Navigation – Plan du site
2015

Testart Alain, L’amazone et la cuisinière. Anthropologie de la division sexuelle du travail

Paris, Éditions Gallimard, 2014
Clotilde Lebas
Référence(s) :

Testart Alain, L’amazone et la cuisinière. Anthropologie de la division sexuelle du travail, Paris, Éditions Gallimard, 2014

Texte intégral

1Alain Testart, anthropologue et directeur de recherches au CNRS, est décédé en septembre 2013. L’amazone et la cuisinière. Anthropologie de la division sexuelle du travail est donc un ouvrage posthume. Il vient prolonger les réflexions contenues dans l’Essai sur les fondements de la division sexuelle du travail chez les chasseurs-cueilleurs. Publié en 1986, ce livre se rapportait aux sociétés de chasseurs-cueilleurs. Avec L’amazone et la cuisinière, Alain Testart poursuit l’approche comparatiste avec laquelle il a abordé de nombreux objets, comme l’esclavage ou le don. En vingt-et-un chapitres, concis et clairs, l’auteur nous emmène d’une époque à une autre et d’une société à une autre. Au fil du récit, il formule une loi générale expliquant la permanence de la division sexuelle du travail qui, tout en excluant les femmes de certains domaines d’activité (métallurgie, guerre, travail de la vigne...), les assigne à d’autres (tissage, poterie, cuisine...).

2Dans un premier temps (des chapitres 1 à 11), Testart se saisit des croyances relatives au sang menstruel. Il réfute tout d’abord les thèses naturalistes. Celles-ci postulent qu’en raison de leur faible force physique, de leurs grossesses à répétition et du temps qu’elles consacrent à l’éducation des enfants, les femmes ne pourraient s’éloigner bien longtemps de leur foyer – en cela, elles ne seraient pas aptes à la chasse. Or, comme le note l’auteur, elles parcourent des kilomètres pour la cueillette, sans pour autant délaisser les enfants qu’elles portent sur leurs dos. En outre, de nombreux exemples montrent des femmes participant à la chasse. Ce qui différencie hommes et femmes n’est donc pas l’activité en elle-même mais bien la manière dont ces dernières la pratiquent, à savoir en usant d’armes ne faisant pas jaillir le sang. Cette critique des thèses naturalistes donne ainsi lieu à une première conclusion : le sang est le motif déterminant de la division sexuelle du travail. Précisons avec Testart qu’il n’est pas question ici d’une substance biologique mais d’un sang investi de croyances. Des croyances qui poussent nombre de sociétés à interdire aux femmes « indisposées » d’approcher ce qui est symboliquement associé au sang, comme le vin. Testart propose ainsi une explication symbolique : de par les effets néfastes de leur sang, certains lieux et certaines activités sont interdites aux femmes.

3Dans un second temps (des chapitres 12 à 20), il s’intéresse aux questions techniques. Il oppose alors deux domaines : un domaine féminin composé d’actions douces, amorties et répétitives ; un domaine masculin renvoyant à des actions non pas empreintes de plus de violence mais de plus de brusquerie. La division sexuelle du travail recouvre ainsi ce qu’il nomme « une division des techniques entre les sexes » (p. 85). Pour étayer son propos, il étudie la distribution des outils en fonction du sexe. À propos du travail de la terre, il évoque la charrue. Parce qu’il creuse, ouvre, coupe et agit sur un élément dont on espère la fertilité (à l’image du corps féminin), cet instrument est un attribut du masculin. Quant à la paire de ciseau, elle se range du côté du féminin. « Non seulement », écrit l’auteur, « la paire de ciseaux n’est pas destinée à pénétrer l’intérieur du matériau travaillé […], mais encore elle ne s’attaque qu’au contraire même de l’intériorité, à des enveloppes, ce qu’est le vêtement par rapport au corps humain, la toison par rapport au mouton, la chevelure par rapport à la tête » (p. 109). Il poursuit ainsi son explication idéelle. Sous sa plume, les interdits pesant sur les gestes techniques traduisent des valeurs symboliques : sont interdites aux femmes les techniques qui, « par des chocs répétés, font éclater la matière travaillée » (p. 133), rappelant les perturbations périodiques agitant les corps féminins.

4Ce sont donc, pour Testart, les croyances qui expliquent la permanence de la division sexuelle du travail. Mobilisant l’approche symbolique, il entend dégager des principes universaux qui lui permettent la formulation d’une loi générale : « pendant des millénaires et probablement depuis la préhistoire, la division sexuelle du travail provient de ce que la femme a été écartée des tâches qui évoquaient trop la blessure secrète et inquiétante qu’elle porte en elle » (p. 133, en italique dans le texte). Refuser aux femmes l’accomplissement de certaines tâches permettrait donc d’éviter la « conjonction du même avec le même » (p. 140). Autrement dit, les sociétés ont toujours cherché à conjurer le rapprochement de ce qu’elles considèrent comme symboliquement semblable car, comme le rappelle l’auteur, « la mise en présence de deux êtres pareillement affectés par le sang risque de déclencher des catastrophes » (p. 143, en italique dans le texte).

5Toute aussi permanente soit-elle, la division sexuelle du travail est non moins mouvante. D’une part, il existe des variations : plus on s’éloigne du lieu et du moment de l’écoulement du sang, moins les interdits sont contraignants ; à l’échelle d’une vie, jeunes femmes pré-pubères ou femmes ménopausées ne doivent pas, ou plus, se plier à ces interdits. De l’autre, la division des techniques entre les sexes est objet de transformations. Que le travail se mécanise, qu’il permette l’apparition de corporations d’artisans, et il devient masculin – suite à l’invention du métier-à-tisser mécanique, pièce maîtresse de la révolution industrielle, les hommes se sont accaparés l’activité du tissage. Sur ce point, Testart estime que les hommes se sont emparés d’activités dévolues aux femmes non pour exercer plus de pouvoir sur elles mais pour user, contre d’autres hommes, du pouvoir économique que leur conférait l’apparition de corporations de métiers. Et c’est bien là que réside le point problématique de l’ouvrage de Testart. Cette analyse s’avère en effet contradictoire avec le lien que lui-même établit entre appropriation d’un pouvoir économique par les hommes et précarisation des conditions de travail des femmes. Par ailleurs, que des hommes usent de leur pouvoir économique contre d’autres hommes n’exclut en rien la possibilité qu’ils puissent tout aussi bien s’en servir contre des femmes.

6Publié à l’heure où les débats sur la supposée théorie du genre font rage, l’attention que porte Testart aux croyances permet d’ébranler nombre d’idées reçues. Évoquant ces femmes auxquelles l’utilisation de l’enclume est refusée alors même qu’elles broient de la nourriture des heures durant, outillées de pilons aussi longs qu’elles, l’auteur entame l’idée qui voudrait que l’on attribue les travaux requérant de la force aux hommes en raison de leurs aptitudes physiques. Mais si l’approche symbolique peut être séduisante, elle ne s’intéresse que trop peu à l’expérience de la subordination. Subordination que ne nie pas Testart pour qui les croyances ont contribué à la maintenir, sans pour autant l’engendrer. Et l’auteur de poser la question de l’origine : d’où vient donc la subordination des femmes ? Non de la répartition des outils et des armes mais bien de l’inertie des croyances, « par la force des habitudes et des préjugés » (p. 138). Affirmant qu’« aucun homme ne domine une femme parce qu’il possède un arc ou un fusil » (p. 137), Testart réfute la thèse de Paola Tabet (1979). Pour l’anthropologue italienne, la répartition sexuée des outils et des armes est un support de la domination masculine. Nul besoin d’arme, nous dit Testart, pour corriger une femme insubordonnée. « Que ce soit dans la coutume accordée au mari du « droit de correction », que ce soit dans les rapports entre les prostituées et leurs souteneurs, un tabassage suffit en général. Au pire, on prend une ceinture, une lame de rasoir, du vitriol, pas des armes » (p. 137). Rien de tel donc que des muscles pour contraindre des femmes à se plier aux règles d’une société ? On ne peut que s’étonner du paradoxe que soulève une telle affirmation émise par un anthropologue soucieux de troubler nos vieux préjugés sur la force physique.

7Par ailleurs, il importe moins d’interroger l’origine de la subordination historique des femmes que de questionner ses logiques et ses effets – posture intellectuelle qui rejoint celle de Gayle Rubin (2010) qui délaissa le questionnement sur les origines de la subordination des femmes pour se saisir de l’ensemble des relations sociales qui transforme une femelle en femme opprimée. En outre, s’attacher à l’analyse des conditions de possibilité et des conséquences du rejet de la subordination permettrait de dépasser l’horizon des croyances, en ce qu’il opère le maintien d’un ordre sexué. Autrement dit interroger le comment et non le pourquoi de la subordination ; penser les choses en terme de processus. Aussi est-il préférable, en suivant Nicole-Claude Mathieu (2014), de parler non plus de division sexuelle mais bien sexuée du travail, afin de donner à voir la part de construction sociale qui façonne les interdits. Se saisir d’un tel processus permet de penser tout à la fois les mécanismes assignant les femmes à tel ou tel domaine d’activité et les ruses qu’elles déploient pour investir ceux dont elles sont exclues. Ainsi, certaines femmes ont pris et continuent de prendre les armes dont on dit si souvent qu’elles leur sont interdites. Un seul exemple suffit à nous en convaincre : la photographie qui clôt L’anatomie politique. Sous l’image en noir et blanc, une légende : « Une citoyenne de Dallas, Gena Scarbrough, 90 ans, tient les armes dont elle s’est servie la semaine dernière pour capturer un voleur qui a voulu la dévaliser chez elle » (Mathieu, 1991, 267). L’auteure laissait ainsi entendre que des femmes résistent aux agressions qu’elles subissent. Reste à poursuivre ces réflexions sur l’utilisation des armes, et par là-même de la violence, par des femmes – un champ de recherche dont l’essor est notable (Cardi, Pruvost, 2011). En ce sens, questionner, comme le fait Testart, l’exclusion des femmes des domaines d’activités qui supposent le maniement d’armes, est chose importante. Néanmoins, une analyse en termes de croyances est insuffisante, en ce qu’elle évince les tactiques et les pratiques de résistance aux assignations de l’ordre sexué.

Haut de page

Bibliographie

Cardi Coline, Pruvost Geneviève, « La violence des femmes : un champ de recherche en plein essor. Bibliographie commentée », Champ pénal, 8, 2011, [En ligne], 8 | 2011, mis en ligne le 11 juin 2011, consulté le 25 avril 2015. URL : http://champpenal.revues.org/8102; DOI : 10.4000/champpenal.8102.

Mathieu Nicole-Claude, L’anatomie politique. Catégorisations et idéologies du sexe, Paris, Éditions Indigo & Côté-femmes, 1991.

Mathieu Nicole-Claude, L’anatomie politique 2. Usage, déréliction et résilience des femmes, Paris, La Dispute, 2014.

RUBIN Gayle, Surveiller et Jouir, Anthropologie politique du sexe, Paris, Epel, 2010.

TABET Paola, « Les mains, les outils, les armes », L’Homme, vol. 19, n° 3-4, 1979, pp. 5-61.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clotilde Lebas, « Testart Alain, L’amazone et la cuisinière. Anthropologie de la division sexuelle du travail », Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 10 juin 2015, consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/gss/3415

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals