Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36TraductionLa collection Král, dispositif pi...

Traduction

La collection Král, dispositif pionnier. Fournir des microbes de référence, vivants et en images, dès 1889

Introduit par Mathilde Gallay-Keller
Mathilde Gallay-Keller
Traduction de Isabelle Enderlein
p. 138-146

Texte intégral

Introduction

1Dans la première partie du xxe siècle, de nombreuses collections de micro-organismes conservés vivants – bactéries, microchampignons, microalgues – ont vu le jour dans des instituts de microbiologie ou des muséums (Strasser 2019). Après la Première Guerre mondiale, elles se sont structurées en réseaux (Kirchhelle et Kirchhelle 2022), puis la production de micro-organismes standardisés n’a cessé de croître, « à l’ère de la biologie à grande échelle » (Pontille et al. 2007 : 197). Sont en revanche moins connues les toutes premières collections de micro-organismes vivants de la fin du xixe siècle. La collection Král, fondée à Prague en 1889, fait partie de ces dispositifs pionniers, au même titre que la collection microbienne de l’Institut Pasteur initiée à Paris la même année (Gallay-Keller 2021). Contrairement aux microscopistes du xixe siècle, tel Christian Gottfried Ehrenberg (1795-1876) qui conservait les spécimens sous la forme de préparations séchées (Grote 2022), la collection Král et celle de l’Institut Pasteur proposent de garder vivants les micro-organismes sur le long terme – amorçant la sourde montée en puissance de leur domestication, de leur stockage et de leur circulation.

2Frantisek Král (1846-1911), né à Prague, intègre comme apprenti une fabrique de matériel de physique-chimie, où il travaillera près de trente ans à la fabrication de verrerie de laboratoire. De 1887 à 1889, sans formation universitaire mais fort de cette maîtrise technique, il devient l’assistant du professeur Isidor Soyka à l’Institut d’hygiène de l’université de Prague et s’initie « aux techniques d’isolation, de culture et de maintenance des micro-organismes » (Kocur 1990 : 5, traduction de l’autrice). En 1889, il installe au premier étage d’une maison « son laboratoire privé de bactériologie et sa collection de culture de micro-organismes » (ibid.) qui perdurent un peu plus de vingt ans, jusqu’en 1911. Le texte ici traduit correspond à deux extraits du second catalogue de cette collection, publié en 1902 à Prague. Dans l’introduction (pp.1-2 du catalogue), Král plaide pour une collection de micro-organismes conservés vivants et de qualité, distribuables à toute institution qui en ferait la demande, et affirme sa volonté de tenir à jour un inventaire exhaustif des espèces microscopiques dans leur diversité, à mesure de leurs découvertes. Sont ensuite traduites les sections XVII à XXI (pp.34-38), qui viennent compléter la liste des sept cent quatre-vingt-quatorze micro-organismes vivants de la collection (non reproduite ici) en proposant divers « supports d’enseignement de la bactériologie » (Král 1902 : 2).

3Toutes les communautés scientifiques, pour se constituer comme telles, ont besoin d’outils de travail partagés (Daston et Galison 2012 [2007]). C’est précisément ce que Král cherche à faire avec cette collection de micro-organismes à destination de la communauté internationale des microbiologistes, et au-delà. Cela passe, selon lui, par une économie non marchande, où la collection échapperait à la concurrence : il appelle au partage des micro-organismes, arguant que si les chercheurs acceptent de déposer les souches nouvellement décrites, lui-même s’engage en retour à préserver et à redistribuer un matériel biologique de qualité. Soit un « projet bactériologique d’utilité publique » (Král 1902 : 1), qui réinterroge aujourd’hui l’économie morale de la recherche et celle de productions pharmaceutiques ou alimentaires à partir de micro-organismes. Faire des micro-organismes des outils de travail partagés suppose aussi d’en offrir des préparations adéquates et durables. À l’époque, les techniques d’isolation et de culture étaient couramment pratiquées par les microbiologistes pour identifier les micro-organismes et comprendre leurs fonctions dans les maladies et les fermentations. Les premières collections de référence, comme celle de Král, permettent de surcroît de conserver ce matériel sur le long terme pour des usages ouverts – expérimentaux comme naturalistes –, établissant ainsi un genre d’« objet typique de la science » (ibid. : 33), conservé vivant, autre que les spécimens-types inertes de botanique ou de zoologie des collections de l’histoire naturelle.

4Král propose également de nombreux supports de visualisation, parmi lesquels des photomicrographies de micro-organismes à l’unité ou regroupées en tableaux. Ces imagiers de microbes étaient destinés à exercer l’œil des professionnels et des étudiants : au côté des atlas de la faune et de la flore, ils faisaient entrer les microbes dans la société et, montrant l’invisible, les rendaient plus familiers. Král cherche donc à mettre au point différents référentiels pour les micro-organismes : vivants et en culture pure, photographiés, ou encore à mi-chemin entre les deux, avec cet étonnant dispositif constitué de la photographie à un fort grossissement d’un micro-organisme surmontée d’une culture pure de ce même organisme scellée entre deux disques de verre… En vie ou en image, la question est bien de fournir, aux chercheurs et aux étudiants, un matériel « typique » (c’est-à-dire représentatif de tel ou tel micro-organisme), opérationnel et pédagogique.

5En cette période où une place est accordée à la microbiologie dans les expositions industrielles, d’hygiène publique et les Expositions universelles qui fleurissent en Europe (Levin 2015), Král propose aussi de transformer les micro-organismes en « préparations de musées » à destination du grand public. Une idée qu’il avait développée dès 1888 dans un article cosigné avec Soyka : « Suggestions et instructions pour fonder des musées de bactéries ». C’est à ce moment-là qu’il avait pu constater que « certaines cultures de ces préparations [avaient] survécu plus longtemps que prévu […], fait [qui avait] cristallisé dans son esprit l’idée d’établir une collection de micro-organismes conservés sur le long terme » (Kocur 1990 : 7, traduction de l’autrice). Ainsi, chez Král, c’est de la mise au point d’un dispositif de monstration que naît la possibilité technologique de la conservation du vivant.

6Alors que le laboratoire a longtemps été pris comme objet d’études historiques et ethnographiques pour comprendre le développement de la microbiologie, ce texte invite, in fine, à repenser ensemble le dispositif du laboratoire et celui de la collection, plutôt que comme deux éléments séparés relevant respectivement des approches expérimentales et naturalistes – elles aussi trop souvent distinguées dans les récits standards des sciences de la vie (Strasser 2019). À sa lecture, on perçoit combien la microbiologie comme science a commencé, aussi, par l’exposition et la collection.

Catalogue actuel de la collection de micro-organismes Král. Prague, Laboratoire bactériologique Král (éd.), 1902, pp. 1-2 et 34-38

7« L’idée de créer un laboratoire central auprès duquel il est possible d’obtenir, à tout moment, des cultures pures, fraîches et fiables de micro-organismes contre le simple remboursement des frais devrait soulever un enthousiasme unanime. Une telle entité déchargera d’une obligation collégiale parfois pesante les instituts, lesquels étaient jusqu’à présent les premiers sollicités pour la transmission de leur stock de cultures ; par ailleurs, leur acquisition présentera beaucoup moins de difficultés et pourra être répétée aussi souvent que nécessaire. En somme, nous ne serons tenus à aucune modération. »

8Ces mots accompagnaient la publication en 1889 du premier catalogue du laboratoire. Bien vite, l’idée a effectivement suscité une vive reconnaissance auprès des parties concernées et un fort soutien de la part des autorités les plus compétentes. La participation à ce projet s’est élargie d’année en année, si bien qu’aujourd’hui, rares sont les instituts de médecine et de sciences naturelles à travers le monde qui n’utilisent pas périodiquement la collection de micro-organismes ainsi mise à disposition.

9La position adoptée à l’époque par le laboratoire n’a pas varié jusqu’à nos jours. Il s’agit en premier lieu non pas de faire commerce des cultures, mais de promouvoir la science bactériologique en facilitant l’obtention de matériel d’étude. La preuve en est que plus de 500 espèces, n’ayant encore jamais fait, ou seulement exceptionnellement, l’objet de commandes, sont cultivées sans relâche depuis de nombreuses années et qu’aucun supplément n’est perçu pour les micro-organismes très difficiles à isoler ou à cultiver. En outre, contrairement aux habitudes mercantiles, tout ce qui ne parvient pas au destinataire dans un état parfaitement pur et intact est remplacé sans contrepartie financière.

10Le premier catalogue (1889) comportait 176 espèces de micro-organismes. Le présent catalogue (1902) en compte 794 (en excluant les variétés et les souches). Au cours de l’année d’étude 1901-1902, la collection s’est enrichie de 59 nouvelles espèces.

  • 1 Les cultures vivantes pures d’espèces pathogènes pour l’homme et les animaux ne sont fournies qu’au (...)

11Que les directeurs d’instituts et les auteurs ayant contribué à l’enrichissement de la collection reçoivent ici les remerciements les plus sincères. Le présent laboratoire ne perd jamais de vue son objectif ultime, qui est de mettre à la disposition du chercheur, dans n’importe quel domaine bactériologique, tous les micro-organismes faisant l’objet de son intérêt sous forme de cultures vivantes pures. Pour se rapprocher toujours davantage de ce but, le soutien continu et le plus large possible des directeurs d’instituts et des auteurs est fondamental. Comme chaque année, nous leur demandons de bien vouloir compléter la collection en nous cédant les micro-organismes qu’ils ont isolés et décrits, eux ou leurs étudiants. Cela permet non seulement de poursuivre un objectif bactériologique d’utilité publique et d’éviter que certains micro-organismes ne meurent ou ne soient perdus par accident, mais également d’épargner au donateur (chercheur ou institut) de procéder à une culture longue et coûteuse, car il peut à tout moment, s’il le souhaite, obtenir gratuitement les cultures des micro-organismes antérieurement cédés à la collection. Les instituts de recherche et clinique, qui à l’inverse, ne constituent pas de collection propre de cultures pures des micro-organismes importants pour eux, ou qui souhaitent compléter une collection existante, apprécieront probablement de pouvoir se procurer à tout moment des éléments de comparaison ou d’expérimentation purs et sûrs1.

12Les regroupements annexés au catalogue, lesquels facilitent considérablement la recherche rapide de micro-organismes appartenant aux différents domaines de la bactériologie médicale et technique, ont fait leurs preuves et seront maintenus.

13Le présent laboratoire dispose d’une série de méthodes propres, éprouvées depuis des années, dont certaines ont été communiquées à l’occasion de l’assemblée des naturalistes et des médecins allemands tenue cette année à Karlsbad. Ces méthodes seront prochainement publiées en détail dans la Revue centrale de bactériologie et de parasitologie. Elles permettent de mettre en place les moyens d’enseignement de la bactériologie grâce aux supports listés plus avant : notamment les préparations microscopiques, les microphotogrammes, les diapositives et les tableaux muraux microphotographiques de micro-organismes. Et ce, avec la perfection que l’on peut observer sur les similigravures des planches IV-VI jointes en fin de document.

14Bien respectueusement,
Le laboratoire bactériologique Král.
Prague,
I., Kleiner Ring, 11

15Pour chaque micro-organisme mentionné dans le catalogue des collections, sont remises les préparations suivantes.

XVI. Cultures muséales permanentes2

  • 2 Les cultures vivantes pures d’espèces pathogènes pour l’homme et les animaux ne sont fournies qu’au (...)

16Les cultures muséales permanentes sont des cultures en plaques, en tubes, en boîtes rondes [par injection] ou sur lamelles [de pomme de terre ou de betterave sucrière], réalisées selon les méthodes décrites par Soyka-Král et par Král, dans des récipients de culture prévus à cet effet et en partie accessibles à l’observation microscopique. Au sommet de leur développement, les plus belles des cultures les plus typiques sont, après une sélection minutieuse, fermées de manière étanche aux germes et à l’air et sans avoir été préalablement retouchées. Dans de telles conditions, les colonies et les souches bactériennes conservent leur aspect primaire macro- et microscopique (structure) pendant une durée illimitée. Le présent laboratoire conserve toute une série de cultures permanentes de musée réalisées en 1887. Malgré leurs quinze ans d’âge, elles n’ont rien perdu de leur fraîcheur originelle.

17Les cultures muséales permanentes constituent avant tout un excellent outil didactique, lequel reste toujours accessible et, dans de nombreux cas, rend superflue la mise en place de cultures pédagogiques et la culture chronophage de certaines espèces. En outre, les cultures permanentes de musée sont particulièrement utiles pour le diagnostic différentiel. La possession d’une série de ces cultures permanentes, autrement dit d’un « musée bactériologique », devrait constituer un atout de taille pour de nombreux instituts universitaires, voire s’avérer indispensable pour certains, notamment les muséums d’histoire naturelle.

  1. Cultures muséales : Colonies géantes sur plaques d’agar-agar, dans des boîtes rondes et plates en verre sur trépied, démontrables même avec un faible grossissement, selon Fig. 1, planche I (1/2 taille réelle), ou selon Fig. 2, planche I (micro-organismes du groupe I).Toute culture muséale, en collection de n’importe quelle taille d’un ou plusieurs groupes, ou individuelle… 10 M[arks].

  2. Cultures muséales : Larges tubes à essai ronds, scellés, sur pied en verre, contenant des cultures en lignes typiquement développées sur gélatine solidifiée de biais (utilisables uniquement pour les espèces qui ne produisent pas de pectine et se développant à température ordinaire), sur agar-agar solidifié de biais, sur pomme de terre et sur betterave sucrière (si le micro-organisme en question se développe dans ces deux derniers milieux) selon la Fig. 3, planche I (1/2 de la taille réelle), selon la Fig. 9, planche II (blastomycètes pathogènes du groupe I).
    Toute culture muséale en collection, de n’importe quelle taille d’un ou plusieurs groupes, ou individuelle… 10M [arks].

  3. Cultures muséales : Tubes à essai plats, scellés, sur pied en verre, avec cultures par injection typiquement développées, susceptibles d’être examinées dans toute leur épaisseur même avec un faible grossissement (colonies en profondeur), dans de la gélatine (avec les restrictions mentionnées plus haut) et dans de l’agar-agar selon la Fig. 4, tableau I (1/2 de la taille réelle) et selon la Fig. 8, tableau II (anaérobies du groupe II).

    Toute culture muséale en collection, de n’importe quelle taille d’un ou plusieurs groupes, ou individuelle… 6 M[arks]

  4. Cultures muséales : Boîtes rondes en verre avec massifs bactériens typiques sur tranches de pomme de terre ou de betterave sucrière (sous réserve des restrictions susmentionnées) selon les Fig. 5a et 5b du tableau I.

    Toute culture muséale, en collection, de n’importe quelle taille d’un ou plusieurs groupes ; chaque unité de 12 cultures muséales dans boîte avec couvercle en verre… 120 M[arks]

    Toute culture muséale individuelle au choix… 10 M[arks]

  5. Cultures muséales : Tubes à essai ordinaires, scellés, contenant des cultures en ligne typiquement développées sur gélatine, agar-agar, pomme de terre ou betterave sucrière (avec les restrictions mentionnées plus haut concernant certains de ces milieux de culture), selon la Fig. 7, planche II.

    Toute culture muséale en collection, de n’importe quelle taille d’un ou plusieurs groupes ; chaque unité de 12 cultures muséales en boîte avec couvercle en verre… 40 M[arks]

    Toute culture muséale individuelle au choix… 4 M[arks]
    Le montage associant une colonie et sa représentation en un tout harmonieux, tel qu’il a été conçu et présenté au public pour la première fois par les nouvelles cultures muséales de Král exposées ci-après, est né d’un besoin très personnel rencontré par l’auteur durant ses cours : celui de présenter à son auditoire, d’une manière efficace mais néanmoins susceptible de s’imprégner durablement dans la mémoire, tous les micro-organismes importants pour la discipline concernée, tant du point de vue morphologique que de leur culture. Ce que la culture vivante et le photogramme apportent, considérés isolément, comme moyens de démonstration, ne fait aucun doute. Les deux, combinés de manière appropriée comme c’est le cas des cultures muséales illustrées à la planche III, remplissent cette double tâche de manière encore plus parfaite, ne nécessitant aucune autre recommandation.

  6. Cultures muséales avec microphotogramme : Colonies géantes sur plaques d’agar-agar dans des boîtes plates en verre sur trépied, la structure de la colonie (à sa périphérie) peut être démontrée même avec un faible prégrossissement ; microphotogramme du micro-organisme concerné avec un grossissement au 1000e (pour les espèces mobiles avec coloration du flagelle, pour les espèces sporogènes avec coloration des spores) dans des cadres sous verre sur le même trépied ; selon la planche III (1/2 de la taille réelle).
    Toute culture muséale… 15 M[arks]

XVII. Cultures pures vivantes ordinaires

  • 3 Les cultures vivantes pures de micro-organismes pathogènes pour l’homme et les animaux ne sont remi (...)

18De tous les micro-organismes présents dans la collection3, que leur culture soit facile ou non. Toute culture… 2 M[arks]

XVIII. Préparations microscopiques

  • 4 Note des éditeurs : une référence est faite ici à Richard Neuhauss, Lehrbuch der Mikrophotographie, (...)

19La qualité des préparations microscopiques est bien rendue par les similigravures de la planche IV, réalisées d’après les microphotographies originales. La similigravure est connue pour être l’un des procédés de reproduction les moins adaptés au rendu de microphotogrammes à fort grossissement. Les détails délicats des préparations de flagelles et des préparations non colorées sont représentés de manière indistincte ou floue, voire disparaissent complètement […]4. Les similigravures reproduites sur la planche IV laissent néanmoins apparaître les flagelles, le contenu cellulaire, les membranes, etc. avec une netteté telle qu’on peut en conclure la bonne qualité des préparations microscopiques utilisées. Comme mentionné plus haut, une série de méthodes spécifiques sont utilisées dans la confection des préparations microscopiques pour la coloration des flagelles, des spores, des capsules, des cellules vitales, etc. Celles-ci se distinguent par leur simplicité et l’excellence de leurs résultats. C’est pourquoi chaque préparation microscopique, avec ou sans coloration du flagelle ou des spores, contient un certain nombre de points qui se prêtent particulièrement bien à la microphotographie. Or c’est sans aucun doute là la plus grande exigence que l’on puisse adresser à une préparation microscopique ! Seules les préparations réalisées à partir d’images de mucosités soigneusement sélectionnées (Rhizobiaceae, etc.) sont apparemment moins réussies, car la couche de mucus semble aussi faiblement colorée.

20Les préparations sont fixées sur des lames porte-objets polies de format anglais (26 × 75 mm) ; les lamelles couvre-objets rondes ont un diamètre de 18 mm.

  1. Préparations microscopiques ordinaires, composées à partir d’un ou de plusieurs groupes, en collections de 12 25 50 100 200 300 préparations, boîtes en bois incluses [au prix de] 24 45 80 150 300 450 M[arks]

    Préparations individuelles au choix… 2 M[arks]

  2. Préparations microscopiques avec coloration du flagelle

    Chaque préparation présente des points propices à la prise de photos microphotographiques, comme le montrent certains des microphotogrammes reproduits sur la planche IV sous forme de similigravure.

    Toute préparation… 5 M[arks]

    Tout ensemble, composé à partir d’un ou de plusieurs groupes de

    12 25 50 préparations, boîtes en bois incluses [au prix de] 55 100 210 M[arks]

  3. Préparations microscopiques avec coloration des spores

    Toute préparation… 4 M[arks]

XIX. Diapositives pour la projection

21Avec le nombre limité de systèmes d’immersion dont disposent les instituts les mieux dotés, la représentation objective des micro-organismes au moyen de diapositives de bonne qualité constituerait, pour l’enseignement de la bactériologie, notamment dans les instituts d’hygiène, de pathologie, de botanique, d’agriculture, etc., le meilleur moyen de transmettre simultanément et rapidement les caractéristiques morphologiques des plus petits êtres vivants à un grand nombre d’auditeurs. Si cette voie n’a été que rarement empruntée, c’est que jusqu’à présent, il n’était pas possible d’acheter des diapositives de bactéries. Le présent laboratoire produit depuis le milieu de l’année 1899 de telles diapositives, désormais disponibles sous forme individuelle ou en petites ou grandes séries de tous les groupes mentionnés ici.

22Diamètre de la surface d’image : 6 cm. Réalisation identique à celle des microphotogrammes similigravés de la planche IV.

23Chaque diapositive… 5 M [arks]

XX. Microphotogramme pour démonstration

24de tous les micro-organismes mentionnés dans la liste précédente, toujours d’après des photos originales de leurs propres préparations ; sous forme individuelle, ou en petites ou grandes séries. Les micro-organismes qui possèdent des flagelles et les micro-organismes immobiles qui produisent des spores sont photographiés avec les premiers ou les seconds (double coloration, coloration vitale ou non colorée). Pour les négatifs et les copies, toute intervention artistique (retouche) est en principe exclue.

25Diamètre de la surface de l’image : 6 cm, réalisation identique à celle des microphotogrammes similigravés de la planche IV.

26Chaque microphotogramme… 2 M[arks]

XXa. Tableaux microphotographiques

27avec 9 ou 16 microphotogrammes chacun, choisis parmi certains groupes systématiques ou pratiques, par exemple les principaux représentants des espèces pathogènes pour l’homme ou les animaux, des bactéries mobiles, sporogènes, anaérobiques, acido-résistantes, phytopathogènes, phosphorescentes, lactiques, acétiques, aquatiques, etc.

28Tableau sous verre et cadre
avec 9 microphotogrammes… 20 M[arks]
avec 16 microphotogrammes… 35 M[arks]

29Paraissent également les

XXI. Tableaux muraux microphotographiques de Král

30Jusqu’à présent, l’enseignement de la bactériologie avait recours aux reproductions de dessins schématiques sous forme de tableaux muraux qui reposaient cependant sur les conceptions plus ou moins subjectives de leur auteur. Les tableaux microphotographiques, en revanche, donnent une image totalement objective et dépourvue de toute interprétation par l’auteur du micro-organisme concerné. Pour justifier la publication de telles planches murales microphotographiques de micro-organismes, il suffit de rappeler l’enseignement de Robert Koch de 1881, insistant sur la grande valeur de la représentation objective des êtres vivants inférieurs par la microphotographie. Les avis divergent néanmoins encore quant à la valeur des grossissements de bactéries au-delà du millième. Certains affirment qu’avec des grossissements plus importants, on ne distingue pas davantage de détails, voire plutôt moins en raison de la netteté réduite, qu’avec des grossissements allant jusqu’au millième. Cela est vrai pour l’examen direct et pour notre œil qui se fatigue facilement. Il en va autrement de la plaque ou du papier photosensible, qui ne fatiguent pas l’observateur. L’observation approfondie de planches microphotographiques murales (grossissement au 5000e) permet de mettre en évidence des détails que tout œil est capable de percevoir sur la planche murale, mais pas sur le microphotogramme avec un grossissement au 1000e seulement (planche IV) ou lors de l’examen direct. Cependant, même si les planches microphotographiques murales avec un grossissement au 5000e ne présentaient pas plus de détails que les microphotogrammes à un grossissement au 1000e, elles n’en rempliraient pas moins pleinement leur objectif : fournir une image objective fidèle à la vérité, à des fins de démonstration réservée aux auditoires. De ce fait, elles sont à recommander aux instituts enseignant la bactériologie.

31Planches murales microphotographiques des micro-organismes de Král.

32Grossissement au 5000e ; diamètre de la surface d’image circulaire 30 cm ; montées sur carton épais de 66 × 51 cm.

33Chaque planche murale… 20 M[arks] sous verre et cadre, comme sur la planche VI… 25 M[arks]

34(Ont été publiés : B. anthracis, anthracis symptomatici, diphtheriae, influenzae, pestis bubonicae, tetani, tuberculosis, typhosus, micrococcus tetragenus, proteus vulgaris ; Spirillum cholerae asiaticae, Finkler et Prior, Milleri ; Spirillum volutans (avec flagelles ou avec boules de volutans) ; Streptococcus erysipelatis ; gigas ; Saccharomyces anomalus, cerevisiae Hansen, ellipsoideus v. cratericus, neoformans ; Schizosaccharomyces octosporus ; Staphylococcus pyogenes aureus ; Prototheca moriformis.)

35Veuillez agréer, Monsieur, l’assurance de ma considération distinguée,

36Laboratoire de bactériologie de Král
Prague
I., Kleiner Ring, 11.

Nous remercions Mathias Grote pour son éclairage sur les termes les plus techniques de la traduction.

Haut de page

Bibliographie

Daston, Lorraine et Galison, Peter

2012 [2007] Objectivité, Bruno Latour (préf.), trad. de l’anglais par Sophie Renaut et Hélène Quiniou. Saint-Étienne, Les Presses du réel.

Gallay-Keller, Mathilde

2021 « Conserver et exposer les microbes au tournant du xxe siècle. Le cas de la première collection microbienne de l’Institut Pasteur », Revue d’anthropologie des connaissances 15 (3) [en ligne], disponible sur : http://journals.openedition.org/rac/24154 (consulté le 31 mai 2023).

Grote, Mathias

2022 [2021] « Microbes before Microbiology: Christian Gottfried Ehrenberg and Berlin’s Infusoria », Endeavour 46 (1-2) [en ligne], disponible sur : https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0160932722000151 (consulté le 23/06/2023).

Kirchhelle, Claas et Kirchhelle, Charlotte

2022 « Northern Normal – Laboratory Networks, Microbial Culture Collections, and Taxonomies of Power (1939-2000) », ESTS [en ligne], disponible sur : https://doi.org/10.31235/osf.io/yv5ck (consulté le 23/06/2023).

Kocur, Mislovar

1990 « History of the KRAL collection », in L. Sly and B. Kirshop (dir.), 100 Years of Culture Collections: Proceedings of the Král Symposium to Celebrate the Centenary of the First Recorded Service Culture Collection. Osaka, Institute for Fermentation : 4-10.

Levin, Miriam R.

2015 « Musées, expositions et contexte urbain », in Kapil Raj et Otto Sibum (dir.), Histoire des sciences et des savoirs, t. II, Modernité et globalisation, trad. par Pierre Dubouchet et al. Paris, Seuil : 73-92.

Pontille, David, Milanovic, Fabien et Rial-Seebag Emmanuelle

2007 « Collectionner le vivant : régulation, marché, valeurs », Revue d’économie industrielle 120 : 195-212.

Strasser, Bruno J.

2019 Collecting Experiments: Making Big Datas Biology. Chicago, University of Chicago Press.

Haut de page

Notes

1 Les cultures vivantes pures d’espèces pathogènes pour l’homme et les animaux ne sont fournies qu’aux instituts universitaires.

2 Les cultures vivantes pures d’espèces pathogènes pour l’homme et les animaux ne sont fournies qu’aux instituts universitaires.

3 Les cultures vivantes pures de micro-organismes pathogènes pour l’homme et les animaux ne sont remises qu’aux instituts universitaires.

4 Note des éditeurs : une référence est faite ici à Richard Neuhauss, Lehrbuch der Mikrophotographie, Braunschweig, Harald Bruhn, 1890.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathilde Gallay-Keller, « La collection Král, dispositif pionnier. Fournir des microbes de référence, vivants et en images, dès 1889 »Gradhiva, 36 | 2023, 138-146.

Référence électronique

Mathilde Gallay-Keller, « La collection Král, dispositif pionnier. Fournir des microbes de référence, vivants et en images, dès 1889 »Gradhiva [En ligne], 36 | 2023, mis en ligne le 01 novembre 2023, consulté le 26 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/7494 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gradhiva.7494

Haut de page

Auteur

Mathilde Gallay-Keller

EHESS – LAS – PALOC
mathilde.gallaykeller[at]ehess.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search