Navigation – Plan du site
2014

Rosin Hanna, The end of men. Voici venu le temps des femmes

Paris, Autrement, 2013
Louis Braverman
Référence(s) :

The end of men. Voici venu le temps des femmes, Paris, Autrement, 2013

Texte intégral

1Journaliste ayant fait une partie de sa carrière au Washington Post, maintenant rédactrice en chef pour The Atlantic et co-fondatrice de la rubrique DoubleX du magazine en ligne Slate, Hanna Rosin annonce dans son dernier ouvrage ni plus ni moins que la « fin des hommes » et l’émergence d’un « système matriarcal » (p. 10) au sein des classes moyennes américaines. Selon elle, les transformations de l’économie entraîneraient une véritable reconfiguration des rapports de genre au bénéfice des femmes. Disposant plus volontiers de compétences et de qualités - de communication, d’intelligence sociale, de concentration ou de flexibilité - valorisées par une économie portée par les services et qui n’a que faire de la force de travail, les femmes se trouveraient désormais en position de pouvoir. Telle est la thèse de Hanna Rosin, initialement avancée dans un article du magazine américain The Atlantic (Rosin, 2010) puis développée dans son ouvrage à succès maintenant traduit en français, The End of Men (Rosin, 2012).

2Au centre de l’ouvrage se trouvent deux figures archétypales récurrentes : « Plastic Woman » et « Carton Man ». Plastic Woman incarne l’avenir. Elle n’est plus cantonnée au foyer, travaille tout en s’occupant de ses enfants, est ouverte aux expérimentations sexuelles, « et n’hésite pas à aller s’encanailler dans les bars » (p. 12). A l’inverse de Carton Man qui est « frileux » et réticent à endosser de nouveaux rôles, Plastic Woman « est animée d’une ambition impérialiste. Elle part à la conquête de nouveaux territoires sans pour autant renoncer aux anciens, quitte à s’exposer à des dilemmes existentiels : trop de travail et trop de responsabilités à la maison, trop de pouvoir et trop de vulnérabilité, trop de confort et pas assez de bonheur » (p. 12). Carton Man, quant à lui, reste comme figé dans le passé. Touchés de plein fouet par la crise, délaissés par l’économie postindustrielle qui signe la fin du travail manuel, et voyant leur statut de chef de famille remis en question, les hommes « ont perdu tous leurs repères et n’ont pas su en trouver d’autres. De leur virilité il ne leur reste plus que les gadgets : jeans sales, grosses bagnoles, couteaux suisses, superhéros et flics de séries télé qui tombent dans l’oubli dès que la saison est terminée » (p. 13).

3Aussi caricaturales et binaires qu’elles puissent être, ces deux figures sont mises en opposition tout au long de la démonstration. C’est le cas dans le premier chapitre lorsque Hanna Rosin se penche sur la pratique des relations sans lendemain chez les étudiantes américaines, la hook-up culture. Ces aventures d’un soir résument, selon l’auteure, « l’essence de la féminité : liberté, indépendance, autonomie » (p. 41). Alors que la sexualité des femmes s’est métamorphosée, celle de Carton Man n’a pas évolué : « Au lit comme au bureau, la révolution sexuelle a profondément transformé les comportements féminins. Les femmes n’ont pas hésité à endosser un rôle nouveau, elles sont montées au créneau et ont profité des libertés que la société leur offrait. Le problème, c’est que les hommes, eux, n’ont pas beaucoup évolué. Ils ont toujours les mêmes pratiques sexuelles et les mêmes aspirations qu’au début des années 1960 » (p. 38). Plus loin, H. Rosin tombe un peu plus dans l’essentialisme et l’analyse anhistorique lorsqu’elle reprend à son compte une étude d’un professeur de psychologie avançant que « la sexualité masculine est "relativement stable et inchangée", elle semble obéir à des schémas "rigides" et "innés" » (p. 38).

4Dans le chapitre suivant, H. Rosin décrit un nouveau modèle de couple qui, selon elle, a succédé au pacte conjugal traditionnel où monsieur Gagne-Pain entretenait son épouse qui, en retour, s’occupait des tâches domestiques et lui devait obéissance. « Désormais, la répartition des tâches est fluctuante : 60-40, 80-20 ou 90-10. C’est ce que j’appelle le couple culbuto, dans lequel l’équilibre peut basculer tantôt en faveur de l’un, tantôt en faveur de l’autre » (p. 46). Dans ce « nouveau modèle du couple bobo » (p. 46), les rôles sont donc interchangeables. A travers le témoignage de couples hétérosexuels, l’auteure montre toutefois qu’il n’y a pas d’inversion stricte des rôles puisque les femmes endossent toujours une charge domestique plus importante ou égale à celle des hommes alors qu’elles travaillent à temps plein et pourvoient aux besoins de sa famille. Ainsi, tout ne se passe pas comme dans un contrat égalitaire, mais, au contraire, les femmes cumulent une double journée de travail tandis que les hommes continuent à ne pas s’impliquer dans le fonctionnement quotidien du foyer.

5Les métamorphoses qui ont cours dans l’éducation permettent également à H. Rosin de développer sa thèse sur la fin des hommes. Selon elle, les femmes prennent le contrôle de la société par l’intermédiaire de l’université. Après plusieurs récits montrant l’abnégation ainsi que la réussite des étudiantes comparées aux mauvais résultats de leurs homologues masculins et après avoir avancé des statistiques soulignant la prépondérance des femmes à l’université aux Etats-Unis comme dans le reste du monde, H. Rosin se demande comment les femmes ont pu surpasser les hommes dans le domaine de l’éducation. La raison avancée est fonctionnaliste et s’approche d’un discours biologisant : dans un monde de plus en plus verbal, l’école aurait pris acte des attentes des employeurs, ce qui aurait profité aux femmes qui disposeraient de facilités communicationnelles. A ce facteur s’ajouterait le fait que « les garçons ont tendance à buter sur ce que les chercheurs appellent les "compétences non cognitives", c’est à dire la capacité à se concentrer, à s’organiser et à ne pas se dissiper » (p. 105). Encore une fois, les deux figures archétypales dessinées par H. Rosin apparaissent clairement.

6Prolongeant son analyse dans le domaine de l’emploi, H. Rosin se penche ensuite sur le statut des femmes qui occupent des postes à responsabilités dans les grandes entreprises. Avec pour exemples Google, Facebook, ou Twitter, l’auteure montre que les entreprises de high-tech adoptent un management flexible mieux adapté à la situation des femmes même si elles ne se sont pas débarrassées du sexisme et exigent une charge de travail toujours aussi importante. La question de la surreprésentation des hommes aux fonctions de cadre dirigeant est, quant à elle, amenée comme une question de point de vue : « On peut voir dans la situation actuelle une preuve que les fonctions suprêmes resteront toujours la chasse gardée des hommes, ou on peut la considérer pour ce qu’elle est vraiment : le dernier soubresaut d’une époque vouée à devenir obsolète » (p. 114). Résolument optimiste, H. Rosin ne met toutefois pas de côté les importants obstacles qui devront être levés pour que les choses changent. Elle dénonce notamment l’injonction à délaisser – au moins partiellement – la sphère du travail qui pèse sur les femmes dès lors qu’elles ont des enfants, ou encore pointe du doigt le poids des stéréotypes de genre qui sanctionnent tout écart à la norme dominante de la féminité au sein de l’entreprise.

7A l’issue d’un dernier tour de force de l’auteure consistant à universaliser sa thèse à partir de l’exemple de la Corée du Sud, H. Rosin conclut sur une note nuancée qui se veut positive. A savoir, la « fin des hommes » n’est peut-être pas définitive. Beaucoup d’hommes « contribuent à repousser les frontières de la masculinité » (p. 169), ce qui permet d’envisager un futur débarrassé de la nostalgie de la virilité. Cette conclusion invite à penser en termes de masculinités plurielles, ce qui rompt – au moins en partie – avec le discours de l’ouvrage. Toutefois, on peut regretter que l’auteure ne s’engage pas plus dans cette voie et reste attachée à l’idée de « crise de la masculinité », empêchant ainsi toute réflexion approfondie sur les privilèges masculins.

8Au total, deux biais principaux apparaissent à la lecture de The end of men. Premièrement, la scientificité de la démarche employée par l’auteure pose question. Tout se passe comme si chacune des preuves avancées par l’auteure renforçait une hypothèse de départ dont la validité était définie a priori. Comme nous l’avons vu ci-dessus, Hanna Rosin prend pour acquis la « récession masculine » et mobilise une série d’arguments pour montrer que les femmes en sont venues à supplanter les hommes. Or, le fait que des femmes aient des chances égales à celles des hommes dans certains domaines ne signifie pas pour autant la fin de la domination masculine. Qui plus est, les sources ne sont pas citées à de très nombreuses reprises et plusieurs personnalités académiques ont montré que les statistiques employées sont souvent erronées ou proposent une description partielle de la réalité (Cohen, 2013 ; Coontz, 2012). L’exemple qui suit illustre bien à quel point la validité de l’argumentation peut être fragile : « Depuis que les Etats-Unis ont pénalisé les violences conjugales à la fin des années 1990, le pourcentage des femmes interpellées a atteint un niveau record ; dans certains Etats, il dépasse les 50 %. […] D’après une étude britannique, 40 % des victimes de violences conjugales seraient des hommes. Au cours des vingt dernières années, en revanche, le nombre d’agressions sexuelles a enregistré une chute spectaculaire. Dans certaines régions des Etats-Unis, elles sont si rares (chez les femmes de race blanche, en particulier) que les criminologues ne parviennent même pas à les représenter sur un graphique » (p. 23-24). Deuxièmement, Hanna Rosin développe un argumentaire politiquement dangereux. Bien sûr, la société décrite par l’auteure est loin d’être idyllique. Elle souligne avec précision que les femmes sont exposées à de puissantes injonctions contradictoires et doivent, par exemple, continuer à s’occuper des charges domestiques de manière disproportionnée lorsqu’elles sont en couple. Toutefois, même si l’auteure est bien consciente des chiffres sur les écarts de salaire entre les sexes, sur le plafond de verre ou sur le travail domestique, la thèse générale de l’ouvrage n’est pas remise en question car « ces statistiques méritent d’être considérées comme l’ultime vestige d’une époque révolue plutôt que comme un état de fait inéluctable » (p. 17). De surcroît, la rhétorique de la «  crise de la masculinité  » fait croire à l’effondrement de l’ensemble du système hétéropatriarcal, ce qui est loin d’être socialement entériné si l’on se réfère aux récents travaux qui se sont penchés sur cette question. Pour reprendre Francis Dupuis-Déri : « Prétendre qu’il y a une "crise de la masculinité" permet de voiler la domination masculine dont les hommes ne sont pas tant "le relais", l’"objet" ou les victimes "prises au pièges", mais qu’ils exercent réellement sur les femmes, et dont ils tirent profit individuellement et collectivement » (Dupuis-Déri, 2012, 64).

Haut de page

Bibliographie

COHEN Philip, « Correct that error, Hanna Rosin Edition », 12 septembre 2013. En ligne : http://familyinequality.wordpress.com/tag/hanna-rosin/

COONTZ Stephanie, « the Myth of the Male Decline », The New York Times, 29 septembre 2012. En ligne : http://www.nytimes.com/2012/09/30/opinion/sunday/the-myth-of-male-decline.html?pagewanted=all&_r=0

DUPUIS-DERI Francis, « Le discours des « coûts » et de la « crise » de la masculinité et le contre-mouvement masculiniste », in DULONG Delphine, GUIONNET Christine, NEVEU Erik (dir.), Boys Don’t Cry ! Les coûts de la domination masculine, Rennes, Presse Universitaire de Rennes, 2012, pp. 59-89.

ROSIN Hanna, The End of Men, Riverhead Hardcover, 2012, 320 p.

ROSIN Hanna, « The End of Men », The Atlantic, 8 juin 2010. En Ligne : http://www.theatlantic.com/magazine/archive/2010/07/the-end-of-men/308135/

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis Braverman, « Rosin Hanna, The end of men. Voici venu le temps des femmes », Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/gss/3086

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals