Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36DossierÉchantillons vivants sur fiches c...

Dossier

Échantillons vivants sur fiches cartonnées. Science coloniale et archives de sang séché des années 1950 à nos jours

Life on paper cards. Colonial science and an archive of dry blood from the 1950s to the present
Ricardo Roque
Traduction de Clotilde Meyer
p. 68-85

Résumés

Cet article explore l’histoire d’une collection de sang humain séché archivée sur fiches cartonnées, depuis ses origines dans la science sérologique coloniale, jusqu’à ses usages dans la génétique contemporaine. Les anthropobiologistes coloniaux des années 1940-1950 ont collecté des milliers d’échantillons de sang séché sur des fiches cartonnées auprès des populations indigènes des colonies portugaises, dans l’intention d’établir une typologie des groupes sanguins et de la diversité raciale. Après la fin de l’empire colonial portugais en 1974, ces collections, désormais considérées comme des archives scientifiques, ont été conservées à Lisbonne. Par la suite, des généticiens ont tenté d’extraire des cartes un ADN asiatique et africain. Cet article, qui se veut une réflexion sur l’histoire de cette collection, examine quelques-unes des questions épistémologiques, politiques et ontologiques complexes soulevées par les usages anciens et récents de ces archives de sang séché sur support papier.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Parmi les travaux fondateurs sur le sujet, voir : Shapin et Schaffer 1985 ; Woolgar et Latour 1986  (...)
  • 2 « Les frontières entre archives et collections (notamment dans les musées, les bibliothèques et les (...)
  • 3 Je développe le concept de transactions ontologiques dans Roque 2022.

1Cet article étudie l’histoire d’une collection coloniale de sang humain séché archivée sur des fiches cartonnées, depuis ses origines dans la science séro-anthropologique jusqu’à ses réusages dans la génétique moderne. Les inscriptions et les supports papier sont un objet classique des études en sciences et technologies1. Dans cette littérature, le papier est généralement appréhendé comme le matériau multifonctionnel sur lequel les scientifiques créent, écrivent, archivent et mobilisent les idées, les catégories, le monde référentiel lui-même, sous la forme d’un texte rédigé à la main, de mots griffonnés, d’images fabriquées mécaniquement ou de toute autre sorte de signes graphiques dessinés, peints ou imprimés. S’il s’inscrit dans cette lignée, le présent article emprunte une voie moins balisée. Nous entendons en effet explorer l’hypothèse d’un papier considéré non plus seulement comme un outil classique d’écriture scientifique, mais aussi comme le lieu même où – et par le truchement duquel – des collections vivantes, biologiques, sont créées, consignées, conservées et archivées en vue d’un usage scientifique futur. Je fais référence à ces cas où des fragments d’animaux vivants, humains ou non-humains (une mèche de cheveux, une goutte de sang), ou encore des éléments naturels vivants (une feuille, une fleur) sont délibérément transformés par les collecteurs scientifiques en échantillons séchés, attachés à ou inscrits dans des feuilles de papier ou des cartes de prélèvement. Ces fragments biologiques séchés en viennent ainsi à constituer un genre d’inscriptions sur papier susceptibles d’être archivées, manipulées et réutilisées au même titre que tout autre document papier, que ce soit en laboratoire ou dans un musée. Sous le régime particulier dont relèvent ces objets scientifiques séchés, le fragment de nature ou l’élément du corps humain collecté devient quasiment consubstantiel à la vie sociomatérielle du papier même. Du fait de cette matérialité commune, le travail scientifique de rédaction (paperwork) rejoint alors le travail scientifique de collecte et d’analyse directe des spécimens (specimen-work). Il nous semble donc pertinent d’appréhender de tels assortiments de bioéchantillons sur papier comme une forme de collection scientifique ou d’archives scientifiques vivantes2. Dans ces recueils hybrides, la frontière entre ce qui relève de la sphère de l’échantillon biologique et ce qui appartient à celle du papier fluctue en permanence ; et de la sorte, la distance entre l’écriture et l’objet matériel paraît presque s’effacer. Les transactions ontologiques qui se jouent entre les éléments ainsi assemblés sont telles que, dans certains cas, ceux-ci peuvent pratiquement fusionner3.

2Les procédures de séchage jouent un rôle important dans cette histoire des collections mêlant papier et échantillons. Le développement des herbiers, qui accompagna partout dans le monde la diffusion de l’histoire naturelle classique à partir du xvie siècle, constitue un exemple paradigmatique remarquable à cet égard. Au xxe siècle, les collections de sang séché sur des cartes de donneur offrent une autre version notable du phénomène, pourtant encore peu étudiée (voir : Roque 2019 ; Bangham 2022). Dans les années 1930 à 1950, les fiches étaient une technologie largement utilisée pour le recueil, l’archivage et la conservation des données relatives aux groupes sanguins ABO : elles prenaient la forme de cartes de donneur individuelles, indiquant le groupe sanguin du donneur ainsi que diverses informations biographiques. D’importants fonds d’archives de telles cartes de donneur furent constitués et utilisés en sérologie comme en génétique, aux débuts de cette dernière discipline. Plus encore : on créa des cartes spécifiques capables de produire les réactions chimiques nécessaires au typage sanguin, en plus de conserver et d’archiver ces classifications ainsi que les données personnelles du donneur. Ces cartes devinrent ainsi un petit écosystème mêlant échantillons biologiques et signes écrits. Les mots et les données chiffrées côtoyaient les gouttes de sang séché pour former des inscriptions aussi simples à archiver que de banales cartes de membre d’entreprise ou de bibliothèque. La transformation du sang frais en taches séchées a permis la formation d’archives combinant support papier et sang humain – archives elles-mêmes propres, comme nous le verrons, à étendre la temporalité des bioéchantillons ainsi collectés du passé jusqu’au futur.

  • 4 Durant le régime de l’Estado Novo (1933-1974), l’Empire colonial portugais comptait toujours de vas (...)
  • 5 Le système Rhésus (Rh) fut également utilisé à une moindre échelle lors des expéditions portugaises (...)

3Nous nous intéressons ici à une collection particulière de cartes de collecte mêlant sang séché et données écrites – environ seize mille cartes –, aujourd’hui conservée au musée national d’Histoire naturelle et des Sciences de l’université de Lisbonne. Cette collection muséale témoigne du lourd passé colonial et raciste du Portugal. Elle est le fruit de l’un des plus vastes projets coloniaux de science des races : les missions anthropologiques coloniales, développées entre 1936 et les années 1960 comme fer de lance de la politique scientifique coloniale de l’Estado Novo, le régime autoritaire, impérialiste et nationaliste qui domina le pays durant une bonne part du xxe siècle4. Les missions consistaient en expéditions de terrain d’inspiration raciologique visant à étudier « les tribus indigènes » ou les « groupes ethniques », spécifiquement dans les colonies portugaises du Mozambique, de l’Angola, de la Guinée-Bissau et du Timor oriental. L’approche mêlait anthropologie physique, archéologie et ethnographie, sous le couvert d’un genre de science des races que les chercheurs portugais nommaient « anthropobiologie » (Correia 1933). L’étude du groupage sanguin selon le système ABO constituait un enjeu important (mais pas le seul) de ces expéditions. Au début du xxe siècle, la découverte de groupes sanguins humains spécifiques, les groupes A, B, AB, et O (internationalement connu sous le nom de système ABO) permit le développement des usages cliniques de la transfusion sanguine, et devint l’une des premières applications connues des principes de l’hérédité mendélienne chez l’humain. Partout dans le monde – y compris au Portugal (Cleminson et Roque 2021) –, les anthropologues eurent tôt fait d’appliquer la classification sanguine à l’étude des races, donnant ainsi naissance à une sous-discipline de l’anthropologie physique : la séro-anthropologie5. C’est dans ce contexte que plusieurs milliers de cartes de sang séché destinées au typage sanguin furent réalisées par les anthropobiologistes portugais dans les colonies. Lesquelles cartes rejoignirent ensuite Lisbonne, où elles constituèrent un précieux fonds d’archives scientifiques pour la communauté des anthropobiologistes, et ce jusqu’à l’aube du xxie siècle.

4Mon intention ici n’est pas d’examiner les idéologies, les imaginaires et les pratiques de terrain associées à ces expéditions coloniales et au recueil des échantillons (voir toutefois Roque 2019 et 2022). Je souhaite plutôt me pencher sur les usages et les réusages scientifiques de ces cartes, en soulignant au passage la dimension intersectionnelle de l’alliage de papier et de sang sur ces documents. Les cartes de collecte, à mon sens, composent des espaces transactionnels où le sang séché, le papier, le texte, tout comme les noms de lieu, d’identité, de langues entrent en contact, jusqu’à parfois se confondre. Leur nature historiquement fluide en tant que collection et archive vivante – jusqu’à leur statut actuel d’échantillon vivant contaminé – provient de cette dynamique transactionnelle. Pour commencer, je présenterai les techniques usuelles de recueil de sang frais et séché, d’interprétation et d’archivage de ces données, dont disposaient les anthropobiologistes coloniaux dans les années 1940 et au début des années 1950. Puis, je m’intéresserai au développement international des cartes de donneur comme outils d’archivage en génétique et en sérologie. Mon hypothèse est que c’est la combinaison des techniques de groupage sanguin avec les outils d’archivage papier qui a permis la constitution de telles collections de cartes de sang séché. L’anthropobiologiste portugais António de Almeida et son équipe ont employé massivement les techniques de groupage sanguin à l’aide de cartes de sang séché, au cours d’études de terrain coloniales menées essentiellement en Angola et au Timor oriental au début des années 1950. Enfin, nous nous pencherons sur l’histoire et la forme des archives biocoloniales d’Almeida : comment ces cartes furent produites, organisées et utilisées dans le cadre d’études séro-anthropologiques ; et comment par la suite les généticiens s’efforcèrent (en vain) d’extraire du papier un ADN asiatique et africain. Nous conclurons par une réflexion sur la question de la contamination des cartes.

La vie éphémère du sang frais en laboratoire

5Les anthropobiologistes portugais et les chefs de ces expéditions coloniales témoignèrent de milliers d’analyses de groupe sanguin réalisées sur des individus de « diverses tribus ». Combien exactement ? Nous en sommes sur ce point réduits à des estimations. Environ 2 000 déterminations de groupe sanguin furent menées au Mozambique ; 1 400 en Guinée-Bissau ; 6 000 en Angola et plus de 7 000 au Timor oriental. De tels chiffres évoquent un énorme travail biopolitique de recueil de sang humain, que seule l’association étroite des anthropologues avec l’appareil du pouvoir, l’administration coloniale portugaise, rendit possible. Une quantité indéterminée de sang humain fut ainsi prélevée – par la force ou sans consentement – sur le corps de personnes indigènes. Mais ces chiffres élevés de groupage sanguin ne doivent pas laisser croire qu’une abondante quantité de sang frais a été recueillie et conservée. Dans le contexte de ces expéditions, jamais du sang frais n’a donné lieu à une collection scientifique. Les échantillons de sang étaient extraits et manipulés par les anthropologues coloniaux seulement quelques minutes, après quoi ils étaient jetés. Le sang frais avait une durée de vie extrêmement éphémère en dehors des corps indigènes, à moins, comme nous le verrons, d’être séché et transformé en inscription sur papier. En somme, dans les années 1940 et au début des années 1950, afin d’être conservé en vue de recherches anthropologiques, le sang humain devait passer de sa forme fraîche à une forme sèche ; il ne pouvait guère perdurer comme collection qu’associé au papier.

  • 6 Je remercie Jenny Bangham pour cette information.

6Les protocoles suivis par les Portugais étaient conformes aux techniques de collecte et de classification sanguines en vigueur dans les années 1940 et au début des années 1950. Le travail de prélèvement sanguin mené par les missions anthropologiques coloniales en vue de la détermination des groupes ABO s’étala entre 1936 et le milieu des années1950. À cette époque, les conditions techniques de prélèvement et de typage sanguins ne plaidaient pas pour la préservation de collections de sang frais. Dans les années 1940, en effet, les technologies de réfrigération étaient parfois employées pour conserver du sang en vue de transfusions, dans un contexte médical. Mais le sang réfrigéré ne convenait pas pour le travail de groupage sanguin, et ce au moins jusqu’à la fin des années 1950. Durant cette période, donc, les groupes sanguins ne pouvaient être établis qu’à partir de sang fraîchement prélevé, car la réfrigération et la congélation avaient pour effet de rompre la membrane des globules rouges. Les collections internationales d’échantillons frais destinés au typage ne commencèrent que lorsqu’on fut en mesure d’analyser les protéines sériques à partir de prélèvements réfrigérés (Bangham 2020 ; Radin 2017)6. Aussi les techniques de réfrigération ne furent-elles pas utilisées lors des expéditions portugaises. Soit que ces techniques n’étaient pas encore maîtrisées, soit que d’autres techniques furent privilégiées, les scientifiques coloniaux recoururent aux techniques de collecte et de typage sanguin usuelles avant 1960. Si divers procédés existaient, ils connaissaient une même contrainte temporelle : la durée de vie éphémère du sang frais en laboratoire.

Une sémiotique des taches de sang

7Les premiers protocoles suivis en laboratoire pour prélever les échantillons et déterminer les groupes sanguins étaient nécessairement des performances brèves en raison de la durée de vie limitée du sang in vitro en tant qu’agent antigénique. Une goutte de sang, une fois sortie de l’organisme humain, ne pouvait conserver longtemps les propriétés du sang in vivo ; on ne pouvait donc la tester de façon fiable en la soumettant à des anticorps qu’immédiatement après le prélèvement. Cela nécessitait des procédés rapides (environ cinq minutes) d’extraction, de manipulation, d’observation et de classification, à l’issue desquels l’échantillon frais était bon à jeter. Par ponction sur le doigt ou l’oreille, ou encore par aspiration à l’aide d’une seringue, on prélevait du sang au sujet concerné pour le déposer sur une lame de verre, un papier ou même un morceau de tissu. Ensuite, l’analyste mélangeait l’échantillon de sang avec des antisérums, c’est-à-dire des substances fabriquées en laboratoire contenant des anticorps anti-A et anti-B. Une goutte de sang mêlée à une goutte d’antisérum et déposée sur la surface d’un troisième objet – comme une lame de verre ou une fiche cartonnée – produisait des marques graphiques : la forme prise par la tache de sang révélait si les cellules sanguines s’agglutinaient ou non. Ce motif de grumeaux ou d’amas sanguins plus ou moins dispersés devait ensuite être interprété et donner lieu à une classification par un technicien compétent, conformément à une taxinomie de phénotypes ABO préexistante. On parvenait ainsi à une conclusion permettant de classer l’individu selon son groupe sanguin. Si les cellules sanguines s’agglutinaient plutôt que de se disperser, cela signifiait que le sang réagissait à l’un des anticorps. Selon l’aspect des taches formées par le mélange de sang et d’antisérum, on déterminait le groupe sanguin concerné (A, B, O ou AB). À ce stade, l’opération de typage sanguin était un procédé d’interprétation visuelle et de classification du phénotype des taches par un observateur formé, avec l’aide de tables et de typologies standard – de façon assez similaire, en réalité, aux anciens paramètres (couleur de peau, forme du nez ou de la tête) sur lesquels s’appuyait l’anthropologie physique classique. Ces tables guidaient la lecture, et limitaient le risque d’une « erreur » de classification due à la subjectivité de l’observateur, une préoccupation méthodologique très importante à cette époque (Lessa 1956 : 299) [Fig. 1].

Fig. 1. Tableau « Identificação internacional de grupos sanguíneos » in Almerindo Lessa, A individualidade biológica do sangue. Importância médica, antropológica e social dos tipos antigénicos.

Fig. 1. Tableau « Identificação internacional de grupos sanguíneos » in Almerindo Lessa, A individualidade biológica do sangue. Importância médica, antropológica e social dos tipos antigénicos.

Porto: Imprensa Portuguesa, 1956, p. 356. Lisbonne, Biblioteca Nacional de Portugal, S.A. 18810 V. António de Almeida et ses équipes sur le terrain utilisaient le même tableau pour la classification des groupes sanguins selon le système ABO dans les colonies.

  • 7 Sur le rôle des images dans l’objectivité scientifique, voir : Daston et Galison 2007. Toutefois, a (...)

8Le moment invasif du prélèvement par saignement visait à extraire la petite quantité de fluide nécessaire à la réaction avec le sérum ; à son tour ce mélange visait à faire apparaître une image permettant une interprétation et une classification immédiates ; cette image, matérialisée par les taches de sang, constituait la preuve objective garantissant la conclusion taxinomique. Les schémas d’isoagglutination formés par le mélange sang-antisérum étaient ainsi appréhendés comme des images, des signes ou une forme de texte attendant un lecteur7. Le sang frais n’était en définitive prélevé que dans la perspective de cette mutation en une image offerte au déchiffrement. Passer du prélèvement sanguin à l’établissement du groupe sanguin impliquait, en somme, une sémiotique de la forme et de la densité des taches de sang qui se dessinaient sur une lame de verre ou un support papier. À cet égard, il est particulièrement significatif que les sérologistes des années 1950 se soient référés au groupage sanguin comme à une activité de « lecture » des taches constituées par le mélange sang-antisérum, ou de « lecture d’épreuves » (les taches étant aussi, précisément, qualifiées d’« épreuves ») [Lessa 1956 : 325-374]. Cette notion de « lecture » est d’autant plus signifiante que les « épreuves » nécessaires au groupage ABO ne pouvaient prendre forme et devenir lisibles que par la médiation d’un troisième élément, comme le papier. Ainsi, contrairement au sang frais (bon à jeter une fois testé), les traces laissées par le sang sur le matériel sérologique préfiguraient la preuve durable du résultat classificatoire obtenu.

9Les images produites par les taches de sang séché possèdent une valeur qui dépasse le moment éphémère du saignement, comme preuve objective d’une certaine classification. Cette importance cruciale de la « lecture » des taches, de la preuve qu’elle constitue dans l’économie de la connaissance du système ABO explique en partie pourquoi les taches de sang séché furent appelées à devenir une forme d’inscription durable, parallèlement aux mots écrits sur les cartes de collecte – filant et matérialisant l’homologie sémiotique entre tache de sang et signe lisible. Ainsi donc, tandis que, comme nous l’avons vu, le sang frais ne durait pas au-delà du temps bref de la réaction et de sa « lecture », la classification une fois obtenue était en revanche consignée et destinée à durer, parallèlement aux données personnelles du donneur, sur support papier. De fait, l’archivage de ces données dans des dossiers papier ou sur des cartes était un élément essentiel de la recherche menée sur les groupes sanguins dans les années 1930-1950. Comme nous allons le montrer, cette ambition d’archivage n’est pas étrangère à l’introduction du sang séché dans le monde du papier.

Archiver les « données relatives aux groupes sanguins » sur des cartes

  • 8 Le papier était de loin le support le plus courant et le plus important pour garder trace des group (...)

10L’institutionnalisation de services nationaux de transfusion sanguine au milieu du xxe siècle est allée de pair avec la création d’une bureaucratie de laboratoire soucieuse de gérer les milliers de résultats recueillis comme autant d’« objets écrits à conserver sur des listes ou des cartes de donneur » (Bangham 2016 et 2020). Les cartes de donneur sont ainsi devenues une technologie de papier courante, polyfonctionnelle et fondamentale dans ces bureaucraties de laboratoire. Elles servaient à consigner et archiver le groupe sanguin du donneur, assorties de données utiles le concernant, comme son nom, son âge, son lieu de naissance, son lieu de résidence ou sa région, ou encore certaines formes de catégorisation ethnique ou raciale8. Ainsi, dans les années 1940-1950, ces cartes étaient devenues aussi essentielles au fonctionnement de cette science des groupes sanguins que les boîtes ou répertoires de fiches l’avaient été à celui du travail administratif ou bureautique dans les établissements modernes, au début du xxe siècle : entreprises, bibliothèques ou même institutions savantes et musées (Krajewski 2011 ; voir aussi : Bert 2017 ; Anderson 2016). Le développement d’archives sous forme de cartes dans les laboratoires scientifiques du xxe siècle – de même que, plus largement, dans les musées et les instituts de recherche – peut ainsi être vu comme un avatar d’une diffusion plus large des répertoires et des catalogues de fiches dans les services administratifs et les bureaux depuis les années 1920. Pour ce qui était des outils et des équipements de gestion des fiches, une bibliothèque et un laboratoire de sérologie étaient potentiellement très similaires (Fig. 2). Ainsi, à l’instar des boîtes à fiches des entreprises, les collections de cartes de groupe sanguin fonctionnaient comme « des machines de papier » (Krajewski 2011), grâce auxquelles le groupe sanguin et les informations personnelles du donneur pouvaient être réorganisées et remaniées par les usagers scientifiques dans leurs laboratoires-bureaux. Les cartes étaient vues comme les dépositaires de chiffres, de catégories et de texte représentant des « données » objectives ; cet ensemble, qualifié de « données relatives au groupe sanguin » – davantage que le sang proprement dit, pour ainsi dire –, était ce qui importait réellement pour l’archivage, la préservation et l’analyse statistique à cette période de l’histoire. Dans quel but de telles archives étaient-elles constituées ? À la fois pour soutenir les efforts de transfusion sanguine, optimiser le contrôle thérapeutique des donneurs, mais aussi déjà pour former des archives scientifiques aux fonctions multiples permettant une variété de (ré)usages scientifiques. De fait, de nombreuses cartes de groupe sanguin créées durant cette période initiale eurent tôt fait de servir diverses spéculations sur les populations humaines, de nature médicale, génétique et anthropologique – raciales y compris (Bangham 2016 : chap. 2 ; Schneider 1995).

Fig. 2. Sur cette photo posée, prise au CEEU (Centro de Estudos de Etnologia do Ultramar) de Lisbonne en 1957, Maria Cecília, la deuxième fille de António de Almeida, manipule un carton avec des photographies de missions anthropologiques ; elle aurait tout aussi bien pu être photographiée avec des fiches d’identification sanguine qui, dans ce centre, étaient conservées dans un autre local.

Fig. 2. Sur cette photo posée, prise au CEEU (Centro de Estudos de Etnologia do Ultramar) de Lisbonne en 1957, Maria Cecília, la deuxième fille de António de Almeida, manipule un carton avec des photographies de missions anthropologiques ; elle aurait tout aussi bien pu être photographiée avec des fiches d’identification sanguine qui, dans ce centre, étaient conservées dans un autre local.

Collection photographique, Instituto de Investigação Científica Tropical (IICT), Université de Lisbonne. Ref. INV. ULisboa_IICT-IICT21939. Avec l’autorisation de MUHNAC/ULisboa.

11Les techniques d’archivage sur support papier étaient ainsi en vogue dans la pratique des laboratoires des années 1940-1950. Les cartes consignaient le groupe sanguin des donneurs comme des données fondées par les prélèvements et offertes au traitement mathématique. Néanmoins, ce régime archivistique était marqué par ce que l’historienne Jenny Bangham (2014) qualifie de « dichotomie entre sang frais et papier sec » : une ligne de rupture qui traverse les études sérologiques jusque vers 1960. Dans ce double régime, le « sang frais » et le « papier sec » tendaient à mener des vies sociales séparées. Comme nous l’avons vu, un échantillon de sang frais était nécessaire durant le bref temps de la réaction suivie de sa « lecture » ; il n’était pas conservé au-delà. En revanche, le résultat de la lecture du groupe sanguin était porteur de valeur pour le futur et, par conséquent, il était consigné et conservé sous forme sèche sur un support papier, d’où la multiplication remarquable des cartes de donneur. Dans ce régime dichotomique, la classification sanguine perdurait, au même titre que les données personnelles du donneur, sur papier sec, contrairement aux échantillons sanguins proprement dits. Ainsi séparées du sang lui-même, les catégories écrites et les données relatives au groupe sanguin ou à la personne du donneur pouvaient être transformées, arrangées, remaniées de diverses façons. Toutefois, cette dichotomie n’était pas une fatalité. En effet, à cette époque, les praticiens comprirent également que des taches de sang séché se prêtaient à la fois à la lecture et à la conservation sur papier, avec un avantage de taille : le sang séché pouvait rejoindre les données personnelles du donneur sous la forme d’inscriptions, sur les mêmes cartes.

Sang séché sur papier-filtre

  • 9 Les « cartes Eldon » sont toujours produites et utilisées de nos jours. Parmi d’autres exemples, ci (...)

12Au cours des années 1950, comme Bangham (2016) le souligne également, de nouveaux procédés papier furent inventés, qui vinrent bouleverser cette dichotomie, en ouvrant la possibilité de transformer le sang frais en une substance sèche inscrite sur les cartes de donneur. Ces « procédés de lecture à sec » connurent différentes variantes, mais dans tous les cas le rôle du papier était essentiel à leur déroulement et à leur efficacité. Les gouttes de sang séché se muaient en image-inscriptions pouvant être lues, conservées, indexées, archivées et manipulées au même titre qu’une simple carte de donneur. Le groupe sanguin, les données personnelles du donneur et les échantillons séchés furent consignés ensemble sur la carte, et donc susceptibles d’un classement type fiche. À la fin des années 1940 et au début des années 1950, la lecture à sec pouvait être réalisée à l’aide de simples cartes de papier-filtre absorbant – procédé, comme nous le verrons, adopté par Almeida lors de ses expéditions. Mais, au milieu des années 1950, des techniques plus sophistiquées furent développées avec des cartes composées de papier préalablement imbibé de réactifs et/ou d’agents de conservation chimiques fabriqués en laboratoire. C’était le cas de ce qu’on appela la « carte Eldon », élaborée vers 1955 par Knud Eldon, avant d’être produite en quantités industrielles pour les besoins de la détermination des groupes sanguins (Eldon 1956). Cette nouvelle technique promettait – non sans controverse (Bangham 2020 : 199-203) – une procédure plus rapide et plus facile de typage sanguin, réalisée à température ambiante directement sur des cartes imprégnées de certains réactifs9. En tout état de cause, que ce soit à l’aide d’un simple papier ou d’un papier préalablement imbibé de produits chimiques, les papiers-filtres devinrent une technologie essentielle et polyvalente parmi les procédures de lecture à sec. Elles se firent à la fois vecteurs des schémas d’isoagglutination ; outils générateurs d’images ; dépositaires d’échantillons biologiques archivés ; banques de données de groupes sanguins et d’informations personnelles sur les donneurs. En somme, ces cartes devenaient des mini-machines de papier destinées à produire, consigner et archiver des groupes sanguins – voire en petite machine temporelle capable, par exemple, de faire voyager une goutte de sang séché du passé colonial jusqu’à quelque incertain futur postcolonial. En effet, comparée au sang frais, la longévité du sang séché dans le monde des laboratoires était bien plus étendue. La durée de vie du sang une fois séché sur papier s’était accrue de façon exponentielle. La technologie du séchage se révéla ainsi un substitut aussi efficace que la congélation pour ce qui était d’assurer une conservation durable à un matériau biologique (Radin 2017).

  • 10 Les méthodes statistiques appliquées aux données relatives aux groupes sanguins à cette époque sont (...)

13Les technologies de lecture à sec eurent un effet supplémentaire : elles permirent la création d’archives papier qui étaient simultanément des archives d’échantillons biologiques. La lecture des cartes mêlait en effet sur le même matériau papier le spécimen (la tache de sang) et la notation du groupe sanguin – à tel point qu’il n’était pas toujours aisé de déterminer où se terminait l’échantillon et où commençait le papier. En résultèrent des fiches qui étaient aussi une collection d’échantillons séchés, ou encore un fonds d’archives au point de rencontre du sang et du papier. Comparable aux plantes séchées collées sur les pages d’un herbier, ce type de collection s’en distingue toutefois en exposant radicalement l’indissociabilité entre le spécimen et le papier. Notons ici que la préservation du sang comme substance organique vivante n’était pas, à mon sens, l’objectif premier des pratiques de collecte sous cette forme d’échantillon séché. Les taches de sang recueillies sur les cartes valaient avant tout comme images lisibles et preuves objectives d’un phénotype sanguin. Elles étaient conservées pour étayer et authentifier la classification sanguine déterminée par l’analyste. En outre, dans les années 1950, les groupes sanguins et les informations relatives aux donneurs étaient au centre d’analyses et de calculs statistiques largement réalisés à la main ; il n’existait aucun traitement biochimique séparé des taches de sang10. En réalité, c’est dans l’optique de mettre ces cartes au service d’études de classification et de répartition raciales et linguistiques que les anthropobiologistes portugais ont recueilli et archivé les échantillons de sang séché sur les cartes de donneur. Nous avons resitué l’usage du sang séché et des cartes de collecte dans les pratiques sociotechniques des sciences sérologiques du milieu du xxe siècle. Tournons-nous à présent vers les formes spécifiques que prirent ces cartes dans les études anthropobiologiques portugaises.

Fig. 3. Hommes et garçons makassai en file pour le prélèvement sanguin à Baucau, Timor oriental, 1953. Photo de Salvador Fernandes. Instituto de Investigação Científica Tropical de Lisbonne.

Fig. 3. Hommes et garçons makassai en file pour le prélèvement sanguin à Baucau, Timor oriental, 1953. Photo de Salvador Fernandes. Instituto de Investigação Científica Tropical de Lisbonne.

Collection photographique (INV. ULISBOA_IICT-MAT26668). Avec l’autorisation de MUHNAC/ULisboa.

Les archives de sang des Missions anthropologiques11

  • 11 Cette partie et les suivantes sont une version abrégée et réécrite de réflexions menées dans Roque (...)
  • 12 Je n’ai pour l’instant trouvé aucun exemple similaire de collections d’échantillons de sang séché r (...)

14Les archives biocoloniales portugaises constituent un exemple remarquable des technologies de collecte de sang séché sur papier buvard appliquées à une vaste échelle dans un contexte colonial12. Elles sont aussi le résultat d’une technique spécifique de lecture des taches de sang séché employée de façon systématique uniquement lors des expéditions menées par António de Almeida, au cours d’études de terrain en Angola, au Timor oriental, à Sao Tomé et à Macau. Contrai-rement à ses homologues au Mozambique et en Guinée (qui, à ma connaissance, s’en tinrent à l’analyse de prélèvements de sang frais), Almeida préféra la détermination sur sang séché. Dans certains cas (Fig. 4), Almeida a collecté et classé lui-même les échantillons de sang. Cependant, de façon générale Almeida confia la réalisation pratique et la supervision de la détermination des groupes sanguins à des subordonnés, des techniciens de terrain portugais, dont certains étaient également administrateurs coloniaux (Roque 2022 : 161-163). Une goutte de sang émanant d’un donneur et une goutte d’antisérum étaient mélangées sur un simple papier-filtre pour déterminer le groupe sanguin : une fois le sang séché, les schémas d’agglutination révélaient le groupe sanguin de la source. La même carte servait aussi à la notation écrite du groupe sanguin de la personne et de ses données personnelles. Ainsi, le sang humain, l’antisérum, le nom des personnes, du village ou du lieu de résidence, le groupe sanguin ou encore le « groupe ethnolinguistique » : tous ces éléments étaient réunis sur un même support papier, formant un matériau biolinguistique composite.

Fig. 4. António de Almeida prélève le sang de “Marindre [?], Reine des Kamaxi” et classe son groupe sanguin sur des fiches cartonnées pendant la mission anthropologique en Angola, 1952.

Fig. 4. António de Almeida prélève le sang de “Marindre [?], Reine des Kamaxi” et classe son groupe sanguin sur des fiches cartonnées pendant la mission anthropologique en Angola, 1952.

Collection photographique, Instituto de Investigação Científica Tropical (IICT), Université de Lisbonne. Ref. UL-IICT-Col. Foto MAA 35478. Avec l’autorisation de MUHNAC/ULisboa.

15Le recours aux cartes permettait de collecter massivement et de déchiffrer rapidement un très grand nombre de prélèvements sur le terrain même, tout en offrant des échantillons aisément transportables et manipulables pour la classification ultérieure en laboratoire ou l’analyse statistique. Telles sont les principales raisons qui poussèrent Almeida à adopter le procédé des cartes de collecte de sang séché. Dans cette perspective, il emporta avec lui dans les colonies des milliers de « cartes Sanotest » ainsi qu’une grande quantité d’antisérums Sanotest, produits et fournis par les Laboratoires Sanitas, une entreprise portugaise fondée à Lisbonne en 1911, et spécialisée depuis lors dans la fabrication de produits pharmaceutiques et d’équipements hospitaliers. Les cartes utilisées dans les colonies portugaises appartenaient à l’univers sociotechnique des technologies d’archivage sur fiche décrites plus haut. En somme, les cartes Sanotest étaient une version rudimentaire des cartes de donneur avec détermination du groupe sanguin, réalisées dans le but explicite de permettre un travail de « classification sanguine » (Fig. 5), parce qu’elles étaient faites d’un papier-filtre ultra-absorbant exempt de toute substance chimique additionnelle. Ainsi, le sang et l’antisérum réagissaient, séchaient et se mêlaient sur un simple papier. António de Almeida appliqua soigneusement cette technique dans ses recherches coloniales. Pour autant, l’idée d’employer cette méthode lors de campagnes coloniales ne venait pas de lui à l’origine. Il privilégia la méthode des cartes sur les conseils du pionnier de l’hématologie portugaise, fondateur et directeur des Services nationaux de transfusion sanguine, le Dr Almerindo Lessa.

De l’hôpital aux colonies

16Dans les années 1940, Lessa était investi de la mission colossale d’organiser les services nationaux de transfusion sanguine au Portugal et dans ses colonies, notamment de mettre en place des méthodes et des protocoles de typage sanguin adéquats. Lessa fut ainsi l’auteur d’une abondante littérature sur les nombreuses et diverses méthodes disponibles, et semble avoir exprimé de l’intérêt pour la lecture à sec comme étant la plus adaptée aux conditions d’un travail de terrain et à un typage mené à large échelle (Fig. 3). Ainsi, en 1944, Lessa (1944 : 368) décrivit-il minutieusement une « technique pour la détermination des groupes sanguins à base de sérum séché sur une carte » (se référant, semble-t-il, au savant soviétique N. I. Blinov). Il plaidait en particulier pour les cartes de papier absorbant, la meilleure méthode selon lui pour recueillir « un grand nombre d’épreuves » en situation de « classification sur le terrain », autrement dit en contexte colonial (Lessa 1956 : 352-353). Lessa s’appuyait également sur l’exemple d’un protocole de lecture à sec développé sur le terrain par le médecin militaire français E. Benhanmou durant la Seconde Guerre mondiale, en Afrique du Nord – protocole que Lessa semble avoir standardisé sur la base de précisions obtenues de Benhanmou lui-même.

17Autre preuve de l’influence de Lessa sur les méthodes d’Almeida : le fait que les cartes coloniales étaient des cartes de donneur classiques provenant des hôpitaux et des services de transfusion portugais, et adaptées pour répondre aux exigences de la science raciale d’Almeida (Fig. 5). Un détail des cartes de collecte coloniales fournit la preuve incontestable de cette parenté, et révèle leurs origines hospitalières. Dans l’espace prévu pour inscrire le nom du médecin ayant réalisé l’échantillon (l’entrée « Dr… »), étaient systématiquement inscrits la langue du sujet observé, son groupe ethnique ou son village de résidence. Ce qui montre comment les anthropobiologistes coloniaux ont adapté la technologie des cartes de collecte conçues dans un but médical à leurs hypothèses et leurs épistémologies racialistes. Parmi les mots qui accompagnaient l’échantillon de sang dans ces assemblages, se trouvaient des noms de groupes linguistiques. Consigner sur ces cartes des personnes, des éléments de leur corps comme autant d’incarnations des catégories abstraites de groupe sanguin, de langue ou d’entités raciales touchait ainsi à des questions théoriques plus vastes. Les groupes linguistiques, sous la forme de noms et d’inscriptions à la micro-échelle de ces cartes de collecte, occupent une place importante dans l’économie de la connaissance des expéditions anthropologiques d’Almeida, car la linguistique jouait un rôle de premier plan dans les théories raciales que ces savants appliquaient aux populations indigènes (Roque 2022).

Fig. 5. Carte de groupe sanguin provenant de la mission anthropologique au Timor de 1953.

Fig. 5. Carte de groupe sanguin provenant de la mission anthropologique au Timor de 1953.

Au dos de chaque carte figuraient des instructions spécifiques pour savoir comment utiliser la carte, obtenir la réaction chimique et la classer. Elles étaient rédigées par les laboratoires Sanitas qui fabriquaient les cartes. Le nom du donneur a été volontairement anonymisé par l’auteur.

Collection anthropologique/échantillons de sang, Instituto de Investigação Científica Tropical (IICT), Université de Lisbonne. Avec l’autorisation de MUHNAC/ULisboa.

Du terrain aux centres de recherche

18Rapportées des colonies, les cartes accédèrent en métropole au statut d’archives scientifiques. À Lisbonne, ces documents devinrent une pierre angulaire de la carrière d’Almeida (comme de celle de sa fille), d’un nouvel institut de recherche et d’une communauté d’anthropo(bio)logistes physiques spécialisés dans l’étude des populations d’outre-mer. En 1955, Almeida fut nommé directeur d’un tout nouveau Centro de Estudos de Etnologia do Ultramar (CEEU) [Centre d’études ethnologiques ultramarines, renommé Centre d’études anthropobiologiques (CEA) en 1962], une organisation associée à la fois à la Escola Superior Colonial (École coloniale supérieure) et au Junta de Investigações Coloniais/do Ultramar (Bureau scientifique colonial/ultramarin) à Lisbonne. Ce centre de recherche fut essentiellement créé dans le but de protéger, conserver et étudier les immenses collections de données réunies au cours des missions d’Almeida. C’était avant tout un laboratoire-musée, où les collections et les données de terrain étaient protégées, classées et analysées par les anthropobiologistes de l’institution.

  • 13 La date d’acquisition de ce meuble (1957) apparaît dans un inventaire, mais nous ne connaissons ni (...)

19Le travail sur les cartes de groupes sanguins démarra immédiatement après la création du centre, d’abord dans des locaux provisoires, puis, finalement, à partir du mois d’avril 1956 (et jusqu’en 2004), dans un grand appartement de location dans le centre de Lisbonne. C’est durant cette période fondatrice que les cartes furent organisées et rangées dans un classeur à fiches en bois. Ce meuble de bureau, semblable aux casiers des bibliothèques ou autres casiers à fiches, fut acquis en 1957, spécifiquement pour le stockage et le classement des cartes de groupes sanguins13. Dans ce meuble, les cartes étaient rangées par tiroirs, eux-mêmes étiquetés selon le nom du territoire colonial concerné ou, parfois, le nom des « groupes ethniques » indigènes ; à l’intérieur de chaque tiroir, elles étaient aussi parfois classées par catégorie raciale ou « groupe ethnique ». Le casier ordonnait en outre les cartes – et donc les sujets indigènes qu’elles représentaient – selon un ordre classificatoire racial et colonial. Aussi peut-on voir dans ce casier la matérialisation miniaturisée d’un imaginaire colonial portugais de l’empire « pluri-racial » : celle d’un tout divisé en multiples groupes raciaux sous domination portugaise blanche – tentative aussi sans doute pour les anthropobiologistes de représenter sous la forme d’un artefact contrôlable les parties « racialisées » qui composaient le « tout » impérial portugais.

20À partir de 1954, les termes « urgence » et « de première importance » apparaissent fréquemment à la fois chez Almeida et chez ses supérieurs institutionnels relativement à l’objectif principal du centre : poursuivre « l’étude statistique des abondantes données méristiques [les données numériques relatives à la morphologie et biométrie physique, les groupes sanguins inclus] collectées auprès des populations indigènes en Angola, au Timor et à Sao Tomé » (Almeida 1955). Almeida fondait son autorité scientifique, et celle de son centre, sur la possession et la poursuite de l’exploitation des données archivées, réaffirmant leur valeur comme preuves de la réussite impériale portugaise et promesses de connaissances futures. Mais, au-delà de ces fantasmes, les résultats concrets tirés de ces données tardaient à se faire connaître. Almeida comptait bien parvenir à des conclusions qui mèneraient à une « charte anthropologique » du Timor oriental et à une étude solide de ceux que l’on appelait les bushmen angolais, mais il ne mena à bien aucun de ces deux projets. Néanmoins, en ce qui concerne plus particulièrement les cartes de collecte de sang, Almeida ne travailla jamais seul. Dès le début, il partagea l’étude des dossiers de typage sanguin avec sa fille, Maria Emília Castro e Almeida, qui finit par prendre en charge l’essentiel du travail statistique.

21À la mort d’Almeida, à Lisbonne, en 1984, sa fille Maria Emília, reprenant le flambeau de ses travaux et visions en anthropobiologie, hérita de la direction du centre et de son attachement jaloux aux cartes de collecte de sang – cet « immense et précieux héritage scientifique », selon ses propres mots, collecté par son père au cours de ses missions ultramarines, et que, en 1994 encore, elle décrivait comme « un trésor scientifique d’une immense valeur, non démentie aujourd’hui » (Castro e Almeida 1994 : 7). Durant trois décennies, jusqu’à son départ à la retraite dans les années 2000, elle conserva la mainmise sur les collections de cartes, indissociables de son identité à la fois scientifique et personnelle. Elle travailla seule et avec beaucoup de zèle à l’analyse et au traitement statistique des cartes, selon une approche séro-anthropologique qui datait au mieux des années 1960. Enfin, en 1982, après une série d’articles isolés et non sans difficulté à trouver un éditeur, elle publia une monographie compilant les résultats de dizaines d’années d’un long et laborieux travail de statistiques sur le typage sanguin ABO au Timor oriental, fondé essentiellement sur les échantillons datant de la période coloniale (Castro e Almeida 1982). Cette monographie était censée être l’œuvre ultime de Castro e Almeida sur les fonds d’archives constitués par les cartes de collecte de sang. Mais le temps qu’elle soit publiée, la situation avait radicalement changé pour l’empire et le type de science qu’il avait jadis soutenu.

À la recherche d’une vie ADN sur papier

22Au début des années 1980, les promesses initiales de la séro-anthropologie étaient considérées comme obsolètes par nombre de spécialistes en biologie humaine ; dès avant les années 1990 elles avaient été supplantées par les études ADN et les méthodes de la génétique et de la génomique modernes. Les années 1970-1980 furent aussi une époque politique tourmentée pour la communauté scientifique des anthropobiologistes portugais. En avril 1974, en effet, une révolution démocratique au Portugal mit enfin un terme à des décennies de dictature fasciste, et un processus rapide de décolonisation s’ensuivit, couronné par la fin de l’empire colonial portugais. En métropole, cependant, l’ancien système colonial de recherche scientifique ne fut réformé que très lentement et très timidement. Le Bureau de recherche scientifique ultramarine (auquel était rattaché le centre d’Almeida) connut une évolution lente et superficielle, pour être finalement renommé Instituto de Investigação Científica Tropical (IICT) [Institut de recherche des sciences tropicales] en 1983. Durant cette période, le Centre d’anthropobiologie parvint à subsister, malgré un manque cruel de personnel et de subsides, sous la forme d’une unité de recherche indépendante, peu à peu marginalisée, jusqu’à mettre fin à ses activités en 2004.

23Après la mort du CEA, les cartes restèrent encore une dizaine d’années en possession de l’IICT. L’institution considérait ces vieilles collections comme un patrimoine historique, témoin d’un passé glorieux, partie intégrante de l’« héritage scientifique » de l’institut – leur inhérente dimension raciste et coloniale étant par ailleurs passée sous silence ou négligée. Quoi qu’il en soit, les cartes subsistèrent en tant qu’archive scientifique, en grande partie grâce au dernier des anthropobiologistes du défunt Centre d’anthropobiologie, Vitor Rosado Marques, toujours en activité dans les années 2000. Entre 2004 et la mort institutionnelle de l’IICT, Marques a entretenu l’ancienne promesse des cartes comme détentrices de biodata – non plus d’une vérité sur les groupes sanguins, mais d’ADN africain ou asiatique potentiellement crucial pour la nouvelle science de la génétique. Dans ce contexte, les cartes de collecte archivées n’étaient plus considérées comme des spécimens séchés porteurs d’informations quant aux phénotypes sanguins, mais comme le réceptacle biotique de matériel ADN, une collection riche d’informations cachées sur les gènes humains. Malgré ce tournant conceptuel, la biovaleur scientifique des cartes demeurait essentielle dans la représentation qui était faite de leur intérêt futur. L’histoire coloniale de la collection ne semblait toujours pas poser de problème éthique.

Une impossible réanimation

  • 14 Ce cas portugais de réusage n’est pas exceptionnel. Il n’est qu’un exemple d’une tendance internati (...)
  • 15 Jorge Rocha, échange personnel (via Zoom), 24 mars 2022.
  • 16 Luís Souto Miranda, échanges personnels, Aveiro, octobre 2015 et janvier 2016.

24Dans les années 2000, plusieurs généticiens portugais extérieurs à l’IICT approchèrent Rosado Marques (qui n’était pas lui-même formé à la génétique) dans la perspective de restaurer l’ADN des taches de sang séché (Fig. 5). Dans ce but, des cartes furent prêtées provisoirement à des laboratoires en Allemagne ou en Slovénie pour subir des analyses ADN. L’on tenta alors d’extraire l’ADN des échantillons en grattant le sang séché sur les cartes14. Cher, difficile, peu fiable : le procédé fut abandonné, et depuis lors aucune autre expérimentation de ce type n’a été menée. Du point de vue des généticiens, les gouttes de sang séché n’étaient pas des vecteurs purs de l’ADN des corps indigènes dont elles avaient originellement été prélevées dans les années 1950. Un ADN africain ou asiatique ne pouvait être restauré à partir du papier car, selon la terminologie génétique, il y avait un problème de « contamination », c’est-à-dire que les vieilles cartes contenaient des segments d’ADN provenant « d’une autre origine ». Le Professor Jorge Rocha, éminent généticien de l’université de Porto, collabora alors avec les chercheurs du Max Planck Institut de Leipzig pour tenter d’extraire l’ADN des cartes, mais il conclut que le papier et le matériau biologique étaient trop mêlés, « trop collés » ; que les sérums qui avaient servi de réactifs avaient eu un effet « très destructeur » sur les échantillons de sang ; pour finir, l’extraction d’ADN échoua. Mêlées aux antisérums, les gouttes de sang séché elles-mêmes étaient devenues un amalgame inextricable d’ADN de nombreuses personnes différentes, quasiment impossible à démêler15. La contamination était aussi le fruit d’anciens protocoles de manipulation et de conditions de stockage « inadéquats », qui avaient « dégradé » les échantillons16. L’histoire sociomatérielle de la collecte et de l’archivage du sang séché sur ces cartes, telle que réalisés par le passé, empêchait manifestement ces échantillons d’être réellement exploitables dans un laboratoire de génétique aujourd’hui. Cette prise de conscience que les cartes de collecte étaient en quelque sorte dans l’incapacité de fournir des traces ADN des peuples indigènes explique en partie leur passage ultérieur du laboratoire au musée. La promesse de fournir aux laboratoires des données génétiques n’ayant pas été tenue, les cartes devinrent une collection muséale, la trace d’un passé historique à la valeur scientifique encore inconnue.

Entrer au musée

25En 2015, le gouvernement portugais décréta la fermeture de l’IICT et l’intégration de son personnel et de ses collections à la plus grande université du pays, l’université de Lisbonne. Le casier à fiches qui accueillait les cartes de collecte fut retiré de la salle où il était entreposé à l’IICT pour être transféré au musée national d’Histoire naturelle et des Sciences de l’université de Lisbonne (MUHNAC), où les cartes sont désormais protégées et conservées. Au musée, elles se virent attribuer une identité biologisée, dès lors qu’elles rejoignirent les collections d’histoire naturelle. Au MUHNAC, les cartes sont actuellement tenues à l’écart du grand public et conservées dans la section « réservée » de zoologie. Elles sont également considérées comme une collection détentrice d’une potentielle valeur liée à l’histoire des sciences portugaises et ses contextes politiques de production. Où l’on retrouve leur condition de vestiges d’un passé qualifié de révolu. Les conservateurs actuels du musée tendent par ailleurs à voir les cartes comme une archive ou collection scientifique dormante, ou désactivée, qui attend d’être restaurée dans sa valeur scientifique occulte par quelque biologiste, généticien, voire par des historiens ou autres chercheurs en sciences sociales, comme moi-même. C’est dans cette perspective que la conservation matérielle de ces cartes de collecte se poursuit. Pourtant, il semble que cette muséification révèle aussi une nouvelle dichotomie dans les cartes : celle qui sépare sang séché et données écrites. Comme dans beaucoup d’autres musées, l’information écrite consignée sur papier est d’une façon ou d’une autre reproduite et transférée dans des bases de données numériques (Beltrame 2016). Ce faisant, les mots sont traités séparément des cartes, du support papier sur lequel ils ont été produits ; traités séparément aussi de l’échantillon de sang. Aussi les cartes de collecte ne sont-elles plus le médiateur unique de l’ensemble sang-données. Les taches de sang séché ne se trouvent que sur le papier, tandis que les mots et le texte sont présents à la fois sur le papier et dans sa nouvelle réplique numérique. Réarchivés numériquement, les mots présents sur les anciennes cartes de collecte coloniales peuvent ainsi poursuivre leur route vers de nouveaux voyages épistémiques sur disque dur. Inversement, le sang séché, déclaré contaminé, demeure inscrit dans la matière papier.

Conclusion : vivre (avec) les contaminations

26Dans les années 1950, les cartes de sang séché pour typage sanguin avaient la préférence des anthropobiologistes coloniaux en raison de leur facilité d’usage pour une collecte de grande ampleur, de leur transportabilité et des avantages du support papier en matière d’archivages et de statistiques. Mais, du point de vue des généticiens des années 2000, les mêmes méthodes détériorent les échantillons, trop lourdement « contaminés » pour se prêter à une analyse fiable. Dès lors, les échantillons auraient pu être mis de côté et renvoyés à leur condition de quasi-déchet contaminé, et pourtant, l’on continua de mettre en avant leur potentiel scientifique comme traces d’anciennes populations indigènes pures et authentiques. Où l’on voit que l’étiquette de contamination génétique est prisonnière du même fantasme de pureté biologique qui a longtemps dominé les imaginaires scientifiques coloniaux et racialistes. En outre, à mon sens, cette étiquette rejoue, bien qu’en négatif, le chronotope colonial des cartes comme voies d’accès privilégiées à un passé bioethnique primitif de « peuples indigènes ». Cela dit, paradoxalement, la classification des échantillons coloniaux comme « contaminés » ouvre enfin la voie à une analyse critique d’un tout autre ordre, celle de la dimension postcoloniale des archives sanguines. Car, si les cartes de collecte sont aujourd’hui considérées comme une collection biologiquement contaminée, c’est en grande partie parce que, des décennies durant, elles ont été en contact intime et permanent avec leurs principaux usagers humains : les collecteurs coloniaux et les anthropobiologistes de Lisbonne.

27Les cartes de collecte sont devenues le réceptacle de biodata de toutes les personnes entrées en contact avec elles, y compris des corps des scientifiques coloniaux. En tant que telles, elles ne sont plus seulement des échantillons de populations indigènes, mais aussi les biotraces vivantes d’une certaine science et d’un certain biopouvoir. Les empreintes génétiques de scientifiques et d’indigènes, provenant de différentes époques et de différents lieux, cohabitent sur les cartes. Sur ces fiches soi-disant contaminées, l’ADN indigène est indissociable de celui des scientifiques coloniaux. Des fragments d’ADN d’Almeida et des techniciens coloniaux chargés des prélèvements dans les années 1950 ; de Castro e Almeida dans les années 1960 ; de Rosado Marques dans les années 2000 ; et d’autres usagers inconnus (y compris, peut-être, des généticiens ou de moi-même) ; et enfin d’une multitude de personnes indigènes (pour la plupart certainement disparues aujourd’hui) dans les années 1940 et 1950 ont tous contribué à l’élaboration matérielle des échantillons. Le parcours social du fonds d’archives constitué par les cartes a transformé le sang séché qu’il contenait en une biobanque toute différente. Il a transformé la nature biologique de ces archives papier, métamorphosant les cartes en biotraces de leur propre historicité coloniale et postcoloniale. Cette coexistence ontologique conflictuelle d’époques et de traces humaines diverses constitue peut-être une ultime, bien que silencieuse, mutation des chronotopes coloniaux des cartes. De façon résiliente, les cartes renvoient dans leur existence même aux déséquilibres coloniaux et aux constructions racialisées qui ont présidé à leur création. Mais au cours de leur existence, elles sont aussi devenues les coproductrices d’une cohabitation d’époques et de peuples supposés exister séparément. Aussi ces cartes de typage sanguin semblent-elles aujourd’hui configurer un infime « faire-monde sémiotique-relationnel », pour citer librement Donna J. Haraway (2016 : 12-13), dans lequel « des partenaires ontologiquement hétérogènes » – le collecteur et le collecté – en viennent à vivre ensemble et « devenir-ensemble ».

  • 17 Luísa M. Pereira, échange personnel, Lisbonne, 27 avril 2022.
  • 18 Les cartes FTA (brevetées par le fabricant de papier Whatman) sont des cartes de papier-filtre trai (...)
  • 19 Le Laboratório de Genética Aplicada de l’université d’Aveiro, au Portugal, possède une collection d (...)

28À mon sens, « vivre avec » cette troublante vie contaminée sur papier passe par la reconnaissance de temporalités opposées, d’ontologies conflictuelles et de traces biologiques multiples inscrites et coexistant sur les cartes, en tension permanente. Aucune de ces considérations, cependant, n’a pour l’instant remis en cause le statut actuel des cartes d’abord comme spécimens scientifiques puis comme objets muséaux. Leur « biovaleur éthique » (Kowal 2013) relative à leur passé colonial a jusque-là été totalement occultée, ou en tout cas pas encore soulignée. Les avis critiques renvoyant à leurs délicates origines dans le contexte d’un racisme colonial et scientifique sont lents à émerger – et nous espérons, par nos travaux historiques, contribuer à un tel réexamen. Au Portugal comme ailleurs, toutefois, le thème de la restitution s’invite dans les débats, accompagnant une prise de conscience croissante, au sein du public, de l’héritage colonial et raciste de l’époque impériale. Il est probable que, aujourd’hui, les tentatives d’extraction d’ADN sur les cartes n’auraient pas été menées avec autant de légèreté et d’évidence que dans les années 2000. Dans la génétique actuelle, l’importance du consentement éclairé, la stricte attention portée aux règles éthiques relatives au recyclage d’échantillons biocoloniaux prélevés abusivement rendent la réexploitation de ce type de collections coloniales moins probables ou, du moins, plus controversée (voir par exemple : Kowal et Radin 2015 ; Gere 2017). À cet égard, certains généticiens portugais refuseraient purement et simplement aujourd’hui d’approfondir l’étude de la collection de cartes d’Almeida en raison de son passé colonial éthiquement peu correct17. Pour autant, le refus ou la réticence à utiliser ces documents coloniaux ne met pas un terme à l’histoire des cartes comme collections vivantes. Depuis les années 2000, la trousse à outils génomique s’est dotée de nouvelles technologies en matière de cartes de prélèvement. Des formes sophistiquées de cartes imprégnées de produits chimiques – notamment les cartes dites FTA (Flinders Technology Associates)18 – sont fabriquées et vendues massivement, et largement utilisées dans le monde entier pour prélever et archiver des échantillons de sang séché ou de salive en vue d’analyses génétiques. D’ailleurs, les mêmes généticiens portugais qui avaient tenté d’extraire des échantillons d’ADN des vieux prélèvements d’Almeida recourent aujourd’hui aux nouvelles cartes FTA pour extraire, transporter, et conserver de nouvelles collections de biospécimens séchés. Dans certains cas, cela a conduit à la création d’archives de laboratoire constituées de cartes FTA porteuses d’échantillons sanguins de peuples indigènes d’anciennes colonies portugaises19. L’histoire critique des cartes de prélèvement comme collection vivante n’est donc pas terminée. Elle ne fait que commencer.

Je remercie Serge Reubi et Mélanie Roustan, qui ont dirigé ce numéro spécial, ainsi que Marta Lourenço, directrice du MUHNAC, et les relecteurs anonymes de Gradhiva, pour leurs remarques précieuses sur une précédente version du texte. Merci également à Maira Muchnik et Catarina Mateus pour leur aide incommensurable dans la préparation de cet article. Enfin, cette recherche a bénéficié des ressources du PRISC (Portuguese Research Infrastructure of Scientific Collections).

Haut de page

Bibliographie

Almeida, António (de)

1955 « Letter to Director of ISEU, 22 March 1955 », Arquivo Histórico do IICT-Universidade de Lisboa, Processo 437 : Centro de Estudos de Etnologia do Ultramar, t. 1 (1948-1958).

Anderson, Warwick.

2016 « Afterword: Following Racial Paper Trails », in Alexandra Widmer et Veronika Lipphardt (dir.), Health and Difference: Rendering Human Variation in Colonial Engagements. New York, Berghahn Books : 224-231.

Bangham, Jenny

2016 « Blood, Paper, and Total Human Genetic Diversity », Limn 4 [en ligne], disponible sur : https://limn.it/articles/blood-paper-and-total-human-genetic-diversity/ (consulté le 11/03/2023).

2020 Blood Relations: Transfusion and the Making of Human Genetics. Chicago, University of Chicago Press.

2022 « New Meanings in the Archive: Privacy, Technological Change and the Status of Sources », Berichte zur Wissenschaftsgeschichte 45 : 285-523.

Beltrame, Tiziana N.

2016 « Creating New Connections: Objects, People, and Digital Data at the Musée du Quai Branly », Anuac 4 (2) : 106-129.

Bert, Jean-François

2017 Une histoire de la fiche érudite. Villeurbanne, Presses de l’Enssib.

Castro e Almeida, Maria Emília

1982 Estudo Serológico dos Grupos Etnolinguísticos de Timor-Díli. Sistema (ABO). Lisboa, Instituto de Investigação Científica Tropical/Junta de Investigações do Ultramar.

1994 « Prefácio », in António de Almeida, O Oriente de Expressão Portuguesa. Lisbonne, Fundação Oriente : 7-8.

Cleminson, Richard et Roque, Ricardo

2021 « Imagining the “Biochemical Race”: Sero-Anthropology and Concepts of Racial Purity in Portugal (1900s-1950s) », European History Quarterly 51 (3) : 355-385.

Correia, António Mendes

1933 Introdução ao Estudo da Antropobiologia. Coimbra, Imprensa da Universidade de Coimbra.

Daston, Lorraine

2017 « Introduction: Third Nature », in Lorraine Daston (dir.), Science in the Archives: Pasts, Presents, Futures. Chicago, University of Chicago Press : 1-16.

Daston, Lorraine et Galison, Peter

2007 Objectivity. New York, Zone Books.

Eldon, Knud

1956 « Experience With ABO and Rh Blood-Grouping Cards (Eldon Cards) », The British Medical Journal 2 (5003) : 1218-1220.

Gere, Cathy

2017 « Evolutionary Genetics and the Politics of the Human Archive », in Lorraine Daston (dir.), Science in the Archives: Pasts, Presents, Futures. Chicago, University of Chicago Press : 203-221.

Haraway, Donna J.

2016 Staying With the Trouble: Making Kin in the Chthulucene. Durham, Duke University Press.

Kowal, Emma et Radin, Johanna

2015 « Indigenous Blood and Ethical Regimes in the United States and Australia since the 1960s », American Ethnologist 42 (4) : 749-765.

Kowal, Emma

2013 « Orphan DNA: Indigenous Samples, Ethical Biovalue, and Post-colonial Science », Social Studies of Science 43 (4) : 577-597.

Krajewski, Markus

2011 Paper Machines: About Cards & Catalogs, 1548-1929. Cambridge (MA), MIT Press.

Jardine, Boris

2017 « State of the Field: Paper Tools », Studies in History and Philosophy of Science Part A (64) : 53-63.

Latour, Bruno

1999 Pandora’s Hope: Essays on the Reality of Science Studies. Cambridge (MA), Harvard University Press.

Lessa, Almerindo

1944 Dadores de Sangue. Organisação Civica e Laboratório. Lisbonne/Barcelone, Livraria Luso-Espanhola.

1956 A individualidade biológica do sangue: Importância médica, antropológica e social dos tipos antigénicos. Porto, Imprensa Portuguesa.

Mazumdar, Pauline

1990 « Blood and Soil: The Serology of the Aryan Racial State », Bulletin of the History of Medicine 64 : 187-219.

Mitchell, Timothy (dir.)

1998 Inscribing Science: Texts and the Materiality of Communication. Stanford, Stanford University Press.

Mukharji, Projit B.

2022 Brown Skins, White Coats: Race Science in India, 1920-66. Chicago, University of Chicago Press.

Radin, Johanna

2017 Life on Ice: A History of New Uses for Cold Blood. Chicago, University of Chicago Press.

Rheinberger, Hans-Jörg

2003 « Scrips and Scribbles », MLN 118 (3) : 622-636.

Roque, Ricardo

2019 « The Blood that Remains: Card Collections from the Colonial Anthropological Missions », British Journal for the History of Science – Themes (BJHS : Themes) 4 : 29-53.

2022 « Bleeding Languages: Blood Types and Linguistic Groups in the Timor Anthropological Mission », Current Anthropology 63 (2) : 158-184.

Schneider, William

1995 « Blood-group Research in Great Britain, France, and the United States Between the World Wars », American Journal of Physical Anthropology 38 : 87-114.

Shapin, Steven et Schaffer, Simon

1985 Leviathan and the Air-Pump: Hobbes, Boyle, and the Experimental Life. Princeton, Princeton University Press.

Silverman, Rachel

2000 « The Blood Group “Fad” in Post-War Racial Anthropology », Kroeber Anthropological Society Papers 84 : 11-27.

Sok, Pagna, Lupo, Philip J., Richard Melissa A. et al

2020 « Utilization of Archived Neonatal Dried Blood Spots for Genome-wide Genotyping », Plos One 15 (2) [en ligne], disponible sur: https://doi.org/10.1371/journal.pone.0229352 (consulté le 11/03/2023).

Woolgar, Steve et Latour, Bruno

1986 [1979] Laboratory Life: The Construction of Scientific Facts. Princeton, Princeton University Press.

Haut de page

Notes

1 Parmi les travaux fondateurs sur le sujet, voir : Shapin et Schaffer 1985 ; Woolgar et Latour 1986 ; Mitchell 1998 ; Latour 1999 : 24-80 ; Rheinberger 2003 ; Jardine 2017 propose une synthèse très complète.

2 « Les frontières entre archives et collections (notamment dans les musées, les bibliothèques et les banques de données) sont historiquement fluides » (Daston 2017 : 5). La trajectoire des cartes de typage sanguin évoquée ici est à mon sens représentative d’une telle fluidité. Leur qualité mouvante de bioéchantillons, archives papier et/ou de spécimens et leur passage du terrain au centre de recherche, au laboratoire et finalement au musée n’obéit pas à une distinction rigide et évidente entre les deux notions.

3 Je développe le concept de transactions ontologiques dans Roque 2022.

4 Durant le régime de l’Estado Novo (1933-1974), l’Empire colonial portugais comptait toujours de vastes territoires en Afrique (Angola et Mozambique), ainsi que des possessions disséminées en Asie (Timor oriental, Goa, Macau) et en Afrique de l’Ouest (Sao Tomé, les îles du Cap-Vert, la Guinée-Bissau).

5 Le système Rhésus (Rh) fut également utilisé à une moindre échelle lors des expéditions portugaises, mais ne donna pas lieu à des collections de cartes de collecte. La recherche historique en sérologie raciale ou séro-anthropologie sur cette période est désormais abondante (voir par exemple : Mazumdar 1990 ; Schneider 1995 ; Silverman 2000 ; Mukharji 2022).

6 Je remercie Jenny Bangham pour cette information.

7 Sur le rôle des images dans l’objectivité scientifique, voir : Daston et Galison 2007. Toutefois, autant que sur la production « mécanique » d’une image, la sémiotique décrite ici pour la détermination du groupe sanguin repose sur un travail subjectif, qui s’appuie notamment sur la compétence visuelle et le jugement éclairé de l’observateur. Je remercie Serge Reubi pour cette remarque.

8 Le papier était de loin le support le plus courant et le plus important pour garder trace des groupes sanguins, mais il n’était pas le seul. L’on expérimenta par exemple de tatouer le groupe sanguin sur la peau du donneur (Lessa 1956 : 354-355).

9 Les « cartes Eldon » sont toujours produites et utilisées de nos jours. Parmi d’autres exemples, citons les « cartes Guthrie », utilisées dans les hôpitaux publics depuis les années 1960 pour les tests néonataux, après prélèvement d’un goutte de sang sur le talon des nourrissons.

10 Les méthodes statistiques appliquées aux données relatives aux groupes sanguins à cette époque sont une dimension importante de cette histoire, sur laquelle toutefois je ne puis m’attarder ici (voir : Bangham 2020).

11 Cette partie et les suivantes sont une version abrégée et réécrite de réflexions menées dans Roque 2019 et 2022 : 161-164.

12 Je n’ai pour l’instant trouvé aucun exemple similaire de collections d’échantillons de sang séché réalisées à large échelle en contexte colonial. Cela s’explique probablement par la longévité singulière, après-guerre, de l’Empire colonial portugais et de sa science des races coloniale. Il n’est pas exclu, toutefois, qu’en poursuivant les recherches, l’on découvre d’autres situations comparables.

13 La date d’acquisition de ce meuble (1957) apparaît dans un inventaire, mais nous ne connaissons ni son facteur ni son commanditaire.

14 Ce cas portugais de réusage n’est pas exceptionnel. Il n’est qu’un exemple d’une tendance internationale plus large de la part des généticiens à réexploiter et réaffecter d’anciennes biocollections et archives. Concernant les archives de sang séché en particulier, une comparaison directe peut être faite avec le réusage génétique des cartes de Guthrie (voir par exemple : Sok et al 2020).

15 Jorge Rocha, échange personnel (via Zoom), 24 mars 2022.

16 Luís Souto Miranda, échanges personnels, Aveiro, octobre 2015 et janvier 2016.

17 Luísa M. Pereira, échange personnel, Lisbonne, 27 avril 2022.

18 Les cartes FTA (brevetées par le fabricant de papier Whatman) sont des cartes de papier-filtre traitées chimiquement pour la collecte, la conservation et le transport d’échantillons biologiques en vue d’analyses ADN et ARN.

19 Le Laboratório de Genética Aplicada de l’université d’Aveiro, au Portugal, possède une collection de cartes FTA porteuse d’échantillons prélevés au Timor oriental dans les années 2000.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Tableau « Identificação internacional de grupos sanguíneos » in Almerindo Lessa, A individualidade biológica do sangue. Importância médica, antropológica e social dos tipos antigénicos.
Légende Porto: Imprensa Portuguesa, 1956, p. 356. Lisbonne, Biblioteca Nacional de Portugal, S.A. 18810 V. António de Almeida et ses équipes sur le terrain utilisaient le même tableau pour la classification des groupes sanguins selon le système ABO dans les colonies.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/7338/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Fig. 2. Sur cette photo posée, prise au CEEU (Centro de Estudos de Etnologia do Ultramar) de Lisbonne en 1957, Maria Cecília, la deuxième fille de António de Almeida, manipule un carton avec des photographies de missions anthropologiques ; elle aurait tout aussi bien pu être photographiée avec des fiches d’identification sanguine qui, dans ce centre, étaient conservées dans un autre local.
Crédits Collection photographique, Instituto de Investigação Científica Tropical (IICT), Université de Lisbonne. Ref. INV. ULisboa_IICT-IICT21939. Avec l’autorisation de MUHNAC/ULisboa.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/7338/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Fig. 3. Hommes et garçons makassai en file pour le prélèvement sanguin à Baucau, Timor oriental, 1953. Photo de Salvador Fernandes. Instituto de Investigação Científica Tropical de Lisbonne.
Crédits Collection photographique (INV. ULISBOA_IICT-MAT26668). Avec l’autorisation de MUHNAC/ULisboa.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/7338/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Titre Fig. 4. António de Almeida prélève le sang de “Marindre [?], Reine des Kamaxi” et classe son groupe sanguin sur des fiches cartonnées pendant la mission anthropologique en Angola, 1952.
Crédits Collection photographique, Instituto de Investigação Científica Tropical (IICT), Université de Lisbonne. Ref. UL-IICT-Col. Foto MAA 35478. Avec l’autorisation de MUHNAC/ULisboa.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/7338/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Fig. 5. Carte de groupe sanguin provenant de la mission anthropologique au Timor de 1953.
Légende Au dos de chaque carte figuraient des instructions spécifiques pour savoir comment utiliser la carte, obtenir la réaction chimique et la classer. Elles étaient rédigées par les laboratoires Sanitas qui fabriquaient les cartes. Le nom du donneur a été volontairement anonymisé par l’auteur.
Crédits Collection anthropologique/échantillons de sang, Instituto de Investigação Científica Tropical (IICT), Université de Lisbonne. Avec l’autorisation de MUHNAC/ULisboa.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/7338/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ricardo Roque, « Échantillons vivants sur fiches cartonnées. Science coloniale et archives de sang séché des années 1950 à nos jours »Gradhiva, 36 | 2023, 68-85.

Référence électronique

Ricardo Roque, « Échantillons vivants sur fiches cartonnées. Science coloniale et archives de sang séché des années 1950 à nos jours »Gradhiva [En ligne], 36 | 2023, mis en ligne le 01 novembre 2023, consulté le 25 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/7338 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gradhiva.7338

Haut de page

Auteur

Ricardo Roque

Institut de sciences sociales, Université de Lisbonne
ricardo.roque[at]ics.ulisboa.pt

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search