Navigation – Plan du site

AccueilNuméros18

18 | 2021
Critique de l’expérimentation: paradigmes politiques et technologies gouvernementales

Sous la direction de Andrea Cavazzini et Alain Loute
Au début de la crise sanitaire en 2020, des mots tels qu’« expérimentation » ou « expérimenter » ont été parmi les plus fréquemment utilisés pour essayer de saisir le sens des événements et pour envisager des réactions possibles. De l’enseignement au tourisme, du travail à la santé, l’épidémie semble avoir déverrouillé toutes les sphères de la société, en restituant aux acteurs situés l’initiative et la responsabilité, en les forçant à « réfléchir ensemble » et à s’écarter des sentiers battus.
Pourtant, le vocabulaire de l’expérimentation peut résonner d’une manière plus inquiétante, pour peu qu’on se rappelle qu’une expérimentation peut impliquer une différence très marquée entre les positions active et passive – entre l’action de l’expérimentateur, d’une part, et, de l’autre, le matériau « expérimentable », voire les cobayes. L'hypothèse de ce Cahier du GRM est que ce double visage du mot « expérimentation » – incitation à l’initiative ou à l’auto-organisation locale et manipulation illimitée d’objets inertes – ne se révèle à l’occasion de la crise épidémique que parce qu’il était déjà implicite dans un paradigme pratique et discursif reliant aujourd’hui les politiques publiques, les régimes de savoir et la réflexion sur l’action politique.
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search