Navigation – Plan du site
2014

Bernstein Mary, Taylor Verta (ed.), The Marrying Kind. Debating Same-Sex Marriage within the Lesbian and Gay Movement

Minneapolis, University of Minnesota Press, 2013
David Paternotte
Référence(s) :

Bernstein Mary, Taylor Verta (ed.), The Marrying Kind. Debating Same-Sex Marriage within the Lesbian and Gay Movement, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2013

Texte intégral

1Depuis deux ans, les manifestations contre le « mariage pour tous » rythment l’actualité française. Peu de pays ont connu l’expression d’une telle opposition et ces contre-mouvements ont rarement été couronnés d’un tel succès. Ces opposants ont considérablement réduit la portée de la loi, en particulier sur la PMA, et empêchent la tenue d’autres débats éthiques, sur des sujets comme l’euthanasie, les droits des personnes transgenres ou la GPA. Ils ont en outre réussi à conquérir un espace public et médiatique d’une ampleur inconnue jusqu’alors.

2La force des opposants et la violence des débats singularisent le cas français. En effet, ailleurs en Europe de l’Ouest, les contre-mouvements ont rarement été aussi efficaces et les débats n’ont pas été aussi agités. Ces spécificités rapprochent aussi la France des États-Unis. Certes, des progrès spectaculaires y ont été enregistrés au cours des dernières années, se traduisant entre autres par une accélération du nombre d’États autorisant deux personnes de même sexe à se marier. Toutefois, les débats ont longtemps été à l’arrêt et les mouvements d’opposition se sont affirmés en tant qu’acteurs incontournables. Comme l’a montré Tina Fetner, ceux-ci n’ont pas seulement marqué l’agenda politique mais ont en outre considérablement influencé les revendications et les stratégies des mouvements LGBT depuis plusieurs décennies (Fetner, 2008). Les chercheur-e-s étatsunien-ne-s se sont penchés sur ces particularités et leurs travaux constituent un terrain fertile pour réfléchir à ce qui s’est passé en France au cours des dernières années.

3L’impact que les mobilisations étatsuniennes ont eu en dehors du contexte étasunien offre une autre raison de les étudier de plus près. En effet, il s’agit probablement du premier pays où des militant-e-s gays et lesbiennes ont revendiqué le droit au mariage. En outre, depuis les débats à Hawaii au milieu des années 1990, ces mobilisations dépassent régulièrement les frontières de ce pays. Ainsi, la campagne pour le droit au mariage lancée en 2004 par Daniel Borrillo et Didier Eribon, couronnée par le mariage de Bègles, trouve une de ses sources d’inspiration dans la décision du maire de San Francisco de marier des couples de même sexe en 2004 (Paternotte, 2011). Inversement, les vagues d’opposition aux droits LGBT en Afrique, s’alimentent aussi des avancées aux États-Unis et, comme en témoigne le cas ougandais, les mouvements conservateurs étatsuniens exportent leur discours sur ce continent.

4Le livre collectif The Marrying Kind propose une synthèse des débats sur le mariage au sein des mouvements gais et lesbiens américains. Dirigé par Mary Bernstein (University of Connecticut) et Verta Taylor (University of California Santa Barbara), il tente de répondre aux questions suivantes : pourquoi l’enjeu du mariage a-t-il divisé les militant-e-s gays et lesbiens à ce point ? Comment ces divisions ont-elles influencé les campagnes pour le droit au mariage aux États-Unis ? La revendication du mariage a-t-elle contribué à transformer la communauté, l’identité et le militantisme gai et lesbien ? (p. ix) Ce livre se penche sur les intersections entre les débats sur l’ouverture du mariage et le militantisme homosexuel aux États-Unis. Il s’articule autour de quatre axes : les débats militants sur le mariage et les discordes qui les ont accompagnées, les mouvements d’opposition, les mouvements en faveur du mariage et l’impact des mobilisations pour le droit au mariage aux États-Unis.

5Tant Mary Bernstein que Verta Taylor ont contribué de manière significative à l’étude des mouvements sociaux en général et des mobilisations féministes et homosexuelles en particulier. Ce livre ne fait pas exception. Le regard proposé constitue le principal apport de ce projet, qui démontre l’intérêt de se pencher sur les débats au sein de la communauté et du mouvement gai et lesbien à partir d’un point de vue sociologique. Il ne s’agit pas, en d’autres termes, de justifier ou de contester les arguments en présence (comme souvent dans la littérature), mais de comprendre les raisonnements, le fonctionnement et l’impact de ces discussions.

6Ce regard sociologique amène les deux chercheuses à insister sur l’ambigüité de la revendication du droit au mariage. Celle-ci n’est pas totalement assimilationniste, comme l’affirment par exemple les tenants du mouvement queer. Elle n’implique pas non plus une remise en cause fondamentale de l’hétéronormativité, comme le clament certains militants et intellectuels promariage. Ce livre reflète ainsi la vitalité et la complexité du monde LGBT américain, au sein desquels les débats sur la légitimité et l’opportunité de demander l’accès au mariage ont été plus vifs et plus durables que dans la plupart des pays européens. Comme le notent Mary Berstein et Verta Taylor : « Social movements generally face the most visible opposition from their opponents, but the battle for same-sex marriage is an exception. Rarely has a social movement goal so central to a movement’s political agenda been so fraught. At the same time that antigay forces fight to preserve marriage for one man and one woman, lesbian and gay activists argue with passion about the viability and the social consequences of same-sex marriage. » (p. 1)

7L’introduction brosse un aperçu magistral de l’histoire et du contenu des débats sur le droit au mariage au sein des communautés LGBT américaines, souvent méconnus en Europe. Mary Bernstein et Verta Taylor restituent les arguments des principaux courants (libérationnistes, lesbiennes radicales, queer, homonormativité, beyond the closet et postgay), ainsi que les principaux enjeux quant aux conséquences potentielles de ce droit : normalisation, privatisation des identités gaies et lesbiennes, nouvelle hiérarchisation des priorités revendicatives. À leur tour, chacun des chapitres, qui réunissent des auteur-e-s confirmé-e-s (Arlene Stein, Kathleen Hull, Ellen Ann Andersen) et de jeunes chercheur-e-s, aborde un ou plusieurs de ses aspects à partir d’un terrain empirique précis, déplaçant l’axe des débats à partir d’une emphase sur les paradoxes et la complexité.

8Le chapitre d’Arlene Stein, qui se penche sur la banlieue newyorkaise de Newark, en constitue une brillante illustration. En croisant rapports de sexualité, de classe et de race en contexte suburbain, l’auteure s’interroge sur l’universalité de la demande du droit au mariage et se demande à qui celle-ci profite. Données empiriques à l’appui, Stein montre l’impact différencié de cette revendication, qui bénéficie avant tout aux gays et aux lesbiennes blancs et de classe moyenne. Elle souligne aussi combien une telle demande ne répond pas aux arrangements conjugaux et familiaux plus compliqués d’une partie importante de la communauté gaie et lesbienne, souvent noire et de classe populaire.

9Kristine A. Olsen pose une autre question fondamentale en retraçant la dissolution de l’association Love Makes a Family, un des principaux groupes militants pour le droit au mariage au Connecticut. Cet exemple lui permet de s’interroger sur ce qui arrive à un mouvement social quand il réalise son agenda. En effet, ce groupe a préféré sa disparition à une diversification de ses activités. Afin de comprendre cet événement inattendu, elle croise identité organisationnelle et objectifs militants. Cette question se pose également en Europe, où la survie des coalitions militantes en faveur du droit au mariage n’est pas assurée.

10Pour terminer, l’orientation exclusivement étatsunienne de cet ouvrage constitue sa principale lacune. Ce livre n’inclut aucune étude de cas hors des États-Unis (sauf le chapitre de Green sur le Canada) et ne compare pas la situation étatsunienne à celle d’un autre pays. Il ne considère pas non plus la littérature chaque fois plus importante sur les mobilisations en faveur du « mariage pour tous » dans d’autres pays. Ces travaux ne sont pas mobilisés pour mettre en perspective les orientations et les conclusions de l’ouvrage et ne servent pas à construire le cadre d’analyse des différents chapitres. Ce choix méthodologique est particulièrement problématique au regard du développement des débats sur le droit au mariage dans un nombre croissant de pays, où ils ont en outre été plus couramment couronnés de succès. Il empêche de saisir les spécificités nationales des débats étatsuniens, ainsi que les éléments partagés de part et d’autre de l’Atlantique.

11Pour finir, cet ouvrage est indissociable du contexte dans lequel il a été écrit. Le combat pour le droit au mariage est encore vif aux États-Unis et tout porte à croire que plusieurs années seront nécessaires avant que ce droit ne soit reconnu dans l’ensemble de ce pays. Ce contexte de lutte, dans lequel le travail académique est souvent utilisé à des fins politiques, pèse parfois sur la manière dont les auteurs construisent leur argument, ainsi que sur certaines de leurs conclusions. Ce constat invite à poser une dernière question. Si ce livre confirme l’apport distinctif des sciences sociales aux études LGBT, aurait-il été le même s’il avait été écrit dans un pays où le mariage pour tous aurait été préalablement reconnu ? En d’autres mots, quel est l’impact du contexte dans lesquelles les recherches sont menées sur les questions posées et les résultats obtenus ?

Haut de page

Bibliographie

FETNER Tina, How the Religious Right Shaped Lesbian and Gay Activism, Minneapolis, University of Minnesota Press, 2008.

PATERNOTTE David, Revendiquer le « mariage gay ». Belgique, France, Espagne, Bruxelles, Editions de l’Université de Bruxelles, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

David Paternotte, « Bernstein Mary, Taylor Verta (ed.), The Marrying Kind. Debating Same-Sex Marriage within the Lesbian and Gay Movement », Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 19 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/gss/3077

Haut de page

Auteur

David Paternotte

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals