Navigation – Plan du site
2015

Weeks Jeffrey, Sexualité

Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2014
Marion Maudet
Référence(s) :

Weeks Jeffrey, Sexualité, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 2014

Texte intégral

1Jeffrey Weeks s’est imposé depuis une vingtaine d’années dans le champ disciplinaire du genre et des sexualités. L’ouvrage Sexualité se situe au croisement d’une présentation théorique et d’un manifeste politique. L’auteur y expose à la fois son approche de la sexualité (comme construction historique et sociale) et les conséquences intellectuelles et politiques qu’une telle conception implique. Publié pour la première fois en Grande-Bretagne en 1986, il s’agit du premier ouvrage de l’auteur traduit en français. Il est complété par une « Introduction à l’œuvre de Jeffrey Weeks », rédigée par Rommel Mendès-Leite (sociologue et anthropologue social, directeur de la collection « Sexualités » des Presses Universitaires de Lyon et chercheur au Centre Max Weber).

2L’ouvrage est divisé en six chapitres distincts. Le premier chapitre, « Les langages du sexe », revient sur l’idée selon laquelle il n’y a pas de définition unique et anhistorique de la sexualité. Celle-ci est plurielle et varie selon les lieux et les époques.

3Il détaille, dans le chapitre 2, ce qu’il entend par « invention de la sexualité » en retraçant l’histoire de cette dernière. Selon lui, cette histoire est plus celle « de nos propres interrogations sans cesse renouvelées (comment devrions-nous vivre, faut-il ou non accorder à notre corps des plaisirs ?), qu’un questionnement du passé » (p.30). Dans les années 1920, avec le développement de l’anthropologie, a été mise à jour la variabilité historique et culturelle de la sexualité. Les travaux plus récents questionnent la catégorie même de sexualité. L’auteur renverse donc la perspective traditionnelle concernant la sexualité. Sans nier le rôle de la nature, ce rôle est à présent mis au second plan. La sexualité est le fait d’arrangements, de luttes, de décisions, elle est au cœur de nombreux rapports de pouvoir et de domination, elle est le produit d’étiquetages variés selon les contextes historiques, sociaux et culturels. Elle ne peut donc être étudiée sans prendre la mesure des rapports de pouvoir qui la régissent (classe, genre, race en sont les « trois vecteurs clés », p. 65), pouvoir entendu, dans une perspective foucaldienne, non comme répressif mais comme productif, comme le fruit de multiples interactions, de mécanismes au sein desquels s’articulent les relations de domination et de subordination.

4Les « significations des différences sexuelles » (chapitre 3) se sont longtemps enracinées sur un « impératif biologique », et sur le postulat selon lequel il existerait des « différences fondamentales entre les hommes et les femmes » et une « domination des hommes sur les femmes » (p.77). Ce sont aujourd’hui principalement la sociobiologie et la psychologie sociale qui défendent cette vision essentialiste de la sexualité. L’auteur évoque, après une présentation détaillée et approfondie de ces approches et de leur argumentaire, un certain nombre d’incohérences : comment, par exemple, expliquer les variations culturelles et historiques propres à la sexualité et aux identités sexuelles ? Selon lui, on a exagéré l’importance à accorder aux gènes, aux chromosomes et à la biologie. Il développe ainsi deux contre-arguments à la « rigidité du déterminisme biologique » (p.87).

5L’argument sociologique, d’abord, affirme que la sexualité procède d’un réseau complexe de relations sociales et que chaque individu s’approprie, dans une certaine mesure, la sexualité (en tant que pratique et représentation). Le concept de « script », développé par Gagnon et Simon (1973), est ici particulièrement opératoire. Les scripts constituent une sorte de « plan » pour guider les individus, mais ne déterminent en rien leurs actions. Jeffrey Weeks mobilise, ensuite, les apports de la psychanalyse, qui a eu pour principal intérêt de ne jamais considérer les catégories de la sexualité comme des acquis non problématiques.

6Si la sexualité est plurielle, relationnelle et contingente, la société fait face au « défi de la diversité sexuelle » (chapitre 4). Le terme de « diversité » s’oppose à celui de « perversité » qui implique une hiérarchie des valeurs et un jugement moral. La prise en compte de la diversité des sexualités a conduit à un double discours, à la fois théorique et politique. Le discours théorique est celui de la sexologie et de la sociologie. La pluralité sexuelle est partout, et il faut considérer les différentes formes qu’elle prend comme des « variantes sexuelles bénignes », selon l’expression de Gayle Rubin (1984). Le discours politique de la diversité s’appuie, quant à lui, sur le développement et la visibilité grandissante des « minorités sexuelles ». Cependant, le processus de formation de ces nouvelles identités et catégories (homosexualité, transgenre, sadomasochisme) interroge : « L’identité est-elle la bonne catégorie pour penser le changement continuel de l’expérience érotique ? » (p.137).

7Enfin, Jeffrey Weeks souligne qu’aucun acte sexuel n’est fondamentalement moral ou immoral. Il développe cet argument à partir de l’étude de quatre comportements sexuels : l’hétérosexualité, la contestation transgenre, le sadomasochisme et la pédophilie. Prendre en compte la diversité sexuelle ne signifie pas, cependant, nier toute hiérarchie et toute distinction (il ne s’agit en aucun cas de légitimer le viol ou la violence sexuelle, par exemple). Par ailleurs, il faut prendre la mesure de ce que dit la diversité sexuelle, autrement dit, de ses fondements : les rapports de pouvoir. C’est pourquoi « il est absolument inévitable que les questions de sexualité soient aussi des questions politiques » (p.153).

8C’est donc l’articulation entre « le sexuel, l’intime et le politique » qui est abordée dans le chapitre 5. L’auteur revient sur trois grandes transitions qui ont affecté la sexualité depuis les années 1950 : tout d’abord, la « sécularisation » de la sexualité est caractérisée par la perte d’emprise du religieux sur la régulation des comportements et la marchandisation des relations sociales (via les publicités, la commercialisation des rapports intimes – prostitution, tourisme sexuel – ou encore, l’essor d’Internet). Par ailleurs, les sociétés sont de plus en plus tolérantes envers la sexualité. Enfin, la transformation des relations intimes autour de la notion de « relationalité ».

9De nombreux enjeux politiques liés à la sexualité sont abordés : celui de « panique morale », cette « bourrasques d’anxiété » (p.175) qui se concentre généralement sur un groupe de personnes, comme ce fut le cas pour les personnes gays à propos du VIH dans les années 1980 ; celui de la régulation de la sexualité et de l’équilibre à trouver entre régulation publique et morale privée ou encore la question de la constitution d’une citoyenneté sexuelle, enjeu de premier plan depuis les années 1970-1980. Les questions ayant trait à la mondialisation sont elles-aussi abordées, principalement à partir des nombreux flux transnationaux caractéristiques de celle-ci (flux de personnes, de matériel érotique ou pornographique, de maladies).

10Le dernier chapitre (« Plaisirs privés et politiques publiques ») constitue le cœur du manifeste de Jeffrey Weeks. Après avoir montré que la sexualité n’est en rien une simple disposition biologique, qu’elle n’existe que dans la relation aux autres, qu’elle dépend de contextes sociaux et historiques différents, l’auteur souligne les limites de la science dans la production de savoirs sur la sexualité et dans sa régulation. Puisque « les potentialités et les inclinations biologiques de notre corps ne prennent sens qu’au sein de cultures façonnées par l’histoire » (p.213), il n’est pas pertinent de considérer le savoir scientifique comme le savoir le plus légitime sur la sexualité. À partir de ce constat, une question éthique de première importance se pose : comment juger des actes sexuels ? Quelle échelle de valeurs choisir pour dire qu’un acte sexuel est bon ou mauvais ? Jeffrey Weeks considère qu’il faut valoriser la diversité et la multiplicité de choix. Il argumente en faveur de ce qu’il nomme un « pluralisme radical », autrement dit une valorisation positive du pluralisme sexuel. La démocratie sexuelle doit donc se fonder sur la valorisation des choix, tout en n’oubliant pas que ces choix sont modelés par de multiples lignes de partage (de classe, de genre, de race notamment). En fin de compte, l’auteur considère que les avancées en matière de droits sexuels et de démocratie sexuelle sont grandes, malgré les doutes et les incertitudes. Le pluralisme sexuel s’intensifie et les changements qui ont eu lieu depuis un siècle sont loin d’être négligeables.

11Jeffrey Weeks réussit avec cet ouvrage un double pari : celui de présenter de manière claire et détaillée sa conception de la sexualité, tout en affirmant un objectif politique puissant, celui de bouleverser les sexualités afin d’en faire « un foyer pour d’autres possibles : pour articuler identité et appartenance de groupe, pour repenser la nature des relations sexuelles, pour l’épanouissement de la réciprocité et du plaisir mutuel, pour imaginer à nouveau ce que signifie le fait d’être humain » (p.115). Si certains passages auraient nécessité un développement plus précis (comme le rapport entre sexualités et mondialisation, les limites à la notion de droits sexuels humains ou les questions liées à l’intersectionnalité), il ne fait aucun doute que cet ouvrage constitue une référence majeure pour tout-e étudiant-e et chercheur/euse travaillant sur les questions ayant trait au genre, aux sexualités et à la sphère de l’intime.

Haut de page

Bibliographie

FOUCAULT Michel, Histoire de la sexualité. Tome I, La volonté de savoir, Paris, Gallimard, 1976.

GAGNON John H. et SIMON William, Sexual Conduct: The Social Sources of Human Sexuality, Londres, Hutchinson, 1973.

RUBIN Gayle, « Thinking Sex: Notes for a Radical Theory of the Politics of Sexuality », in VANCE Carole S. (dir.), Pleasure and Danger: Exploring Female Sexuality, Boston, Routledge & Kegan Paul, 1984, pp. 267-319.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Maudet, « Weeks Jeffrey, Sexualité », Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 12 janvier 2015, consulté le 15 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/gss/3268

Haut de page

Auteur

Marion Maudet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals