Skip to navigation – Site map

Home

Since 2005, the publication of the Gradhiva review has been taken over by the Quai Branly Museum. The journal provides a focal point for debates about the history and current developments of anthropology based on unpublished studies, archives and first-hand accounts. Gradhiva also privileges the study and analysis of real or symbolic objects as well as museological and anthropological questions. Above all, the journal is open to a whole range of disciplines: ethnology, aesthetics, history, sociology, literature and music. It is keen to develop, through previously unpublished and unusual iconography, an interaction between texts and images.

Latest issue
2020 issue 31
L’idéal du musicien et l’âpreté du monde

L’idéal du musicien et l’âpreté du monde
More about this picture
Credits : © Photo Eric Bouvet.
184 pages — 70 illustrations — 20 €
ISBN 978-2-35744-131-6

À l’origine de ce numéro, il y a le programme artistique transculturel de la fondation Royaumont : dans cette abbaye cistercienne des confins du Val d’Oise, se fabrique depuis deux décennies une musique inclassable, qu’on dit « transculturelle ». Des artistes porteurs de traditions distinctes y travaillent ensemble sur un temps long rythmé par plusieurs résidences pour aboutir à une création musicale commune. Mais suffit-il à un opérateur culturel de convoquer quelques anciens combattants américains et irakiens pour sceller la réconciliation des deux pays ennemis ? Les acteurs culturels feraient-ils semblant de croire à leurs discours comme les Grecs de Paul Veyne croyaient en leurs mythes ou mon fils au Père Noël : juste pour nous faire plaisir ?

N’empêche. Évoquer cet idéal du musicien, c’est activer, une fois encore, « cette vieille idée humaniste, toujours démentie par l’expérience, jamais récusée pourtant, qui consiste à croire qu’un assaut de beautés et de grandeurs saura braver la méchanceté du monde » (Patrick Boucheron).

Comment, en effet, expliquer que la musique soit si souvent invoquée quand il s’agit de réfléchir à l’avènement d’une société plus ouverte et apaisée ? Quand il s’agit de panser les plaies de la guerre ? D’aider à toutes les formes de reconstruction ?

Ce numéro de Gradhiva prend au sérieux le fait de considérer la musique comme un art de faire ensemble et, singulièrement ici, comme un art qui introduit à la diversité du monde.

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search