Navigation – Plan du site
2014

Girard Gabriel, Les homosexuels et le risque du sida. Individu, communauté et prévention

Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2013
Laura Mellini
Référence(s) :

Girard Gabriel, Les homosexuels et le risque du sida. Individu, communauté et prévention, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2013

Texte intégral

1L’ouvrage de Gabriel Girard propose une analyse située du risque d’une richesse et finesse indéniables. Doublement située, pourrait-on dire : à la fois dans le contexte des transformations sociales et politiques de la prévention du VIH/sida chez les homosexuels et dans les trajectoires de vie, les ruptures biographiques, les réseaux sociaux, les modes de vie des homosexuels interviewés. L’auteur s’engage avec brio dans une « sociologie des usages sociaux et politiques du risque VIH chez les homosexuels masculins » (p. 18), combinant une analyse des controverses associatives et l’étude de l’expérience ordinaire du risque. Issu de sa thèse de sociologie soutenue en 2012, l’ouvrage est très bien structuré, l’écriture est fluide et précise, l’argumentaire est cohérent et explicite. Avec audace, Gabriel Girard annonce d’emblée son identité et sa posture : homosexuel, séronégatif, militant d’AIDES, une des deux associations de lutte contre le sida analysée dans l’ouvrage. Autant dire qu’il partage une forte proximité, à la fois « au plan intime et politique » (p. 19) du terrain : loin d’être simple observateur, il construit son propos en acteur impliqué. Se pose alors la question de comment garder une distance de l’objet de recherche. L’auteur y parvient de manière ingénieuse à travers la triangulation des théories et des méthodes, mais aussi à travers des réflexions épistémologiques et éthiques très approfondies, sans oublier son approche pragmatique, non normative, de la problématique.

2Au centre de cette enquête pluri-méthodologique sur un « terrain sensible », difficile à résumer tant le propos est riche et les analyse étayées, se trouve la diversité des rationalités préventives : situées, contextualisées, découlant de la sociabilité, des trajectoires de vie, des ruptures biographiques, des modes de vie des hommes homosexuels. Après une partie destinée à « historiciser les controverses sur la prévention du sida » (p. 43), le cœur de l’argumentation se situe sans doute dans les parties suivantes, centrées respectivement sur les sociabilités homosexuelles et le risque du sida (partie 2), et sur le risque et les réflexivités (partie 3). C’est là que la thèse centrale de l’ouvrage est amenée : le degré d’affiliation et d’identification à la communauté gaie oriente les pratiques préventives. En adoptant une perspective interactionniste, le sociologue met au cœur de son analyse la compréhension des significations que les homosexuels donnent à la prévention, au risque, à la communauté, à la réduction des risques, au bareback. Cette perspective revient à produire une connaissance « par le bas » (Lascoumes, Le Galès, 2012) des logiques de prévention chez les homosexuels, permettant de mettre à plat la pluralité de significations, beaucoup plus diversifiées et complexes que ne le montrent les politiques de santé publique. Les extraits d’entretiens, longs et nombreux, reflètent une implication forte sur le terrain, ce à quoi s’ajoute une analyse minutieuse. À la fin, le lecteur aura l’impression de connaître depuis longtemps Marc, Sébastien, Albert, Stéphane et les autres interviewés.

3Dans la première partie de l’ouvrage, Gabriel Girard retrace les moments saillants de la construction d’un problème de santé publique. Se basant sur des articles de la presse généraliste, homosexuelle et associative ainsi que sur des entretiens menés avec 20 acteurs clés des débats (militants d’associations de lutte contre le sida, journalistes, responsables de la santé publique), il procède à une analyse méticuleuse des controverses associatives sur la prévention. Fondée en 1984, AIDES revendique un ancrage universaliste alors que Act Up-Paris, créée en 1989 par un groupe de journalistes homosexuels, est une association à ancrage identitaire. Les deux associations incarnent ainsi deux formes de mobilisation homosexuelle dans la lutte contre le sida. Gabriel Girard montre comment celles-ci permettent deux problématisations divergentes des pratiques à risque. Dans le chapitre 2, l’auteur s’attache à montrer comment le terme de bareback, importé des débats américains, se diffuse dans le contexte français et comment les acteurs concernés par la prévention du VIH (militants, journalistes, responsables de santé publique mais aussi chercheurs en sciences sociales) se l’approprient. Est alors décrit dans les détails le processus d’étiquetage qui conduit ces acteurs à « qualifier des situations, dénoncer des pratiques ou revendiquer des identités » (p. 101). La première partie se termine avec l’analyse du débat sur la réduction des risques sexuels (chapitre 3), objet d’une controverse publique entre AIDES et Act Up-Paris. AIDES défend la réduction des risques, mettant en avant le rapport réflexif au risque, à savoir la capacité des individus d’adapter leurs comportements préventifs à des situations particulières. En revanche, Act Up-Paris défend une norme préventive stricte : l’utilisation systématique du préservatif.

4La deuxième partie de l’ouvrage est consacrée à l’analyse des définitions profanes et ordinaires du risque, et de leur encastrement dans les réseaux de sociabilité. L’analyse culturelle (Douglas, 1992 ; Calvez, 2010) permet à Gabriel Girard de mener une analyse renouvelée de la transformation à la fois sociale et historique des contextes communautaires, en décrivant et qualifiant « les configurations relationnelles ordinaires dans lesquels les gais élaborent des rationalités préventives vis-à-vis du VIH » (p. 225). Rompant avec les lectures de l’individu rationnel, l’analyse culturelle présente le grand avantage de rattacher les valeurs et les croyances exprimées par les individus aux contextes sociaux dans lesquels elles sont élaborées. L’auteur montre d’abord comment les désaccords exprimés publiquement (chapitre 4) s’inscrivent dans un contexte politique propre à la France : « la conception républicaine des relations entre l’individu et la société qui disqualifie les approches communautaires » (p. 187). D’où la grande diversité des usages du terme « communauté », que ce soit dans les positions associatives ou intellectuelles, et l’absence d’une représentation positive partagée de la notion de communauté. Par ailleurs, les lectures des comportements à risque sont, elles aussi, variées, concevant ceux-ci tantôt comme révélateurs d’un processus de normalisation de l’homosexualité, tantôt comme révélateurs d’une transformation des liens de solidarité. Dans le chapitre 5, la perception du bareback est mise en perspective avec les lectures profanes de la communauté. Le sentiment d’appartenance à la communauté ne concerne qu’un tiers des interviewés (11/30) et il se décline sous quatre profils différents, en fonction de la lecture de la communauté en termes d’engagement politique, d’expériences accumulées, de résistance à l’oppression ou de ressource. Le sentiment de distance, quant à lui, concerne les deux tiers des interviewés (19/30) et est incarné par quatre profils type, mettant en avant la perception de la communauté comme groupe homogène et porteur de normes contraignantes ou comme obstacle à la diversité, les ruptures biographiques et le rapport utilitaire à la communauté. Or, ces modes d’affiliation différents à la communauté se reflètent dans des perceptions variées du bareback, en fonction du contexte normatif dans lequel les interviewés évoluent. Parmi les homosexuels se sentant appartenir à une communauté, deux lectures du risque se dégagent : la première s’appuie sur « l’importance d’une norme sanitaire (le préservatif) ancrée dans une exigence morale historiquement fondée » (p. 266), la seconde souligne « le rôle protecteur des liens communautaires » (protection contre l’homophobie et solidarité « compréhensive » envers les preneurs de risque) (p. 266). Du côté des « profils individualistes », certains considèrent que chacun est responsable de sa propre protection selon la logique du libre arbitre, alors que d’autres mettent en avant le principe de la responsabilité partagée.

5La troisième partie de l’ouvrage est destinée à l’analyse des principes culturels que les acteurs mobilisent pour rendre compte des situations à risque, selon le processus de « relocalisation » du savoir sur le risque. Gabriel Girard s’intéresse d’abord à la socialisation préventive des interviewés, ensuite à leur manière d’envisager le savoir expert eu égard de leurs contextes de sociabilité, enfin à la dimension biographique du rapport à la prévention (chapitre 6). À travers des analyses très étayées, l’auteur fournit la preuve, une fois de plus, que les contextes de sociabilité orientent et diversifient les perceptions du risque. Dans le dernier chapitre, Gabriel Girard se sert d’un modèle dynamique d’analyse des modes de gestion du risque pour relever la diversité des discours sur la prévention, découlant de la singularité des trajectoires de vie, mais également, et surtout, de la diversité des contextes de sociabilité. La maîtrise du risque s’articule à la perception de sa vulnérabilité (corporelle et sociale) et l’efficacité des stratégies mises en place pour se protéger du VIH est évaluée en fonction du sentiment de sécurité. S’en dégage une variété de conceptions morales de la responsabilité, en fonction du cadre de référence individuel, interactionnel ou collectif mobilisé pour y inscrire ses comportements. Néanmoins, « un « nous » réflexif, qui traduit l’affirmation d’un fort sentiment de responsabilité préventive » (p. 363) ressort avec force des discours sur la prévention.

6Si la grande richesse de l’ouvrage a déjà été relevée, quelques remarques surgissent cependant à sa lecture. Au niveau de la structure et de l’équilibre entre les différentes parties de l’ouvrage, l’analyse des controverses entre AIDES et Act Up-Paris prend trop d’ampleur par rapport à l’intérêt de l’analyse culturelle proposée dans la deuxième et troisième partie. Bien que nécessaire pour la compréhension de la problématique, l’historicisation des controverses est très longue, alors même que Gabriel Girard ne fait ni une sociologie de la communication (le corpus analysé n’est pas présenté et l’analyse qui en est faite n’est pas une analyse de discours), ni une sociologie de la réception. De plus, les comparaisons avec d’autres contextes nationaux y sont rares, pourtant elles auraient sans doute permis d’éveiller davantage l’intérêt de chercheurs et académiques hors France.

7Les entretiens biographiques apparaissent ainsi pour la première fois à la page 237, alors que l’ouvrage aurait dû faire la part belle à ce matériau, en raison de sa richesse, mais également en raison du fait que la thèse centrale défendue par l’auteur est fondée sur les expériences de sociabilité des gais interviewés. La typologie de ces expériences, obtenue en croisant l’axe du degré d’appartenance à la communauté et l’axe de la critique à l’égard de celle-ci, soulève deux remarques. La première concerne les limites de démarcation entre les profils dégagés. Certains se ressemblant plus qu’ils ne divergent (c’est notamment le cas pour les profils 1 et 3 liés au sentiment d’appartenance et pour les profils 1 et 2 liés au sentiment de distance), l’argumentaire aurait dû faire ressortir avec plus d’envergure les différences entre les profils. La deuxième remarque porte sur le matériel de terrain mobilisé pour illustrer les huit profils de la typologie. Sur les huit cas utilisés, sept gais sont séronégatifs et un seul séropositif, ce qui fait que dans les profils rattachés au sentiment de distance de la communauté gaie aucun cas de gai séropositif n’est représenté, alors que ce sentiment est partagé par la majorité des répondants. Par ailleurs, de manière plus générale, la construction de la typologie des expériences sociales de l’homosexualité aurait mérité une analyse plus systématique de plusieurs dimensions biographiques importantes telles que l’âge, le milieu d’origine, le lieu de résidence, la classe sociale, l’âge au moment du coming out, le statut sérologique, mais également le moment du diagnostic de séropositivité dans la « carrière » homosexuelle (Becker, 1985) ainsi que la culture d’appartenance des interviewés.

8Cette remarque amène à formuler quelques réserves concernant la composition de l’échantillon qui aurait gagné à être plus diversifié, non pas dans un but de représentativité, mais afin de nuancer l’analyse sur les sociabilités homosexuelles. En effet, comme l’auteur le relève, l’échantillon souffre d’une surreprésentation d’hommes issus de classes sociales favorisées, un biais présent, il est vrai, dans bien d’autres enquêtes sur les homosexuels. En termes d’âge, l’échantillon n’est pas non plus très diversifié, presque la moitié des interviewés se situant dans la tranche 20-30 ans (14/30) et très peu d’hommes dépassant les 50 ans. Quant à la situation de couple des interviewés, elle n’est pas mentionnée dans les tableaux de présentation des répondants, mais juste évoquée dans le texte pour ceux dont les expériences sont analysés. S’agissant encore du statut sérologique, si sur l’ensemble de l’échantillon onze interviewés sont séropositifs, un seul vit en région d’Ille-et-Vilaine, ce qui, dans l’analyse des sociabilités ne permet pas de tenir compte des effets de l’articulation entre la séropositivité et le lieu d’origine. Enfin, tout laisserait supposer que dans l’échantillon il n’y ait aucun migrant, puisque nulle part il n’est fait mention de la culture d’origine des interviewés.

9Par ailleurs, force est de relever que la dimension culturelle aurait pu être plus exploitée dans l’analyse, ce qui est d’autant plus surprenant que Gabriel Girard s’inspire de l’analyse culturelle pour étudier le rapport aux risques. Dans des sociétés dites de plus en plus plurielles, comment les gais articulent-ils leur culture d’origine avec la culture gaie ou la culture jeune ou la culture de leurs partenaires, peut-être originaires d’autres pays ? Et comment ces articulations influent-elles sur les sociabilités ? Autant dire que le sujet est passionnant et loin d’être épuisé. Mais par-delà ces remarques, il est certain que l’ouvrage de Gabriel Girard fournit une remarquable contribution à la sociologie, tout comme il présente un intérêt indéniable pour les politiques de prévention. Il ne manquera pas de soulever le débat, ce qui est déjà fort positif en soi.

Haut de page

Bibliographie

BECKER Howard, Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985 (1963).

CALVEZ Marcel, « Pour une approche constructiviste des risques de santé. De quelques leçons des recherches sur la prévention du sida », in CARRICABURU Danièle, CASTRA Michel, COHEN Patrice (dir.), Risques et pratiques médicales, Rennes, Presses de l’EHESP, 2010, pp. 215-226.

DOUGLAS Mary, Risk and blame. Essays in cultural theory, London, Routledge, 1992.

LASCOUMES Pierre, LE GALES Patrick, Sociologie de l’action publique, Paris, Armand Colin, 2012 (2009).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laura Mellini, « Girard Gabriel, Les homosexuels et le risque du sida. Individu, communauté et prévention », Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 01 juillet 2014, consulté le 15 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/gss/3167

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals