Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Dossier(Dé)chiffrer l’animal sauvage. De...

Dossier

(Dé)chiffrer l’animal sauvage. De l’administration numérique des collections vivantes en parcs zoologiques

(Re)assessing wild animals. On the digital administration of living collections in zoological gardens
Mélanie Roustan
p. 86-107

Résumés

Entre « pensionnaires » et « détenus », les animaux de zoo sont administrés par une pluralité de logiques de collection, de hiérarchisation du vivant et de représentation de la nature. Certains sont les descendants d’une époque où le goût pour l’exotique présidait au choix des spécimens. D’autres, ou les mêmes, ressortent des listes officielles des espèces menacées, qui indiquent une valeur de raréfaction relative et structurent la politique de conservation de la faune sauvage légitimant aujourd’hui l’existence des zoos. L’article se fonde sur une enquête ethnographique menée au Parc zoologique de Paris. Les inventaires et registres y guident, comme au musée, l’action des professionnels. à une échelle élargie, les bases de données mutualisées régissent les populations captives : déplacements et appariements – parfois « euthanasies » en fonction des patrimoines génétiques. Ainsi, numérisation, encodage et décodage des animaux sauvages se répondent.

Haut de page

Texte intégral

L’ordre, c’est à la fois ce qui se donne dans les choses comme leur loi intérieure, le réseau secret selon lequel elles se regardent en quelque sorte les unes les autres et ce qui n’existe qu’à travers la grille d’un regard, d’une attention, d’un langage ; et c’est seulement dans les cases blanches de ce quadrillage qu’il se manifeste en profondeur comme déjà là, attendant en silence le moment d’être énoncé.
(Foucault, 1999 [1966] ; 11)

1Les parcs zoologiques contemporains mettent en scène des fragments de nature ouverts à des expériences de visite « immersives », îlots d’écosystèmes perdus ou rêvés pour des visiteurs en mal de voyage. Institutions culturelles de la nature entrées pleinement dans le paradigme de la conservation de la biodiversité, elles administrent aujourd’hui des collections vivantes requalifiées en échantillons de faune sauvage et archives de la biodiversité menacée. Les animaux, oscillant entre le statut de pensionnaires et celui de détenus, y sont régis par une pluralité de logiques de collection, alliant perspectives touristique et patrimoniale, fonctionnement muséal, éthique animale et sciences du vivant. Certains des spécimens conservés sont les descendants d’une époque où l’attrait pour l’extraordinaire et le goût pour l’exotique présidaient au choix des espèces présentées, dans un contexte colonial et extractiviste qui envisageait territoires et peuples colonisés comme des ressources à exploiter – faune, flore et humains renvoyant à l’idée de nature sauvage. Aujourd’hui, les listes officielles des espèces menacées mesurent la raréfaction relative de la biodiversité et structurent discours, normes et dispositifs de conservation. Ce contexte légitime l’existence (la persistance) de ces institutions et organise leur fonctionnement, par ailleurs soumis aux nouveaux standards du bien-être animal. Les bases de données mutualisées sont au cœur de l’administration de ces « populations captives », instruments de gestion des déplacements et appariements, des naissances et des morts, au sein de collections vivantes dont la conservation dépend de la reproduction. Dénombrement et numérisation se renforcent, du comptage des survivants en milieu naturel à la démultiplication des individus en captivité, de l’encodage des spécimens au zoo à la gestion numérique des populations, jusqu’aux perspectives de déchiffrage du vivant offertes par l’identification génétique. L’imaginaire aussi bien que l’administration des animaux de zoo s’en trouvent transformés, impliquant désormais la traçabilité et le contrôle des populations captives, la veille sanitaire et le soin, une somme de gestes concrets et quotidiens pratiqués sur les corps de ces « pensionnaires » aussi bien que sur leurs doublures numériques. Quelles sont les modalités du pouvoir exercé sur les animaux au zoo ? Sur quelles valeurs s’appuie-t-il ? Sous quelles formes idéelles se manifeste-t-il et comment matérialise-t-il son emprise sur les corps ? Quels sont les outils et technologies de ses dispositifs ? Comment les collections vivantes des parcs zoologiques peuvent-elles être « numérisées » ? Cet article se fonde sur une enquête ethnographique menée au Parc zoologique de Paris entre 2015 et 2021.

Imag(inair)es numériques au zoo

  • 1 Que l’on songe aux « albums en Kodachrome » de Tristes Tropiques, « chétive sorcellerie » qui subst (...)

2À première vue, les pratiques numériques au zoo sont d’abord celles des visiteurs qui (se) photographient sans relâche (avec) les animaux. Ces usages touristiques et narcissiques des images du sauvage procèdent d’une économie ancienne et mondialisée de représentations de la nature et de littératures de voyage, et pourraient être rapprochés, pour reprendre les termes de Victor Segalen, d’une forme de « prostitution de l’exotisme » (Segalen 1999 [1978]). Mettant en scène une faune lointaine (relativement à l’Europe) au sein de territoires apparemment non anthropisés, comme autant d’espaces vierges à conquérir, ces représentations puisent et se régénèrent dans une imagerie populaire – récits d’explorateurs et peintures de paysages, cartes postales coloniales et affiches de propagande, publicités urbaines et albums illustrés1 – que les zoos, tel le Parc zoologique de Paris, ont contribué à renforcer à travers l’héritage de la muséographie naturaliste de Carl Hagenbeck : leurs fossés et leurs faux rochers offrent aux visiteurs des perspectives profondes, un sentiment du sauvage et une illusion de liberté (Baratay et Hardouin-Fugier 1998).

Paysage zoographique. Parc zoologique de Paris, juillet 2014.

Paysage zoographique. Parc zoologique de Paris, juillet 2014.

Photo © Antoine Jeanne.

Entre photomontage et image virtuelle, pour la campagne publicitaire d’ouverture du Parc zoologique de Paris en 2014.

Entre photomontage et image virtuelle, pour la campagne publicitaire d’ouverture du Parc zoologique de Paris en 2014.

L’architecture et le paysage du Parc zoologique ont été conçus par Bernard Tschumi Architects avec Véronique Descharrières, Jacqueline Osty Associés (paysage et urbanisme). Merci à Véronique Descharrières et Bernard Tschumi Architects, New York.

© Artefactory.

  • 2 Le chiffre de 700 millions de visiteurs annuels à l’échelle mondiale a été estimé par la World Asso (...)

3Ces clichés alliant au zoo nature sauvage et altérité (Rothfels 2002), véhiculés par un fort travail de scénographie et de paysagement, sont recherchés, reconnus et recréés par les publics et, selon un principe de renforcement mutuel, mobilisés aussi par les services de communication des établissements. Ils jouent sur l’ambiguïté de lieux quasi fictifs, espaces de mise en scène de la nature et de récit du sauvage, où les animaux se trouvent « nantis d’un territoire imaginaire, ambassadeurs des pays lointains » (Cousin-Davallon et Davallon 1986 : 91) et finalement ramenés à des corps en mouvement animant des images en trompe-l’œil. Les zoos appartiennent ainsi en deux sens au domaine de la représentation animale : comme art du spectacle vivant, s’affiliant aux mondes forains et aux expositions universelles, mais aussi à l’univers du théâtre et au travail de la scène (Estebanez 2011) ; comme composition paysagère s’inscrivant dans une histoire (occidentale) du regard et des images de la nature. Destinations de visite parmi les plus fréquentées au monde2, les zoos bénéficient aujourd’hui de la démultiplication des moyens de communication et des technologies de l’information, qui n’ont de cesse de réinventer, de réactiver et de faire circuler ce bestiaire à l’impensé impérialiste – colonial et capitaliste (Berland 2019). De façon symptomatique, toutes les campagnes d’affichage du Parc zoologique de Paris depuis sa réouverture en 2014 ont eu recours à des créations graphiques ou à des photomontages, images modifiées d’univers artificiels entre créations artistiques et science-fiction, comme autant de « mondes factices » (Déléage 2023) à fantasmer. L’articulation entre monde numérique au zoo et collections animales vivantes peut ainsi d’abord s’envisager, comme pour tout monument, site ou exposition, en termes d’économie médiatique, d’industrie culturelle et d’imagerie touristique (Kishenblatt-Gimblett 1998).

  • 3 On peut penser également, pour le versant littéraire, au Zoo de Rome de Pascal Janovjak, paru en 20 (...)
  • 4 Au Parc zoologique de Paris, l’enclos des lions est pourvu d’un rocher artificiel équipé d’un chauf (...)

4Dans cet univers d’images produites et reproduites dans les zoos, les rares indices de présence humaine procèdent souvent d’un primitivisme persistant (la case « africaine » en étant le parangon) quand les traces de pollution ou de dégradation des écosystèmes y sont indécelables, alors même que ces institutions se placent aujourd’hui du côté de l’éducation à l’environnement (Gallay-Keller 2019). Cette esthétique du vivant non anthropisé y relaie – paradoxalement ? – un discours de sensibilisation à l’idée d’une « nature en danger » qui traverse aujourd’hui les mondes scientifiques (Vidal et Dias 2016)3. La nostalgie n’y est pas étrangère, elle revitalise ; car toujours le ressort patrimonial fait regretter la perte et s’appuyer sur les « derniers » (représentants avant l’extinction) pour l’instituer en culture – comme Daniel Fabre avait travaillé à le thématiser (Fabre 2008 ; Adell 2016 ; Debaene 2016 ; Sagnes et Voisenat 2021). Devant le rhinocéros survivant dans son enclos, face au lion sur son rocher chauffant4, près du paresseux vulnérable accroché aux poutrelles de la serre, s’active pour les visiteurs un lien vers un passé idéalisé, qui n’a jamais existé mais sert de modèle d’avenir pour une possible conservation du sauvage, à la fois extérieur aux humains et sous leur contrôle, sous leur regard. En tant qu’institution culturelle de la nature, le zoo se rapproche de « l’uchronie muséale » qui rêve d’exister hors du temps (Deloche 2010), en protégeant les « restes » pour parvenir à oublier ce qui a été perdu (Debary 2019). Mais en tant que conservatoire du vivant, son dessein le projette dans un monde futur à la nature restaurée, réinventée.

  • 5 Ma traduction de « The exhibitionary complex ». Dans une version abrégée publiée en français en 201 (...)

5Pris pour ce qu’ils donnent à voir aux publics de spectacles de l’exotique, de la nature et du sauvage, les zoos se prêtent à une approche en termes sémiologiques ou d’histoire culturelle (Mullan et Marvin 1987 ; Grazian 2015). Cependant, par leur entreprise de muséaliser des animaux vivants, ils peuvent aussi s’envisager comme des « complexes expositionnaires5 » (Bennett 1988) tout à fait spécifiques, exportables et adaptables (Bondaz 2014), où s’exercent à la fois la dureté particulière de la mise en exposition qui s’assimile à une captivité (Pouillard 2015) et la violence de la mise en collection. Celle-ci est toujours appropriation et ordonnancement du monde (Bennett et al. 2017 ; Daugeron et Le Goff 2014), acte de pouvoir et pratique de savoir (Juhé-Beaulaton et Leblan 2018), mais au zoo elle devient biopolitique, par l’administration des populations et le gouvernement de la vie (Braverman 2012, 2015).

Le tournant conservationniste des zoos

  • 6 Pour une discussion critique sur une genèse antique de l’histoire des zoos qui remonterait aux coll (...)

6Les zoos fonctionnent aujourd’hui comme des musées – et sont d’ailleurs officiellement considérés comme tels par l’International Council of Museums (Icom) –, tout en se présentant comme des acteurs de la sauvegarde de la faune sauvage, lieux de « conservation ex situ » (par opposition et complémentarité aux réserves naturelles pour la « conservation in situ »). S’ils apparaissent à présent comme des institutions patrimoniales, scientifiques et culturelles dédiées à la protection d’un échantillon de biodiversité, il s’agit là d’une reformulation de leurs missions. Le collectionnisme animal est antérieur aux politiques de conservation qui guident aujourd’hui les zoos (Baratay et Hardouin-Fugier 1998)6. Jusqu’au milieu du xxe siècle, les collections vivantes des parcs zoologiques n’étaient pas pensées sous l’angle de la conservation, mais le plus souvent de l’exposition, et parfois de l’acclimatation et de l’étude. La mortalité était très haute et les spécimens étaient remplacés régulièrement : le stock paraissait illimité, les individus étaient considérés comme interchangeables et la sensibilité sociale à la souffrance animale peu aiguisée (Pouillard 2019). Aujourd’hui, l’inversion de la perception de la nature (de la prodigalité à la finitude) et de la faune sauvage (de menaçante à menacée), ainsi que la transformation des sensibilités à leur endroit complexifient la donne pour les animaux de zoo. Leur valeur scientifique et patrimoniale tient à leur statut de (derniers) représentants de leur espèce, susceptibles de la prolonger : à la fois mémoires et témoins d’un passé, voire archives d’une histoire révolue, et conservatoires vivants, ils sont donc aussi espoirs et potentialités à venir. Ils sont davantage considérés en tant qu’êtres sensibles, voire en tant qu’individus, et le bien-être animal – entre savoirs éthologiques et éthique animaliste – a intégré les standards de la conception des zoos et de leur fonctionnement.

  • 7 La Convention on International Trade in Endangered Species on Wild Flora and Fauna (Cites), dite «  (...)
  • 8 Il reste possible d’acheter en animalerie ou d’acquérir chez un producteur, un éleveur ou un collec (...)

7Pour ce qui concerne les animaux de zoo, à mesure que la gestion des collections vivantes a épousé la notion de conservation plutôt que d’être tournée uniquement vers l’exposition, l’acclimatation ou la participation aux sciences naturalistes, est venu s’ajouter à l’enjeu de représentation celui de reproduction : non seulement symbolique – comme capacité à reconduire des images mentales susceptibles d’être reconnues –, mais également littérale – comme double capacité à maintenir le groupe en multipliant les individus, et à le faire en conservant la fidélité au caractère sauvage de l’espèce. En effet, au tournant des années 1980, les zoos, encouragés (ou contraints) par la mise en place de politiques internationales environnementales, notamment de mesures de protection de la faune sauvage7, se sont investis d’une mission de conservation (de cette dernière) qui a profondément transformé leurs méthodes de collectionnement – la « collecte » ayant été proscrite et le commerce strictement régulé. Le marché devenu illégal, requalifié en trafic pour les espèces protégées par les conventions internationales, la plupart des animaux de zoo8 ne pouvaient plus dès lors être ni achetés, ni vendus, ni « prélevés dans la nature » – selon une formulation trompeuse qui suggérait autrefois facilité d’accès et gratuité de l’approvisionnement mais recouvrait en réalité une transaction marchande correspondant à la rémunération de chasseurs-collecteurs ou d’intermédiaires revendeurs (Baratay et Hardouin-Fugier 1998 ; Rothfels 2002 ; Pouillard 2019). Le maintien et le renouvellement des collections se sont réorientés vers des politiques de reproduction des « populations captives ». Des instances de coordination internationale telles que la European Association of Zoos and Aquarias (Eaza), dont le Parc zoologique de Paris est aujourd’hui membre, se sont mises en place pour piloter des « programmes d’élevage », dits EEP (de l’anglais Eaza Ex-situ Program, autrefois European Endangered Species Programme) ou ESB (pour European StudBook), inspirés du monde des chevaux de course ou des chiens de race (avec les pedigrees). Ils fonctionnent par espèce ou sous-espèce animale, avec les TAG (Taxon Advisory Group) qui offrent une vue d’ensemble sur les collections des différents zoos et sont coordonnés par un responsable qui organise les échanges entre établissements et oriente les stratégies de reproduction. Dans ce contexte de pénurie relative des approvisionnements – redoublé par la prise de conscience de la raréfaction de la faune sauvage et la reconnaissance d’une sensibilité animale, l’aptitude des animaux captifs à rester en vie, en bonne santé et à se reproduire est venue se placer au centre des préoccupations du zoo du xxie siècle.

Roger Henrard, Le Parc zoologique de Paris (zoo de Vincennes) et le Grand Rocher. Paris, 12e, et Saint-Mandé.

Roger Henrard, Le Parc zoologique de Paris (zoo de Vincennes) et le Grand Rocher. Paris, 12e, et Saint-Mandé.

© Droits réservés. Photo © Paris Musées, musée Carnavalet, PH344-006455, Dist. RMN-Grand Palais / image ville de Paris.

Dénombrement des populations, numérisation des collections

8Les zoos se retrouvent ainsi institutions culturelles, patrimoniales et scientifiques de la nature, à la croisée des mondes muséaux et des sciences de la conservation (de la biodiversité), mais aussi de la zootechnie des élevages. En tant que tels, ils reposent à la fois sur des dispositifs concrets et des outils abstraits d’administration des populations et de gestion des collections. La transformation des animaux de zoo en spécimens de faune sauvage, objets de musée et échantillons de biodiversité, se joue à la fois dans l’espace réel de leur contention-exhibition, qui certes produit des images mais discipline aussi des « corps dociles » (Foucault 1993 [1975] : 159-99) dans le contexte de surveillance-bienveillance propre au zoo contemporain, et dans l’espace idéel de leur administration comme collections-populations, qui est de plus en plus souvent également un espace « virtuel », au sens d’un déploiement de technologies de l’information et de la communication.

9Le chargé de collections Reptiles, amphibiens et invertébrés du Parc zoologique de Paris, lorsqu’il évoque « la gestion de collection » (lors d’une discussion en mai 2017), explique que « c’est d’abord la gestion physique des animaux au quotidien, donc leur assurer un milieu de vie optimal », pour ajouter ensuite « et puis la gestion numérique, quoi ! La gestion vraiment de la population ». Sa formulation est bivalente, qui pourrait renvoyer aussi bien au versant informatisé du travail de conservation de la collection qu’au souci littéral de maintien ou d’accroissement de son volume.

10La numérisation a profondément modifié les « textures matérielles de l’accumulation » (Beltrame et Jungen 2013) dans les musées, archives et bibliothèques, et du même coup, transformé la production des savoirs (Jolly 2001) et les métiers scientifiques du patrimoine (Roustan 2016a, 2016b). Les parcs zoologiques sont concernés par ce mouvement. La numérisation n’y est, aujourd’hui, pas tant la « digitalisation » des collections remplaçant des objets par des images, que la gestion numérique des informations sur les fonds ou issues des fonds, qui participe du mouvement plus large de « dataification de la nature » dans les muséums (Nadim 2021). Au point de rencontre entre musées et sciences de la conservation, les zoos semblent hériter de leur goût commun pour la liste, instrument clé de tout processus patrimonial, depuis l’objectivation de la raréfaction jusqu’à la gestion de l’accumulation. Indice d’un tropisme comptable autant que d’un souci du dénombrement, la liste traverse les institutions du patrimoine culturel ou naturel. Dans les musées, l’inventaire, le catalogage, le registre répondent aussi bien aux besoins de classement qu’aux exigences de comptage, et, de plus en plus, aux attendus de transparence et de traçabilité de la part des institutions. En écho, la tendance au listage et à la quantification semble constitutive des outils épistémiques, politiques et administratifs de conservation de la biodiversité, qui s’appuient sur des procédures scientifiques et réglementaires reposant sur des logiques de dénombrement : mesurer la diversité, chiffrer les populations, évaluer la gravité et hiérarchiser les urgences. La normalisation y est intense. Aujourd’hui la liste a cédé le pas ou se combine à la base de données, qui en démultiplie les potentialités. La quantification constitue une réponse à la rareté (des spécimens, des espaces) et la numérisation une réponse à la quantité (des informations).

11Au Parc zoologique de Paris, les collections vivantes sont ainsi gérées à partir de bases de données plus ou moins connectées entre elles, où s’articulent quatre échelons des logiques professionnelles à l’œuvre : « l’individu », c’est-à-dire le spécimen dans sa singularité et son épaisseur biographique ; la « collection vivante », constituée des individus conservés par un établissement ; la « population captive », expression usitée pour désigner l’ensemble des collections d’une même espèce détenues en parcs zoologiques, géré de façon mutualisée par un seul responsable en charge de la politique de conservation ; et enfin « l’espèce », catégorie scientifique de référence et principe d’identification dominant des animaux en contexte naturaliste. Ces bases de données – et donc ces collections vivantes – sont régies par une multitude de listes : celles des espèces relevant de la faune sauvage protégée par la réglementation internationale et dont le commerce est interdit ou encadré (Cites et IUCN) ; celles qui bénéficient d’un programme d’élevage au niveau européen (Eaza) ; celles, dites « non domestiques », pour lesquelles la législation française exige un « certificat de capacité » ; celles considérées comme « dangereuses », dont la détention nécessite des autorisations et déclarations particulières… Ces bases de données agissent aussi comme des modes de reconnaissance mutuelle des institutions légitimes du champ, un processus renforcé par les exigences d’interconnexion et d’interopérabilité logicielle des supports.

12Les systèmes de légitimation ont évolué mais la valorisation de la rareté est demeurée au cœur des pratiques de collection et d’exposition animales. Pendant longtemps, ces dernières ont procédé d’un rassemblement d’exemplaires dont la rareté et l’intérêt étaient liés à une origine éloignée et un approvisionnement difficile – leur déplacement créant de la valeur, symbolique, marchande, scientifique ou patrimoniale. Peu à peu, à mesure que les sensibilités se sont transformées, l’indice de rareté s’est déplacé de la difficulté à capturer un animal et à le rapporter vivant à la capacité à le maintenir en vie en captivité et en dehors de son milieu, puis, à présent, à la possibilité de prouver scientifiquement sa proximité au sauvage tout en démontrant les aptitudes légales et légitimes, mais aussi techniques et technologiques, à le détenir. La valorisation des spécimens se cale en effet aujourd’hui sur l’institutionnalisation de la raréfaction de certaines espèces et la réglementation drastique de leur commerce et de leur détention, dans le cadre des politiques internationales de conservation de la biodiversité. Elle se soumet en outre à une complexe administration numérique des populations captives.

13Dans le contexte des collections vivantes du Parc zoologique de Paris, saturé du point de vue normatif, un poste à temps plein est consacré au suivi administrativo-juridique des animaux, à sa dimension bureaucratique et en particulier à la gestion des bases de données : c’est le métier de registraire.

Il faut s’occuper de la base de données internationale qui nous sert à enregistrer les collections : ZIMS, pour Zoological International Management System […], ça s’est modernisé et c’est en ligne maintenant – avant, c’était sur les postes. […] Dès qu’un animal arrive, forcément, il a ses papiers et d’autant plus de papiers qu’il est réglementé ! Par exemple, là, je sais qu’il va nous rentrer du pécari, c’est une espèce Cites-annexe I, la plus strictement réglementée, il faut obligatoirement un permis pour faire venir, donc il faut que je me renseigne à l’avance… […] Vous faites attention surtout bien à la législation et après, avec toute la documentation, on commence à rentrer les animaux dans la base de données. Il faut aussi attribuer un numéro d’inventaire, donc ça, c’est moi qui le donne mais ça suit une logique par rapport au Muséum parce que ça va intégrer, quand même, les collections vivantes du Muséum.
(Registraire, juillet 2017).

14L’arrivée d’un animal – son entrée en collection – constitue au zoo comme au musée un tournant patrimonial dans sa biographie (Bonnot 2002) assimilable à un « rite de passage » (Julien et Rosselin 2005). Elle correspond à un ensemble complexe de procédures techniques et administratives et d’actions sur la matérialité (des corps, en l’occurrence) qui en assurent la transformation.

Vies sous contrôle, contrôle sur la vie

  • 9 « L’imprégnation » (ou « empreinte ») est un phénomène observé par Konrad Lorenz dès 1935 sur des o (...)

15À la gestion numérique des collections, répondent le numérotage des individus puis l’encodage des animaux. Dans les musées, archives et bibliothèques, les étiquettes et les cotes indiquent et matérialisent ce chiffrement de chaque élément du fonds, aujourd’hui porté par les codes-barres qui ajoutent une traçabilité. Le numérotage est devenu numérique, au musée comme au zoo. Pour les collections vivantes, il s’agit de poser des « transpondeurs » sous-cutanés. Ces dispositifs technologiques stockent et déposent toutes les données relatives à un animal, envisagé comme individu et objet de collection, dans des puces électroniques insérées dans les corps – et non plus à leur surface comme le faisaient le tatouage ou l’étiquette. Connectés, ils peuvent être mis à jour ou délivrer de nouvelles informations, en étant reliés aux bases de données patrimoniales et scientifiques gérées par leurs curateurs. Le « puçage » des animaux est une conséquence physique de ce mode d’administration des savoirs et des collections, fondé sur l’information partagée. Plus qu’un dénombrement anonyme, il s’agit d’une gestion comptable et numérisée des populations animales captives, qui nécessite une identification des individus. Ici, c’est moins le chiffre global qui compte que l’identification numérique de chaque représentant, pour l’administration raisonnée et efficace d’un patrimoine authentifié et inventorié, fondée sur la transparence et la traçabilité des collections. Si les relations entre humains (soigneurs, chargés de collection, vétérinaires) et animaux au zoo ne sont pas exemptes d’affects et d’attachements au quotidien – malgré les figures repoussoirs de la domestication, de l’apprivoisement ou de l’imprégnation9 –, la gestion des collections est placée sous le signe de la rationalité, de la mise en information et en informatique des animaux. Ces derniers ont des doubles dématérialisés, des avatars numériques qui reconduisent leurs existences physiques, se surajoutent à leurs trajectoires bien réelles, les contraignent ou s’y adjoignent littéralement en se « rematérialisant » sous la forme de puces électroniques sous-cutanées.

  • 10 Notons toutefois des formes de résistance animale : tenter de s’échapper, s’automutiler, se laisser (...)
  • 11 Il est notable que, jusqu’alors tout du moins, aucun algorithme ou intelligence artificielle ne rég (...)

16Les animaux du zoo, mis en collection vivants, semblent sous total contrôle humain10 : par le pouvoir exercé sur leurs corps en action (discipline de la captivité et contraintes de l’exposition) ou sur leurs corps physiologiques (transpondeurs sous-cutanés, médication, procréation médicalement assistée) ; par les décisions opérées sur leurs existences (déplacements, composition des groupes, stratégies de reproduction, « euthanasies »). Ces décisions se nouent dans les bases de données, qui administrent les collections vivantes du zoo, et les relient aux autres collections du même établissement ainsi qu’aux populations captives des mêmes espèces d’autres établissements. Aucune de ces entités – « collection vivante », « population captive » – ne signale un collectif réel (se) partageant un territoire, animal ou hybride, ni même une communauté virtuelle dont les membres pourraient interagir par voie dématérialisée. Mais chacune désigne un ensemble de congénères aux destins liés par un système de gestion informatisée, un ensemble artificiellement conjoint d’individus réunis au sein d’une base de données, dont la proximité n’est pas celles de corps dans un enclos mais celle de lignes dans un tableau. Pourtant, leurs lieux et conditions de vie – et parfois leur maintien en vie – se décident pour partie dans cet espace abstrait. L’outil numérique, entre des mains humaines11, est l’instrument d’un savoir-pouvoir qui détermine en retour les biographies animales, notamment sur les plans social et sexuel.

17En effet, dans le contexte normatif contemporain des zoos, la conservation des collections vivantes au sens strict, c’est-à-dire son maintien en vie et en volume, ne connaît plus que deux possibilités : le renouvellement des générations et les échanges entre établissements. La patrimonialisation des animaux de zoo et leur administration ajoutent ainsi aux conséquences de la mise en collection les besoins de l’élevage, puisque – c’est l’aporie des collections vivantes – les éléments qui la composent doivent être reproduits pour être conservés. Les collections vivantes sont des cheptels que les établissements s’attellent à (faire se) reproduire pour les conserver – car le vivant se meurt et la collection, pour ainsi dire, s’autodétruit, annihilant du même coup les espoirs de réintroduction dans la nature qui constituent toujours un horizon au zoo.

Oiseaux « en liberté » dans la Grande Serre de la « biozone Amazonie-Guyane ». Parc zoologique de Paris, avril 2015.

Oiseaux « en liberté » dans la Grande Serre de la « biozone Amazonie-Guyane ». Parc zoologique de Paris, avril 2015.

© Mélanie Roustan.

18L’obsession pour le chiffre devient alors celui des naissances, avec un abondant « carnet rose » mis en valeur par les services de communication. À la sortie du confinement printanier de 2020 lié à la crise sanitaire, le site Internet du Parc zoologique de Paris, à sa réouverture, propose comme accroche : « 62 petits à découvrir ». Puis détaille :

La vie ne s’est pas arrêtée au Parc zoologique de Paris pendant ces trois mois de fermeture ! Pendant toute la durée du confinement, les équipes animalières se sont relayées pour prendre soin des animaux. Ce ne sont pas moins de 35 naissances d’oiseaux et 27 naissances de mammifères qui ont récompensé cet engagement quotidien. Ainsi, jeunes suricates, babouins de Guinée, makis catta, oryx algazelles, manchots de Humboldt, sakis à face blanche ou encore roussettes paillées sont nés depuis le début de l’année et visibles du public. Ces nombreuses naissances, qui feront le bonheur des visiteurs, permettent également de renforcer le rôle du Parc dans la conservation des espèces, acteur incontournable d’une biodiversité à protéger.

19Le message se termine par une invite : « Et si vous veniez rencontrer ces nouveaux pensionnaires ? » suivie d’un lien pour acheter en ligne ses billets12. L’arrivée d’une progéniture constitue une victoire pour les équipes et un point d’attraction pour les visiteurs. La présence de petits vient conforter l’institution dans le bien-fondé de sa mission de conservation et neutraliser ou adoucir la question soulevée par la détention en captivité et l’exhibition de faune sauvage, d’autant que la reproduction est communément considérée comme un signe voire une preuve de bien-être animal. En revanche, les actions sur les corps animaux qui sont parfois nécessitées par ce but, telles les techniques et technologies de la procréation médicalement assistée, comme les stimulations hormonales ou les « électroéjaculations », sont vues comme un mal pour un bien, le centre de gravité des sciences de la conservation tendant à se situer au niveau de l’espèce ou de la population captive, plutôt qu’au niveau de l’individu.

  • 13 De ce point de vue, les collections vivantes des parcs zoologiques, en contexte contemporain, appar (...)

20Ce type de dilemme qui demande d’arbitrer entre l’intérêt du groupe et celui d’un animal en particulier traverse également les problématiques liées à la mort dans les zoos. Il redouble la question du sacrifice de l’ensemble pour la sauvegarde scientifique de l’échantillon (comme en archéologie, où la fouille détruit). Ces différents enjeux mettent en cause, en filigrane, l’idée répandue de la prévalence de la perpétuation de l’espèce sur la survie de l’institution. De façon plus prosaïque, bien que portés par une esthétique du vivant et une éthique de la vie, l’établissement parisien et ses équipes se trouvent également confrontés quasi quotidiennement aux morts de leurs « pensionnaires ». Certaines sont « naturelles » et les questions qu’elles posent concernent, plus que le sort des individus, celui de leurs dépouilles et de la poursuite, ou non, de leur « vie » en collection : seront-elles envoyées à l’étude, à l’équarrissage ou à la taxidermie, traitées en matériel, en résidus ou en reliques ? D’autres morts sont au contraire provoquées. Des animaux arrivant en fin de vie, atteints de pathologies graves souvent liées à leur exceptionnelle longévité en captivité, bénéficient, au nom du bien-être animal, d’un abrégement de leurs souffrances via une euthanasie médicalisée, qui fait souvent suite à un traitement lui-même médicalisé mais qu’on ne veut pas voir se transformer en acharnement thérapeutique – dans une rhétorique proche des problématiques humaines. Toutefois, dans le contexte des zoos, le recours au terme d’« euthanasie » ne renvoie pas toujours et seulement à cet usage éthique. Il est employé de façon élargie – et controversée – pour désigner des mises à mort de spécimens en bonne santé. On parle alors également d’abattages. Il s’agit de choisir quelles décisions prendre face aux éventuels « surplus » de la « production en captivité », les animaux « qui sont en trop dans les parcs et dont on ne sait pas quoi faire, parce que tout le monde en a trop » (soigneuse, mai 2018). Certains spécimens deviennent en effet « surnuméraires » au vu des critères et contraintes de la conservation des collections. Quand les zoos manquent de place, quand le nombre des animaux dépasse les objectifs fixés par les instances internationales de régulation des populations captives, quand ceux-ci font « doublons » avec d’autres spécimens13 ou ne présentent que peu de valeur patrimoniale aux yeux de la politique de sauvegarde des espèces menacées… Que faire avec les populations en surnombre qui ne peuvent être relâchées, faute de milieux naturels ? Que faire avec les spécimens hybrides, qui ne peuvent être exposés pour représenter une espèce, ni maintenir viable une population captive ? Mal nés, au mauvais moment, au mauvais endroit, ou avec le mauvais patrimoine génétique, ne représentant pas la bonne espèce ou alors une espèce déjà trop représentée, certains animaux apparaissent excédentaires, embarrassants, presque superflus. Ils ne parviennent pas à intégrer de plein droit le périmètre de la conservation de la biodiversité ex situ. Il arrive que les recommandations des coordinateurs européens pour l’espèce ou la sous-espèce concernée, chacune d’elles ayant un référent européen, aillent dans le sens d’une élimination. Toutefois, « les recommandations d’euthanasie restent quand même exceptionnelles », et la décision finale appartenant à l’établissement en charge des collections, certains zoos, tel le Parc zoologique de Paris, s’y refusent :

Nous, ici, ce n’est pas notre politique du tout… le vétérinaire n’aurait jamais accepté. On a même récupéré des individus qui devaient être euthanasiés dans d’autres parcs ! […] On ne va pas les euthanasier parce qu’ils ne nous servent à rien… enfin, ce n’est pas notre rôle. […] Il y a des gens qui se battent vraiment pour dire : « Il faut préserver nos individus et pas nos espèces. »
(Soigneuse, mai 2018)

21Malgré une biopolitique de l’institution visant à « déconnecter la naissance de la mort, afin de mettre en valeur son rôle social de conservation des espèces » (Estebanez 2019), l’évitement des situations éthiquement problématiques de mise à mort d’individus sains passe aussi par une maîtrise, en amont, des politiques de natalité. Ainsi, au Parc zoologique de Paris, pour telle espèce, « on a réussi à jouer de la contraception, quand on commençait à voir qu’on était dans le rouge » (directeur scientifique et vétérinaire, mai 2018) ; pour telle autre, « si je ne veux pas qu’il y ait de surplus, j’évite la reproduction, donc je fais des groupes unisexes ou alors si j’ai des œufs, je détruis les œufs » (chargé de collection Reptiles, amphibiens et invertébrés, mai 2017).

La collection, espace fini de la captivité animale

22Lorsque l’économie de la rareté s’exprime, chez les publics, par un goût pour les spécimens exceptionnels du fait du caractère extraordinaire de leur morphologie ou de la vulnérabilité de leur espèce dans la nature, elle se matérialise, du côté des professionnels, par la recherche d’espaces disponibles où loger les arrivants (nouveau-nés ou nouveaux venus au zoo) et, dans un autre registre et presque à l’opposé, par la quête de reproducteurs susceptibles de renouveler la population captive. La gestion des stocks (d’enclos, d’animaux) apparaît alors cruciale. À l’échelon de l’établissement, politiques de contrôle des naissances et des morts constituent des modalités de réponse au problème de l’espace fini de la captivité animale – une alternative repose sur les transferts entre zoos, susceptibles d’apporter du « sang neuf » aussi bien que de libérer des espaces saturés.

23Une partie de l’activité des chargés de collection peut ainsi être rapprochée de celle d’une agence matrimoniale ou de placement, surtout s’ils ou elles sont aussi coordinateurs d’un TAG, autrement dit référents européens pour l’espèce, comme le curateur des primates du Parc zoologique de Paris.

L’idée d’avoir cette base de données au niveau population, avec toutes les infos – idéalement les données génétiques –, c’est de délivrer chaque année des recommandations : « Vous avez une jeune femelle qui, l’année prochaine, va se reproduire », « Vous avez un mâle qui est intéressant, donc vous envoyez la femelle là-bas » et « Vous, est-ce que vous pouvez recevoir la femelle ? », « Non, parce qu’on a déjà un groupe de reproducteurs et on a déjà deux mâles, et donc on n’a pas la place pour un troisième groupe. Donc, soit tu nous places les deux mâles ailleurs, soit on ne peut pas prendre la femelle là-bas ». Donc là, moi, j’appelle un autre zoo et je dis : « Est-ce que vous avez la place pour deux mâles ? »… « Nous, oui, on a la place mais on veut un groupe reproducteur parce qu’on veut avoir des bébés », « OK, prenez les deux mâles et après, dans deux ans peut-être, je vous envoie une femelle »…
(Chargé de collection Primates, avril 2018)

24Un jeu de chaises musicales s’organise entre établissements, une biopolitique de la circulation des vivants. Les animaux à haute valeur ajoutée (par leur capital sympathie auprès des publics ou par leur capital génétique) y constituent des atouts. En revanche, les « surnuméraires », pas assez rares et trop équivalents entre eux, peinent à trouver preneurs.

Ce n’est pas facile de caser un babouin… ça prend du temps, des années, ça prend beaucoup de bureaucratie… […] Tout le monde a trop de babouins. Les établissements ne sont pas disponibles pour en récupérer et les animaux se reproduisent très bien en captivité, même trop bien ! […] Le contraste est que dans la nature, la situation est délicate parce qu’il y a plusieurs populations qui sont fortement menacées.
(Chargé de collection Primates, mai 2017)

25L’intérêt d’un animal sur ce mercato des zoos semble avant tout dépendre de ses caractères génétiques : de sa conformité à l’espèce ou sous-espèce qu’il est censé représenter, et de sa singularité relativement au groupe déjà détenu.

Quand je dis « un individu intéressant », c’est génétiquement… Si ses gènes sont moins représentés dans la population. Si j’ai un babouin qui était seul avec trente femelles qui ont un bébé chaque année, il y a plein de bébés qui ont ces gènes-là. Si à côté, tu as un mâle qui était isolé dès qu’il était petit et qui vient de… enfin, si sa mère et son père étaient… sauvages… il n’y a aucune trace de ces gènes-là dans la population, donc là, lui, il est intéressant.
(Chargé de collection Primates, avril 2018)

26Les mouvements d’animaux entre établissements sont gouvernés par l’exigence de la diversité génétique nécessaire à la survie d’un groupe. De ce point de vue, l’accueil des « saisies en douane », animaux issus du trafic de faune sauvage, constitue aujourd’hui, de façon tragiquement ironique, « encore un moyen de récupérer des animaux du milieu sauvage » (directeur scientifique et vétérinaire, mai 2018), seule source légale et légitime de « sang neuf » pour les espèces protégées et conservées en zoos.

Nourrissage des manchots au Parc zoologique de Paris, s.d.

Nourrissage des manchots au Parc zoologique de Paris, s.d.

© MNHN - François-Gilles Grandin.

Examen vétérinaire du boa canin par les équipes vétérinaires du Parc zoologique de Paris.

Examen vétérinaire du boa canin par les équipes vétérinaires du Parc zoologique de Paris.

© MNHN - François-Gilles Grandin.

27Dans une apparente contradiction, la rareté recherchée et donc la valeur d’un animal de zoo, exotique et sauvage, se mesurent simultanément à sa distance physique (géographique) aux milieux naturels et à sa proximité physique (génétique) à ces mêmes milieux naturels. Il faudrait à la fois, pour ainsi dire, qu’il ait voyagé loin de « chez lui » et qu’il soit resté « lui-même ». La quête du sauvage s’est déplacée dans les corps mêmes des animaux de zoo – non plus seulement à la surface de leur apparence (fauve) ou de leurs comportements (féroces), mais dans la profondeur invisible de leur chair, au niveau cellulaire.

Valeur patrimoniale et identification génétique

28Mis en collections, muséalisés, les animaux sont soumis aux cadres scientifiques et normatifs qui légitiment leur raison d’être (scientifique et patrimoniale) dans les zoos. Leur présence en leur sein dépend de leur capacité à représenter des ensembles plus vastes, par leur contribution à une idée qui les inclut et les dépasse (« biodiversité menacée »), par leur conformité à des catégories déterminées socialement et techniquement par les humains (« faune sauvage », « espèce », « sous-espèce »), par leur apport en tant qu’individus à la viabilité d’un groupe (« population captive »). Pour garantir cette capacité, l’identification des spécimens devient alors centrale, renvoyant aux procédures d’authentification attachées à toute collection et bien que les collections vivantes s’en distinguent par leur mise à distance de « l’interdit de la reproduction » (Boltanski et Esquerre 2014 : 343) qui caractérise la légitimité des collections d’artefacts, où l’original vaut toujours plus que la copie. Dans tous les cas, une expertise et des critères sont nécessaires pour certifier l’élément collectionnable (Heinich 2009), (s’)assurer de sa valeur de singularité relative (Karpik 2007 ; Derlon et Jeudy-Ballini 2019), lui permettre d’intégrer une série. Dans le domaine des collections artistiques, historiques ou ethnographiques, l’enjeu porte sur l’attribution d’un auteur, la certification d’une origine ou l’affiliation à un groupe. Il s’appuie sur la matérialité des œuvres – de « l’œil du connaisseur » (Michel 2014) sur la « griffe du peintre » (Guichard 2018) à l’analyse chimique, spectrométrique ou nucléaire des pigments et colorants (Guineau [dir.] 2002) – et leur traçabilité (documentaire et archivistique). Toile de maître ou spécimen zoologique, l’expertise s’appuie sur les informations accumulées au long de la trajectoire connue de l’élément collectionné et s’intéresse aux caractères physiques de l’élément en collection ; elle s’attache au visible autant qu’à l’invisible. Pour les sciences naturalistes et dans le contexte des zoos contemporains, il s’agit d’associer un spécimen à une espèce, de (re)connaître sa filiation et de le relier au monde sauvage. Mais avec l’interdiction des pratiques de collecte, qui vaut acceptation de la reproduction comme mode d’accroissement des collections, le processus de certification a perdu son lieu d’exercice « naturel » qui était le terrain (Kohler 2007; Vetter 2011). Se déplaçant du terrain à la collection, des collecteurs aux collectés, il a déplacé du même coup les vertus épistémiques de la collection vivante dans le corps même des animaux. L’identification génétique est montée en force avec les progrès des savoirs et technologies relatifs au génome, et s’est imposée comme moyen privilégié de détermination des individus et des espèces dans les milieux scientifiques et d’authentification des collections dans les mondes patrimoniaux. Au zoo, autrefois, on se demandait si tel ou tel animal pouvait être le rejeton de tel ou tel autre, et si ce dernier entretenait des liens étroits avec ses congénères du milieu naturel (Lizet 2011). C’est toujours le cas, mais la possibilité de vérification génétique est apparue, qui complète, remplace ou supplante la recherche généalogique.

29Le passage progressif d’une authentification des collections vivantes par reconnaissance généalogique (qui est le parent de qui ?) à une identification génétique (son ADN est-il pur et conforme ?) est allé de pair avec une stratification des critères, dans la définition même des espèces : biologiques (reproductifs), morphologiques, (phylo)génétiques. La définition des espèces se fondait sur des critères physiques observables « à l’œil nu » : correspondances avec des types connus et interfécondité, c’est-à-dire capacité de la progéniture à procréer. Elle ajoute aujourd’hui le critère génétique, qui nécessite des analyses à l’échelle microscopique et peut démentir les apparences à l’échelle morphologique et phénotypique. Car les hybrides ne sont pas toujours ceux qu’on croit. Au Parc zoologique de Paris, cette situation s’illustre dans le cas des lémuriens varis, particulièrement représentés dans les collections. Les instances européennes qui orientent et organisent la politique d’administration des populations captives concernées, auxquelles participe le curateur, s’interrogent sur les suites à donner aux découvertes scientifiques récentes portant sur les sous-espèces, et tirées d’analyses génétiques.

On est en train de faire ça pour les varis blanc et noir qu’on a ici. On a deux sous-espèces : Varecia variegata et subcincta. […] Jusqu’à l’année dernière, ils étaient gérés par deux EEP Eaza (Ex-situ Program) séparés, différents. Et maintenant, ils ont décidé de les mettre ensemble parce que des nouvelles données génétiques ont montré qu’en fait, les vraies différences génétiques ne sont pas dans… ne correspondent pas à la division qu’on a utilisée jusqu’à maintenant. […] Il y a des données qui diraient que le vari roux est plus proche d’une de ces sous-espèces rayées blanc et noir que ne le sont entre elles ces deux sous-espèces rayées blanc et noir. […] Donc, en théorie, si on suit la génétique, on devrait accepter de mélanger un roux avec un rayé blanc et noir et au contraire séparer ceux qui se ressemblent par leurs rayures… […] Mais là, je ne sais pas s’ils vont avoir le courage d’assumer, de reconnaître ces résultats comme de la bonne recherche et de prendre ce genre de décision !
(Chargé de collection Primates, avril 2018)

30Les difficultés émergent de la résistance du vivant à se laisser rationaliser totalement par l’approche génétique, également constatable dans la distance entre l’évolution des populations animales en milieu naturel et les modèles théoriques de conservation du vivant.

Le problème, c’est l’hybridation. Pour certaines espèces, même dans la nature, il y a des endroits où il y a deux espèces et si les deux espèces ne sont pas trop différentes, c’est possible qu’elles s’hybrident, qu’elles se reproduisent. Normalement la progéniture est stérile mais ce n’est pas toujours le cas, parce que justement, dans la nature, tout est en train d’évoluer, on le sait !
(Chargé de collection Primates, avril 2018)

  • 14 Voir par exemple les travaux d’Adam Bencard, chercheur en histoire et philosophie et curateur au Mu (...)

31Le critère génétique, bien qu’insuffisant à définir la notion d’espèce – et contesté par certains qui en appellent déjà à une ère « post-génomique14 » – semble déterminant en matière de classification du vivant et faire foi dans le monde des zoos. Si le critère génétique en vient à déterminer les espèces, subséquemment il détermine les individus et les destins individuels des animaux de zoo constitués en collections ou envisagés comme populations captives – et par un effet de rétroaction le sort même de la faune sauvage, objet des politiques de conservation :

Ça devient compliqué parce que oui, c’est bien de préserver la pureté génétique d’une espèce, mais en même temps, s’ils vont tous mourir parce qu’il n’y en a pas assez, on pourrait décider d’accepter d’hybrider ou au moins un certain niveau de mélange.
(Chargé de collection Primates, avril 2018)

32Si un certain « purisme » génétique semble de mise, il apparaît toutefois mis à mal, d’un côté, par les problèmes que soulèvent les progrès mêmes de la génétique dans la définition des espèces et des sous-espèces, de l’autre, par la confrontation aux cas pratiques de la conservation de la biodiversité, qui mettent les professionnels face à des dilemmes éthiques ou les poussent à opérer des choix médians.

33Quoi qu’il en soit, dans la gestion des collections vivantes des établissements impliqués dans des programmes d’élevage, tel le Parc zoologique de Paris, la question de la conformité vis-à-vis des espèces est centrale. La valeur patrimoniale – la valeur de reproduction – n’est plus seulement dans la capacité d’un individu à entrer en interaction sexuelle avec des congénères et à produire une descendance, mais dans la « pureté » de l’ADN qu’il va transmettre, afin de soutenir la viabilité du groupe et plus largement de l’espèce, donc de la conservation de la biodiversité. C’est en ce sens que se développent les biobanques de tissus et gamètes cryogénisés et autres frozen zoos, qui y ajoutent la perspective du clonage (Friese 2013). Qu’il s’agisse de répondre à la double nécessité de pureté génétique à l’échelle d’un individu (pour garantir sa conformité à une espèce) et de diversité génétique à l’échelle d’une population (pour en assurer la viabilité et la pérennité), ou au contraire d’imaginer des formes de réinvention de la biodiversité perdue qui seraient indépendantes de ces contraintes, par le biais du clonage, l’attrait est fort pour la définition génétique des individus et des collectifs animaux dans le contexte des parcs zoologiques – et pour des modalités de conservation toujours plus microscopiques, qui se rapprochent de cet échelon.

34Outre l’omniprésence des listes et des bases de données, un autre phénomène est ainsi symptomatique de la mutation « numérique » de la gestion des collections vivantes à l’aune de la conservation de la faune sauvage. Au chiffrage des populations (dénombrement) et au chiffrement des collections (encodage), s’ajoute le déchiffrement du vivant (décodage).

Les animaux de zoo entre réification et déréalisation

35Au zoo, la quête du sauvage et de la nature perdue s’est complexifiée ces dernières décennies, en ajoutant à une cartographie de références imaginaires (les représentations du monstrueux, du sylvestre et de l’exotique) un monde de rationalisation du vivant, fondé sur une gestion comptable et numérisée des populations, une normalisation des espèces et une définition génétique des individus. L’analyse de l’administration contemporaine des collections animales au zoo interroge en miroir le fonctionnement d’une société monitorée par les technologies connectées et régie par une idéologie de la vie fondée sur une conception biologique du vivant et portée par des valeurs sanitaires et sécuritaires. Cette administration déploie, au nom de la conservation du vivant, de nouvelles formes de pouvoir disciplinaire et de gouvernement de la vie, qui esquissent toujours plus de modalités d’identification et de duplication des individus par des informations. Soumis aux sciences de la conservation, administrés en collections vivantes, les animaux de zoo viennent faire écho aux travaux de Michel Foucault sur les liens entre savoirs et représentations, l’arbitraire du découpage de la réalité par les mots, « l’instauration d’un ordre parmi les choses » dont l’établissement repose sur une indispensable « définition des segments sur lesquels pourront apparaître les ressemblances et les différences » (Foucault 1999 [1966]). Bien que toujours « choses » de l’histoire naturelle qui objective, catégorise et classe les spécimens, les animaux de zoo semblent de surcroît devenus « mots » pour des sciences humaines contemporaines aux prises avec l’éthique environnementale et la sensibilité animaliste qui, d’un côté, les investissent de la mission d’ambassadeurs en plus de celles d’échantillons et d’archives de la biodiversité menacée, de l’autre, se préoccupent de leurs conditions de captivité et en appellent à les traiter « humainement » tout en reconnaissant leurs spécificités. C’est alors le Foucault de Surveiller et punir qui reparaît, quand l’étude du zoo reformule, sous l’apparence d’une énigme appliquée à des « non-humains », la question des possibilités de « subjectivation » concomitantes à la « sujétion » induite par tout « assujettissement » disciplinaire (Foucault 1993 [1975]).

Baie de vision sur l’enclos des lions. Parc zoologique de Paris, juin 2017.

Baie de vision sur l’enclos des lions. Parc zoologique de Paris, juin 2017.

Photo © Mélanie Roustan.

36Pris dans de multiples réseaux de pouvoir, les animaux de zoo sont soumis à deux types de contraintes qui apparaissent inverses. Les unes les menacent de réification en s’appropriant leurs corps comme objets de collection, les autres font planer sur eux un risque de déréalisation, en leur demandant d’incarner des idées ou des concepts, ou plutôt de s’y abstraire : l’animal représentatif de ses congénères, en représentation des mondes sauvages ou représentant d’un écosystème en danger ; l’animal représenté par un nom d’espèce dans un registre, une fiche dans un inventaire numérisé, une entrée dans une base de données ; l’animal bientôt remplacé par un fragment cryogénisé, un code génétique ou informatique, un avatar virtuel ? Plus que des mots, les choses de l’histoire naturelle deviennent des chiffres dans les sciences du vivant et de sa conservation, entrées dans l’anthropocène, qui s’astreignent à quantifier la raréfaction et, devant l’urgence, à hiérarchiser les restes. Parties prenantes, les parcs zoologiques sont aujourd’hui légitimés par la sauvegarde d’un monde sauvage constitué en patrimoine universel, conçu comme extérieur aux humains mais menacé par eux, à qui échoit également sa protection voire son administration. Leurs dispositifs d’accueil, de contention et d’exposition sont décriés mais tolérés au prix d’une attention aux conditions de détention de leurs collections vivantes. Ils semblent à la fois les encombrants héritiers des époques antérieures, portés par les collectes naturalistes et le collectionnisme de prestige, et les émanations très contemporaines d’une épistémè émergente, dont témoigne leur gestion du vivant, animée par une double logique articulant conservation de la biodiversité et éthique animale.

37Leurs perspectives de développement se déploient dans deux directions : d’une part, pour l’aspect conservation, du côté des biobanques et de la « cryopolitique » (Radin et Kowal 2017), avec pour horizon la constitution de bibliothèques d’ADN potentiellement (ré)activables ; d’autre part, pour l’aspect exposition, dans le domaine de la réalité virtuelle immersive avec la présentation d’hologrammes ou autres reconstitutions en trois dimensions, qui ont déjà connu des expérimentations dans certains musées. Ces deux formes de réductions numériques des animaux de zoo – à un code génétique ou à un code informatique – n’entretiennent pas le même rapport à la matière de la vie et à la matérialité des corps vivants. La première plonge dans les profondeurs microscopiques de la détermination biologique des individus quand la seconde glisse avec virtuosité sur sa surface morphologique. Mais toutes deux tendent à rendre les animaux de zoo équivalents à leurs données, avec le risque qu’ils (re)deviennent interchangeables, surnuméraires ou superflus, et finissent par apparaître dispensables aux établissements les conservant. Car toutes deux contribuent également à résoudre, en le faisant disparaître, le problème de leur maintien en captivité et de leur exposition, financièrement coûteux et moralement problématique. Les animaux de zoo détenus en collection, devenus à la fois trop instables et trop sensibles (trop vivants), trop coûteux et trop attachants (trop chers à nos yeux), se retrouvent paradoxalement menacés par ce qui les protège et constitue leur valeur : les informations qu’ils portent, l’idéologie des institutions qui souhaitent les conserver. En effet, aussi bien la logique patrimoniale que celle du bien-être animal pourraient conduire à leur substitution par leurs propres données, et donc à leur disparition. Les animaux captifs seraient peut-être ainsi libérés de leur peine, qui est aussi la nôtre à les voir vivre enfermés.

Je remercie pour leur accueil sur le terrain les équipes du Parc zoologique de Paris, et pour leur relecture de ce texte Vincent Debaene, Frédéric Keck et Serge Reubi, ainsi que Monique Jeudy-Ballini.

Haut de page

Bibliographie

Adell, Nicolas

2016 « L’anthropologie ou les promesses du crépuscule », L’Homme 218 : 67-83.

Baratay, Éric et Hardouin-Fugier, Élisabeth

1998 Zoos : histoire des jardins zoologiques en Occident (xvie-xxe siècle). Paris, La Découverte.

Beltrame, Tiziana Nicoletta et Jungen, Christine (dir.)

2013 Revue d’anthropologie des connaissances 7 (4) : « Les Textures matérielles de l’accumulation ».

Bennett, Tony

1988 « The Exhibitionary Complex », New Formations 1 (4) : 73-102.

2016 « Le dispositif expositionnaire », Poli. Politique de l’image 12 : 14-37.

Bennett, Tony, Cameron, Fiona, Dias, Nélia, Dibley, Ben, Harrison, Rodney, Jacknis, Ira et McCarthy, Conal

2017 Collecting, Ordering, Governing: Anthropology, Museums, and Liberal Government. Durham/Londres, Duke University Press.

Berland, Jody

2019 Virtual Menageries: Animals as Mediators in Network Cultures. Cambridge (MA), MIT Press.

Blanchard, Pascal, Jocomijn Snoep, Nanette et Boëtch, Gilles (dir.)

2011 Exhibitions : l’invention du sauvage. Arles/Paris, Actes Sud/Musée du quai Branly.

Boltanski, Luc et Esquerre, Arnaud

2014 « La “collection”, une forme neuve du capitalisme. La mise en valeur économique du passé et ses formes », Les Temps modernes 3 (679) : 5-72.

Bondaz, Julien

2014 L’Exposition postcoloniale : musées et zoos en Afrique de l’Ouest (Mali, Niger, Burkina Faso). Paris, L’Harmattan.

Bondaz, Julien (dir.)

2018 Le Magasin des petits explorateurs. Arles/Paris, Actes Sud/Musée du quai Branly-Jacques Chirac.

Bonnot, Thierry

2002 La Vie des objets : d’ustensiles banals à objets de collection. Paris, Éditions de la MSH.

Braverman, Irus

2012 Zooland: The Institution of Captivity. Redwood City, Stanford University Press.

2015 Wildlife: The Institution of Nature. Redwood City, Stanford University Press.

Cousin-Davallon, Françoise et Davallon, Jean

1986 « Les Parcs zoologiques : l’imaginaire du naturalisme », in Jean Davallon (dir.), Claquemurer pour ainsi dire tout l’univers. Paris, Éditions du Centre Pompidou.

Daugeron, Bertrand et Le Goff, Armelle (dir.)

2014 Penser, classer, administrer : pour une histoire croisée des collections. Paris, MNHN-CTHS.

Debaene, Vincent

2010 L’Adieu au voyage ; l’ethnologie française entre science et littérature. Paris, Gallimard.

2016 « Georges Bataille, les savants, les enfants. Une ethnographie de la littérature », Critique 11 (834) : 869-887.

2018 « Cadrage cannibale. Les photographies de Tristes Tropiques », Gradhiva 27 : 90-117.

Debary, Octave

2019 De la poubelle au musée : une anthropologie des restes. Ivry-sur-Seine, Créaphis.

Deloche, Bernard

2010 Mythologie du musée. Paris, Le Cavalier Bleu.

Derlon, Brigitte et Jeudy-Ballini, Monique

2019 « L’imaginaire de la singularité. Articles de luxe, pièces de collection et biens précieux en coquillage », Gradhiva 30 : 52-69.

Descola, Philippe

2012 « Les formes du paysage », 9 sessions de cours au Collège de France (fév.-mai) [en ligne], disponibles sur : https://www.college-de-france.fr/fr/agenda/cours/les-formes-du-paysage (consulté le 15/06/2023).

Déléage, Pierre

2023 Traité des mondes factices : perspectives critiques. Paris, Presses universitaires de France.

Estebanez, Jean

2011 « Le zoo comme théâtre du vivant : un dispositif spatial en action », Les Carnets du paysage 21 : 170-185.

2019 « La vie sans la mort. Qu’est-ce qu’un élevage au zoo ? », Frontières 30 (2) [en ligne], disponible sur : https://doi.org/10.7202/1062447ar (consulté le 31/05/2023).

Fabre, Daniel

2008 « Chinoiserie des Lumières : variations sur l’individu-monde », L’Homme 185-186 : 269-300.

Foucault, Michel

1993 [1975] Surveiller et punir. Paris, Gallimard.

1999 [1966] Les Mots et les Choses : une archéologie des sciences humaines. Paris, Gallimard.

Friese, Carrie

2013 Cloning Wild Life: Zoos, Captivity and the Future of Endangered Species. New York, New York University Press.

Gallay-Keller, Mathilde

2019 « Les zoos du Muséum national d’histoire naturelle. Éduquer, mais à quoi ? », Éducation relative à l’environnement 15 (1) [en ligne], disponible sur : http://journals.openedition.org/ere/3761 (consulté le 31 mai 2023).

Grazian, David

2015 American Zoo: A Sociological Safari. Princeton, Princeton University Press.

Guichard, Charlotte

2018 La Griffe du peintre : la valeur de l’art (1730-1820). Paris, Seuil.

Guineau, Bernard (dir.)

2002 Pigments et colorants de l’Antiquité et du Moyen Âge : teinture, peinture, enluminure, études historiques et physico-chimiques. Paris, CNRS Éditions.

Heinich, Nathalie

2009 La Fabrique du patrimoine : de la cathédrale à la petite cuillère. Paris, Éditions de la MSH.

Heumann, Ina, Anne MacKinney et Buschmann, Rainer

2022 « Introduction: The issue of Duplicates », The British Journal for the History of Science 55 (3) : 257-278.

Jolly, Eric

2001 « Du fichier ethnographique au fichier informatique. Le fonds Marcel Griaule : le classement des notes de terrain », Gradhiva 30-31 : 81-104.

Juhé-Beaulaton, Dominique et Leblan, Vincent (dir.)

2018 Le Spécimen et le collecteur : savoirs naturalistes, pouvoirs et altérités (xviiie-xxe siècles). Paris, Publications scientifiques du Muséum.

Julien, Marie-Pierre et Rosselin, Céline

2005 La Culture matérielle. Paris, La Découverte.

Karpik, Lucien

2007 L’Économie des singularités. Paris, Gallimard.

Kishenblatt-Gimblett, Barbara

1998 Destination Culture: Tourism, Museums, and Heritage. Berkeley, University of California Press.

Kohler, Robert E.

2007 « Finders, Keepers: Collecting Sciences and Collecting Practice », History of Science 45 : 428-454.

L’Estoile (de), Benoît

2007 Le Goût des autres : de l’Exposition coloniale aux arts premiers. Paris, Flammarion.

Lenclud, Gérard

1995 « Quand voir, c’est reconnaître. Les récits de voyage ou le regard anthropologique », Enquête 1 : 113-129.

Lizet, Bernadette

2011 « Rodolphe et Pélagie. Épopées d’hippopotames », Carnets du paysage 21 : 111-121.

Lévi-Strauss, Claude

1955 Tristes Tropiques. Paris, Plon.

Lorenz, Konrad

1935 « Der Kumpan in der Umwelt des Vogels. Der Artgenosse als auslösendes Moment sozialer V erhaltensweisen », Journal für Ornithologie 83: 137-215, 289-413.

Michel, Patrick (dir.)

2014 Connoisseurship : l’œil, la raison et l’instrument. Paris, Éditions du Louvre.

Mullan, Robert et Marvin, Garry

1987 Zoo Culture. Londres, Weidenfeld and Nicolson.

Nadim, Tahani

2021 « The Dataification of Nature: Data Formations and New Scales in Natural History », Journal of the Royal Anthropological Institute 27 : 62-75.

Pouillard, Violette

2015 « Affections et violences. Visiteurs et animaux de zoo du xixe siècle à nos jours », Revue semestrielle de droit animalier 2 : 309-325.

2019 Histoire des zoos par les animaux : contrôle, conservation, impérialisme. Paris, Champ Vallon.

Radin, Joanna et Kowal, Emma

2017 Cryopolitics: Frozen Life in a Melting World. Cambridge (MA), MIT Press.

Rothfels, Nigel

2002 Savages and Beasts: The Birth of the Modern Zoo. Baltimore, Johns Hopkins University Press.

Roustan, Mélanie

2016a « Des clefs des réserves aux mots-clefs des bases de données. Mutations du rapport aux objets pour les conservateurs du MAAO au musée du quai Branly », in Christian Hottin et Claudie Voisenat (dir.), Le Tournant patrimonial : mutations contemporaines des métiers du patrimoine. Paris, Éditons de la MSH : 116-34.

2016b « La vague numérique et le ressac du réel. Du rapport aux sources des chercheurs en sciences humaines et sociales, enquête dans les collections patrimoniales de la BnF », in Mélanie Roustan, avec Anne Monjaret, Philippe Chevallier et Julien Brault (dir.), La Recherche dans les institutions patrimoniales : sources matérielles et ressources numériques. Villeurbanne, Presses de l’ENSSIB.

Sagnes, Sylvie et Voisenat, Claudie (dir.)

2021 Daniel Fabre, le dernier des romantiques. Paris, Éditions de la MSH.

Segalen, Victor

1999 [1978] Essai sur l’exotisme. Paris, Le Livre de Poche.

Trinquier, Jean

2002 « Localisation et fonctions des animaux sauvages dans l’Alexandrie lagide : la question du “zoo d’Alexandrie” », Mélanges de l’École française de Rome 114 (2) : 861-919.

Vetter, Jeremy

2011 « Introduction: Lay Participation in the History of Science Observation », Science in Context 24 (2) : 127-141.

Vidal, Fernando et Dias, Nélia (dir.)

2016 Endangerment, Biodiversity and Culture. Londres, Routledge.

Haut de page

Notes

1 Que l’on songe aux « albums en Kodachrome » de Tristes Tropiques, « chétive sorcellerie » qui substitue aux réalités détruites des images préformatées (Lévi-Strauss 1955 : 29), voir : Debaene 2018 ; aux fascinations et renoncements des anthropologues face aux récits de voyage (Lenclud 1995 ; Debaene 2010). Sur les peintures de paysages et le naturalisme, voir : Descola 2012. Sur les affiches publicitaires et de propagande coloniale, voir : Blanchard et al. 2011). Sur la littérature jeunesse et les albums illustrés, voir : Bondaz 2018. Sur le goût pour l’exotisme des musées d’anthropologie et leurs résurgences contemporaines, voir : L’Estoile 2007.

2 Le chiffre de 700 millions de visiteurs annuels à l’échelle mondiale a été estimé par la World Association of Zoos and Aquarium (WAZA) dans un rapport publié en 2015 et disponible en ligne : https://www.waza.org/wp-content/uploads/2019/03/WAZA-Conservation-Strategy-2015_Portrait.pdf (consulté le 15 février 2023).

3 On peut penser également, pour le versant littéraire, au Zoo de Rome de Pascal Janovjak, paru en 2019 chez Actes Sud. Dans ce roman qui traverse le siècle passé, l’auteur convoque le zoo comme reflet des angoisses et obsessions de son temps, de l’ordre et la sécurité de l’ère mussolinienne à la mise en scène contemporaine de l’extinction du sauvage.

4 Au Parc zoologique de Paris, l’enclos des lions est pourvu d’un rocher artificiel équipé d’un chauffage, qui permet à la fois aux bêtes de bénéficier d’un certain confort en reproduisant en milieu contraint et sous climat septentrional une pratique « naturelle », et aux visiteurs d’augmenter leurs chances de trouver un animal sauvage et une belle image dans l’axe de la « baie de vision » proposée par le parcours de visite.

5 Ma traduction de « The exhibitionary complex ». Dans une version abrégée publiée en français en 2016 dans la revue Poli. Politique de l’image, la traduction donnait « Le dispositif expositionnaire » (Bennett 2016).

6 Pour une discussion critique sur une genèse antique de l’histoire des zoos qui remonterait aux collections animales rassemblées dans l’Alexandrie lagide, voir : Trinquier 2002.

7 La Convention on International Trade in Endangered Species on Wild Flora and Fauna (Cites), dite « convention de Washington » signée en 1973, et la convention de l’ONU de 1992.

8 Il reste possible d’acheter en animalerie ou d’acquérir chez un producteur, un éleveur ou un collectionneur privé des spécimens ne bénéficiant pas de mesures de protection légale, faisant l’objet d’une dérogation ou ne relevant d’aucune régulation, notamment oiseaux, reptiles et batraciens. Dans de nombreux zoos, demeure ainsi la cohabitation d’une faune marchande et d’une faune patrimoniale. Par ailleurs, au Parc zoologique de Paris, les éléments végétaux, qui n’ont pas statut de collections botaniques, peuvent être achetés dans le commerce.

9 « L’imprégnation » (ou « empreinte ») est un phénomène observé par Konrad Lorenz dès 1935 sur des oies cendrées (Lorenz 1935). Le terme désigne en éthologie le fait pour un animal nouveau-né d’identifier comme figure parentale (du moins comme congénère) le premier être en mouvement avec lequel il entre en interaction. Ce possible attachement « fortuit » aux humains est généralement évité au zoo.

10 Notons toutefois des formes de résistance animale : tenter de s’échapper, s’automutiler, se laisser dépérir ou mourir.

11 Il est notable que, jusqu’alors tout du moins, aucun algorithme ou intelligence artificielle ne régisse ces masses de données ou ne les oriente – ce qui rendrait plus indirecte l’idée de « mains humaines ».

12 https://www.parczoologiquedeparis.fr/en/node/3291 (consulté le 15 février 2023).

13 De ce point de vue, les collections vivantes des parcs zoologiques, en contexte contemporain, apparaissent en rupture avec les dynamiques observées dans d’autres domaines de la muséologie scientifique, au sein desquels les « doublons » (duplicates) sont considérés comme des ressources intéressantes pour l’institution. Voir : Heumann et al. 2022.

14 Voir par exemple les travaux d’Adam Bencard, chercheur en histoire et philosophie et curateur au Musée médical de l’université de Copenhague, qui entend travailler à une ère « post-génomique » remettant en cause l’hégémonie des critères génétiques dans la détermination et la classification du vivant : https://publichealth.ku.dk/about-the-department/museion/?pure=en%2Fpersons%2Fadam-bencard(1ae892aa-9cf9-4401-b3cf-61e76960ceaa)%2Fpublications.html (consulté le 15 février 23).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Paysage zoographique. Parc zoologique de Paris, juillet 2014.
Crédits Photo © Antoine Jeanne.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/7388/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Entre photomontage et image virtuelle, pour la campagne publicitaire d’ouverture du Parc zoologique de Paris en 2014.
Légende L’architecture et le paysage du Parc zoologique ont été conçus par Bernard Tschumi Architects avec Véronique Descharrières, Jacqueline Osty Associés (paysage et urbanisme). Merci à Véronique Descharrières et Bernard Tschumi Architects, New York.
Crédits © Artefactory.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/7388/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Roger Henrard, Le Parc zoologique de Paris (zoo de Vincennes) et le Grand Rocher. Paris, 12e, et Saint-Mandé.
Crédits © Droits réservés. Photo © Paris Musées, musée Carnavalet, PH344-006455, Dist. RMN-Grand Palais / image ville de Paris.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/7388/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Oiseaux « en liberté » dans la Grande Serre de la « biozone Amazonie-Guyane ». Parc zoologique de Paris, avril 2015.
Crédits © Mélanie Roustan.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/7388/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Nourrissage des manchots au Parc zoologique de Paris, s.d.
Crédits © MNHN - François-Gilles Grandin.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/7388/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Examen vétérinaire du boa canin par les équipes vétérinaires du Parc zoologique de Paris.
Crédits © MNHN - François-Gilles Grandin.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/7388/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Baie de vision sur l’enclos des lions. Parc zoologique de Paris, juin 2017.
Crédits Photo © Mélanie Roustan.
URL http://journals.openedition.org/gradhiva/docannexe/image/7388/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mélanie Roustan, « (Dé)chiffrer l’animal sauvage. De l’administration numérique des collections vivantes en parcs zoologiques »Gradhiva, 36 | 2023, 86-107.

Référence électronique

Mélanie Roustan, « (Dé)chiffrer l’animal sauvage. De l’administration numérique des collections vivantes en parcs zoologiques »Gradhiva [En ligne], 36 | 2023, mis en ligne le 01 novembre 2023, consulté le 25 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/7388 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gradhiva.7388

Haut de page

Auteur

Mélanie Roustan

MNHN-Paloc
melanie.roustan[at]mnhn.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search