Navigation – Plan du site

AccueilActualitésAnalyses et comptes-rendus2015Bland Lucy, Modern Women on Trial...

2015

Bland Lucy, Modern Women on Trial. Sexual Transgression in the Age of the Flapper

Manchester, Manchester University Press, 2013
Grégory Quin
Référence(s) :

Bland Lucy, Modern Women on Trial. Sexual Transgression in the Age of the Flapper, Manchester, Manchester University Press, 2013

Texte intégral

1Modern Women on Trial vise à comprendre les transformations de la modernité féminine en Grande-Bretagne dans les années 1920 à travers une lecture détaillée de plusieurs affaires judiciaires mettant en jeu différents aspects de « l’identité féminine ». L’ambition de l’auteure est de réaliser une analyse des représentations et des anxiétés qui se font jour autour de l’émergence d’une figure de « la femme moderne », et notamment à propos de sa supposée immoralité qui s’exprimerait dans ses pratiques sexuelles. Cette question, déjà explorée par l’auteure dans Banishing the Beast. English Feminism and Sexual Morality (1885-1914) paru en 1995, est nouvellement explorée dans cet ouvrage portant sur les années d’après-Première Guerre mondiale.

2L’ouvrage s’insère pleinement dans l’histoire des représentations du corps et de leur construction par les discours dominants (médicaux, politiques, culturels, sportifs, etc.). Il interroge à la fois la construction et le traitement social de la « transgression sexuelle » à une période où les mœurs connaissent un certain relâchement après la période de guerre. L’auteure procède par analyse de cas qui illustrent l’émergence des nouvelles normes sociales dans la période post guerre. Les moments d’affrontements militaires et idéologiques, comme ceux qui ont eu lieu durant les deux guerres mondiales, modifient les cartographies mentales des citoyens et déplacent les frontières sociales. Ces moments ne conduisent jamais à des ruptures totales et définitives. L’ouvrage souligne comment l’histoire s’articule autour de la notion de « génération », où, dès l’âge adulte, les femmes sont systématiquement comparées à leurs mères, ce qui exacerbe la critique concernant les changements qu’elles incarnent. Les « flappers » (dont il n’existe pas réellement de traduction plus courte que « jeunes femmes modernes aux pratiques sexuelles libérées ») constituent précisément cette nouvelle génération moderne. Objet d’inquiétudes pour l’establishment, les femmes sont aussi exemplaires des nouvelles possibilités sociales conquises.

3Les analyses développées dans Modern Women on Trial reposent sur une grande variété de sources réunies autour des affaires judiciaires retenues. Le corpus est composé au premier plan des procès-verbaux des tribunaux, associés à des documents variés allant des commentaires médiatiques aux réactions publiques relatées par voie de presse. Comme le souligne l’auteure, « ces cas sont de grand intérêt pour les historiens en dehors de leur célébrité, […] précisément parce [qu’ils touchent] aux enjeux majeurs des années d’après-guerre, incluant l’ajustement de l’économie, l’effacement des frontières de classes, les ambivalences devant la diffusion de la culture de masse, notamment l’expansion d’une presse populaire, et surtout les anxiétés sur la place et les rôles des femmes modernes » (p. 102).

4L’idée forte de l’ouvrage est de montrer comment, au travers d’un dispositif judiciaire (constitué par les tribunaux mais aussi par les lois, les commentaires journalistiques, les normes sociales dictées, etc.), la sphère privée est dévoilée et devient objet d’intérêt public. L’espace judiciaire devient à la fois un miroir des transformations de la société britannique des années suivant la Première Guerre mondiale, ainsi qu’une interface entre deux mondes : les alcôves et les tribunes médiatiques, les chambres à coucher et les places publiques. Au-delà des intentions singulières de l’historienne de travailler sur des affaires judiciaires jusqu’ici souvent déconsidérées comme véritables objets d’histoire, le dispositif analytique illustre les dynamiques d’entrée des femmes dans le monde professionnel, culturel et politique.

5L’ouvrage relate successivement cinq affaires judiciaires dans lesquelles l’identité féminine est en jeu et où se réactualisent les angoisses d’une époque. Divorce, meurtre, prostitution, adultère, statut social, trafic de drogue, maternité : les objets des affaires sont tous singuliers, mais l’enchaînement des cas permet au lecteur d’avoir une vue d’ensemble des transformations de la société britannique dans les années 1918-1924.

6La première affaire tourne autour d’une accusation de lesbianisme pesant sur une célèbre danseuse canadienne, Maud Allan, et se déroule dans les derniers mois de la Première Guerre mondiale, alors que l’Allemagne menaçait de révéler publiquement l’identité de plusieurs milliers de citoyennes et de citoyens britanniques aux mœurs sexuelles supposées dévoyées (dont les noms seraient regroupés dans un « Livre noir »). Première occurrence du lesbianisme dans les discours juridiques britanniques, notamment en tant que catégorie des identités sexuelles, les débats mêlent espionnage, germanophilie, orientalisme et « culte du clitoris ». En effet, d’origine canadienne, ayant fait des études en Allemagne, interprète du rôle de Salomé (sur la base de la version d’Oscar Wilde), Maud Allan représente la cible idéale pour une telle accusation, dans une nation doutant de son identité dans un monde qui voit les vastes empires de la fin du XIXe siècle commencer à se fissurer. Si le procès aboutit à un non-lieu, il représente pourtant une victoire pour l’accusation qui réussit à décrédibiliser l’accusée et à donner de la consistance à la menace d’un hypothétique « Livre noir ». Le second chapitre entraîne le lecteur dans les bas-fonds de Londres et relate les affaires de drogue ayant entraîné les décès de Billie Carleton et de Freda Kempton. Il est de nouveau question de l’identité anglaise et de sa conservation, car ce sont des trafiquants chinois qui sont suspectés d’avoir fourni la drogue mortelle aux jeunes femmes. S’il ne s’agit que d’un exemple, l’historienne réussit à souligner la manière par laquelle la société britannique continue d’entretenir l’idée que « l’Autre », originaire des colonies ou d’autres continents, constitue une menace pour ses valeurs et son équilibre social. L’affaire est utilisée par les commentateurs comme un avertissement à toutes les femmes susceptibles de se laisser tenter par les plaisirs nocturnes des nouveaux night-clubs, mais aussi à toutes les femmes qui vivraient en couple avec des « étrangers », du péril national qu’elles induisent.

7Le troisième cas est celui de la femme d’affaires Edith Thompson, accusée d’avoir tué son mari, Percy Thompson, en 1923. Si les témoignages excluent Edith Thompson de l’action meurtrière elle-même, le procès devient celui d’une femme à la grande réussite sociale (bien meilleure que celle de son mari décédé), dont le mariage n’avait pas encore abouti à une maternité (alors que madame Thompson avait atteint ses 28 ans) et qui avait un amant bien plus jeune qu’elle. Accusée d’avoir manqué à ses devoirs d’épouse et de femme britannique, Edith Thompson s’est aussi livrée dans des lettres à son amant, imaginant sa vie si son mari venait à mourir. Elle est finalement exécutée après avoir été reconnue coupable d’être la véritable instigatrice du crime. Sur la base d’une situation identique, le quatrième chapitre traite de l’assassinat d’Ali Kamel Fahmy Bey, citoyen égyptien, par son épouse, la Française Marguerite Marie Laurent. Replaçant les analyses à l’intersection entre « civilisation » et « nationalité », où Orient et Occident sont dépeints sous forme métaphorique – d’un côté avec un homme incarnant l’« oriental démoniaque » et de l’autre une « immorale ‘‘femme du monde’’«  (p. 141) –, Lucy Bland décrit ici le cas d’une femme effectivement coupable d’avoir tué son mari, mais que ses avocats vont présenter comme contrainte de se défendre face aux viols et aux pratiques dévoyées de son mari, qui est décrit avant tout comme un « étranger ». Réussissant à obtenir l’acquittement de leur cliente, les avocats et le procès réactualisent certains stéréotypes sur les « femmes modernes », ces « femmes-papillons » dont parle Lucy Bland, et qui sont décrites comme étant à la fois frivoles et irresponsables. Dans ce cas, les caractéristiques supposées de la « femme moderne » – frivolité, irresponsabilité, superficialité –, par ailleurs combattues, deviennent des atouts dans le cadre du fonctionnement de la justice puisqu’ils permettent l’acquittement.

8La cinquième affaire concerne le divorce des époux Russell, causé par la grossesse de Christabel Russell alors que le mariage n’avait pas encore été consommé et que la jeune femme était censée être encore vierge. Comme dans les affaires Thompson et Fahmy, Christabel Russell se retrouve à la une de nombreux journaux, où son apparence est scrutée et commentée. La modernité de ses tenues et celle de son comportement sont retenues comme de faisant office de preuves de sa culpabilité dans les débats entourant le procès. Si la virilité de John Russell est mise en doute parce qu’il n’a pas consommé son mariage après plus de deux ans, la naïveté du couple se trouve au centre de l’attention et, une nouvelle fois, la modernité de la femme incriminée est l’objet de questionnements sur les potentielles relations extra-conjugales de Mme Russell et sur sa « liberté » trop grande, entraînant de violentes récriminations publiques. Madame Russell fait en effet partie des femmes qui ont profité de la guerre pour accéder à un poste à responsabilité – comme « superviseur » dans une fabrique d’armement – et pour participer à des activités perçues comme marginales, telle la fréquentation des night-clubs. Dans ce contexte, les plaidoyers soulignant l’ingénuité apparente (fut-elle feinte) de Mme Russell vis-à-vis de sa grossesse demeurent troublants pour les acteurs du procès et pour l’opinion. De fait, le trouble s’exprime à plusieurs niveaux. D’une part, une femme de ce statut se devrait de s’attacher à son devoir de femme, et d’autre part, elle devrait n’avoir pour but que de se renseigner à ce sujet et de connaître son corps, comme le relèvent différents acteurs du procès. Prescriptifs sur la connaissance des corps par les citoyennes et les citoyens, les discours médiatiques et judiciaires dessinent les frontières du corps féminin jusqu’à en arrêter la bonne autoreprésentation.

9Souvent mis en avant dans les travaux les plus contemporains d’histoire et de sociologie du genre, l’analyse des catégories de « sexe », de « race » et de « classe », (on parle souvent d’analyse intersectionnelle), trouve ici une expression très efficace. En effet, Lucy Bland développe des analyses à partir des singularités des cas qu’elle présente et non pas à propos d’elles. L’exemplarité des cas présentés n’est jamais une fin en soi, elle alimente une réflexion plus vaste sur une période bien particulière de notre histoire contemporaine. Du reste, l’historienne ne s’enferme jamais dans ces cas et ne se limite pas aux catégories précitées, elle ajoute les catégories de « nation » et de « génération ». En effet, les différents procès s’attardent autour de l’idée d’ « anglicité », que la femme « moderne » pourrait subvertir par ses comportements sexuels « déviants » et par ses revendications égalitaires qui doivent permettre à cette « génération » d’obtenir une véritable égalité sociale et politique. Si les discours biomédicaux ont marqué durablement l’identité féminine en liant le destin des femmes à leurs capacités reproductives, les gouvernements et autres décideurs politiques contribuent à la réactualisation de certaines questions sur des bases « nationales » dans les décennies précédant la Première Guerre mondiale. Face aux spectres d’affrontements militaires pouvant emporter un continent entier dans de longs combats, mais aussi face aux bouleversements liés aux différentes « transitions démographiques » et à leur expression sous les mots de « dégénérescence » ou « dégénération », la nation devient une valeur refuge et les femmes demeurent les garantes de son équilibre.

Haut de page

Bibliographie

Bland Lucy, Banishing the Beast: English Feminism and Sexual Morality (1885-1914), London, Penguins, 1995.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Grégory Quin, « Bland Lucy, Modern Women on Trial. Sexual Transgression in the Age of the Flapper », Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 12 janvier 2015, consulté le 19 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/gss/3303 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gss.3303

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search