Navigation – Plan du site
2013

Weitzer Ronald, Legalizing Prostitution: From Illicit Vice to Lawful Business

New York, New York University Press, 2012
Milena Jakšić
Référence(s) :

Weitzer Ronald, Legalizing Prostitution: From Illicit Vice to Lawful Business, New York, New York University Press, 2012

Texte intégral

1« Le sexe est légal. Vendre est légal. Pourquoi vendre du sexe est illégal ? » (p. 47). Cette citation de George Carlin résume sans doute le mieux la problématique au cœur de cet ouvrage du sociologue américain Ronald Weitzer, connu pour ses nombreux travaux sur la traite et la prostitution (Weitzer, 2000). À partir d’une enquête menée dans trois pays qui ont légalisé l’activité prostitutionnelle, de facto ou de jure – les Pays-Bas, la Belgique et l’Allemagne – Ronald Weitzer soulève la question épineuse et très controversée de la légalisation de la prostitution. Il consacre également un chapitre (chapitre 3) à la législation américaine en matière de prostitution, à partir d’une étude de deux états ayant légalisé ou en partie réglementé la prostitution, le Nevada et le Rhode Island.

  • 1 En témoigne d’ailleurs la diffusion et le nombre de ventes des films X. En 2006, les Américains ont (...)

2L’ouvrage de Ronald Weitzer s’ouvre sur le constat suivant : alors que l’industrie du sexe est en plein essor, alors qu’elle connaît, depuis une période récente, une certaine normalisation1, la prostitution continue à être appréhendée a contrario, comme une activité déviante et/ou comme une violence à l’encontre des femmes, ce qui constitue autant d’obstacles à sa légalisation. Or, ce sont justement les points forts et les points faibles de la légalisation d’un phénomène considéré encore comme « tabou » que cet ouvrage se propose d’examiner. Pour ce faire, Ronald Weitzer insiste sur la nécessité de rompre avec deux paradigmes dominants qui entourent les discours sur la prostitution (chapitres 1 et 2). D’un côté, le paradigme dit de l’oppression (oppression paradigm), formalisé par les mouvements abolitionnistes qui appréhendent la prostitution sous le seul prisme de l’exploitation et de la violence à l’encontre des femmes et, de l’autre, le paradigme dit de l’empowerment ou de la puissance d’agir (empowerment paradigm), porté par les travailleurs-euses du sexe qui, dans leur opposition aux lobbies abolitionnistes, tendent à idéaliser ce qu’elles considèrent comme un « travail du sexe ». Ce faisant, les deux paradigmes non seulement essentialisent la prostitution mais continuent à alimenter de nombreux mythes qui l’entourent. Ronald Weitzer défend a contrario une approche qualifiée de polymorphe (polymorphous paradigm), visant à appréhender la prostitution dans toute sa complexité, selon les lieux, les époques, les conditions du travail et le type d’activité exercée. L’un des avantages de l’approche polymorphe est de rompre avec l’idée selon laquelle la prostitution se réduirait à la seule prostitution de rue. À l’inverse, Ronald Weitzer insiste dans cet ouvrage sur un autre type de prostitution, en milieu fermé (indoor prostitution), bien plus importante par son ampleur et le nombre de personnes concernées, au point où dans certains pays, comme la Thaïlande, elle représente la forme la plus répandue des transactions sexuelles. Comme son nom l’indique, la indoor prostitution s’exerce à l’intérieur des établissements spécifiquement dédiés à ce type d’activités, tels que les bordels, les salons de massage, les bars, les hôtels, les saunas, etc. Pour Ronald Weitzer, la indoor prostitution présente plusieurs avantages : contrôle des tiers (chefs d’établissement notamment), sécurité des travailleurs-euses du sexe, meilleurs gains financiers et sur le plan psychologique, une plus grande confiance en soi (notamment en raison des gains). Du côté des clients, là encore on constate des différences notables par rapport à la prostitution de rue. De nombreux clients disent en effet se rendre dans ces établissements à la recherche d’un rapport affectif, d’une « intimité sexuelle », ils payent pour une relation plutôt que pour un rapport sexuel (p. 33), et considèrent les travailleurs-euses du sexe comme leurs « partenaires » et non comme des « objets » sexuels. Ainsi, pour un certain nombre d’hommes fréquentant ce type d’établissements, le sexe n’est qu’un prétexte à un besoin de nature plus émotionnelle ou affective. Plus que l’argent, sont échangés ici des biens matériels, affectifs ou encore moraux. En ce sens, les analyses de Robert Weitzer rejoignent celles d’Elizabeth Bernstein (2007) (citée par l’auteur) ou de Sébastien Roux (2011) dans son enquête consacrée au tourisme sexuel.

3L’approche polymorphe de Ronald Weitzer le conduit, dans le chapitre 4, à examiner différentes formes de légalisation qui, loin d’être synonymes de laxisme, comprennent toujours une forme de réglementation des transactions sexuelles, une fois l’activité prostitutionnelle décriminalisée. « La réglementation » (regulation), souligne Ronald Weitzer, « est ce qui distingue la légalisation de la simple décriminalisation » (p. 76). Elle prend différentes formes : obtention par les travailleurs-euses du sexe du statut de salarié-e, limitation des transactions sexuelles à des zones géographiques spécifiques (loin des écoles, des églises etc.), accompagnement médical et sanitaire, limite d’âge fixée à 18 ou 21 ans, etc. Contrairement aux régimes qui criminalisent l’activité prostitutionnelle, la légalisation prévoit la pénalisation des seules activités portant atteinte à l’intégrité des personnes (viols, agressions physiques, usage de la contrainte ou de la violence, et « autres types de crimes »). Ronald Weitzer insiste donc sur le fait que la légalisation est toujours accompagnée d’une forme de réglementation, contrairement à la décriminalisation qui, en l’absence de tout contrôle et de toute surveillance, continue à exposer les personnes prostituées aux risques d’atteinte à leur intégrité physique.

4Toutefois, la légalisation est elle-même polymorphe. Ronald Weitzer distingue deux types de légalisation. Une légalisation d’abord de facto, définie par l’auteur comme « la réglementation officielle de pratiques illégales » (p. 81). En effet, dans ce type de légalisation, la prostitution demeure illégale, mais les personnes prostituées sont autorisées à exercer leur activité à condition de ne pas porter atteinte à l’ordre public. Les chefs d’établissements, quant à eux, doivent payer une licence, mais leurs établissements restent illégaux. Ce type de légalisation existait en Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne, avant la décriminalisation de la prostitution. Le second type de légalisation est une légalisation de jure : la prostitution devient légale, mais sa légalisation introduit une frontière entre activités légales et illégales. Très souvent, dans ce type de régime, la prostitution de rue est davantage surveillée, au motif que ce contrôle « par le bas » aurait un effet dissuasif sur les prostituées de rue, davantage exposées à la contrainte et à la violence.

5Dans le chapitre 4, Ronald Weitzer examine plusieurs types de légalisation à partir d’une étude de cas concernant le Nevada, le Mexique, la Nouvelle Zélande et l’Australie. En s’appuyant sur les résultats d’enquêtes menées par d’autres chercheurs-euses, la complexité de chaque cas examiné valide sa thèse sur la nécessité d’une approche polymorphe loin des présupposés abolitionnistes ou pro travail du sexe (sex work). Ses conclusions sont elles-mêmes à la fois prudentes et nuancées. Il souligne d’abord que la légalisation n’entraîne jamais une disparition automatique et totale du stigmate de la prostituée. Les personnes continuent à taire la nature de leur activité ou hésitent à déposer plainte en cas d’abus ou de violences. En outre, la légalisation est toujours productrice de nouveaux illégalismes et de nouvelles catégories d’illégaux, à l’instar des mineures ou des étrangers sans papiers ou sans permis de travail. Les illégalismes sont parfois le fait des personnes qui refusent d’intégrer le nouveau système, jugeant le coût de la réglementation bien trop élevé. La légalisation ne fait donc pas disparaître les illégalismes, et n’est pas sans risques pour les personnes prostituées, mais elle ne fait pas non plus accroître leur nombre. L’auteur la juge toutefois meilleure à la criminalisation ou à la décriminalisation qui échappe à toute forme de réglementation étatique.

6Une fois examinés les points forts et les points faibles de la légalisation, les trois chapitres suivants sont consacrés aux études de cas concernant la Belgique, l’Allemagne et les Pays-Bas, et plus précisément aux villes d’Antwerpen, de Frankfurt et d’Amsterdam. Dans toutes ces villes, l’auteur a mené une enquête de terrain par observation, couplée d’entretiens auprès des officiers-ères de police, des élu-e-s locaux-ales, des chef-fe-s d’établissements et des militant-e-s pro travail du sexe. Chaque chapitre est accompagné de photos prises par l’auteur qui donnent à voir les établissements et les zones piétonnes spécifiquement dédiées aux transactions sexuelles. Ces images défient les stéréotypes et les clichés si souvent associés à la prostitution et traduisent la grande diversité des pratiques qui accompagnent la légalisation. Si l’un des mérites de ces trois chapitres est d’illustrer la grande variété des transactions sexuelles selon le type d’établissement et la nature des services proposés, son objectif final est de nous inciter à réfléchir aux meilleures pratiques (best practices) en matière de prostitution. Il devient clair, à la lecture de ces trois chapitres, que Ronald Weitzer est favorable pour sa part à une légalisation à deux rails (two-track policy), qui consiste à limiter la prostitution de rue tout en donnant la priorité à la prostitution en milieu fermé. L’auteur justifie cette politique à deux rails du fait des risques auxquels sont exposées les prostituées de rue. Non seulement cette forme de prostitution présente un « problème social » (social problem), mais elle constitue également un « problème écologique » (ecological problem) pour les riverains. La solution prônée par Ronald Weitzer consiste à aider les prostituées de rue à quitter le trottoir, tout en garantissant des droits à celles et ceux qui continuent à exercer leurs activités dans les établissements fermés. La légalisation devrait donc limiter ou contenir la prostitution de rue au profit de la prostitution en milieu fermé : hôtels, salons de massage, bordels, bars, eros centers, etc. Pour Ronald Weitzer, la légalisation apparaît comme la meilleure solution si l’on prend en compte le point de vue de tous les acteurs et actrices concerné-e-s par la prostitution, – riverains, clients, élu-e-s locaux-ales – et pas seulement des travailleurs-euses du sexe. L’auteur ajoute que le fait de limiter la prostitution de rue est également une manière de mettre un terme aux dénonciations abusives de la prostitution dans son ensemble.

7Si Legalizing Prostitution constitue une contribution majeure au champ de recherches sur la prostitution et le travail sexuel, il n’échappe pas pour autant à une série de critiques qui n’enlèvent rien à la qualité de cet ouvrage important. On est d’abord frappée par le fait que Ronald Weitzer appréhende la prostitution de manière totalement isolée, comme si elle n’interagissait point avec d’autres phénomènes, tels que les migrations, l’ordre public ou encore la criminalité dite organisée. Si Ronald Weitzer semble conscient de ces liens, il ne les aborde jamais de front ou si peu et de manière déviée. Il est à ce titre significatif que l’auteur ne fait guère référence aux travaux de Rutvica Andrijašević (2010) ou de Claudia Aradau (2008), pourtant disponibles en anglais et consacrés aux relations entre traite des êtres humains, prostitution et politiques migratoires au sein de l’Union européenne. Une approche par mise en relation aurait donné plus d’épaisseur à ses analyses des différents régimes de la prostitution. Ensuite, si Ronald Weitzer insiste sur la prise en compte des points de vue de tou-te-s les acteurs-trices concerné-e-s par la prostitution, le point de vue des travailleurs-euses du sexe manque cruellement à son analyse. Mise à part quelques données d’opinion collectées par d’autres chercheurs-euses, on ne sait rien de ce que ils ou elles pensent de la légalisation. On ne sait rien non plus de leurs trajectoires professionnelles (conditions de passage de la prostitution de rue à la prostitution en établissement, par exemple), de leurs relations aux chef-fe-s d’établissements, aux clients, aux services de police chargés d’inspecter la validité de leurs papiers etc. Presque aucun entretien n’est cité, contrairement aux entretiens conduits auprès des élu-e-s locaux-ales, des chef-fe-s d’établissements ou des clients. Enfin, on sait très peu de choses des conditions dans lesquelles l’enquête a été menée. L’auteur s’appuie beaucoup sur les enquêtes conduites par d’autres chercheurs-euses, mais il ne dit rien des conditions de sa propre enquête. On sait qu’il a mené des observations au sein de différents établissements, mais on ignore tout de la durée de ses observations, de son accès au terrain, de la manière dont il a été perçu, des difficultés rencontrées, etc. De la même manière, quelques questions demeurent quant à ce qui a été observé. Si l’ouvrage offre des descriptions précieuses quant à l’atmosphère qui règne dans les établissements étudiés, Ronald Weitzer ne semble avoir assisté à aucun contrôle de police, à aucune altercation entre chef-fe-s d’établissements et clients et/ou travailleurs-euses du sexe. Pourtant, en mobilisant la sociologie du travail et des professions, Ronald Weitzer aurait pu nous donner des informations précieuses quant aux normes et aux règles qui régissent les activités de ces services de contrôle et sur la nature des contraintes qui animent leurs actions. Autrement dit, ce qui manque à cet ouvrage, c’est une sociologie des institutions chargées d’appliquer les politiques de la légalisation et de leurs interactions avec les principales concernées par ces politiques.

Haut de page

Bibliographie

ANDRIJAŠEVIĆ Rutvica, Migration, Agency and Citizenship in Sex Trafficking, New York, Palgrave Macmillan, 2010.

ARADAU Claudia, Rethinking Trafficking in Women. Politics out of Security, New York, Palgrave Macmillan, 2008.

BERNSTEIN Elizabeth, Temporarily Yours: Intimacy, Authenticity, and the Commerce of Sex, Chicago, University of Chicago Press, 2007.

ROUX Sébastien, No money, no honey. Economies intimes du tourisme sexuel en Thaïlande, Paris, Ed. La Découverte, 2011.

WEITZER Ronald, Sex for Sale: Prostitution, Pornography, and the Sex Industry, New York, Routledge, 2000.

Haut de page

Notes

1 En témoigne d’ailleurs la diffusion et le nombre de ventes des films X. En 2006, les Américains ont dépensé 13,3 billions de dollars pour les magazines, DVD et vidéos X (p. 3).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Milena Jakšić, « Weitzer Ronald, Legalizing Prostitution: From Illicit Vice to Lawful Business », Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 22 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/gss/2740

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals