Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20VariaPour l’anniversaire de The People...

Varia

Pour l’anniversaire de The People’s Papers

Karl Marx
Traduction de Andrea Cavazzini

Résumé

Le Discours de Marx porte sur le pari que le prolétariat sera capable de contrôler les forces productives en évitant ainsi le déclin de la civilisation.

Haut de page

Entrées d’index

Index géographique :

Europe

Index chronologique :

XIXème siècle
Haut de page

Texte intégral

Discours du 14 avril 1856

1Les soi-disant révolutions de 1848 n’ont été que des pauvres incidents – de petites fractures et fissures dans la croûte aride de la société européenne. Toutefois, elles ont rendu le gouffre manifeste. Sous une surface apparemment solide, elles laissaient voir des océans de matière liquide n’ayant besoin que de se répandre pour être en mesure de faire voler en éclats des continents entiers faits de la roche la plus dure. Dans le bruit et dans la confusion, elles ont proclamé l’émancipation du Prolétaire, c’est-à-dire le secret du XIXème siècle et de la Révolution au XIXème siècle. Cette révolution sociale n’était pas, il est vrai, une nouveauté venant d’être découverte en 1848. La vapeur, l’électricité et la machine automatique étaient des révolutionnaires bien plus dangereux que les citoyens Barbès, Raspail et Blanqui eux-mêmes. Mais, en dépit du fait que l’atmosphère dans laquelle nous vivons pèse sur chacun avec la force de 20.000 livres, est-ce que vous la ressentez ? Pas plus que la société européenne avant 1848 ne ressentait l’atmosphère révolutionnaire qui l’enveloppait et la pressait de tous les côtés. Il est un fait majeur, caractéristique de ce XIXème siècle, un fait qu’aucun parti n’ose nier.

2D’une part, des forces industrielles et scientifiques ont surgi dans l’existence, desquelles aucune époque de l’histoire humaine précédente n’a jamais eu le moindre soupçon. D’autre part, on constate les symptômes du déclin, dépassant de loin les horreurs des derniers jours de l’Empire romain. De nos jours, toute chose semble porter dans son ventre son contraire. Le machinisme, doué du pouvoir merveilleux d’abréger et de rendre plus fructueux le travail humain – nous le voyons affamer et surcharger les travailleurs ; les nouvelles sources de la richesse sont changées, par un sort étrange et tordu, en sources de pénurie ; les victoires de la technique semblent s’accomplir au prix d’une perte de caractère.

3Au fur et à mesure que le genre humain maîtrise la nature, l’homme semble devenir l’esclave des autres hommes ou de son propre avilissement. Même la lumière pure de la science semble incapable de resplendir autrement que sur le fond obscur de l’ignorance. Toutes nos inventions et tous nos progrès semblent finir par doter les forces matérielles d’une vie intellectuelle, et par abêtir la vie humaine jusqu’à en faire une force matérielle.

4Cet antagonisme entre, d’une part, l’industrie moderne et la science, et, d’autre part, la misère et la décomposition également modernes, est un fait, palpable, accablant, et impossible à dénier. Certains groupes pourront pleurer à cause de cela ; d’autres pourraient souhaiter se débarrasser des techniques modernes, afin de se débarrasser des contradictions modernes. Ou alors ils pourraient imaginer que des progrès si remarquables dans l’industrie impliquent une régression tout aussi remarquable en politique. De notre côté, nous ne nous trompons pas quant au vrai visage de l’esprit malin qui continue de marquer de telles contradictions. Nous savons que, pour fonctionner convenablement, les nouvelles forces de la société ne demandent, quant à elles, que d’être maîtrisées par des hommes nouveaux – et ces hommes, c’est les ouvriers [working men]. Ils sont une création de l’époque moderne au moins autant que le machinisme lui-même.

  • 1 [Créature féerique astucieuse et porteuse de désordre issue du folklore celte ; fréquemment appelée (...)
  • 2 [Société secrète d’inspiration chrétienne créée en Westphalie au XIIIème siècle et dissoute en 1811 (...)

5Dans les signes qui affolent les classes moyennes, l’aristocratie et les pauvres prophètes de la régression, nous reconnaissons notre brave ami, Robin Goodfellow1, la vieille taupe qui creuse la terre si rapidement, ce digne mineur – la Révolution. Les ouvriers anglais sont les fils aînés de l’industrie moderne. Ainsi, ils ne seront certainement pas les derniers à contribuer à la révolution sociale produite par cette industrie, une révolution qui implique l’émancipation de leur propre classe partout dans le monde, car elle est aussi universelle que le règne du capital et que l’esclavage salarié. Je connais les luttes héroïques que la classe ouvrière anglaise a dû traverser depuis le milieu du siècle dernier – des luttes moins glorieuses, car elles sont enveloppées dans l’obscurité, et passées sous silence par les historiens appartenant aux classes moyennes. Pour venger les méfaits des classes dominantes, il existait au Moyen Âge, en Allemagne, un tribunal secret, la Vehmgericht [Sainte-Vehme]2. Lorsqu’une croix rouge était vue sur une maison, les gens savaient que son propriétaire avait été condamné à mort par la Vehme. Toutes les maisons d’Europe sont désormais marquées par cette mystérieuse croix rouge.

L’histoire est le juge – le prolétariat est son bourreau.

Notice du traducteur

6Ce Discours de Marx a été publié le 19 avril 1856 dans la revue du mouvement Chartiste The People’s Papers, dirigée par son ami Ernest Jones et dont il était lui-même un collaborateur fréquent3.

  • 4 Pour une analyse détaillée des contenus et de la réception du « Fragment », voir Riccardo Bellofior (...)

7Le texte date donc de la même époque que les Grundrisse (ou « Manuscrits de 1857-1858 ») et du célèbre « Fragment sur les machines »4. Dans son Discours, Marx semble reformuler les positions que l’on peut extraire du « Fragment » : les puissances techno-scientifiques de la production accouchent d’une classe sociale – on dirait presque d’un nouveau type humain – capable de soumettre à sa volonté et à son intelligence les structures industrielles et technologiques propres à l’époque moderne.

  • 5 « Homme libre et esclave, patricien et plébéien, baron et serf, maître de jurande et compagnon, bre (...)

8Toutefois, le Discours anglais met l’accent sur la décomposition des sociétés européennes qu’engendre la dynamique du capital, si la révolution prolétarienne ne viendra pas maîtriser les forces productives déchaînées : le thème de la ruine des civilisations comme issue d’une lutte des classes incapable de déboucher sur des rapports sociaux subjectivement et objectivement supérieurs est évoqué dans le Manifeste de 18485, et il a été vraisemblablement inspiré par le déclin de l’Empire romain, dont la décadence relève de l’impossibilité de dépasser les contradictions de l’économie esclavagiste vers une synthèse sociale, politique et culturelle plus consistante.

9Ainsi, le prolétariat apparaît à la fois comme le porteur d’une phase historique plus avancée et comme le dernier obstacle s’opposant à un déclin catastrophique : une idée, celle de la révolution comme frein devant la décadence, qu’on retrouvera chez Georges Sorel et les « marxistes occidentaux » qu’il a influencés, tels Lukács, Gramsci et Benjamin.

  • 6 Jacob Taubes, « Culture et idéologie », intervention publiée dans les Actes du colloque des sociolo (...)

10Le Discours de 1856 a refait surface à l’époque de la dernière tentative de percer au niveau mondial la « carapace d’acier » des rapports capitalistes : en 1968, Jacob Taubes le cite en ouverture d’un texte où l’intervention de Marx est vue comme une première prise de conscience du devenir-irrationnel du capitalisme avancé6. C’est Max Weber qui renverse les positions de Marx en 1856 en suggérant que les hommes produits par le capitalisme pleinement déployé sont justement les plus radicalement incapables d’en maîtriser les forces déchaînées :

  • 7 Ibid., p. 365-367.

La structure extérieure de la domination bureaucratique se répercute à l’intérieur de l’organisation psychique et culturelle. L’extérieur et l’intérieur sont tous deux également soumis au destin. Chez Weber, le césarisme de l’organisation et le statut de fellah existant au sein de la civilisation tardive s’articulent sans problème. Dès son traité sur L’Ethique protestante et l’esprit du capitalisme (…), sa thèse centrale est que le capitalisme victorieux s’est détaché des conditions psychiques des débuts de la société bourgeoise depuis qu’il repose sur une base mécanique (…). La transformation de l’homme de métier libre par vocation à l’homme assujetti au métier est le cœur de toute l’analyse de Weber (…). La société industrielle a uniquement besoin d’hommes d’organisation (Ordnungsmenschen) et non pas d’hommes nouveaux grâce auxquels les nouvelles forces productives produiraient pleinement leurs effets7.

11Taubes insiste sur le fait que la sociologie allemande, entre Weber et Arnold Gehlen, renverse les thèses de Marx en ayant recours à des images mythologiques, telle la « carapace d’acier » qui finit par engloutir ceux qui l’habitent. Mais il conviendra de rappeler que, dans son Discours, Marx utilise massivement des figures féeriques, moyenâgeuses ou telluriques, qui semblent faire allusion à une dimension cachée et potentiellement maligne de la révolution et finalement de l’Histoire. Puck, la « vieille taupe » et la Sainte-Vehme constituent des références ambiguës, bien différentes de l’enthousiasme solaire à l’égard de l’individualité prise « dans le mouvement absolu du devenir » qui sous-tend le « Fragment sur les machines ». En 1856, c’est peut-être le « démonique » goethéen qui est évoqué, la force ambivalente qui transforme toute action dans son contraire et qui revient hanter les triomphes faustiens de l’autoaffirmation. Il semble donc que Marx, dans ce texte, exprime la reconnaissance des limites du rationalisme et de ce que l’on pourrait appeler « les Lumières » quant à la possibilité de penser tant le mode de production capitaliste que son renversement. La Révolution prolétarienne renoue avec des forces que la modernité a refoulées et cachées, dont les traces ne restent actives que dans les spectres et les fantasmes d’un Moyen Âge fabuleux – on pourra aussi observer que le rapprochement de la Révolution (ou de l’Histoire censée accoucher de la Révolution) avec un tribunal secret pratiquant des condamnations à mort sommaires et discrétionnaires est assez sulfureux, bien qu’il soit assez clairvoyant quant à la réalité révolutionnaire du XXème siècle.

12On a affaire là à de thèmes marxiens et marxistes peu fréquentés aujourd’hui, mais qu’il conviendrait de creuser face aux symptômes de décomposition que manifeste notre conjoncture issue de l’échec du cycle des révolutions mondiales. Au moment où il semblerait que les rapports sociaux capitalistes deviennent incapables de garantir la satisfaction de besoins (devenus) essentiels, il faut peut-être constater que de tels rapports ont aussi décomposé la capacité de l’humanité de résoudre, ou de voir, les problèmes qui pèsent sur elle.

Haut de page

Notes

1 [Créature féerique astucieuse et porteuse de désordre issue du folklore celte ; fréquemment appelée Puck, c’est avec ce nom qu’elle apparaît dans le Songe d’une nuit d’été de William Shakespeare. NdT].

2 [Société secrète d’inspiration chrétienne créée en Westphalie au XIIIème siècle et dissoute en 1811 ; composée d’aristocrates et de chevaliers, sa fonction était de rendre justice dans les territoires en proie au désordre et à la désorganisation dans le Saint-Empire allemand. NdT].

3 Le texte est téléchargeable à cette adresse : https://www.marxists.org/archive/marx/works/1856/04/14.htm. L’édition utilisée est celle du premier tome des œuvres de Marx et Engels, Progress Publishers, Moscow, USSR, 1969. Dans cette édition, les deux notes sur Robin Goodfellow et la Sainte-Vehme sont imprécises et réticentes, probablement à cause du caractère très peu progressiste des références de Marx. Les deux versions françaises disponibles sur marxists.org ne reproduisent pas ces notes, ce qui rend les allusions marxiennes peu compréhensibles, et celle de Louis Janover et Maximilien Rubel attribue au texte un titre, « Appel au prolétariat anglais », qui ne correspond guère au contenu de la conférence.

4 Pour une analyse détaillée des contenus et de la réception du « Fragment », voir Riccardo Bellofiore et Massimiliano Tomba, « Marx et les limites du capitalisme : relire le « fragment sur les machines », in Période, 17 septembre 2015, http://revueperiode.net/marx-et-les-limites-du-capitalisme-relire-le-fragment-sur-les-machines/

5 « Homme libre et esclave, patricien et plébéien, baron et serf, maître de jurande et compagnon, bref oppresseurs et opprimés, en opposition constante, ont mené une lutte ininterrompue, tantôt ouverte, tantôt dissimulée, une lutte qui finissait toujours soit par une transformation révolutionnaire de la société tout entière, soit par la disparition des deux classes en lutte » (Karl Marx-Friedrich Engels, Manifeste du Parti communiste, traduction de 1893 par Laura Marx-Lafargue, http://classiques.uqac.ca/classiques/Engels_Marx/manifeste_communiste/Manifeste_communiste.pdf)

6 Jacob Taubes, « Culture et idéologie », intervention publiée dans les Actes du colloque des sociologues allemands (Francfort, 8-11 avril 1968), édités par Th. W. Adorno, maintenant in J. Taubes, Le temps presse. Du culte à la culture, traduit et édité par Mira Köller et Dominique Séglard, Paris, Seuil, 2009.

7 Ibid., p. 365-367.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karl Marx, « Pour l’anniversaire de The People’s Papers »Cahiers du GRM [En ligne], 20 | 2022, mis en ligne le 07 décembre 2022, consulté le 15 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/grm/4024 ; DOI : https://doi.org/10.4000/grm.4024

Haut de page

Auteur

Karl Marx

Docteur en philosophie, journaliste, membre actif de la Première Association Internationale des Travailleurs.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search