Skip to navigation – Site map

HomeActualitésAnalyses et comptes-rendus2014Analyse croisée de deux ouvrages ...

2014

Analyse croisée de deux ouvrages de Dorothée Dussy : L’inceste, bilan des savoirs et Le berceau des dominations. Anthropologie de l’inceste, Marseille, La Discussion, 2013

Alice Sophie Sarcinelli
Bibliographical reference

Dussy Dorothée, Le berceau des dominations. Anthropologie de l’inceste, livre 1, Marseille, La Discussion, 2013

Dussy Dorothée (dir.), L’inceste, bilan des savoirs, Marseille, La Discussion, 2013

Full text

1Le berceau des dominations. Anthropologie de l’inceste, livre 1 et L’inceste, bilan des savoirs, l’un signé et l’autre cordonné par Dorothée Dussy, sont les premiers résultats approfondis d’une recherche individuelle entamée en 2004 et d’un projet collectif dans le cadre d’un programme ANR intitulé « Pour une anthropologie de l’inceste. Enquête ethnographique sur la parole dans le dispositif incestueux », réalisé entre 2006 et 2009. Les recherches personnelles de Dussy seront restituées dans une trilogie abordant l’inceste à partir de différentes perspectives, dont Le berceau des dominations. Anthropologie de l’inceste, livre 1 constitue, comme l’indique le titre, le premier volume : ce premier tome est consacré aux « incesteurs », le deuxième aux « incestés » et le troisième est centré autour de la controverse sur les fausses allégations d’abus sexuels. En revanche, L’inceste, bilan des savoirs restitue le travail collectif mené dans le cadre de l’ANR, plus particulièrement au sein de l’atelier de travail co-organisé par Dorothée Dussy et Léonore Le Caisne, anthropologue au CEMS. Utilisant des méthodes de recherche actuelles, ces travaux reviennent sur un débat classique en anthropologie, notamment autour de la théorie de l’interdit de l’inceste. Le défi d’un tel projet – qui aborde un thème largement investi par l’anthropologie théorique classique – est de trouver un angle d’approche original. Certes, les règles de prohibitions matrimoniales et les mœurs en matière de morale sexuée varient au cours de l’histoire et entre différents contextes socioculturels. Sans doute, la morale en matière des pratiques sexuelles propre aux sociétés contemporaines, sur laquelle se fondent les thèses défendues dans ces deux ouvrages, n’est pas la même que celles auxquelles faisaient référence à l’époque Émile Durkheim (1896-1897) ou Claude Lévi-Strauss (1947). Mais ce n’est pas cette différence qui a permis à ces chercheurs de renouveler les théories anthropologiques autour de l’inceste et de son interdiction. Il s’agit plutôt d’un déplacement du regard, voire d’une véritable inversion de perspective puisque ces ouvrages portent moins sur l’interdiction de l’inceste ou l’« inceste théorique » que sur l’« inceste réel », à savoir sur sa pratique. Le point de départ est que, en dépit d’une supposée interdiction, l’inceste existe et il est largement pratiqué, comme l’attestent les statistiques existantes, examinées par Dussy dans le premier chapitre de Le berceau des dominations.

2L’originalité d’une telle approche est donc de questionner la théorie de l’interdiction de l’inceste à partir de son contraire, c’est-à-dire de sa pratique quotidienne. Pour ce faire, l’auteure a recueilli un matériel varié recourant à plusieurs méthodes d’enquête : des entretiens auprès d’« incesteurs » et d’« incestés », des observations des procès pour inceste, des analyses documentaires des dossiers d’instructions de procès et une période d’observation participante au sein d’associations d’entraides en France et au Québec. Mais, puisque le silence et les non-dits autour de l’inceste sont une dimension centrale dans cette pratique, l’anthropologue a aussi fait appel à des méthodes moins habituelles lui permettant d’écouter ce qui ne peut pas être dit. Elle a notamment entretenu des correspondances par mail avec des anonymes et recueilli la parole des personnes qui lui ont fait part d’expériences d’inceste vécues personnellement ou par des tiers. Une première partie de ces matériaux a été exploitée et restituée dans Le berceau des dominations pour aborder notamment la figure, le rôle et le monde de l’« incesteur ». Après une présentation des statistiques sur les situations d’inceste et d’abus sexuel précoces et une revue de la littérature sur les « incesteurs », l’ouvrage se concentre autour des représentations que les « incesteurs » ont de leur propres pratiques pour terminer avec une partie sur l’histoire de la médiatisation et de la politisation de cette question. L’objectif est d’interroger la théorie de l’interdiction de l’inceste à travers une analyse des articulations entre la règle sociale qui interdit l’inceste et sa pratique. Dussy cherche donc à interroger la théorie classique sur l’interdiction de l’inceste à partir des données empiriques. À ce premier objectif, de nature scientifique, se superpose une finalité politique ou, tout au moins, sociétale, à savoir d’entreprendre – à travers la prise en compte des violences et de leurs effets – un parcours qu’elle entend comme un chemin vers la paix, la démocratie et la réconciliation. S’appuyant sur les différentes dimensions de la question, le livre défend la thèse que l’inceste n’est pas seulement une pratique courante et quotidienne dans la vie des familles françaises, mais qu’il fait partie de l’ordre social au point d’être l’un des principaux instruments de socialisation aux modalités d’exploitation et de domination de genre et de classe : « Tout le monde participe, dès l’enfance, de l’ordre social qui admet l’inceste mais l’interdit en théorie (...). Chacun est imprégné, au berceau, des rapports de domination constitutifs des relations familiales. » (p. 12) L’inceste, qui apparaît ici à la fois dans la pluralité de ses formes et sa banalité, s’expliquerait donc par une pédagogie familiale transmise entre les générations. L’analyse des modalités de communication, ou plutôt de non-communication autour de l’inceste amène l’auteure à réinterroger le lien entre la pratique de l’inceste et la théorie de son interdiction et à défendre l’idée que l’interdiction de l’inceste sert à le rendre invisible et impensé, permettant aux « incesteurs » de le pratiquer.

3Si l’intérêt du travail empirique de Dussy est évident compte tenu de l’ampleur et de la qualité de l’enquête sur une pratique très peu étudiée, il convient de pointer aussi les apports politiques et théoriques de cette recherche. Sur le plan politique, le livre contribue à lever le voile sur la pratique de l’inceste, tandis que – du point de vue théorique – ce premier ouvrage de la trilogie questionne à la fois le débat classique sur la théorie de l’inceste et celui plus récent sur l’anthropologie de la violence. D’une part, Dussy conteste la théorie de l’interdiction de l’inceste en montrant le rôle que celle-ci joue dans la création des conditions qui permettent sa pratique. D’autre part, elle défend le fait que les violences structurale, politique, symbolique et quotidienne ne s’articulent pas nécessairement dans un sens descendant (de l’état vers les acteurs sociaux, de la structure sociale vers les relations interpersonnelles) comme le propose Pierre Bourdieu (1996) et Philippe Bourgois (2002), mais aussi a contrario.

4En dépit de l’intérêt de cet ouvrage pionnier en France – qui est caractérisé par un équilibre entre objectivation et subjectivation, et entre mise à distance et prise en compte de la subjectivité du chercheur –, quelques aspects méritent d’être interrogés. En premier lieu, bien que la thèse de l’impact de la théorie de l’interdit de l’inceste sur sa pratique soit intéressante et convaincante, elle ne semble pas suffisante pour invalider la théorie de l’interdiction de l’inceste. L’inceste dont il est question dans l’ouvrage ici présenté est une pratique sexuelle, alors que la théorie anthropologique porte sur les règles matrimoniales. De plus, la coexistence entre l’interdiction d’une pratique et son existence ne me semble pas nécessairement contradictoire. Au contraire, c’est précisément l’existence d’une pratique non conforme aux normes morales qui est à l’origine de son interdiction. Autrement dit, si personne ne pratiquait l’inceste, il ne serait pas nécessaire de l’interdire. On pourrait citer bien d’autres phénomènes largement répandus, tout en étant interdits. Bien que démontrer empiriquement que l’inceste existe et qu’il est couramment pratiqué ne suffise pas à invalider la théorie de son interdiction, cela ne contredit pas l’argument central de Dussy sur le rôle de la théorie de l’interdiction de l’inceste dans l’invisibilisation d’une pratique sexuelle. Au contraire, la piste ouverte par Dussy permet d’approfondir la question théorique de l’articulation entre interdit, pratique de l’interdit et rôle de l’interdiction.

5Un deuxième aspect concerne la relation entre la pédagogie familiale qui constitue le terrain de transmission de l’inceste, l’ordre social de l’inceste et la réappropriation de cet ordre par les « incesteurs » qui sont, parfois, eux-mêmes des enfants ou des jeunes. Cette question interroge la frontière entre la reproduction et la réinvention de l’inceste au fil des générations. À cet égard, la répartition des deux premiers tomes de la trilogie entre l’expérience des « incesteurs » et celle des « incestés » risque de mettre l’accent sur la dichotomie entre le rôle d’agresseur et celui de victime, alors que l’auteure montre bien que la violence et l’amour peuvent coexister dans les pratiques sexuelles permises tout comme dans celles interdites. Par ailleurs, les termes « incesteurs » et « incesté » – voués à éviter d’enfermer la personne dans la position de bourreau ou de victime – peuvent aussi contribuer à reproduire des catégories figées, empruntées au registre judiciaire et médical, sans mettre en exergue la manière dont les différentes catégories sont utilisées, contestées et réappropriées par les différents acteurs sociaux impliqués dans le phénomène de l’inceste.

6Présentant des terrains variés géographiquement (Inde, Allemagne, France) et historiquement (du début du XIXème siècle à nos jours) et bénéficiant du regard des spécialistes de plusieurs disciplines (juristes, historiens, psychanalystes et psychiatres, politologues et anthropologues), L’inceste, bilan des savoirs prolonge et éclaire les questions centrales abordées par Dussy. Ce travail collectif illustre avant tout l’apport des sciences sociales à la compréhension du phénomène de l’inceste et de la pédophilie. Les quatre parties qui constituent ce volume – une approche historique, une approche juridique, une analyse de la politisation de la question des abus sexuels sur mineurs et un dernier volet sur la question de la santé mentale – témoignent de la pluralité et de la variété des apports des différentes disciplines. Les chapitres reviennent sur la thèse autour du silence défendue par Dussy dans son ouvrage individuel, faisant ressortir les différents rôles joués par le silence et par la parole à différentes époques et selon les contextes. L’ouvrage montre quand, comment et pourquoi l’inceste est nommé et devient visible dans l’espace public comme dans l’espace clos de la famille. Il est ici question des conditions de prise de parole publiques et privées des représentants institutionnels, comme des différents acteurs impliqués dans la situation incestueuse. Les contributions interrogent les conditions de son énonciation et les relations de pouvoir à l’origine des conditions de possibilité de dire, de taire ou de penser l’inceste. Ces analyses fines permettent de faire ressortir la coexistence des différentes logiques qui interviennent dans la prise en compte des situations incestueuses dans l’espace publique et politique : la logique de protection des mineurs versus la logique d’interdiction des relations sexuelles intrafamiliales ou encore celle de la protection des victimes des violences sexuelles. Les mots pour dire l’inceste – comme par exemple l’ambigüité entre le registre de la tendresse et celui de l’agression ou le recours aux termes comme « jeu sexuels » et « gamineries » – sont révélateurs des rapports de domination qui caractérisent les différentes phases et contextes de la situation incestueuse, de sa pratique à sa révélation jusqu’à la prise en charge institutionnelle. Néanmoins, il me semble que les rapports de domination liés à l’âge (Achin et Rennes, 2009) sont peu nommés et théorisés dans les deux ouvrages, alors même que cette dimension apparait comme centrale dans les descriptions des situations d’inceste : les mineurs, leur parole, leurs actes et leur agency n’ont pas le même statut selon le rôle qu’ils recouvrent dans la situation incestueuse. En somme, les questions ouvertes et les pistes à suivre dans les prochains volumes de la trilogie sont nombreuses et passionnantes, du point de vue théorique, empirique et politique.

Top of page

Bibliography

Achin Catherine, Rennes Juliette (dir.), Dossier « La tyrannie de l’âge », Mouvements, 59, Paris, La Découverte, 2009.

Bourdieu Pierre, « Sociologie et démocratie », Tribune libre, Zelinge, 3, octobre, 1996.

Bourgois Philippe, « La violence en temps de guerre et en temps de paix », Culture et conflits, 47, automne 2002, en ligne, mis en ligne le 29 avril 2003. URL : http://conflits.revues.org/index829.html

Durkheim Émile, « La prohibition de l’inceste et ses origines », L’Année sociologique : rubrique « Mémoires originaux », 1, 1896-1897, pp. 1-70.

Lévi-Strauss Claude, Les structures élémentaires de la parenté, Paris, Mouton, 1947.

Top of page

References

Electronic reference

Alice Sophie Sarcinelli, Analyse croisée de deux ouvrages de Dorothée Dussy : L’inceste, bilan des savoirs et Le berceau des dominations. Anthropologie de l’inceste, Marseille, La Discussion, 2013Genre, sexualité & société [Online], Analyses et comptes-rendus, Online since 01 July 2014, connection on 16 April 2021. URL: http://journals.openedition.org/gss/3074; DOI: https://doi.org/10.4000/gss.3074

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search