Navigation – Plan du site

13 | 2018
Archéologie du passé, mélancolie du présent - I

Première partie
Sous la direction de Andrea Cavazzini et Antoine Janvier

La problématique des séquences politiques émancipatrices est aujourd’hui structurellement et durablement inscrite dans un geste d’exploration du passé. Le souci de la politique d’émancipation, de ses conditions et de ses limites, parvient de moins en moins à se formuler autrement que sous la forme d’un discours sur le passé. Tout se passe, autrement dit, comme si la confrontation avec les mémoires et les reconstructions, les bilans rétrospectifs et les archives, était la seule condition de possibilité d’une telle formulation. De quoi cette situation est donc le symptôme ? Que révèle-t-elle de l’économie subjective du présent ?

L’hypothèse de ce Dossier des Cahiers du GRM est que cette condition relève d’une impasse de la subjectivité « militante » ou « engagée » contemporaine, vue à la fois dans sa continuité « impossible » à l’égard de la séquence politique qui se referme catastrophiquement dans les années 1970 et dans l’échec d’une nouvelle séquence de mobilisations déclenchée par la crise de 2007.

Ce Dossier monographique essaie de se confronter au champ subjectif de la « mélancolie de gauche » que structure cette double impasse, et d’en contourner les pièges : il s’agit d’explorer les manières dont des expériences et des consciences « militantes » ou « engagées » ont, entre les années 1980 et aujourd’hui, essayé d’élaborer et de surmonter les impasses du présent, les traumatismes du passé et les ruptures brutales qui surviennent entre les temps historiques. Le Dossier vise ainsi à esquisser l’amorce d’une enquête sur des manières de survivre, en tant que subjectivité « engagée » ou « critique », par-delà le clivage qui nous sépare à la fois de la réconciliation avec le passé et de l’efficacité dans le présent.

  • OpenEdition Journals