Navigation – Plan du site
Dossier
Articles

De la cure des âmes à l’évangélisation des corps. Le CLER Amour et Famille : classes dominantes et morale sexuelle

From the cure of souls to the evangelization of bodies. CLER Amour et Famille : dominant classes and sexual morality
Gauthier Fradois

Résumés

Essentiellement composé de femmes de la fraction catholique des classes dominantes, le CLER Amour et Famille travaille à la promotion des méthodes « écologiques » de régulation de la fertilité. Constituée en 1961 contre l’ouverture des premiers centres du Mouvement français pour le planning familial et adossée à l’autorité millénaire du Vatican, cette association confessionnelle intervient dans les établissements scolaires du secteur privé afin d’y dispenser par une « éducation affective, relationnelle et sexuelle » des représentations de la famille fondée en nature. Cet article rend compte des logiques pratiques de ces militantes de l’Amour qui concourent aux luttes pour l’imposition d’une définition légitime du sens de la sexualité, par l’analyse de trajectoires biographiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Présentée comme plus performante que la méthode Ogino, elle permet, en observant quotidiennement l’ (...)
  • 2 Cette méthode est fondée sur l’observation de la glaire cervicale comme symptôme de la fécondité. P (...)

1Thérèse Hargot, porte-parole autorisée de la morale catholique légitime en matière de sexualité, fait figure d’égérie moderne, jeune et souriante, dans les luttes portant sur la définition des structures et des représentations de l’institution familiale. Fervente pourfendeuse de la pornographie et prosélyte de la fidélité conjugale, elle incarne un « néo-féminisme » différentialiste, centré sur les méthodes naturelles de régulation des naissances présentées comme respectueuses de l’écosystème des femmes et de l’environnement, et échappant au contrôle du pouvoir médical et des firmes pharmaceutiques. De l’Université d’été de la Manif pour tous à la conférence TED, des interventions en éducation affective, relationnelle et sexuelle (EARS) dans des établissements scolaires privés à la promotion de ses ouvrages sur les plateaux de télévision, son activité professionnelle et idéologique trouve pourtant ses conditions sociales de possibilité dans l’institutionnalisation à partir des années 1960 d’une opposition catholique à la diffusion de la contraception hormonale, le CLER. Reconnue comme commission spécialisée de l’Association Saint-Luc des médecins catholiques en avril 1962, l’association échoue pourtant à s’établir comme structure de recherche médicale concurrente du collège des médecins du Mouvement français pour le planning familial (MFPF) mais parvient à s’imposer comme la principale institution dispensant des préconisations sur les mœurs sexuelles aux élèves de l’enseignement privé. Le CLER contribue ainsi à revaloriser la sexualité dans les milieux catholiques en s’organisant autour de la promotion de la méthode des températures1, puis de la méthode Billings2. Produit d’interactions entre médecins catholiques et professionnels de la manipulation des biens du salut, la substitution d’une référence écologique (Bertina et Carnac, 2013) donc positive – la régulation naturelle de la fécondité –, à une approche privative de la sexualité donc négative – l’abstinence périodique –, est une des conditions symboliques qui rend possible cette entreprise d’évangélisation de laïques catholiques intéressées à la défense des valeurs familiales.

  • 3 Invité au Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI le 9 février 2014, Jean-François Copé, inquiet pour l’éducat (...)
  • 4 Pour exemples, voir MAYEUR Jean-Marie, « Catholicisme intransigeant, catholicisme social, démocrati (...)
  • 5 Elle s’insère plus largement dans un travail de thèse portant sur l’histoire de la mise en place de (...)

2La loi autorisant le mariage entre personnes de même sexe, l’adoption homoparentale, les débats sur l’introduction de la « théorie du gender » à l’École, ou bien encore la question de la gestation pour autrui ont favorisé la construction d’un espace d’interdépendance tactique réunissant diverses associations intéressées à la préservation ou à la restauration de l’ordre social et politique (Agrikoliansky et Collovald, 2014, 11). S’il est trompeur de vouloir expliquer, par exemple, la prise de position de Jean-François Copé relative à l’ouvrage Tous à poil !3 par son appartenance à la droite (Le Bohec et Le Digol, 2012) sans appréhender sa position de candidat potentiel à l’investiture de son parti pour les élections présidentielles en 2017, il est tout autant illusoire de chercher les clés de compréhension de l’engagement des manifestant·e·s en les répartissant selon la nature de leur rapport à l’Église, par catégories de pratiques religieuses ou de représentations, alors qu’il s’agit justement d’expliquer ces pratiques et ces représentations. Ainsi, les opposants à l’avortement se caractériseraient par leur affiliation à des courants catholiques traditionalistes, intégristes ou intransigeants – selon la classification utilisée – positionnés à l’extrême-droite de l’échiquier politique, ce qui expliquerait leur représentation réactionnaire de l’ordre social et leur investissement dans le mouvement pro-vie. Comment contourner cette approche topographique qui constitue, dans un mouvement circulaire, des modes d’appartenance au catholicisme en catégories d’analyse, elles-mêmes envisagées comme principes explicatifs des schèmes de perception au principe des catégories de la pratique ? L’analyse biographique d’intervenantes en EARS de l’association CLER Amour et Famille ayant pris dans l’ensemble part aux actions de la Manif pour tous, offre une possibilité heuristique pour s’affranchir de l’emprise des luttes de classements tendant à imposer la taxinomie légitime, donc les schèmes de perception légitimes à travers lesquels s’identifient des agents classés, et qui semblent irriguer la sociologie religieuse en voie d’institutionnalisation à partir des années 19604. Reposant sur la réalisation de quatorze entretiens avec des membres de l’association – hormis un ancien président de l’association au niveau national, général de brigade de l’Armée de terre retraité, et l’aumônier, Denis Sonet, il s’agit exclusivement de femmes – et douze observations d’intervention dans quatre établissements secondaires privés des Yvelines5, les premiers résultats de cette enquête permettent ainsi de spécifier des propriétés sociales qui prédisposent à l’engagement dans cette structure associative liée au développement du Vatican.

  • 6 Cette approche s’inscrit dans la piste de recherche proposée par Monique de Saint-Martin sur le déc (...)

3L’EARS, action pédagogique circonscrite à l’enseignement privé, s’inscrit dans un travail de promotion d’une technique du corps, la régulation de la fertilité par auto-observation, bien culturel produit par la fraction catholique de la classe dominante. Cette pratique distinctive trouve l’une de ses conditions sociales de réalisation dans l’ethos ascétique d’un groupe menacé de déclassement6 et dont le mode de reproduction repose sur l’institution familiale fonctionnant comme unité d’accumulation collective de capital. Il s’agit donc ici de décentrer le regard dans un premier temps, en proposant une esquisse de sociogenèse de cette entreprise de manipulation symbolique des conduites de la vie privée, structurée autour de la perte du monopole de la cure des âmes par les professionnels du champ religieux au profit des agents du champ médical dans les années 1960 (Bourdieu, 1985), puis en objectivant dans un second temps les logiques pratiques de deux militantes de cette association catholique qui concourt aux luttes pour l’imposition d’une définition légitime du sens de la sexualité.

Sociogenèse d’une institutionnalisation réussie

Politiques familiales et morale catholique

4La naissance du Centre de liaison des équipes de recherche ne peut se comprendre qu’en la restituant dans la configuration spécifique des politiques familiales des années 1950-1960. L’institutionnalisation d’un mode de gestion bureaucratique des populations après la Seconde guerre mondiale transforme l’espace des luttes pour l’imposition de la vision légitime de la famille (Lenoir, 2003, 393). La mobilisation d’une fraction de la bourgeoisie, intéressée par la diffusion de la contraception et par une redéfinition du rôle des mères (Garcia, 2011), transforme l’équilibre des relations d’interdépendance entre les différentes instances travaillant à la perpétuation de l’institution familiale. En contestant le monopole de régulation professionnelle du Conseil de l’ordre des médecins instauré sous Vichy (Garcia, 2006), le MFPF contribue à moderniser la morale familiale par un travail de rationalisation de la sexualité à partir du milieu des années 1950 tout en concurrençant l’Église pour la gestion de la fécondité des classes populaires. L’intervention de Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé à l’Académie des sciences morales et politiques en mars 1955, représentante reconnue de ce mouvement de revendication de la libéralisation de la contraception, suscite l’opposition d’organisations natalistes – notamment l’INED – et de catholiques.

  • 7 Il entreprend de réfuter les « allégations mensongères » qui contestent à la fin du XIXème siècle l (...)
  • 8 Il est fait mention de cette fonction dans le bref récit du mariage d’Arnaud de Lestapis avec Odett (...)
  • 9 Stanislas de Lestapis fait œuvre d’exégèse des positions en matière de démographie et de sexualité (...)
  • 10 Voir l’affaire Paul Chanson comme exemple de résistance ecclésiastique aux prétentions d’exégèse pr (...)
  • 11 Les polémiques autour des ouvrages d’orientation psychanalytique du prêtre Marc Oraison en sont un (...)

5Le jésuite Stanislas de Lestapis, professeur spécialisé sur la famille et la démographie à l’Institut d’études sociales, publie ainsi deux articles dans des revues catholiques en 1956 (De Lestapis, 1956). Premier aumônier du CLER, il est issu d’une famille originaire du Béarn, soucieuse de la légitimité de son appartenance à la noblesse (De Lestapis, 1955). Composée, au 19e et au 20e siècles, d’officiers militaires, de négociants en vins, d’exploitants agricoles, de parlementaires ou encore de conseillers généraux, l’unité domestique fait office de maison de notables locaux. Quatrième d’une fratrie de cinq enfants et fils d’un père, inspecteur général honoraire des haras et chevalier de la légion d’honneur, Stanislas de Lestapis naît en 1903. L’aîné, Arnaud, fait œuvre de généalogiste local (De Lestapis, 1981), d’historien de la Révolution française (De Lestapis, 1969) et s’acquitte de son devoir de représentant du patrimoine domestique en défendant la noblesse du sang familial7, dans une région où domine le droit d’aînesse intégral, selon le modèle de la famille-souche (Burguière, 2000 ; Bourdieu, 2002). Deux des trois autres frères meurent à la guerre, l’un en 1917 à 19 ans, l’autre en 1940 à 33 ans, célibataire et capitaine d’infanterie coloniale, tandis que le troisième meurt à l’âge de cinq ans. Secrétaire du général Foch8, puis nommé et formé à l’Action populaire à partir de 1938, Stanislas de Lestapis acquiert ses compétences sur les questions familiales en contribuant à l’entreprise éditoriale de la revue Cité Nouvelle qui participe à la légitimation spirituelle de la réforme morale pétainiste (De Lestapis, 1941 ; Rocher, 1995) ajustée à la doctrine sociale de l’Église. Disposant d’une légitimité d’expert catholique dans le champ bureaucratique, assuré tant par sa collaboration avec l’INED (De Lestapis, 1952 et 1954) que par le crédit symbolique conféré par le Vatican à l’Action populaire pour sa fidélité à l’égard du Magistère pontificale (Fouilloux, 2004)9, il officie comme observateur du Saint-Siège aux Conférences mondiales sur la population de Rome en 1954 et de Belgrade en 1956 (De Gensac, 1985). Surtout, Stanislas de Lestapis participe dès la session inaugurale, en 1963, à la Commission pontificale sur le contrôle des naissances, chargée d’étudier la possibilité d’infléchir l’enseignement catholique sur l’usage du contrôle artificiel des naissances. Il se positionne en faveur de la thèse de l’infaillibilité de la doctrine traditionnelle, donc contre sa révision (McClory, 1998, 84), et prend part à la rédaction du « rapport de la minorité », soutenu par le pro-préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi, le Cardinal Ottaviani, pour contrer le consensus majoritaire obtenu lors de la cinquième et dernière séance en 1966. Paul VI choisit la voie de la chasteté et se fond dans la vérité immuable du Magistère (Sevegrand, 2008). Cette réaffirmation du monopole de l’autorité centrale en matière de production doctrinale tend à résoudre une succession de crises institutionnelles impliquant laïcs (Sevegrand, 1995, 133-160)10 et clercs (Desmazières, 2013)11, en concurrence pour l’imposition du sens légitime de la sexualité et de l’amour conjugal. La promulgation de l’encyclique Humanae Vitae par un centre de domination ayant réussi à concentrer un capital symbolique d’autorité reconnue, confère au CLER un crédit symbolique mobilisable dans les luttes qui l’oppose au pôle modernisateur du sous-champ catholique français, composé des fractions les mieux dotés en capital scolaire des classes moyennes (Rousseau, 1982).

Éthique et techniques reproductives

  • 12 Le Général Pierre Lorenchet de Montjarmon, chef de groupement dans les Chantiers de la jeunesse fra (...)
  • 13 Outre la participation de Stanislas de Lestapis, on peut noter la présence à la quatrième session d (...)

6En concourant à renforcer une soumission d’oblation réciproque des époux autour du cycle féminin, la méthode des températures s’intègre dans la spiritualité conjugale et familiale développée au sein des foyers des Équipes Notre-Dame (Walch, 2002), mises en place à l’issue d’une première rencontre en 1938 de l’abbé Henri Caffarel et de quatre couples12, et dont la pédagogie « repose d’abord sur cette intuition qu’il ne fallait pas imposer une doctrine, au nom de l’autorité et de la supériorité du Magistère, mais tenter de l’élaborer dans la discussion et le dialogue entre les intéressés eux-mêmes et les prêtres garants de l’orthodoxie doctrinale » (Walch, 2011, 155). Né en 1903 dans une riche famille de la bourgeoisie catholique lyonnaise spécialisée dans le commerce de la soie et du textile, Henri Caffarel abandonne des études de droit pour des raisons de santé, s’engage dans l’action catholique et s’oriente vers une carrière d’homme d’Église. Formé auprès de Vladimir Ghika, proche de Jacques Maritain, il est ordonné prêtre en 1930 puis nommé au secrétariat de la Jeunesse ouvrière chrétienne pendant trois ans. Après avoir été chargé des relations avec la radio et le cinéma au sein du secrétariat général de l’Action catholique, Henri Caffarel se consacre à l’apostolat des laïcs mariés, et fonde les Équipes Notre Dame, puis les Centres de préparation au mariage qui fourniront les assises institutionnelles des centres de documentation locaux engagés dans la promotion de la méthode des températures auprès des couples (entités constitutives du CLER). Il contribue, au titre de consulteur de la Commission pour l’apostolat des laïcs, aux travaux préparatoires du concile Vatican II qui consacre la glorification de Dieu à travers l’amour conjugal et la sanctification mutuelle des époux dans l’encyclique Gaudium et Spes du 7 décembre 1965. La diffusion d’une technique contraignante ajustée à la stabilité des unions matrimoniales acceptée par l’Église et perçue comme plus efficace que la méthode Ogino – tant du point de vue médical que du point de vue politique, contre le MFPF – procède de la réappropriation par Stanislas de Lestapis et par les médecins grenoblois François et Michèle Guy, de l’expérimentation d’un médecin catholique nantais, Guy van der Stappen auprès de sa clientèle (Sevegrand, 1995, 189-192). Son application concrète sur une partie de la population de l’Île Maurice est présentée comme concluante par les époux Guy (Guy, 1968), alors chargés de lutter contre la surpopulation de l’île de décembre 1964 à décembre 1966. Préfacé par Alfred Sauvy et achevé avant la publication de l’encyclique sur la régulation des naissances, le manuscrit contribue à rendre cette méthode naturelle d’abstinence périodique suffisamment crédible comme technologie sociale de gestion des populations du tiers-monde alternative aux préconisations de l’International planned parenthood federation. La possibilité d’appliquer aux pays en voie de développement cet instrument nécessitant un encadrement pédagogique favorable au maintien de la domination cléricale, donc à la reproduction et à l’accroissement d’une clientèle catholique sur le marché des biens du salut (Turina, 2012), a contribué à l’orientation de l’encyclique Humanae Vitae13.

Alliance pédagogique entre médecins et prêtres catholiques

  • 14 Entretien à Saint-André-les-Vergers, le 01/06/2013

7Avec la libéralisation de la vente des moyens contraceptifs, officialisée par la loi Neuwirth, se mettent en place les conditions symboliques de possibilité pour la diffusion d’une morale sexuelle fondée sur un rationalisme scientifique et non plus religieux. Le problème de l’information sexuelle, promue dans la seconde partie des années 1960 comme un enjeu primordial pour la gestion sanitaire de la population, se construit dans les luttes entre « clercs » du champ médical (Maître, 1985) et du champ religieux pour définir le sens de la sexualité et ses modalités pratiques légitimes. Alors que le MFPF noue des relations avec les autorités de l’Éducation nationale en développant une offre de formation pour formateurs (Wolton, 1974) et en multipliant les conférences scolaires auprès des élèves, Denis Sonet succède à Stanislas de Lestapis comme aumônier du CLER en 1969 et contribue à la redéfinition des fonctions de l’association dans la division du travail d’entretien d’une morale familialiste catholique en l’intégrant durablement dans l’espace des organismes de formation au conseil conjugal et familial. L’éducation affective et sexuelle apparaît désormais comme un préalable nécessaire à la préparation au mariage pour l’évangélisation des cœurs et des corps. Né en 1926 à Plancher-les-Mines dans les Vosges et ordonné prêtre en 1951, Denis Sonet se forme auprès du père d’Heilly, dont il transforme l’enseignement en support pédagogique pour éclairer les couples des foyers de la Jeunesse agricole catholique dans son diocèse d’affectation, à Troyes. Réputé pour ses diapositives, au fondement de sa fortune comme forme d’accumulation primitive de capital de reconnaissance au sein de l’institution, il épouse avec fidélité la doctrine du Magistère en œuvrant au sein du CLER à la restauration du régime des certitudes de l’Église (Lagroye, 2006), par une production abondante de biens symboliques sur l’Amour et la vie de couple qui tend à l’imposition d’une définition positive de la sexualité dans le cadre du mariage, contre la pudibonderie dépassée des milieux catholiques. L’ajustement des dispositions de ce militant de la continence périodique au dessein temporel du pouvoir catholique trouve dans l’ethos ascétique familial l’une de ses conditions sociales de possibilité. Produit d’une trajectoire sociale ascendante tant du côté patrilinéaire – son grand-père paternel est ouvrier sur métaux, tandis que son père exerce comme employé de bureau dans l’administration d’une usine – que du côté matrilinéaire – son grand-père maternel, ouvrier sur métaux dans un premier temps, ouvre un café-épicerie, petite entreprise commerciale familiale qui lui permet l’accès à une condition d’indépendant, position héritée par sa mère qui gère une boucherie puis une pension de famille meublée sur la Côte d’Azur –, les valeurs du mérite et de l’effort au travail structure la socialisation de Denis. Alors que ses parents sont titulaires du certificat d’études primaires, il entre au petit séminaire de Luxeuil-Les-Bains à 11 ans dans le diocèse de Besançon, au moment où son frère jumeau accède au lycée. S’il justifie sa vocation précoce (6 ans) à la prêtrise comme un moyen d’échapper aux flammes de l’enfer, elle résulte surtout d’une rencontre entre stratégie familiale pour pérenniser son extraction de la chaleur des industries de transformation de métaux et s’écarter de la condition ouvrière, du « sale boulot dans les usines », destin social probable à Plancher-les-Mines dans la première moitié du 20e siècle, et travail de repérage du clergé au sein des patronages auxquels participe Denis (Suaud, 1974). Contrairement à la culture scientifique de son frère géologue, il acquiert une compétence cléricale générale au sein d’une école sacerdotale puis se spécialise dans la conduite morale de l’économie sexuelle familiale. Refusant les étiquettes de théoricien ou d’intellectuel, « celui qui est content quand il n’a pas été compris14 », il se présente comme un vulgarisateur et invoque le bon sens pour contester la pilule comme technique de gestion de la reproduction biologique. Dévoué à une institution à laquelle il doit son salut temporel et la légitimité d’une qualification charismatique dévolue par l’ordination, Denis Sonet prêche dans le secteur privé du système d’enseignement l’émerveillement d’une communauté amoureuse féconde, structurée par la complémentarité des différences biologiques et psychologiques de l’homme et de la femme dans le cadre du mariage. Il travaille ainsi, jusqu’à sa mort en septembre 2015, à l’imposition des schèmes classificatoires légitimes de perception du monde ajustées aux intérêts d’une clientèle profane qui y trouve une justification morale de ses conditions sociales d’existence, une sociodicée, que sert le Vatican en servant ses propres intérêts.

  • 15 Organisation Mondiale de la Santé, Renseignements sur les organisations non gouvernementales qui de (...)
  • 16 Le fondateur du mouvement, l’abbé Gaston Courtois, est un fervent promoteur de l’éducation à la pur (...)
  • 17 Entretien Michèle à Guy à Grenoble, le 1er décembre 2014

8Alors que la réception de l’encyclique soulève nombre d’objections catholiques (Della Sudda, 2016) – les débats sur l’infaillibilité du texte constituent sans doute un enjeu fondamental dans les luttes afférentes à la contestation de la domination symbolique du Vatican –, des évêques américains fondent et financent en 1969 la Human Life Foundation qui assure l’intégration au niveau international d’entreprises de cause nationales intéressées à la diffusion des méthodes naturelles de planification familiale. La structuration d’un espace de relations entre médecins catholiques (Rodrigo Guerrero, Claude Lanctot, John et Evelyn Billings, François et Michèle Guy, etc.) rend ainsi possible la circulation de savoir-faire médicaux mobilisables au sein de l’Organisation mondiale de la santé15, dans la concurrence qui les oppose aux médecins réunis dans l’International planned parenthood fédération. La délégation de la cure des âmes et des corps à ces nouveaux clercs laïcs – qui puisent leur prestige moins des positions qu’ils occupent dans le champ médical que du crédit symbolique que leur confère une instance fonctionnant comme banque centrale de capital symbolique – par les détenteurs du monopole de la manipulation des biens de salut s’institutionnalise dans la création en 1974 de la Fédération Internationale d’Action Familiale (International Federation for Family Life Promotion), présidée par Marie-Paule Doyle, présidente de l’association canadienne Séréna, tandis que François Guy, rémunéré à temps partiel, en assure la vice-présidence. Né à Grenoble en 1924, issu d’une famille d’avocat et second d’une fratrie de sept enfants, François Guy s’oriente vers des études de médecine puis exerce comme oto-rhino-laryngologiste (ORL) libéral. Confronté en tant qu’externe dans un service de gynécologie-obstétrique à des interruptions de grossesse illégalement provoquées, il prend l’initiative, « en recevant dans un bassin un fœtus de quelques mois, [de] le baptiser discrètement » (Guy, 2015, 16). Catholique pratiquant et membre de l’équipe diocésaine du mouvement Cœurs Vaillants16, François Guy rencontre Michèle Saillet, née à Chambéry en 1928, aînée de cinq enfants issus d’une famille d’experts judiciaires – son grand-père paternel est notaire et conseiller municipal à Boëge, son grand-père maternel est avoué à la cour d’appel de Chambéry, et son père exerce comme assureur – qu’il fréquente tant à l’hôpital pendant leur temps de socialisation professionnelle, qu’au Centre catholique universitaire. Ils se marient en 1951 en respectant scrupuleusement les étapes du rite matrimonial – « visite des parents du candidat (avec lui) chez les parents de la candidate (en sa présence) ; la demande officielle par le père du garçon de la main de la jeune fille à ses parents, l’annonce dans la Presse, la Messe de Fiançailles, la réunion familiale avec remise de la bague, etc. » (Guy, 2015, 20) – préparé dans un cadre catholique qu’ils perpétuent en participant après leur union aux activités du Centre de préparation au mariage à Grenoble puis dans l’équipe nationale avec Alphonse d’Heilly, ainsi que dans une Équipe Notre-Dame. Inculqués dès leur prime enfance par l’institution familiale, pérennisés au sein d’établissements secondaires catholiques et dans l’entre-soi socialisateur du scoutisme, et objectivés dans des pratiques militantes (JEC, Cœurs Vaillants, etc.), leurs schèmes de perception et d’appréciation du monde régis par les lois immuables d’un ordre naturel voulu par Dieu se réalisent dans un engagement militant structurant en partie leurs carrières professionnelles. Après avoir dispensé quelques cours à l’hôpital aux élèves infirmières et aux sages femmes suite à la soutenance à Lyon de sa thèse de médecine générale en 1956, Michèle exerce entre 1973 et 1993 comme médecin attaché au centre de planification et d’éducation familiale de la Clinique Obstétricale et Gynécologique du CHRU de Grenoble, dont le chef de service, le professeur Yves Malinas manifeste publiquement son hostilité à l’IVG, après une période d’activité maternelle – quatre enfants dont trois « Ogino17 » rapprochés entre 1952 et 1956. Elle participe à Grenoble avec son mari à la fondation du Service de Documentation Conjugale (SDC), issu du CPM, en 1961, quelques mois après l’ouverture du premier centre de planification du MFPF sous la direction du gynécologue Henri Fabre, son accoucheur, et contribue à la production du bulletin Amour et Famille du CLER ainsi qu’à la consolidation et aux formations de cette association après le départ d’une partie de ses adhérents qui instituent en 1966 la Fédération Nationale Couple & Famille, structure associative aconfessionnelle, indépendante des autorités cléricales. Contre les mobilisations en faveur d’une modification de la législation sur l’avortement, le couple s’investit dans une entreprise de dissuasion (Devreux, 1982) en créant Grossesse-Secours en 1973, pour « mener une action positive en faveur de la femme enceinte tentée de recourir à l’avortement » (Guy, 1979, 50) par la réalisation d’entretiens pré-ivg et un service d’encadrement dans des familles d’accueil pour que de futures mères en difficulté mènent à terme leur grossesse, adossée à une prise en charge psychologique de l’Institut de Recherche sur l’Enfant et le Couple (IREC). Créé la même année, cette structure dirigée dans un premier temps par François Guy assure la formation des conseillères conjugales du SDC – dont la supervision ressort de la compétence du psychanalyste André Ruffiot enseignant la psychologie clinique à l’université de Grenoble II et spécialisé dans la thérapie psychanalytique du groupe familial – et l’organisation de cycles de formation aux méthodes d’auto-observation. L’exercice libéral du métier d’ORL est scandé par les engagements militants de François délaissant sa clientèle pour promouvoir, avec son épouse, les méthodes de régulation de la fertilité légitimées par l’Église (Île Maurice entre 1964 et 1966, en charge du secrétariat général de l’IREC en 1973, etc.). Élu au conseil municipal de Grenoble entre 1959 et 1964 sur la liste du chirurgien Albert Michallon (Union pour la nouvelle République), membre du Conseil de l’Ordre des Médecins de l’Isère, président de l’Association syndicale des médecins de l’Isère, il accumule, avec son épouse, un volume de capital d’autochtonie (Tissot, 2010) dont la maximisation du taux de profit symbolique réalisée dans des structures internationales (vice-présidence de la FIDAF en 1974, présidence de la branche européenne de la FIDAF en 1977, à laquelle lui succède Michèle en 1983, consultant pour la zone Afrique) les rapprochent du centre du pouvoir catholique (participation au Comité Pontifical pour la Famille créé en 1973 par Paul VI, nomination comme adjoints au secrétaire du synode sur la famille en 1980, rencontres du cardinal Karol Wojtyla en 1978, etc.), gardien du charisme d’institution, et source de production et de circulation de crédit symbolique mobilisable dans les luttes locales entre coreligionnaires laïcs. Cinquante ans après sa naissance puis sa consécration, le CLER s’est établi dans le sous-champ catholique français, grâce à l’activité de ses bénévoles, comme une institution prédominante en matière de morale familiale.

Institution scolaire et morale familiale : l’EARS

  • 18 L’inverse est vrai au Planning familial. Fortement valorisée, l’appropriation du titre « militant » (...)
  • 19 Cette mise à distance du militantisme a également été utilisée par une enquêtée du CLER pour se dis (...)
  • 20 Données présentées sur le site de l’association : www.cler.net/Nous-connaitre/Nos-Equipes. Consulté (...)
  • 21 Promulgué le 25 juillet 1968 par le pape Paul VI, ce texte prend position contre les méthodes artif (...)
  • 22 Hormis quelques rares exceptions, l’association regroupe exclusivement des femmes.

9L’usage de l’attribut « militant » lors des entretiens désigne négativement pour les enquêtées18 l’attitude des intervenantes d’associations concurrentes comme le Planning familial en suggérant leur manque d’objectivité, donc de professionnalisme19. Pourtant l’analyse des formes d’engagement des adhérentes au CLER Amour et Famille n’est pas sans rappeler les origines théologiques du substantif ‘‘militant’’ (Fillieule et Pudal, 2010, 163). Structure associative affiliée à la conférence des évêques de France et membre de la pastorale familiale catholique, cette organisation qui déclare regrouper 400 éducateurs, 170 conseillers conjugaux et familiaux et 75 moniteurs en planification familiale naturelle répartis dans 75 équipes locales20, œuvre à la propagation d’une représentation de la sexualité nécessairement intégrée à un projet familial stable, fécond et institué autour du sacrement du mariage. S’enracinant dans la théologie du corps développé par Jean-Paul II (Sevegrand, 2002), et vulgarisé par Yves Semen (Semen, 2004 et 2010), la vocation apostolique de ces missionnaires de l’Amour chrétien repose sur un travail d’évangélisation de la sexualité, effectué auprès de couples et d’élèves de l’enseignement privé. Présentée comme une forme de rationalisation prophylactique, la précocité de cette action pédagogique auprès des jeunes permettrait de prévenir de potentielles futures déviances conjugales. Surtout, cette mise en pratique éducative des orientations vaticanes en matière de sexualité, depuis Humanae Vitae21, tend à diffuser une morale familiale objectivée dans une technologie sexuelle favorable à la reproduction – biologique et sociale – du corps des fidèles. Ce rôle reste principalement dévolu aux femmes22 qui agissent encore aujourd’hui comme un instrument du maintien de l’influence de L’Église dans les familles.

  • 23 Entretien réalisé le 06/03/2013. À l’exception des responsables du mouvement, les noms des interven (...)
  • 24 Intervention du 15/11/2012 dans un collège privé au Chesnay
  • 25 Intervention du 20/11/2012 dans un collège privé au Chesnay

10L’investissement bénévole au CLER rend possible l’équilibre entre la maturité d’une carrière d’épouse-mère vécue comme l’épanouissement harmonieux d’un destin naturel et la vocation apostolique de laïques qui trouvent dans la doctrine catholique officielle en matière de morale sexuelle un modèle familial favorable à la sauvegarde d’une trajectoire collective menacée. Née en 1957, Clotilde23 se présente spontanément comme « mère de famille et grand-mère », même si elle a « commencé par faire du secrétariat comptable » pendant trois-quatre ans, après avoir suivi des études de secrétariat à Paris. Elle réalise sa scolarité à Charles Péguy puis à Daniélou, établissement spécifiquement fondé pour apprendre aux femmes de la bourgeoisie et de l’aristocratie à « transmettre les traits fondamentaux de la culture du groupe » (Le Wita, 2001, 94) tout en leur assurant un statut de femme éduquée, intelligente et attentive à la mission spirituelle qui incombe à leurs futurs rôles d’épouse et de mère. Issue d’un milieu de cadre supérieur – son grand-père maternel est ingénieur, et son père, cadre des services généraux dans une entreprise –, Clotilde contribue à reproduire la division sexuelle du travail au sein du groupe familial en poursuivant l’engagement missionnaire de sa mère – qui ne travaille pas malgré sa formation de bibliothécaire – comme visiteuse de malades dans les hôpitaux. « Très motivée spirituellement », catéchète pendant 20 ans, et assistante cheffe de groupes aux Scouts unitaires de France pendant 5 ans avec son mari, elle découvre le CLER lors d’une session de communication de couple. Après deux ans de formation, Clotilde intervient régulièrement en tant qu’éducatrice à la vie au sein de l’équipe de Versailles dans les établissements privés des alentours. Il s’agit alors d’y promouvoir les méthodes de contraception naturelle et l’Amour durable, tout en faisant réfléchir les élèves sur le sens de la sexualité. Lors d’une séance en classe de 3e regroupant dix filles pendant 1h5524, la mise en œuvre d’un brainstorming sur le thème « amour et sexualité » offre à Clothilde un cadre ludique pour dispenser des préceptes moraux ajustés à ses schèmes de perception de l’ordre social. Après avoir précisé qu’une femme est d’autant plus désirable qu’elle est féconde, comme dans le règne animal, elle leur expose la méthode Billings en suggérant qu’elles pourraient dès-à-présent noter sur un carnet le déroulement de leur cycle pour une possible utilisation future. Si la curiosité dans le domaine sexuel semble tout à fait naturelle, la pornographie peut en revanche créer une dépendance, au même titre que la drogue ou l’alcool et produire des violences dont seraient victimes les femmes. Le sentiment amoureux relève d’une volonté progressivement construite et d’une décision qui s’épanouit dans l’institution matrimoniale. Véhiculant des représentations de la sexualité fondées sur une altérité des sexes ancrée dans les assises biologiques d’un ordre naturel et éternel, Clotilde assigne à l’appareil génital une fonction de plaisir orientée vers la construction d’une famille procréatrice. Chahutée par un groupe de 9 garçons lors d’un brainstorming sur le même thème25, elle écarte les pratiques sexuelles jugées anormales – sodomie, zoophilie, scatophilie, gang bang, etc. – énoncées de manière provocante et récréative par les élèves en restreignant la discussion au domaine de l’affectivité raisonnée – amour, tendresse, projet, bébé, etc. La relation sexuelle, acte magnifique « aux conséquences très importantes », s’envisage ici dans la durée d’un engagement sincère qu’il faut savoir attendre, mûrir et méditer.

  • 26 La situation d’observation définit la production des données analysées en contraignant l’intervenan (...)
  • 27 Entretien réalisé le 21/03/2013
  • 28 La dernière est encore au lycée.
  • 29 Sur les stratégies de reconversion scolaire de la noblesse, notamment vers des professions de repré (...)
  • 30 Sur les courants catholiques qui émergent à partir des années 1970, cf LANDRON Olivier, Les Communa (...)
  • 31 Une enquête sur les propriétés sociales des élèves concernés (établissements privés de la banlieue (...)
  • 32 Intervention du 04/12/2012 dans un collège privé au Chesnay

11Si la chasteté avant le mariage n’est jamais explicitement exposée comme un idéal à atteindre qui favoriserait l’acceptation d’une technique d’abstinence périodique après le mariage26, elle correspond pourtant bien à la morale ascétique et aux positions conservatrices – l’association se caractérise par exemple par son refus unanime de l’avortement – de fractions en déclin de la classe dominante. L’ethos aristocratique des familles de la noblesse fournissant officiers militaires pour la défense temporelle de l’État et clercs pour la défense spirituelle de l’Église, prédispose à l’acquisition de cette pratique distinctive. Née en 1960, Éléonore est mariée à un juriste exerçant au groupe de presse catholique Bayard. Engagée au CLER depuis le début des années 1990 comme monitrice en planification familiale naturelle (elle reçoit des femmes ou des couples pour leur apprendre les MAO) puis comme éducatrice à la vie, elle occupe les postes de Vice-présidente et de Responsable de la vie associative. Le message de l’Église sur l’amour et le problème éthique de la régulation de la fertilité qui propose une qualité de relation et d’échange, une « garantie de non-usure », l’habite, dit-elle27. Après une scolarisation à l’Institut de l’Alma (privé et catholique), connu pour la diversité de son offre d’enseignement en langues étrangères, Éléonore suit une formation d’infirmière à l’École de la Croix-Rouge pendant trois ans, puis part travailler à l’étranger, à domicile et en dispensaire, avant d’interrompre un début de carrière professionnelle à la naissance de son premier enfant. Mère de cinq enfants, elle est issue, par sa mère, d’une veille famille de la noblesse auvergnate, de tradition militaire, symboliquement consacrée par l’inscription du patronyme au catalogue de la Noblesse française (Valette, 2007). Une de ses trois sœurs, ancienne présidente en France du Mouvement mondial des mères, fonde une société de conseil pour accompagner les femmes dans leur rôle de mère, la deuxième est missionnaire de la Charité alors que la troisième travaille auprès de personnes âgées. Deux de ses trois filles exercent une activité para-médicale dans le secteur des enfants handicapés28, tandis que ses deux fils passent par une école de commerce29. Engagée dans une communauté du Renouveau charismatique depuis 16 ans, le Verbe de vie30, où elle anime avec son mari une Maison de l’Alliance – une communauté de prière – Éléonore est très investie auprès des jeunes. Elle trouve ainsi dans l’EARS un instrument pour diffuser les représentations de la morale sexuelle et du modèle familial qui sont les mieux ajustés aux stratégies de reproduction de son propre groupe social. Par une forme de domination pédagogique douce consistant à provoquer des réponses accordées à des questions sciemment formulées – en définissant l’avortement comme l’action de « décrocher un bébé », il est compréhensible que des élèves de 3e d’un établissement catholique de l’Ouest parisien répondent « mal » à la question « comment vous imaginez qu’une fille vit un avortement ? » – Éléonore suggère des catégories de perception sans les imposer, en travaillant à les faire « découvrir » au public scolarisé31. Il s’agit de redéfinir l’adolescence comme un temps d’attente, propice à l’amitié, à la découverte continente de l’autre sexe et de ses spécificités catégorisées selon des stéréotypes genrés – les filles étant présentées comme plus sentimentales que les garçons, eux-mêmes plus attirés par le physique, du fait de l’extériorité de leurs organes génitaux, et donc de leurs plus fortes pulsions –, tout en résistant aux incitations des pairs expérimentés, nécessairement vantards, et des diktats lucratifs de l’industrie pornographique32. Le principe de vision et de division définissant la différence entre le masculin et le féminin correspond à la division sexuelle du travail intériorisée au sein de l’unité domestique où la virilité militaire masculine trouve son salut dans la prévenance maternelle féminine.

  • 33 On retrouve cette même tension entre bénévolat et salariat au sein du Planning familial dès le mili (...)
  • 34 Cet aspect a été évoqué à plusieurs reprises lors des entretiens. Il ne s’agit néanmoins que d’une (...)
  • 35 Jean-Eudes Tesson, « La sainteté dans nos relations », Vidéo de Dirigeants Chrétiens publié le 13/1 (...)
  • 36 Son frère, Bruno Tesson, vétérinaire reconvertit en formateur au métier de dirigeants déclare à la (...)
  • 37 Représentant du MEDEF : membre de la commission ’’Respect de l’homme’’ et président du groupe de tr (...)

12L’engagement bénévole de ces entrepreneuses de morale relève d’une tradition philanthropique des femmes de l’élite catholique qui tend aujourd’hui à s’effriter. La tension au sein de l’association concernant les revendications émergentes de rémunération des éducatrices et des conseillères conjugales33, peut en partie s’expliquer par l’histoire de la structuration de cette activité qui n’est toujours pas parvenue à obtenir de l’État une consécration symbolique suffisante, un diplôme, pour définir efficacement ses frontières au sein de l’espace des thérapies psychiques (Philippe, 2007). Mais ces demandes de rétribution correspondent également à la nécessité pour ces femmes, dont le père occupait généralement un poste de cadre supérieur (assurance, ingénieur, banque), de militaire ou de chef d’entreprise familiale (agriculture, bâtiment), de contribuer aux ressources économiques du foyer dans l’actuelle conjoncture économique perçue comme difficile34. Socialement prédisposées à occuper ces postes mal définis, donc favorables à la valorisation du capital culturel incorporé, et familières de la culture d’entreprise, il s’agit pour elles d’échapper à un déclassement potentiellement inscrit dans la trajectoire collective du groupe dont la position dans la structure des rapports de classe repose sur un mode de reproduction à dominante familiale, à un moment où les politiques néo-libérales tendent à remettre en cause la redistribution par l’État d’avantages fiscaux concernant les familles nombreuses. Il est significatif que plusieurs enquêtées dénoncent le rythme excessif du travail en entreprise responsable d’une mauvaise parentalité. L’apaisement de cette tension entre sphère familiale et activité professionnelle, qu’il faut savoir concilier, s’il offre une possibilité d’investissement professionnel sous la forme de conseils prodigués contre rémunération (coaching), n’en demeure pas moins un thème privilégié du catholicisme social. Prônant la chasteté dans les rapports de travail, comme « sainteté de la relation avec l’autre35 », et proposant une vision paternaliste de l’articulation entre vie professionnelle et vie familiale, Jean-Eudes Tesson appartient à la fraction catholique du patronat attaché à un mode de reproduction à dominante familiale, dominée dans le champ de production économique36. Ingénieur diplômé de l’École Centrale de Paris et président du groupe Tesson (entreposage frigorifique, stockage de vin et développement d’un logiciel de gestion d’entrepôts logistiques), conseiller conjugal et ancien président du CLER Amour et Famille, sa multipositionnalité37 favorise la circulation, au sein de différents espaces sociaux, de cette morale familialiste catholique rénovée qui trouve l’un de ses principes de légitimation dans le soutien officiel du Magistère de l’Église depuis la promulgation en juillet 1968 de l’encyclique Humanae Vitae. Le refus de reconnaître légitimes les moyens de contraception artificielle a en effet permis au CLER de s’imposer comme une institution dominante dans la gestion du couple et de la sexualité au sein du sous-champ catholique français en se fondant sur l’autorité symbolique du Vatican.

Conclusion

13Le recours à la méthode biographique comme reconstruction rétrospective d’une trajectoire individuelle ne délivre sa portée heuristique qu’encastrée dans la trajectoire collective d’un groupe dont le mode de reproduction dépend ici moins du capital scolaire que des ressources collectives accumulées, des stratégies d’alliances familiales et des stratégies de fécondité. L’intégration des différentes activités spirituelles et pédagogiques du CLER Amour et Famille produit les conditions symboliques de justification des fondements biologiques de la reproduction sociale du groupe dans la structure des rapports de classe. La cohérence de cette division du travail organisée entre profanes (notamment médecins) et clercs, trouve une de ses conditions de possibilités dans l’accord tacite qui les unit selon la logique des affinités électives permettant la production d’une opinion collective. Institution minutieusement réglée et fortement contraignante, l’Église n’existe que par les activités concrètes des agents qui l’investissent selon des modalités pratiques conditionnées par leur socialisation antérieure. La retraduction d’intérêts séculiers en enjeux spécifiquement religieux opérée par les professionnels de la manipulation des biens du salut dans le sous-champ catholique se réalise à travers les schèmes de vision et de division du monde social qu’ils ont incorporés dès leur prime enfance, au sein de l’institution familiale. Objectivée dans un master « Fertilité et sexualité conjugale » organisé sous la direction de l’Institut pontifical Jean-Paul II et de la faculté de médecine et de chirurgie de l’Université catholique du Sacré-Cœur, cette interdépendance entre médecins catholiques et hiérarques de la curie romaine assure ainsi la perpétuation d’une morale familiale favorable aux intérêts sociaux des groupes qui y prennent part. En travaillant à l’inculcation scolaire d’une orientation technique de la contraception afférente à une morale sexuelle spécifique, il s’agit bien ici d’imposer « des représentations de la famille au travers desquelles les groupes sociaux cherchent à se reproduire et à contrôler la reproduction des groupes concurrents ou qu’ils dominent » (Lenoir, 2003, 21). L’institution propose un modèle d’organisation sociale des interactions sexuelles que s’approprient dans un premier temps les militantes pour leur propre couple, avant d’œuvrer à sa diffusion. Ajustés au style de vie aristocratique, les croyances et les modes de conduites objectivés dans cette structure associative se perpétuent à travers les pratiques et les représentations engagées, dans le secteur privé du système d’enseignement (EARS) ou lors d’entretien (conseil conjugal et monitorat MAO). Si la redistribution des profits économiques suscite quelques tensions en son sein, sa reproduction, adossée au devenir de l’Église catholique, concourt à la préservation des positions dominantes des agents qui l’incarnent. L’association constitue, de ce point de vue, un instrument de leur reproduction sociale dans les luttes symboliques pour l’hégémonie culturelle.

Haut de page

Bibliographie

AGRIKOLIANSKY Eric, COLLOVALD Annie, « Mobilisations conservatrices : comment les dominants contestent ? », Politix, Volume 2, Numéro 106, 2014, p. 7-29

BERTINA Ludovic, CARNAC Romain, « ‘‘L’écologie humaine” du Vatican, entre réflexion écologique et morale sexuelle naturaliste », Genesis. Rivista Della Società Italiana Delle Storiche, Volume XII, Numéro 2, 2013, p. 171-190

BOULARD Fernand, RÉMY Jean, Pratique religieuse urbaine et régions culturelles, Paris, Les Editions ouvrières, 1968

BOURDIEU Pierre, Le bal des célibataires. Crise de la société paysanne en Béarn, Paris, Seuil, 2002

BOURDIEU Pierre, « Le champ religieux dans le champ de manipulation symbolique » dans VINCENT Gilbert & al, Les nouveaux clercs. Prêtres, pasteurs et spécialistes des relations humaines et de la santé, Genève, Labor et Fides, 1985, p. 255-261

BURGUIÈRE André, « Les fondements d’une culture familiale » dans BURGUIÈRE André, REVEL Jacques (dir.), Histoire de la France. Héritages, Paris, Seuil, 2000 [1993], p. 21-146

COURTOIS Gaston, « L’éducation de la pureté », Éducateurs Éducatrices, Numéro 136-137, 1945, p. 19-26

DE GENSAC Henri, « Stanislas de Lestapis » dans DUCLOS Paul (dir.), Dictionnaire du monde religieux dans la France contemporaine.1. Les jésuites, Beauchesne, 1985, p. 182-183

DELAVENNE André (dir.), Recueil généalogique de la bourgeoisie ancienne, Paris, SGAF, 1954

DE LESTAPIS Arnaud, La conspiration de Batz, 1793-1794, Paris, Société des études robespierristes, 1969

DE LESTAPIS Arnaud, Mise au point concernant la famille de Lestapis, Paris, 1955

DE LESTAPIS Arnaud, Un coin de Béarn autrefois (1575-1789). Essai généalogique, Agen, A. de Lestapis, 1981

DE LESTAPIS Stanislas, « Évolution de la pensée exprimée de l’Église catholique » dans PRIGENT Robert (dir.), Renouveau des idées sur la famille, PUF, INED, 1954 p.254-268

DE LESTAPIS Stanislas, « L’Église catholique et les problèmes de population. Textes pontificaux récents », Population, numéro 2, 1952, p. 289-306

DE LESTAPIS Stanislas, « Politique de contraception et Sociologie », Revue de l’Action populaire, Numéro 95, février 1956, p. 165-177

DE LESTAPIS Stanislas, « Planification des naissances ou maîtrise personnelle de la fécondité ? », Cahiers d’Action religieuse et sociale, Numéro 212, 1er mai 1956, p. 257-268

DE LESTAPIS Stanislas, « Réhabilitation de l’éducation familiale et ménagère », Cité Nouvelle, 10 mai 1941

DELLA SUDDA Magali, « Par delà le bien et le mal, la morale sexuelle en question chez les femmes catholiques », Nouvelles Questions Féministes, 2016, Volume 35, Numéro 1, p. 82-101

DE SAINT MARTIN Monique, « Noblesse sociale et noblesse scolaire : analyse sociologique de quelques cas de reconversion » dans Les noblesses européennes au XIXe siècle. Actes du colloque de Rome, 21-23 novembre 1985. Rome : École Française de Rome, 1988, p. 395-406

DE SAINT-MARTIN Monique, « Vers une sociologie des aristocrates déclassés », Cahiers d’histoire, Tome 45, Numéro 4, 2000, p. 785-801

DESMAZIÈRES Agnès, « La psychanalyse entre médiatisation et censure. La morale sexuelle de Marc Oraison en procès (1955-1966) », Archives de sciences sociales des religions, Numéro 163, 2013, p. 123-141

DEVREUX Anne-Marie, « De la dissuasion à la normalisation. Le rôle des conseillères dans l’entretien pré-IVG) », Revue française de sociologie, Volume 23, Numéro 3, 1982, p. 455-471

DONENAGI Jean-Marie, La liberté de choisir. Pluralisme religieux et pluralisme politique dans le catholicisme français contemporain, Paris, Presses de la FNSP, 1993

FILLIEULE Olivier, PUDAL Bernard, « Sociologie du militantisme. Problématisations et déplacement des méthodes d’enquête » dans AGRIKOLIANSKY Eric, SOMMIER Isabelle, FILLIEULE Olivier (dir.), Penser les mouvements sociaux. Conflits sociaux et contestations dans les sociétés contemporaines, Paris, La Découverte, 2010, p. 163-184

FOUILLOUX Étienne, « L’Action populaire au temps de la reconstruction 1946-1958 », Chrétiens et Sociétés XVIe-XXIe siècles, Numéro 11, 2004, p. 49-60

FRADOIS Gauthier, Militer au Mouvement français pour le planning familial, Mémoire de Master 2 Science politique, sous la direction de Christophe Le Digol, Nanterre, Université de Nanterre, 2010

GARCIA Sandrine, « La création du collège des médecins : un coup de force symbolique » dans BARD Christine, MOSSUZ-LAVAU Janine (dir.), Le Planning familial. Histoire et mémoire, Rennes, PUR, 2006, p. 109-117

GARCIA Sandrine, Mères sous influence. De la cause des femmes à la cause des enfants, Paris, La Découverte, 2011

GUY François et Michèle, Île Maurice. Régulation des naissances et action familiale, Éditions Xavier Mappus Lyon, 1968

GUY François et Michèle, « La réalité. Impasses et voies ouvertes » dans Faire vivre. L’Église catholique et l’avortement, Paris, Le Centurion, 1979, p. 29-59

GUY François et Michèle, Un couple au service de la vie, Paris, L’Harmattan, 2015

LAGROYE Jacques, La vérité dans l’Église catholique. Contestation et restauration d’un régime d’autorité, Paris, Belin, 2006

LANDRON Olivier, Les Communautés nouvelles. Nouveaux visages du catholicisme français, Paris, Cerf, 2004

LE BOHEC Jacques, LE DIGOL Christophe (dir.), Gauche Droite. Genèse d’un clivage politique, Paris, PUF, 2012

LENOIR Rémi, Généalogie de la morale familiale, Paris, Seuil, 2003

LE WITA Béatrix, Ni vue ni connue. Approche ethnographique de la culture bourgeoise, Paris, Maison des sciences de l’homme, 2001 [1998]

MAÎTRE Jacques, « Les clercs du monde médical » dans VINCENT Gilbert & al, Les nouveaux clercs. Prêtres, pasteurs et spécialistes des relations humaines et de la santé, Genève, Labor et Fides, 1985, p. 179-187

MAYEUR Jean-Marie, « Catholicisme intransigeant, catholicisme social, démocratie chrétienne », Annales, Économies, sociétés, civilisations, Numéro 2, 1972, p. 483-499

McCLORY Robert, Rome et la contraception. Histoire secrète de l’encyclique Humanae Vitae, Paris, Editions de l’Atelier, 1998 [McCLORY Robert, Turning point, Crossroad, 1995]

PHILIPPE Claudine, « Le conseil conjugal et familial. Une profession à la recherche de reconnaissance et d’unité », Recherches et Prévisions, Numéro 89, 2007, p. 64-71

RAISON DU CLEUZIOU Yann, Qui sont les cathos aujourd’hui ?, Paris, Desclée de Brouwer, 2014

RICHOMME Agnès, Un prêtre, Gaston Courtois. Fils de la Charité (1897-1970), Paris, Union des Œuvres, 1971

ROCHER Philippe, « Cité Nouvelle 1941-1944. Les jésuites entre incarnation et eschatologie », Chrétiens et Sociétés XVIe-XXIe siècles, Numéro 2, 1995, p. 7-82

ROUSSEAU André, « Les classes moyennes et l’aggiornamento de l’Église », Actes de la recherche en sciences sociales, Volume 44-45, 1982, p. 55-68

SEMEN Yves, La sexualité selon Jean-Paul II, Paris, Presses de la Renaissance 2004

SEMEN Yves, La spiritualité conjugale selon Jean-Paul II, Paris, Presses de la Renaissance, 2010

SEVEGRAND Martine, « Jean-Paul II et la sexualité » dans MAÎTRE Jacques, MICHELAT Guy (dir.), Religion et sexualité, Paris, L’Harmattan, 2002, p. 217-227

SEVEGRAND Martine, L’affaire Humanae Vitae. L’Eglise catholique et la contraception, Paris, Karthala, 2008

SEVEGRAND Martine, Les enfants du bon dieu. Les catholiques français et la procréation au XXe siècle, Paris, Albin Michel, 1995

SUAUD Charles, « Contribution à une sociologie de la vocation : destin religieux et projet scolaire », Revue française de sociologie, Volume 15, Numéro 1, 1974, p. 75-111

TISSOT Sylvie, « De l’usage de la notion de capital d’autochtonie dans l’étude des catégories supérieures », Regards sociologiques, Numéro 40, 2010, p. 99-109

TURINA Isacco, « Le magistère postconciliaire face au biopouvoir » dans BÉRAUD Céline, GUGELOT Frédéric, SAINT-MARTIN Isabelle, Catholicisme en tensions, Paris, EHESS, 2012, p. 191-202

VALETTE Régis, Catalogue de la Noblesse Française, Robert Laffont, 2007

WALCH Agnès, La spiritualité conjugale dans le catholicisme français. XVI-XXe siècle, Paris, Cerf, 2002

WALCH Agnès (dir.), Le père Caffarel. Des équipes Notre-Dame à la Maison de prière 1903-1996, Collège des Bernardins, 2011

WOLTON Dominique, Le nouvel ordre sexuel, Paris, Seuil, 1974

Haut de page

Notes

1 Présentée comme plus performante que la méthode Ogino, elle permet, en observant quotidiennement l’évolution de la température corporelle, de repérer la période de l’ovulation correspondant à une augmentation de la température, liée à la sécrétion de progestérone.

2 Cette méthode est fondée sur l’observation de la glaire cervicale comme symptôme de la fécondité. Plus la glaire cervicale est transparente et liquide, plus la femme est féconde, donc proche de la phase d’ovulation. La combinaison de ces deux méthodes qualifiées de « naturelles » (en opposition à la contraception « chimique » type pilule, ou « mécanique » type préservatif) est parfois désignée comme méthode symptothermique, enseignée par le CLER comme la méthode d’auto-observation (MAO). S’y ajoute parfois une troisième méthode consistant en auto-palpation du col de l’utérus.

3 Invité au Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI le 9 février 2014, Jean-François Copé, inquiet pour l’éducation de nos enfants, dénonce l’idéologie du gouvernement et le contenu irrévérencieux d’un ouvrage (Marc Daniau, Claire Franek, Tous à poil !, Le Rouergue, 2011) référencé dans une bibliographie concernant les stéréotypes filles/garçons. Mise en forme par une association ardéchoise elle est proposée aux enseignants par le Centre régional de documentation pédagogique de l’académie de Grenoble.

4 Pour exemples, voir MAYEUR Jean-Marie, « Catholicisme intransigeant, catholicisme social, démocratie chrétienne », Annales, Economies, sociétés, civilisations, Numéro 2, 1972, p. 483-499 ; DONENAGI Jean-Marie, La liberté de choisir. Pluralisme religieux et pluralisme politique dans le catholicisme français contemporain, Paris, Presses de la FNSP, 1993 ; RAISON DU CLEUZIOU Yann, Qui sont les cathos aujourd’hui ?, Paris, Desclée de Brouwer, 2014. Les débuts de l’institutionnalisation de la sociologie religieuse doivent beaucoup au développement de la sociographie pastorale et aux enjeux ecclésiastiques de dénombrement des fidèles. Voir par exemple : BOULARD Fernand, RÉMY Jean, Pratique religieuse urbaine et régions culturelles, Paris, Les Éditions ouvrières, 1968

5 Elle s’insère plus largement dans un travail de thèse portant sur l’histoire de la mise en place de l’information et de l’éducation sexuelles dans le système d’enseignement en France entre 1945 et 2015.

6 Cette approche s’inscrit dans la piste de recherche proposée par Monique de Saint-Martin sur le déclin relatif d’une partie de l’aristocratie qui échoue à reconvertir ou à diversifier ses différentes espèces de capital et intensifie son investissement dans des entreprises de morale (catholique) : DE SAINT-MARTIN Monique, « Vers une sociologie des aristocrates déclassés », Cahiers d’histoire, Tome 45, Numéro 4, 2000, p. 785-801

7 Il entreprend de réfuter les « allégations mensongères » qui contestent à la fin du XIXème siècle l’authenticité du nom de la famille, reproduites dans DELAVENNE André (dir.), Recueil généalogique de la bourgeoisie ancienne, Paris, SGAF, 1954. Cf DE LESTAPIS Arnaud, Mise au point concernant la famille de Lestapis, Paris, 1955. Les « de Lestapis » ne figure pas dans le Catalogue de la Noblesse française.

8 Il est fait mention de cette fonction dans le bref récit du mariage d’Arnaud de Lestapis avec Odette de Boëry, dans le quotidien régional édité à Toulouse, L’Express du midi, du 1er mai 1929.

9 Stanislas de Lestapis fait œuvre d’exégèse des positions en matière de démographie et de sexualité du Magistère de l’Église catholique.

10 Voir l’affaire Paul Chanson comme exemple de résistance ecclésiastique aux prétentions d’exégèse profane.

11 Les polémiques autour des ouvrages d’orientation psychanalytique du prêtre Marc Oraison en sont un bon indice.

12 Le Général Pierre Lorenchet de Montjarmon, chef de groupement dans les Chantiers de la jeunesse française, impliqué dans le scoutisme catholique, et son épouse née Rozenn Petit de la Villéon ; Le Général Frédéric de la Chapelle, membre de la direction de la Jeunesse confiée à Pierre Goutet en 1941, et son épouse née Marie-Françoise Malle ; le frère d’Alphonse d’Heilly, futur aumômnier des Centres de préparation au mariage mis en place par Henri Caffarel à partir de 1955, Gérard d’Heilly, ingénieur, et son épouse née Madeline Vénot qui participent également à la constitution de l’Association française de centres de consultation conjugale ; les époux Michel et Ginette Huet.

13 Outre la participation de Stanislas de Lestapis, on peut noter la présence à la quatrième session de la Commission pontificale sur le contrôle des naissances de Monseigneur Jean Margeot, administrateur diocésain de l’Ile Maurice, impliqué dans l’Action familiale initiée par Stanislas de Lestapis et organisée entre 1964 et 1966 par les époux Guy, ainsi que la présence du médecin Charles Rendu, président du CLER, et de son épouse née Elisabeth de Lasteyrie du Saillant, fille de capitaine.

14 Entretien à Saint-André-les-Vergers, le 01/06/2013

15 Organisation Mondiale de la Santé, Renseignements sur les organisations non gouvernementales qui demandent à entrer en relation officielle avec l’OMS, 11 octobre 1976. Plusieurs membres de la FIDAF ont contribué dès les années 1960 au sein de l’unité de la Reproduction humaine de l’OMS à promouvoir la Planification familiale naturelle, et les méthodes qui la constituent.

16 Le fondateur du mouvement, l’abbé Gaston Courtois, est un fervent promoteur de l’éducation à la pureté, pédagogie catholique qui prône, contre une pédagogie passive, le silence, une pédagogie active, la chasteté pré-nuptiale explicitement inculquée par la maîtrise des sens. Cf par exemple sa contribution à la revue Éducateurs Éducatrices : COURTOIS Gaston, « L’éducation de la pureté », Éducateurs Éducatrices, Numéro 136-137, 1945, p. 19-26. Sur sa trajectoire au sein de l’institution cléricale, cf RICHOMME Agnès, Un prêtre, Gaston Courtois. Fils de la Charité (1897-1970), Paris, Union des Œuvres, 1971

17 Entretien Michèle à Guy à Grenoble, le 1er décembre 2014

18 L’inverse est vrai au Planning familial. Fortement valorisée, l’appropriation du titre « militant » est un enjeu de lutte entre les différentes associations locales, notamment autour de la question du salariat. Cf FRADOIS Gauthier, Militer au Mouvement français pour le planning familial, Mémoire de Master 2 Science politique, sous la direction de Christophe Le Digol, Nanterre, Université de Nanterre, 2010

19 Cette mise à distance du militantisme a également été utilisée par une enquêtée du CLER pour se distinguer d’une utilisation jugée trop affirmée de l’étiquette confessionnelle au sein de son association, l’engagement catholique revendiqué étant potentiellement handicapant pour reconvertir la formation acquise sur le marché du travail social.

20 Données présentées sur le site de l’association : www.cler.net/Nous-connaitre/Nos-Equipes. Consulté le 27 octobre 2016

21 Promulgué le 25 juillet 1968 par le pape Paul VI, ce texte prend position contre les méthodes artificielles de régulation des naissances (notamment la pilule) et légitime les méthodes naturelles.

22 Hormis quelques rares exceptions, l’association regroupe exclusivement des femmes.

23 Entretien réalisé le 06/03/2013. À l’exception des responsables du mouvement, les noms des intervenantes rencontrées ont été changés par souci d’anonymat.

24 Intervention du 15/11/2012 dans un collège privé au Chesnay

25 Intervention du 20/11/2012 dans un collège privé au Chesnay

26 La situation d’observation définit la production des données analysées en contraignant l’intervenante observée à contrôler ses propos. En définitive, rien ne permet ici d’affirmer empiriquement que la chasteté est explicitement prônée hors situation d’observation. À l’inverse, il ressort que le dispositif pédagogique écarte toutes formes d’incitation aux pratiques sexuelles, dont l’aspect concret est très peu abordé en classe, et qui, généralement associées à la politique scolaire du Ministère et au militantisme d’associations concurrentes, font l’objet de récriminations.

27 Entretien réalisé le 21/03/2013

28 La dernière est encore au lycée.

29 Sur les stratégies de reconversion scolaire de la noblesse, notamment vers des professions de représentation ou de gestion, voir DE SAINT MARTIN Monique, « Noblesse sociale et noblesse scolaire : analyse sociologique de quelques cas de reconversion » dans Les noblesses européennes au XIXe siècle. Actes du colloque de Rome, 21-23 novembre 1985. Rome : École Française de Rome, 1988, p. 395-406

30 Sur les courants catholiques qui émergent à partir des années 1970, cf LANDRON Olivier, Les Communautés nouvelles. Nouveaux visages du catholicisme français, Paris, Cerf, 2004

31 Une enquête sur les propriétés sociales des élèves concernés (établissements privés de la banlieue ouest d’Île-de-France, cernés de communes résidentielles nanties) montrerait sans doute qu’ils sont socialement prédisposés à reconnaître et à adhérer au modèle familial qu’elle propose et qui les a produits (famille nombreuse, morale catholique, mode de reproduction à dominante familiale, etc.).

32 Intervention du 04/12/2012 dans un collège privé au Chesnay

33 On retrouve cette même tension entre bénévolat et salariat au sein du Planning familial dès le milieu des années 1970.

34 Cet aspect a été évoqué à plusieurs reprises lors des entretiens. Il ne s’agit néanmoins que d’une tendance, eu égard à la non-représentativité d’un échantillon restreint.

35 Jean-Eudes Tesson, « La sainteté dans nos relations », Vidéo de Dirigeants Chrétiens publié le 13/11/2013. Cf www.dailymotion.com/video/x174t47_la-chastete-dans-nos-relations-jean-eudes-tesson_news

36 Son frère, Bruno Tesson, vétérinaire reconvertit en formateur au métier de dirigeants déclare à la Conférence sur la finalité de l’entreprise TEDx, organisée à la Sorbonne le 8 novembre 2012 : « Pour des entreprises familiales qui sont transmises de génération en génération, dans lesquelles on a privilégié le développement à long terme, il est légitime que la famille ait le pouvoir. En revanche pour des actionnaires volatiles qui peuvent quitter l’entreprise, vendre leur part, acheter ailleurs de façon fluide, ils n’ont pas de légitimité de revendiquer du pouvoir. »

37 Représentant du MEDEF : membre de la commission ’’Respect de l’homme’’ et président du groupe de travail « Entreprises et vie privée » ; membre de l’Observatoire de la Parité entre les Femmes et les Hommes ; fondateur en 1983 de l’Association d’Aide aux Personnes sans Hébergement ; administrateur de l’Agence centrale des organismes de Sécurité sociale puis président du Conseil d’orientation de l’Union des caisses nationales de sécurité sociale

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gauthier Fradois, « De la cure des âmes à l’évangélisation des corps. Le CLER Amour et Famille : classes dominantes et morale sexuelle », Genre, sexualité & société [En ligne], 18 | Automne 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/gss/4062 ; DOI : 10.4000/gss.4062

Haut de page

Auteur

Gauthier Fradois

Doctorant en science politique
Université Paris-Nanterre, Institut des Sciences sociales du Politique (ISP)
gauthier.fradois@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals