Navigation – Plan du site
2014

Chauvin Sébastien, Lerch Arnaud, Sociologie de l’homosexualité

Paris, La Découverte, 2013
Jérôme Courduriès
Référence(s) :

Chauvin Sébastien, Lerch Arnaud, Sociologie de l’homosexualité, Paris, La Découverte, 2013

Texte intégral

1Sociologie de l’homosexualité débute sur un chapitre qui permettra aux néophytes, et c’est sans nul doute la première cible de la fameuse collection « Repères », de comprendre la manière dont l’homosexualité et, bien entendu, derrière le concept, les personnes homosexuelles elles-mêmes, après avoir été pris en charge par la psychanalyse et la psychiatrie, ont été investis par les sciences sociales. Car il ne s’agit pas ici que de sociologie mais bien de sciences sociales (les auteurs l’annoncent dès l’introduction), et, pourrait-on ajouter, de littérature intellectuelle au sens large. Le livre fait parfaitement bien écho de ce point de vue au champ des recherches en sciences sociales sur la sexualité tel qu’il s’est construit en France et qui déborde largement celui de la sociologie.

2Les auteurs revisitent toute une série de frontières théoriques (normal/pathologique, hétérosexualité/homosexualité, féminin/masculin, etc.) et montrent combien l’objet « homosexualité » invite à les transcender. De ce point de vue, l’analyse n’est plus seulement sociologique ; elle revêt aussi une dimension éminemment politique, dimension qui traverse tout le livre.

3Soucieux de resituer l’objet sociologique « homosexualité » et les travaux qui ont contribué à lever le voile sur lui dans la dynamique de l’histoire sociale, les auteurs reviennent sur différents moments qui ont marqué l’évolution du statut social de l’homosexualité. Le lecteur, la lectrice peut ainsi comprendre comment a pu émerger de manière concomitante un champ de recherche et de réflexion aujourd’hui foisonnant. À titre d’exemple, il est indubitable que la survenue du VIH/sida et les débats souvent violents quant à la reconnaissance des liens homoconjugaux et l’accès des personnes homosexuelles à la filiation ont profondément marqué les orientations des travaux menés depuis les années 1980. Au risque sans doute d’occulter une bonne partie de l’expérience homosexuelle.

4Jusqu’à la parution du livre de Sébastien Chauvin et Arnaud Lerch, il n’existait pas véritablement en langue française d’ouvrage qui propose une vision d’ensemble des apports des sciences sociales du point de vue de la connaissance de l’homosexualité. Car les auteurs poursuivent avec ce travail deux objectifs ambitieux : donner une vision surplombante de la littérature scientifique francophone et anglophone disponible et, sans doute plus encore, proposer une sociologie politique de l’homosexualité. À ce titre donc, Sociologie de l’homosexualité est un ouvrage important.

5Le premier exercice, dans un format de livre très contraint, est toujours périlleux et donne lieu ici à un malentendu entre les auteurs et leurs lecteurs et lectrices. Une part de la production scientifique disponible sur l’homosexualité, en français et en langue étrangère, reste finalement invisible dans la revue de la littérature, peut-être parce qu’elle relève moins d’une sociologie politique de la sexualité ou de l’homosexualité que de l’analyse empirique des modes de vie de nos contemporains. Ces travaux sont pourtant fort utiles pour mieux connaître tout à la fois l’expérience des personnes homosexuelles, leur parcours biographique et l’organisation de leur vie sentimentale, sexuelle et familiale. On pense d’abord à L’homosexualité dans tous ses états, livre dans lequel Pierre Verdrager (2007) se fait l’écho des discours qu’il a recueillis auprès d’homosexuels aux profils socio-démographiques divers sur leur itinéraire biographique, leur sexualité, leurs relations sentimentales et familiales. La prise en compte dans les enquêtes empiriques de la diversité sociologique des personnes homosexuelles n’a pas été si fréquente et mérite d’être soulignée. Au sujet des évolutions politiques de la « communauté » homosexuelle et de l’émergence croissante, ces trente dernières années, de revendications portant sur le statut légal des couples de même sexe et leur accès à la filiation, les auteurs citent le travail européen de David Paternotte (2007) ; ils auraient également pu tirer profit du travail de Luiz Mello (2009), de la réflexion de l’anthropologue portugais Miguel Vale de Almeida (2010) connu pour avoir été un fervent promoteur de la loi ouvrant le mariage lorsqu’il était député à l’assemblée de la République portugaise, ou encore du travail déjà ancien de Peter Fry (1982). Alors que le quatrième chapitre porte sur « des liens et des familles », des travaux s’appuyant sur des recherches empiriques sont absents à l’appel alors qu’ils ont documenté de manière tout à fait importante les sociabilités des personnes homosexuelles, leurs liens sentimentaux et leur vie familiale. Si le risque est grand d’en oublier aussi, les lecteurs et lectrices peuvent notamment se référer aux travaux pionniers de Christopher Carrington (1999) et d’Anne Cadoret (2002), qui ont donné pour la première fois à voir la vie quotidienne des couples homosexuels et des familles dites homoparentales, et à ceux, plus contemporains, de Cathy Herbrand (2008), José Ignacio Pichardo Galán (2009), Flávio Luiz Tarnovski (2010) et Mignon Moore (2011) qui prolongent ces analyses dans différents contextes nationaux et invitent ce faisant à envisager que les recherches sur l’homosexualité doivent aussi se soucier du contexte socio-économico-culturel dans lequel les personnes vivent. Sébastien Chauvin et Arnaud Lerch s’attachent d’ailleurs à prendre en compte cet aspect lorsqu’ils s’interrogent dans le dernier chapitre sur la manière dont l’homosexualité permet aussi de mettre au travail les grandes questions sociologiques.

6À juste titre, les auteurs de Sociologie de l’homosexualité, s’interrogeant sur les relations entre « identités homosexuelles et normes de genre », jettent des passerelles avec la question trans. Mais là encore des travaux pionniers en langue française, également très importants, sont laissés dans l’ombre et on regrette de ne voir aucune référence aux publications de Laurence Hérault sur l’expérience transsexuelle et transgenre (2004, 2009).

7D’autres recherches, sur la base d’ethnographies en particulier de sociétés océaniennes, ont révélé ce que l’on peut appeler la dimension relationnelle de l’identité de la personne. Ainsi, Marilyn Strathern (1988) explique à son lecteur, sa lectrice occidental-e que dans les sociétés mélanésiennes qu’elle a étudiées, le genre s’actualise dans l’action et dans les relations entre individus. Cette analyse, très originale, a trouvé des développements dans de nombreux autres travaux en anthropologie, parmi lesquels quelques uns sont rassemblés dans l’ouvrage organisé par Niko Besnier et Kalissa Alexeieff (2013), du reste signalé dans leur bibliographie par Sébastien Chauvin et Arnaud Lerch. L’ensemble de ces travaux, trop souvent méconnus dans les sciences sociales françaises, invitent à envisager que le genre n’est pas seulement un attribut de la personne, dimension à laquelle les sociétés occidentales le réduisent, mais le résultat des relations entre les personnes. Cette perspective féconde permet d’échapper au sempiternel dualisme féminin/masculin, hétérosexualité/homosexualité. Qui plus est, elle abonderait de manière intéressante l’analyse que Sébastien Chauvin et Arnaud Lerch nous livrent.

8En somme, et c’est à mon sens la spécificité de Sociologie de l’homosexualité, les auteurs s’attachent peu aux modes de vie des hommes et femmes homosexuel-le-s tels qu’ils ont été décrits par les sociologues et ethnologues, en particulier dans la période récente où la littérature scientifique a connu dans ce domaine des développements sans précédent, ni aux relations sociales dans lesquelles ils ou elles sont engagé-e-s. Ils s’interrogent davantage sur la signification des évolutions observées tant dans la manière dont gays et lesbiennes (encore faut-il que toutes les personnes se définissent comme telles) organisent leur vie privée que dans la prise en charge de la question homosexuelle par l’ensemble de la société. Les auteurs s’interrogent, à plusieurs endroits de leur livre, sur les formes d’invisibilité qui continuent de frapper certains, certaines, dans la population homosexuelle, en particulier les femmes lesbiennes. Ils nous invitent aussi à considérer que l’homosexualité se trouve à l’intersection d’autres formes d’identifications sociales (en terme de classes, de cultures, de capital scolaire, etc.) Toutes ces réflexions sont justes et méritent d’être à nouveau posées tant les clichés assimilant homosexualité et classe moyenne ont la peau dure, comme le rappellent très justement Sébastien Chauvin et Arnaud Lerch. Il reste encore de nombreuses recherches à mener qui s’attaqueraient de front à la diversité sociologique des homosexuel-le-s. Quelques travaux en langue française ont commencé à le faire – pensons en particulier au travail de Christelle Hamel (2012) ou de Céline Costechareire (2008) – mais ils sont encore trop peu nombreux.

Haut de page

Bibliographie

Besnier Niko et Alexeieff Kalissa (dir.), Gender on the edge, Transgender, gay and Other Pacific Islanders, Honolulu, University of Hawaï Press, 2013.

Cadoret Anne, Des parents comme les autres, Paris, Odile Jacob, 2002.

Carrington Christopher, No place like home. Relationships and family life among lesbians and gay men, Chicago, University of Chicago Press, 1999.

Costechareire Céline, « Les « parcours homosexuels » et conjugaux au sein d’une population lesbienne », Enfances, familles, générations, 9, 2008, pp 19-35.

Fry Peter, « Da hierarquia à igualdade : a construção histórica da homossexualidade no Brasil », in Fry Peter (dir.), Para inglês ver Identidade Política na Cultura Brasileira, Rio de Janeiro, Jorge Zahar, 1982, pp. 87-115.

Hamel Christelle, « Devenir lesbienne » : le parcours de jeunes femmes d’origine maghrébine », AGORA Débats / Jeunesse, 60, 2012, pp. 93-105.

HÉrault Laurence, « Constituer des hommes et des femmes : la procédure de transsexualisation », Terrain, 42, 2004, pp. 95-108.

HÉrault Laurence, « Les vierges jurées albanaises : une masculinité singulière et ses observateurs », Sextant, 27, 2009, pp. 273-285.

Herbrand Cathy, Les normes familiales à l’épreuve du droit et des pratiques. Analyse de la parenté sociale et de la pluriparentalité homosexuelle, Thèse de doctorat, Bruxelles, Université libre de Bruxelles, 2008.

Mello Luiz, Novas familias, Rio de Janeiro, Garamond Universitaria, 2009.

Moore Mignon, Invisible Families. Gay Identities, Relationships and Motherhood among Black Women, Berkeley (CA), University of California Press, 2011.

Paternotte David, Revendiquer le « mariage gay ». Belgique, France, Espagne, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 2011.

Pichardo Galán José Ignacio, Entender la diversidad familiar. Relaciones homosexuales y nuevos modelos de familia, Barcelone, Bellaterra, 2009.

Roca i Escoda Marta, La reconnaissance en chemin. L’institutionnalisation des couples homosexuels à Genève, Zurich-Genève, Seismo, 2010.

Strathern Marilyn, The gender of the gift, Berkeley (CA), University of California Press, 1988.

Tarnovski Flávio, Être père et homosexuel dans la France contemporaine, Thèse de doctorat en anthropologie sociale, EHESS, 2010.

Vale de Almeida Michel, A chave do armario. Homossexualidade, casamento, familia, Florianopolis (Brésil), Editora UFSC, Imprensa de Ciências Sociais, 2010.

Verdrager Pierre, L’Homosexualité dans tous ses états, Paris, Les Empêcheurs de penser en rond/Le Seuil, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Courduriès, « Chauvin Sébastien, Lerch Arnaud, Sociologie de l’homosexualité », Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 15 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/gss/2978

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals