Navigation – Plan du site

AccueilActualitésAnalyses et comptes-rendus2015Connell Raewyn, Masculinités. Enj...

2015

Connell Raewyn, Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie (édition établie par Meoïn Hagège et Arthur Vuattoux)

Paris, Éditions Amsterdam, 2014
Clément Arambourou
Référence(s) :

Connell Raewyn, Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie (édition établie par Meoïn Hagège et Arthur Vuattoux), Paris, Éditions Amsterdam, 2014

Texte intégral

1Cet ouvrage est un recueil de traductions de travaux de la sociologue australienne Raewyn Connell établi sous la direction de Meoïn Hagège et Arthur Vuatoux. Les quatre premiers chapitres sont issus de Masculinities (2005), ouvrage initialement paru en 1995. Les trois derniers chapitres sont des contributions écrites ou coécrites par Connell et traitent des questions de santé à partir de l'approche du genre et des masculinités développée par cette sociologue. Les introductions des trois parties de ce recueil sont notamment composées d’extraits d’interviews de Connell. Ce mélange est révélateur de l’entreprise d’« import-export intellectuel » (Bourdieu, 2002) que constitue cette traduction.

2La première partie est consacrée aux théories du corps, du genre et des masculinités. Dans le premier chapitre et après avoir réfuté le déterminisme biologique ainsi que l’approche post-structuraliste, Connell propose une perspective originale ambitionnant de prendre en compte le caractère incontournable des corps dans la construction des masculinités. Cette approche insiste sur la matérialité propre de corps conçus comme étant tout à la fois les objets et les sujets des pratiques. Les pratiques corporelles « constituent un monde qui a une dimension corporelle, mais qui n’est pas biologiquement déterminé » (p. 57). Ce propos trouve des prolongements dans le dernier chapitre de l’ouvrage où le genre est défini comme « une structure spécifique, produite par les relations sociales existant autour des différences reproductrices entre les corps humains » (p. 250). Le second chapitre a pour objet la conceptualisation des masculinités. Au sens générique, la masculinité se définit comme étant « simultanément [...] un lieu au sein des rapports de genre, un ensemble de pratiques par lesquelles des hommes et des femmes s’engagent en ce lieu, et les effets de ces pratiques sur l’expérience corporelle, la personnalité et la culture » (p. 65). Après avoir répertorié les éléments constitutifs de la structure des rapports de genre, Connell présente les relations qu’entretiennent les différentes masculinités, relations principalement constituées de « deux types de rapports – d’un côté la tension entre hégémonie, domination/subordination et complicité, de l’autre la dialectique entre marginalisation et autorité – » (p. 79). Pour sa part, la « masculinité hégémonique », centrale dans le modèle proposé, se caractérise comme étant la masculinité « qui garantit [...] la position dominante des hommes et la subordination des femmes » (p. 74).

3La deuxième partie du livre est composée de deux études de cas reposant sur des récits de vie. La première de ces études est consacrée aux hommes des classes populaires. Elle montre comment les vies de ces hommes sont marquées par la violence (dans la famille, entre pairs, avec l’État, etc.) et la soumission à l’hétérosexualité obligatoire. Paradoxalement, les déclarations et comportements misogynes et homophobes de ces hommes coexistent avec une certaine adhésion à l’égalité des sexes et avec une relativisation de la division genrée des tâches. Ces hommes endossent bien souvent une « masculinité de protestation ». Découlant d’expériences d’impuissance sociale, cette masculinité se définit comme l’affirmation d’un pouvoir masculin passant avant tout par la violence et la sexualité. Mais tous ces hommes n’exhibent pas les signes d’une « hyper-masculinité ». Certains d’entre eux font ainsi preuve de comportements progressistes au sein de leur foyer. D’autres s’engagent dans des relations homosexuelles. Le chapitre suivant aborde la question des masculinités gays. Les récits de vie recueillis montrent que l’identité gay est le fruit d’un processus d’identification lié au regard d’autrui, à l’entrée dans un milieu gay déjà constitué et à la reprise d’une identité homosexuelle socialement réifiée. Les vies de ces hommes homosexuels sont marquées par l’expérience de discriminations homophobes symptomatiques de la subordination des masculinités gays. Souvent, ces hommes stigmatisent « les féministes qui vont trop loin », comme les « gouines butch », voire, même, dénoncent les comportements outranciers des homosexuels jouant « les folles » (p. 149). Ils ne remettent donc pas en cause l’ordre de genre, en témoigne leur focalisation sur la masculinité conventionnelle (aussi bien pour leur choix d’objet sexuel que pour la construction de leur personnalité). Mais des changements sont à relever, tel l’entretien de relations amicales avec des femmes et l’attention portée à la réciprocité dans les relations intimes.

4Les trois derniers chapitres sont consacrés aux questions de santé. Le premier d’entre eux s’intéresse aux pratiques homosexuelles masculines en période d’épidémie de sida et repose sur un matériel quantitatif recueilli par questionnaires. Suite à ce travail d’enquête, les auteurs de l’étude suggèrent de construire des politiques de prévention mettant au cœur du discours la dimension émotionnelle et l’idéal de réciprocité qui caractérisent la sexualité entre hommes. Le chapitre suivant traite de la « santé des hommes ». Face à la difficulté de définir ce terme utilisé dans le débat public australien et dans certaines études de santé publique, Connell défend l’application d’une « approche relationnelle du genre » (p. 207). Cette approche permet tout d’abord de noter aussi bien les différences que les similarités de santé entre femmes et hommes. Cette perspective permet ensuite de lier problèmes de santé et « division genrée du travail » (p. 220). Elle évite ainsi la perspective « misogyne » de certains promoteurs de la thématique de la « santé des hommes » qui par leur obstination à penser femmes et hommes comme deux groupes isolés poussent « au conflit et à la rivalité » (p. 221). Cette approche relationnelle offre enfin la possibilité de considérer de nombreuses pratiques aux effets délétères sur la santé – les violences entre hommes et les violences conjugales et sexuelles des hommes sur les femmes, l’engagement des hommes dans le travail salarié et le cantonnement relatif des femmes aux espaces domestiques, les injonctions corporelles différenciées, etc. – ainsi que les différences internes au groupe des hommes. Le dernier chapitre est consacré aux liens entre genre et santé au niveau mondial. L’auteure y insiste sur la prise en compte des cadres théoriques développés par les chercheurs du Sud afin de mieux appréhender les interrelations entre genre et santé au sein d’une société mondiale qui n’est, ni homogène, ni en voie d’homogénéisation.

5Le contenu de cet ouvrage maintenant présenté, il est possible d’émettre certaines critiques. Le choix de ne pas traduire l’intégralité de Masculinities est surprenant. De plus, les articles traitant des questions de santé publique ne mettent pas forcément directement en œuvre la conceptualisation des masculinités présentée en première partie. La liberté prise avec l’organisation de Masculinities aurait pu permettre de retenir et de traduire d’autres travaux de Connell. On pense ici au travail sur la masculinité transnationale des affaires (Connell et Wood, 2005), au retour réflexif sur le concept de masculinité hégémonique (Connell et Messerchmidt, 2005) et à la postface à la seconde édition de Masculinities (2005). Des écrits plus généraux proposés dans Gender and Power (1987) et dans Gender : In a World Perspective (2009) auraient également pu trouver leur place dans cette traduction. Le travail d’importation se ressent encore dans la lecture du travail de Connell qui est ici proposée. Les introducteur-e-s insistent sur la continuité entre les travaux de la sociologue australienne et ceux du courant queer, alors que, justement, Connell n’a de cesse de souligner les limites des approches dites post-structuralistes ou post-modernes. Dans un extrait d’interview Connell déclare : « Pour utiliser un langage intellectuel daté, il y a une dialectique entre les processus sociaux et les processus biologiques, dans laquelle la contradiction est très importante » (p. 162). La filiation marxienne qui transparaît ici est bien sûr présente dans le recours à la notion d’hégémonie. Connell insiste encore sur le fait que certains hommes « ont dépassé la division traditionnelle du travail » (p. 27). Or, ailleurs, Meoïn Hagège et Arthur Vuattoux (2013) pointent « le matérialisme parfois trop « rigide » de Connell » et invitent alors à se reporter vers les approches queer ; l’appropriation particulière et discutable de ces travaux sur les masculinités est donc reconnue. La postface écrite par Éric Fassin souligne avec justesse comment les notions d’hégémonie et de masculinités – résolument au pluriel – permettent de complexifier les études de la domination en invitant à penser des dominations masculines – elles aussi plurielles.

6L’intérêt de la traduction de fragments d’une œuvre comme celle de Connell s’évaluera encore a posteriori. Il réside notamment dans les appropriations à venir de travaux désormais plus disponibles. Ces usages futurs peuvent passer par des hybridations théoriques, non pas seulement avec les approches queer mais avec d’autres sociologies, telle celle de Pierre Bourdieu (Coles, 2009). Espérons surtout que la clarification du terme de masculinité hégémonique évitera l’usage typologique – voire un usage de simple remplacement : cela fait plus radical et sophistiqué de parler d’hégémonie plutôt que de domination – de cette notion. Parler de masculinités hégémoniques (ou de masculinités complices, subordonnées, marginalisées, complices, etc.) n’implique aucun contenu particulier de ces masculinités, mais des relations entre positions masculines d’une part et positions masculines et féminines d’autre part, relations que cette notion invite à décrire avec précision.

Haut de page

Bibliographie

BOURDIEU Pierre, « Les conditions sociales de la circulation internationale des idées », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 145, 2002, pp. 3-8.

COLES Tony, « Negotiating the Field of Masculinity: The Production and Reproduction of Multiple Dominant Masculinities », Men and Masculinities, vol. 12, n° 1, 2009, pp. 30-44.

CONNELL Raewyn, Gender and Power: Society, the Person and Sexual Politics, Stanford, Stanford University Press, 1987.

CONNELL Raewyn, Masculinities (second edition), Berkeley, University of California Press, 2005.

CONNELL Raewyn, Gender: In World Perspective (second edition), Cambridge, Polity Press, 2009.

CONNELL Raewyn et MESSERCHMIDT James, « Hegemonic Masculinity: Rethinking the Concept », Gender and Society, vol. 19, n° 6, 2005, pp. 829-859.

CONNELL Raewyn et WOOD Julian, « Globalization and Business Masculinities », Men and Masculinities, vol. 7, n° 4, 2005, pp. 347-364.

HAGÈGE Meoïn et VUATTOUX Arthur, « Les masculinités : critique de l’hégémonie, recherche et horizons politiques », http://www.contretemps.eu, 2013, 31§.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Arambourou, « Connell Raewyn, Masculinités. Enjeux sociaux de l’hégémonie (édition établie par Meoïn Hagège et Arthur Vuattoux) », Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 10 juin 2015, consulté le 16 janvier 2021. URL : http://journals.openedition.org/gss/3403 ; DOI : https://doi.org/10.4000/gss.3403

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search