aux modalités de ces démontages relationnels autant que matériels (Stolz, dans ce volume). Cela demande aussi, et dans le même temps, de porter son regard sur ce qui perdure, ce qui est conservé, et surtout sur ce qui se refabrique là, et que les ruines engagent ou rendent possible (Buchli 2013 : 157-177 ; Hadad 2019 ; Demoule et al. 2021). Enfin, déplier la question du temps des bâtiments et interroger le « quand » des constructions permet d’en resituer les ancrages singuliers dans des parcours de vie et des flux sociaux ou matériels multiples. Ces mouvements, synonymes de précarité – celle des migrants et des squatteurs, par exemple – ou de modalités de relations à un territoire arpenté et maîtrisé – celles des populations nomades en sont un exemple classique –, sont une question en soi, traitée ailleurs (Jeanjean 2011), qui traverse néanmoins ce numéro.

19Nous accordons donc une attention particulière à l’analyse fine des productions sociales du temps : qu’entend-on par durabilité et permanence, au Vanuatu, dans un environnement régulièrement frappé par des cyclones (Calandra et Durand, dans ce volume) ? Comment l’« ici et maintenant » de la vie quotidienne et de la reconstruction des relations sociales et familiales via les aménagements du bâti s’accommode-t-il des réalités transitoires de la migration dans le camp de réfugiés syriens de Zaatari en Jordanie (Doraï et Piraud-Fournet, dans ce volume) ? Qu’est-ce qu’une analyse processuelle, déployée dans le temps, révèle des projets d’urbanisme et d’architecture, ainsi que des nouvelles méthodes adoptées par les agences (De Mil et Le Mouel, dans ce volume) ?

20Enfin, à partir de fondements philosophiques (Deleuze et Guattari 1980 ; Foucault 1969) et de leurs explorations par les théoriciens de l’innovation (Latour 1991 ; Callon et al. 2006), les questions d’hétérogénéité des choses et des relations entre actants humains et non humains ont donné lieu à de nombreux outils conceptuels : systèmes ou réseaux sociotechniques (Lemonnier 1983 ; Akrich 1989), dispositifs, assemblages ou encore « agencements ouverts » (Dodier et Stavrianakis 2018 ; Tsing 2017). Tous, néanmoins, essaient de rendre compte de l’élaboration conjointe de réalisations matérielles, de catégories d’acteurs, de relations sociales et environnementales, ainsi que de discours et de politiques. Il s’agit alors de pouvoir analyser, dans le détail, comment se nouent les liens de coopération entre ces éléments, comment se forment des relations entre matériaux, lieux et constructeurs/trices, mais aussi comment celles-ci se défont, autrement dit prêter attention également aux trajectoires de démantèlements et de reformations discontinues créant de nouveaux ensembles. Les articles de ce dossier se font l’écho de ces questions et abordent les modalités sensibles et signifiantes de l’articulation entre les diverses présences humaines dans les intérieurs des maisons au Brésil (Cortado, dans ce volume), le démantèlement des relations aux personnes et au territoire par le biais de l’abandon des maisons au Laos (Stolz, dans ce volume), les modalités matérielles et politiques de la production des relations à l’environnement et aux différentes entités humaines et non humaines qui le peuplent au Vanuatu (Calandra et Durand dans ce volume), les micro-transformations des maisons en lien avec les situations sociales et financières précaires des réfugiés syriens en Jordanie (Doraï et Piraud-Fournet, dans ce volume). Ils témoignent enfin des agencements multiples qui sont mis en œuvre pour produire l’hôtel Pasteur de Rennes et qui révèlent les revendications conceptuelles actuelles du monde de l’architecture et de l’urbanisme (De Mil et Le Mouel, dans ce volume), ainsi que des aspects bricolés et imprévisibles des interactions entre les bâtiments et les maquettes qui en sont réalisées par les architectes et les designers dans les agences d’architecture (Yaneva, dans ce volume).

Haut de page

Bibliographie

Akrich, Madeleine

1989 « La construction d’un système socio-technique. Esquisse pour une anthropologie des techniques », Anthropologie et Sociétés 13 (2) : 31-54.

Amerlinck, Mari-José (dir.)

2001 Architectural Anthropology. Londres, Bergin & Garvey.

Asquith, Lindsay et Vellinga, Marcel

2005 Vernacular Architecture in the 21st Century. Theory, Education and Practice. Londres, Taylor & Francis.

Blier, Suzanne Preston

2006 « Vernacular Architecture », in Christopher Tilley, Webb Keane, Susanne Kuechler-Fogden, Mike Rowlands, Patricia Spyer (dir.), Handbook of Material Culture. Londres, Sage Publications : 230-253.

Boas, Franz

1927 Primitive Art. Cambridge (MA), Harvard University Press.

Bourdieu, Pierre

1970 « La maison kabyle ou le monde renversé », in Claude Lévi-Strauss, Jean Pouillon et Pierre Maranda (dir.), Échanges et communications II. La Hague/Paris, De Gruyter Mouton : 739-758.

Buchli, Victor

2013 An Anthropology of Architecture. Londres, Bloomsbury.

Callon, Michel, Akrich, Madeleine et Latour, Bruno

2006 Sociologie de la traduction. Paris, Presses des Mines.

Carsten, Janet et Hugh-Jones, Stephen

1995 About the House: Lévi-Strauss and beyond. Cambridge/New York, Cambridge University Press.

Chadoin, Olivier

2021 Sociologie de l’architecture et des architectes. Marseille, Parenthèses.

Chiva, Isac

1987 « La maison : le noyau du fruit, l’arbre, l’avenir », Terrain 9 : 5-9.

Choplin, Armelle

2020 Matière grise de l’urbain : la vie du ciment en Afrique. Genève, Métis Presses.

Cohen, Jean-Louis

2014 L’Architecture du xxe siècle en France : modernité et continuité. Paris, Hazan.

Cortado, Thomas J.

2020 « Maison », Anthropen [en ligne], disponible sur: https://revues.ulaval.ca/ojs/index.php/anthropen/article/view/30642 (consulté le 20/12/2022).

De Boeck, Philip et Baloji, Sammy

2015 The Tower — A Concrete Utopia, film documentaire. Belgique, 70 min.

Deleuze, Gilles et Guattari, Félix

1980 Mille Plateaux. Paris, Éditions de Minuit.

Demoule, Jean-Paul, Devecka, Martin, Hadad, Rémi, Hui, Andrew, Landauer, Paul, Schnapp, Alain et Stewart, Susan

2021 « On n’échappe pas aux ruines, “c’est que l’homme s’assied où la cendre de l’homme repose” », Perspective 2 : 19-42.

Descola, Philippe

2017 La Composition des mondes. Paris, Flammarion.

Dodier, Nicolas et Stavrianakis, Anthony (dir.)

2018 Les Objets composés : agencements, dispositifs, assemblages. Paris, Éditions EHESS.

Ellen, Roy

1986 « Microcosm, Macrocosm and the Nuaulu House: Concerning the Reductionist Fallacy as Applied to Metaphorical Levels », Bijdragen tot de Taal-, Landen Volkenkunde 142 : 2-30.

Falguières Patricia et Kalinowski, Isabelle

2017 « Gottfried Semper, architecture et anthropologie dans l’Europe du xixe siècle », Revue germanique internationale 26 : 5-17.

Fathy, Hassan

1970 Construire avec le peuple. Paris, Éditions Jérôme Martineau.

Fortes, Meyer

1962 « Introduction », in Jack Goody (dir.), The Developmental Cycle in Domestic Groups. Cambridge, Cambridge University Press : 1-14.

Foucault, Michel

1969 Surveiller et punir. Paris, Gallimard.

Fox, James (dir.)

1993 Inside Austronesian Houses: Perspectives on Domestic Design for Living. Canberra, ANU.

Goodenough, Ward H.

1956 « Residence Rules », Southwestern Journal of Anthropology 12 (1) : 22-37.

Hadad, Rémi

2019 « Ruin Dynamics: Architectural Destruction and the Production of Sedentary Space at the Dawn of the Neolithic Revolution », Journal of Social Archaeology 19 (1) : 3-26.

Harvey, Penelope, Jensen, Casper Bruun, et Atsuro Morita (dir.)

2017 Infrastructure and Social Complexity: A Routledge Companion. Londres, Routledge.

Harvey, Penelope

2018 « Infrastructures In and Out of Time: The Promise of Roads in Contemporary Peru », in Nikhil Anand, Akhil Gupta et Hannah Appel (dir.), The Promise of Infrastructure. Durham (NC), Duke University Press : 80-101.

Hamberger, Klaus

2010 « La maison en perspective, un modèle spatial de l’alliance », L’Homme 194 : 7-39.

Ingold, Tim

2000 The Perception of the Environment: Essays in Livelihood, Dwelling and Skill. Londres/New York, Routledge.

2013 Marcher avec les dragons, trad. de l’anglais par Pierre Madelin. Paris, Zones sensibles.

2017 Faire : anthropologie, archéologie, art et architecture, trad. de l’anglais par Hervé Gosselin et Hicham-Stéphane Afeissa. Paris, Éditions Dehors.

Jasper, Adam

2017 « Anthropology and Architecture : A Misplaced Conversation », Architectural Theory Review 21 (1) : 1-3.

Jeanjean, Agnès

2011 « Des-Équilibres humains », Techniques & Culture 56 : 16-29.

Kalinowski, Isabelle

2017 « Introduction », Gradhiva, 25 : 4-23.

Kopytoff, Igor

1986 « The Cultural Biography of Things: Commoditization as Process », in Arjun Appaduraï (dir.), The Social Life of Things: Commodities in Cultural Perspective. Cambridge, Cambridge University Press : 64-91.

Latour, Bruno et Yaneva, Albena

2008 « “Donnez-moi un fusil et je ferai bouger tous les bâtiments” : le point de vue d’une fourmi sur l’architecture », in Reto Geiser (dir.), Explorations in Architecture: Teaching, Design, Research. Bâle/Boston/Berlin, Birkhäuser : 80-89.

Latour, Bruno

1991 Nous n’avons jamais été modernes : essai d’anthropologie symétrique. Paris, La Découverte.

Lemonnier, Pierre

1983 « L’étude des systèmes techniques, une urgence en technologie culturelle », Techniques & Culture 1 : 11-26.

Lévi-Strauss, Claude

1979 La Voie des masques. Paris, Plon.

1987 Anthropology and Myth: Lectures 1951-1982, trad. du français par Roy G. Willis. Oxford/New York, Blackwell.

Low, Setha M. et Zuniga, Denise L.

2003 Anthropology of Space and Place: Locating Culture. Malden (MA), Blackwell.

MacDonald, Charles

1987 De la hutte au palais : sociétés “à maison” en Asie du Sud-Est insulaire. Paris, CNRS.

Marchand, Trevor

2009 The Masons of Djenne. Bloomington-Indianapolis, Indiana University Press.

Mauss, Marcel et Beuchat, Henri

1904-1905 « Essai sur les variations saisonnières des sociétés eskimos. Étude de morphologie sociale », L’Année sociologique 9 : 39-132.

Mauzé, Marie, et Pitrou, Perig (dir.)

2021 Reconfigurer le vivant : des organismes aux artefacts. Paris, L’Herne.

Montpied, Bruno

2017 Le gazouillis des éléphants : tentative d’inventaire général des environnements spontanés et chimériques créés en France par des autodidactes populaires, bruts, naïfs, excentriques... pour le plaisir de leurs auteurs et de quelques amateurs de passage. Paris, Éditions du Sandre.

Morgan, Lewis H.

1881 Houses and House-Life of the American Aborigines. Washington D.C., Government Printing Office.

Naji, Salima

2019 Architectures du bien commun : pour une éthique de la préservation. Genève, Métis Presses.

Oliver, Paul

1969 Shelter and Society. Londres, Barrie & Rockliff.

1997 Encyclopedia of Vernacular Architecture of the World. Cambridge, Cambridge University Press.

2006 Built to Meet Needs: Cultural Issues in Vernacular Architecture. Oxford, Architectural Press.

Oyón, José L. et Serra-Permanyer, Marta

2016 « John Turner, un architecte geddesien », Érès 167 : 43-61.

Paquot, Thierry

2009 « Hassan Fathy, construire avec ou pour le peuple ? », Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique 109 : 15-25.

Pingaud, Marie-Claude

1986 « L’habitat rural, colloque de 1’ A.R.F., novembre 1985 », Études rurales 101-102 : 317-328.

Pitrou, Perig

2014 « La vie, un objet pour l’anthropologie ? », L’Homme 212 : 159-189.

Pitt-Rivers, Augustus H.L.F.

1906 [1875] « On the Evolution of Culture », in J. L. Myres (éd.), The Evolution of Culture and Other Essays. Oxford, Clarendon Press : 20-44.

Pouillon, François et Bensa, Alban

2017 « La maison kabyle existe-t-elle ? Une entreprise fugace de reconstruction », Sensibilités : histoire, critique et sciences sociales 2 : 153-161.

Ravéreau, André

1981 Le M’Zab, une leçon d’architecture. Paris, Sindbad.

Rapoport, Amos

1972 Pour une anthropologie de la maison. Paris, Dunod.

1976 The Mutual Interaction of People and Their Built Environment: A Cross-Cultural Perspective. La Hague, De Gruyter Mouton.

2003 Culture, Architecture, and Design. Gollion, Infolio.

Riegl, Alois

1893 Stilfragen. Grundlegungen zu einer Geschichte der Ornamentik. Berlin, G. Siemens.

Rikwert, Joseph

2017 La Maison d’Adam au paradis, trad. de l’anglais par Lucienne Lotringer. Marseille, Parenthèses.

Rudofsky, Bernard

1964 Architecture without Architects: An Introduction to Nonpedigreed Architecture. New York, The Museum of Modern Art.

Segaud, Marion

2010 Anthropologie de l’espace : habiter, fonder, distribuer, transformer. Paris, Armand Colin.

Semper, Gottfried

1860 Der Stil in den technischen und tektonischen Künsten, oder Praktische Aesthetik, t. I. Francfort-sur-le-Main, Verlag für Kunst und Wissenschaft.

1863 Der Stil in den technischen und tektonischen Künsten, oder Praktische Aesthetik, t. II. Munich, Bruckmann.

2007 Du style et de l’architecture : écrits, 1834-1869. Marseille, Parenthèses.

Spencer, Walter B. et Gillen, Francis J.

1899 The Native Tribes of Central Australia. Londres, Macmillan and Co. Limited.

Spencer, Walter B

1914 Native Tribes of the Northern Territory of Australia. Londres, Macmillan.

Star, Susan L. et Ruhleder, Karen

1996 « Steps Toward an Ecology of Infrastructure. Design and Access for Large Information Spaces », Information Systems Research 7 (1) : 111-134.

Stender, Marie, Bech-Danielsen, Claus et Landsverk Hagen, Aina

2022 Architectural Anthropology: Exploring Lived Space. Londres, Routledge.

Tronto, Joan

2009 Un Monde vulnérable : pour une politique du care. Paris, La Découverte.

Tsing, Anna L.

2017 Le Champignon de la fin du monde : sur la possibilité de vivre dans les ruines du capitalisme, trad. de l’anglais par Philippe Pignarre. Paris, La Découverte/Les Empêcheurs de penser en rond.

Turner, John

1966 A New View of the Housing Deficit. Rio Piedras, University of Puerto Rico, Social Science Research Center.

1976 Housing By People: Towards Autonomy in Building Environments. Londres, Marion Boyars.

Turner, John et Fichter, Robert (dir.)

1972 Freedom to Build: Dweller Control of the Housing Process. New York, Macmillan.

Van Lengen, Johan

2021 [1980] L’Architecte aux pieds nus : manuel d’autoconstruction, trad. du portugais par Lucia Leistner. Marseille, Parenthèses.

Vellinga, Marcel

2017 « A Conversation with Architects: Paul Oliver and the Anthropology of Shelter », Architectural Theory Review 21 (1) : 9-26.

2019 « Architecture and Vernacular Architecture », Vernacular Architecture 50 (1) : 14-16.

2020 « Living Architecture : Re-imagining Vernacularity in Southeast Asia and Oceania », Fabrications 30 (1) : 11-24.

Viollet-le-Duc, Eugène Emmanuel

1875 Histoire de l’habitation humaine depuis les temps préhistoriques jusqu’à nos jours. Paris, Hetzel.

Vitruve

1673 Les Dix Livres d’architecture de Vitruve. Paris, Jean-Baptiste Coignard.

Waterson, Roxana

1990 The Living House: An Anthropology of Architecture in South-East Asia. Oxford, Oxford University Press.

Haut de page

Notes

1 Conférence inaugurale de Chris Younès, « Ressourcements, goût du risque, goût du monde », 5 octobre 2022 (voir programme en ligne : https://www.usias.fr/actualites-agenda/agenda/evenement/article/colloque-habitabilites-architecture-ville-et-nature-a-lere-de-lanthropocene/ [consulté le 26/12/2022]).

2 Voir sur ce concept : Tronto 2009.

3 Dans le cas de Hassan Fathy, il s’agissait néanmoins plus de construire « pour le peuple » que véritablement « avec le peuple » (Paquot 2009 : 17).

4 L’orientation générale du numéro spécial, dont Chiva écrivait alors l’introduction, penchait vers la dimension patrimoniale animant à l’époque, en France, les nombreux travaux sur les architectures rurales et leurs transformations. Ceux-ci étaient encouragés, entre autres, par les directives de la direction du patrimoine du ministère de la Culture (Pingaud 1986 ; Chiva 1987).

Haut de page

Table des illustrations

Titre À vendre – 2012. Série « Les Maisons Volantes » de Laurent Chéhère.
Crédits Avec l’aimable autorisation de l’artiste et de la Galerie Muriel Guépin.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/6793/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre James Wines, Highrise of Homes, Project (Exterior Perspective) , 1981, 56 x 61 cm, encre et fusain sur papier.
Crédits Museum of Modern Art, New York, Best Products Company Inc. Architecture Fund, Inv. 581.1981. Photo Digital Image Museum of Modern Art, New York/Scala, Florence.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/6793/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Maquette de la Seattle Central Library, 1999-2004.
Crédits Image courtesy OMA.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/6793/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Projet de bureaux de l’agence Chartier Dalix aux portes de Paris, 2018.
Crédits Illustration Diane Berg.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/6793/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Eugène-Emmanuel Viollet-le-Duc, Histoire de l’habitation humaine. Paris, Bibliothèque d’éducation et de récréation, J. Hetzel et Cie, 1875, figure 2.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/6793/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre « House nest in a bottle », in John George Wood, Home Without Hands. Londres, Longmans, Green & Co, 1866, p. 605.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/6793/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Untitled #3 des séries « Home », 2017, 80x120 cm.
Crédits Avec l’aimable autorisation de l’artiste © Gohar Dashti.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/6793/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Les évacués de la catastrophe des inondations ont un peu d’intimité alors que l’architecte Shigeru Ban et des bénévoles utilisent des tubes de papier recyclé et des morceaux de tissu pour créer des cloisons, le 14 juillet 2018, à Kurashiki, Okayama, Japon.
Crédits Photo The Asahi Shimbun via Getty Images.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/6793/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Durand, « La perspective de la souris »Gradhiva, 35 | 2023, 10-25.

Référence électronique

Marie Durand, « La perspective de la souris »Gradhiva [En ligne], 35 | 2023, mis en ligne le 22 février 2023, consulté le 25 mai 2024. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/6793 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gradhiva.6793

Haut de page

Auteur

Marie Durand

MCF UNISTRA, Laboratoire interdisciplinaire en études culturelles (LinCS), Université de Strasbourg, CNRS.
mariedurand[at]unistra.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search