Navigation – Plan du site
Dossier
Articles

Le féminisme comme « héritage à dépasser » : Les Antigones, un militantisme féminin à la frontière de l’espace de la cause des femmes.

“Our femininity as a weapon”. Ethnography of the Antigones, a far-right women’s movement in contemporary France.
Marie Labussière

Résumés

L’article s’intéresse aux Antigones, un mouvement féminin formé en 2013 dans le sillage des mobilisations contre la légalisation du mariage des couples de même sexe. Promotrices de la filiation hétérosexuelle et d’une pensée de la différence des sexes, les Antigones ont été rangées du côté de l’antiféminisme, en lien avec leur affiliation avec des mouvements et organisations des droites identitaires, catholiques traditionnalistes et nationalistes. Pourtant, une ethnographie des Antigones trois ans après leur création permet d’éclairer des éléments moins saillants de leurs engagement et discours : les enquêtées cherchent à poser les bases d’un féminisme qui leur permette de penser conjointement leur désir d’émancipation, et leur attachement à des valeurs politiques, religieuses et morales issues de leurs socialisations familiales, scolaires, et militantes. Les questions relatives à la sexualité sont ainsi abordées à l’aune d’une conception anticapitaliste, différentialiste et spirituelle des femmes et de leur cause, qui met à distance les arguments théologiques ou doctrinaux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Par ordre de parution : Adieu mademoiselle d’Eugénie Bastié (2016) aux éditions du Cerf, Adieu Simo (...)

1En juillet 2016, le magazine Causeur publie un article intitulé « Osez l’alterféminisme ! », dont le chapeau claironne : « À droite comme à gauche, on déconstruit allégrement l’idéologie binaire antimecs. Portraits de pétroleuses. » Cet article s’inscrit dans un contexte où les critiques du féminisme ont le vent en poupe : au cours de l’année 2016, pas moins de trois essais, aux titres évocateurs, ont été publiés sur ce sujet : Adieu mademoiselle. La défaite des femmes, Une jeunesse sexuellement libérée (ou presque), ou encore Adieu Simone. Les dernières heures du féminisme1. Parmi les « pétroleuses » présentées par Causeur, on retrouve les Antigones, ce mouvement créé dans le sillage de la Manif pour tous au printemps 2013. Après une brève mais intense exposition médiatique, le groupe avait progressivement disparu des canaux d’information traditionnels. L’article de Causeur permet aux Antigones de montrer que leur mouvement s’est inscrit dans la durée, mais il leur donne aussi l’opportunité de se ranger derrière la bannière de l’« alterféminisme ». Ce dernier terme, nettement moins stigmatisant que celui d’« antiféminisme », permet de réunir sur un même front différentes critiques des mouvements féministes contemporains, jusqu’alors isolées ou peu médiatisées. Ce terme signale aussi que ces critiques assument une partie de l’héritage féministe, car si les questions sexuelles constituent un point de divergence majeur, les droits des femmes à étudier, travailler et participer à la vie politique ne sont pas remis en question.

  • 2 On peut citer l’analyse de Jean-Yves Camus dans l’article des Inrocks « Antigones : qui sont ces an (...)

2Dans l’effervescence des mobilisations contre la loi Taubira, les deux fondatrices des Antigones ont compté sur une action choc pour se démarquer : l’infiltration des Femen pendant plusieurs semaines, suivie d’une confrontation médiatisée dans leurs locaux, au Lavoir Moderne à Paris. Si cette rencontre avorte, les Antigones en ont fait assez pour attirer l’attention des médias. Leur première vidéo, qui officialise la création du mouvement, totalise quelques 120 000 vues la première semaine de sa diffusion, et fait le tour des journaux et sites d’information. La mise en scène de la vidéo a semble-t-il marqué les esprits : une vingtaine de jeunes femmes vêtues de robes blanches, maquillées et coiffées avec soin, apostrophent les Femen et revendiquent une autre vision des femmes, en tant que « filles de nos pères, épouses de nos maris, mères de nos fils ». En promouvant la complémentarité des sexes et en définissant les femmes dans le cadre de la filiation hétérosexuelle, les Antigones s’inscrivent pleinement dans le registre mobilisé par la Manif pour tous, qui scande « un papa + une maman » ou bien « touche pas à ma filiation ». Elles reprennent ainsi la rhétorique du Vatican sur la différence des sexes, de même que leur dénonciation de « la théorie du genre » est un signe clair d’adhésion à la vision des études de genre promue par l’Église catholique, très investie dans la lutte contre ce champ disciplinaire depuis les années 1990 (Favier, 2014). En outre, l’identification de militantes de milieux de la droite identitaire, catholique traditionnaliste ou nationaliste parmi les participantes à la vidéo de lancement, conforte l’inscription des Antigones dans une constellation de mouvements conservateurs, tels le Renouveau français et le Bloc identitaire. Les quelques sociologues et politologues sollicités par les médias pour commenter leur apparition les présentent ainsi comme un avatar rajeuni et marketé de la mouvance anti-mariage pour tous, voire comme les suppôts d’une extrême droite qui chercherait à se « dé-ringardiser »2. Le mouvement, perçu comme un énième surgeon de la contestation, est de ce fait rapidement décrédibilisé et marginalisé dans la presse. Ce cadrage médiatique ne coïncide pourtant pas avec celui qu’opèrent les Antigones, qui revendiquent le caractère « autonome », « non-partisan » et « non-confessionnel » de leur initiative. Comme d’autres groupes issus des mobilisations contre la loi Taubira (Béraud et Portier, 2015), la rhétorique des Antigones présente un cadrage séculier, avec la promotion de valeurs présentées comme universelles et la mise à distance d’arguments théologiques ou doctrinaux. Plutôt que de disqualifier a priori ce cadrage, il semble fécond de le confronter aux propositions des Antigones et à une sociologie de ses militantes.

3Les organisations de droite et d’extrême droite restent encore peu étudiées en France, la sociologie du militantisme et des mobilisations collectives et l’ethnographie ayant privilégié l’étude de mouvements progressistes, situés à la gauche de l’échiquier politique (Agrikoliansky et Collovald, 2014 ; Bereni et Revillard, 2012, 6). C’est également un constat que dresse Kathleen Blee au sujet de l’ethnographie : les études qualitatives des mobilisations conservatrices sont rares (Blee, 2007) ; en France elles concernent de façon privilégiée le Front National (Crépon, 2006 ; Bizeul, 2003 ; Boumaza, 2002). Par ailleurs, les mouvements conservateurs sont d’autant moins étudiés qu’ils sont composés exclusivement ou majoritairement de femmes, car ils sont alors plus difficilement perçus comme étant « politiques » (Blee, 1991, 60) – notamment quand ils privilégient un registre moral (Della Sudda, 2010). Du côté de l’histoire des femmes et du féminisme, les travaux consacrés aux militantes engagées au sein d’organisations ou partis traditionnalistes, nationalistes ou xénophobes sont nombreux outre-Atlantique (voir notamment Schreiber, 2008 ; Blee, 2003 ; Ginsburg, 1989 ; Dworkin, 1983), mais encore rares en France (Cleret, 2013 ; Avanza, 2009 ; Della Sudda, 2007). Ce travail, qui prend pour point d’appui une ethnographie des Antigones, entend ainsi contribuer tant à l’étude du mouvement des femmes qu’à celle des mobilisations conservatrices. Notre analyse privilégiera les outils de la sociologie des mobilisations (Agrikoliansky et al., 2010), avec une attention particulière portée aux travaux analysant les relations entre genre et militantisme (Jacquemart, 2015 ; Bereni, 2015 ; Roux et Fillieule, 2009).

4Étudier les Antigones permet d’interroger la formulation d’une nouvelle définition de la cause des femmes, à l’aune d’un positionnement politique conservateur radical et de convictions différentialistes et spirituelles. L’ancrage dans des milieux et réseaux politiques de droite et d’extrême-droite, vecteur, entre autres, d’un rejet de l’ordre sexuel contemporain, tend à les exclure de l’espace des collectifs engagés pour la cause des femmes. Pourtant, la pensée des Antigones s’élabore en dialogue avec le féminisme et vise à penser l’émancipation des femmes dans un cadre antisystème, anticapitaliste et identitaire. Nous proposons de retracer la genèse de cet espace discursif ambivalent, et d’en cerner les contours : que signifie cette étiquette d’« alterféminisme » pour les enquêtées, et que recouvre-t-elle en termes de trajectoires et de pratiques militantes ? Le cas des Antigones offre un exemple stimulant d’articulation des cadres de pensées de l’extrême droite et du féminisme (Cleret, 2013 ; Blee, 2002), et permet d’appréhender une stratégie discursive à l’œuvre dans d’autres groupes de droite et d’extrême droite (Scrinzi, 2012 ; Avanza, 2009).

5Dans un premier temps, nous analyserons les ressorts de la mobilisation : la genèse du mouvement est à resituer dans une dynamique conflictuelle vis-à-vis des Femen, et profite largement de la structure d’opportunités offerte par la Manif pour tous au printemps 2013. L’engagement sera aussi réinséré dans les trajectoires biographiques et la socialisation des enquêtées, en vue de cerner ses ressorts endogènes. Nous nous intéresserons dans une deuxième partie au cadrage du projet porté par les membres fondatrices du mouvement, qui se caractérise d’une part par une sécularisation des mots d’ordre et des revendications, en congruence avec la stratégie de l’Eglise et d’autres mouvements de la droite radicale, et d’autre part par la formulation d’une nouvelle modalité de définition de la cause des femmes, dite « alterféministe », visant à contrer le féminisme égalitaire et libéral.

Méthodologie et position de l’enquêtrice

Mon étude s’est concentrée sur l’antenne parisienne, qui constitue la clef de voûte du mouvement et se caractérise par un certain dynamisme. Les conférences hebdomadaires regroupent en moyenne une vingtaine de personnes, avec un noyau d’une dizaine d’habituées, dont la plupart ont participé à la fondation du mouvement et contribuent activement à sa pérennisation. Le groupe dispose de deux autres antennes à Marseille et à Lyon, dont l’activité était réduite au moment du terrain. Contrairement à Paris où les Antigones bénéficient d’un public relativement large de sympathisants (une cinquantaine de personnes, d’après les présences comptabilisées lors des réunions), les antennes de Province reposent sur des effectifs limités. En dehors de quelques évènements ponctuels, l’activité principale de ces antennes se limite à la production de contenus (portraits de femmes, abécédaire « Antigones de A à Z »). Ces derniers constituent un pan important de l’activité du mouvement : textes, tribunes, biographies, fiches de lectures, et images sont diffusés via leur site internet et leur page Facebook. Le groupe travaille en parallèle sur des projets à long terme, comme la publication d’annales ou la conception de fiches pratiques. En outre, les Antigones ont mené quelques actions à Paris l’année de l’enquête. On peut citer un hommage organisé à l’occasion de la journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, le 25 novembre, ainsi que la diffusion d’une enquête sur « la féminité » le 8 mars, journée internationale des femmes. Si le public assistant aux conférences est mixte, les hommes ne sont pas considérés comme des membres du mouvement et ne participent pas à la définition de ses orientations. L’année de l’enquête, certaines réunions étaient réservées aux femmes.

Trois types de matériaux ont été mobilisés pour l’enquête :

Observation ethnographique : Dix-sept observations ethnographiques ont été réalisées lors des réunions hebdomadaires de l’antenne parisienne, d’octobre 2015 à juin 2016. Ces réunions sont ouvertes à tous et ma présence régulière m’a rapidement amenée à côtoyer les membres fondatrices des Antigones, en raison de notre proximité. En effet, sous de nombreux aspects phénotypiques – tels le sexe, l’âge, l’origine ethnique – et sociologiques – niveau de diplôme, urbanité –, j’étais proche des enquêtées. Ces points communs m’ont permis de m’insérer durablement dans le mouvement et de mener une observation participante. Cette immersion m’a semblé indispensable pour observer l’engagement dans ses formes concrètes et informelles (Bizeul, 2007b), et négocier des entretiens biographiques approfondis, en vue de retracer leurs trajectoires sociale et militante (Lafont, 2001). Durant les premières semaines, j’ai vaguement mentionné un mémoire sur les formes alternatives d’engagement politique pour justifier ma position d’observatrice. Au fur et à mesure que ma présence se normalisait, j’ai eu la possibilité d’expliciter davantage ma position et mon travail aux personnes qui me semblaient les plus ouvertes à la démarche sociologique, dont les membres fondatrices. Cette enquête ne s’est donc pas déroulée à couvert, bien qu’il soit toujours difficile pour l’ethnographe d’établir un contrat clair avec « ses indigènes », en particulier quand ces derniers tiennent des discours que l’on réprouve à titre personnel (Avanza, 2008 ; Bizeul, 2007a ; Boumaza, 2001). Sur ce dernier point, la vocation transpartisane du mouvement et sa valorisation du dialogue m’ont permis d’assumer des convictions politiques divergentes sans menacer ma position d’observatrice, même si ma posture compréhensive tendait à estomper le caractère antagonique de nos opinions. Dans l’ensemble, les enquêtées ont réagi favorablement à ma démarche, et aucune n’a cherché à exercer un droit de regard sur mon travail. À cet égard, la non anonymisation de l’article a été consentie sans lecture préalable de leur part.

Entretiens : Les observations ont été complétées de sept entretiens biographiques, permettant de retracer les trajectoires sociale et militante des enquêtées. Les relations de confiance tissées pendant la période d’observation m’ont permis d’aborder des thématiques liées à l’intimité (relations familiales, de couple, maternité) et à la perception de soi (expérience de la féminité notamment).

Analyse documentaire : Parallèlement à l’enquête, de nombreux contenus discursifs ont été analysés. Outre le suivi des publications du site et des pages Facebook publique et privée du groupe, j’ai constitué un dossier de presse des articles publiés sur les Antigones au moment de leur création. Des publications plus anciennes disponibles sur leur site ont également été intégrées à l’analyse, quand elles me semblaient éclairer leur conception « alter-féministe » et leur rapport au féminisme.

« Un regard féminin pour sortir de l’impasse... » : les ressorts d’une mobilisation en réaction à l’ordre sexuel contemporain

La naissance du mouvement dans une dynamique oppositionnelle vis-à-vis des Femen

6La fin des années 2000 a été marquée par un renouvellement du champ féministe, avec l’apparition de nouveaux groupes et associations, dont la Barbe (2008) et Osez le féminisme ! (2009) sont les figures de proue. Grâce à une nouvelle génération de militantes qui maîtrisent internet et les réseaux sociaux, ces collectifs ont développé des méthodes de communication et d’action inédites, qui leur permettent de relayer leurs messages dans les médias et de s’installer durablement dans le paysage du militantisme féministe. Les Femen, établies à Paris depuis 2012, sont sans doute le meilleur exemple de cette habilité à capter l’attention des médias : leurs actions à visée provocatrice et spectaculaire font partie intégrante d’une stratégie de publicité et commercialisation, par laquelle les Femen se rendent détentrices d’une image médiatique et lucrative (Bard, 2014). Le groupe a d’ailleurs pu être accusé de monopoliser l’attention des médias, avec la conséquence de paraître représenter à elles seules le champ féministe contemporain.

  • 3 Seuls ces deux prénoms n’ont pas été anonymisés, Iseul et Mathilde étant les deux figures médiatiqu (...)
  • 4 Dextra, fondée en 2009 par des membres dissidents du Centre royaliste d’Action française, se défini (...)

7La genèse des Antigones s’inscrit dans ce contexte de renouvellement des groupes et des formes d’action du féminisme en France, marqué par une forte visibilité des Femen dans les années 2012-2013. Les deux fondatrices initiales du mouvement, Iseul et Mathilde3, présentent en effet leur projet comme une réaction à la visibilité hégémonique des Femen, et entendent riposter sur le même terrain, celui des médias et des réseaux sociaux. Tout commence quand Iseul, alors âgée de 21 ans et étudiante en droit, entreprend de créer un blog intitulé Antigones. Militante depuis plusieurs années au sein de l’organisation politique d’extrême droite Dextra4, elle a bénéficié de formations qu’elle peut mettre à profit pour donner de l’envergure à son projet. Désireuse de faire « un coup médiatique » en réponse à celles qui « occupaient vraiment les écrans, la TV, tout le temps, en permanence » [Iseul, entretien du 25/04/2016], Iseul projette d’infiltrer les Femen. Mathilde, rencontrée par le biais d’un ami de la faculté de droit, nourrit les mêmes ressentiments à l’égard de ce groupe. Âgée de 25 ans et détentrice d’un diplôme de professionnalisation en journalisme, elle accompagne Iseul pendant son infiltration et la convainc de fonder un mouvement plutôt qu’un blog. Une stratégie de communication est ainsi d’emblée intégrée au projet, bien que les enquêtées insistent d’une part sur leur inexpérience, et d’autre part sur l’absence d’anticipation des retombées médiatiques de leur initiative. La vidéo de lancement des Antigones illustre d’ailleurs ce point, la mise en scène soignée contrastant avec une réalisation rudimentaire (mauvaise qualité du son, de l’éclairage, montage peu sophistiqué, hésitations des deux intervenantes). Les participantes arborent robes blanches, maquillage discret et sourires figés ; debout ou assises au premier rang, elles sont immobiles et gardent le silence avant d’entonner timidement en chœur « Femen, Femen, Antigones est devant toi ! ». Virginie, membre active de l’antenne parisienne, est l’une des sympathisantes de la première heure du mouvement. Ayant participé à la vidéo, elle revient en entretien sur le choix des robes blanches :

« En fait au départ ça a été décidé pour faire un contrepoint aux Femen quoi. Elles sont à poil, avec des écritures en noir et tout, bah nous on va faire la dignité, et la féminité, le blanc, voilà l’intégrité et tout ça. Du coup c’est resté. Mais je trouve que ça donne une image dans laquelle déjà tout le monde ne peut pas se reconnaître...un espèce d’idéal, sur un piédestal (elle rit)...je sais pas, un peu vaporeux, éthéré...je trouve ça nous...je sais pas si ça nous dessert ou pas, ça dépend auprès de quel public. Parce que y a beaucoup de gens qu’ont été touchés aussi par cet aspect naïf en fait, et artisanal. » [Virginie, entretien du 15/04/2016]

8Si Virginie questionne la pertinence de ce choix vestimentaire initial, c’est qu’il a toujours court lors des manifestations publiques du mouvement : les participantes aux actions doivent se vêtir de blanc, en robe ou en jupe de préférence. Il est intéressant de constater que les enquêtées ne s’identifient pas nécessairement à cette image construite dès la première vidéo de « gentilles innocentes, cathos jusqu’au bout des ongles », pour reprendre les termes d’un sympathisant. Les propos de Virginie pointent également l’influence de ces choix de mise en scène sur la réception de leur message. En effet, la forte médiatisation qui accompagne la diffusion de la vidéo suscite la curiosité d’un public dont les attentes ne correspondent pas nécessairement au projet initial des Antigones. « Les gens venaient surtout pour marquer leur opposition aux Femen, et pas forcément pour suivre l’entièreté du mouvement », résume Iseul [entretien du 25/04/2016].

9En dépit de la formation du groupe dans une logique oppositionnelle vis-à-vis des Femen, la confrontation avec ces dernières est présentée comme une première étape, et non comme la raison d’être du mouvement. À cet égard, les propos d’Iseul démontrent un sens aigu tant de la dynamique conflictuelle de la mobilisation, que de son nécessaire dépassement pour s’installer dans la durée : elle invoque la nécessité purement stratégique de « de pas être trop dans l’opposition, parce que justement ça crée ta mort. Si t’as une identité qu’est liée à l’identité d’un autre groupe, la disparition de l’un entraîne la disparition de l’autre, c’est nécessaire. » [Iseul, entretien du 25/04/2016]. Elle illustre son propos en citant les HomMen – auxquels les Antigones sont souvent associées –, considérant « qu’ils sont morts avec les Femen ». Les témoignages des enquêtées suggèrent de plus que c’est davantage le projet de long terme que le « coup médiatique » qui a déterminé leur ralliement au projet, ainsi qu’une forte interconnaissance des membres. Virginie par exemple, entrée en contact avec les co-fondatrices par l’intermédiaire de sa cousine Sophie, ne comptait pas s’impliquer pour « un petit buzz médiatique » : « Dénoncer quelque chose comme ça, ça va faire un petit buzz médiatique, et puis après un flop, et on entendra plus jamais parler de l’action. » [Virginie, entretien du 15/04/2016].

10Le noyau initial du mouvement s’est constitué par le biais des réseaux d’interconnaissance, essentiellement familiaux et amicaux. Sophie, la cousine de Virginie, a rejoint le groupe grâce à Mathilde, qui est alors la colocataire de son copain. Louise, autre membre active de l’antenne parisienne, s’associe au projet en faisant la connaissance d’Iseul via une amie du lycée, qui fait des études de droit avec Iseul. Toutefois, le succès de leur première action au Bateau Lavoir – elles auraient été une centaine d’après les médias – semble aussi tributaire des réseaux constitués à l’occasion des mobilisations de la Manif pour tous. En effet, l’essor de la contestation a permis aux fondatrices de mobiliser au-delà de leurs réseaux amicaux, en recrutant dans les cortèges des manifestations des sympathisantes disposées à prêter main forte pour la confrontation médiatique. De ce point de vue, la Manif pour tous semble avoir largement conforté la dynamique oppositionnelle de la mobilisation portée par les Antigones.

La Manif pour tous, une structure d’opportunités inédite ?

11Le projet des Antigones trouve dans la Manif pour tous une caisse de résonnance inattendue : le groupe se joint au concert des contestations de la loi Taubira et bénéficie d’une couverture médiatique inespérée, dans un contexte de forte visibilité des protestations au printemps 2013. Mais les instigatrices du projet tirent aussi partie du mouvement de politisation d’une partie de la jeunesse issue de la bourgeoisie catholique, initié par les mobilisations contre le mariage pour tous. La période de contestation contre le projet de loi apparaît en effet comme un vecteur de politisation, voire de basculement dans l’engagement, pour les membres de l’antenne parisienne des Antigones.

12Les enquêtées ont toutes participé aux mobilisations contre le projet de loi du mariage pour tous, avec des degrés d’adhésion et d’implication variés. Alors que certaines ont simplement participé à quelques manifestations, d’autres se sont activement engagées. Sixtine par exemple, qui a rejoint les Antigones à l’automne 2013, compte la Manif pour tous parmi ses premières expériences politiques et militantes. Alors étudiante à Sciences-Po Paris, elle considère qu’elle fait partie des « fondateurs de la Manif pour tous », en tant que « responsable du réseau » de la première manifestation. Issue d’une famille catholique pratiquante conservatrice, Sixtine relie son opposition au mariage pour tous et son désir de s’investir à ses convictions religieuses. Toutefois, après un engagement intense de plusieurs mois elle quitte le mouvement, évoquant des « problèmes relationnels avec Frigide Barjot », et le caractère chronophage de l’engagement. Héloïse, qui n’a rejoint les Antigones qu’en janvier 2015, s’est elle aussi fortement impliquée dans l’organisation de la Manif pour tous en effectuant des tâches de secrétariat auprès de ses responsables. Étudiante en licence d’histoire à l’époque, elle considère que la mobilisation de l’année 2013 « a été l’élément déclencheur qui m’a fait passer de la pensée à l’acte, en me disant “en fait la France de demain et le monde de demain c’est nous qui le construisons” » [Héloïse, entretien du 19/07/2016]. Comme Sixtine, elle juge la cause « cruciale » à l’aune de ses convictions catholiques.

13En dépit de cette implication, les enquêtées tiennent fermement à distinguer leur engagement auprès des Antigones de celui contre le mariage pour tous ; plusieurs d’entre elles précisent d’ailleurs en entretien que « ça n’a rien à voir » quand je les interroge à ce sujet [Sixtine, entretien du 15/04/2016]. Quand elle revient sur la création des Antigones, Iseul affirme avoir monté le projet de manière autonome, par crainte de s’affilier à un mouvement dont la pérennisation était incertaine :

« Oui, bah en fait moi j’y croyais pas au début du lancement [de la Manif pour tous], enfin j’y croyais pas dans le sens où je me suis dit : “jamais une opposition de ce genre là va fonctionner”. (…) et du coup, on a lancé vraiment les choses de manière indépendante, sans que y ait de relation. Et ensuite, il se trouve que la Manif pour tous ayant décollé, on a profité aussi de cet essor médiatique et de cette visibilité là, notamment pour avoir un public plus large. C’est vrai qu’on nous a beaucoup liées au mouvement de la Manif pour tous, dont la plupart d’entre nous ont été manifester [sic], donc c’était à la fois légitime de nous affilier à, et à la fois pas complètement parce qu’en tant que mouvement, on s’est jamais affiché sur cette thématique là [le mariage homosexuel], tout simplement parce que ça correspondait pas aux Antigones. » [Iseul, entretien du 25/04/2016]

  • 5 Les Antigones manquent de relais dans la presse, elles publient essentiellement via des sites inter (...)

14L’affirmation d’Iseul quant au fait que les Antigones ne se positionnent pas sur le mariage homosexuel est corroborée par les observations menées au sein de l’antenne parisienne. Compte tenu de la date de mon terrain et d’un contexte de perte de vitesse de la Manif pour tous, il n’est pas étonnant que les Antigones se désolidarisent d’un mouvement qui a échoué à atteindre son but – à savoir l’abrogation de la loi. Cependant, d’autres éléments indiquent que les premières orientations données au mouvement ont été fortement influencées par la volonté de se distinguer de la Manif pour tous, notamment en vertu d’une division du travail militant. Iseul explique en effet que « si quelqu’un fait les choses mieux que nous, on laisse les gens faire. Et la LMPT [la Manif pour tous] faisait ça très bien, donc qu’est-ce qu’on aurait été se rajouter ou s’enlever, ou critiquer ? C’était pas notre rôle, on avait rien à y faire en tant que mouvement, (...) c’était pas légitime » [Iseul, entretien du 25/04/2016]. Ceci suggère que le projet du groupe a davantage été pensé en complémentarité de l’action de la Manif pour tous et de ses avatars. Les Antigones ont notamment investi un répertoire d’action collective distinct, leur permettant de convertir dans la cause leurs compétences scolaires et professionnelles. Le niveau d’étude élevé des enquêtées, toutes titulaires d’un Master a minima aujourd’hui, ainsi que leur fort capital culturel sont en effet aisément transposables dans le travail de fond qu’entend mener l’association, via l’organisation de conférences, de débats, et de séances d’auto-formation. Par contraste, les actions d’agit-prop sont rares, et d’autant plus ponctuelles que le mouvement a perdu l’attention des médias traditionnels depuis la fin de l’année 20135. Ce répertoire d’action, qui valorise la réflexion, la culture classique, les humanités et la joute oratoire n’est pas sans rappeler celui de l’Action française. À cet égard, les expériences militantes ou associatives antérieures de certaines ont pu fournir des ressources discursives, théoriques et organisationnelles pour susciter et alimenter ce projet, comme le montre l’analyse des trajectoires des enquêtées.

Sociologie des militantes : une convergence de profils variés au sein des droites catholique et identitaire

  • 6 Une précision s’impose toutefois : les trois membres fondatrices choisies s’illustrent par des expé (...)

15La création des Antigones peut également être réinsérée dans les trajectoires de ses co-créatrices et sympathisantes de la première heure. Les itinéraires politiques de Mathilde, Iseul et Virginie, qui incarnent trois profils de militantes rencontrés aux Antigones6, permettent de montrer la coexistence au sein du mouvement d’options politiques et idéologiques différentes. Si ces différences sont surtout significatives dans le champ des droites catholiques et identitaires, elles permettent toutefois de rendre au mouvement ses aspérités, et de s’interroger sur ce que ces points de vue ont en commun. En effet, le noyau initial des Antigones apparaît comme le fruit d’une convergence, rendue possible par des expériences politiques diverses ayant nourri chez les enquêtées un désir d’autonomie ou d’émancipation, vis-à-vis de groupes ou associations fréquentés antérieurement. La formation du groupe intervient aussi à un moment de relative disponibilité biographique pour les enquêtées, qui ont entre 20 et 25 ans en 2013 ; si certaines comme Mathilde sont en voie de professionnalisation, la plupart sont encore étudiantes.

  • 7 Révélée par l’enquête de terrain, la réprobation parentale de son engagement a été passée sous sile (...)

16Iseul est reconnue par toutes comme l’instigatrice du projet, et c’est aussi l’une des principales têtes médiatiques du mouvement, en raison de son infiltration des Femen et de sa fonction de porte-parole. Elle incarne aussi une figure particulière aux yeux des autres enquêtées ou du public, en vertu de sa trajectoire politique et militante, présentée comme atypique. Iseul est en effet, à ma connaissance, la seule membre des Antigones à revendiquer une expérience à l’extrême-gauche et des « enseignements marxistes » [Iseul, entretien du 25/06/2016]. Elle a grandi au sein d’une famille de trois enfants dans une petite commune en région parisienne, et s’est inscrite en faculté de droit à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ), après un bac littéraire dans un lycée privé sous contrat. Plusieurs éléments indiquent que sa trajectoire politique et militante se caractérise par une certaine évolution sur l’axe gauche-droite, en comparaison d’autres enquêtées dont la socialisation familiale a exclu toute possibilité d’identification au marxisme (Sixtine, Virginie), voire à la gauche plus généralement. Iseul se définit spontanément par ses convictions écologiques, énoncées sur le mode de la vocation : « tout simplement, moi j’ai toujours été une militante écologique » [Iseul, entretien du 25/04/2016]. Elle date son premier engagement politique vers 18 ans, chez Europe Ecologie les Verts (EELV), tout en restant très évasive sur son implication concrète dans le parti. Déçue par cette expérience, elle dit fréquenter « d’autres mouvements, d’autres groupes, d’autres choses...sans forcément trouver là où j’avais ma place non plus ». La réticence d’Iseul à aborder ses expériences politiques antérieures est partagée par d’autres enquêtées, qui ont en commun d’être toujours insérées dans des réseaux militants de la droite de la droite. Cette appartenance, vecteur de stigmatisation, est d’autant plus difficile à assumer pour Iseul qu’elle l’inscrit en porte-à-faux vis-à-vis de son héritage politique familial7. Le rapport à la religion catholique apparaît comme un autre point de crispation, Iseul se déclarant catholique pratiquante, alors que ses parents auraient cessé de l’être. Sa socialisation religieuse a été marquée par une participation active à un mouvement œcuménique pendant son adolescence, avant qu’elle ne s’oriente vers une démarche « plus personnelle » et « moins engagée » [Iseul, entretien du 25/06/2016].

  • 8 Philippe Champion a été à la tête de L’Action française 2000, organe de presse du Centre royaliste (...)

17La découverte de l’organisation politique Dextra, via un camarade de la faculté, signe la fin de ses pérégrinations. Fondée en 2008 par Philippe Champion8, ancien membre du Centre royaliste d’Action française, Dextra se définit par son attachement à la nation, à la famille, à la « civilisation française traditionnelle et classique » – des orientations qui inscrivent l’organisation à l’extrême droite, bien qu’elle récuse ce qualificatif. À Dextra, Iseul se dit initiée à une nouvelle conception de la politique, entendue comme « engagement de vivre dans la cité », qu’elle oppose à la « politique politicienne » du système des partis, jugée pernicieuse. La dénonciation des « magouilles électorales », du clientélisme, de la collusion des élites nourrit une critique antisystème qui ressort nettement de son argumentaire, et s’avère partagée par la majorité des enquêtées, à des degrés variables. En outre, Iseul développe à Dextra des sociabilités essentiellement masculines (avec ceux qu’elle surnomme affectueusement « les garçons »), et semble trouver en la personne de Philippe Champion un véritable mentor :

« Et c’est lui [Philippe Champion], c’est à son contact, que j’ai notamment travaillé la question d’Antigone : qu’est-ce que c’est qu’Antigone ? Qu’est-ce que c’est que la légitimité ? Qu’est-ce que c’est que le droit de vouloir autre chose que la société, que ce que la société propose ? Et c’est cette question de la légitimité que j’ai travaillé avec lui qui m’a donné envie d’appeler le mouvement Antigones, de faire les choses telles que...en fait, ils m’ont donné, qu’il s’agisse de Philippe Champion ou du groupe de Dextra, ils m’ont donné l’autonomie en fait, l’envie d’être autonome et de faire les choses par moi-même et de m’engager par moi-même, donc ce qui me correspondait. » [Iseul, entretien du 25/04/2016].

18L’expérience à Dextra semble ainsi avoir fortement influencé le cadrage initial du projet des Antigones, et donné à Iseul les ressources nécessaires pour fonder son propre mouvement. Ceci montre en adéquation avec d’autres travaux (Cleret, 2013 ; Avanza, 2009) que des milieux politiques d’extrême droite fortement masculinisés, qu’on tendrait à penser misogynes ou sexistes, peuvent être vecteurs d’autonomie pour leurs adhérentes.

  • 9 Selon les espaces politiques considérés, le terme de « néo-paganisme » recouvre des représentations (...)
  • 10 Sur la « Nouvelle Droite » et ses origines, voir Taguieff (1993) et Dard (2016, 2006).
  • 11 L’absence de reconnaissance dans le système partisan n’est pas propre aux enquêtées, elle est plus (...)

19Mathilde, cofondatrice du mouvement avec Iseul, est également très réticente à se positionner dans le champ politique – elle rechigne même à se voir attribuer le qualificatif de « militante ». Mathilde a pourtant été rattachée par les médias à la mouvance identitaire, notamment en raison des activités politiques de son père, qui y est directement affilié. Elle a elle-même participé à, puis animé une association de scoutisme non agréée néo-païenne9, Europe Jeunesse. Cette association est idéologiquement proche du Groupement de recherche et d’études pour la civilisation européenne (Grece), aussi connu sous le nom de « Nouvelle Droite »10. Contestant libéralisme et mondialisme, le Grece promeut un néo-paganisme politique qui sert de support à une critique de l’égalitarisme et de l’universalisme des monothéismes, au premier rang desquels le christianisme (François, 2007). La socialisation familiale et secondaire de Mathilde a été tournée vers l’acquisition de dispositions valorisées par le Grece, tels le goût de l’effort physique, la sacralisation de la nature, ou encore l’attrait pour les cultures, mythes et légendes des peuples dits « indo-européens ». Mathilde met en avant ses convictions écologiques et son adhésion aux théories de la décroissance, et comme d’autres enquêtées (Iseul, mais également Louise), elle refuse de se positionner sur l’axe gauche-droite, en soulignant l’aspect réducteur des catégories de la politique partisane11. En particulier, elle ne souhaite pas qu’on l’affilie au Bloc identitaire, bien qu’elle admette avoir « fréquenté des personnes qui y étaient, mais j’ai fréquenté des personnes qu’étaient aussi dans beaucoup d’autres mouvements. » [Mathilde, entretien du 15/07/2016]. Cette propension à mettre en avant la diversité des réseaux militants fréquentés est partagée par d’autres enquêtées ; elle leur permet d’euphémiser les liens entretenus avec des groupes de droite et d’extrême-droite, mais également de promouvoir cette « nouvelle » manière de faire de la politique, qui transcende les clivages partisans. Pour marquer ses distances avec le Bloc identitaire, Mathilde réprouve également la teneur de leurs propos, jugés « simplistes » : « je trouve qu’en fait y a pas du tout de fond chez les identitaires, ça se résume à “en France y a trop d’immigrés, c’est un problème, on est identitaires”. (...) c’est pas un combat politique qui m’intéresse. ». Sa critique des mouvements de la droite identitaire, majoritairement masculins, revêt aussi une dimension genrée. Les incohérences et l’absence d’engagement concret des militants de ce milieu sont en effet présentées comme des traits typiquement masculins, par exemple quand elle parle de « schizophrénie masculine ». À l’opposé, elle valorise le rôle politique des femmes au nom de leur capacité à renouveler la politique (« un regard totalement neuf ») et du fait qu’elles forment « la moitié de la société ». Cet argumentaire différentialiste, analysé dans d’autres contextes militants (Bereni, 2015 ; Della Sudda, 2007), permet aux deux fondatrices des Antigones de légitimer la construction d’un projet politique autonome, marquée par la constitution d’un entre soi non-mixte (voir encadré).

  • 12 Compte tenu de ses indications, il pourrait s’agir de l’Institut Saint Pie X, situé dans le 6ème ar (...)

20Virginie, qui a reçu une éducation catholique traditionnaliste, représente une troisième sensibilité présente aux Antigones. Elle a suivi sa scolarité au sein d’une école privée hors-contrat non mixte, dans le Sud de la France. Après un bac littéraire, elle part étudier à Paris au sein d’« une petite école privée du 6ème arrondissement »12, dans le cadre d’une maîtrise de philosophie. Elle valide ensuite un Master 2 de communication dans une formation prestigieuse, le CELSA. Si Virginie indique avoir effectué une scolarité catholique traditionaliste, elle ne décrit pas ses parents comme tels, bien qu’elle soit l’aînée d’une famille de sept enfants. Ayant coupé les ponts avec eux pour des raisons qu’elle ne tient pas à expliciter en entretien, les questions à leur sujet sont délicates. Au moment de rejoindre les Antigones, Virginie est âgée de 23 ans et n’en est pas à son premier engagement. Dans sa jeunesse, elle s’est tout d’abord impliquée dans un groupe d’apostolat, en cohérence avec sa socialisation secondaire dans un établissement catholique hors contrat. Elle quitte le groupe, lassée d’avoir l’impression d’être « fliquée ». Lors de sa maîtrise de philosophie, elle rencontre des militants du Renouveau français, un mouvement catholique nationaliste et contre-révolutionnaire classé à l’extrême droite, qu’elle rejoindra pendant trois ans. Virginie est l’une des rares enquêtées à assumer son engagement à l’extrême droite : « C’était du nationalisme. Extrême droite, tout ce qui faut. Et c’est pour ça que l’image qu’on a, elle ne vient pas de nulle part. C’est vraiment les parcours de chacune qui font que...on a des amitiés dans tels milieux, on a des facilités avec tels médias...tout ça fait que...mais pour le coup, je suis partie parce que j’étais pas d’accord. » Virginie explique s’être rendue compte qu’«  ils étaient à côté de la plaque », avec leur « position anti-tout » et leurs « dadas », « la race et les juifs ». Cette prise de distance vis-à-vis du Renouveau français invite à ne pas réduire l’engagement à l’extrême droite à un embrigadement : le militantisme peut s’accompagner d’un travail réflexif, potentiellement source de défection (Bizeul, 2007b, 183-185). Toutefois, comme le souligne Virginie, les engagements passés de chacune des membres fondatrices influencent durablement leurs ressources organisationnelles et discursives. C’est à ce titre la seule enquêtée à admettre que, malgré ses ambitions transpartisanes, le mouvement s’adresse avant tout à un public d’extrême droite. En entretien, elle met l’accent sur des éléments qui situent objectivement les Antigones à l’extrême droite :

« Bah ça dépend comment tu définis ça, quoi. Après je sais pas si y en a une qui vote au Front, quoi. En fait c’est hyper...ça dépend comment...parce qu’on est anti-système, donc forcément c’est l’extrême, et après on a quand même de fortes valeurs de droite. En fait on a des...Mais on est tout de suite reconnues par des gens de ce milieu, donc forcément ça te situe, quoi. Et les amis disent quelque chose de ce que tu es. C’est parce qu’on a des relations aussi dans ce milieu là. Et ouais, en faisant référence à la transcendance, à la nature, à la transmission, enfin tu vois à l’héritage et tout ça, ça aussi ça situe quand même. (...) Mais en fait, je sais pas trop comment définir l’extrême droite. Mais moi si on me dit que je suis de l’extrême droite, ça me saoule ! (elle rit) » [Virginie, entretien du 15/04/2016]

21Virginie rejette le stigmate associé à l’extrême droite, tout en concédant que par le choix de certaines thématiques, les Antigones se sont situées à un point de l’espace politique qui limite d’emblée la portée de leur message, tout en lui assurant une forte « conductivité » dans les milieux dont elles sont issues.

22Si les enquêtées ont la sensation d’incarner des sensibilités politiques variées, c’est que le projet des Antigones a regroupé diverses tendances de la droite et de l’extrême-droite (antisystème, royaliste, identitaire, catholique nationaliste), dont on a pu observer la convergence à une plus grande échelle lors des mobilisations contre la loi Taubira. La contestation de l’ordre sexuel contemporain, associée au rejet de l’individualisme et du libéralisme, constitue un point de rencontre de ces différentes critiques de la modernité. Chez les Antigones, cette convergence s’illustre par un registre discursif hybride visant frontalement le féminisme, les politiques d’égalité, et la démocratisation de l’intime (Giddens, 2004), dont l’élément le plus emblématique est l’accès des femmes à la maîtrise de leur fécondité par la contraception et l’avortement. S’appuyant en premier lieu sur une critique du capitalisme et de l’État, cet argumentaire met à distance des arguments de type religieux ou doctrinal et permet un renversement de certaines rhétoriques féministes.

« ...ma féminité est une arme ! », la recherche d’un féminisme anticapitaliste, différentialiste et spirituel

Contre le « féminisme conventionnel »

23Les Antigones choisissent chaque année un thème servant de fil conducteur pour choisir les intervenants et leurs axes de travail. Après « Femmes et transmission » (2013-2014) puis « Femmes et économie » (2014-2015), les Antigones ont choisi en 2015-2016 « Femmes et féminité », un thème qui leur permet de consolider leurs réflexions et intuitions sur le sujet et d’interroger leur rapport au féminisme. Le premier trimestre, consacré à un « bilan historique des féminismes », souligne leur volonté de ne pas rejeter les luttes féministes en bloc, mais plutôt d’en proposer une relecture critique. En résonnance avec les récits contre-révolutionnaires, les enquêtées jugent légitimes les revendications des mouvements féminins et féministes du début du XXe siècle, au vu de la détérioration des droits des femmes depuis la Révolution française et le Code Napoléon. L’accès des femmes au droit de vote ou à l’autonomie financière n’est donc pas remis en question, contrairement aux évolutions portées par les mouvements de la seconde vague du féminisme, sous le mot d’ordre « Le privé est politique ». Simone de Beauvoir occupe à cet égard une place centrale dans les références des Antigones, brandie comme une figure emblématique du « féminisme conventionnel », « athée », ou encore « existentialiste » qui se serait imposé depuis les années 1950, et dont Osez le féminisme ! (OLF) serait le descendant direct.

24Le terme de « féminisme conventionnel », forgé par Mathilde, est rentré dans le langage courant des enquêtées, et constitue un élément clef de leur représentation de l’espace de la cause des femmes (Bereni, 2015). Ignorant la pluralité et la diversité des collectifs féministes, les enquêtées focalisent leur attention sur OLF, tantôt assimilé tantôt confondu avec le Ministère des Droits des femmes et le « féminisme d’Etat ». La continuité entre le pôle institutionnel et l’une des associations dominantes de l’espace de la cause des femmes est flagrante aux yeux des enquêtées ; elle nourrit des discours aux accents conspirationnistes, notamment en lien avec des mesures tels les ABCD de l’égalité, qui incarnent la prise en compte croissante du genre dans les politiques publiques. Cette représentation partielle et sélective dénote d’une erreur de perception, mais témoigne aussi d’une distance objective des enquêtées à l’espace de la cause des femmes : les rapports de force et les fractures qui le traversent (voile, prostitution) leurs paraissent minimes au regard des points de consensus que sont l’avortement, la pilule, ou encore plus récemment, la question des identités de genre.

Capitalisme contre patriarcat

  • 13 Les Antigones revendiquent une posture « anticapitaliste » : elles utilisent ce terme pour définir (...)

25À partir de cette perception tronquée du militantisme féministe contemporain, les Antigones ont développé une critique acerbe de l’émancipation des femmes, telle qu’elle serait proposée par le « féminisme conventionnel ». L’un des principaux ressorts argumentatifs de cette opposition réside dans leur rhétorique anticapitaliste13, qui bien que peu remarquée par les médias, constitue une dimension incontournable de leur réflexion. Les Antigones dénoncent en effet l’aveuglement des « féministes conventionnelles », face à un système économique qui opprime en premier lieu les femmes. Les notions de patriarcat ou de domination masculine sont écartées ou restreintes à des périodes historiques précises, tels l’Empire romain ou le XIXe siècle. Comme le dit Louise « Il s’agit pas de dire qu’il y avait pas de discriminations, il s’agit juste de dire que c’est pas un énorme système organisé, y a pas de complot etc. Y a des époques où c’est horrible et y a des époques où c’est bien. » [Louise, entretien du 21/06/2016]. En vertu de cette vision de la place des femmes dans l’histoire, les enquêtées n’identifient pas une quelconque constance dans la configuration des rapports sociaux de sexe. Le patriarcat est ainsi présenté comme une fiction détournant les mouvements féministes actuels du « vrai » enjeu que serait la lutte contre le capitalisme.

26Ceci permet aux enquêtées d’exclure l’idée d’un antagonisme hommes-femmes, en adéquation avec leur attachement à la notion de complémentarité des sexes, et d’accuser les féministes de fomenter la « guerre des sexes », selon une rhétorique antiféministe classique (Descarries, 2005). En conséquence, la plupart des revendications émanant de l’espace de la cause des femmes sont rembarrées sous le motif qu’elles font le jeu du système. Par exemple quand j’interroge Mathilde sur le collectif la Barbe, qui cherche à mettre en lumière la sous-représentation des femmes au sein des lieux de pouvoir, celle-ci regrette « ce fait de se focaliser tout le temps sur l’égalité et la parité, partout. De toujours dire “bah voilà, regardez, dans ce conseil d’administration y a pas moitié de femmes moitié d’hommes”, “dans tel machin y a pas moitié de femmes moitié d’hommes” (...) qu’une femme dirige une grande multinationale, je trouve ça autant stupide qu’un homme la dirige parce je trouve que ces grandes multinationales là font plus de mal à ce que nous sommes que...voilà. » [Mathilde, entretien du 15/07/2016]. Notons toutefois que le principe de parité est l’objet de débats aux Antigones, toutes les enquêtées n’y étant pas opposées.

Réancrer le corps dans la nature, « on naît femme et on le devient »

  • 14 Notons qu’avec l’encyclique Laudato Si (2015), qui présente la relation de l’homme à la nature sous (...)

27La rhétorique anticapitaliste des Antigones comporte différents aspects : une critique de la société de consommation et des liens marchands destructeurs des solidarités ; une promotion de l’écologie et un intérêt porté à des enjeux environnementaux divers (la pollution des sols, les perturbateurs endocriniens) ; mais aussi la condamnation d’un nouveau rapport au corps, marqué par une autonomie croissante à l’égard de la « nature ». Dans ce cadre, le célèbre slogan féministe « Mon corps m’appartient », auquel les enquêtées font ponctuellement référence, acquière une nouvelle signification. Sorti de son contexte et des revendications qui l’accompagnaient, il incarne la maîtrise illusoire que les femmes cherchent à exercer sur leur corps, en réponse aux exigences de disponibilité et de performance de la « domination capitaliste ». Cette posture est à relier à la notion catholique d’écologie humaine (voir Carnac et Bertina, 2013), selon laquelle l’homme doit tant préserver la biodiversité que sa propre nature14. À rebours des études de genre, cette écologie sacralise et réancre dans la biologie l’ordre sexuel, « ultime refuge de la transcendance pour l’Eglise catholique » (Hervieu-Léger, 2003, 220).

28Partie prenante de cette entreprise de renaturalisation de l’ordre sexuel, les Antigones cherchent néanmoins à tracer une troisième voie entre deux extrêmes, le « tout biologique » et le « tout social ». C’est ce que montrent les propos de Mathilde au sujet de la différence des sexes, qui sont très représentatifs de la façon dont les enquêtées pensent leur démarche auprès des Antigones :

« Enquêtrice : Et cette différence entre les hommes et les femmes, d’après toi elle prend source où ? Comment tu la penses ?

Mathilde : Bah elle est assez complexe, mais pour moi elle est à la fois dans le fait biologique, et à la fois dans le fait social. C’est pas ou l’un ou l’autre, je pense que c’est un mélange des deux. Je trouve que nous avons des différences biologiques qui sont évidentes, et que l’histoire a aussi façonné les rôles des sexes, et qu’on est un produit des deux, quoi. Voilà. Autant la théorie du tout social que la théorie du tout biologique me semblent réductrices, encore une fois.

Enquêtrice : Pour toi la théorie du tout social, elle est incarnée par qui ?

Mathilde : Bah c’est la théorie du genre quoi ! Voilà, qu’est... par tous les gens qui disent qu’on peut choisir...je pense que “on ne naît pas femme, on le devient”, bah non, on naît femme et on devient femme, on naît homme et on devient homme. Après chacun le fait à sa façon, selon l’époque et selon son caractère personnel. Et les choses sont différentes pour chacun d’entre nous, je pense. (...)

Enquêtrice : Et des représentants plutôt du “tout biologique”, tu penserais à qui ?

Mathilde : Bah...aux gens qui commencent leurs phrases par (sur le ton de la caricature) “de tout temps, la femme, elle s’est occupée d’être à la maison" et "de tout temps, les hommes, ils se sont occupés d’aller dehors”. Donc après j’ai pas de mouvement en particulier, mais j’ai toujours trouvé ça stupide (...). » [Mathilde, entretien du 15/07/2016]

29On remarque la volonté de se distinguer d’une conception essentialiste qui ferait fi de l’évolution de la place des femmes au cours du temps (« selon l’époque »), ainsi que le désir, sans doute paradoxal, de penser l’individualité, avec une féminité qui s’exprimerait différemment en chaque femme (« selon son caractère personnel »). Cette posture les a poussées à articuler plus finement nature et culture, notamment par le biais de la phénoménologie, que Sixtine, Virginie et Sophie ont découvert au cours de leurs études de philosophie ; le corps féminin serait vecteur d’un rapport au monde spécifique qu’il s’agit d’investiguer.

30Néanmoins, en congruence avec leur foi ou spiritualité, les enquêtées cherchent à articuler ce rapport au monde avec l’idée d’une « vocation », ou d’une « nature » qui « ne fait pas les choses au hasard » [Virginie, entretien du 15/04/2016]. En ce sens, les Antigones se distinguent non seulement du féminisme universaliste hérité de Beauvoir, mais également de certaines perspectives différentialistes promues au sein de l’espace de la cause des femmes (par exemple Froidevaux-Metterie, 2015). La posture « non-confessionnelle » assumée dans le mouvement en raison des diverses options spirituelles qui y coexistent, ainsi que sa distance à l’espace de la cause des femmes, peuvent expliquer pourquoi les enquêtées ne se sont pas intéressées aux initiatives associant genre et religion dans cet espace, ni ne conçoivent leur engagement comme un féminisme catholique.

  • 15 Les visuels sont diffusés sur la page Facebook du groupe, et dans une moindre mesure sur leur site (...)

31Les enquêtées cherchent à poser les bases d’un féminisme compatible avec l’idée d’une transcendance, mais également avec leurs aspirations, qui ne sont pas nécessairement dans la continuité de leur socialisation familiale, militante et religieuse. Leur promotion de la « féminité » est en effet associée à un discours sur l’autonomie et l’épanouissement des femmes, signe que l’appartenance essentialisée au sexe féminin n’est pas nécessairement contraire à l’idée d’émancipation (Della Sudda, 2010 ; Albenga et Bachmann, 2015). Pour des enquêtées telles Sixtine ou Virginie, « se réconcilier avec [sa] féminité » a été une première étape pour se libérer d’une éducation familiale ou scolaire catholique très conservatrice, inculquant la pudeur, une honte ou un dégoût du corps féminin. La valorisation des potentialités de ce corps et de sa sensualité apparaît comme une source de subjectivation et d’autonomisation, comme le montrent aussi les multiples visuels créés par les Antigones dans une optique de développement personnel15.

32Si les visuels mettent en scène une image stéréotypée de la féminité, avec la prédominance de femmes jeunes, blanches, sveltes, et coiffées avec soin, les corps sont mis en valeur dans tous types d’activités physiques et intellectuelles, dont certaines comportent même une dimension érotique. Les styles vestimentaires des enquêtées se font aussi l’écho de la féminité qu’elles désirent incarner ; la plupart arborent une tenue élaborée avec soin et un visage mis en valeur par le maquillage et/ou la coiffure. À la différence de leur vidéo de lancement, l’effet recherché au quotidien apparaît moins du côté de la candeur que de l’élégance ou de l’originalité. En dépit de leur conformité aux normes de genre, ces performances de la féminité sont en net décalage avec les socialisations de certaines enquêtées, et traduisent par là une démarche d’autonomisation.

Contraception chimique et avortement, un cheval de Troie du capitalisme ?

33Si l’alterféminisme promu par les Antigones est associé à un discours sur l’émancipation des femmes, il est aussi marqué par la mise en cause de deux principaux « acquis » du féminisme, la pilule et l’avortement. La majorité des enquêtées favorisent en effet les méthodes naturelles aux contraceptifs chimiques, et s’opposent toutes, à des degrés divers, à la « banalisation » de l’interruption volontaire de grossesse (IVG), voire à son principe-même. Au prix d’un renversement rhétorique, les droits sexuels et reproductifs des femmes sont présentés non plus comme des vecteurs d’autonomisation mais comme des instruments de leur oppression par le système capitaliste.

  • 16 Les Survivants est un groupe anti-avortement récent qui exploite la théorie du syndrome du survivan (...)

34La pilule, dans la lignée de l’argumentaire développé par la sexologue Thérèse Hargot, est présentée comme un cheval de Troie des industries pharmaceutiques, jugée néfaste pour la santé comme pour l’environnement, et irrespectueuse du cycle hormonal des femmes. Au sujet de l’avortement, c’est le récit des pressions familiales et professionnelles subies par les enquêtées elles-mêmes ou des proches qui est privilégié pour souligner la subordination de la maternité à des impératifs économiques. Le recours au témoignage, registre privilégié des sites de désinformation pro-vie, leur permet d’assumer une position anti-avortement sans contradiction apparente avec leur engagement pour la cause des femmes. Si pour plusieurs enquêtées cette position s’enracine dans une conception catholique de la sexualité, les arguments de type religieux, tels que la vie du fœtus ou l’affirmation de la procréation comme seule finalité de l’acte sexuel, sont rarement mentionnés. Leur argumentaire place au centre la question du bien-être des femmes et de leur émancipation vis-à-vis du système capitaliste, ce qui les distingue d’autres collectifs voisins tels que les Survivants16. Ceci permet aux Antigones de se réapproprier une revendication plébiscitée dans les milieux politiques et militants dont elles sont issues, et de se positionner comme des défenseuses de la cause des femmes tout en rejetant deux des revendications les plus emblématiques du féminisme.

Conclusion

35L’étude des Antigones permet de donner un nouveau visage à la contestation de l’ordre sexuel contemporain. Leur projet, qui s’inscrit dans la même entreprise d’opposition que celle portée par l’Église catholique et d’autres mouvements moins influents ou visibles de la droite et de l’extrême droite, apparaît comme le fruit d’une hybridation à plusieurs niveaux. La composition du groupe reflète d’une part la convergence de profils relativement variés des droites catholiques et identitaires à l’occasion des mobilisations contre la loi Taubira. Sa stratégie discursive, axée sur l’articulation d’une rhétorique anticapitaliste et d’un conservatisme moral, illustre une jonction s’opérant plus largement dans les milieux catholiques et néopaïens promouvant une écologie de l’homme, à l’image du réseau constitué autour de la revue Limite, créée en 2015. D’autre part, les enquêtées cherchent à leur échelle à articuler leur engagement présent ou passé auprès de mouvements conservateurs avec leur volonté de s’affirmer et s’épanouir en tant que femmes. En ce sens les Antigones donnent à voir un engagement atypique pour la cause des femmes, tourné vers l’élaboration d’un féminisme anticapitaliste, différentialiste et spirituel. Le microcosme auquel les enquêtées sont toutes diversement liées gagnerait à être davantage exploré, notamment sous l’hypothèse d’un renouvellement de l’extrême droite, avec l’arrivée d’une nouvelle génération de militant-e-s richement dotée en capital culturel et en ressources organisationnelles.

Haut de page

Bibliographie

AGRIKOLIANSKY Éric, COLLOVALD Annie, « Mobilisations conservatrices  : comment les dominants contestent  ? », Politix, 106, 2, 2014, pp. 7‑29.

AGRIKOLIANSKY Éric, SOMMIER Isabelle, FILLIEULE Olivier (dir.), Penser les mouvements sociaux : conflits sociaux et contestation dans les sociétés contemporaines, Paris, La Découverte, 2010.

ALBENGA Viviane, BACHMANN Laurence, « Appropriation des idées féministes et transformation de soi par la lecture », Politix, 28, 109, 2015, pp. 69‑89.

AVANZA Martina, « Comment faire de l’ethnographie quand on n’aime pas “ses indigènes”  ? Une enquête au sein d’un mouvement xénophobe », in BENSA Alban, FASSIN Didier (dir.), Les politiques de l’enquête, Paris, La Découverte, 2008, pp. 41‑58.

AVANZA Martina, « Les femmes padanes militantes dans la Ligue du Nord, un parti qui “l’a dure” », in FILLIEULE Olivier, ROUX Patricia (dir.), Le sexe du militantisme, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 2009, pp. 143‑165.

BARD Christine, « “Mon corps est une arme”, des suffragettes aux Femen », Les Temps Modernes, 2, 678, 2014, pp. 213‑240.

BERAUD Céline, PORTIER Philippe, Métamorphoses catholiques. Acteurs, enjeux et mobilisations depuis le mariage pour tous., Paris, EHESS, 2015.

BERENI Laure, La bataille de la parité, Economica, 2015.

BERENI Laure, REVILLARD Anne, « Les femmes contestent. Genre, féminismes et mobilisations collectives - Introduction », Sociétés contemporaines, 85, 1, 2012, pp. 5‑15.

BERTINA Ludovic, CARNAC Romain, « “L’écologie humaine” du Vatican, entre réflexion écologique et morale sexuelle naturaliste », Genesis - Rivista della Società Italiana delle Storiche, XII, 2, 2013, pp. 171‑190.

BIZEUL Daniel, Avec ceux du FN : un sociologue au Front national, Paris, La Découverte, 2003.

BIZEUL Daniel, « Des loyautés incompatibles. Aspects moraux d’une immersion au Front National », SociologieS [en ligne], La recherche en actes, Dilemmes éthiques et enjeux scientifiques dans l’enquête de terrain, mis en ligne le 21 juin 2007(a), consulté le 15 octobre 2017. URL : http://sociologies.revues.org/2262007a

BIZEUL Daniel, « À propos de l’extrême-droite. Etudier l’extrême droite  : problèmes d’enquête et principes de recherche », Mouvements, 1, 49, 2007b, pp. 178‑185.

BLEE Kathleen M., « Ethnographies of the Far Right », Journal of Contemporary Ethnography, 36, 2, 2007, pp. 119‑128.

BLEE Kathleen M., « Women in the 1920s’ Ku Klux Klan Movement », Feminist Studies, 17, 1, 1991, pp. 57‑77.

BLEE Kathleen M., Inside organized racism: women in the hate movement, Berkeley, Calif., University of California Press, 2003.

BOUMAZA Magali, « L’expérience d’une jeune chercheuse en “milieu extrême”  : une enquête au Front national », Regards sociologiques, 22, 2001, pp. 105‑121.

BOUMAZA Magali, Le Front national et les jeunes de 1972 à nos jours. Hétérodoxie d’un engagement partisan juvénile  : Pratiques, socialisations, carrières militantes et politiques à partir d’observations directes et d’entretiens semi-directifs, thèse de sciences politiques sous la direction de Renaud Dorandeu, Strasbourg, IEP de Strasbourg, 2002.

CLERET Camille, « De la charité à la politique  : l’engagement féminin d’Action française », Parlement[s], revue d’histoire politique, 1, 19, 2013, pp. 17‑29.

CREPON Sylvain, La nouvelle extrême droite  : enquête sur les jeunes militants du Front national, Paris, France, Harmattan, 2006.

DARD Olivier, « La Nouvelle Droite et la société de consommation », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 91, 3, 2006, pp. 125‑135.

DARD Olivier, « De Jeune Nation au MNP/REL  : les enseignements d’une étude de cas », in DARD Olivier (dir.), Organisations, mouvements et partis des droites radicales au XXe siècle (Europe–Amériques), Berne, Peter Lang, 2016, pp. 37‑67.

DELLA SUDDA Magali, Une activité politique féminine conservatrice avant le droit de suffrage en France et en Italie  : socio histoire de la politisation des femmes catholiques au sein de la Ligue patriotique des Françaises (1902-1933) et de l’Unione fra le donne cattoliche d’Italia (1909-1919), thèse en histoire sous la direction de Laura Lee Downs et Lucetta Scaraffia, Paris, EHESS, 2007.

DELLA SUDDA Magali, « La politique malgré elles. Mobilisations féminines catholiques en France et en Italie (1900-1914) », Revue française de science politique, 60, 1, 2010, pp. 37‑60.

DESCARRIES Francine, « L’antiféminisme “ordinaire” », Recherches féministes, 18, 2, 2005, pp. 137‑151.

DWORKIN Andrea, Right-wing women, New York, Perigee Books, 1983.

FAVIER Anthony, « Les catholiques et le genre, une approche historique », in BERENI Laure, TRACHMAN Mathieu (dir.), Le genre, théories et controverses, Paris, Puf (La vie des idées), 2014, pp. 45‑59.

FILLIEULE Olivier, ROUX Patricia (dir.), Le sexe du militantisme, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, 2009.

FRANÇOIS Stéphane, « Le néo-paganisme et la politique  : une tentative de compréhension », Raisons politiques, 1, 25, 2007, pp. 127‑142.

FROIDEVAUX-METTERIE Camille, La révolution du féminin, Paris, Gallimard, 2015.

GIDDENS Anthony, La transformation de l’intimité. Sexualité, amour et érotisme dans les sociétés modernes, Paris, La Rouergue/Chambon, 2004.

GINSBURG Faye, Contested Lives. The Abortion Debate in an American Community, Berkeley, University of California Press, 1989.

HERVIEU-LEGER Danièle, Catholicisme, la fin d’un monde, Paris, Bayard, 2003.

JACQUEMART Alban, Les hommes dans les mouvements féministes  : socio-histoire d’un engagement improbable, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2015.

LAFONT Valérie, « Les jeunes militants du Front national  : trois modèles d’engagement et de cheminement », Revue française de science politique, 51, 1, 2001, pp. 175‑198.

SCHREIBER Ronnee, Righting feminism: conservative women and American politics, Oxford, Oxford University Press, 2008.

SCRINZI Francesca, « Gendering Anti-Immigration Politics in Europe », Queries, 7, 1, 2012, pp. 79‑90.

TAGUIEFF Pierre-André., « Origines et métamorphoses de la nouvelle droite », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 40, 1, 1993, pp. 3‑22.

Haut de page

Notes

1 Par ordre de parution : Adieu mademoiselle d’Eugénie Bastié (2016) aux éditions du Cerf, Adieu Simone ! de Gabrielle Cluzel (2016) aux éditions Le centurion, et L’effroyable imposture du féminisme de Lucie Choffey (2014), aux éditions Kontre Kulture.

2 On peut citer l’analyse de Jean-Yves Camus dans l’article des Inrocks « Antigones : qui sont ces anti-Femen ? » publié le 30 mai 2013 par Carole Boinet à l’adresse : http://www.lesinrocks.com/2013/05/30/actualite/antigones-qui-sont-ces-anti-femen-11399243/ [page consultée le 04/07/2016]. On trouve également une analyse similaire de Sylvain Crépon dans un supplément réalisé pour Canal+ par Aurélie Perreau, le 13 octobre 2013.

3 Seuls ces deux prénoms n’ont pas été anonymisés, Iseul et Mathilde étant les deux figures médiatiques centrales des Antigones.

4 Dextra, fondée en 2009 par des membres dissidents du Centre royaliste d’Action française, se définit comme une organisation politique de la « droite authentique », qui récuse tant la « ‘‘droite’’ d’argent » que la gauche et l’extrême-droite. Voir partie I.3 et http://dextra.fr/dextra/ [page consultée le 26/05/2017].

5 Les Antigones manquent de relais dans la presse, elles publient essentiellement via des sites internet tels que Boulevard Voltaire, ou le magazine Valeurs Actuelles. Quant aux autres médias, le mouvement s’appuie sur des webtélés indépendantes telles que TV Liberté, Médias-Presse-Info, ou bien Radio Courtoisie. Lors des deux actions organisées par l’antenne parisienne en 2015-2016, les invitations à la presse sont restées sans réponse.

6 Une précision s’impose toutefois : les trois membres fondatrices choisies s’illustrent par des expériences politiques, militantes ou associatives conséquentes, ce qui n’est pas le cas de toutes les membres du groupe. Comme indiqué précédemment, la Manif pour tous a pu constituer une première expérience d’engagement pour certaines membres qui ont rejoint plus tard les Antigones (Sixtine, Héloïse). Par ailleurs, d’autres enquêtées ne font état d’aucune expérience politique, militante ou associative avant leur entrée aux Antigones (Louise notamment).

7 Révélée par l’enquête de terrain, la réprobation parentale de son engagement a été passée sous silence en entretien, malgré des questions explicites.

8 Philippe Champion a été à la tête de L’Action française 2000, organe de presse du Centre royaliste d’Action française, avant de fonder Dextra en 2009, suite à un conflit de succession au décès de Pierre Pujo. Il est également conférencier à l’Academia Christiana, une université d’été parrainée par la fraternité sacerdotale Saint-Pierre (FSSP).

9 Selon les espaces politiques considérés, le terme de « néo-paganisme » recouvre des représentations et pratiques variées. Il peut s’apparenter à un culte et à des pratiques spirituelles syncrétiques, en lien avec des préoccupations écologistes ou altermondialistes (New Age, Wicca). Dans le cas du Grece, le néo-paganisme s’inscrit dans une perspective politique dite « ethno-différentialiste » visant, à travers l’étude des cultes et mythes des peuples dits « indo-européens », à restaurer une religion panthéiste pré-chrétienne et préserver les « véritables racines » de l’Europe (François, 2007).

10 Sur la « Nouvelle Droite » et ses origines, voir Taguieff (1993) et Dard (2016, 2006).

11 L’absence de reconnaissance dans le système partisan n’est pas propre aux enquêtées, elle est plus généralement partagée par leurs homologues générationnels. En revanche, la mise en question des catégories partisanes traduit un positionnement antisystème répandu à l’extrême droite (Lafont, 2001, 182).

12 Compte tenu de ses indications, il pourrait s’agir de l’Institut Saint Pie X, situé dans le 6ème arrondissement, à Paris. Ce type de lieu d’étude rend très probable la rencontre de personnes engagées dans des mouvements catholiques traditionalistes et/ou politisées à l’extrême droite.

13 Les Antigones revendiquent une posture « anticapitaliste » : elles utilisent ce terme pour définir leur mouvement, et mettent très régulièrement en avant cette dimension de leur engagement. J’ai pu constater que leur opposition ne se réduisait pas à la seule critique des excès du capitalisme : bien que vagues, les allusions à des modèles alternatifs sont en effet nombreuses, témoignant d’une idéalisation des sociétés précapitalistes et de la vie en communauté. Ces éléments m’ont semblé suffisants pour qualifier l’argumentaire des Antigones d’« anticapitaliste », tout en ayant conscience que ce choix était discutable.

14 Notons qu’avec l’encyclique Laudato Si (2015), qui présente la relation de l’homme à la nature sous l’angle de la protection et non plus de la domination, le pape François a réactivé la notion d’écologie humaine en un sens qui favorise le rapprochement des tenants catholiques et néopaïens d’une écologie intégrale.

15 Les visuels sont diffusés sur la page Facebook du groupe, et dans une moindre mesure sur leur site internet.

16 Les Survivants est un groupe anti-avortement récent qui exploite la théorie du syndrome du survivant pour s’opposer à l’IVG.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Labussière, « Le féminisme comme « héritage à dépasser » : Les Antigones, un militantisme féminin à la frontière de l’espace de la cause des femmes. », Genre, sexualité & société [En ligne], 18 | Automne 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 15 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/gss/4087 ; DOI : 10.4000/gss.4087

Haut de page

Auteur

Marie Labussière

Doctorante, Université de Maastricht
m.labussiere@maastrichtuniversity.nl

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals