Navigation – Plan du site
2015

Raus Rachele, La terminologie multilingue. La traduction des termes de l’égalité H/F dans le discours international

Bruxelles, De Boeck, 2013
Anne-Charlotte Husson
Référence(s) :

Raus Rachele, La terminologie multilingue. La traduction des termes de l’égalité H/F dans le discours international, Bruxelles, De Boeck, 2013

Texte intégral

1Rachele Raus s’intéresse à la terminologie multilingue de l’égalité dans la double perspective de l’intégration du discours (par ce qu’elle appelle une « démarche d’archive ») dans l’analyse terminologique et de la traduction. Elle justifie le choix du domaine de l’égalité par trois raisons : le foisonnement néologique, souvent à partir de l’anglais, qui le caractérise ; l’intérêt de l’aborder du point de vue de la linguistique et de l’analyse du discours, ce qui a été très peu fait jusqu’ici ; enfin, l’aspect à la fois historique et contemporain des problèmes qu’il soulève. Son corpus se concentre sur le « discours international » de plusieurs organisations et institutions, dont elle explique en introduction qu’il a permis « la circulation des termes concernant le domaine du genre » (p. 7). L’analyse du terme gender est placée au cœur de l’étude, et l’ouvrage explore de nombreux exemples bilingues français-anglais, mais aussi espagnols et italiens, liés à ce concept.

2Le premier chapitre propose un « panorama des approches en terminologie » qui se concentre d’abord sur le couple antinomique norme/description pour ensuite détailler l’approche « mixte » dans laquelle s’inscrit l’auteure et qui doit permettre de ramener la terminologie vers la traduction et le discours. Raus revendique quant à elle une approche « archéologique » à la fois textuelle et discursive, menant à « la compréhension des conditions qui permettent aux discours de se matérialiser sous des formes précises à un moment et dans un contexte spécifiques » (p. 18). C’est en cela que les concepts de l’analyse du discours lui sont utiles, et en particulier l’interdiscours, sur lequel on reviendra plus loin.

3Dans le deuxième chapitre, « Politiques linguistiques et terminologie », Raus remet en cause l’idée d’une norme idéale conduisant à des termes stables et figés en langue. Il ne faut cependant pas négliger selon elle l’activité normalisatrice des discours institutionnels, elle-même liée aux politiques linguistiques à la fois internationales et locales. La dimension prescriptive du travail institutionnel n’est cependant qu’un aspect de l’émergence et de la circulation des termes, qui se fait bien sûr aussi grâce à des acteurs non institutionnels, parmi lesquels Raus cite les médias, les éditeurs et les lobbies, en laissant étrangement de côté deux types d’acteurs essentiels dans le domaine du genre : les militant-e-s et les universitaires.

4La « dimension textuelle » de la traduction des termes multilingues est abordée dans le troisième chapitre. Raus s’intéresse ici à la notion de « colinguisme discursif » (Branca-Rosoff et Guilhaumou, 1998) qui permet d’observer des variations terminologiques en fonction de l’univers discursif étudié. La notion de « cohérence terminologique » est donc repensée de manière à s’éloigner d’une conception monolithique de la cohérence intratextuelle, notamment grâce à la prise en compte du point de vue éventuel du traducteur, ce dernier guidant largement le reste de l’analyse.

5Le quatrième chapitre consiste en une étude de cas de l’Union européenne, qui permet notamment de poser la question de la valeur politique de la traduction au sein de cette institution et de montrer ses enjeux pragmatiques en ce qui concerne des termes appartenant à un lexique fortement marqué sur le plan idéologique. L’auteure s’attache ici notamment au terme « parité », à l’anglais transpeople, traduit en français et en italien par transsexuels et transessuali et à l’idée d’une « langue non-sexiste » (en anglais, gender-sensitive terminology).

6La dimension discursive de l’approche revendiquée est abordée dans les chapitres suivants. Le chapitre 5 pose le terme comme unité relevant à la fois de la langue et du discours dont la source d’énonciation doit être considérée comme multiple et hétérogène, ce qui complexifie le processus de normalisation. Le chapitre 6 s’appuie sur une conception de la terminographie multilingue comme relevant, elle aussi, du discours et comme révélatrice des positionnements des instances concernées sur les termes de l’égalité hommes/femmes. Raus se concentre ici sur les décalages conceptuels constatés entre les différents termes utilisés, en revenant notamment sur les tensions liées à différentes conceptions du féminisme, entre différentialisme (associé à la « mémoire française ») et vision holistique (associée aux recherches québécoises).

7Le chapitre 7 évoque les outils informatiques de traduction ; on ne s’attardera pas dessus ici. Le chapitre 8 est intitulé « Vers une éthique en terminologie ». L’idée vient du domaine de la traduction. Neveu (2007-2008) pose la question de l’éthique en terminologie mais, écrit Raus, dans une perspective textuelle uniquement, tandis qu’elle entend la poser dans une perspective texto-discursive à travers la question des décalages conceptuels et celle de l’interdiscours. Elle évoque « la responsabilité des différentes instances impliquées dans l’activité terminologique » (p. 141) et revisite dans ce sens la notion de « veille éthique » proposée par Guidère (2008) au sujet de la traduction, proposant une « veille terminologique » qui tiendrait compte de l’évolution diachronique des termes et exhiberait le travail onomasiologique (c’est-à-dire le passage de l’idée au mot, par opposition à la démarche sémasiologique) au lieu de le figer en le faisant passer pour neutre.

8Cette proposition éthique est amenée par tout un travail sur la notion de point de vue, lui-même appuyé sur l’étude très précise d’exemples variés provenant de nombreuses institutions. On peut cependant regretter la fermeture délibérée de l’analyse (à défaut du corpus) à des discours non institutionnels. Raus n’évoque pas précisément la circulation des termes de son corpus hors de ce type de discours. Pourtant, parallèlement à l’élaboration de ces textes (le corpus commence en 1995), le concept de « genre » et les termes qui y sont associés font, en ce qui concerne la France, l’objet d’une intégration grandissante, mais aussi de débats, dans l’Université française (Fougeyrollas-Schwebel et al., 2003). Alors que se pose, dans les institutions internationales, la question des acceptions et de la traduction de gender, ainsi que du soupçon de dépolitisation qui pèse sur le concept, les universitaires français-e-s débattent des mêmes questions et de la pertinence de l’utilisation du concept dans le champ universitaire français/francophone.

9De plus, Raus ne parle à aucun moment de la circulation et des influences réciproques entre les champs institutionnel, universitaire et militant. Elle discute par exemple de manière très intéressante dans le chapitre 4 des termes transpeople, transsexuels, transessuali, transsexual et transgenre, en soulignant les différences entre eux. Elle n’évoque pourtant à aucun moment le discours métalinguistique non-savant qui renforce ou conteste ces différences dans une perspective militante. Le terme transpeople, notamment, avec son élément caractéristique people, me semble issu d’un tel discours et lié aux dénominations militantes dites, de manière polémique, « politiquement correctes ».

10Raus ne semble pas replacer le genre dans ses lignées discursives, ce qui me paraît symptomatique de certaines imprécisions conceptuelles qu’on retrouve dans son utilisation de l’analyse du discours. Les concepts d’ « interdiscours » et de « polyphonie », pour ne citer qu’eux, apparaissent dans une version allégée et problématique du point de vue théorique : l’interdiscours est rabattu sur la polyphonie, elle-même rabattue sur l’intertexte, si bien qu’interdiscours et intertexte apparaissent comme synonymes. Ce n’est pas là une spécificité du travail de Raus (Paveau, 2008), mais cet effacement ou allégement de la généalogie scientifique des concepts d’analyse du discours pose parfois problème dans l’analyse. Les renvois entre différents textes sont par exemple traités comme relevant de l’interdiscours et permettant de reconstituer la généalogie de l’emploi de tel ou tel terme (p. 18). Or la mobilisation du concept suppose une réflexion sur l’inconscient et le politique qui n’est, en fait, pas du tout l’objet de l’ouvrage. En outre, Raus laisse de côté la conception du sujet qui fait justement la spécificité de l’analyse du discours dite « française », marquée par l’hétérogénéité et la remise en cause du sujet maître de son dire (Authier-Revuz, 1982). La prise en compte de cette tradition centrale en analyse du discours aurait pourtant pu nourrir la proposition éthique formulée par l’auteure, via par exemple les travaux de Moirand (Moirand, 2006 ; Moirand et Porquier, 2008) sur la notion de « responsabilité énonciative » dans le discours journalistique. Il me semble que cela rejoint la critique déjà formulée à propos de l’absence surprenante du champ des études de genre dans le cadre d’analyse, absence confirmée d’ailleurs par la bibliographie. Même si le travail de Raus ne s’inscrit pas dans le champ des études de genre, il est regrettable de se priver des apports méthodologiques et conceptuels de ce domaine pour étudier des termes qui relèvent justement de son champ d’analyse.

Haut de page

Bibliographie

AUTHIER-REVUZ Jacqueline, « Hétérogénéité montrée et hétérogénéité constitutive : éléments pour une approche de l’autre dans le discours », DRLAV, 26, 1982, pp. 91-151.

BRANCA-ROSOFF Sonia et GUILHAUMOU Jacques, « De ‘‘société’’ à ‘‘socialisme’’ : l’invention néologique et son contexte discursif. Essai de colinguisme appliqué », Langage et Société, 168, 1998, pp. 11-23.

FOUGEYROLLAS-SCHWEBEL Dominique, PLANTE Christine, RIOT-SARCEY Michèle et ZAIDMAN Claude (dir.), Le genre comme catégorie d’analyse. Sociologie, histoire, littérature, Paris, L’Harmattan, 2003.

GUIDERE Mathieu (dir.), Traduction et veille stratégique multilingue, Paris, Le Manuscrit, 2008.

MOIRAND Sophie, « Responsabilité et énonciation dans la presse quotidienne : questionnements sur les observables et les catégories d’analyse », Semen, 22, 2006, pp. 45-59.

MOIRAND Sophie et PORQUIER Rémy, « De l’éthique de la nomination à l’éthique de l’interprétation : autour du mot ‘otage’ et de quelques autres », in Delamotte-Legrand Régine et Caitucoli Claude (dir.), Morales langagières. Autour de propositions de recherche de Bernard Gardin, Rouen, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2008, pp. 139-153.

NEVEU Frank, « Pour une description terminographique en sciences du langage », in Humbley John (dir.), Cahiers du CIEL 2007-2008, pp. 87-104.

PAVEAU Marie-Anne, « Interdiscours et intertexte. Généalogie scientifique d’une paire de faux-jumeaux », in Actes du colloque international Linguistique et littérature : Cluny, 40 ans après, 29-31 octobre 2007, Besançon, PUFC, 2007, pp. 93-105.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Charlotte Husson, « Raus Rachele, La terminologie multilingue. La traduction des termes de l’égalité H/F dans le discours international », Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 12 janvier 2015, consulté le 19 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/gss/3274

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals