Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36DossierQuand l’ivoire devient gênant. L’...

Dossier

Quand l’ivoire devient gênant. L’exposition de collections d’ivoires dans les musées à Hong Kong, Canton et Taipei

The awkwardness of ivory. Exhibiting ivory collections in museums in Hong Kong, Guangzhou and Taipei City
Claire Bouillot
p. 52-67

Résumés

Les collections d’ivoires d’éléphant, qualifiées de « vivantes » en partie, sont dotées de caractéristiques propres permettant aux conservateurs de musée de les valoriser sous différents aspects. Sur les territoires de Hong Kong, Canton et Taipei, pris dans la tension du marché global de l’ivoire, ces professionnels tentent une articulation délicate entre un discours de protection de l’animal dont l’espèce est menacée et un second autour de la protection d’une « culture de l’ivoire » subsistante dont ces objets sont les témoins. Plus ou moins sommés de donner l’exemple, ils proposent des formes d’exposition différentes d’objets en ivoire pourtant similaires.

Haut de page

Texte intégral

1L’ivoire est travaillé par l’humain depuis les temps les plus anciens sur plusieurs continents (Chaiklin 2010 ; Cambon et Delacour 2012). Des ivoires, dont le nom désigne la matière animale et l’artefact, sont exposés dans la plupart des musées à travers le monde. Le plus souvent, sur les cartels des muséums d’histoire naturelle, les espèces animales d’origine sont identifiées (éléphants, narvals, morses, mammouths, etc., voir : Espinoza et al. 1992 ; Heckel 2018), alors que ceux des musées d’art, d’histoire et de sociétés informent plutôt sur le contexte historique de leur création, les techniques de sculpture et leur iconographie, éloignant ainsi l’animal de l’objet final. En effet, plus les ivoires sont travaillés par la main de l’homme, plus ils ont tendance à effacer les traces de l’animal. Les musées sont ici proches du travail de certains artisans, les plumassiers par exemple : « [Leur] objectif n’est pas de mettre en valeur les aspects naturels de sa matière première [les plumes] mais de les transformer, voire les effacer au profit d’une œuvre humaine, civilisée. » (Fourmaux 1992 : 24 ; Monjaret 2008)

  • 1 Les espèces sont inscrites dans des annexes déterminant un degré graduel de protection, allant d’un (...)

2La menace d’extinction pesant sur certaines espèces à ivoire, notamment les éléphants, est un vecteur de réapparition de l’animal dans certains musées autres que les muséums d’histoire naturelle, qui dès les années 1970 ont contribué à alerter les visiteurs sur les conséquences irréversibles des fortes pressions anthropiques menaçant la diversité biologique (Sepkoski 2015). Ainsi, à Bordeaux, le musée national des Douanes consacre des vitrines aux espèces menacées et l’une d’elles présente des ivoires. En 2020, les cartels de ces objets sculptés mentionnaient « Ivoire (inscrit à l’Annexe I) », faisant ainsi référence à la Convention sur le commerce international des espèces de faune et flore sauvages menacées d’extinction (dite Cites) adoptée en 1973. Elle réglemente leur circulation et le commerce menaçant leur survie, par le biais de listes d’espèces classées dans des annexes1. La référence à l’Annexe I laisse supposer qu’il s’agit d’éléphants, dont la plupart des populations d’Afrique et d’Asie sont menacées depuis le milieu du xxe siècle (Constantin 1999 ; Barbier et al. 2013).

  • 2 長青館藏明清瓷, 玉, 角, 竹, 畫琺瑯 (Cháng qīngguǎncáng míng qīng cí, yù, jiǎo, zhú, huà fàláng) « Ming and Qing (...)
  • 3 Phila Siu, « Protesters Urge Hong Kong Museum of Art to Remove Ivory and Rhino Horn Exhibits », Sou (...)
  • 4 Feng Zi Kai (馮子愷), 展出犀角象牙被指鼓勵獵殺康文署:珍藏具歷史價值 (Zhǎn chū xījiǎo xiàngyá pī zhǐ gǔ lì liè shā kāngwén sh (...)

3L’éléphant fait donc irruption sur les cartels des objets de musées d’art, d’histoire et de sociétés lorsque les conséquences du commerce de l’ivoire font l’objet d’une régulation internationale alimentée par une réprobation morale. Parfois sa présence est réclamée. Ainsi, en 2014, une exposition temporaire du Hong Kong Museum of Art (HKMA), présentant deux objets en ivoire et douze en corne de rhinocéros2, a déclenché la manifestation d’une coalition d’associations de protection de la faune sauvage, « Hong Kong For Elephants3 ». En réponse à la demande de retrait des objets de la part des militants, un porte-parole du ministère dont dépend le musée public a allégué l’ancienneté des objets et la volonté de l’institution d’exposer ces « précieuses reliques historiques » et « trésors de la civilisation humaine ». Il s’est tout de même engagé à réfléchir à la mise en place d’informations de sensibilisation des visiteurs à propos de l’extinction des éléphants4.

4Ces diverses façons d’exposer les ivoires d’éléphant reflètent, au cœur du musée, la tension entre deux formes de valorisation qui ont marqué leur biographie (Appadurai 1986). En effet, « la mise en musée, loin d’être une mise à mort, est l’occasion de rendre publics de nouveaux récits sur les objets en portant attention à leurs différents aspects, et relance ainsi leur vie culturelle » (Keck 2019 : 12). Il s’agit de valoriser à la fois un artisanat parfois ancestral, ancré à une échelle plutôt locale, et la protection récente des éléphants, davantage encouragée à l’échelle globale.

  • 5 Mélanie Roustan, « Introduction. Retours et mises en perspectives », intervention lors du séminaire (...)

5Ces formes de valorisation recoupent les particularités des collections d’ivoire. D’une part, leur matière animale qui s’altère avec le temps, instable, dotée d’un potentiel intrinsèque de disparition. L’ivoire devient jaune, parfois orangé lorsqu’il est vieux, et se fend. Il porte une « vie » au sens d’un processus de croissance et de dégradation (Pitrou 2014). Cette matière est également non reproductible à l’identique car issue d’un être vivant au patrimoine génétique unique dont l’espèce est, qui plus est, menacée d’extinction. D’autre part, ces collections illustrent un savoir-faire qui subsiste dans certaines régions du monde du fait des croyances et des valeurs encore vivaces aujourd’hui associées à l’ivoire. Ces caractéristiques en font des collections en partie « vivantes5 » et par là même valorisables à plusieurs titres.

Magasin vendant des objets en ivoire, Hong Kong, années 1960.

Magasin vendant des objets en ivoire, Hong Kong, années 1960.

Photo Richard Harrington/Three Lions/Getty Images.

6Cette tension dans la valorisation est particulièrement prégnante en Chine continentale et sur des territoires proches, tels que dans la Special Administrative Region de Hong Kong et sur l’île de Taïwan. Le commerce d’ivoire y est développé (Barbier et al. 2013 ; Martin et Vigne 2015 ; Wong 2018), l’attrait pour cette matière y est fort (Cao 2015 ; Gao et Clark 2014) et l’artisanat local subsiste, malgré son important déclin actuel lié aux restrictions de commerce adoptées dès 2017 à la suite des pressions des militants d’organisations internationales pour la protection de la faune sauvage. Dans le même temps, et contrairement à l’Europe, la prise en considération du danger d’extinction des espèces sauvages est plus récente (Cao 2015 ; Choy 2011), tout comme l’édification de muséums d’histoire naturelle (à partir du xxe siècle). Les musées d’art, d’histoire et de sociétés se sont donc peu ou prou emparés des discours relatifs à l’extinction des éléphants dans l’exposition des collections d’ivoires, alors qu’à l’origine celles-ci étaient destinées à montrer la diversité des productions humaines.

Photographie d’une vitrine d’objets en ivoire issus de saisies. Le texte titré Ornament est inscrit de part et d’autre de la vitrine. Endangered Species Resources Centre (AFCD, Sham Shui Po, Kowloon), 2 novembre 2018.

Photographie d’une vitrine d’objets en ivoire issus de saisies. Le texte titré Ornament est inscrit de part et d’autre de la vitrine. Endangered Species Resources Centre (AFCD, Sham Shui Po, Kowloon), 2 novembre 2018.

© Claire Bouillot.

7En mobilisant des données recueillies lors de mon enquête ethnographique menée entre 2017 et 2019 sur ces territoires, au contact d’un ensemble d’acteurs impliqués dans l’artisanat, le commerce et l’exposition d’ivoires ou encore des commentateurs de ces activités, j’interroge ici la présence plus ou moins affirmée de l’éléphant dans l’exposition de collections d’ivoires dans des musées de Hong Kong (香港), Canton (广州市) et Taipei (臺北市). En quoi les collections d’ivoires de musée, en tant que collections en partie vivantes, sont-elles prises dans des tensions à différentes échelles ? Comment ces tensions engendrent-elles des formes différenciées de valorisation de la part des professionnels de musée ?

8Les musées décrits dans cet article proposent des formes d’exposition différentes pour des objets en ivoire pourtant similaires. Pour comprendre cette différence de valorisation, le détour par un éclairage sur les enjeux du commerce de l’ivoire est nécessaire.

L’incidence du problème public du commerce de l’ivoire sur son exposition dans les musées

  • 6 « Ivoire » se traduit par 象牙 (xiàngyá), c’est-à-dire « dent d’éléphant ». De même, « propice, favor (...)

9L’ivoire est apprécié en Chine depuis les époques anciennes car la matière est considérée comme noble, pure et linguistiquement associée à la chance6 (Cox 1946 ; Kao et al. 1990). Elle est majoritairement issue des défenses de l’éléphant d’Afrique (Loxodonta africana ou Loxondonta cyclotis), réputées de bonne qualité et permettant des sculptures et gravures fines (Constantin 1999 ; Gao et Clark 2014 ; Coquery-Vidrovitch et Balandier 2017). Ces caractéristiques incitent les artisans locaux à l’utiliser pour façonner trois catégories d’objets : des bijoux, des objets du quotidien (sceaux, baguettes, cure-dents, etc.) et des objets d’art (boules, pagodes, bateaux, etc.), dont certains sont exposés dans des musées du territoire (Cao 2015 : 85).

  • 7 Ernest Kao, « Why Hong Kong’s Ban on Ivory Trade Is Such a Big Deal », South China Morning Post, 2 (...)
  • 8 « The Hong Kong Cultural Heritage List », South China Morning Post, 17 juin 2014 [en ligne], dispon (...)
  • 9 Leisure and Cultural Services Department, « The Intangible Cultural Heritage of Hong Kong. The Repr (...)

10À Hong Kong, l’activité des artisans locaux s’est essentiellement développée dès les années 1940 (ISD 1959). En 1976, 3 575 sculpteurs d’ivoire étaient répartis dans 121 ateliers (Martin et Vigne 2015 : 62). Cette même année a cependant vu l’entrée en application de la Cites sur le territoire (alors colonie britannique). L’introduction de contraintes liées à la protection de l’animal a donc ralenti les activités artisanales et commerciales en pleine expansion. Le nombre d’artisans n’a cessé de décroître et Hong Kong ne comptait plus en 2018 qu’une centaine d’artisans et quelque 370 commerçants d’ivoire7. Parallèlement, en 2014, le savoir-faire des artisans a été inscrit sur l’inventaire préliminaire du patrimoine hongkongais à sauvegarder, en vue de l’application de la Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’Unesco8. Mais il n’apparaît pas dans la liste officielle de 20179. Cela s’explique certainement par le fait que la période 2017-2018 a été marquée par de nouvelles interdictions du commerce de l’ivoire, entraînant nécessairement la fermeture de manufactures.

  • 10 Selon certaines croyances, l’ivoire des baguettes permettait de détecter la nourriture empoisonnée. (...)

11La « culture de l’ivoire », une matière exprimant certaines valeurs et croyances propres aux sociétés dotées de traits culturels chinois et induisant des techniques de sculpture et des pratiques sociales, connaît donc un profond déclin sur le territoire. Pour ne prendre qu’un exemple, l’ivoire utilisé traditionnellement dans la confection des baguettes de repas pour ses propriétés antipoison10 est progressivement remplacé par du bambou, du bois ou des résines plastiques.

12La Cites a affecté le travail des artisans et des commerçants par la mise en place de permis de détention et de vente d’ivoire, contrôlés par les professionnels de l’Agriculture, Fisheries and Conservation Department (AFCD). Si l’espèce est inscrite sur ces permis (Loxodonta africana la plupart du temps), les acteurs impliqués dans l’artisanat et le commerce ont plutôt tendance à minimiser sa présence afin de légitimer leurs activités. Plusieurs stratégies discursives sont observables. Une première consiste, pour certains artisans locaux, à justifier que l’ivoire d’un stock provient d’éléphants morts naturellement (green ivory), dont le commerce a été approuvé par les autorités. Ils dissocient ainsi la cause de la mort de leurs activités. En ce sens, tout en me montrant l’autocollant sous une statuette, une sculptrice expliquait :

  • 11 D’après deux entretiens avec une sculptrice et une vendeuse d’ivoire à Hong Kong, les 9 mars et 22 (...)

L’ivoire vert avec le certificat légal du gouvernement de Hong Kong, qui a été approuvé par le gouvernement… Tout l’ivoire provenant de la mort naturelle d’un éléphant avec un certificat du gouvernement est maintenant marqué au laser avec une étiquette officielle11.

  • 12 D’après plusieurs entretiens et échanges à Hong Kong et Taipei avec des professionnels de ventes au (...)
  • 13 La durée de gestation d’un éléphant de l’espèce Loxondonta africana est d’environ 21-22 mois (Hilde (...)

13Une seconde stratégie, répandue parmi les professionnels du marché de l’art international, consiste à expliquer que les éléphants à l’origine des objets « sont morts depuis longtemps ». Ils renvoient ainsi la date de la mort de l’animal à un passé lointain. Ces professionnels distinguent d’un côté le braconnage de spécimens « actuels » et le commerce illégal de leurs ivoires, et de l’autre le commerce d’objets « anciens » qui a été rendu légal (dans lequel ils sont impliqués). Ils déclarent que ce commerce d’objets « anciens » ne contribue pas à l’extinction « actuelle » des « nouveaux » éléphants, contrairement à celui des ivoires « actuels » ou « récents12 ». Ils atténuent ainsi le caractère progressif du phénomène d’extinction des éléphants qui se déploie dans un temps long, prenant racine avant le xxe siècle, du fait du rythme lent de reproduction de l’espèce13.

14Enfin, une troisième stratégie repose, de la part de certains collectionneurs, sur la remise en cause de la réalité du danger d’extinction des éléphants, en dédramatisant le prélèvement des ivoires. Ainsi, en me reprenant, un collectionneur tempérait :

  • 14 D’après un entretien avec un collectionneur d’art et d’ivoires à Hong Kong, le 12 novembre 2017.

N’utilisez pas le mot « extinction »… c’est de la cruauté, certes… car les éléphants ne sont pas en danger. Il y en a encore un million en Afrique, ils sont loin d’être éteints14 !

  • 15 D’après des observations réalisées le 9 février 2018 et le 12 novembre 2018 à Hong Kong.

15Dans ce contexte, les professionnels de l’AFCD ont rétabli la filiation entre l’éléphant et l’objet en ivoire en constituant une collection d’ivoires à partir de saisies du commerce illégal. Il s’agit de la plus grande exposition d’ivoires ouverte au public sur le territoire. Elle est présentée dans une partie de l’Endangered Species Resources Centre (ESRC) depuis 2001, situé dans les locaux mêmes de l’AFCD à Sham Shui Po (Kowloon). Des ivoires de toutes tailles et de toutes formes, travaillés ou bruts, sont exposés. Les cartels, peu nombreux dans les vitrines, mentionnent quelques espèces animales : éléphants, mammouths et hippopotames. Le dessin d’un éléphant aux ivoires épais, levant la trompe vers le ciel, accompagne un texte qui se conclut par : « Des mesures strictes sont nécessaires pour garantir une utilisation durable de ces précieuses ressources naturelles. » Au niveau de l’entrée, à côté d’un tigre naturalisé, des dépliants sont à disposition des visiteurs. Ils déclinent la mise en application de la Cites. En outre, les vivariums exposant des animaux menacés en vie (serpents, iguanes, tortues, etc.), les animaux naturalisés, les dessins d’animation, ainsi que les dessins et les photos d’animaux, sont là pour donner une présence à l’animal tout au long du parcours de visite15. Le visiteur est ainsi invité à établir un lien entre l’animal vivant menacé et l’objet inerte, à la façon du musée des Douanes de Bordeaux.

Des membres d’associations de protection des éléphants et des animaux organisent une « Marche des éléphants » et manifestent devant le magasin Chinese Arts & Crafts à Tsim Sha Tsui pour demander au gouvernement de Hong Kong de brûler tout son stock d’ivoire confisqué et d’interdire le commerce intérieur de l’ivoire, dans le cadre de la « Marche internationale pour les éléphants », 4 octobre 2013.

Des membres d’associations de protection des éléphants et des animaux organisent une « Marche des éléphants » et manifestent devant le magasin Chinese Arts & Crafts à Tsim Sha Tsui pour demander au gouvernement de Hong Kong de brûler tout son stock d’ivoire confisqué et d’interdire le commerce intérieur de l’ivoire, dans le cadre de la « Marche internationale pour les éléphants », 4 octobre 2013.

Photo Felix Wong/South China Morning Post via Getty Images.

  • 16 Dès 2008, Daniel Stiles (un spécialiste de la conservation des éléphants à l’UICN) préconisait de l (...)

16Ce rétablissement de la filiation entre l’animal et l’objet a connu pour ainsi dire son apogée, dans les années 2010, lorsque le commerce de l’ivoire est devenu un problème public. En effet, des militants en faveur de la protection de la faune sauvage, membres d’ONG internationales implantées sur le territoire, ont lancé des campagnes médiatiques pour sensibiliser la population aux méfaits du commerce de l’ivoire provoquant l’extinction des éléphants. Ces campagnes constituaient un des instruments à la disposition de la coalition d’États, d’institutions internationales et d’ONG du monde occidental visant à ralentir la forte demande d’ivoire de la part des acheteurs asiatiques, et notamment chinois16.

Photographie de la Galerie 106. La vitrine de la boule « de Canton », objet-phare de la galerie. National Palace Museum (Taipei), le 31 décembre 2018.

Photographie de la Galerie 106. La vitrine de la boule « de Canton », objet-phare de la galerie. National Palace Museum (Taipei), le 31 décembre 2018.

© Claire Bouillot.

  • 17 D’après plusieurs observations réalisées en septembre et octobre 2018 à Hong Kong.

17Il s’agissait de « redonner chair à l’animal », puisque les objets ont tendance à l’« évincer » (Fourmaux 1992 ; Monjaret 2008). Le corps de l’animal y est donc devenu central, il a été « exhibé » de façon à provoquer des émotions. Il s’agit d’un procédé classique du militantisme de la cause animale (Ribordy 1998 ; Manceron 2012 : 64). Les militants de l’ONG WildAid, la plus active sur le territoire, ont ainsi utilisé plusieurs techniques. D’une part, lors de manifestations de rue, ils ont diffusé des images de cadavres sanguinolents d’éléphants, comme autant de « dispositifs de sensibilisation » incitant les récepteurs à se positionner contre le commerce de l’ivoire (Traïni 2011 : 69 ; Traïni 2019). D’autre part, ils ont propagé des images anthropomorphiques d’éléphants, insistant sur la nécessité de sauver cette espèce attachante. Elles jouent sur la proximité ressentie par les humains avec les éléphants et sur la fascination qu’ils exercent de façon à créer de l’empathie (Sournia 2000 : 7 ; Mitman 2005). Sur l’un des montages photographiques, le célèbre basketteur Yao Ming (姚明) tape son poing contre la trompe d’un animal doté de courtes défenses en signe de complicité et d’alliance. En dessous, le texte incite à renoncer au commerce d’ivoire. Utilisée dans une campagne menée dans une dizaine de pays en Afrique, Asie et Amérique par WildAid dès 2014, cette image se retrouve en septembre 2018 à Hong Kong. Durant environ un mois, WildAid, Save the Elephants et WWF ont contribué conjointement à son affichage dans le métro (dans au moins cinq stations17).

  • 18 Protection of Endangered Species of Animals and Plants (Amendment) Ordinance 2018, The Government o (...)

18Au fil des campagnes médiatiques et des actions des « entrepreneurs de cause » (militants, journalistes, scientifiques, etc.), le commerce de l’ivoire, notamment intérieur, est devenu un problème public sur le territoire (Neveu 2015). Ainsi, Elizabeth Quat (alors députée au LegCo – le Parlement – et engagée aux côtés de WildAid) a déposé un projet de loi visant à le restreindre. La nouvelle loi a été adoptée fin janvier 201818.

19Ces années de constitution du problème public ont plongé dans le doute certains commerçants quant à la teneur de leurs activités. Ainsi, l’une des gérantes d’une entreprise familiale de pinceaux de naissance, dont le corps est façonné en ivoire par des sculpteurs salariés, ne souhaite plus en proposer à la vente après l’épuisement de son stock. Elle me confiait :

  • 19 D’après un entretien avec une vendeuse de pinceaux le 19 juin 2018 à Hong Kong (traduction du manda (...)

L’objet est fait pour rendre heureux et vous savez que prendre l’ivoire est très cruel […]. Je lui [à sa mère] ai demandé s’il était possible de fermer l’entreprise, d’arrêter l’importation d’ivoire car j’ai vu plusieurs vidéos. Je n’ai plus le courage de faire ce genre de choses19.

  • 20 En 2014 devant le HKMA, mais également en 2017 devant le Sun Museum à Hong Kong.
  • 21 Entretien du 27 novembre 2018 à Hong Kong.

20Du côté des musées ouverts aux visiteurs, ce problème public n’a eu qu’une incidence relative. Alors que dès 2014, des conservateurs du HKMA ont évoqué l’éventuelle introduction d’informations sur l’extinction des éléphants au sein du parcours de visite (ce qui n’a finalement pas été fait), le problème public a surtout alimenté les incertitudes exprimées par certains professionnels de musées au sujet de la possible valorisation de telles collections. En effet, les ivoires sont fragiles, ils posent des problèmes de sécurité, voire déclenchent des manifestations20. De même, ils peuvent difficilement être déplacés entre institutions muséales du fait des interdictions de circulation de la matière, complexes à comprendre et à mettre en application notamment lorsque les objets ont été restaurés (Drayman-Weisser et Hornbeck 2018). Malgré ces contraintes, les professionnels des musées n’ont pas été consultés en amont de la réforme législative (2017), à la différence d’autres professionnels gravitant autour des objets en ivoire. Ils ne se sont pas non plus rassemblés pour s’exprimer à l’unisson, comme cela a été le cas aux États-Unis autour d’une réforme adoptée en 2016 (Drayman-Weisser et Hornbeck 2018). Maria Mok, la conservatrice des antiquités chinoises du HKMA, interpellée par les militants en 2014, me disait : « Nous devons suivre la décision de l’autorité compétente, nous n’avons pas le pouvoir de dire quelque chose, nous protégeons ce qui est déjà produit21. » Ainsi, le problème public n’a pas ouvert la voie à une valorisation des ivoires dans les musées sous l’angle de la protection des éléphants.

  • 22 Canton est l’un des centres historiques de sculpture sur ivoire en Chine continentale. Le savoir-fa (...)
  • 23 D’après deux observations, le 27 avril 2017 et le 2 novembre 2018 à Hong Kong.
  • 24 Il s’agit d’un parc à thème comprenant des attractions et un zoo. Les professionnels du parc sont e (...)
  • 25 D’après un échange avec une assistante de conservation du musée, le 11 septembre 2018 à Hong Kong.

21En effet, les cartels des quelques ivoires exposés dans des institutions ouvertes au public (parmi les 100 à 150 ivoires conservés dans ces établissements), provenant principalement de la province voisine du Guangdong22, illustrent de façon discrète le travail de la matière mais ne mentionnent pas les éléphants à l’exception de certains, à l’ESRC (qui n’est pas un musée à proprement parler), et d’un cartel du Hong Kong Science Museum. Ce dernier présente une défense en ivoire poli dans une vitrine consacrée aux espèces en danger. Toutefois, les informations attenantes mentionnent des généralités sans nommer la Cites et l’éléphant d’Afrique est qualifié de « vulnérable » selon l’UICN, alors que les deux sous-espèces n’ont pas le même statut23. Le musée propose également des workshops consacrés aux espèces en danger en collaboration avec l’Ocean Park24. Les animateurs abordent la problématique des espèces en danger à travers quelques exemples. Le sujet des éléphants et de l’ivoire n’est toutefois pas spécifiquement traité25. En somme, à Hong Kong, ce problème public n’a eu que peu de traduction dans les musées.

  • 26 En Chine continentale : 国务院办公厅关于有序停止商业性加工销售象牙及制品活动的通知 (Guówùyuàn bàngōng tīng guānyú yǒu xù tíngzhǐ (...)

22Les territoires proches partageant des traits culturels communs (la province du Guangdong et l’île de Taïwan) ont rencontré un problème public comparable entre 2017 et 2018, aboutissant à des réformes législatives similaires26. Cependant, leurs musées s’en sont emparés d’une tout autre manière. Ayant décrit ce problème public à Hong Kong, sur un territoire où l’expression de sa constitution est la plus visible, nous allons voir comment certains musées d’art, d’histoire et de sociétés y répondent à Canton et Taipei.

La valorisation différenciée des collections d’ivoires à Canton et Taipei

  • 27 (Guǎngdōng mínjiān gōngyì bówùguǎn.) Certaines traductions parlent de Folk Craft Museum.
  • 28 D’après des observations faites les 1er, 3 et 4 mars 2018 à Canton et les 31 décembre 2018, 4 janvi (...)

23À la différence des musées de Hong Kong, les musées de Canton, avec l’exemple du Guangdong Folk Arts Museum (GFAM, 广东民间工艺博物馆27), connu sous le nom de Chen Clan Ancestral Hall, et ceux de Taipei, avec l’exemple du National Palace Museum (NPM), consacrent des salles, voire des pavillons entiers, aux ivoires de tout type. Les textes les accompagnant détaillent l’histoire des objets et les techniques de sculpture28. De même, avant la récente refonte du site Internet du NPM, une page leur était dédiée (« The Art of Ivory Carving »).

  • 29 D’après un entretien avec Yu Pei-Chin, Hou Yi-Li (conservatrice associée du département des antiqui (...)
  • 30 En effet, des scientifiques ont réussi pour la première fois à séparer les couches d’une boule sans (...)

24Les boules dites « de Canton » sont particulièrement mises en avant car il s’agit de la pièce la plus spécifique de la sculpture sur ivoire du Guangdong. On peut compter jusqu’à cinquante couches, indépendantes les unes des autres. En 1915, à l’Exposition universelle de Panama-Pacific à San Francisco, une boule sculptée par Weng Zhao et Liang Xong a reçu un prix qui lui a valu une réputation internationale. Une autre encore constitue l’objet phare de la galerie 106 « A Garland of Treasures. Masterpieces of Precious Crafts in the Museum Collection » du NPM. Elle est reproduite sur divers panneaux placés à l’entrée de la salle, sur les documents de visite et sur la couverture du catalogue des objets de la galerie. En outre, elle a une histoire particulière au NPM. D’une part, d’après Yu Pei-Chin, la conservatrice en chef du département des antiquités, elle a eu du succès avant l’ouverture de la galerie en 2007. En effet, lorsqu’il a fallu choisir les œuvres à exposer, la boule est arrivée en première position d’un sondage public mené via le site Internet du musée29. D’autre part, elle a été placée au cœur d’une exposition temporaire proposée de fin 2017 à juillet 2018, « Demon’s Ball. Cantonese Ivory Cutting as the Highest Degree of Perfection ». L’exposition, centrée sur la technique de sculpture, a été complétée par un workshop organisé en juin 2019 en collaboration avec le Rijskmuseum d’Amsterdam30. Il est intéressant de noter qu’un logo « Save the Elephants » apparaît sur le dépliant de l’exposition, en référence à l’ONG du même nom, bien que ce ne soit pas le logo officiel. En plus du texte soulignant la nécessaire protection des éléphants, ceci peut être perçu comme un signe de l’engagement des professionnels du musée en faveur de cette cause, bien qu’ils restent discrets lorsqu’on les interroge sur cette question.

  • 31 Il s’agit d’une société privée états-unienne de promotion des relations, notamment commerciales et (...)

25Cet engagement remonte au milieu des années 2010. En effet, la boule exposée dans une vitrine centrale de la galerie 106 fait face à un panneau fixé au mur de la salle, montrant la photographie d’un éléphant doté de grands ivoires se découpant sur un fond clair. Un texte titré « Ivory Collections Only Belong in Museums » y explique que les objets en ivoire et en corne de rhinocéros conservés et exposés au musée ont toujours intéressé les visiteurs. Puis, incluant le lecteur par l’emploi du « nous », il est dit que célébrer la beauté de ces œuvres et le savoir-faire qu’elles supposent ne doit pas faire oublier les problématiques relatives à la conservation des espèces sauvages. Est ensuite mentionné que la demande en produits à base d’ ivoire menace de causer l’extinction de « ces créatures majestueuses ». C’est pourquoi le 20 décembre 2013, les Nations unies ont déclaré le 3 mars « World Wildlife Day » afin d’inciter les personnes partout dans le monde à protéger les espèces sauvages en danger. Ce texte, accompagné des logos du musée et de l’American Institute de Taïwan (AIT)31, conclut :

Pour sauver les éléphants et les rhinocéros de l’extinction, tout le monde doit faire sa part. Aussi beaux soient ces objets d’art, nous demandons vivement de ne jamais acheter de produits en ivoire et en corne de rhinocéros. Faisons en sorte que nos enfants et petits-enfants puissent profiter d’un monde avec des éléphants et des rhinocéros !

26Ce panneau ainsi qu’un second exposé à la sortie de la salle ont été installés le 3 mars 2014 suite à une demande de l’AIT dans un contexte où les États-Unis avaient adopté le mois précédent de nouvelles restrictions de commerce de l’ivoire.

27Cette position, selon laquelle la protection des éléphants est aussi importante que celle de l’artefact ancien, est saluée par les conservateurs des musées alentour. À Hong Kong, Maria Mok me confiait :

  • 32 D’après un entretien datant du 27 novembre 2018 à Hong Kong. Traduction de l'autrice.

Ils ont fait du très bon travail en installant le petit panneau… C’est de l’art et nous devons parler de l’art en soi. L’objet lui-même est quelque chose qui peut être apprécié, mais cela ne signifie pas qu’il faille tuer pour lui32.

28Ainsi, ces mots engagés qui assimilent les préoccupations des professionnels du NPM à la défense d’une cause internationale tranchent avec d’autres textes plus classiques que l’on peut lire, par exemple, dans la salle des ivoires du GFAM. En effet, il n’y est pas aussi explicitement fait référence à la condition des éléphants, mais seulement aux difficultés éprouvées par les sculpteurs locaux après l’adoption de la Cites et à la volonté des conservateurs de mieux comprendre cet art régional et de gagner le soutien du public pour permettre sa continuité et son développement à venir.

Saisie de 569 pièces d’ivoire par les douanes de Hong Kong, 16 novembre 2012 (détail).

Saisie de 569 pièces d’ivoire par les douanes de Hong Kong, 16 novembre 2012 (détail).

Photo K. Y. Cheng/South China Morning Post via Getty Images.

29Au-delà du contenu des textes, la différence de valorisation des ivoires entre ces musées (sous l’angle de la protection d’un objet ancien, d’un savoir-faire ou d’une espèce) est observable à travers les ivoires exposés. En effet, le GFAM présente une diversité d’objets illustrant les techniques de sculpture, ainsi que des outils, un banc de travail et des vidéos filmant les gestes des artisans. Ils sont disposés dans une demeure bâtie au xixe siècle, il s’agit du plus grand témoin architectural de la région encore existant. Une manufacture et sa boutique, où sont vendus des objets similaires à ceux du musée, la jouxte. Du reste, les ivoires exposés au GFAM, dont certains sont issus de la manufacture (anciennement située à une autre adresse), sont relativement récents. La majorité date de la seconde partie du xxe siècle, à la différence de ceux exposés au NPM, dont la plupart proviennent des collections anciennes du Palais impérial de Pékin, mises à l’abri (Hamlish 1995 ; Chan 2012). Les objectifs de ces musées divergent : alors que les collections d’ivoires du GFAM s’inscrivent dans une dynamique locale de collecte, de conservation, de recherche, d’exposition et de promotion de l’art et l’artisanat traditionnels du Guangdong, celles du NPM contribuent à réaffirmer le rôle de ce musée, qui dès sa création « entendait instaurer une filiation entre les anciens et les nouveaux détenteurs de ces trésors, et par là, entre la République en exil et l’ancien Empire chinois » (Wei-I 2007 : 154 ; Wei-I 2012). Les tensions politiques entre les autorités de la République populaire de Chine et celles de Taïwan, ainsi que les alliances entre les autorités de Taïwan et celles des États-Unis apparaissent ainsi en filigrane dans l’exposition des objets (Trémon 2012).

  • 33 Entretien du 10 avril 2019 à Hong Kong.

30Les conservateurs expriment également à demi-mot d’autres raisons politiques, voire diplomatiques. Les musées de Canton et de Hong Kong sont situés sur des territoires soumis aux autorités de Chine continentale, avec un poids grandissant à Hong Kong ; leurs discours ont donc tendance à « lisser » les problématiques liées au commerce de l’ivoire et à la menace pesant sur les éléphants. En effet, depuis le milieu du xxe siècle, ces territoires comptent parmi les principales destinations des flux d’ivoire dans le monde (Constantin 1999 ; Barbier et al. 2013). Par conséquent, leurs autorités ont dû légiférer afin d’encadrer ces flux et répondre aux revendications sociales de protection de la faune sauvage à travers le monde. L’adoption de ces mesures restreignant le commerce de l’ivoire s’expliquerait par une compétition internationale entre pays « civilisés », dans laquelle les autorités chinoises accepteraient les condamnations morales des États occidentaux face à certaines pratiques. Les normes occidentales refléteraient des valeurs souhaitables et, pour se montrer à la hauteur, la Chine s’engagerait dans l’imitation des discours des États occidentaux (Whitfort 2012 ; Fiskesjö 2017 ; Permata et Elsi 2020 ; Keck 2020). Un professionnel d’une salle de ventes aux enchères à Hong Kong, expert des objets en ivoire, résume la situation ainsi : « China tries to be accepted in the world. Everybody is watching us33. » En répondant à ces injonctions, les professionnels de ces musées préservent ainsi leur réputation, parfois internationale dans le cas du NPM pour les arts asiatiques, dans des contextes géopolitiques mouvants, au gré des interdictions du commerce de l’ivoire.

31Ces exemples illustrent les différences dans la valorisation des collections d’ivoires entre des musées géographiquement proches, qui s’expliquent notamment par des raisons politiques et des injonctions morales internationales. Le savoir délivré aux visiteurs dépend ainsi de mises en exposition différentes, aux tendances potentiellement contradictoires, qui conduisent soit à rendre visibles soit au contraire à invisibiliser les animaux dont proviennent ces collections dites « vivantes ». Différentes stratégies sont adoptées : le National Palace Museum à Taipei montre à la fois les objets d’art en ivoire et les espèces animales menacées dont elles proviennent, le Guangdong Folk Arts Museum à Canton, les objets sans les éléphants en valorisant le travail artisanal de la matière comme un élément de cette « culture de l’ivoire », et le Hong Kong Museum of Art a fini par choisir la discrétion pour ses objets en ivoire, car les éléphants sont devenus trop visibles dans l’espace public. Dernièrement, l’ouverture du Hong Kong Palace Museum (début juillet 2022), qui se donne pour objectif de présenter plus de 900 objets en provenance du Palace Museum de Pékin, semble confirmer la tendance observée sur le territoire depuis la fin des années 2010. La peinture, la céramique, les bronzes et le jade sont en effet au cœur de l’exposition.

32Dans d’autres territoires, les musées sont également soumis à des enjeux de réputation comparables. C’est le cas par exemple du Walters Art Museum (Baltimore) et du National Museum of African Art de la Smithsonian Institution (Washington) qui, en 2016 et 2017, se sont associés à la Wildlife Conservation Society pour célébrer le World Elephant Day, afin de sensibiliser les visiteurs à l’extinction des éléphants (Drayman-Weisser et Hornbeck 2018). Cette tendance illustre le fait que des musées d’art, d’histoire et de sociétés de renommée internationale se font progressivement les porte-parole des valeurs globales de protection de la faune sauvage à destination des visiteurs, comme les muséums d’histoire naturelle avant eux. Cependant, ces institutions, dont ces collections servent de nouveaux supports à des discours de protection des éléphants, ne sont pas nécessairement à même d’exposer la diversité biologique. En effet, sans études biologiques (que certains conservateurs sont tout de même en capacité de faire, voir : Drayman-Weisser et Hornbeck 2018), les matières de ces collections ne révèlent pas la diversité des espèces d’éléphants et des individus, contrairement à ce qu’offre leur exposition dans les muséums d’histoire naturelle.

  • 34 « L’Homme de Lindow » : il s’agit des restes momifiés d’un humain ayant vécu à l’âge du fer, découv (...)
  • 35 Les 22 et 23 février 2008, le musée du quai Branly – Jacques Chirac a organisé un symposium interna (...)

33Les mêmes tensions, dont les enjeux de réputation, se retrouvent dans l’exposition des restes humains. Le British Museum à Londres, l’un des musées les plus célèbres d’Europe, a tendance à servir de guide en la matière. Dès le début des années 2000, le British Museum et le Manchester Museum (à la suite de la troisième exposition du « Lindow Man34 ») s’étaient souciés des conditions d’exposition des restes humains, si bien que des recommandations et des guides, créés en concertation avec les professionnels de ces musées, avaient été publiés par les autorités (Alberti et al. 2009). Ces documents ont servi de base de réflexion à d’autres institutions, notamment en France35 et à l’international. En effet, dès 2013, le code de déontologie de l’International Council of Museums a dédié un paragraphe à l’exposition des objets dits « sensibles », dont les restes humains. À l’image du British Museum pour les restes humains, le NPM, de renommée internationale (y compris pour le prestige des ivoires qu’il conserve), semble pris dans des enjeux de réputation et entend faire preuve d’exemplarité.

34En somme, ces exemples d’exposition de collections vivantes illustrent des tensions propres à ce type de collection, gérées à l’aune de leur ancrage territorial. Leur valorisation est ainsi très dépendante de considérations géopolitiques qui orientent en partie le travail des professionnels de musée.

Haut de page

Bibliographie

Alberti, Samuel J.M.M., Bienkowski, Piotr, Chapman, Malcolm J. et Drew, Rose

2009 « Should We Display the Dead? », Museum and society 7 (3) : 133-149.

Appadurai, Arjun

1986 The Social Life of Things: Commodities in Cultural Perspective. Cambridge, Cambridge University Press.

Barbier, Edward B., Burgess, Joanne C., Swanson, Timothy M. et Pearce, David W.

2013 Elephants, Economics and Ivory. Londres, Routledge.

Cao, Deborah

2015 Animals in China: Law and Society. Basingstoke, Palgrave Macmillan.

Chaiklin, Martha

2010 « Ivory in World History: Early Modern Trade in Context », History, Compass 8 (6) : 530-542.

Chan, Tsai-Yun

2012 « Mémoire d’un empire : la longue marche des collections du musée du Palais dans un contexte de guerre », Études chinoises 漢學研究31 (2) : 45-76.

Choy, Timothy

2011 Ecologies of Comparison: An Ethnography of Endangerment in Hong Kong. Durham, Duke University Press.

Constantin, François

1999 « Les filières asiatiques de l’ivoire. L’éléphant au rayon des porcelaines », Politique africaine 4 : 30-46.

Coquery-Vidrovitch, Catherine et Beaujean, Gaëlle

2017 L’Afrique des routes : histoire de la circulation des hommes, des richesses et des idées à travers le continent africain, catalogue d’exposition (Paris, musée du quai Branly – Jacques Chirac, 31 janvier-12 novembre 2017). Paris, MQB/Arles, Actes Sud.

Cox, Warren Earle

1946 Chinese Ivory Sculpture. New York, Crown Publishers.

Drayman-Weisser, Terry et Hornbeck, Stephanie E.

2018 « An Art Conservation Perspective: Saving the African Elephant and Ivory Cultural Heritage », Curator The Museum Journal 61 (1) : 161-185.

Espinoza, Edgard O., Mann, Mary-Jacque et Goddard, Kenneth W.

1992 Identification Guide for Ivory and Ivory Substitutes. Washington, WWF, CITES, TRAFFIC.

Fish, William

1964 « Hong Kong Ivory Carvers Continue Centuries — Old tradition », Hong Kong Public Records, HKRS365-1-1-19.

Fiskesjö, Magnus

2017 « China’s Animal Neighbours », in Martin Saxer et Juan Zhang, The Art of Neighbouring: Making Relations Across China’s Borders. Amsterdam, Amsterdam University Press : 223-236.

Fourmaux, Francine

1992 « Être dans la plume ». Mémoire de DEA, université Paris X-Nanterre.

Gao, Yufang and Clark, Susan G.

2014 « Elephant Ivory Trade in China: Trends and drivers », Biological Conservation 180 : 23-30.

Hamlish, Tamara

1995 « Preserving the Palace: Museums and the Making of Nationalism(s) in Twentieth Century China », Museum Anthropology 19 (2) : 20-30.

Heckel, Claire

2018 « Qu’est-ce que l’Ivoire ? », L’Anthropologie : 306-315.

Hildebrandt, Thomas B., Göritz, Frank, Hermes, Robert, Reid, Catherine, Dehnhard, Martin et Brown, Janine L.

2006 « Aspects of the Reproductive Biology and Breeding Management of Asian and African Elephants Elephas Maximus and Loxodonta Africana », International Zoo Yearbook 40 : 20-40.

Information Services Department (ISD)

1959 « Handicrafts — Big business for Hong Kong’s Refugees — (The Welfare Handicrafts Shop Selling Rattanware, Ivory and Dolls, 1959) », Hong Kong Public Records, HKRS365-1-39-4.

Kao, Mayching, Kwan, Simon, Lam, Peter Y. K., Boda, Yang et Lai, Suk-yee

1990 Chinese Ivories: From the Kwan Collection, catalogue d’exposition (Hong Kong, Art Gallery). Chinese University of Hong Kong.

Keck, Frédéric

2019 « Introduction. Anthropologie des valeurs et culture matérielle », in Frédéric Keck (dir.), Valeurs et matérialité : approches anthropologiques. Paris, Éditions Rue d’Ulm/MQB : 5-14.

2020 Les Sentinelles des pandémies : chasseurs de virus et observateurs d’oiseaux aux frontières de la Chine. Bruxelles, Zones sensibles.

Levy, Martin P.

2018 « Works of Art and Ivory: What Are the Issues? », Curator: The Museum Journal 61 (1) : 47-60.

Manceron, Vanessa

2012 « Les vivants outragés. Usages militants des corps et perceptions des animaux d’élevage chez les défenseurs de la cause animale en France », Cahiers d’anthropologie sociale 1 : 57-76.

Martin, Esmond B. et Vigne, Lucy

2015 Hong Kong’s Ivory: More Items for Sale than in Any Other City in the World. Londres, Save the Elephants.

Mitman, Gregg

2005 « Pachyderm Personalities: The Media of Science, Politics, and Conservation », in Thinking with Animals: New Perspectives on Anthropomorphism. Columbia, Columbia University Press : 175-195.

Monjaret, Anne

2008 « Plume et mode à la Belle Époque. Les plumassiers parisiens face à la question animale », Techniques & Culture 50 : 228-255.

Neveu, Erik

2015 Sociologie politique des problèmes publics. Paris, Armand Colin.

Permata, Inda Mustika et Elsi, Wahyuni

2020 « Behind the Ivory Trade Shutdown in China », Journal of International Wildlife Law & Policy 23 (3) : 151-165.

Pitrou, Perig

2014 « La vie, un objet pour l’anthropologie ? », L’Homme 212 : 159-189.

Ribordy, Annette

1998 « L’industrie canadienne de la fourrure : entre le métier d’art et la production en grande série », Journal of Canadian Studies 33 (3) : 110-129.

Sepkoski, David

2015 « Extinction, Diversity and Endangerment », in Fernando Vidal et Nélia Dias, Endangerment, Biodiversity and Culture. Londres, Routledge.

Sournia, Gérard

2000 Des éléphants, des hommes et de l’ivoire : un patrimoine universel, symbole de l’enjeu commercial de la biodiversité. Paris, Sang de la terre.

Traïni, Christophe

2011 « Les émotions de la cause animale », Politix 1 : 69-92.

2019 « Les formes plurielles d’engagement de la protection animale », in Fabien Carrier et Christophe Traïni, S’engager pour les animaux. Paris, Presses universitaires de France.

Trémon, Anne-Christine

2012 « Introduction : l’État au musée. Politiques muséales et patrimoniales dans le monde chinois contemporain », Gradhiva 16 : 4-21.

Wei-I, Lee

2007 « Cent ans de musées à Taïwan, du colonialisme au nationalisme. Vers un imaginaire au-delà de l’identité ? », Transcontinentales. Sociétés, idéologies, système mondial 4 : 145-167.

2012 « Le nationalisme dans les musées locaux à Taïwan : colonisation, autoritarisme et démocratie », Gradhiva 16 : 64-83.

Whitfort, Amanda

2012 « Evaluating China’s Draft Animal Protection Law », Sydney Law Review 34 : 347.

Wong, Rebecca WY

2018 « “Do You Know Where I Can Buy Ivory?”: The Illegal Sale of Worked Ivory Products in Hong Kong », Australian & New Zealand Journal of Criminology 51 (2) : 204-220.

Yusi Zhou, Joyce

2020 « European Turned Ivories at the Chinese Imperial Court: A Study in Early Modern Cross-Cultural Knowledge Transmission (1617-1735) », Essays in History 53 [en ligne], disponible sur : https://essaysinhistoryjournal.com/articles/10.25894/eih.54, consulté le 20 décembre 2021.

Haut de page

Notes

1 Les espèces sont inscrites dans des annexes déterminant un degré graduel de protection, allant d’un commerce exceptionnel (Annexe I) à un commerce autorisé mais contrôlé (Annexe III), voir : https://www.cites.org/fra/disc/what.php. La menace est mesurée par des biologistes et des écologues exerçant le rôle d’autorités scientifiques pour la mise en œuvre de la Cites dans chaque État-partie signataire de la convention ou travaillant à l’établissement de la liste rouge des espèces menacées dans le monde. L’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) est à l’origine de la liste rouge. En 2021, l’éléphant de savane d’Afrique a été classé « en danger d’extinction » (et non plus « vulnérable »), et l’éléphant de forêt d’Afrique « en danger critique d’extinction ». Quant à l’éléphant d’Asie, depuis 2019, il conserve le statut « en danger d’extinction ». Voir : https://www.iucnredlist.org/

2 長青館藏明清瓷, 玉, 角, 竹, 畫琺瑯 (Cháng qīngguǎncáng míng qīng cí, yù, jiǎo, zhú, huà fàláng) « Ming and Qing Chinese Arts from the C.P. Lin Collection ». 康樂及文化事務署 (Kānglè jí wénhuà shìwù shu), Direction des loisirs et des services culturels.

3 Phila Siu, « Protesters Urge Hong Kong Museum of Art to Remove Ivory and Rhino Horn Exhibits », South China Morning Post, 6 juillet 2014 [en ligne], disponible sur : https://www.scmp.com/news/hong-kong/article/1548012/protesters-urge-hk-museum-art-remove-ivory-and-rhino-horn-exhibits, consulté le 24 avril 2018.

4 Feng Zi Kai (馮子愷), 展出犀角象牙被指鼓勵獵殺康文署:珍藏具歷史價值 (Zhǎn chū xījiǎo xiàngyá pī zhǐ gǔ lì liè shā kāngwén shǔ : Zhēncáng jù lìshǐ jiàzhí) « Cornes et ivoire de rhinocéros exposés accusés d’encourager la chasse. Département des loisirs et des services culturels : les collections ont une valeur historique », Apple Daily, 7 juillet 2014 [en ligne] : https://hk.news.appledaily.com/local/daily/article/20140707/ 18790865, consulté le 22 septembre 2019 (la page n’est plus disponible) ; Alexander Forbes, « Hong Kong Museum of Art Slammed for Ivory Exhibition », Artnet, 7 juillet 2014 [en ligne], disponible sur : https://news.artnet.com/exhibitions/hong-kong-museum-of-art-slammed-for-ivory-exhibition-56498, consulté le 10 novembre 2019. Cette position est partagée parmi les conservateurs de pays anglo-saxons. Voir : Levy 2018 ; Drayman-Weisser et Hornbeck 2018.

5 Mélanie Roustan, « Introduction. Retours et mises en perspectives », intervention lors du séminaire « Les collections vivantes au prisme des sciences humaines et sociales » (MNHN/EHESS), 1er décembre 2022. Une collection d’ivoires est en partie dite « vivante » car elle n’est pas dotée d’une capacité intrinsèque de reproduction, contrairement à d’autres collections vivantes, telles que les animaux de zoos.

6 « Ivoire » se traduit par 象牙 (xiàngyá), c’est-à-dire « dent d’éléphant ». De même, « propice, favorable, chanceux » en langue chinoise se prononce 祥 (xiáng) proche de 象 (xiàng) (« éléphant »). Le caractère 象 se retrouve également dans le mot 迹象 (jìxiàng), qui signifie « un signe, une indication ». Ce dernier est proche du mot 吉祥 (jíxiáng), qui signifie « de bon augure ». Je remercie ma collègue Lin Ziyu pour ces précisions.

7 Ernest Kao, « Why Hong Kong’s Ban on Ivory Trade Is Such a Big Deal », South China Morning Post, 2 février 2018 [en ligne], disponible sur : https://www.scmp.com/news/hong-kong/health-environment/ article/2131642/why-hong-kongs-ban-ivory-trade-such-big-deal, consulté le 18 juillet 2018. 

8 « The Hong Kong Cultural Heritage List », South China Morning Post, 17 juin 2014 [en ligne], disponible sur : https://www.scmp.com/news/hong-kong/article/1534799/over-500-hong-kong-traditions-must-be-safeguarded-under-un-convention, consulté le 26 juillet 2018.

9 Leisure and Cultural Services Department, « The Intangible Cultural Heritage of Hong Kong. The Representative List » [en ligne], disponible sur : https://www.lcsd.gov.hk/CE/Museum/ICHO/en_US/web/icho/the_representative_list_of_hkich.html, consulté le 26 juillet 2018.

10 Selon certaines croyances, l’ivoire des baguettes permettait de détecter la nourriture empoisonnée. Dès le xvie siècle, les sculpteurs étaient donc très estimés car considérés comme les gardiens de la sécurité de la population et de l’empereur (Fish 1964). Plus récemment, l’utilisation de baguettes en ivoire permet à leurs détenteurs d’afficher leur statut social élevé face à des invités, lors de repas d’affaires notamment.

11 D’après deux entretiens avec une sculptrice et une vendeuse d’ivoire à Hong Kong, les 9 mars et 22 juin 2018.

12 D’après plusieurs entretiens et échanges à Hong Kong et Taipei avec des professionnels de ventes aux enchères, les 17 mars, 13 juillet 2017 et le 10 février 2018 ; avec un marchand d’art ancien le 17 juillet 2017 ; avec une experte en arts d’Asie le 14 février 2019.

13 La durée de gestation d’un éléphant de l’espèce Loxondonta africana est d’environ 21-22 mois (Hildebrandt et al. 2006).

14 D’après un entretien avec un collectionneur d’art et d’ivoires à Hong Kong, le 12 novembre 2017.

15 D’après des observations réalisées le 9 février 2018 et le 12 novembre 2018 à Hong Kong.

16 Dès 2008, Daniel Stiles (un spécialiste de la conservation des éléphants à l’UICN) préconisait de légaliser l’offre internationale d’ivoire, d’interdire les marchés intérieurs et de réduire la demande. Constatant que les deux premières solutions (mises en œuvre dès 1975) n’avaient pas porté leurs fruits, il préconisa aux hommes politiques, aux spécialistes de la conservation des espèces et aux militants de lancer une campagne commune et active, afin de diminuer l’appétence des consommateurs pour l’ivoire. En 2014, il expliqua qu’une telle campagne avait fonctionné en Occident. Voir Daniel Stiles, « Opinion: Can Elephants Survive a Continued Ivory Trade Ban? », A Voice for Elephants, 15 septembre 2014 [en ligne], disponible sur : https://www.academia.edu/8637547/OPINION_
Can_Elephants_Survive_
a_Continued_Ivory_Trade_Ban_By_Daniel_Stiles
, consulté le 19 juillet 2018.

17 D’après plusieurs observations réalisées en septembre et octobre 2018 à Hong Kong.

18 Protection of Endangered Species of Animals and Plants (Amendment) Ordinance 2018, The Government of the Hong Kong Special Administrative Region Gazette.

19 D’après un entretien avec une vendeuse de pinceaux le 19 juin 2018 à Hong Kong (traduction du mandarin au français par l’anthropologue Judith Audin). La fabrication des pinceaux suit une coutume du nord de la Chine voulant que les parents de jeunes enfants leur en offrent en guise de bonne santé, de bonne fortune et d’intelligence. Le pinceau est le symbole du lettré dans la culture chinoise traditionnelle. Le corps sculpté est en ivoire (le bois tend à supplanter progressivement l’ivoire) et les poils sont faits avec des mèches de cheveux de nourrissons, coupées à leur premier anniversaire.

20 En 2014 devant le HKMA, mais également en 2017 devant le Sun Museum à Hong Kong.

21 Entretien du 27 novembre 2018 à Hong Kong.

22 Canton est l’un des centres historiques de sculpture sur ivoire en Chine continentale. Le savoir-faire des artisans a été listé en 2006, au titre de la préservation du patrimoine culturel immatériel national.Voir : 国务院关于公布第一批国家级非物质文化遗产名录的通知 (Guówùyuàn guānyú gōngbù dì yī pī guójiā jí fēi wùzhí wénhuà yíchǎn mínglù de tōngzhī) Avis du Conseil d’État sur la publication de la première liste du patrimoine culturel immatériel national, 30 mai 2006.

23 D’après deux observations, le 27 avril 2017 et le 2 novembre 2018 à Hong Kong.

24 Il s’agit d’un parc à thème comprenant des attractions et un zoo. Les professionnels du parc sont engagés dans des programmes de conservation des espèces et de lutte contre le trafic.

25 D’après un échange avec une assistante de conservation du musée, le 11 septembre 2018 à Hong Kong.

26 En Chine continentale : 国务院办公厅关于有序停止商业性加工销售象牙及制品活动的通知 (Guówùyuàn bàngōng tīng guānyú yǒu xù tíngzhǐ shāngyè xìng jiāgōng xiāoshòu xiàngyá jí zhìpǐn huódòng de tōngzhī), Bureau général du Conseil d’État chargé de la cessation des activités commerciales. Avis à propos de l’arrêt de la vente d’ivoire et de ses produits, 30 décembre 2016. À Taïwan : Enforcement Rules of the Wildlife Conservation Act, Council of Agriculture, 13 août 2018, article 33-3.

27 (Guǎngdōng mínjiān gōngyì bówùguǎn.) Certaines traductions parlent de Folk Craft Museum.

28 D’après des observations faites les 1er, 3 et 4 mars 2018 à Canton et les 31 décembre 2018, 4 janvier et 9 mai 2019 à Taipei.

29 D’après un entretien avec Yu Pei-Chin, Hou Yi-Li (conservatrice associée du département des antiquités) et Yang Fang-Chi (conservatrice assistante) à Taipei le 4 janvier 2019 (traduction du mandarin à l’anglais par Yang Fang-Chi).

30 En effet, des scientifiques ont réussi pour la première fois à séparer les couches d’une boule sans abîmer le tout. Des recherches récentes, documentant la circulation ancienne des techniques de tournage de l’ivoire entre l’Europe et l’Asie, ont également été présentées (Yusi Zhou 2020).

31 Il s’agit d’une société privée états-unienne de promotion des relations, notamment commerciales et culturelles, entre les deux peuples depuis les années 1980. Le bureau principal de Taipei est impliqué dans des activités de défense des intérêts états-uniens, il héberge notamment un service consulaire.

32 D’après un entretien datant du 27 novembre 2018 à Hong Kong. Traduction de l'autrice.

33 Entretien du 10 avril 2019 à Hong Kong.

34 « L’Homme de Lindow » : il s’agit des restes momifiés d’un humain ayant vécu à l’âge du fer, découvert en 1984 dans une tourbière de Lindow Moss (Cheshire, nord-ouest de l’Angleterre).

35 Les 22 et 23 février 2008, le musée du quai Branly – Jacques Chirac a organisé un symposium international au sujet de la conservation et de l’exposition des restes humains dans les musées : « Des collections anatomiques aux objets de culte : conservation et exposition des restes humains dans les musées ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Magasin vendant des objets en ivoire, Hong Kong, années 1960.
Crédits Photo Richard Harrington/Three Lions/Getty Images.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/7278/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Photographie d’une vitrine d’objets en ivoire issus de saisies. Le texte titré Ornament est inscrit de part et d’autre de la vitrine. Endangered Species Resources Centre (AFCD, Sham Shui Po, Kowloon), 2 novembre 2018.
Crédits © Claire Bouillot.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/7278/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Des membres d’associations de protection des éléphants et des animaux organisent une « Marche des éléphants » et manifestent devant le magasin Chinese Arts & Crafts à Tsim Sha Tsui pour demander au gouvernement de Hong Kong de brûler tout son stock d’ivoire confisqué et d’interdire le commerce intérieur de l’ivoire, dans le cadre de la « Marche internationale pour les éléphants », 4 octobre 2013.
Crédits Photo Felix Wong/South China Morning Post via Getty Images.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/7278/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre Photographie de la Galerie 106. La vitrine de la boule « de Canton », objet-phare de la galerie. National Palace Museum (Taipei), le 31 décembre 2018.
Crédits © Claire Bouillot.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/7278/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre Saisie de 569 pièces d’ivoire par les douanes de Hong Kong, 16 novembre 2012 (détail).
Crédits Photo K. Y. Cheng/South China Morning Post via Getty Images.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/7278/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claire Bouillot, « Quand l’ivoire devient gênant. L’exposition de collections d’ivoires dans les musées à Hong Kong, Canton et Taipei »Gradhiva, 36 | 2023, 52-67.

Référence électronique

Claire Bouillot, « Quand l’ivoire devient gênant. L’exposition de collections d’ivoires dans les musées à Hong Kong, Canton et Taipei »Gradhiva [En ligne], 36 | 2023, mis en ligne le 01 novembre 2023, consulté le 25 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/7278 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gradhiva.7278

Haut de page

Auteur

Claire Bouillot

Postdoctorat CERES (ENS / PSL) / CEA
claire.bouillot[at]ens.psl.eu

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search