Navigation – Plan du site
2013

Chaumont Jean-Michel, Le mythe de la traite des blanches. Enquête sur la fabrication d’un fléau

Paris, La Découverte, 2009
Michal Raz
Référence(s) :

Chaumont Jean-Michel, Le mythe de la traite des blanches. Enquête sur la fabrication d’un fléau, Paris, La Découverte, 2009

Texte intégral

1De 1924 à 1927, un comité spécial d’experts, nommé par la Société des Nations (SDN) a pour but d’étudier ce qu’on appelait « la traite des blanches ». Aux alentours de 2004, Jean-Michel Chaumont, professeur de sociologie historique à l’Université catholique de Louvain, découvre les archives de ce comité, situées à Genève, et commence un travail méticuleux pour comprendre comment le rapport final a été rédigé et sur quelles bases empiriques. Plus de quatre-vingt ans après sa publication donc, ce rapport, considéré jusqu’alors comme un document fiable et scientifique, se révèle farfelu. Lorsque l’on examine les coulisses de sa rédaction – ce que Jean-Michel Chaumont nous permet de faire de façon détaillée – on se rend compte à quel point les conclusions sont faussées, combien d’informations concernant son objet ont été occultées, censurées, manipulées.

2Et si la « traite des blanches » n’était qu’un mythe, ou plutôt un problème dont l’importance a été exagérée, volontairement, pour servir des buts politiques ? C’est la thèse principale de Chaumont, qu’il démontre à travers les extraits des délibérations des différentes sessions de ce fameux Comité d’experts international. Il donne à voir, de manière convaincante, que les données des enquêtes sur lesquelles le rapport d’experts est fondé ont été « tronquées », selon l’auteur intentionnellement (par « mauvaise foi »), et utilisées uniquement pour prouver ce qu’ils voulaient prouver : que la traite des blanches est un problème global grave et que son succès est étroitement lié à l’existence des maisons closes et donc à une réglementation de la prostitution dans certains pays.

3Le rapport que Chaumont étudie est rédigé à partir de différents comptes rendus d’enquêtes effectuées par des chercheurs envoyés en Europe et en Amérique, et sur des questionnaires remplis par trente-huit pays, rapports qui seront en fin de compte quasiment ignorés. Ces enquêtes prolongent une série d’études entamées au début du siècle renforçant les mouvements abolitionnistes des années 1880-1914. Ce rapport s’inscrit donc dans le sillage des affaires médiatisées comme « l’affaire des petites anglaises » en Belgique en 1880. Les données empiriques recueillies précédemment l’ont été notamment dans le cadre des deux enquêtes Rockefeller : la première, menée par Kneeland en 1913, au cours de laquelle « ni les mineures, ni les majeures contraintes n’ont fait l’objet d’investigations spécifiques » ce qui prouve, selon Chaumont, que la traite des blanches n’était qu’un prétexte pour enquêter sur la prostitution en général (p. 42) ; la deuxième était dirigée par Flexner et publiée sous le nom de Prostitution in Europe en 1914. On commence dès lors à constater que les trafiquants dirigent leurs victimes vers l’Amérique latine : « dans cette dernière cité [Buenos Aires], on trouve 192 bordels pourvus de 1022 pensionnaires de différentes nationalités. (…) Les sentiers obscurs [des victimes] sont retraçables depuis la Galicie en passant de Vienne et Berlin à Hambourg » (p. 52).

4Après le rappel de ce contexte particulier, les différentes parties du livre décrivent ce que Chaumont appelle des « opérations intellectuelles » effectuées par ces experts afin de satisfaire leur objectif initial. Ces opérations sont soumises à la critique méthodologique de l’auteur qui montre ainsi ce que la science ne devrait pas faire pour être vraiment scientifique.

5Premier signal d’alarme : les résultats ressemblent exactement à ce qu’on a voulu démontrer, sans nuance. Ensuite, il dénombre les défauts méthodologiques qui ont permis que le rapport paraisse scientifique alors qu’il est fondé sur une mascarade : la définition de la traite élargie au point de perdre son sens ; la faible démonstration du lien entre réglementarisme et traite ; la présentation des femmes prostituées comme passives et trompées sans préoccupations de leur situation économique ; le caractère douteux des sources d’information souvent basée sur des rumeurs non vérifiées ; la manipulation ou l’ignorance des statistiques ; la constitution de toutes les prostituées étrangères en victimes de la « traite » et immigrées forcées, alors que les nombreuses sources indiquent au contraire qu’un bon nombre d’entre elles connaissaient leur destination et voulaient partir pour travailler dans ce métier ; la disqualification ou l’ « oubli » des sources qui ne convergeaient pas avec leurs hypothèses ; la censure des données qui pouvaient nuire à l’image d’un État-membre, et enfin, les mesures de « protection » souvent répressives qu’ils conseillaient sur la base de ces « faits » établis.

6Chaumont explique à chaque fois les intérêts qui ont amené les experts à procéder ainsi et raconte le déroulement passionnant de leurs discussions internes parfois tendues. Les raisons de leur défaillance se résument selon l’auteur à leur « incompétence » voire leur « machiavélisme ». On ne peut comprendre cette production de savoir sans tenir compte les intérêts et les positions de ces producteurs de connaissances.

7Les difficultés multiples qu’ils ont rencontrées au cours de la rédaction du rapport sont dues notamment au fait que deux objectifs visés se trouvaient en contradiction : d’une part, prouver l’existence d’une traite internationale de « jeunes filles » et femmes pour la prostitution et, d’autre part, protéger l’image et les politiques, souvent opposées, des gouvernements représentés et des États-membres. Ainsi, pour prouver l’existence de la traite il ne fallait pas, alors qu’ils en avaient les moyens empiriques, accuser la corruption policière, le laxisme des autorités ou les discriminations des gouvernements, notamment polonais, à l’égard des femmes juives. Restait donc à mettre en avant le caractère criminel des actions des souteneurs, leurs méthodes de fraudes, de faux mariages et les rapports aux maisons closes.

8Cette incompétence n’aurait pas été aussi dommageable si la postérité de ce rapport n’avait pas été aussi importante. En effet, il fait autorité pour les acteurs de l’époque comme pour les militant-e-s et historien-ne-s contemporain-ne-s. On considère que les experts ont démontré scientifiquement l’existence de ce trafic humain et son lien avec les politiques réglementaristes et qu’il faut donc lutter pour abolir la prostitution. Différentes initiatives internationales, dont la « Convention pour la répression et l’abolition de la traite des êtres humains et de l’exploitation de la prostitution d’autrui » (1949) l’ont érigé comme emblème de la protection des « droits de l’homme ». Ce rapport d’experts en est le fondement conceptuel et scientifique, la « matrice de tous les discours - et des politiques conséquentes - sur la traite » (p. 7). Une matrice qui fonctionne encore aujourd’hui, reprise par militant-e-s abolitionnistes et médias.

9L’intérêt du livre est donc, au-delà de la question de la « traite » elle-même, d’exposer cet épisode de l’histoire comme un exemple de la manière dont une question est historiquement problématisée (devient un « problème » social), alors qu’on ne sait pas réellement ce qu’elle représente dans la réalité. Une leçon générale est à tirer de cette enquête sur l’enquête : elle nous donne à voir la genèse désenchantée des discours spécialisés des experts, multipliés depuis, leur fonctionnement et leurs conséquences néfastes. Le rapport a eu un impact lourd sur les législations nationales et internationales ainsi que sur l’historiographie, dans la description du progrès de la protection des droits humains.

10Pour l’auteur, très virulent, « ces experts constituaient une bande d’individus malhonnêtes et dangereux » (p. 12). Dans un renversement critique, il nous convainc qu’en étudiant la « criminalité » et la « malhonnêteté », ce sont eux qui ont tronqué des résultats et suggéré des mesures liberticides.

11La « grande arnaque » du rapport se trouve finalement dans la définition même de son objet : le terme de traite est euphémisé puisque l’on prétend l’appliquer même quand il s’agit de femmes majeures et consentantes qui pratiquent la prostitution en dehors de leur pays. Toute prostituée étrangère est ainsi une victime de la traite et devient donc sujette à expulsion, pour sa prétendue protection.

12S’il s’agit d’emblée d’une racialisation (« traite des blanches »), ses enjeux sont particuliers. Elle qualifie non pas les groupes dominés mais dominants (quoique se limitant aux femmes), et elle ne concerne pas les Noirs. Le terme de « blanches » fait référence à l’autre traite, celle des noirs réduits en esclavage. L’usage de cette expression vise à montrer le caractère affreux du phénomène, d’autant plus alarmant qu’il s’agit de « blanches », innocentes et des « nôtres », européens, alors même que la traite des noirs était légale, et celle des blanches une construction politique. En effet, la « white slavery avait été fréquemment présentée en Europe et aux États-Unis comme une histoire juive par certains de ses principaux dénonciateurs » (p. 45) mais aussi par des organisations juives. Le rapport d’experts étudié ici présente en effet de nombreux cas de « traite » liés au milieu juif ashkénaze, et l’objet privilégié de l’enquête a été les bordels tenus par le « monde interlope juif ». L’auteur l’explique notamment par une coïncidence : la première rencontre de l’enquêteur Kinsie avec le trafic fut avec Motsche Goldberg, « The King ». Goldberg, le « roi déchu de l’underworld new-yorkais » est un juif originaire de Russie, qui tenait 43 bordels, surtout à Buenos Aires. Il devient par la suite le principal informateur de l’enquête de 1924 de la SDN. Ainsi, un biais classique s’introduit dans cette enquête ethnographique (ici à couvert) : elle se poursuit par réseau d’interconnaissance, à partir de cet informateur, de sorte que « le milieu le mieux infiltré serait le milieu très particulier de la diaspora juive interlope » (p. 45). Cela facilitait aussi l’infiltration des enquêteurs : Auerbach était juif lui-même, Kinsie parlait un peu le yiddish et pouvait donc se faire passer comme tel.

13Les témoignages recueillis au sein de ce milieu constituent la grande partie des témoignages cités et nous permettent d’apprendre comment fonctionnaient le raisonnement et la manipulation des « experts ». Tout d’abord, et c’est l’un des aspects le plus crucial, la problématique sociale est transformée en affaire de police présentant les trafiquants comme les criminels à abattre. S’ils pouvaient admettre que c’est la misère sociale et les salaires féminins trop bas qui pouvaient être la cause de la prostitution, la victime à protéger, elle, était toujours une fille « contrainte » non pas par la pauvreté mais par des trafiquants. L’enquêteur Auerbach raconte ainsi le 17 juin 1925 une rencontre avec deux femmes en Pologne : « toutes deux m’ont assuré qu’elles suivraient n’importe qui s’il se trouvait quelqu’un pour leur payer le voyage et qu’elles le suivraient quoi qu’il advienne d’elles. À Kolomey, on crève de faim » (p. 116). Sans rentrer dans le débat sur le libre choix ou la contrainte économique, il s’agit bien de montrer que la migration d’un grand nombre de prostituées était revendiquée comme une migration voulue, par des femmes déterminées à partir pour mieux gagner leur vie.

14Quelle est donc cette « traite » dont les « victimes » demandent explicitement à partir à l’étranger pour y participer ? Pour de nombreuses femmes pauvres, dans ces années de crises en Europe orientale, et plus fortement pour des juives polonaises ou roumaines subissant une triple oppression – sexuelle, raciale et économique –, la migration pour le travail apparaissait comme une solution possible.

15Un deuxième préjugé sur la traite des blanches concernait la « méthode juive de mariage », méthode qui était le fruit des politiques étatiques, notamment polonaises, qui délivraient plus facilement des passeports aux juives qu’aux catholiques. Un souteneur confie à l’enquêteur Kinsie : « Là-bas [en Pologne], du moment que la fille est une juive, ils sont contents d’être débarrassés d’elle... Ils nous haïssent en Pologne. Une fille juive obtient son passeport rapidement » (p. 228). Des preuves sont donc fournies pour pointer ces discriminations qui pourraient être à la base d’un grand nombre des cas de trafic car, et cela peut étonner, un enquêteur de la SDN affirme en juillet 1926 que « la preuve la plus certaine en ma possession de traite internationale est celle menée par des juifs polonais avec des femmes juives polonaises » (p. 227). Et l’élément qui permet de le comprendre a pourtant été censuré par les experts - l’indifférence des autorités polonaises. Quand une juive demandait un passeport on ne procédait pas à la vérification habituelle pour les femmes catholiques de sorte qu’elles bénéficiaient d’une moindre protection. Cette inégalité de traitement flagrante pouvait choquer, ce qui explique sa censure.

16Les membres du comité d’experts étaient conscients de la racialisation de la question et de son potentiel antisémite. Une d’entre eux, la princesse Bandini va jusqu’à dire : « ce n’est pas une question de religion mais une question de race » (p. 229). Chaumont disqualifie cette phrase comme raciste, mais il me semble qu’elle éclaire surtout les catégories de l’époque. Chaumont en est conscient évidemment, et nous rappelle même que « partout où elle était censée sévir, les juifs de l’Est, au grand désespoir de leurs coreligionnaires de l’Ouest, étaient désignés comme les principaux responsables de la traite des blanches ; cela alimentait bien sûr l’antisémitisme montant et figurerait en bonne place dans l’idéologie nazie » (p. 45).

17À l’origine, en effet, la « traite des blanches » a été souvent amalgamée avec des mythes antisémites sur le trafic des jeunes filles chrétiennes par des hommes juifs. De même, pour Hitler comme pour Drumont, la femme juive est une potentielle prostituée, qui trompe et menace les hommes de « race supérieure ». L’origine de la traite des blanches et de la prostitution se trouve chez les juifs calculateurs et vicieux. Même lorsqu’on ne défend pas d’idéologie raciste, il s’agit bien, dans les années 1920, de « races » lorsqu’on parle de sexualité, de prostitution et de juifs, fait ignoré dans le rapport final.

18L’importance, réelle ou supposée, de la traite des blanches dans la communauté juive est une des raisons pour laquelle de nombreux réformateurs juifs de l’Ouest s’organisent pour lutter contre elle. Comme l’a montré Edward Bristow (1982), ou encore Marion Kaplan (1982) pour l’Allemagne, Céline Leglaive-Perani (2008) pour la France et Paul Knepper (2007) pour l’Angleterre, ces réformateurs se rallient souvent aux organisations internationales contre la prostitution et la traite des blanches visant notamment les juifs immigrés d’Europe de l’Est.

19L’exemple de l’enquête internationale sur la « traite des blanches » est l’occasion de souligner l’intersection de rapports de pouvoir d’âge, de genre, de « race » et de classe sociale. L’âge des femmes et « jeunes filles » est un objet constant de discussion : on est d’autant plus victime de la traite qu’on est jeune, en particulier mineure et inexpérimentée. En ce qui concerne le genre, le nom même de ce « fléau » nous donne à voir qu’il s’agit d’une population exploitée exclusivement féminine, qui, bien qu’elle soit rarement écoutée, concentre les efforts de secours et de répression. Le trafic de cette population serait organisé par des souteneurs masculins qui la forceraient à quitter leur pays. Ce schéma parfois simpliste proposé par les experts est en réalité plus complexe. La situation de ces femmes est extrêmement variée : situation familiale, économique, religieuse, professionnelle. Pourtant, elle est ramenée à une expérience homogène.

20Les acteurs/rices de ce problème public sont également pris dans des rapports raciaux où les prostituées sont « colorées », ou plutôt « blanchies ». Il a fallu, pour qu’elles deviennent un objet de préoccupation si urgent, qu’elles soient considérées comme « des nôtres » : blanches, pures et innocentes. Or, si au début la traite mettait en scène des juifs kidnappant des blanches catholiques, il s’avère de plus en plus que le cas emblématique est celui de jeunes juives d’Europe de l’Est voulant pour certaines quitter leur pays et la misère qui leur est destinée.

21Un rapport de classe traverse aussi ces relations : d’abord parce qu’il s’agit le plus souvent de femmes qui, par nécessités économiques, entrent dans un réseau de migration prostitutionnelle. Elles seront ainsi vues de façon ambivalente, à la fois comme des irresponsables et comme des femmes à sauver par des associations confessionnelles juives et chrétiennes. Des femmes aisées qui viendraient sauver des femmes misérables, appuyées par la légitimité des experts internationaux.

22Bien qu’il porte sur les années 1920, le livre pose donc des questions qui ont encore leur pertinence aujourd’hui. Sur la légitimité des savoirs experts exhibant des liens intrinsèques entre savoir et pouvoir politique et géopolitique ; sur la fabrication des problèmes de société que la loi doit guérir : « problèmes » qui sont souvent sexuels et raciaux et qui, sous couvert d’humanitaire, aboutissent à la répression, à l’exclusion ou à la stigmatisation.

Haut de page

Bibliographie

BRISTOW Edward W., Prostitution and Prejudice: Jewish Fight Against White Slavery, 1870-1939, Oxford, Oxford University Press, 1982.

KAPLAN Marion, « Prostitution, morality crusades and feminism : German-Jewish feminists and the campaign against white slavery », Women’s Studies International Forum, 5-6, 1982, pp. 619‑627.

KNEPPER Paul, « Jewish Trafficking and London Jews in the Age of Migration », Journal of Modern Jewish Studies, 6, 3, 2007, pp. 239-256

LEGLAIVE-PERANI Céline, « L’Association israélite de protection de la jeune fille et la lutte contre la “traite des blanches” au début du XXème siècle », Revue d’histoire de l’enfance « irrégulière », 10, 1 2008, pp. 139‑154.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michal Raz, « Chaumont Jean-Michel, Le mythe de la traite des blanches. Enquête sur la fabrication d’un fléau », Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 16 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/gss/2744

Haut de page

Auteur

Michal Raz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals