Navigation – Plan du site

AccueilActualitésAnalyses et comptes-rendus2015Baqué Marie-Hélène, Biewener Caro...

2015

Baqué Marie-Hélène, Biewener Carole, L’empowerment, une pratique émancipatrice

Paris, La Découverte, 2013
Benoît Beuret
Référence(s) :

Baqué Marie-Hélène, Biewener Carole, L’empowerment, une pratique émancipatrice, Paris, La Découverte, 2013

Texte intégral

1L’ouvrage intitulé L’empowerment, une pratique émancipatrice est d’abord le fruit d’une rencontre entre deux chercheuses issues de disciplines et de contextes nationaux différents. C’est en effet à partir de ce double ancrage, à la fois disciplinaire et géographique, que la sociologue française Marie-Hélène Bacqué et l’économiste étatsunienne Carole Biewener retracent l’histoire d’un concept auquel on se réfère désormais bien au-delà des seuls pays anglophones. Plus qu’une histoire, ce sont en réalité plusieurs histoires, parallèles, qui prennent forme sous leur plume. Car l’empowerment a « différentes vies » (p. 7), dont les auteures reconstituent ici les pérégrinations depuis son émergence au sein des mouvements contestataires étatsuniens des années 1970 jusqu’à son importation en France dans le cadre des politiques de la ville. Les sources utilisées sont essentiellement de trois types : des « textes professionnels, politico-administratifs et académiques » (p. 18), des entretiens avec « des acteurs qui ont contribué à la diffusion et à la théorisation de la démarche d’empowerment » (ibid.) et des articles tirés des archives du New York Times sur une période allant de 1960 à 2005. Les analyses sont par ailleurs étoffées de nombreux encadrés qui, à la manière d’arrêts sur images, fournissent au lecteur autant d’illustrations des appropriations du concept ainsi que des pratiques qui s’en réclament.

2Privilégiant une approche centrée « sur l’usage du mot lui-même » (p. 18), les auteures indiquent avoir cherché à « appréhender le sens que les acteurs qui le mobilisent accordent au mot empowerment au sein de différents champs professionnels ou disciplinaires » (ibid.). Les cinq chapitres du livre reprennent cette programmatique en explorant les usages du concept dans des domaines aussi vastes que ceux de l’intervention sociale  (chapitre 1), du développement international (chapitres 2 et 3) et, finalement, des politiques urbaines et économiques  (chapitres 4 et 5). En guise d’introduction à leurs études de cas, les auteures exposent trois « modèles d’empowerment » (pp. 15-17) afin de « situer les pôles du débat » (p. 15) et dégager les principaux idéaux-types à partir desquels la notion peut être comprise. Un premier modèle, « radical », inscrit l’empowerment dans un processus de conscientisation et de transformation des rapports sociaux oppressifs. Le second modèle, « social-libéral », se caractérise par des mesures favorisant l’égalité, la lutte contre la pauvreté ou encore la capacité de choix de l’individu, sans toutefois « interroger structurellement les inégalités sociales » (p. 16). Le troisième modèle, « néolibéral », voit dans l’empowerment essentiellement une manière de favoriser l’action rationnelle et maximiser le bien-être individuel dans un contexte surdéterminé par les principes de l’économie de marché.

3Cette double trilogie (des « modèles » et des « champs ») peut dans un premier temps prêter à confusion puisqu’il est tentant d’associer chacun des modèles à un champ en particulier. À mesure que l’on progresse dans l’ouvrage, cette ambiguïté initiale disparaît et l’on comprend que les modèles font en réalité office de grille de lecture pour l’analyse des champs, permettant aux deux chercheuses de caractériser les tensions qui traversent chacun des domaines considérés. Il faut dès lors souligner la richesse des analyses présentées qui, loin de se résumer à un simple approfondissement des idéaux-types de départ, reconstituent plusieurs « chaînes d’équivalences », une notion que les auteures empruntent à Enesto Laclau (1996) pour mettre à jour les différentes constellations sémantiques à l’intérieur desquelles l’empowerment se voit inscrit, ainsi que les glissements que cela implique (notamment sur le plan normatif).

4C’est en suivant cette logique que Bacqué et Biewener mettent en perspective les usages variables et parfois contradictoires de cette notion dans le travail social et la psychologie communautaire (chapitre 1). Se référant en particulier aux travaux de Susan Schechter (1982) et Loraine Guttierez (1990), les auteures soulignent le rôle précurseur des mouvements féministes qui, dès le début des années 1970, inscrivent l’empowerment dans une grammaire de la contestation. Tournant le dos à cette perspective, les usages ultérieurs soulignent la plasticité du concept et notamment sa capacité à s’accommoder du « tournant actif » des politiques sociales, comme en témoigne son appropriation dès le début des années 1980 dans des agendas prônant des restrictions budgétaires et l’adaptation individuelle aux exigences du marché. Reprenant ici les résultats d’autres enquêtes, les auteures identifient en particulier un « glissement vers une rhétorique de la responsabilisation et de la motivation [qui] débouche sur une injonction faite aux individus de se prendre en main » (p. 50). C’est à la lumière de ce constat que l’on peut alors interpréter la disparition grandissante de l’empowerment du vocabulaire utilisé par celles et ceux-là mêmes qui participèrent à sa diffusion au cours des années 1970. S’agissant des usages en vigueur dans ce champ, on peut cependant regretter que les auteures n’aient pas pris la peine de considérer les actions et les réflexions menées dans le domaine du handicap, que cela soit au sein des mouvements militants (comme les disability coalitions) ou au sein de la recherche académique (avec les disability studies). S’y intéresser aurait notamment permis de mettre en lumière des « chaînes d’équivalences » incorporant d’autres dimensions de l’émancipation, à commencer par le rôle des chercheurs et chercheuses - sur ce point, voir par exemple l’article de Michael Oliver (1992).

5Dans le domaine du développement international, la diffusion de l’empowerment est associée à un double processus de transnationalisation et d’internationalisation (p. 54). Au cours de la première phase de ce processus (objet du chapitre 2), les auteurs relèvent des usages qui se développent essentiellement « par le bas », notamment sous l’impulsion de réseaux féministes transnationaux comme Women in Development (Wid) ou Gender and Development (GAD). En effet, dès le début des années 1970, des économistes féministes comme Naila Kabeer et Devaki Jain et des organisations de terrain comme l’association indienne SEWA (Self-Employed Women’s Association), s’appuient sur l’empowerment pour promouvoir des modèles alternatifs de développement basés sur l’émancipation des femmes. Dans cette perspective inspirée notamment des théories postcoloniales, l’empowerment est conçu comme un principe d’action politique visant à transformer les structures de pouvoir existantes à partir des ressources disponibles localement et suivant une logique de type bottom-up. Une deuxième phase démarre au cours des années 1990 (objet du chapitre 3), période durant laquelle le concept intègre le lexique commun des grandes organisations internationales. En se focalisant plus particulièrement sur les discours véhiculés par l’ONU et la Banque mondiale, les auteures mettent à jour un processus de « normalisation de l’empowerment » (p. 75) opérant cette fois-ci selon une logique top-down qui, s’il reflète l’influence des approches féministes et en consacre pour une part le succès, va néanmoins avoir pour effet d’affaiblir la portée du concept et de ses aspirations radicales.

6Les deux derniers chapitres confirment cette tendance à la « normalisation sur une pente libérale » (p. 95) de l’empowerment. En examinant ses usages durant les débats qui ont accompagné la législation sur les Enterprise Zones sous l’administration de Georges H. Bush au début des années 1990, ainsi que sa mise en œuvre quelques années plus tard par celle de Bill Clinton à travers le dispositif des Empowerment Zones, les auteures parviennent à montrer que ce concept a non seulement occupé une place centrale dans les politiques de la « Troisième voie », mais qu’il a pu également servir d’appui aux positions défendues par les membres de l’aile néoconservatrice des républicains. Ces derniers iront d’ailleurs même jusqu’à l’ériger en « "nouveau paradigme" de l’action gouvernementale » (p. 107). Sur ce point, les deux chercheuses rappellent que ce goût prononcé des courants libéraux de tout bord pour l’empowerment fait écho aux remises en question de l’intervention de l’Etat formulées dès la fin des années 1970 par Peter Berger et Robert Neuhaus (1977) dans un livre qui connaîtra un succès retentissant aux Etats-Unis. Les auteures relèvent ainsi les effets paradoxaux de l’empowerment, soulignant que son appropriation a participé à « l’ajustement, voire à la remise en cause, des politiques du welfare » (p. 119). L’analyse du cas français (chapitre 6) fournit quant à elle plusieurs pistes pour comprendre son « importation tardive » (p. 123) dans un contexte profondément marqué par le républicanisme.

7Si l’ouvrage de Bacqué et Biewener s’avère stimulant à bien des égards, plusieurs critiques peuvent être formulées. Sur le fond, il faut d’abord souligner que le choix des sources oriente globalement les lecteurs sur la voie de l’histoire « officielle », voire « dominante », de l’empowerment, au détriment d’une histoire moins visible ou plus souterraine. La liste des personnes interviewées (pp. 147-148), qui contient quasi exclusivement des professeur-e-s d’universités américaines, est à nos yeux particulièrement emblématique de l’approche « par le haut » privilégiée par les auteures. En second lieu, on peut regretter que le glissement des usages de l’empowerment ne soit pas davantage questionné à la lumière des dynamiques contestataires contemporaines. En quoi l’utilisation (pour ne pas dire la récupération) libérale de ce concept a-t-elle influé sur la manière de lutter contre les différentes formes d’oppression (qu’elles soient de race, de classe, de genre, ou autre), à la fois localement et à l’échelle internationale ? Ce concept a-t-il ouvert la voie à de nouvelles formes de contestation ou de critique sociale ? A-t-il favorisé l’orientation de certains mouvements militants vers des répertoires d’action novateurs ? Enfin, à un niveau plus formel, la restitution empirique paraît assez lacunaire et cette impression est encore accentuée par des choix éditoriaux discutables (absence de bibliographie reprenant l’ensemble des références, renvoi des sources en notes de chapitres à la fin de l’ouvrage). Sans même évoquer la distinction (pour le coup peu évidente) entre sources primaires et secondaires, il est difficile de retrouver la trace des données dans le corps du texte.

8Le livre de Bacqué et Biewener représente néanmoins une référence importante, sinon incontournable, pour celles et ceux qui s’intéressent à l’empowerment et, plus largement, aux théories de l’émancipation. Si au terme de l’ouvrage, il n’est plus possible d’y voir un concept unifié – ce qui en soi constitue déjà un indice de qualité, la richesse de son contenu dessine des pistes stimulantes pour penser l’émancipation, notamment dans son articulation avec des notions clés comme le pouvoir, la domination et la participation. De quoi inspirer, sans doute, les travaux à venir dans un domaine de réflexion central pour les sciences sociales.

Haut de page

Bibliographie

BERGER Peter, NEUHAUS Richard, To Empower People. From State to Civil Society, Washington, American Enterprise Institute, 1977.

GUTIERREZ Lorraine, « Working with women of color: An empowerment perspective », Social Work, 35(2), 1990, pp. 149-154.

LACLAU Ernesto, « On the death and rebirth of ideology », Journal of Political Ideologies, 3(1), 1996, pp. 201-220.

OLIVER Michael, « Changing the Social Relations of Research Production? », Disability, Handicap & Society, 7(2), 1992, pp. 101-114.

SCHECHTER Susan, Women and Male Violence. The Visions and Struggles of the Battered Women’s Movement, Boston, South End Press, 1982.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benoît Beuret, « Baqué Marie-Hélène, Biewener Carole, L’empowerment, une pratique émancipatrice », Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 12 janvier 2015, consulté le 19 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/gss/3264 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gss.3264

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search