Navigation – Plan du site

AccueilActualitésAnalyses et comptes-rendus2014Zolesio Emmanuelle, Chirurgiens a...

2014

Zolesio Emmanuelle, Chirurgiens au féminin ? Des femmes dans un métier d’hommes

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012
Maud Navarre
Référence(s) :

Zolesio Emmanuelle, Chirurgiens au féminin ? Des femmes dans un métier d’hommes, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2012

Texte intégral

1L’ouvrage d’Emmanuelle Zolesio propose une ethnographie de la profession chirurgicale pratiquée par les femmes. Issu de sa thèse soutenue en 2010, l’auteure étudie la manière dont les femmes qui font de la chirurgie leur métier s’emparent de la culture professionnelle « masculine » qui la caractérise : comment se socialisent-elles à cette profession socialement perçue comme masculine ? Pour répondre à ces questions, Emmanuelle Zolesio adopte un modèle analytique reposant sur la notion de « disposition masculine/féminine » ou encore de « stock dispositionnel » (p. 13) en cas de non congruence des dispositions individuelles. Elle livre une étude de la socialisation chirurgicale « en creux », par sa « marge féminine » (p. 11), dans la mesure où seulement 10 % des chirurgiens digestifs sont des femmes. Cette démarche nécessite l’usage de méthodes qualitatives telles que la réalisation d’entretiens (40 femmes enquêtées d’âge varié et de toutes positions hiérarchiques ; 15 entretiens réalisés auprès d’hommes chirurgiens). Des observations ont également été réalisées. Six enquêtées ont été suivies dans cinq services différents. L’analyse s’organise autour de trois parties : les deux premiers chapitres révèlent pleinement la masculinité socialement construite de l’activité chirurgicale à travers son caractère clivant. La seconde partie, composée de trois chapitres, étudie la manière dont procèdent les femmes pour dépasser trois caractéristiques de la profession présentées par ceux qui ne l’ont pas choisie comme des repoussoirs : le surinvestissement professionnel qu’elle nécessite, l’humour grivois et l’absence de relationnel avec les patients. La troisième partie comprenant trois chapitres est destinée à saisir les processus de socialisation chirurgicale du point de vue du genre. L’exercice de la profession est alors présenté tour-à-tour comme contribuant à l’adoption de dispositions perçues comme masculines par les femmes (chapitre 6), ou bien à la mobilisation de celles perçues comme féminines (chapitre 7). Le dernier chapitre relativise ces trajectoires genrées globales à partir d’une approche spatio-temporelle de la variation des dispositions activées par les femmes chirurgiens (chapitre 8).

2Dans le premier chapitre, Emmanuelle Zolesio apporte la preuve de la masculinité de la profession chirurgicale à partir de trois indicateurs : son taux de féminisation, l’histoire sociale et les qualités attendues. Statistiquement et historiquement, nul doute que la profession s’est structurée autour d’un personnel essentiellement masculin, comme le montrent les nombreux exemples apportés (faible féminisation, interdits coutumiers et légaux d’exercice pour les femmes). Symboliquement, la chirurgie demeure aujourd’hui une profession marquée par la technicité, nécessitant un fort engagement temporel et physique, notamment à travers des opérations pouvant durer plusieurs heures. Aussi, l’idéal-type du chirurgien est celui du chef, au caractère bien trempé, combatif et endurant, rigoureux. Les discours des chirurgiens et ceux de leurs collaborateurs s’accordent sur le caractère essentiel de ces caractéristiques pour exercer la profession. Le croisement des points de vue (des chirurgiens, des collaborateurs, obtenu par entretien et par observation) est un point fort de la démonstration. Il se retrouve tout au long de l’analyse. Le deuxième chapitre présente la chirurgie comme une expérience socialement clivante. Elle contribue à exclure les femmes à travers des processus de sélection. Les rhétoriques de la « révélation » ou encore de la « vocation », principales explications de l’orientation choisie, révèlent la force de l’engagement professionnel. On ne devient pas chirurgien par hasard, disent les enquêtés. L’analyse révèle l’existence de prédispositions familiales ou bien une découverte de la spécialité durant l’externat, période d’étude précédant la spécialisation médicale, et le développement d’une passion pour cette profession. C’est ce que confirme le cas de Marie Laborie, interne en chirurgie qui s’est découvert un intérêt pour cette spécialité « sur le tard », mais n’a pas réussi à convaincre ses pairs les plus exigeants de sa motivation.

3Les femmes qui se spécialisent en chirurgie s’investissent professionnellement. Elles doivent en faire deux fois plus que les hommes afin de gagner leur légitimité. Ce n’est qu’au prix d’une socialisation familiale valorisant le travail et d’une décharge des tâches domestiques (souvent sur d’autres femmes) qu’elles parviennent à exercer (chapitre 3). De même, il leur faut s’adapter à l’humour grivois, symbole de la domination masculine en chirurgie. Les femmes mobilisent différentes postures allant de la participation, voire de la surenchère, à la mise en retrait et la réprobation. La socialisation extra-chirurgicale (dispositions acquises pendant l’enfance, par exemple) comme propre au contexte chirurgical (caractère plus ou moins « festif » de l’internat) permet d’expliquer ces comportements, notamment pour les femmes qui participent à cette forme de domination (chapitre 4). La relation patient-médecin, parent pauvre de la chirurgie, est ensuite analysée (chapitre 5). Les femmes qui se sont spécialisées en chirurgie acceptent cet état de fait, même si elles sont présentées comme ayant davantage d’aptitudes relationnelles que les hommes. L’observation confirme ces discours. Il semble qu’une socialisation féminine contribue à ce que les femmes soient efficaces sur ce point, malgré leu manque d’appétence. Ce qu’elles aiment, c’est la « relation lisse » (p. 163) avec le patient (entendre une relation non conflictuelle et efficace).

4Les trois derniers chapitres se rapportent aux critères de classification genrés : quelles sont les dispositions socialement perçues comme sexuées ? Comment sont-elles acquises et actualisées dans le domaine de la chirurgie ? Le chapitre 6 offre un portrait des femmes perçues comme masculines : « mentalité de mec », « femmes à couilles », autant de qualificatifs valorisants qui leur sont attribués (p. 167 et 174). La théorie du « garçon manquant » et les propos relatant une enfance en tant que « garçon manqué » (p. 176) constituent la sociogenèse de ces comportements, renforcés par la socialisation chirurgicale à travers le sexisme et l’autoritarisme sévissant. Une continuité se dessine entre les expériences externes et internes au milieu chirurgical. Ce modèle de la « virilitude » est le plus répandu en chirurgie, face aux quelques femmes mobilisant des dispositions globalement « féminines » (chapitre 7). Rares par leur nombre, elles le sont aussi dans les discours puisque ce sont « celles dont on ne parle pas » et « que l’on n’entend pas » (p. 192-193). Leur discrétion provient d’une socialisation familiale traditionnelle, encourageant le retrait des femmes, mais aussi des contextes professionnels pacifiés qu’elles ont rencontrés. Pour finir, Emmanuelle Zolesio décrit les variations de ces trajectoires sexuées globales d’un point de vue synchronique et diachronique. Elle montre qu’il est difficile de réduire la plupart des enquêtées à des trajectoires reposant uniquement sur la mobilisation de dispositions « féminines » ou, au contraire, « masculines ». L’analyse s’enrichit d’une prise en considération des variations de comportement selon les contextes : les femmes chirurgiens activent leurs dispositions « masculines » en présence de leurs collègues, tandis que celles « féminines » sont utilisées avec le personnel paramédical, notamment les infirmières. Si les femmes débutent la chirurgie en mobilisant des dispositions perçues comme masculines dans ce milieu, elles poursuivent l’exercice de cette profession en réactualisant des dispositions qualifiées de féminines. Les comportements de la plupart d’entre elles peuvent être qualifiés de « virilité alternée » (p. 254).

5L’ouvrage se situe ainsi à la croisée de trois domaines de recherche : la socialisation professionnelle, le genre et l’étude des exceptions statistiques. Il éclaire chacun de ces points à travers l’exemple des femmes chirurgiens grâce à un propos clair, explicite et structuré. L’usage de nombreux extraits d’entretiens et d’observations reflète une implication forte sur le terrain et une analyse minutieuse. Cela permet de dessiner « en creux » la spécificité de la socialisation chirurgicale, socialisation de renforcement de dispositions socialement acquises, notamment dans sa dimension genrée. Finalement, l’exercice de la profession ne fait que confirmer des dispositions précédemment acquises.

6Plusieurs remarques surgissent cependant à la lecture du livre. Elles témoignent de la richesse du propos. Tout d’abord, concernant la forme, on ne peut que regretter l’absence de présentation plus systématique des enquêtées. Il aurait été intéressant de disposer d’une annexe récapitulative des enquêtés et de leurs caractéristiques. De même, une présentation des différents terrains (cinq services de chirurgie) aurait permis de mieux apprécier les limites de l’observation. Il faut attendre la conclusion pour comprendre que la plupart des services se situent dans une ville de 300 000 habitants. Une certaine frustration émerge du fait de ne pas pouvoir constater par soi-même la diversité du matériau.

7Plus globalement, l’usage de la notion de disposition reste peu explicité : s’agit-il de savoir-faire professionnels, de savoirs sur la profession ou encore de savoir-être en adéquation avec ceux requis par le métier ? La dernière réponse semble la plus adéquate. Cela rapproche l’étude de la sociologie du « curriculum caché » (Forquin, 1990), socialisation latente, au détriment d’une analyse des savoirs officiels transmis. Dès lors, on peut se demander ce qu’il en est à ce sujet : observe-t-on également des inégalités dans les stocks dispositionnels selon le genre ?

8L’apparente cohérence entre les dispositions antérieures et celles requises en chirurgie peut laisser perplexe. L’absence de « crise » identitaire également. On peut se demander dans quelle mesure les aspérités des trajectoires ne sont pas gommées par la mise en récit du parcours professionnel, contribuant à entretenir l’ « illusion biographique » (Bourdieu, 1986). L’analyse ne permet pas de voir explicitement comment, à partir d’une enfance de « garçon manqué », caractéristique de près de la moitié des enquêtées, les femmes peuvent développer des dispositions féminines ensuite. On peut se demander dans quelle mesure le discours des enquêtés mettant en cohérence passé et présent contribue à renforcer l’idée de « vocation » ou de « révélation ». Une analyse des positions détenues dans la hiérarchie hospitalière pourrait révéler des capacités inégales à la mise en récit de soi. On remarquera que les rares femmes mobilisant des attitudes « féminines », en plus de celles « masculines » requises, sont également celles qui demeurent praticiennes et renoncent à la carrière universitaire. Elles peuvent très bien être moins habituées que les autres à mettre en récit leur expérience professionnelle.

9Si la diversité des comportements féminins est mise en avant, on regrette l’absence de comparaison systématique avec les hommes. Leur attribuer un stock dispositionnel « monobloc » (p. 250) présenté comme un privilège masculin est contestable. Par exemple, on peut supposer que des comportements tels que ceux de séduction peuvent s’appliquer envers les femmes chirurgiens, mais pas envers les hommes. Les attitudes des hommes sont donc amenées à varier selon les contextes et les acteurs en présence, comme pour les femmes. L’analyse se heurte dans ses dernières lignes à une homogénéisation de la catégorie des « dominants » alors que l’essentiel du propos montre pourtant l’hétérogénéité des dispositions dans les groupes sociaux dominants, en opposant l’attitude policée des intellectuels et des artistes à celle plus rustre des chirurgiens.

10Enfin, la conclusion suivant laquelle « loin d’être un choix murement réfléchi de la part des acteurs, loin d’être un « projet biographique », les dispositions mises en œuvre sont sollicitées par les injonctions du contexte et sont le produit de socialisations successives « subies » par l’individu » (p. 273) paraît discutable. La comparaison avec d’autres sphères sociales, notamment politique, révèle la nécessité pour les femmes d’apprendre à utiliser habilement les caractéristiques de la féminité : les afficher ouvertement lorsque les acteurs en présence les valorisent ou, au contraire, les refreiner lorsqu’elles deviennent illégitimes (Achin et al., 2007). Comment expliquer ces variations parmi les catégories dominantes ? Pourquoi les chirurgiens seraient-ils moins libres de jouer de leur genre que les politiques ? Autant de questions montrant que le sujet est loin d’être épuisé.

Haut de page

Bibliographie

ACHIN Catherine et al., Sexe, genre et politique, Paris, Economica, 2007.

BOURDIEU Pierre, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 62-63, 1986, pp. 69-72.

FORQUIN Jean-Claude, École et culture, Bruxelles, De Boeck, 1990.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maud Navarre, « Zolesio Emmanuelle, Chirurgiens au féminin ? Des femmes dans un métier d’hommes »Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 14 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/gss/2966 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gss.2966

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search