Skip to navigation – Site map

Home

Lead

Since 2005, the publication of the Gradhiva review has been taken over by the Quai Branly Museum. The journal provides a focal point for debates about the history and current developments of anthropology based on unpublished studies, archives and first-hand accounts. Gradhiva also privileges the study and analysis of real or symbolic objects as well as museological and anthropological questions. Above all, the journal is open to a whole range of disciplines: ethnology, aesthetics, history, sociology, literature and music. It is keen to develop, through previously unpublished and unusual iconography, an interaction between texts and images.

Latest issue
33 | 2022
Wampum : les perles de la diplomatie

Wampum. Beads of Diplomacy in New France
Edited by Paz Núñez-Regueiro and Nikolaus Stolle
Wampum : les perles de la diplomatie
More about this picture
Credits: © musée du quai Branly–Jacques Chirac, photo Patrick Gries.

Exposition au musée du quai Branly-Jacques Chirac, du 8 février au 15 mai 2022.

Vers le tout début du XVIIe siècle en Amérique du Nord-Est, alors que la France étend son emprise coloniale dans la région, de petites perles cylindriques en coquillage, les wampums – ou « porcelaines » pour les Français - commencent à être utilisées comme objets d’échange entre Amérindiens et Européens. Chez les nations autochtones, le wampum a un usage social et politique bien établi, ornant souvent les objets de prestige. Certaines nations iroquoiennes en font des colliers tissés et des ficelles de perles qui servent à matérialiser la parole donnée. Dans un monde de l’oralité où l’écrit n’a pas encore sa place, les nations européennes se plient aux protocoles autochtones, et adoptent ces « perles qui parlent » pour négocier alliances et traités. Ainsi débute une histoire vieille de plus de quatre siècles au cours de laquelle les sens et valeurs du wampum évoluent au gré des bouleversements politiques et culturels qui affectent la région et mettent à mal l’autonomie amérindienne.

Cette exposition part sur les traces des exemplaires de wampums conservés en France, parmi les plus anciens au monde, et revient sur leurs significations et leurs usages à travers le temps. Le dialogue engagé à cette occasion entre les collaborateurs abénaki, français, huron-wendat et haudenosaunee (iroquois) revisite les relations issues de la rencontre de deux mondes, les traditions autochtones, l’adaptation européenne à ces traditions, la mythologie iroquoienne et le monde amérindien aux XVIIe-XIXe siècles, ainsi que le rôle des wampums dans nos sociétés contemporaines, objets de musées mais aussi de créations artistiques, des cérémonies et des revendications autochtones d’aujourd’hui.

  • Logo Musée du quai Branly
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search