Navigation – Plan du site

AccueilNuméros36Chroniques scientifiquesLivresRomain Huret, Les Millions de mon...

Chroniques scientifiques
Livres

Romain Huret, Les Millions de monsieur Mellon : le capitalisme en procès aux États-Unis (1933-1941)

Paris, La Découverte, 2023
Frédéric Keck
p. 187-189
Référence(s) :

Romain Huret, Les Millions de monsieur Mellon : le capitalisme en procès aux États-Unis (1933-1941). Paris, La Découverte, 2023, 272 p.

Texte intégral

1Le public français ignore le nom d’Andrew Mellon. La fondation qui porte son nom est pourtant l’un des principaux soutiens financiers des universités aux États-Unis et ses collections de peinture sont à l’origine de la National Gallery à Washington. Romain Huret rappelle dans ce livre passionnant que cet homme d’affaires, ministre des Finances de trois présidents américains pendant les Roaring Twenties, fut soumis à un procès pour fraude fiscale en 19351.

2Cet ouvrage sur l’histoire des rapports entre capitalisme et démocratie aux États-Unis est aussi une contribution à l’anthropologie des musées. Romain Huret fait clairement référence à l’anthropologie lorsqu’il propose de décrire ce procès comme un rituel en dégradation, analogue à celui qu’observaient les anthropologues des années 1930 dans les sociétés dites alors « primitives ». Il entend par ce terme une façon de sortir d’un état de crise, caractérisé par la circulation d’accusations et de rumeurs, en mettant en scène de façon publique la mise à mort sociale d’un individu qui a accumulé des signes de prestige. Ce parti pris donne à son récit un véritable suspense, alors qu’il pourrait s’enliser dans des dossiers fiscaux à la manière des « marchands de sable » impliqués dans le procès – ceux qui visent précisément à endormir l’accusé par une accumulation de détails techniques de façon à lui soutirer des confessions ou des révélations. Ce livre se présente ainsi comme une enquête ethnographique sur ce que peut la démocratie américaine lorsqu’elle se confronte aux pathologies du capitalisme en utilisant la forme juridique du procès.

3Andrew Mellon a en effet hérité de son père, immigré irlandais protestant, une petite banque créée à Pittsburgh qu’il a fait croître avec son frère au point de constituer un véritable empire financier au début du xxe siècle. Puis il est entré dans les gouvernements républicains Harding, Coolidge et Hoover entre 1920 et 1931 pour mettre en place une administration fiscale favorable aux affaires en général, aux siennes en particulier. Lorsque le démocrate Franklin Roosevelt est élu à la présidence des États-Unis en 1932 et lance la politique du New Deal, le procès intenté à Mellon pour fraude fiscale s’apparente clairement à une condamnation des pratiques économiques qui ont conduit à la crise de 1929 et à un avertissement adressé aux citoyens sur le souci d’équité fiscale du nouveau gouvernement. Les rumeurs sur les profits accumulés par Mellon alors qu’il était au service de l’État allaient bon train : Romain Huret reprend en français le titre d’un ouvrage qui avait défrayé la chronique en 1933, Mellon’s Millions, dans lequel Harvey O’Connor avançait le chiffre de 2,5 milliards de dollars pour la fortune de Mellon et 3 millions pour la somme extorquée au fisc. Si O’Connor écrit dans le style des muckrackers (qu’on peut traduire par « fouilleurs de merde »), en empruntant au sociologue Thorstein Veblen la critique d’une élite adepte de la richesse ostentatoire, l’avocat chargé par Roosevelt du procès, Robert Jackson, s’inscrit dans le courant du réalisme juridique, qui organise des opérations symboliques montrant l’effectivité pratique du droit au-delà de sa complexité technique. Romain Huret, lui, ne fait ni l’un ni l’autre : il porte un regard anthropologique sur ce procès datant d’un siècle, qui ressemble pourtant étrangement à des procès en cours aux États-Unis et en France. Face à un « désordre démocratique », écrit-il, « les témoins se succèdent et parlent d’argent, de don, de valeur des biens et de la parenté » (p. 22).

  • 2 Carlo Ginzburg, Mythes, emblèmes, traces : morphologie et histoire, trad. de l’italien par Monique (...)

4Le procès est en effet l’occasion pour Mellon, défendu par « l’avocat des riches » Franck Hogan, de soutenir sa vision d’un capitalisme austère et darwinien, où la richesse des entrepreneurs bénéficie aux pauvres par ruissellement, et où la régulation fiscale vise à faire consentir les riches à l’impôt – une vision qu’il avait déjà explicitée dans un ouvrage paru au sommet de sa gloire, Taxation: The People’s Business (1925). Face à lui, Robert Jackson, dont Franck Hogan se moque en l’appelant « avocat de la campagne » (country lawyer) – alors même que son travail dans le procès Mellon lui vaudra d’être nommé président du tribunal de Nuremberg par Roosevelt en 1945 – révèle l’incroyable complexité des opérations financières montées par les capitaines d’industrie pour dissimuler leurs activités au fisc et échapper à l’impôt. Le jeu de mots de Daniel Fitzpatrick, dessinateur du St. Louis Dispatch, « The Mellon tax chase », renvoie à la fois à l’affaire juridique (« case ») et à la chasse aux preuves (« chase ») qu’elle occasionne (p. 21). « Le procès se transforme donc en une chasse permanente pour trouver des responsables derrière des murs de comptables, d’auditeurs, de courtiers, de juristes, mais également d’hommes d’affaires et de marchands. Les avocats du gouvernement ne cessent de revendiquer le droit de franchir les “portes” de “l’empire Mellon” ou d’aller à la “pêche” pour trouver des éléments tangibles et identifier des responsabilités. » (p. 95) Si un journaliste du New York Times, Raymond Daniell, critique les « belles histoires racontées par des capitaines qui ont acquis leur pouvoir dans une période d’individualisme sauvage », le terme « sauvage » n’est pas opposé au caractère « civilisé » de l’accusation, car celle-ci doit elle-même « s’ensauvager » pour chasser les preuves en reconstituant minutieusement les procédés de l’accusé. On est ici proche de ce que l’historien Carlo Ginzburg a appelé, pour de tout autres procès inquisitoriaux en Italie, le « paradigme indiciaire », en mobilisant les descriptions des anthropologues sur les sociétés de chasseurs2.

  • 3 Sur le rôle des collections d’art dans le capitalisme, voir Luc Boltanski et Arnaud Esquerre, Enric (...)

5Le procès révèle aussi comment Mellon s’est enrichi grâce à l’acquisition d’œuvres d’art du musée de l’Ermitage, qui les a vendues pour financer la reconstruction du gouvernement de l’Union soviétique3. Des marchands d’art européens viennent spécialement témoigner à Pittsburgh, déclarant que cette dépense d’un montant de 6 millions de dollars est une contribution à un « grand temple de l’art », puisque Mellon voulait donner ses collections à un grand musée américain consacré à la peinture européenne. Or Roosevelt dénonce à l’époque les « marchands du temple » en défendant une vision de l’art plus populaire qui exalte les forces des travailleurs secoués par la crise économique. La discussion juridique porte donc sur la valeur de ces biens acquis pour être exposés au public, car Mellon, tout en prétendant agir en philanthrope donateur de la nation, les a gardés chez lui pour les contempler dans la solitude de son palais. L’art apparaît ainsi, à travers le procès de Mellon, comme un opérateur de sacralisation des biens permettant de les dérober au contrôle de l’impôt. Dans un vocabulaire durkheimien, on pourrait dire que Mellon profane le sacré en le retirant du temple pour en faire un objet de manipulation financière.

6Romain Huret mobilise également le registre de l’anthropologie sociale lorsqu’il décrit les relations de parenté qui ont construit « l’empire Mellon ». Son frère Richard est mort juste avant le procès, dont il est le grand absent. Sa femme l’a quitté vingt ans auparavant dans des conditions sordides qui ne lui ont donné aucun droit à l’héritage. Andrew Mellon a donc constitué un trust pour gérer l’argent qu’il souhaite léguer à ses deux enfants : l’un, étudiant en art à l’université de Cambridge, ne donne aucun signe de vouloir reprendre les activités financières de son père, tandis que l’autre est mariée à un riche héritier du Maryland. Toute la discussion juridique porte donc sur la possibilité pour Mellon de continuer à gérer son argent à travers ce trust, tout en déclarant au fisc qu’il l’a donné à ses enfants. Jackson démontre que « la création des trusts familiaux doit moins à un geste sentimental qu’à un froid calcul sur la manière de transmettre des millions en payant le moins d’impôts possible » (p. 159). Alors que le capitalisme américain s’est construit sur la figure puritaine du père de famille transmettant à ses enfants à la fois un capital économique et des valeurs morales, comme l’a montré Max Weber, les formes nouvelles d’enrichissement financier au début du xxe siècle et les réformes fiscales que le gouvernement américain a dû instaurer pour les réguler ont conduit à faire émerger dans les années 1920 la figure d’un père calculateur, moins soucieux de la transmission d’un héritage que de la conservation d’une fortune. Cette figure est popularisée par le Picsou de Walt Disney et par le personnage moustachu sur la boîte du jeu Monopoly, dont Andrew Mellon serait également le modèle.

7Le procès met donc en scène une différence d’interprétation des valeurs du capitalisme au tournant du xxe siècle. Pour Andrew Mellon, qui évalue ses pratiques à la lumière des valeurs inculquées par son père, les 3 millions de dollars réclamés par le fisc ne sont qu’une façon légale de diminuer l’impôt, à laquelle se prêtaient de nombreux conseillers dans les années 1920, alors que les véritables fraudeurs sont les criminels comme Al Capone, que Mellon a réussi à faire emprisonner pour fraude fiscale lorsqu’il était ministre en 1931. Pour Franklin Roosevelt, qui juge les pratiques de Mellon à partir d’un droit fiscal plus favorable aux classes populaires, il s’agit bien d’une fraude par multiplication des procédures de fusions et acquisitions dont le responsable échappe ainsi à l’impôt. Le procès de Mellon permet donc de mettre en question la responsabilité de l’enrichissement, en opposant au principe vertical de la transmissibilité de l’héritage un principe horizontal de progressivité de l’impôt, la crise de 1929 ayant dramatiquement confronté ces deux principes de justification de la richesse (p. 188).

8Le livre se conclut par un double dénouement du procès. D’une part, le succès dans les médias des accusations portées par Jackson conduit Mellon à rencontrer Roosevelt le 31 décembre 1935, au lendemain de sa réélection. Il accepte de financer pour 9 millions de dollars la construction et l’entretien d’un musée à Washington qui ne portera pas son nom et qui deviendra la National Gallery of Art, où sa collection de peintures sera exposée puis enrichie par d’autres acquisitions. Le 26 août 1936, Andrew Mellon meurt, et le 1er décembre 1936, il est acquitté de toute intention d’évasion fiscale, mais son entreprise doit verser à l’État 400 000 dollars pour une fusion frauduleuse. La National Gallery of Art est inaugurée par Roosevelt le 17 mars 1941 en présence des enfants d’Andrew Mellon, dont il loue la « richesse du don » et la « modestie d’esprit ». Le 17 décembre 1941, l’attaque du Japon sur les bases américaines de Pearl Harbour contraint Roosevelt à s’allier avec les grandes dynasties capitalistes qu’il avait accusées jusque-là, notamment la famille DuPont de Nemours, engagée dans le projet Manhattan pour la construction de la bombe atomique. Mais Romain Huret remarque que la notion de « criminalité en col blanc » (white-collar crime) est théorisée pour la première fois le 17 décembre 1939 par Edwin Sutherland, président de l’American Sociological Association, pour désigner ces crimes qui échappent à la conscience collective parce qu’ils s’entourent d’un ensemble de justifications de papier et d’experts en inscriptions. Huret souligne ainsi que le procès de Pittsburg mené par le Board of Tax Appeals contre Andrew Mellon en 1935-1936 a donné « chair » à un « monstre » qui ne cessera de hanter le capitalisme américain en mettant à l’épreuve sa démocratie.

  • 4 Voir Claude Lévi-Strauss, Anthropologie structurale zéro, Vincent Debaene (préf. et éd.), Paris, Se (...)
  • 5 Voir Emmanuelle Chevreau, Frédéric Audren, Raymond Verdier (dir.), Henri Lévy-Bruhl : juriste socio (...)
  • 6 Voir Emmanuel Didier, En quoi consiste l’Amérique ? : les statistiques, le New Deal et la démocrati (...)
  • 7 Voir Frédéric Keck, Préparer l’imprévisible : Lévy-Bruhl et les sciences de la vigilance, Paris, PU (...)

9L’histoire de ce procès en dégradation au cœur du capitalisme américain peut être lue comme une contribution à l’anthropologie des musées car elle montre des logiques d’enrichissement, d’accusation et de résolution de conflits comparables à celles qui intéressent les anthropologues dans d’autres sociétés. La référence pour une telle anthropologie serait moins l’héritage de Claude Lévi-Strauss, reprenant la politique américaine d’après-guerre à travers la notion d’échange généralisé4, que celui de Lucien Lévy-Bruhl, réfléchissant à la responsabilité d’une façon qui résonne avec la politique américaine d’avant-guerre. Son fils Henri joua un rôle important dans la réorganisation des sciences sociales en France après 1945 à travers une double activité : d’une part, l’étude du droit romain, pour comprendre le passage de l’ordalie, forme primitive de jugement par l’épreuve du feu ou de l’eau, aux procès modernes basés sur des preuves écrites ; d’autre part, la criminalité en col blanc, à travers l’étude des statistiques sur les fraudes fiscales5. Son petit-fils Raymond a introduit les statistiques du New Deal en France pour organiser la reconstruction sociale et économique après la Seconde Guerre mondiale6. Cet intérêt d’Henri et Raymond Lévy-Bruhl pour les nouvelles formes d’enquête via les techniques statistiques importées des États-Unis leur vient de l’engagement de leurs père et grand-père dans l’affaire Dreyfus, qui fut un véritable procès en dégradation orchestré par l’armée française contre un de ses membres supposé traître parce que juif, en fabriquant de faux documents au Bureau des statistiques de l’État-major. Tout le travail ethnologique de Lucien Lévy-Bruhl répond à l’affaire Dreyfus en analysant des formes d’anticipation de l’avenir échappant aux lois de la contradiction logique7. Le procès en dégradation de Mellon peut alors apparaître comme une inversion de celui de Dreyfus : cette fois, la raison statistique est mobilisée pour le progrès social et non pour la réaction raciste ; mais dans les deux cas, la rationalité du procès juridique met en lumière un processus apparemment irrationnel qui transforme en preuves les valeurs dont s’enrichissent les individus.

  • 8 Voir Frédéric Keck, Les Sentinelles des pandémies : chasseurs de virus et observateurs d’oiseaux au (...)
  • 9 Voir Ismaël Moya et Alice Doublier (dir.), Terrain 78 : Capitalisme sauvage, 2023.

10La comparaison entre les deux procès fait sentir l’ambiguïté d’une notion émergeant dans l’ombre des rituels sacrificiels qui distribuent de façon nette le sacré et le profane : celle de la sentinelle, au sens d’une chasse aux preuves dans l’incertitude de ce qui est à venir8. Dreyfus est présenté par ses défenseurs dans les années 1890 comme une sentinelle de la violence coloniale, mais des « Sentinels of the Republic » sont organisés dans les années 1920-1930 par les Républicains américains pour dénoncer le « fédéralisme paternel » et son usage punitif de l’impôt comme un outil de construction du socialisme (p. 192). Alors que les formes de milice et de surveillance se multiplient aujourd’hui dans l’ombre des sacrifices par lesquels se refonde la démocratie dans un capitalisme de plus en plus sauvage9, l’héritage des procès en dégradation de Dreyfus et de Mellon est aussi l’ambivalence de cette figure moderne de la sentinelle.

Haut de page

Notes

1 https://www.mellon.org/ L’absence de débat aux États-Unis sur ce nom donné à un grand nombre d’institutions culturelles et universitaires est frappante, alors même que le département d’anthropologie de l’université de Berkeley retire le nom d’Alfred Kroeber parce qu’il s’est mal comporté envers l’Indien Ishi.

2 Carlo Ginzburg, Mythes, emblèmes, traces : morphologie et histoire, trad. de l’italien par Monique Aymard et al., Paris, Flammarion, 1989.

3 Sur le rôle des collections d’art dans le capitalisme, voir Luc Boltanski et Arnaud Esquerre, Enrichissement : une critique de la marchandise, Paris, Gallimard, 2017.

4 Voir Claude Lévi-Strauss, Anthropologie structurale zéro, Vincent Debaene (préf. et éd.), Paris, Seuil, 2019.

5 Voir Emmanuelle Chevreau, Frédéric Audren, Raymond Verdier (dir.), Henri Lévy-Bruhl : juriste sociologue, Paris, Mare & Martin, 2018.

6 Voir Emmanuel Didier, En quoi consiste l’Amérique ? : les statistiques, le New Deal et la démocratie, Paris, La Découverte, 2009.

7 Voir Frédéric Keck, Préparer l’imprévisible : Lévy-Bruhl et les sciences de la vigilance, Paris, PUF, 2023.

8 Voir Frédéric Keck, Les Sentinelles des pandémies : chasseurs de virus et observateurs d’oiseaux aux frontières de la Chine, Paris, Seuil, 2021.

9 Voir Ismaël Moya et Alice Doublier (dir.), Terrain 78 : Capitalisme sauvage, 2023.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Frédéric Keck, « Romain Huret, Les Millions de monsieur Mellon : le capitalisme en procès aux États-Unis (1933-1941) »Gradhiva, 36 | 2023, 187-189.

Référence électronique

Frédéric Keck, « Romain Huret, Les Millions de monsieur Mellon : le capitalisme en procès aux États-Unis (1933-1941) »Gradhiva [En ligne], 36 | 2023, mis en ligne le 01 novembre 2023, consulté le 26 février 2024. URL : http://journals.openedition.org/gradhiva/7600 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gradhiva.7600

Haut de page

Auteur

Frédéric Keck

keck.fred[at]gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-SA-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-SA 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search