Navigation – Plan du site
2015

Debest Charlotte, Le choix d’une vie sans enfant

Presses Universitaires de Rennes, Rennes, 2014
Julie Ancian
Référence(s) :

Debest Charlotte, Le choix d’une vie sans enfant, Presses Universitaires, Rennes, 2014

Texte intégral

1Avec Le choix d’une vie sans enfant, Charlotte Debest nous invite à nous pencher sur un sujet presque inexploré par la sociologie française, en raison probablement de sa quasi-invisibilité : l’ouvrage, issu d’une thèse de sociologie réalisée en partenariat avec l’Institut National d’Études Démographiques, présente une enquête originale auprès de personnes ayant refusé de devenir parent (les « SEnVol », acronyme proposé par l’auteure pour Sans Enfant Volontaires) dont les parcours et les discours éclairent « le caractère à la fois social et sexué de l’entrée en maternité et en paternité » (p. 16). Questionnant non seulement l’injonction au désir d’enfant mais aussi les modalités particulières du faire famille contemporain dans une perspective féministe et interactionniste, cette recherche analyse l’infécondité volontaire aux prises avec les normes sociales dominantes, en particulier dans les sphères professionnelles et conjugales.

2À l’aide de données quantitatives et de récits de vie recueillis auprès de 51 personnes (dont les deux tiers sont en couple), se définissant elles-mêmes comme volontairement sans enfant, Charlotte Debest déroule une analyse solidement structurée, au fil de cinq chapitres rédigés dans un style concis et clair, qui fait la part belle aux propos des enquêté-e-s. L’auteure introduit son argumentaire en retraçant, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’évolution de la démographie française et des lois autorisant la contraception et l’avortement. Ce faisant, elle révèle le climat nataliste de la société actuelle puisque les données statistiques convergent pour estimer la proportion de personnes ne souhaitant pas d’enfant à moins de 5 % de la population française. La fécondité se développe en suivant la « norme procréative » (Bajos et Ferrand, 2005) – qui, grâce à la diffusion de la contraception, « prescrit de manière diffuse les limites d’âge, un cadre professionnel, et enfin un cadre conjugal » (p. 33) pour devenir parent. Plus récemment, l’émergence du terme de « parentalité » témoigne d’un glissement progressif vers une responsabilisation accrue des futurs parents envers leur enfant, qui, comme dans tout métier, doivent dorénavant remplir certains critères ou acquérir certaines compétences, signe que le contrôle social des pratiques éducatives se poursuit. En parallèle, depuis les combats difficiles menés pour l’accès à la contraception et à l’avortement, les mouvements féministes produisent une analyse de la procréation et du rôle dévolu aux femmes affirmant que le champ de la reproduction peut être un espace d’oppression. Cet héritage critique est particulièrement présent dans les discours des plus jeunes enquêtées de la recherche.

3Le cadre des normes et des valeurs définissant les conditions socialement requises pour entrer en parentalité ainsi posé, Charlotte Debest présente ensuite les caractéristiques sociodémographiques des personnes ayant choisi de ne pas avoir d’enfant. Elle déconstruit les représentations qui présupposent que l’absence d’enfant concerne majoritairement des femmes carriéristes et des hommes précaires, figures repoussoir de l’entrée en parentalité moderne (chapitre II). En mobilisant la théorie de la déviance de Howard Becker, elle examine les étapes successives de vies sans enfant, depuis l’écart à la norme qui constitue l’outsider, à son engagement dans un groupe « déviant ». Les SEnVol apparaissent ainsi comme des individus mus par un désir de liberté et un souci d’authenticité, qui les amènent à faire des choix à contre-courant des normes aussi bien professionnelles que conjugales. Dans un paradoxe mis en évidence par l’auteure, ces « carrières déviantes » sont néanmoins dominées par une aspiration à l’indépendance et à la réalisation de soi qui est elle-même une injonction forte de la société libérale.

4Opposant une « éthique de la liberté » à l’ « éthique de la disponibilité » qui caractériserait les personnes avec enfant, les SEnVol ont tou-te-s en commun une représentation aliénante de la « bonne » parentalité. Toutefois, et c’est l’un des intérêts principaux de l’ouvrage, Charlotte Debest montre que leurs vécus vis-à-vis de l’injonction à procréer apparaissent fortement différenciés selon leur sexe ; au fur et à mesure que sont examinés leur expérience de l’infécondité volontaire (chapitre III), leurs motivations ou leur regard sur la parentalité (chapitre IV), les récits des interviewé-e-s mettent en lumière diverses inégalités entre femmes et hommes face à l’entrée en parentalité. S’il est établi que la charge de la contraception pèse uniquement sur les femmes, l’enquête met en évidence qu’elles sont également tenues pour seules responsables de la charge de procréer par la société : ainsi le refus d’entrer en parentalité des hommes SEnVol est systématiquement suspecté par leur entourage d’être en réalité assujetti au choix de leur partenaire ou conjointe. Ce fardeau est largement intériorisé par les femmes SEnVol qui, contrairement aux hommes, lorsqu’elles sont confrontées à leur assignation à un destin maternel, se sentent contraintes de recourir à des euphémisations pour évoquer leur refus d’enfant, en lui un attribuant un caractère provisoire (« pas pour l’instant »). Par ailleurs, l’absence de discours des hommes SEnVol sur certaines questions, par exemple l’épuisant effort de « conciliation » que les femmes du corpus ont constaté chez leur amies devenues mères et évoqué au cours de l’enquête, révèle de manière implicite que ce cumul au quotidien de l’agenda professionnel et de l’agenda parental ne connaît pas de réciproque masculine.

5Ces constats confirment ce que de nombreux travaux ont par ailleurs déjà montré ; il était judicieux de les mettre en relation avec le choix de l’infécondité, ce à quoi s’attelle l’auteure dans le chapitre final : « peut-on analyser le refus d’enfanter comme une résultante des inégalités de traitement entre les femmes et les hommes ? » (p. 149). Les critiques émises par les interviewées à l’encontre du « plafond de verre », de la « double journée des femmes », ou encore de la naturalisation des « compétences maternelles » semblent indiquer que leur refus d’enfant est en effet principalement lié au refus d’une spécialisation des activités entre conjoints. Aussi, dans sa conclusion, la sociologue endosse une lecture politique de la procréation et appelle la société à une réflexion collective en faveur d’un partage à égalité avec les hommes pour la prise en charge non seulement concrète mais également mentale de la production et de l’élevage des enfants.

6Se démarquant de l’approche de Pascale Donati (2000, 2003) qui déclinait l’infécondité volontaire en « choix positif » (pour la liberté, l’autonomie etc.) et « choix négatif » (par peur de reproduire un schéma douloureux), l’enquête de Charlotte Debest s’attache à ne traiter que de « l’infécondité volontaire positive ». Selon elle, « évoquer une infécondité volontaire et l’expliciter par un choix par défaut revient à gommer la dimension affirmative du choix de non-fécondité. » (p. 45). La démarche de la chercheuse vise expressément à montrer que l’infécondité volontaire peut résulter d’un choix positif et son dispositif d’enquête, un appel à témoignage, a contribué à sélectionner - comme elle l’explique d’ailleurs sans éluder les limites de son travail - les « volontaires des volontaires » (p. 18), c’est-à-dire les personnes les plus à même de revendiquer l’absence d’enfant comme un choix libre et assumé. Pourtant, la lecture des motivations exprimées par les enquêté-e-s laisse supposer que l’engagement dans le choix d’une vie sans enfant est variable selon les individus du corpus, comme celui de Marc, 35 ans, en couple non cohabitant qui n’exclue pas d’avoir un jour un désir d’enfant (p. 147). Ce constat aiguise notre curiosité : on aurait aimé en savoir plus sur les personnes qui ont répondu à l’appel à témoignage et la manière dont ils et elles se reconnaissent comme « volontairement sans enfant ». Les hommes ne représentent qu’un tiers du corpus et une partie d’entre eux sont apparemment les conjoints des femmes interviewées : le degré de volontariat pour rester sans enfant est-il comparable entre les deux membres d’un couple ? En mettant davantage au jour des formes différenciées d’engagement dans l’infécondité, l’enquête aurait peut-être pu affiner ses résultats et préciser si des variables de sexe, d’âge, de race ou de classe modifient les normes ou attentes sociales auxquelles l’opposition des SEnVol est la plus vive. Un examen critique des présentations de soi des enquêté-e-s et une explicitation du point de vue adopté par la sociologue sur son objet auraient contribué à enrichir la restitution des résultats de l’enquête.

7À la fois acte de résistance aux attentes normatives et résultat de la division sexuée du travail qui n’affecte pas de la même manière les femmes et les hommes SEnVol, l’enquête suggère donc que l’engagement dans une vie sans enfant peut se décliner sous une pluralité de postures, reflétant ainsi la plus grande prégnance de certaines normes sociales par rapport à d’autres. C’est la voie ouverte par le dernier chapitre de l’ouvrage, qui démontre l’ancrage féministe de la décision de rester sans enfant et ne comporte aucun propos tenu par des hommes, comme Charlotte Debest le souligne : non parce qu’elle ne les a pas inclus, mais parce qu’il n’y en avait pas. On est amené à se demander si ce n’est pas tant du choix d’une vie sans enfant que du choix d’une vie sans maternité qu’il est question. Face à la puissance des normes associées à la fécondité et à la rareté des travaux consacrés aux phénomènes minoritaires ou considérés comme déviants dans ce domaine, toute tentative de bousculer les évidences est stimulante. On ne peut donc que saluer l’originalité et la qualité de ce travail de déconstruction qui contribue, entre autres, à dés-essentialiser la maternité et à révéler la portée politique de choix de vie trop facilement disqualifiés.

Haut de page

Bibliographie

BAJOS Nathalie et FERRAND Michèle, « Contraception et avortement », in MARUANI Margaret (dir.), Femmes, genre et société, l’état des savoirs, Paris, La Découverte, 2005, pp. 114-121.

DONATI Pascale, Ne pas avoir d’enfant : construction sociale des choix et des contraintes à travers les trajectoires d’hommes et de femmes, Paris, CNAF, 2000.

DONATI Pascale, « La non procréation : un écart à la norme », Informations sociales, n° 107, 2003, pp. 44-57.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Ancian, « Debest Charlotte, Le choix d’une vie sans enfant », Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 12 octobre 2015, consulté le 01 juin 2020. URL : http://journals.openedition.org/gss/3584

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals