Navigation – Plan du site
2017

Les formes de l’illégitimité intellectuelle. Les femmes dans les sciences sociales françaises 1890-1940

Espinola Artemisa Flores
Référence(s) :

CHARRON Hélène, Les formes de l’illégitimité intellectuelle. Les femmes dans les sciences sociales françaises 1890-1940, Paris, CNRS Editions,2014.

Texte intégral

1Les formes de l’illégitimité intellectuelle. Les femmes dans les sciences sociales françaises 1890-1940 est le deuxième livre que Hélène Charron tire de sa thèse de doctorat, soutenue en 2009 dans le cadre d’une co-tutelle entre l’EHESS et l’Université de Montréal. Sociologue et historienne, Hélène Charron s’intéresse à la généalogie des femmes dans les sciences sociales françaises pour « saisir les processus sociaux à l’œuvre dans l’organisation des rapports sociaux de sexe » dans le champ intellectuel (p. 15-16). Les logiques sociales d’inclusion et d’exclusion des femmes et du féminisme dans le champ académique avant la Grande Guerre restent mal connues et c’est là l’un des principaux apports du présent ouvrage. En mobilisant un gigantesque corpus d’archives, l‘auteure montre le processus de division sexuée du travail intellectuel et démontre plus spécifiquement la domination masculine des réseaux leplaysiens ou de la sociologie durkheimienne française.

2Pour mener à bien sa recherche, Hélène Charron mobilise le cadre théorique bourdieusien, et en particulier la théorie des champs, la légitimité scientifique, ainsi que la sociologie des rapports sociaux de sexe. Son terrain de recherche est constitué des analyses des positions sociales, des prises de position et de la réception des travaux publiés par les femmes dans les réseaux masculins à travers notamment les comptes rendus et discours publics publiés dans les principaux périodiques français de l’époque. Sa méthodologie, l’analyse des pratiques discursives mettant en scène les intellectuelles comme objet et sujet d’étude et l’approche biographique, lui permet de créer un corpus original venant enrichir et interroger les connaissances sociohistoriques des institutions des sciences sociales. L’ouvrage démontre ainsi sur cette base l’étendue de la domination masculine ayant alors cours dans les sciences sociales dont force est de constater qu’elle reste d’actualité aujourd’hui. L’auteure le souligne d’ailleurs quand elle écrit que, « bien après l’accès des femmes à l’enseignement supérieur, la perspective de la disparition (ou de l’atténuation) des différences entre les sexes continue de se heurter aux préjugés sur leur fondement naturel, qui constituent une limite cognitive de la réflexion critique dans ce domaine » (p. 419).

3Le propos général est organisé en trois grandes parties et onze chapitres (455 pages). Il est précédé d'une préface analytique de Rose-Marie Lagrave que prolongent l’introduction et les conclusions de fin de section proposées par Hélène Charron, très précieuses en raison de la grande quantité d’informations délivrées.

4La première partie du livre est consacrée aux « figures féminines légitimes » : héritage de l’éducation catholique traditionnelle (1890-1914). Division du travail entre les sexes. Elle examine les conditions d’accès des femmes aux sciences sociales, dans une période où elles ne pouvaient accéder aux diplômes universitaires. Seules les filles issues de la bourgeoisie et de l’aristocratie avaient alors accès à l’éducation, et principalement à l’éducation ménagère. Certaines femmes non diplômées ont réussi à s’insérer dans le champ grâce à leur implication dans la réforme sociale ou le catholicisme social ainsi qu’au sein d’autres groupes féminins ou féministes. Les groupes leplaysiens, considérés comme les plus conservateurs, semblent alors être plus accueillants envers les femmes, soit parce qu’elles sont bien « intégrées » dans la mouvance réformiste - dans laquelle elles prolongent leur rôle domestique et maternel - soit parce qu’elles ont des liens personnels avec des membres influents de ces institutions. Au sein des réseaux leplaysiens, Charron identifie deux groupes en particulier : la Société d’Economie Sociale (SES), fondée en 1856, et la Société Internationale de Science Sociale (SISS), créée en 1904. Elle souligne que la « place » occupée par les Françaises dans les sciences sociales naissantes a suscité peu de travaux et que certains auteurs « avancent même l’idée qu’il n’y aurait pas des femmes dans ce champ avant 1945 » (p. 21). En réalité, 46 femmes ont publié des articles dans La réforme sociale, périodique de la SES entre 1890 et 1930, et ce sur trois thèmes : l’enseignement ménager, l’éducation des femmes ou le rôle social de la femme et le travail des femmes dans l’industrie, les syndicats féminins ou les œuvres philanthropiques féminines. Les femmes et leurs communications lors de séances y sont nombreuses (72). A contrario, comme le montre l’auteure, la présence des femmes dans SISS et sa revue, La science sociale, est moins importante du fait que ce réseau n’organise pas de séances publiques comme la SES. L’importance de la question du « rôle social des femmes » dans les réseaux leplaysiens et le Musée social semble résulter de l’intérêt que porte à ce thème Emile Cheysson, membre très influent de la SES, fondateur du Musée social, membre de l’Institut international de sociologie et assistant régulier des séances de la Société de sociologie de Paris (SSP).

5Charron consacre son deuxième chapitre à la SES afin d’identifier les trois groupes d’intellectuelles « légitimes » (majoritairement catholiques, bourgeoises et non professionnelles), représentés dans les congrès et séances leplaysiens : les présentatrices d’œuvres et les pionnières du travail social, les spécialistes de la morale et du travail féminin et les monographes. Leur grande légitimité tient à « leur défense d’un idéal moral et social bourgeois qu’elles se proposent de diffuser et dont elles sont partie prenante du fait de leur appartenance aux classes dominantes » (p. 69). Elles sont « légitimes » parce qu’elles s’identifient au « rôle sociale de la femme » et surtout se positionnent en dehors de la science. Dans leurs discours, le droit au travail et aux activités professionnelles est reconnu à certaines femmes (célibataires, veuves…) à l’exclusion des femmes mariées qui doivent se consacrer à l’entretien des membres de leur famille. Dans cette partie, H. Charron rapporte également que, si ces femmes « légitimes » publient des articles et monographies et participent à la recherche empirique, leurs travaux ne suscitent aucune controverse. C'est que leur légitimité intellectuelle dans ces espaces repose avant tout sur leur propension à assumer une place « complémentaire » à celle des hommes et conforme aux « qualités » reconnues comme « naturellement » féminines. L’auteure montre enfin que le discours de ces femmes en défense de la division du travail entre les sexes, entre autres, ont eu comme conséquence qu’après la Première Guerre mondiale les femmes n’ont pratiquement plus participé à ces discussions. Parmi ces « figures féminines légitimes », on trouve de nombreuses anti-féministes.

6La deuxième section du livre étudie les figures féminines de la transgression, c’est-à-dire des femmes plus connues dans les réseaux militants et intellectuels féministes comme Clémence Royer ou Céline Renooz. Majoritairement « républicaines, féministes et professionnelles », elles adoptent toutes deux, dans le champ intellectuel, des positionnements transgressifs vis-à-vis des normes sexuées. Malgré sa notoriété, Royer, qui est admise à la Société d’Anthropologie de Paris (SAP), n’est pas acceptée par l’Académie des sciences morales et politiques. Comme le relève Charron fort à propos, la reconnaissance dont elle bénéficie n’est pas substantielle et attachée au contenu de ses théories mais plutôt formelle et due à sa qualité exceptionnelle d’auteure et aux postes institutionnels qu'elle a occupés, un fait rare pour les femmes à cette époque. A la fin de sa vie, elle écrit: « victime de préjugés qui s’opposent encore au développement intellectuel de la femme, j’ai travaillé toute ma vie sans récompense…. j’ai eu le malheur de naître femme, j’ai manqué de tous les moyens d‘exprimer, de répandre ma pensée et je n’ai fait que la moindre part de ce que j’aurais pu faire » (p. 198). Les autres femmes, innombrables, que l’on « retrouve » grâce à cet ouvrage, comme Jeanne Schmahl et sa proposition d’une science féministe, Marguerite Souley-Darqué, ou encore Lydie Martial, sont beaucoup moins connues. À cet égard, Charron montre que « plus les intellectuelles étudiées s’inscrivent dans une perspective féministe militante radicale, moins la valeur de leurs analyses sociologiques est reconnue ». Les discours des féministes les plus radicales provoquent alors, comme dans le cas de Madeleine Pelletier, « l’expression des pires affirmations naturalistes sur les relations entre les sexes » (p. 296).

7En définitive, H. Charron retrace, dans cette partie, les développements intellectuels de femmes dont l'engagement féministe leur a valu d’être rejetées des champs politique ou scientifique. Le monopole des hommes s'étend alors en effet jusqu’à l’analyse elle-même du mouvement féministe, dont ils définissent les formes légitimes. La contribution de l’auteure est ici d’autant plus louable qu’elle nous fait découvrir nombre de figures féministes ayant transgressé les normes de genre imposées à leur sexe et remise en cause la pensée naturaliste dont ces normes procèdent. On s’étonne alors que ces femmes et leur travaux ne soient redécouverts que de nos jours alors qu'il s'agit là d'une période très étudiée en France, notamment grâce aux figures de Durkheim, Mauss et d’autres collègues de la Société de sociologie de Paris, du Musée social ou d’autres institutions reconnues dans le champ. Comme le montre Charron citant Mauss, « nous n’avons fait que la sociologie des hommes et non pas la sociologie des femmes, ou des deux sexes » (p. 387).

8La dernière partie sur la banalisation de l’étudiante et professionnalisation du travail intellectuelle féminin (1914-1940) rend compte des transformations structurelles du champ, intervenues avec l’augmentation du nombre de femmes diplômées en sciences sociales. Après 1914, le nombre de femmes et de travaux féminins publiés dans les périodiques diminue fortement, et les femmes non diplômées cèdent leur place aux diplômées. Les femmes qui apparaissent dans cet espace de savoir entre 1890 et 1940 « occupent les positions les plus proches des pôles de l’hétéronomie et de l’hétérodoxie, la perspective qu’elles développent ne parvenant pas à s’imposer comme suffisamment neutre et « objective » pour être reconnu comme sociologiquement pertinente » (p.415). À mesure que la sociologie se redéfinit comme théorique, les femmes sont dirigées et s’orientent vers le travail social ou d’autres espaces d’action pratique. Charron nous montre que malgré l’accumulation de capitaux scolaire et intellectuel, qui inscrits les femmes de plus en plus au cœur des problématiques légitimes, celles-ci continuent d’être exclues de la théorisation sociologique. Les discours sur les compétences respectives des hommes et des femmes ont également évolué, tout en confirmant l’opposition féminité-intellectualité. Si, dans un premier temps, les discours ont porté sur l’émotivité et la sensibilité des femmes, ils se concentrent ensuite sur leurs compétences « pratiques » mises en oeuvre dans leurs terrains empiriques et documentaires, par opposition aux compétences théoriques et analytiques.

9Dans cet ouvrage, Hélène Charron multiplie les exemples de réactions négatives déniant toute légitimité scientifique et sociologique aux travaux de femmes et renvoyant ces travaux au champ politique et à l’irrationalité dont ils procèderaient. A travers les trajectoires des femmes scientifiques, l’auteure identifie quatre conditions à la construction de leur légitimité scientifique : le capital scolaire et intellectuel, l’inscription de leurs travaux dans le cadre d'institutions spécialisées, l’investissement dans ces espaces et l’absence de contestation des inégalités de genre, surtout celles structurant le champ des sciences sociales et du savoir.

10Les deux limites que l'on pourrait évoquer sont, tout d'abord, la trop grande ambition de l'auteure quant à la diversité des thèmes étudiés et auteur.e.s référencé.e.s qui rend la lecture complexe et nous fait regretter l'absence d'un index d'auteur.e.s. Par ailleurs, il est surprenant qu’il ne soit fait ici aucune mention des travaux pionniers de Margaret Rossiter sur la place des femmes dans l’histoire des sciences aux Etats-Unis, alors que l’on doit à cette dernière le concept d’ « effet Matilda » - en contrepoint de l’ « effet Matthieu » dû à Robert Merton - développé pour caractériser le déni ou tout au moins le manque de reconnaissance des contributions des femmes dans les sciences. Malgré sa reconnaissance dans le champ intellectuel, Rossiter a dû attendre 1989 (13 ans après sa thèse) pour obtenir un poste.

11En somme, ce livre représente une référence incontournable pour les chercheur.e.s travaillant sur l’histoire de la sociologie française de l’époque. Il a de plus le mérite de pouvoir être lu non seulement par les étudiant.e.s intéressé.e.s par l’histoire, la sociologie ou le féminisme, mais plus largement par toutes les personnes intéressées par la genèse des sciences sociales françaises. Un livre fourmillant de détails et de découvertes qui donnent envie de redécouvrir l’histoire de nos disciplines à l’aide des outils des études féministes et du genre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Espinola Artemisa Flores, « Les formes de l’illégitimité intellectuelle. Les femmes dans les sciences sociales françaises 1890-1940 », Genre, sexualité & société [En ligne], Analyses et comptes-rendus, mis en ligne le 14 décembre 2017, consulté le 14 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/gss/4049

Haut de page

Auteur

Espinola Artemisa Flores

Docteure en sociologie
Centre de Recherches Sociologiques et Politiques de Paris (CRESPPA), équipe Cultures et Sociétés Urbaines (CSU)

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals