Navigation – Plan du site
2013

Latapie Hervé, Génération trithérapie. Rencontre avec de jeunes gays séropositifs

Paris, Éditions Le Gueuloir, 2012
Jean-Yves Le Talec
Référence(s) :

Latapie Hervé, Génération trithérapie. Rencontre avec de jeunes gays séropositifs, Paris, Éditions Le Gueuloir, 2012

Texte intégral

1Génération trithérapie n’est pas à proprement parler un ouvrage universitaire, mais un livre d’enquête et de conviction, voire un geste militant, dans un genre assez peu illustré en France. Il s’intéresse à la dynamique de l’épidémie de VIH/sida chez les hommes gais et questionne en particulier l’évolution de l’expérience de la séropositivité en regard des progrès thérapeutiques, des stratégies associatives et des politiques publiques de lutte contre le sida, ainsi que des transformations des cultures sexuelles gaies. Ces interrogations, très actuelles, reposent sur une enquête menée auprès de jeunes gais séropositifs, dont le point commun est d’avoir approché l’association des Jeunes Séropotes à Paris. L’ouvrage est organisé en deux grandes parties : dans la première, l’auteur propose un regard personnel sur l’évolution de l’épidémie de VIH/sida, depuis les années 1980 jusqu’à nos jours ; dans la seconde, il présente onze entretiens, qu’il a réalisés en 2010 et 2011 « avec de jeunes gais séropositifs » (et qui complètent des extraits des « conversations enregistrées en 2008 », présentés en première partie).

2L’auteur est certainement connu de celles et ceux qui évoluent quelque peu dans le « milieu » parisien et qui ont peut-être fréquenté l’association des Gais Musette, qu’il a fondée, pris un verre à La Petite Vertu, passé une folle soirée à La Boîte à Frissons, où il devient parfois Madame Hervé, dite La Taulière, ou participé à l’un des « Gueuloirs », ces débats parfois hauts en couleur qu’il a régulièrement organisés durant plusieurs années. Car cet ancien enseignant en sciences économiques, reconverti en animateur engagé, n’a pas pour autant perdu le sens du débat contradictoire, ni le goût de la connaissance, de l’enquête et de l’analyse sociale, notamment appliquée à la communauté gaie, ce dont témoignait déjà un premier ouvrage consacré à la prostitution masculine homosexuelle (Latapie, 2009).

3Depuis décembre 2012, Hervé Latapie co-anime le collectif Parlons Q (en partenariat avec le Centre LGBT d’Île-de-France), dont l’ambition est de « provoquer dans toute la communauté [gaie] des discussions sur nos pratiques sexuelles, nos modes de vie, nos façons de nous rencontrer, pour imaginer ensemble comment nous pourrions arrêter de nous contaminer et du coup profiter pleinement de nos libertés »1. Et c’est à partir des réflexions et des témoignages réunis dans Génération trithérapie que se sont développées les rencontres de ce collectif, visant à rassembler des homosexuels de tous horizons, de tous âges, séropositifs ou non, autour de la question de la prévention du VIH. Comme l’indique l’auteur dans son introduction, « l’objectif devient crucial : que les gays se remobilisent contre le sida et adoptent à nouveau des comportements qui ne les enferment pas dans la logique du placard » (p. 13). Il relate en effet sa propre découverte de la sérophobie entre gais, après avoir rencontré un Jeune Séropote en avril 2006 et pris conscience d’un nouveau contexte de la contamination après la mise sur le marché des trithérapies, une rupture déjà décrite entre autres par Eric Rofes (1998). Hervé Latapie ne se présente cependant pas comme un « général d’Empire » de la lutte contre le sida, mais comme un simple observateur parfois ingénu, une « vieille séroneg », ayant « vécu toute l’histoire du sida, de son apparition au début des années 1980 à aujourd’hui », et dont les convictions en faveur du safe sex ont été forgées en temps de crise : « nous n’avions pas le choix. Nous nous sommes mobilisés, pour nous organiser, pour éviter une nouvelle mise au placard : nous avons mis des capotes. » (p. 19)

4La question de la visibilité des gais séropositifs est centrale dans l’expérience et l’analyse d’Hervé Latapie, une question également développée dans mes propres recherches (Le Talec, 2007). L’auteur rappelle qu’elle fut difficile et souvent douloureuse dans les premières années de l’épidémie, avant d’acquérir la force d’une démarche politique, exemplarisée par Act Up (Broqua, 2006). Lorsque le bareback s’impose dans le débat public, au début des années 2000, l’auteur se souvient avoir invité Guillaume Dustan à un « Gueuloir » et constaté l’impossibilité du moindre dialogue sur les pratiques sexuelles non protégées entre hommes. « Pour simplifier, Act Up, propulsé à la première place de la visibilité du sida gay au début des années 1990, a ensuite raté la prise en compte du relâchement de la prévention. L’association était devenue tellement sûre d’elle-même, tellement convaincue de sa légitimité, tellement “experte”, qu’elle a réagi face aux gays dits barebackers comme elle le faisait avec le ministre de la Santé, les responsables politiques et les industriels de la pharmacie : en les accusant et en leur faisant la morale. Cette attitude a contribué à la diabolisation des barebackers et par ricochet à la dégradation de l’image de l’ensemble des gays séropositifs. » (p. 31-32) Cette évolution installe une stigmatisation fondée sur le statut sérologique (la sérophobie), non pas tant de la part du public comme au début de l’épidémie, mais entre gais eux-mêmes, notamment dans le champ de la sexualité. Selon l’auteur, les nouveaux séropositifs des années 2000 sont a minima suspects de négligence coupable, rejetés par la plupart de leurs partenaires potentiels et de ce fait confrontés à la tentation du silence. « Le jeune gay s’est donc réveillé dans cette ambiance contradictoire : l’homosexualité sortait du placard, le sida s’y installait. Et le jeune gay devenu séropositif est ainsi confronté à ce dilemme : subitement il doit opérer une marche arrière et redécouvre les splendeurs et les misères de la marginalité. » (p. 40)

5L’auteur porte un regard très critique sur le tissu associatif, qui n’a pas su écouter et accueillir cette génération de gais séropositifs : Aides n’y a pas prêté attention, en se tournant vers d’autres publics ; Act Up les a rejetés violemment ; et les associations gaies culturelles ou conviviales se sont totalement désintéressées de la question du VIH. Ils se seraient donc logiquement tournés vers la communauté bareback, seul espace d’échange à l’abri de la stigmatisation (notamment sur le site Bareback Zone, ouvert au début des années 2000). « C’est toujours le même processus que toutes les minorités connaissent bien, la discrimination provoque une réaction de défense communautaire. […] Baiser sans capote fut perçu comme un signe d’appartenance à la même communauté des rejetés, c’est devenu le signe de reconnaissance, et surtout le moyen d’échapper à la question de la visibilité » (p. 48-49). Dans ce contexte, l’association des Jeunes Séropotes, fondée au début 2006, apparaît comme une alternative, un groupe d’autosupport garantissant une totale confidentialité à ses adhérents gais, exclusivement séropositifs. « L’anonymat doit être garanti, c’est à cette condition que chacun pourra trouver la confiance et la liberté de parler. Les séropotes se déclarent apolitiques, ils ne se vivent pas comme des militants […] » (p. 65-66). Toutefois, indique l’auteur, les Séropotes se sont progressivement ouverts à la communauté associative LGBT-sida et orientés vers une plus grande visibilité, y compris médiatique.

  • 2 Cartes postales produites par l’Inpes « Il a envie d’arrêter le préservatif, lui aussi ». http://ww (...)

6Hervé Latapie aborde également la question de la prévention, à partir d’un constat sans équivoque : « En pratique, quoi qu’on en dise, faire l’amour sans capote est plus simple, cela procure plus de plaisir » (p. 68). Il critique sévèrement la promotion de la sécurité négociée dans une campagne récente de l’Inpes2, en l’assimilant à une « capitulation devant la mode du “no capote” », sans toutefois préciser que cette pratique fut imaginée par les gais eux-mêmes dès le début des années 1990 (Kippax et al., 1993, 1997). Il doute aussi de l’efficacité des pratiques de réduction des risques sexuels, car à ses yeux, « introduire cette idée que l’on peut limiter les risques en délaissant la capote, meilleur moyen connu de prévention, incite tout simplement à baisser la garde » (p. 72). Il doute enfin de la pertinence des approches biomédicales, qu’il s’agisse du traitement comme prévention (TasP), ou de la prophylaxie pré-exposition (PreP) : « Ce qui est incroyable dans cette histoire, est que quelque soit votre statut sérologique, vous aurez droit à vos pilules » (p. 76). En matière de prévention toujours, l’auteur estime que la concurrence entre les nouvelles techniques biomédicales et les approches psychosociales (comportementales) a surtout engendré beaucoup de confusion : « C’est là que nous retrouvons notre jeune séropote, et tous ses copains encore séronegs. Après tout cela, comment pourraient-ils sortir de leur désarroi bareback ? Comment pourraient-ils s’y retrouver dans cette avalanche de signaux ? Quel comportement cohérent pourraient-ils adopter lorsque tant d’informations contradictoires sont régulièrement déversées, souvent vulgarisées à l’extrême, et hélas très mal réinterprétées ? […] Ce fouillis mental est le dégât collatéral le plus redoutable de la bataille des préventions à laquelle nous avons assisté ces dernières années. En sortir ne sera pas simple » (p. 79). D’autant moins simple que, selon l’auteur, les institutions tout comme les associations ont perdu de vue leurs objectifs premiers de simplicité et d’efficacité. Ainsi, le projet Prends-moi (le magazine et le site Internet) mené par l’Inpes ne répondrait même pas au besoin d’informations simples sur la santé sexuelle. Ainsi, Aides aurait été « perverti et atteint par une dérive sidacrate, au point qu’aujourd’hui l’association se réfugie sans réserve dans le nouveau paradigme biomédical, collabore sans beaucoup de recul à l’essai Ipergay, et perd peu à peu son esprit d’origine forgé par des militants “volontaires”. La course aux financements dicte les projets, pas forcéments dans les bonnes directions. Et la communication pollue les actions » (pp. 212-213).

7À l’appui de ces analyses, Hervé Latapie convoque onze témoins, dont les récits biographiques sont centrés sur la séroconversion, ses circonstances et ses conséquences. Ces entretiens cherchent à illustrer une variété de situations, de façons de vivre sa sexualité avant et après l’infection à VIH, et de manières de gérer celle-ci, dans le silence, le « placard » et le désarroi, dans l’entre-soi discret de l’association des Jeunes Séropotes, ou en se rendant visible auprès d’un entourage choisi. On peut regretter que la méthodologie de cette enquête ne soit pas plus précise quant à la constitution de l’échantillon, dont on devine qu’elle procède à la fois de relations personnelles (Manuelo, p. 159), d’informateurs recrutés de proche en proche (Greg, p. 133) et d’une recherche active de répondants (Paul, p. 183). Bien que présenté comme un groupe de « jeunes gays séropositifs », le critère générationnel reste en réalité assez relatif, puisque l’âge des interviewés varie de 19 à 45 ans. C’est plutôt le moment de la contamination par le VIH (entre 2001 et 2010) qui constitue le critère principal d’inclusion et qualifie plus précisément l’échantillon. S’agissant de la présentation des données, si l’auteur prend soin de préciser brièvement le contexte de chaque entretien, il n’indique pas si l’intégralité des interviews est restituée. Visiblement, les transcriptions ont été rédigées et débarrassées des hésitations d’un verbatim original, ce qui les rend évidemment plus agréables à lire et plus accessibles, mais ce qui uniformise artificiellement un ensemble de discours probablement plus disparate qu’il apparaît.

8Génération trithérapie présente, en définitive, les défauts de ses qualités. L’auteur a pris le parti de proposer un ouvrage clair, à la portée de tous les publics, même s’il s’adresse en priorité aux gais et aux personnes impliquées dans la prévention du VIH/sida. Certaines affirmations mériteraient d’être mieux documentées, voire nuancées (par exemple, sur le plan épidémiologique, la distinction entre prévalence et incidence de l’infection à VIH n’est souvent pas explicite). À l’évidence, la première partie du livre repose sur une documentation approfondie, mais l’auteur s’affranchit, sans doute volontairement, des contraintes académiques usuelles et ne cite quasiment pas ses sources, alors que l’histoire biomédicale, sociale et politique de l’épidémie en France a fait l’objet de maintes descriptions et analyses faisant référence (Pollak, 1988 ; Pinell, 2002 ; Pierret, 2006…). Ce choix œuvre encore en faveur d’une plus grande lisibilité, en renforçant la dimension personnelle du récit, mais en contrepartie, une bibliographie « essentielle » aurait été utile aux non spécialistes souhaitant se tourner vers des ouvrages mieux documentés.

9L’autre grand intérêt de ce livre mérite cette fois toute l’attention des professionnel-le-s de la recherche et de la santé. Il réside dans le regard situé, porté sur l’évolution des relations entre homosexualité et VIH/sida en France, à partir d’une expérience d’engagement ancrée dans la culture gaie, fondée sur les valeurs fondatrices du mouvement homosexuel, telles que la visibilité et la liberté, et marquée tant par les épreuves des années les plus sombres de l’épidémie que par une adhésion sans faille à l’impératif de prévention. Cette perspective très personnelle permet à l’auteur de développer une analyse critique des politiques publiques et associatives de lutte contre le VIH/sida, affranchie des logiques et des contraintes structurelles, des idéologies de chapelles, et des formes toujours actuelles de « langue de bois militante », une dérive déjà pointée par Daniel Defert (1990). Cette liberté d’expression rappelle celle d’autres témoins engagés, et très diversement situés, dont les textes ont en leur temps rompu le consensus du moment (Arnal, 1992 ; Patris, 2000 ; Rémès, 2003…) Les thèses de l’auteur restent évidemment ouvertes à discussion, voire à désaccord, mais sa liberté de ton et de pensée s’avère résolument rafraîchissante, dans un champ scientifique et politique où dominent pensée unique et intérêts convergents.

10On l’aura compris, Hervé Latapie milite avant tout pour un retour au premier plan dans la communauté gaie du « sujet sida », passant nécessairement par le retour de la visibilité des séropositifs et par une mise à plat des politiques de prévention. Il espère un « appel tonitruant » de la « génération trithérapie », à l’instar de celui des femmes en faveur de l’avortement (le Manifeste des 343 salopes), ou de la génération Act Up (« Silence = mort »), et souligne que « pour rendre le sida visible, chacun à son niveau doit se secouer et prendre des initiatives. Les associations LGBT, la presse, les sites de rencontre, les établissements commerciaux : tout le monde ! » (p. 216) Il propose des méthodes déjà éprouvées, et quelques innovations, avec pour principal objectif de relancer la promotion du préservatif comme principal moyen de prévention et l’ambition « qu’au moins le safe sexe redevienne attrayant. » « Alors oui, convient-il, on est loin de l’euphorie biomédicale assénée à longueur de temps par les nouveaux institutionnels de la lutte contre le sida. La tâche est un peu plus complexe, plus sociale et culturelle, mais passionnante, car contre le sida, on n’a jamais trouvé de meilleur slogan que “Action = vie”. » (p. 219)

11Quelle part de succès peut-on attendre d’un tel programme, dont Génération trithérapie constitue le manifeste ? Pour avoir participé à une conférence-débat du collectif Parlons Q (un conflit d’intérêt modestement véniel !), la démarche d’Hervé Latapie suscite prises de parole, questionnements et enthousiasme, même s’il demeure incertain qu’elle trouve un écho auprès de tous les hommes gais, dont on sait qu’une partie d’entre eux au moins ne souhaitent réviser ni leur choix, ni leur comportement sexuels (Le Talec, 2013).

Haut de page

Bibliographie

ARNAL Franck, Résister ou disparaître ? Les homosexuels face au sida. La prévention de 1982 à 1992, Paris, L’Harmattan, 1993.

BROQUA Christophe, Agir pour ne pas mourir ! Act Up, les homosexuels et le sida, Paris, Presses de Science Po, 2006.

DEFERT Daniel, « L’homosexualisation du sida, l’enjeu des gais », Gai Pied Hebdo, n° 446, 1990, pp. 61-63.

KIPPAX Susan, Crawford June, Davis Mark, Rodden Pam, Dowsett Gary, « Sustaining safe sex: a longitudinal study of a sample of homosexual men », AIDS, 7(2), 1993, pp. 257-264.

Kippax Susan, Noble Jason, Prestage Garrett, Crawford June M., Campbell Danielle, Baxter Don, Cooper David, « Sexual negotiation in the AIDS era: negotiated safety revisited », AIDS, 11(2) 1997, pp. 191-197.

LATAPIE Hervé, Doubles vies. Enquête sur la prostitution masculine homosexuelle, Paris, Éditions Le Gueuloir, 2009.

LE TALEC Jean-Yves, « Bareback et construction sociale du risque VIH chez les hommes gais », in BOZON Michel et DORÉ Véronique (dir.), Sexualité, relations et prévention du VIH/sida chez les homosexuels masculins : nouveaux enjeux, nouvelles recherches, nouvelles actions, Paris, ANRS, 2007, pp. 71-86.

LE TALEC Jean-Yves, « When “raw sex” turns to a “raw deal”… taking the opportunity to think about sex? Interviews with HIV-positive gay men diagnosed with acute hepatitis C », Culture, Health & Sexuality, 15, 10, 2013.

PATRIS Catherine, Ma planète sida, Paris, L’Harmattan, 2000.

PIERRET Janine, Vivre avec le VIH. Enquête de longue durée auprès des personnes infectées, Paris, PUF, 2006.

PINELL Patrice, Une épidémie politique. La Lutte contre le sida en France 1981-1996, Paris, PUF, 2002.

POLLAK Michael, Les homosexuels et le sida. Sociologie d’une épidémie, Paris, Métailié, 1988.

RÉMÈS Érik, Serial fucker. Jounal d’un barebacker, Paris, Blanche, 2003.

ROFES Eric, Dry Bones Breathe. Gay Men Creating Post-AIDS Identities and Cultures, New York, Harrington Park Press, 1998.

Haut de page

Notes

1 Voir la page http://www.parlonsq.com/notre-appel/

2 Cartes postales produites par l’Inpes « Il a envie d’arrêter le préservatif, lui aussi ». http://www.inpes.sante.fr/CFESBases/catalogue/pdf/1164.pdf (consulté le 30 août 2013).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Yves Le Talec, « Latapie Hervé, Génération trithérapie. Rencontre avec de jeunes gays séropositifs », Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 17 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/gss/2916

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals