Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Chroniques scientifiquesLivresVanessa Manceron, Les veilleurs d...

Chroniques scientifiques
Livres

Vanessa Manceron, Les veilleurs du vivant. Avec les naturalistes amateurs

Paris, Les empêcheurs de penser en rond-La Découverte, 2022
Julien Bondaz
Référence(s) :

Vanessa Manceron, Les veilleurs du vivant. Avec les naturalistes amateurs, Paris, Les empêcheurs de penser en rond-La Découverte, 2022.

Texte intégral

  • 1 Philippe Descola, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005.

1Il est tout à la fois curieux et stimulant qu’un même mot, naturaliste, désigne des acteurs engagés dans la connaissance concrète et l’approche immersive du vivant et une vision du monde réfractaire à toute forme de continuité, sur le plan de leurs intériorités, entre humains et non-humains. Les naturalistes amateurs avec lesquels Vanessa Manceron a mené son enquête, dans le comté rural de Somerset (Sud-Ouest de l’Angleterre), cadrent mal avec l’ontologie naturaliste, telle que Philippe Descola l’a définie1. Certes, ils sont les héritiers du projet encyclopédique des Lumières et ne sauraient guère observer les végétaux, les oiseaux ou les papillons sans en passer par la nomenclature linnéenne, tant il est vrai que les connaître, c’est toujours les reconnaître, les nommer, les insérer dans un système de classification. Il s’agit plus précisément, comme Manceron le montre bien, de faire coïncider le « spécimen vu » avec un « idéal de référence » (p. 153), d’accorder ou de faire concorder (« concordances » est le titre du chapitre 5) deux expériences visuelles : la saisie d’un être vivant singularisé, prélevé par le regard dans son environnement, et la consultation d’une image ou d’un texte descriptif dans un guide ornithologique, entomologique ou botanique. Mais leurs connaissances sont toujours instables. Les « interfaces visuelles et textuelles » (p. 164) se révèlent parfois sujettes à caution, notamment chez les observateurs d’oiseaux, à cause des variations de taille et de couleur. La nomenclature linnéenne forme en outre un système changeant : les espèces sont parfois renommées, les catégories génériques et spécifiques sont rediscutées et redéfinies. Pire encore pour les naturalistes amateurs, l’émergence, depuis les années 1990, du paradigme de la systématique phylogénétique remet en question le primat de l’observation, le prisme visuel de l’histoire naturelle, en proposant une classification reposant sur des critères pour partie invisibles.

2Au-delà des savoirs de référence, l’observation elle-même apparaît hasardeuse. L’identification des spécimens implique de prendre au sérieux les incertitudes, en tenant compte des micro-variations et en assemblant des détails visuels (et acoustiques dans le cas des oiseaux) épars, sur un mode indiciel et non systémique. Pour désigner cette compétence permettant de reconnaître la personnalité visuelle et sonore d’un être vivant sans saisir l’entièreté de ses traits caractéristiques, les observateurs utilisent le terme de jizz, sans doute emprunté au jargon des pilotes de chasse, dans lequel GISS signifie general impression of size and shape (p. 175). Les sens et non seulement les savoirs sont faillibles, à réaffûter toujours, dans la répétition des mêmes déambulations à travers la campagne anglaise, soigneusement quadrillée.

3Tout l’ouvrage de Manceron vise à décrire et comprendre ce « régime d’attention au vivant » des naturalistes amateurs, qu’elle nomme parfois « régime d’attention naturaliste au vivant » (p. 26). Dans leur entreprise faite de patience et d’émerveillement, la production des connaissances et la rigueur taxonomique sont inséparables de l’expérience sensorielle et sensible. Les témoignages oraux ou écrits des naturalistes permettent de saisir les ressorts de leur hobby, les origines enfantines de leur vocation (toute une littérature biographique ou autobiographique, existe, en Grande-Bretagne, sur les manières de se faire naturaliste – to make a naturalist). Rétrospectifs, ces récits de genèse prennent souvent un tour initiatique, avec pour motif récurrent le désir de nommer, de relier les noms vernaculaires et la nomenclature linéenne. Mais seule l’enquête ethnographique permet de rendre compte de « la trame enchevêtrée de la passion cognitive » des naturalistes amateurs (p. 90).

4Pour la saisir il faut par exemple suivre, avec l’auteure, Robin, un retraité de la BBC, qui s’est passionné pour l’observation des buses variables et qui, pour l’ethnologue, écrivit un long et fascinant poème rendant compte de leur traversée du terrain – un terrain pour ainsi dire triple : ceux du birdwatcher et de l’ethnologue, celui imposé par les limites territoriales des buses (pp. 184-186). D’année en année, Robin a observé leur vol, leur comportement, leurs interactions, jusqu’à les reconnaître non comme espèce mais comme individus, qu’il a dessiné et doté de noms personnels, dont il a esquissé les biographies, les appréhendant peu à peu comme une « société locale », « un assemblage d’individus liés par des liens de parenté, d’alliance, de voisinage ou de classes d’âge » (p. 198). Il faut accompagner Liz qui arpente le territoire de sa paroisse – avant d’élargir le terrain de ses observations – pour lister les plantes (noms vernaculaires et savants) et les localiser, parfois les dessiner, dans des carnets. Ces informations lui permettent ensuite de renseigner une carte informatisée. Les données issues de son observation attentive et répétée, idéalement exhaustive, se transforment alors en une cartographie chaque année réactualisée, double image de son « microcosme personnel » et des lois du « macrocosme végétal » (p. 128). Comme Manceron, avec Simon, on se penche sur les cartes de distribution botanique pour comprendre les fluctuations du vivant ou distinguer espèces autochtones et allochtones en scrutant des points de couleur, avant de s’interroger sur la part politique de ces inventaires du vivant qui permettent également de définir le territoire local ou national.

5On ne peut ici citer les nombreuses personnes qui surgissent tout au long de l’ouvrage, dont la démarche, les pratiques et les propos ouvrent des questions à chaque chapitre renouvelées. L’écriture de Manceron nous embarque à leurs côtés : ce ne sont des cas singuliers ni pour l’ethnologue, ni pour le lecteur, mais des guides sinon des initiateurs. Ils partagent avec la chercheuse un même souci d’immersion, une même volonté d’observer sans déranger, de rester à la lisière. Les uns comme l’autre usent de carnets de terrain (field notes), rêvent d’un impossible regard panoptique, entretiennent avec l’idée de perte ou de disparition un rapport mélancolique quoique distancié. Sur ces terrains partagés, l’observation ethnographique redouble en quelque sorte le regard naturaliste, et les passages dédiés aux ressemblances entre les méthodes de l’ornithologie et de l’ethnologie sont particulièrement stimulants (pp. 27 et 182), notamment lorsque la figure méconnue de Tom Harrisson, ornithologue devenu anthropologue, est présentée (pp. 202-211). Dans ces quelques pages, se donne ainsi à lire, de façon réflexive, ce que nous pourrions appeler – en reprenant le vocabulaire de l’auteure – un régime d’attention ethnographique au vivant.

6Il s’agit cependant plus, pour les naturalistes amateurs, d’une quête que d’une enquête. Leur démarche cependant ne relève pas d’un attrait pour le sauvage. « Il semble, note Manceron, que les catégories soient plus utiles pour penser les brouillages et favoriser les relations que pour cantonner des catégories de choses et d’êtres à tenir séparés », ce qui invite à interroger leurs pratiques en termes de « socialisation » (p. 54). Les espèces qui les intéressent ne sont pas perçues comme lointaines ou séparées : elles se caractérisent d’abord par leur autonomie, leur capacité à échapper aux rapports de domination dans lesquels sont parqués les animaux domestiques. Papillons et oiseaux surtout incarnent cette (illusion de) liberté, « le charisme des vivants mobiles » (p. 141). Ils obligent les naturalistes amateurs à l’exploration, à l’« enregistrement occasionnel » (casual record), alors que celles et ceux qui se passionnent pour la botanique développent une méthode d’investigation et d’inventaire plus systématique, qui passe par le maillage du territoire recensé, la définition d’espèces cibles et l’organisation de sorties collectives. Les « modèles sociaux de la quête » (p. 143) sont variés, obligeant à la description fine des pratiques d’enregistrement et des techniques d’observation.

  • 2 Voir aussi John Liep, « Aiborne Kula. The Appropriation of birds by Danish ornithologists”, Anthrop (...)

7Dans tous les cas cependant, l’objectif est de collecter et d’accumuler des données issues de l’observation. Ce principe d’accumulation se traduit souvent par des pratiques de « collecte de spécimens ou de résidus issus du vivant » (p. 77). La démarche des naturalistes amateurs s’inscrit dans des rapports de continuité ou de contiguïté avec des pratiques de collections, soit parce qu’ils évoquent, au sujet de l’origine de leur passion, des souvenirs de collectionnisme enfantin, pierres ramassées sur les chemins, herbiers patiemment constitués ou œufs pris dans les nids (la constitution de collections d’œufs fut en effet une pratique répandue en Angleterre, entre les années 1880 et 1954, date de son interdiction), soit parce que nombre d’entre eux accumulent les livres dédiés à leur domaine de prédilection ou aiment à décorer leur intérieur d’anciennes planches illustrées de spécimens. On pourrait dès lors envisager leur activité comme une collection de « choses vues » (p. 146), quête toujours inachevée marquée par un intérêt pour la rareté des espèces observées. L’auteure nuance néanmoins : les records ne sont pas perçus comme des choses singulières et ne font l’objet d’aucune transaction (p. 148). L’obsession pour la rareté est par ailleurs souvent présentée comme un travers, une chasse aux trophées plutôt qu’une forme d’attachement au vivant. Les amateurs d’ornithologie distinguent ainsi les birders, recenseurs patients et attentifs, des twitchers, observateurs pressés et ultra-mobiles, adeptes de l’application numérique Rare Bird Alerte2. D’autres distinctions sont également mentionnées à propos des récits de genèse, reposant sur des logiques genrées : les filles ont en général davantage recours aux herbiers et planches à dessin, dans une approche artistique, les garçons mettant plutôt l’accent sur les compétences sportives et scientifiques – cueilleuses d’un côté (botanique), chasseurs de l’autre (birdwatching).

8Les naturalistes amateurs doivent plus largement être replacés dans le spectre plus vaste des acteurs et actrices des savoirs sur l’environnement : écologues et naturalistes professionnels, passionnés de jardinage, randonneurs, amateurs d’histoire et d’archéologie, membres de sociétés savantes locales (lesquelles se sont multipliées depuis la création de la plus ancienne d’entre elles, la Somerset Archeological and Natural History Society en 1849), écologistes et activistes de la défense des animaux. Les modalités d’action sont à chaque fois différentes et les naturalistes amateurs entretiennent souvent un rapport distancié avec les formes d’engagement politique. L’histoire naturelle forme certes un « espace continu de résistance » (p. 111), un moyen d’émancipation des catégories et des distinctions sociales, voire de revanche contre l’exclusion des cercles naturalistes savants (pp. 107-108). Mais c’est d’abord en termes de contribution à la fabrique des savoirs naturalistes que les interlocutrices et interlocuteurs de Manceron évoquent leur engagement. Il s’agit de rester en état de veille. La justification du titre de l’ouvrage est de ce point de vue remarquable. Rappelant le premier sens de watch, « regarder avec attention, veiller » (pp. 24-25), l’auteure inscrit les pratiques qu’elle observe dans le cadre plus large d’une histoire de la philanthropie anglaise ne se limitant pas aux humains, dont témoigne parfaitement l’expression d’animal charity (p. 46). Veiller au vivant, c’est envisager la nature comme un ensemble – et même une société – d’êtres à secourir et comme un patrimoine à sauvegarder. Alors qu’elle est davantage perçue comme un bien public en France, l’environnement relève plutôt d’un bien commun ou d’une communauté élargie en Angleterre.

  • 3 Claude Lévi-Strauss, La pensée sauvage, 1962, dans Œuvres, Paris, Gallimard (« Bibliothèque de la P (...)

9Le livre de Manceron est précieux : il témoigne de l’importance de la démarche ethnographique pour comprendre le caractère éminemment concret et littéralement vital des savoirs « sans qualité » (p. 24) des naturalistes amateurs. Leur « paysage mental et ontologique » (p. 160) est composé de relations affectives et sociales avec les non-humains. Si l’auteure critique en passant Claude Lévi-Strauss (p. 66), il me semble qu’elle suit ici son invitation, discrètement énoncée, à dépasser le grand partage en s’intéressant à la place de « la pensée sauvage » dans les sociétés occidentales. L’anthropologue notait en effet, sans développer davantage, que « les conditions pratiques de cette connaissance concrète, ses moyens et ses méthodes, les valeurs affectives qui l’imprègnent, tout cela se trouve et peut être observé tout près de nous, chez ceux de nos contemporains que leurs goûts et leur métier placent, vis-à-vis des animaux, dans une situation qui, mutatis mutandis, est aussi proche que notre civilisation le tolère de celle qui fut habituelle à tous les peuples chasseurs : à savoir les gens du cirque et les employés des jardins zoologiques »3. Birdwatchers, lépidoptéristes et botanistes amateurs offrent désormais, grâce à Manceron, d’autres exemples incontournables de ces contemporains pour qui le vivant ne peut être abstrait de la singularité des rencontres qui le rendent visible.

Haut de page

Notes

1 Philippe Descola, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005.

2 Voir aussi John Liep, « Aiborne Kula. The Appropriation of birds by Danish ornithologists”, Anthropology Today, vol. 17, n° 5, 2001.

3 Claude Lévi-Strauss, La pensée sauvage, 1962, dans Œuvres, Paris, Gallimard (« Bibliothèque de la Pléiade »), 2008, p. 599.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julien Bondaz, « Vanessa Manceron, Les veilleurs du vivant. Avec les naturalistes amateurs »Gradhiva [En ligne], 36 | 2023, mis en ligne le 01 novembre 2023, consulté le 26 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/7593 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gradhiva.7593

Haut de page

Auteur

Julien Bondaz

j.bondaz[at]univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search