Navigation – Plan du site
2017

Le dire et le jouir. Ce qu’on se dit au lit

Wolff Benjamin
Référence(s) :

Perea François, Le dire et le jouir. Ce qu’on se dit au lit. Paris, La Musardine, 2017.

Texte intégral

1Les pratiques sexuelles ordinaires des individus se prêtent peu à l’observation directe en sciences sociales, de sorte que leur analyse repose souvent sur des discours rapportés ou des représentations culturelles. Le langage est en ce sens une porte d’entrée fréquente pour enquêter sur la sexualité : vie intime et discours sont souvent indissociables pour celles et ceux qui veulent savoir. Pourtant, et paradoxalement, les sciences du langage en France sont particulièrement silencieuses sur ce terrain-là. C’est pourquoi il faut saluer l’initiative de François Perea, maître de conférences à l’université Montpellier III, qui a mené une enquête sur les sons et les mots produits pendant les relations sexuelles en train de se faire.

2Ce n’est donc pas le langage sur la sexualité qui retient ici l’attention du linguiste, au sens des discours experts ou profanes dans l’espace public ou privé, mais le langage dans la sexualité, « ce qu’on se dit au lit » annonce le sous-titre, c’est-à-dire « les manifestations vocales et verbales pendant l’acte sexuel » (p. 16), à partir d’un terrain et d’une méthodologie originales.

3On reproche souvent aux linguistes de soustraire leurs corpus au poids de l’histoire, aux contextes sociaux et à la matérialité des corps. François Perea établit cependant, dans la première partie d’un ouvrage qui en compte trois, un cadre socio-historique où apparaissent les échanges langagiers qu’il souhaite objectiver (p. 23 à 56). Cette contextualisation lui sert aussi de justification à la stratégie qu’il met en œuvre pour observer l’inobservable. Son enquête porte en effet sur des enregistrements audios d’amateurs anonymes diffusés sur Internet et sur des vidéos pornographiques fabriquées par des professionnels. Dès lors, dans la mesure où l’auteur prétend rendre compte des sexualités ordinaires à partir d’un corpus audio-visuel constitué sur Internet, il est amené à interroger « le partage entre scène intime et scène publique » (p. 25), c’est-à-dire la séparation habituellement faite entre la vie sexuelle privée et les espaces publics : c’est donc l’objet de la première partie de cet ouvrage assez court (180 p. en petit format, scandé par une vingtaine de dessins de François Matton).

4La question récurrente de la partition entre l’intime et le public est une question politique : à l’alarmisme moral-conservateur qui s’indigne de la sexualisation de l’espace public via une rhétorique de la protection des mineurs s’oppose notamment les luttes féministes qui problématisent et publicisent l’ordre du genre et des sexualités à l’œuvre dans la vie intime (et ailleurs). Perea prend acte de l’affermissement des frontières entre le sexuel et le public au XIXe siècle et met en évidence les dynamiques qui redéfinissent l’articulation entre les deux sphères à l’époque contemporaine. Il fait donc remarquer, comme d’autres avant lui (Quemener & Voros, 2014), que l’utilisation de la sexualité dans le discours publicitaire, mais aussi l’accessibilité accrue aux vidéos pornographiques, ou bien encore le développement de sociabilités sexuelles en ligne et des représentations intimes de soi sur les réseaux sociaux numériques, participent à brouiller la distinction entre le public et le sexuel.

5Pourtant, la pénalisation française de l’exhibitionnisme sexuel perpétue l’idée d’un cantonnement de la sexualité à la sphère privée, et surtout entretient la distinction de nature entre une intimité réelle qui relèverait de l’action et une intimité médiatisée qui relèverait de la fiction. Le second moment de la première partie du livre interroge succinctement la ligne de partage entre réalité et fiction d’une part, et sexualités professionnelles et ordinaires d’autre part. L’auteur argumente alors que les pratiques sexuelles numériques rendent perméables ces frontières via des mouvements d’allers-retours et de circulations entre les espaces. En invoquant la sociologie des scripts sexuels, il avance par ailleurs que les productions en ligne, qualifiées ou non de professionnelles, s’inscrivent dans les mêmes cadres sociaux que la sexualité ordinaire et « dévoilent, sous des formes extrêmement exagérées, outrancières, des traits des scripts de la sexualité » (p. 54). Il écarte cependant l’idée de reflet, de miroir ou de modèle des productions pornographiques sur les comportements routiniers car elles sont créées dans un contexte professionnel particulier. Ainsi, « la déformation opérée par la fiction est à la fois de l’ordre de la transformation (les pratiques effectives ne ressemblent pas à ce qui est montré dans les films pornographiques) et de la révélation (les films pornographiques mettent en exergue, parmi d’autres, des traits des comportements sexuels effectifs) » (p. 54). Les productions fictionnelles qui seront ensuite objectivées par le linguiste correspondent donc ici à la partie émergente de l’iceberg, et ces fictions s’ancrent dans une réalité tout en la faisant fonctionner. La logique des échanges langagiers entre le « lit » de la chambre à coucher et la production audio et/ou visuelle relève alors d’un fond commun qu’il s’agit de mettre au jour.

6La mise en lumière des « formes d’expression de la jouissance » correspond à la deuxième partie de l’ouvrage, laquelle contient le détail de la constitution du corpus, les principaux résultats de l’enquête et leur interprétation (p. 57 à 112).

7La question de son étude, à savoir comment se manifeste des échanges langagiers lors d’une interaction sexuelle, s’adresse à deux sous-corpus. Le premier, datant de 2006, contient dix-neuf séquences audio allant de quelques secondes à plusieurs minutes, enregistrées par onze couples hétérosexuels francophones « afin de les partager sur la toile avec d’autres » (p. 59). Le site de partage en question n’est pas mentionné par l’auteur. Le deuxième sous-corpus contient vingt vidéos pornographiques sélectionnées en janvier 2012 et juin 2013 sur les plateformes youporn.com et mustvideos.com, dont douze vidéos mettant en scène des couples hétérosexuels et huit des couples gays et lesbiens Chacune d’entre elles est composée d’un répertoire de pratiques très varié. L’auteur ne justifie pas l’écart temporel entre les deux sous-corpus ; un rapide coup d’œil sur sa bibliographie montre cependant que l’étude de chaque sous-corpus a fait l’objet d’une publication antérieure (Perea & Morenon, 2008, p. 35-54 ; Perea & Paveau, 2014, p. 79-92).

8Perea a mesuré les silences et les sons de chaque production, chronomètre en main. Il précise cependant que seules « les scènes constitutives » font l’objet d’une mesure, c’est-à-dire les moments où se déroulent l’interaction sexuelle physique, et non « les scènes encadrantes », c’est-à-dire avant et après les actes sexuels. Le principal résultat de cette comptabilisation est que les personnes parlent peu pendant les relations sexuelles, au sens d’un langage articulé. Elles émettent majoritairement des sons inarticulés (les 2/3 du temps) ou sont silencieuses (1/3 du temps).

9Ses commentaires sur ces résultats relient les trois formes d’expression observées (silence, sons inarticulés, sons articulés) avec les affects corporels. En effet, concernant le silence, sa place représente moins une retenue en raison de la crainte de perdre la face, d’après l’auteur, qu’une impossibilité à énoncer l’intensité sensorielle. De la même façon, les formes vocales où les sons ne sont pas articulés (gémissements, cris, hurlements, souffles vocaux) traduisent selon lui une émotion corporelle qui déborde. Quant aux formes verbales minoritaires numériquement, elles sont très stéréotypées, et le linguiste en distingue quatre types. Les formes interjectives d’abord (« oh oui », « ah c’est trop bon », etc.), ensuite les jurons (non adressés à autrui : « oh mon Dieu », etc.) et les insultes (adressées au partenaire : « petite pute », etc.), puis les formes incitatives ou directives (« avale-tout », « mets-moi ta queue là », « viens », etc.), et enfin les commentaires du ressenti (« ça te plait de voir ça », « oui je vais jouir là », « j’ai envie de la sentir », etc.). Ces formes verbales n’appellent en général aucune réponse.

10Par la suite, l’auteur met en évidence quelques constantes significatives en termes de répartition des rôles. Par exemple, s’agissant des couples hétérosexuels, les jurons sont majoritairement formulés par les femmes alors que les hommes semblent détenir le monopole de l’insulte. Chez ces mêmes couples, « les personnages féminins produisent entre 2 et 8 fois plus de manifestations vocales et/ou verbales que leurs partenaires masculins » (p. 90). Plus fondamentalement, Perea invente deux notions pour donner une portée plus générale à ses observations : celle de « procurant » et de « procuré » qui distinguent respectivement « le personnage qui produit du plaisir (en caressant, pénétrant, léchant son partenaire) du personnage qui l’éprouve » (p. 92). Ces deux fonctions ne sont pas figées selon les situations et les sexes, et elles sont reliées à l’occupation de l’espace sonore.

11Il fait en effet remarquer que le procuré s’exprime toujours beaucoup plus que le procurant, que les sons soient articulés ou non. Pour preuve, il s’appuie surtout sur les vidéos gays et lesbiennes du corpus où les fonctions des protagonistes sont moins figées : ainsi, l’alternance des rôles procurant/procuré s’accompagne d’une variation des manifestations vocales et verbales (par exemple, passer de procurant à procuré augmente fortement la production langagière). D’après lui, c’est le rapport à l’action corporelle qui fonderait l’écart entre les deux rôles, le procurant s’exprimerait peu en raison de son effort physique supplémentaire dans l’interaction sexuelle, le ou la laissant en quelque sorte sans voix. L’activité « musculaire » (p. 109) irait de pair avec l’inactivité sonore.

12Perea achève sa deuxième partie sur le statut de ces échanges langagiers. Il souligne que ces productions vocales occupent deux fonctions. D’abord celle de « coopération » entre les partenaires : s’exprimer de façon plus ou moins articulée permet d’harmoniser et de guider les corps et les affects dans la mise en œuvre des scripts interpersonnels. Il distingue ensuite une fonction expressive de traduction de l’intensité émotionnelle qui repose selon lui sur la « désénonciation ». A ce stade du raisonnement, le linguiste transpose au domaine de la sexualité des logiques mises en évidence dans ses recherches antérieures portant sur l’ivresse alcoolique : dans les deux cas, la matérialité du langage est appréhendée via l’intensité des affects corporels. La relation entre les deux peut se résumer ainsi : plus les émotions s’intensifient, plus les mots viennent à manquer. La désénonciation correspond à la perte de la maîtrise de l’énonciation, la production viscérale du langage prime alors sur la parole réfléchie.

13Le lien entre le raisonnement de la troisième partie et la question initiale est moins évident. Intitulée « Mises en scène & interpellations médiatiques » (p. 113 à 168), ce dernier mouvement est plus abstrait, le propos s’enracinant moins dans le matériau empirique. Perea veut rendre compte de façon plus transversale de l’articulation entre corps et sons dans l’interaction sexuelle (appelée « mises en scène »). Il mobilise des notions de diverses disciplines (biologie, psychanalyse, sociologie) pour faire apparaître la « dynamique maillée » entre le physiologique (en termes de réflexes et de réactions), le psychologique (avec la théorie de l’étayage) et le culturel (théorie des scripts). Les interpellations médiatiques, quant à elles, concernent les publics du porno : il fait valoir que les affects et les sons mis en scène ici sont incorporés via les affects des publics, par « empathie, sympathie ou contagion » (p. 164).

14L’étude de Perea a le mérite de prendre à bras le corps les pratiques sexuelles depuis le prisme du langage, en évitant l’écueil d’une déconnexion des discours avec les usages concrets. Il construit une typologie pertinente des formes d’expression sonore à l’œuvre dans la sexualité sans désincarner les échanges, et met en évidence certaines logiques de façon convaincante. Cependant, la base empirique de l’enquête aurait pu être élargie en recueillant des points de vue de personnes sur leurs propres productions sonores. Par ailleurs, Perea cite un nombre considérable d’auteurs tous azimuts, en manquant parfois certaines recherches récentes (notamment : Jonason, Betteridge, Kneebone 2015). A ce titre, son court passage sur le dirty talk qui conçoit les mots crus comme « désémantisées » (qui ont perdu leur signification habituelle) est discutable, au sens où elles peuvent aussi être envisagées comme productrice d’un ordre des sexes et des sexualités, en continuité avec des normes plus générales. Il relie ce vocabulaire à l’imaginaire de l’animalité sans questionner les façons dont il peut consolider ou ébranler le genre.

15Ensuite, les fonctions des manifestations vocales qu’il met en évidence sont consensuelles : il réduit la coordination à la coopération là où on pourrait aussi voir de la coordination par du conflit, des résistances, et donc du pouvoir qui circule. La fonction expressive, quant à elle, aurait pu être contrebalancée par une fonction productive, au sens où les manifestations vocales ne traduisent peut-être pas qu’une émotion a posteriori, mais peuvent aussi agir et générer des sensations qui ne sont pas encore là. Enfin, l'appréhension des rôles procurant/procuré par le «  plaisir » (une personne l'émet, l'autre le reçoit) risque d'alimenter, s'agissant des couples hétérosexuels, « le mythe de l'orgasme vaginal » (Koedt, 2010), du moins si on schématise cette sexualité en termes pénétrant/pénétrée. Le linguiste veut se distancier des rapports de domination inclus selon lui dans les figures actif/passif. Il peine pourtant à échapper à la réification des deux rôles, présupposant un partage de l’activité « musculaire » et du plaisir (« effecteur » et « récepteur de jouissance », p. 109).

Haut de page

Bibliographie

JONASON Peter K., BETTERIDGE Gabrielle L., KNEEBONE Ian I., « An examination of the nature of erotic talk », Archives of sexual behavior, 45/1, 2016, p. 21-31.

KOEDT Anne, « Le mythe de l’orgasme vaginal », Nouvelles Questions Féministes, vol. 29, 2010, p. 14-22.

MORENON Jean, PEREA François, Les Jeux contradictoires de la parole et du corps, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 35-54.

QUEMENER Nelly, VOROS Florian, « Sexe en public », Politique de l’image, Paris, POLI éditions, n°9, 2014.

PEREA François, « Éléments du pathos pornographique. Mise en scène et affects dans les dialogues de films pornographiques », Questions de communication, Nancy, Presses universitaires de Lorraine, n° 26, 2014, p. 79-92.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Wolff Benjamin, « Le dire et le jouir. Ce qu’on se dit au lit », Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 14 décembre 2017, consulté le 23 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/gss/4046

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals