Navigation – Plan du site
2013

Sniter Christel, Les femmes célèbres sont-elles des grands hommes comme les autres ?

Paris, Créaphis éditions, 2012
Sidonie Verhaeghe
Référence(s) :

Sniter Christel, Les femmes célèbres sont-elles des grands hommes comme les autres ?, Paris, Créaphis éditions, 2012

Texte intégral

1Dans la lignée des travaux de Maurice Agulhon (1978 ; 1998) ou de June Hargrove (1989), Christel Sniter analyse la production de l’héroïsme républicain par le biais des statues parisiennes. Sa démarche est cependant originale par rapport à celle de ses prédécesseur-e-s, puisqu’elle s’intéresse essentiellement aux statues de femmes, afin d’interroger la construction du « grand homme » (Sniter, 2000 ; 2001 ; 2008). Comme l’étude de la toponymie urbaine (Marcovich, 2005), cet ouvrage révèle la présence limitée des femmes (comme figures symboliques) dans l’espace public parisien. Que ce soit dans les noms de rues, de parcs, d’établissements publics ou privés, ou parmi le paysage statuaire et sculptural, les femmes sont sous-représentées et invisibilisées. En mobilisant des outils issus de différentes disciplines, à la croisée de la socio-histoire, de la sociologie de la mémoire, de l’étude des politiques publiques, de l’histoire de l’art et de la géographie, Christel Sniter invite le lecteur à s’interroger sur les dynamiques à l’œuvre dans les politiques mémorielles depuis la fin du xixe siècle. Les femmes célèbres sont-elles des grands hommes comme les autres ? montre, selon les mots de June Hargrove dans la préface, « comment la culture politique républicaine a produit des représentations de femmes célèbres dans l’espace public, selon des critères qui définissent le ‘‘grand homme’’, tout en dessinant les contours d’une identité féminine spécifique » (p. 5).

2L’ouvrage est construit en cinq parties qui permettent de saisir dans le détail les enjeux de la statuaire publique et les représentations des femmes célèbres. Christel Sniter commence par une contextualisation des politiques commémoratives de la République française et « le cadre socio-historique de l’action commémorative » (1ère partie). Elle propose ensuite au lecteur de questionner les spécificités sexuées de la mémoire par une analyse processuelle des projets statuaires (« La commémoration au féminin », 2e partie), par une étude géographico-esthétique des monuments et par un examen de la symbolique politique qui accompagnent les statues (« Lieux et images », 3e partie). La quatrième partie dresse une histoire des célébrations et interroge les caractéristiques des pratiques mémorielles autour des statues de femmes (« Rituels et commémorations »). L’étude se termine par une partie consacrée exclusivement à Jeanne d’Arc (« L’exceptionnelle Jeanne d’Arc », 5e partie), qui évite les redondances (Jeanne d’Arc est en effet un personnage central de l’ouvrage) en se concentrant sur les récupérations politiques de cette figure et sur les manifestations autour de ses statues.

3Christel Sniter part du constat d’une évolution des usages sociaux des statues et des politiques statuaires, et distingue quatre périodes révélatrices de ces évolutions. De la fin du xixe siècle à l’époque contemporaine, les rapports différents des acteurs de la mémoire (pouvoirs publics, associations, groupes politiques, comités mondains) aux monuments commémoratifs permettent de comprendre la place accordée aux femmes dans les rues parisiennes, ainsi que les discours autour des représentations des femmes et/ou de la féminité. En effet, « il s’agit de comprendre et de mettre en valeur le rôle des représentations féminines dans le processus de construction d’un univers symbolique politique » (p. 17). Globalement, de 1870 à 2000, l’auteure signale que seuls 8 % des personnages honorés sont des femmes (soit 29 contre 328 hommes).

4Une première période, de 1870 à 1914, se caractérise par un goût prononcé pour les statues et une accumulation des projets de construction. Avec la IIIe République, la statuaire se démocratise : ce sont désormais non plus seulement les personnages de l’aristocratie royale ou religieuse qui sont statufiés, mais tout citoyen qui se distingue socialement peut y avoir droit. La République cherche à enraciner sa légitimité dans le passé, par la glorification de ses « grands hommes » : hommes politiques de la Révolution, hommes de lettres (Rousseau, Diderot, Voltaire, Musset, Dumas), compositeurs (Béranger, Chopin), hommes politiques contemporains (Gambetta). La nouveauté réside également dans l’apparition de statues de femmes (Jeanne d’Arc, Maria Deraismes, George Sand, la Comtesse de Ségur...), alors qu’elles n’ont pas encore accès à la citoyenneté politique.

5Le deuxième moment des pratiques statuaires, à la sortie de la Première Guerre Mondiale, a été marqué par les morts et les martyrs de la guerre et la transformation des priorités mémorielles. Les hommages ne concernent plus les « grands hommes », mais les milliers de civils « morts pour la France ». Les monuments aux morts occupent donc une place centrale dans les projets de construction (38 000 dans toute la France). Contrairement à la période précédente, les femmes statufiées n’ont plus une fonction d’exemplarité : elles sont « mobilisée[s] comme source d’avenir et d’espoir » (p. 70). Plutôt que de glorifier les infirmières ou les munitionnettes, donc de reconnaître le travail des femmes pendant la guerre, elles sont allégories. Les images féminines accompagnent les monuments aux morts (symboles de la Victoire, de la Liberté ou de la République) ou renvoient directement les femmes aux rôles conventionnels (le monument aux mères françaises, par exemple, réalisé en 1938).

6Un troisième moment, pendant l’Occupation, s’inscrit dans une restructuration du paysage statuaire parisien par la destruction et la fonte de nombreuses statues, dont la matière première est envoyée en Allemagne. À cette occasion, la statue de Maria Deraismes, jugée trop radicale, est fondue. Elle sera reconstruite en 1984.

7La dernière période correspond à la IVe et Ve République et interroge l’actualité des usages de la statuaire. Plusieurs tendances mémorielles sont signalées par l’auteure : la reconstruction de certaines statues fondues sous Vichy, la mémoire de la déportation et de la Shoah, puis la mise à l’honneur de grandes figures nationales (notamment sous la présidence de Mitterrand). La conclusion de l’ouvrage questionne les pratiques actuelles de la mémoire. Selon l’auteure, « il ne s’agit plus de célébrer des valeurs incarnées par d’anciens héros, admirés pour elles-mêmes et devant servir de modèles pour les générations futures ; donc de se servir du passé pour former l’avenir. Au contraire, c’est le présent qui regarde ses valeurs et les célèbre pour mieux s’ancrer dans la réalité » (p. 554).

8Ce découpage historique permet à Christel Sniter de développer une analyse détaillée et très bien documentée (notamment par le biais des archives de la Ville de Paris, de la direction des Affaires culturelles de la Ville de Paris, de la préfecture de police de Paris) des enjeux et des processus de construction des statues de femmes célèbres. Si l’auteure privilégie certaines statues (celles de Jeanne d’Arc, d’Edith Cavell, de George Sand ou de Maria Deraismes), sans doute en raison des sources plus fournies ou de leur exemplarité pour illustrer sa démonstration, elle dresse cependant un panorama exhaustif des statues de femmes à Paris et des images de la féminité qui les accompagnent. L’ouvrage est ponctué de photographies et d’illustrations (gravures, dessins, caricatures, plans) qui éclairent et mettent en valeur le propos.

9La problématique de cet ouvrage interroge l’oscillation entre représentations conventionnelles de la féminité (charité, maternité, abnégation, dévouement, martyre) et transgressions des normes de sexe et de genre (combativité, courage, héroïsme, éloquence, créativité) dans la statuaire. Dès l’introduction, Christel Sniter pose cette dichotomie comme une question centrale : « L’inscription des femmes célèbres dans ce panthéon des grands citoyens invite à se demander si elles ont la même fonction [...] ou si elles ne sont que le miroir des femmes dans la société et donc des simulacres de femmes émancipées, plus procréatrices que créatrices. Ces statues proposent-elles une vision de la femme masculine ou féminine, traditionnelle ou citoyenne ? » (p. 38). L’ouvrage tente d’y répondre par des angles d’approche de la statuaire différents (données quantitatives et qualitatives, cartographies, enquêtes ethnographiques, analyses esthétiques), qui tous mènent à la même conclusion : si l’on peut a priori penser que les statues offrent une nouvelle image des femmes (« Vers une nouvelle représentation de la femme ? », p. 321), elles ne sont en fait le plus souvent que le reflet des valeurs habituellement attribuées à la féminité (« Des femmes rattrapées par les idéaux-types dominants », p. 347). Les femmes publiques restent donc enfermées dans les carcans de la féminité construits par la société : les révolutionnaires sont charitables, les combattantes sont martyres, les artistes sont maternelles. « Les statues de femmes incarnent donc des valeurs spécifiques au sexe faible, non pas la créativité, le génie visionnaire, l’esprit supérieur, la rationalité ou l’inspiration, mais plutôt la protection, la souffrance, la dévotion, le sacrifice, d’une part, le divertissement de l’autre » (p. 374).

10Jeanne d’Arc semble pourtant dépasser l’opposition entre transgressions de la féminité et féminité conventionnelle. Elle aurait seule le privilège d’être guerrière, et d’être représentée comme telle, parce qu’elle serait plus « sainte de la patrie » (p. 374) que femme. Exceptionnelle, Jeanne d’Arc le serait aussi pour les commémorations et les récupérations politiques qu’elle a suscitées. Elle a été l’objet de luttes symboliques, de conflits politiques, d’interprétations commémoratives. Il aurait cependant été intéressant d’interroger cette idée d’exceptionnalité à partir des questionnements suscités par Christine Planté (1988), Michèle Riot-Sarcey et Eleni Varikas (1988) pour éviter une simplification des enjeux autour de la statue – et plus largement de la figure mythique – de Jeanne d’Arc. En effet, les femmes exceptionnelles sont d’abord des exceptions : exceptions à la norme, exceptions à la règle. L’exceptionnalité de Jeanne d’Arc ne fait donc que « confirmer la règle de l’exclusion des femmes en tant que genre » (Riot-Sarcey, Varikas, 1988). L’exceptionnalité de quelques-unes révèle l’oppression de toutes les autres. La figure légendaire de Jeanne d’Arc peut donc être pensée comme révélatrice du système patriarcal qui enferme les femmes dans la normalité, plutôt qu’uniquement comme dérogation à la règle ou comme incarnation du potentiel d’anormalité des femmes célèbres.

11En somme, cet ouvrage apporte une pierre supplémentaire pour comprendre la construction de la mémoire républicaine et des « grands hommes » dans une perspective féministe. Analyser la statuaire parisienne permet en effet d’aborder plus largement la place accordée aux femmes dans l’Histoire et la mémoire, et met au jour les différences symboliques entre hommes et femmes dans les imaginaires sociaux et politiques. La mise en perspective avec la statuaire masculine, si elle n’est pas systématique dans l’étude (et n’a pas besoin de l’être) apporte des éléments intéressants pour comprendre les inégalités sexuées de l’accès à la mémoire républicaine. Néanmoins, un développement en parallèle et en creux sur les représentations de la masculinité dans la statuaire aurait sans doute pu éclairer davantage les enjeux de la construction historique des « grands hommes ». L’ouvrage de Christel Sniter est donc particulièrement intéressant pour une approche concrète de la statuaire féminine, mais manque d’un certain cadrage théorique qu’auraient pu apporter les gender studies, finalement assez peu mobilisées. Elles auraient peut-être permis de dépasser le cadre d’une interrogation sur les spécificités et l’exceptionnalité des statues et des commémorations autour des femmes célèbres, pour saisir plus distinctement les luttes de pouvoir et les rapports de domination à l’œuvre dans la construction de l’Histoire et de la mémoire.

Haut de page

Bibliographie

AGULHON Maurice, « La statuomanie et l’histoire », Ethnologie française, n° 2-3, 1978, pp. 145-172.

AGULHON Maurice, « Nouveaux propos sur les statues de ‘‘grands hommes’’ au XIXe siècle », Romantisme, n° 100, 1998, pp. 11-16.

HARGROVE June, Les Statues de Paris : la représentation des grands hommes dans les rues et sur les places de Paris, Paris, Albin Michel, 1989.

MARCOVICH Malka, Parisiennes. De Marie Stuart à Simone de Beauvoir, ces femmes qui ont inspiré les rues de la capitale, Paris, Balland, 2011.

PLANTE Christine, « Femmes exceptionnelles. Des exceptions pour quelle règle », Les Cahiers du GRIF, n° 37-38, 1988, pp. 90-111.

RIOT-SARCEY Michèle et VARIKAS Eleni, « Réflexions sur la notion d’exceptionnalité », Les Cahiers du GRIF, n° 37-38, Le genre de l’histoire, 1988, pp. 77-89.

SNITER Christel, « Les femmes célèbres sont-elles des grands hommes comme les autres ? Contribution à l’étude de la statuomanie parisienne », Labyrinthe, n° 6, pp. 51-62, 2000.

SNITER Christel, « La guerre des statues. La statuaire publique, un enjeu de violence symbolique : l’exemple des statues de Jeanne d’Arc à Paris entre 1870 et 1914 », Sociétés & Représentations, n° 11, 2001, pp. 263-286.

SNITER Christel, « La gloire des femmes célèbres. Métamorphoses et disparités de la statuaire publique parisienne de 1870 à nos jours », Sociétés & Représentations, n° 26, 2008, pp. 153-170.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sidonie Verhaeghe, « Sniter Christel, Les femmes célèbres sont-elles des grands hommes comme les autres ? », Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 01 juin 2013, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/gss/2756

Haut de page

Auteur

Sidonie Verhaeghe

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals