Skip to navigation – Site map

Since 2005, the publication of the Gradhiva review has been taken over by the Quai Branly Museum. The journal provides a focal point for debates about the history and current developments of anthropology based on unpublished studies, archives and first-hand accounts. Gradhiva also privileges the study and analysis of real or symbolic objects as well as museological and anthropological questions. Above all, the journal is open to a whole range of disciplines: ethnology, aesthetics, history, sociology, literature and music. It is keen to develop, through previously unpublished and unusual iconography, an interaction between texts and images.

Latest issue
2018 issue 28
Capsules temporelles

252 pages — 92 illustrations — 20 €
ISBN 978-2-35744-111-8

Une capsule temporelle est une œuvre de sauvegarde collective de biens et d'informations, comme témoignage destiné aux générations futures. Elle peut être intentionnellement créée et enterrée, souvent lors d’une cérémonie programmant la date de son ouverture, ou résulter d’une catastrophe, comme le site archéologique de Pompéi. Si les capsules temporelles remontent aux premières formes de civilisation écrite, comme en Mésopotamie, elles sont aussi au cœur des pratiques des artistes contemporains qui souhaitent constituer une archive de leur vie quotidienne, comme le faisait Andy Warhol.

La description des capsules temporelles soulève des questions symboliques sur ce qu’une société ou un individu souhaite transmettre aux générations futures. Mais elle pose aussi des problèmes d’infrastructure matérielle. Comment stocker les objets dans une capsule temporelle de façon à constituer une totalité signifiante ? Comment conserver ces données de façon à ce qu’elles se préservent dans des conditions climatiques encore inimaginables ? Comment communiquer avec les générations futures pour leur indiquer la signification de ces témoignages ?

Les capsules temporelles croisent tout un ensemble de questions qui se posent dans des lieux très différents où des matériaux et des informations sont stockées et conservées pour se transmettre aux générations futures. Ce numéro pourra donc aborder ces questions dans les pratiques d’art contemporain, dans les fouilles archéologiques, dans les musées, dans les centrales nucléaires, dans les banques de données biologiques ou numériques. Sur des terrains et des objets précis, on interrogera comment un patrimoine se constitue non plus seulement par la conservation du passé mais par la projection dans un avenir.