Navigation – Plan du site

AccueilNumérosPratiques et expériences de l'enq...Notice sur les textes d’Ernest Jo...

Notice sur les textes d’Ernest Jones et Florence Kelley

Andrea Cavazzini

Résumé

Introduction aux traductions de Florence Kelley et Ernest Jones

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Monde

Index chronologique :

XIXème et XXème siècles
Haut de page

Texte intégral

1Les textes que nous présentons dans ce Dossier des Cahiers du GRM représentent une couche archéologique du corpus marxiste et du mouvement ouvrier qui reste assez enfouie mais dont la généalogie et la postérité ne sont pas sans intérêt, notamment du point de vue du statut des pratiques de l’enquête dans le montage théorico-pratique – comme le dirait Althusser : la rencontre entre l’analyse scientifique des rapports de production et le mouvement ouvrier – que nous connaissons sous le nom réducteur de « marxisme ».

2Ernest Charles Jones (1819-1869) est un avocat, poète et romancier anglais, l’une des figures les plus importantes du mouvement Chartiste – un mouvement des travailleurs anglais dont les premières revendications portaient, en 1838, sur l’abolition du système électoral censitaire, mais qui donna lieu, notamment autour de 1848, à des mouvements coopératifs et à des formes embryonnaires d’action syndicale parmi les travailleurs des manufactures.

3Ernest Jones représente l’aile la plus lucide et radicale du Chartisme, voulant prolonger les revendications politiques en lutte sociale et allant jusqu’à préconiser la prise violente du pouvoir par les travailleurs. Sa rupture avec le Chartisme modéré l’amena à adhérer à la Première Internationale.

  • 1 Les textes que nous traduisons sont extraits de Ernest Jones, Notes to the People t. I, Londres, J. (...)

4Jones créa en 1850 les Notes to the People1, une publication à laquelle Marx contribua avec des articles sur 1848 en France – mais il co-écrivit avec Jones plusieurs textes et la plupart des articles consacrés aux problèmes économiques, qui parurent entre 1851 et 1852, bénéficièrent probablement de la plume et des analyses de Marx.

  • 2 Thierry Drapeau, « The Roots of Karl Marx’s Anti-Colonialism », in Jacobin Magazine, 04/01/2019, ht (...)

5Marx et Engels appréciaient chaleureusement le travail de Jones, et les positions de ce dernier en faveur de la libération de l’Irlande et de l’Inde du joug de l’exploitation coloniale contribuèrent à changer les opinions des deux théoriciens allemands sur la fonction civilisatrice de l’impérialisme2.

6Dans les textes que nous avons choisis pour ce Dossier, Jones inaugure un régime discursif qui semble constituer une transition entre, d’une part, les Cahiers de doléances dans lesquels les états de l’Ancien Régime exposaient les causes de leur mécontentement et, d’autre part, des formes embryonnaires d’analyse, de la part des travailleurs, des ressorts structurels de leurs conditions d’exploitation et des formes de lutte les plus efficaces pour les renverser. Les premiers appels de Jones aux travailleurs pour qu’ils prennent la parole et se fassent les analystes de leur propre situation – des appels répétés qui témoignent de la difficulté rencontrée par Jones à faire parler en sujets les « supports » des rapports d’exploitation – sont suivis de quelques témoignages directs, de moins en moins rares au fil des parutions des Notes to the People, de travailleurs « conscients ».

7Les écrits de Jones, le geste de mettre à disposition des travailleurs ses Notes, manifeste également une conscience précoce mais déjà fort lucide du problème de la circulation du discours oppositionnel, de l’existence durable d’espaces autonomes d’expression et de débats en rupture avec les schémas idéologiques dominants : la volonté de donner une forme à la prise de parole des travailleurs est déjà indissociable des conditions matérielles de déconstruction de l’idéologie dominante.

8Florence Kelley (1859-1932) est une figure majeure des luttes pour les droits sociaux aux Etats-Unis, connue principalement pour sa lutte contre le système des sweatshops – c’est-à-dire les ateliers caractérisés par des conditions de travail systématiquement misérables, illégales ou dangereuses – et pour la promotion des droits des enfants, du salaire minimum et de la journée de travail limitée à huit heures.

9Florence Kelley a aussi fondé et présidé en 1899 la Ligue des consommateurs – dont le texte inaugural fait partie de nos traductions – dont le but était d’articuler la critique des conditions de travail et de production des biens à l’intervention et à l’engagement des citoyens-acheteurs ordinaires. Les problèmes de la consommation et de la situation faite aux consommateurs dans une économie capitaliste sont rarement traités dans la tradition marxiste, bien que Raniero Panzieri et les Quaderni rossi aient insisté à plusieurs reprises sur la fonction de la normalisation de la consommation dans la régulation des rapports capitalistes (les Trente Glorieuses ont justement associé l’essor de la consommation de masse à une perte radicale de contrôle, et à une extrême indifférence, à l’égard des conditions sociales, environnementales et sanitaires de la production de marchandises). Les courants féministes italiens inspirés par l’opéraïsme essayeront également d’investir la sphère de la reproduction sociale et du travail domestique d’un point de vue qui pourrait être rapproché de celui de Florence Kelley.

10L’activité militante de Florence Kelley, qui s’est exprimée dans des champs aussi différents que le droit de vote des femmes, l’égalités des droits pour les Noirs d’Amérique, les conditions sanitaires dans les usines et la protection de l’enfance, est à l’origine de nombreuses lois et mesures favorables aux intérêts du labour. En particulier, elle a contribué à l’écriture du Rapport Brandeis en 1908, qui a débouché sur la réduction des heures de travail imposées aux femmes. Cet avis juridique de la Cour Suprême privilégiait pour la première fois aux Etats-Unis les données et les preuves sociologiques et médicales par rapport aux citations de la jurisprudence et se prononçait sur les effets néfastes des conditions de travail à partir des résultats des enquêtes de terrain et des sciences sociales appliquées : le texte du rapport consistait la plupart du temps en des analyses et témoignages tirés des rapports d’inspecteurs d’usine, médecins du travail, syndicalistes, économistes et intervenants sociaux.

11Cet aspect de l’action de Florence Kelley – l’usage direct des connaissances de terrain pour modifier des conditions sociales néfastes – est celui que nous avons essayé de documenter, et n’est pas sans rapport avec l’histoire du marxisme, car Florence Kelley a traduit en 1885 La situation de la classe laborieuse en Angleterre de Friedrich Engels, dont elle deviendra la correspondante. Les textes que nous traduisons portent tous sur l’usage des sciences sociales et des enquêtes de terrain dans l’action militante, et en particulier sur les conditions de réappropriation d’un savoir transformateur par l’homme ordinaire dans un univers social de plus en plus déterminé par les réseaux invisibles de la production et de la consommation.

12Ernest Jones et Florence Kelley appartiennent à l’histoire du corpus de pratiques, de textes et de savoirs que l’on peut appeler « marxisme » : mais ils y appartiennent d’une manière particulière. Les modèles d’intervention qu’ils incarnent sont très différents de ceux du Révolutionnaire professionnel et du Théoricien critique qui dominent le XXème siècle et en partie aussi la fin du XIXème. C’est des modèles qui gravitent autour de l’inscription directe du savoir et de la parole dans l’action, mais qui, précisément grâce à une telle inscription, s’écartent d’une attitude suiviste ou étroitement pragmatique pour poser directement la question de l’appropriation d’un savoir de la part d’acteurs de terrain qui se transforment en sujets à travers cette appropriation – des modèles donc qui rendent indissociable le problème de l’action militante et de l’autonomie politique des gens ordinaires de cet autre problème capital que pose l’auto-détermination de la fonction intellectuelle au sein d’un processus de libération collective.

13Ces testes témoignent d’une figure du militantisme qui a caractérisé surtout les expériences dans le monde anglo-saxon – il n’est pas difficile de reconnaître dans la rhétorique de Jones l’écho du romantisme anticapitaliste d’un William Blake, et, à travers ce dernier, de la tradition de la Révolution anglaise des Diggers et des Levellers, alors que dans les initiatives de Kelley on peut trouver une articulation saisissante entre le mouvement ouvrier et l’hypothèse tocquevillienne d’un contre-pouvoir diffus des associations de base –, mais dont le rapport avec des couches plus visibles de l’histoire du marxisme devrait être interrogé : le Chartisme et le travail de Jones sont décisifs pour transformer le jeune philosophe et journaliste de Trèves en Karl Marx, auteur de la Critique de l’économie politique, et la jeune activiste Florence Kelley traduit un livre d’Engels qui a non seulement instruit le jeune Marx, mais aussi tout le rapport du socialisme moderne naissant face à la réalité des classes laborieuses. Vers la fin du XIXème siècle, Lénine, Rosa Luxemburg et Georges Sorel gardent des liens solides avec ces pratiques politiques et théoriques différentes tant de la forme-Parti rationalisée que de la recherche du fondement philosophique du marxisme.

14Autrement dit, les pratiques de l’enquête, au sens le plus large de ce terme, ne sont pas une invention des Quaderni rossi et du maoïsme (bien que ces deux expériences en fassent la redécouverte systématique) : elles sont impliquées dans le « processus de production » des classiques, dans leur formation initiale, leur première réception et les contextes multiples de leurs interventions théoriques et politiques.

15Il est sans doute malheureux que les recherches sur la généalogie des pensées communistes et socialistes aient jusqu’ici négligé, du moins dans les espaces francophone et italophone, le rôle du Chartisme dans le devenir du laboratoire marxien et le rôle des travaux de Marx et d’Engels dans les mouvements et les associations en Angleterre et aux États-Unis.

16C’est des oublis qui entraînent, entre autre chose, l’invisibilité persistante d’un certain nombre de figures qui restent à explorer tels la Chartiste Helen MacFarlane, première traductrice du Manifeste, socialiste et féministe hégélienne-chrétienne lectrice de David Friedrich Strauss, l’ami de Marx, Edward Spencer Beesley, membre de la branche britannique de la Société positiviste des disciples d’Auguste Comte, connue pour ses campagnes contre l’impérialisme et la colonisation, ou encore la fille de Marx, Eleanor Marx-Aveling, auteure en 1885 d’un livre-enquête sur l’enfer des usines anglaises – des oublis singuliers dans le contexte actuel marqué par la diffusion des études post-coloniales et du féminisme : symptôme probable d’un refoulement qui n’agit pas que dans un seul sens et qui empêche de reconnaître par quelle multiplicité de pratiques et de discours révolutionnaires – au sens pratique du terme – l’hypothèse communiste et le corpus marxiste ont été travaillés et nécessairement surdéterminés.

Haut de page

Notes

1 Les textes que nous traduisons sont extraits de Ernest Jones, Notes to the People t. I, Londres, J. Pavey 47, Holywell Street, 1851.

2 Thierry Drapeau, « The Roots of Karl Marx’s Anti-Colonialism », in Jacobin Magazine, 04/01/2019, https://www.jacobinmag.com/2019/01/karl-marx-anti-colonialism-ernest-jones

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrea Cavazzini, « Notice sur les textes d’Ernest Jones et Florence Kelley »Cahiers du GRM [En ligne],  | 2020, mis en ligne le 02 janvier 2021, consulté le 26 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/grm/2927 ; DOI : https://doi.org/10.4000/grm.2927

Haut de page

Auteur

Andrea Cavazzini

Membre du GRM

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© GRM - Association

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search