Navigation – Plan du site
Varia

« Il te faut mener une vie régulière » : prescriptions et rôle du père durant la grossesse (1960-1962)

You have to live a regular life” - The role of the father during pregnancy (France, 1960-1962)
Fabien Deshayes et Axel Pohn-Weidinger

Résumés

Quel rôle le père joue-t-il durant la grossesse ? L’article examine cette question à partir d’une enquête micro-historique sur la correspondance d’un couple d’instituteurs au début des années 1960. L’étude conjointe de l’archive personnelle et du discours médical contemporain (thèses, manuels de grossesse, ouvrages de vulgarisation, etc.) permet de pointer l’émergence d’une nouvelle figure parmi celles qui accompagnent la grossesse : celle du mari-prescripteur, qui observe attentivement la conduite de vie de sa femme enceinte avec sa vigilance et son conseil médical. S’il est désormais reconnu que l’encadrement de la grossesse par un ensemble de professions médico-sanitaires va croissant tout au long du XXe siècle, le texte souligne un aspect peu repéré jusque-là, à savoir la place qu’occupent les pères dans la diffusion de normes concernant la grossesse.

Haut de page

Texte intégral

1Dans le vaste ensemble des travaux sur la fabrique de la grossesse, la chaise des proches est restée vide. Tandis que le rôle joué par les professionnels de la médecine, du travail social ou de la petite enfance dans l’encadrement des futures mères est bien renseigné (Mehl et Dagnaud, 1987 ; Knibiehler, 2007 ; Jacques, 2007), l’on constate un déficit d’études qui éclairent celui qu’occupent les proches – conjoints, parents, ami.e.s ou sociabilités quotidiennes – dans la définition des conduites et sentiments liés à la grossesse. Or, si la mainmise des institutions médico-sociales sur la grossesse et plus largement sur la maternité a maintes fois été soulignée (Garcia, 2011 ; Giuliani, 2009 ; Cardi, 2007 ; Serre, 1998 ; Rollet, 1990), il n’est pas interdit de penser que les proches exercent également une vigilance critique sur les femmes, d’autant plus efficace qu’elle est quotidienne et s’inscrit dans des relations affectives et financières. Cette carence peut d’ailleurs étonner, des savoirs profanes sur la grossesse ayant nécessairement existé avant que ne s’affirme une hégémonie des savoirs experts.

2Notre article propose d’examiner la place des conjoints durant la grossesse, au début des années 1960, à partir d’une correspondance entre un appelé de la guerre d’Algérie et sa femme enceinte. Cette correspondance permet d’une part de restituer la façon dont un couple tente d’élaborer conjointement l’expérience de la grossesse. D’autre part, elle constitue un poste d’observation privilégié pour éclairer une période de l’histoire de la grossesse ainsi que les normes qui l’entourent, pour deux raisons. D’abord parce qu’en tant que « cadres moyens » – selon la définition de l’INSEE (1956) –, ce couple d’instituteurs fait partie d’une classe moyenne (Desrosières et Thévenot, 1988) sensible aux nouvelles normes concernant la grossesse et l’accouchement (Gojard, 2010) et réceptive aux nouvelles normes qui entourent les rapports au corps, les rapports entre hommes et femmes ou ceux entre parents et enfants. En outre, vivre une grossesse séparément conduit à en rendre compte par écrit et laisse donc des traces sur des pratiques et des représentations qui sont la plupart du temps orales et donc peu visibles lorsqu’un couple cohabite (Rebreyend, 2011). Si la correspondance ne permet pas de dresser un portrait d’ensemble des pratiques afférentes à la grossesse et à l’accouchement dans la population française de l’époque, elle permet néanmoins de saisir comment un couple de la classe moyenne s’approprie ce qui s’apprête à devenir le discours dominant sur la grossesse dans les milieux médico-sanitaires.

3Le texte analyse deux corpus : d’une part, il s’agit de capter les pratiques et discours intimes sur la grossesse tels qu’ils s’expriment dans cette archive personnelle ; d’autre part, nous saisissons les savoirs experts concernant la grossesse à travers l’étude des discours médicaux contemporains, que l’on repère aussi bien dans des revues spécialisées, des magazines grand public, des livres à fort tirage, des émissions de radio, donc par l’intermédiaire d’un ensemble de supports auxquels les deux époux ont accédé directement ou dont ils ont pu avoir une connaissance indirecte, dans la mesure où même les savoirs les plus pointus ont pu être relayés auprès du grand public et parce que, d’une manière générale, les instituteurs sont particulièrement informés (Berger et Benjamin, 1964). L’articulation des archives intimes et institutionnelles nous permet d’apporter une pierre à une sociologie de la grossesse au cœur des Trente Glorieuses, simultanément par le haut et par le bas. C’est de cette manière que l’on peut repérer comment l’expérience intime est travaillée par des catégories institutionnelles et inversement, comment les discours institutionnels se nourrissent d’attentes normatives exprimées par les individus.

4Dans cette double analyse, notre objectif consiste plus particulièrement à saisir la place prise par un futur père dans une grossesse vécue à l’aube des années soixante : de quelle manière endosse-t-il ce rôle auprès de sa femme ? À l’époque, quel rôle est assigné aux hommes dans la discipline médicale destinée à la femme enceinte ?

5Notre analyse s’intéresse à la période prénatale car à l’époque où cette correspondance s’écrit, les discours sur la grossesse sont en pleine métamorphose, principalement parce que la douleur physique est de moins en moins envisagée comme une fatalité. Cet état de fait entraîne un ensemble d’actes préparatoires qui transforment la période prénatale et induisent un véritable travail, non seulement de la part des femmes, mais aussi des futurs pères. Nous faisons l’hypothèse que cette transformation redéfinit la place de ces derniers dans la grossesse, qui sont de plus en plus considérés – et peuvent donc se considérer eux-mêmes – comme les auxiliaires de la médecine en relayant les injonctions en direction des femmes.

6Si la médecine a eu un rôle de plus en plus prépondérant dans la « fabrique des mères » dans les décennies passées, notre étude de cas suggère que la construction de cette identité est aussi corrélée à la place prise par les pères, qui sont devenus, à des degrés variables, de véritables sous-traitants de l’institution médicale, pendant la grossesse et sans doute au-delà de celle-ci.

7Après avoir spécifié quels sont les discours et les savoirs majoritaires les plus répandus sur l’accouchement durant cette période, nous détaillerons comment cette femme rend compte de sa grossesse à son mari, ce qui nous conduira à souligner le rôle grandissant des hommes dans cet épisode, notamment à compter des années 1960. Nous verrons ensuite comment l’homme tente, à distance, de réguler le comportement de sa femme.

8Une enquête micro-historique

  • 1 Par souci d’anonymat, les noms ont été changés.

9L’article s’appuie sur 121 lettres échangées entre Bernard Garigue et Aimée Jean-Baptiste1 entre 1960 et 1962. L’enquête a débuté en 2009, lorsque nous avons trouvé cette correspondance dans une brocante. Bien que le traitement de corpus de lettres isolées ait fait l’objet d’analyses sociologiques, notamment à partir du travail de Luc Boltanski (1984), aucune méthodologie à proprement parler n’existe pour traiter des correspondances, malgré l’intérêt ancien pour ce type de matériaux (Thomas et Znaniecki, 1958 ; Auvert, 2008). C’est pourquoi nous avons suivi la démarche des sociologues et historiens des « écritures ordinaires » (Fabre, 1993), notamment celle de Jean-François Laé et Philippe Artières à propos de la correspondance d’un détenu avec sa mère (2003 ; 2004). Dans cette approche, l’objectif est de saisir l’écrit autant comme une source historique – qui renseigne sur les contextes de sa production et sur les biographies des scripteurs – que pour sa valeur performative, afin de comprendre comment l’écriture agit, à la fois sur celui qui écrit et sur celui qui lit (Fraenkel, 2007). Nous avons reconstruit la biographie de ces deux personnes et la place de la correspondance dans leur relation, du moment où elles se sont rencontrées, en 1959, jusqu’au départ de Bernard en Algérie, en 1962. L’enquête est micro-historique en ce qu’elle s’intéresse à une unité d’analyse à petite échelle – un seul cas – que nous situons dans une multiplicité de contextes pertinents et des identités sociales qui s’y attachent en suivant le fil du nom (Ginzburg et Poni, 1981). C’est ainsi que l’on parvient à décrire la complexité des trajectoires individuelles, qui se déroulent dans des sphères sociales distinctes – le travail, l’armée, le quartier, l’école, la médecine, la famille, etc. –, dont les logiques sont souvent difficiles à articuler pour les acteurs. Nous parvenons ainsi à restituer comment, au sein d’une existence singulière saisie à travers une archive intime, agissent des phénomènes sociaux plus larges.

10Nous avons dépouillé différents fonds d’archives – de la presse de l’époque aux archives personnelles (dossiers de carrière des deux époux et de leurs parents, dossier militaire, état civil, archives notariales), en passant par les archives militaires (journaux des marches et des opérations, rapports, etc.) – qui nous permettent de contextualiser cette correspondance. En complément, afin d’éclairer les nombreuses zones d’ombre des archives, nous avons mené des entretiens biographiques avec d’anciens militaires et appelés (un appelé instituteur, l’un des instructeurs de Bernard et un ancien combattant qui a été affecté aux mêmes postes que Bernard), ainsi qu’avec le frère et un des cousins de Bernard. Nous avons par ailleurs consulté de nombreux témoignages publiés par d’anciens appelés. En revanche, nous ne sommes parvenus à contacter aucun des membres de la famille d’Aimée, malgré plusieurs tentatives.

Accoucher en 1962

  • 2 L’inverse est moins vrai, puisque moins de 15 % des institutrices nées entre 1930 et 1939 se marien (...)
  • 3 « Dossier de carrière de l’agent Robert Garigue », 2003/020/CRCS/0156/005, Archives du personnel de (...)
  • 4 Si leurs lettres nous le suggéraient, ce sont leurs photos sur des dossiers puis les discussions av (...)
  • 5 Voir l’extrait d’acte de naissance d’Aimée Jean-Baptiste, Archives de la ville de Pointe-à-Pitre et (...)

11Tous deux instituteurs, Bernard et Aimée se sont rencontrés en 1959, sur leur lieu de travail. C’est chose fréquente dans leur milieu, puisqu’à l’époque, un instituteur né entre 1930 et 1939 – ce qui est le cas de Bernard – a plus d’une chance sur deux d’avoir pour conjointe une institutrice (Farges, 2011)2. En revanche, ce qui est plus rare, c’est qu’un Parisien blanc issu d’une famille plutôt bourgeoise – son père est cadre à la SNCF, sa mère femme au foyer hautement diplômée3 – se marie avec une femme noire (Girard, 1964)4. Aimée est guadeloupéenne, arrivée en métropole au début des années 1950. Elle est issue d’une famille de la petite bourgeoisie de Pointe-à-Pitre dont les membres ont misé sur la fonction publique pour asseoir une position sociale, voire entamer une ascension sociale (le père est contrôleur des impôts, la mère directrice adjointe d’école5).

  • 6 Les témoignages écrits par d’autres appelés laissent à penser que rares étaient les couples qui sou (...)

12Alors qu’ils ont acheté un appartement et se sont mariés en août 1961, peu avant que Bernard ne parte à l’armée, Aimée apprend dans le courant du mois de septembre qu’elle est enceinte. Attendue ou pas6, l’arrivée d’un enfant a sans aucun doute questionné le couple, la durée du service militaire étant alors de 28 mois. En dehors de maigres permissions, le ménage ne vivra que par lettres interposées ce passage vers une nouvelle étape de leur vie, qui modifie leurs manières d’être, implique l’apprentissage de nouvelles sensations corporelles et l’adoption d’un nouveau statut social, tout comme elle comporte de nouvelles obligations. Pour comprendre comment Bernard et Aimée ont vécu cette période de leur vie, il importe de saisir quels régimes discursifs et quelles pratiques sociales encadrent alors la grossesse, c’est-à-dire les textes, règles, professions, prescriptions et conseils qui s’articulent autour de cet événement et ont, de ce fait, eu un effet sur le couple. Examinons ce qu’accoucher veut dire au début des années 1960.

13Dans l’après-guerre, l’approche de la grossesse par la médecine est le fruit de nombreux changements concernant la reproduction humaine. La fin du XIXe siècle et la première moitié du XXe ont été marquées par une surveillance médicale de plus en plus pointue des premiers âges de l’enfant, afin de lutter contre la mortalité infantile. De la loi Roussel de 1874 à l’ordonnance du 2 novembre 1945 qui crée la Protection maternelle et infantile et un suivi régulier et obligatoire pour les femmes et leurs enfants âgés de moins de 6 ans, tout indique une prise en main grandissante des premières années des enfants par la puissance publique (Rollet, 1990). Combinées à l’amélioration de l’alimentation et à l’élévation générale du niveau de vie, ces mesures portent d’ailleurs leurs fruits : hormis quelques soubresauts après les deux conflits mondiaux, la mortalité infantile ne cesse de décroître depuis le début du XXe siècle (Pison, 2005).

14À compter des années 1950, c’est le regard sur l’accouchement qui est en train de se transformer (Vuille, 2015). La souffrance des femmes au cours de cette épreuve est de plus en plus considérée comme problématique. Les techniques obstétriques sont alors en train d’évoluer, sous l’impulsion du docteur Lamaze, qui dirige la clinique parisienne des Bluets. Au cours d’un voyage en URSS, Lamaze a découvert des méthodes mises en œuvre afin d’atténuer la souffrance des femmes lors de l’accouchement. Il décide d’introduire ce procédé en France, auquel on donne le nom d’« accouchement sans douleur ». Depuis trop longtemps, estiment Lamaze et certains de ses confrères, l’accouchement est inéluctablement considéré comme un moment douloureux. Selon les promoteurs de la méthode, cette souffrance n’est pourtant pas une fatalité, car le sentiment de douleur dépend du système nerveux, sur lequel il serait possible d’agir par l’intermédiaire de la parole. Il leur paraît nécessaire d’informer les femmes, de transformer leurs représentations sur l’accouchement et de les préparer, afin qu’elles puissent se libérer de la douleur et rehausser leur dignité (Vuille, 2005). Dans un manuel édité par le magazine Elle en 1957, on lit ainsi : « Vous apprendrez par l’expérience que vous pouvez ne plus être cette bête hurlant et gémissant que l’on entendait autrefois et que l’on entend encore, envahie par une telle peur, soumise à une telle ignorance, qu’elle ne peut plus agir, ni s’aider » (ELLE encyclopédie 1957).

  • 7 La technique de l’ « accouchement sans douleur » sera supplantée par la chimie au moment où la péri (...)

15L’implantation de la CGT – qui détient la maternité des Bluets – et le développement de l’éducation populaire vont assurer le succès de ce modèle, qui perdurera une vingtaine d’années7. Le milieu médical y est favorable, car ces femmes préparées, qui se maîtrisent, sont plus simples à accoucher (Chertok, 1957). Dès le 1er juillet 1956, l’Assemblée nationale vote une loi remboursant les séances préparatoires à l’accouchement, si bien qu’au moment où Aimée entame sa grossesse, les séances préparatoires sont largement répandues en France, surtout chez les classes moyennes qui y sont particulièrement sensibles (Revault d’Allonès, 1960).

16Ces séances consistent à conditionner le corps et l’esprit de la femme enceinte. À partir du quatrième mois de grossesse, les femmes doivent suivre des séances de gymnastique hebdomadaires, à l’hôpital, dans une clinique ou chez le médecin de famille, où elles apprennent des exercices qu’elles doivent ensuite répéter chez elles. Ces séances ont pour objectif de doter les femmes des aptitudes corporelles qui leur permettront de mieux vivre l’événement à venir : « Le but de la thérapeutique est de créer une distraction dominante et d’exercer un contrôle sur l’émotion, sur la peur, sur tous les réflexes défavorables » (Dugast Rouillé, 1956, p. 131).

Exercices de gymnastique prénatale

Extrait du manuel « Rennert, Cohen, et Goirand, 1967 »

17Pour accoucher selon les règles de l’art, il devient nécessaire d’allier discipline du corps, connaissance de soi et engagement envers le personnel médical accompagnant (Laé, 2008). Les nombreux manuels de l’époque (Faurobert, 1954 ; Dugast Rouillé, 1956 ; ELLE encyclopédie, 1957 ; Ziegelbaum, 1960) montrent des femmes allongées ou assises, qui lèvent bras, jambes et poitrine pour renforcer les abdominaux et le périnée, fortifier les membres, augmenter la tonicité du corps et, surtout, pour se détendre. L’apprentissage des techniques respiratoires occupe une place centrale dans la préparation de l’accouchement. Respiration thoracique supérieure ou costale inférieure, inspiration prolongée avec temps d’expiration passive ou expiration prolongée, c’est en faisant circuler l’air que les femmes s’initient à la « décontraction volontaire » et au « relâchement musculaire » et s’approprient ces réflexes censés faire de l’accouchement un événement presque indolore.

Séance – type pour la femme enceinte

Extrait du manuel « Faurobert, 1954 »

Une grossesse difficile

  • 8 Durant les trois mois de classes, les appelés doivent apprendre les rudiments des compétences milit (...)
  • 9 Bernard les a eues en sa possession, car il réagit à leur contenu. En revanche, il a dû les perdre, (...)
  • 10 Les manuels de grossesse de l’époque indiquent que les nausées et les vomissements, s’ils ne sont p (...)
  • 11 Lettre du 20 janvier 1962.
  • 12 Lettre du 20 janvier 1962.

18Bernard est mobilisé à compter du 4 septembre 1961, moment où il part faire ses classes8 dans l’Est de la France. Quatre mois plus tard, en janvier 1962, il est envoyé en Algérie. Ne disposant pas des lettres qu’Aimée lui expédie entre septembre et décembre 1961, il nous est difficile de savoir comment elle a vécu les quatre premiers mois de grossesse et si elle l’a évoquée avec son mari9. Bernard n’y faisant pas mention dans ses lettres, on peut penser qu’il n’est pas inquiet. Cela laisse supposer que tout se déroule plutôt normalement ou que, même informé par Aimée, il considère les nausées de début de grossesse comme des « petits maux » peu inquiétants10. Toutefois, à compter du moment où il part pour l’Algérie, la santé d’Aimée se dégrade, comme elle le lui relate dans une lettre : « Dès le lundi de ton départ je dormais en plein jour. Le réveil s’accompagnait de malaise. Depuis les vomissements ont recommencé. Il ne se passe guère de jours où j’en ai un ou deux même. Je ne puis faire grand-chose car je vis dans un état de somnolence continuel mais la nuit je ne dors guère »11. Après un court répit, qui n’a duré que quelques jours, elle est à nouveau malade. Elle confie dans la même lettre ne pas avoir la force de sortir de l’appartement pour effectuer les démarches les plus pressantes : « Je suis en congé et par conséquent ne puis sortir comme je le voudrais. Je n’ai pu faire le colis que je te destinais. J’espère cependant y arriver lundi. Je chargerai maman de m’acheter le miroir dès ce soir, de façon à refaire le paquet à tête reposée demain »12. Si son état de santé explique en partie son incapacité à prendre l’air, on voit aussi qu’Aimée ne veut pas sortir pour ne pas être vue dans la rue alors qu’elle est en arrêt maladie. Lorsque les arrêts de travail se prolongeront, l’aide de sa mère – qu’elle appelle « ma commissionnaire » à plusieurs reprises – lui deviendra indispensable pour garder un lien avec le monde extérieur : le plus souvent, c’est elle qui lui fait ses courses et lui poste ses lettres.

  • 13 La diminution du nombre d’élèves est l’une des revendications majeures du syndicat de l’enseignemen (...)

19Aux effets propres à la grossesse, s’ajoutent les exigences du travail enseignant, dont la pénibilité est soulignée par une enquête de la fin des années 1950 : « La présence à l’école […] est loin d’être une suite de moments agréables. En face de 40 sinon de 45 et même 50 enfants, habitant dans des taudis, mal nourris, hypernerveux, sans cesse exposés à des excitations non scolaires innombrables (cinéma, télévision, illustrés), combien d’instituteurs sont à contre cœur obligés d’abdiquer en tant que pédagogue et se transformer en « gendarmes » pour maintenir un semblant de discipline dans leur classe ? » (Berger et Benjamin, 1964, p. 47)13. Surchargés, de nombreux instituteurs souffrent. Entre 1944 et 1953, dans le département de la Seine, les congés de longue durée pour « maladie mentale » des enseignants du premier degré doublent (Berger, Benjamin, et Sivadon, 1961). La pénibilité du travail des instituteurs relevée par ces études et soulignée par les syndicats traduit alors une sensibilité nouvelle face aux effets psychiques qui résultent de l’exercice du métier d’instituteur, effets qu’Aimée a certainement ressentis, au même titre que beaucoup de ses collègues.

  • 14 Sur ce sujet, voir les rapports d’activité des années 1950 du Comité d’Action Sociale en faveur des (...)

20En même temps, Aimée expérimente à ses dépens les premières retombées d’un mouvement de « démocratisation » qui modifie les rapports entre les instituteurs et les parents et protège de moins en moins les premiers du monde extérieur. Dans les années 1950, les mouvements de parents d’élèves gagnent du terrain avant d’atteindre leur apogée dans les années 1960 (Honoré, 1986 ; Gombert, 2008). Désormais, les parents – surtout ceux des milieux favorisés – peuvent s’autoriser à participer à la vie des établissements scolaires, se prononcer sur des choix de pédagogie ou sur les enseignants, comme Aimée. Certaines de nos sources montrent que les parents de sa classe l’ont considérée avec circonspection et l’ont surveillée plus qu’ils ne l’auraient fait avec une autre. Pour une famille des quartiers bourgeois du XVème arrondissement, faire instruire ses enfants par une institutrice noire est quelque chose de rare, d’inédit. Quelques années auparavant, les personnes originaires des DOM-TOM, n’étaient-elles pas encore considérées comme de simples « colonisés » (NDiaye, 2008) ? Si la fonction publique a constitué un point de chute pour de nombreux Antillais migrant vers la métropole dès les années 195014, la plupart ont accédé, à cette époque, à des postes peu qualifiés et peu reconnus (Constant, 1987).

  • 15 Le dossier de carrière d’Aimée est archivé aux Archives du Rectorat de Paris sous la cote 1235 W 75

21Ainsi, au mois de janvier 1962, un parent d’élève s’adresse à l’inspection académique et obtient qu’Aimée soit remplacée. Dans une lettre archivée dans le dossier de carrière d’Aimée15, cette même mère remercie l’Inspecteur pour avoir « éloigné » cette institutrice et conclut par cette phrase :

« Nous avons eu beaucoup de patience parce que c’était une maîtresse noire, mais pendant ce temps nos enfants ont pris des habitudes déplorables car il n’était pas question d’éducation ni même d’instruction.

Croyez, Monsieur, l’Inspecteur, à nos sentiments respectueux ».

  • 16 Pour un approfondissement de la question, nous renvoyons à notre ouvrage L’amour en guerre. Sur les (...)
  • 17 À notre connaissance, en dehors de l’analyse de Frantz Fanon (1952) et du témoignage de Françoise E (...)
  • 18 L’analyse de la morphologie sociale de la classe d’Aimée se base sur le registre des élèves de l’éc (...)

22La carrière d’Aimée mériterait une étude à part entière, chose impossible dans le cadre de cet article16. Soulignons néanmoins qu’elle fait l’objet de racisme ordinaire de la part des parents autant que d’un processus d’étiquetage institutionnel17. La posture de domination raciale à son égard, en raison de sa couleur de peau et de son origine géographique, est explicite. La lettre indique une attitude paternaliste vis-à-vis d’Aimée : les parents pensent être plus lucides qu’elle concernant la qualité de son travail, mais lui accordent la possibilité de s’améliorer, comme on a de la patience avec des enfants ou des personnes handicapées lorsqu’ils se livrent à des activités pour lesquelles, au fond, on les pense incapables. Parce qu’elle était une institutrice noire, les parents d’élèves ont constamment douté de ses capacités, ce qui les a amenés, in fine, à intercéder auprès de l’inspection académique. À travers cet épisode, on comprend mieux la violence et l’inégalité des rapports de race d’alors, qui produisent aussi leurs effets à cause du statut professionnel précaire d’Aimée – qui n’est pas titularisée – qui a sans doute annihilé toute prise de position corporatiste en sa faveur, aucune trace d'un quelconque soutien de la part de ses collègues n'apparaissant dans ses lettres. Ce racisme est d’ailleurs redoublé par des rapports sociaux de classe qui lui sont défavorables dans l’établissement scolaire où elle enseigne alors. Dans une école composée majoritairement de la petite bourgeoisie du quartier, c’est précisément la femme d’un cadre – catégorie sociale supérieure à celle d’Aimée –, dont la fille est d’ailleurs considérée par l’institution scolaire comme une « très bonne élève », qui s’autorise à demander son remplacement auprès de l’inspection académique18.

  • 19 Une hypothèse complémentaire serait que le couple fait une coupure relativement nette entre vie pro (...)
  • 20 À l’époque, l’expression et donc la reconnaissance du harcèlement au travail sont inexistantes. Ce (...)
  • 21 Comme en atteste le dossier de carrière de Bernard, conservé aux Archives de Paris (1839 W 40).

23Radiée de la liste des institutrices remplaçantes, Aimée se protège par un arrêt maladie qu’elle obtient auprès de son médecin. Cet incident affecte fortement son état de santé, comme en témoignent les lettres rédigées dans les jours qui suivent sa mise à pied, au point qu’elle envisage même de quitter l’enseignement pour un emploi de bureau. Pour autant, Aimée n’entre pas dans les détails de ses difficultés au travail lorsqu’elle écrit à son époux. Son silence semble indiquer la difficulté de thématiser le racisme avec un conjoint blanc dans les années 1960 en Métropole19, tout comme il semble délicat de parler d’une forme de harcèlement au travail20 à un époux qui n’en a pas fait l’expérience21. Pour autant, elle n’hésite pas à confier à Bernard les troubles auxquels elle doit faire face et leurs conséquences sur le plan médical, y compris pour leur descendance conjointe. Ce faisant, elle sollicite Bernard pour lui demander conseil. S’écrire en mauvaise santé, malade nerveusement, insomniaque, c’est en effet en appeler à une prise de position de la part de son époux.

Un père à distance

24Bernard se sentait-il concerné par les maux rapportés par sa femme ? Quelle lecture a-t-il faite de toutes ces informations sur son état de santé ?

25Au moment où l’ « accouchement sans douleur » se répand, le père émerge en tant qu’acteur de la grossesse, à la fois dans les discours médicaux et dans la littérature de vulgarisation. Les spécialistes soulignent en effet le rôle qu’il peut avoir dans la phase prénatale et sur sa présence lors de l’accouchement (Caron-Leulliez, 2006) : « Le mari dans l’accouchement sans douleur n’est ni un intrus ni un gêneur. C’est toujours un collaborateur » (Rennert, Cohen, et Goirand, 1967, p. 102). Les auteurs des manuels de grossesse insistent également sur l’implication du père, telle Laurence Pernoud qui consacre un chapitre entier de son livre J’attends un enfant au « mari » : « Il y a des femmes qui, dès le moment où elles sont enceintes, se considèrent comme la seule personne importante du ménage. Elles relèguent leur mari au deuxième plan et ne parlent jamais que de « mon » enfant, comme si elles étaient seules à l’attendre sous les yeux d’un spectateur passif, le futur père. N’adoptez pas cette attitude. […] Partagez votre joie avec lui, parlez de « notre » enfant » (Pernoud, 1958). Quant au docteur Lamaze, qui introduit la technique de l’ « accouchement sans douleur » en France, il invite des hommes à la clinique des Bluets, afin qu’ils assistent aux séances préparatoires et à l’accouchement (Knibiehler, 2007).

26Dans l’analyse du rôle que Bernard adopte vis-à-vis de sa femme enceinte, peut-on repérer des traces de ces nouveaux discours ?

27Lorsque Bernard apprend qu’Aimée est enceinte, il répond : « j’ai cru comprendre que tu attends un enfant, est-ce bien vrai ? ». La formulation que Bernard choisit indique une certaine distance à l’événement. Il n’écrit pas « nous allons avoir un enfant » ni « tu es enceinte », ce qui laisserait sous-entendre « de moi », mais demande des précisions sur l’état d’Aimée, comme un spectateur extérieur. Cela indique que l’enfantement et les premiers mois de grossesse semblent être une affaire de femmes et que les hommes ne sont pas de véritables co-acteurs, posture renforcée en l’occurrence par le fait que la grossesse semble avoir été quelque peu inattendue pour Bernard.

28Cette posture change à partir du mois de janvier. Par la suite, Bernard fait en effet souvent référence à la grossesse dans ses lettres et essaie de jouer un rôle actif dans celle-ci. Cet investissement résulte sans doute à la fois des récits éprouvants que lui fait Aimée et du fait que la grossesse a alors dépassé la « zone dangereuse » (Pernoud, 1963b) du troisième mois de grossesse, davantage propice à un « avortement », selon le terme employé à l’époque pour désigner ce que l’on appelle aujourd’hui communément la fausse-couche. La manière dont Aimée prépare son accouchement le préoccupe particulièrement. À plusieurs reprises, il s’enquiert des séances de gymnastique prénatale, manifestant son souci qu’Aimée y participe effectivement. Le 10 février, 1962, il s’interroge :

  • 22 Lettre du 10 février 1962.

« Je suis heureux de savoir que l’administration t’ait mise en mesure de te reposer. Il le faut en effet sans que cependant tu ne manques d’assurer ton hygiène physique par quelques promenades. Je voudrais que ma petite Aimée mobilise ses deux ailes, prenne d’un petit pas l’exercice nécessaire et salutaire afin que je la retrouve plus en forme et plus belle que jamais. Quand vont-elles commencer ces petites séances de gymnastique prénatale que conseille le bon docteur ? »22.

29Un mois plus tard, il revient à la charge :

  • 23 Lettre du 18 mars 1962.

« Ma douce, tu me dis que ton état de santé n’est pas fameux, que tu n’es point sortie depuis douze jours. Il faudrait cependant que tu prennes un peu d’air, que tu te préoccupes de cette gymnastique prénatale dont parlait le « bon docteur » »23.

  • 24 Lettre du 17 janvier 1962.
  • 25 « Dossier de mort sans suite d’Aimée Jean-Baptiste », 1962, 2752W 51 dossier n°15 613, Archives de (...)

30Le fait qu’Aimée ne fasse aucune référence à ces séances dans ses lettres précédentes indique que Bernard est au courant de leur existence, soit parce qu’il l’a accompagnée lors de l’un de ses rendez-vous médicaux (il évoque « notre docteur »24), soit parce qu’il est venu avec elle lors de l’inscription à la clinique d’accouchement, pendant sa dernière permission de décembre 196125, soit parce qu’elle les a évoquées de vive voix à ce moment-là.

  • 26 Laurence Pernoud écrit : « Ne changez rien à votre vie de tous les jours, à vos occupations profess (...)

31Bernard n’a sans doute pas été le seul à répéter à Aimée de sortir de chez elle, de voir du monde ou de faire ses exercices de gymnastique prénatale26. Les avis du médecin ou de sa mère ‒ qui s’est installée chez elle ‒ ont dû peser dans sa réflexion. Il n’en reste pas moins qu’Aimée répond à la question que lui pose Bernard et manifeste son accord quelque temps après qu’il lui ait prodigué ses conseils :

  • 27 Lettre du 19 mars 1962.

« J’ai commencé la gymnastique prénatale. Je crois que j’ai déjà un peu moins peur. Mais avant, que cela paraît long : 6h à 12 heures de « travail » avant l’accouchement. Enfin, la prochaine fois, je saurais de quoi il s’agit »27.

  • 28 Voir par exemple les récits étudiés par Geneviève Pruvost (2016).

32La préparation à la grossesse, c’est la découverte d’un nouveau monde pour les femmes, comme l’indique le fait qu’Aimée écrit le terme « travail » entre guillemets, signe qu’il possède à l’époque un caractère exotique mais qui est aujourd’hui entré dans le discours commun28. En partageant cette expérience, elle rend visible la prise de Bernard sur son état et rend justice à l’attention que celui-ci lui porte.

33À côté du respect des procédures concernant l’accouchement, Bernard prône aussi la nécessité pour Aimée d’être socialisée, ouverte sur l’extérieur :

  • 29 Une amie très proche de la famille de Bernard.
  • 30 Lettre du 27 janvier 1962.

« J’ai reçu une lettre de Gilberte29, elle me dit qu’elle n’ose aller te voir et demande que tu ailles la voir. Ecris-lui et vas la voir, elle t’aime bien tu sais et pourra te conseiller utilement sur certains points. De toute façon cela te sortirait un peu et pourrait t’apporter quelque réconfort »30.

34Bernard intime à sa femme de sortir, car il a l’impression qu’elle est comme coupée du monde lorsqu’elle ne travaille pas. Si Aimée se socialisait, Bernard disposerait de relais pour agir sur elle et la conseiller, ce qu’il ne peut faire que de manière éparse et à distance.

  • 31 Durant la 1ère guerre mondiale, les pères se préoccupent de l’éducation de leurs enfants déjà nés m (...)

35Bernard s’appuie donc sur des savoirs et pratiques récents pour rappeler à Aimée qu’en tant que femme enceinte, elle doit respecter certaines étapes définies par la médecine pour le bon déroulement d’une grossesse et qu’il aimerait la voir vivre de manière moins isolée et pas trop renfermée sur elle-même. Cette implication dans la grossesse de sa femme fait de Bernard un homme de son temps, encouragé par le monde médical à prendre à cœur son rôle de père, à suivre l’évolution du corps de sa femme, à donner des conseils et à prescrire des comportements. Chose improbable une décennie auparavant, la correspondance intime intègre dorénavant des préceptes d’ordre médical qui rappellent à la femme ce qu’il lui convient de faire31. Subrepticement et en douceur, le mari-soldat est un sous-traitant de l’institution médicale. Cela explique la tentative de faire sortir Aimée de cette intimité qui l’inhibe, de cet appartement où, en collusion avec sa mère, elle peut se soustraire à l’air du temps. Ainsi, la médecine n’est pas seule prescriptrice des attitudes que les femmes doivent adopter au moment de leur grossesse : le conjoint et futur père joue aussi un rôle dans le respect des protocoles instaurés.

Les conseils en pharmacie

36Ce rôle de mari-prescripteur se manifeste plus encore dans les conseils que Bernard donne à propos de la consommation de médicaments d’Aimée. Dans une lettre du 27 janvier 1962, il indique à sa femme de quelle manière elle pourrait améliorer son quotidien afin d’éviter le mal-être qui la guette :

« Il te faut ma douce essayer de mener une vie régulière et te limiter le plus possible dans l’emploi des barbituriques. Je sais que tu vis en état constant d’angoisse. Ceci est dû à ton état de grossesse. Tu es inquiète, tu découvres jour après jour que tu changes, tu évolues chaque jour dans ce rôle méconnu de toi (et comment en serait-il autrement) et bien entendu ta marche est hasardeuse et incertaine. Oh Aimée comme je comprends ce qui se passe en toi à l’heure actuelle. Et certes mon départ n’est pas fait pour arranger les choses. Comme je voudrais être auprès de toi pour prendre en charge une partie de ce précieux mais lourd fardeau que tu es seule à porter ».

37Depuis quelque temps, Aimée prend donc des barbituriques afin de repousser les angoisses qui l’assaillent. Bernard lui suggère d’en arrêter l’usage. Bien qu’elle soit énoncée sur un ton bienveillant – ne commence-t-il pas sa phrase par « il te faut ma douce » ? – et qui marque l’identification à sa situation – « comme je comprends ce qui se passe en toi à l’heure actuelle » – sa remarque affirme ouvertement une posture masculine : l’injonction (verbe « falloir ») est soutenue par l’usage de la modalité déontique (« ceci est dû à », « tu es », « bien entendu ») et donne à son propos un caractère de vérité générale. Bernard s’arroge un rôle de spécialiste-conseil, proche de celui du médecin, en charge de rappeler certaines règles concernant l’hygiène de vie de sa femme.

  • 32 Lettre du 27 février 1962.

38Afin d’éclairer les raisons qui poussent Bernard à enjoindre son épouse à maitriser sa consommation de barbituriques, il convient de revenir sur les débats qui agitent alors le monde médical. Aux alentours de 1960, les barbituriques sont les classes de médicaments les plus répandues pour traiter ce que, dans certaines publications de vulgarisation médicale, l’on nomme alors « la maladie du siècle » : l’insomnie (Delphaut, 1963). Impossible de faire un diagnostic à 50 ans de distance, en tant que sociologues qui plus est. Toutefois, il est certain qu’Aimée a des problèmes de sommeil : elle écrit souvent à des moments où elle n’arrive pas à dormir ou bien après un réveil précoce. Elle utilise fréquemment des somnifères, ce qu’elle ne cache pas à son époux : « J’ai pris un somnifère et je veille depuis deux heures du matin. J’ai l’esprit lourd et je sais, de plus, que je ne recouvrerai pas le sommeil avant neuf heures du matin »32.

39Or, la littérature médicale estime que ces somnifères peuvent avoir des « effets résiduels » susceptibles de se prolonger au-delà de la nuit et d’entraver l’activité diurne, conduisant les patients à ressentir un sentiment continuel de somnolence et de lassitude. Ces médicaments peuvent en outre produire un effet d’addiction et – parce qu’ils sont éliminés lentement du corps – entrainer des surdoses risquant d’induire un « coma barbiturique » (Desodt, 1932 ; Giraux, 1938). Dans ses lettres, Aimée fait part de symptômes qui s’apparentent à ces effets secondaires :

  • 33 Lettre du 20 janvier 1962.

« Je ne puis faire grand-chose car je vis dans un état de somnolence continuel mais la nuit je ne dors guère. Il y avait déjà quelque temps que je ne dormais pas la nuit, le lendemain j’allais travailler et le soir malgré mes efforts pour me coucher plus tôt je n’arrivais pas à trouver le sommeil »33.

  • 34 « L’équilium » est un médicament prescrit en cas d’insomnie mais aussi pour les « états d’instabili (...)

40Dès que le sommeil lui fait défaut, l’état d’Aimée se dégrade, elle ressent de l’angoisse. C’est sans doute pourquoi, afin de traiter les effets secondaires des somnifères et pour s’apaiser, elle prend des barbituriques. Dans la même lettre, elle écrit : « Je crois que c’est grâce à l’"équilium" que j’ai pu éviter l’attaque de nerfs qui me guettait »34.

41S’il est peu probable que Bernard ait eu une connaissance précise des effets secondaires des barbituriques, pourquoi s’inquiétait-il alors à propos de l’emploi de ces médicaments, pourtant prescrits par le médecin généraliste qu’il conseille par ailleurs à Aimée ? Cette inquiétude apparaît à première vue paradoxale quand on sait que la consommation moyenne de médicaments des Français triple entre 1950 et 1960 (Chauveau, 1999) – notamment sous l’impulsion de la sécurité sociale – et que la part des dépenses médicales s’accroît de façon continue après la guerre – aussi bien dans le budget des ménages que dans le PIB, à tel point que les historiens parlent de « l’âge d’or du médicament ». Pourquoi alors cette défiance ?

42Elle tient au fait que cette massification du médicament entraîne conjointement une série de scandales (Bonah et Kessel, 2011). Au moment précis de la grossesse d’Aimée, éclate par exemple celui du « thalidomide », qui fait grand bruit. Si ce médicament ne sera jamais commercialisé en France, il défraie la chronique dans plusieurs pays. Les médias affichent alors des clichés d’enfants qui naissent sans bras ou pieds car on avait prescrit à leurs mères ce médicament censé lutter contre les nausées et les vomissements. C’est le premier scandale international du médicament, qui entraînera la mise en place d’instances de surveillance des risques produits par la consommation massive – et l’abus – de médicaments (Kessel 2015).

  • 35 Passebecq, Passebecq-Cambien, et Florin-Bonnet 1967. Voir aussi Ravina (1968), Ziegelbaum (1966) ou (...)
  • 36 « Le drame de la thalidomide n’a pas eu d’autre cause : il aurait été évité de façon presque complè (...)

43Par ricochet, ce scandale amplifie la réflexion sur le type de médicaments qu’il est possible de prescrire aux femmes enceintes. Dès 1961, un premier inventaire des médicaments potentiellement nocifs est publié, afin d’harmoniser les pratiques (Lattes et al., 1961). Les laboratoires pharmaceutiques parient sur la publicité (Kessel, 2013) et publient même des manuels à l’adresse des pharmaciens qui ne savent plus quoi dire à leurs clients (La Femme enceinte devant les médicaments 1963). « Combien de fois chacun de nous a-t-il dû téléphoner au médecin, parfois au milieu de la nuit, pour l’avertir que le produit prescrit comportait désormais une étiquette en interdisant l’utilisation chez l’enfant ? Et combien de fois, sur la réponse du médecin incrédule, qui « en a toujours prescrit sans ennui », avons-nous été embarrassées, ne pouvant fournir aucune explication sérieuse ? » (Valance-Clément, 1963). Les médicaments à base de barbituriques, que les femmes enceintes prenaient aussi contre les nausées et les vomissements en début de grossesse, apparaissent sur la liste des produits à proscrire. La presse s’en saisit. Marie-Claire consacre un dossier entier au sujet, rédigé par Laurence Pernoud, qui fustige ces « hommes et femmes qui ont pris l’habitude de se droguer » et « qui ne veulent plus souffrir » (Pernoud, 1963b). Dans les années 1960, la question entrera dans les manuels de grossesse, alors qu’elle en était quasiment absente au début des années 1950 : « Le thalidomide, responsable de la naissance de 11.000 bébé-monstres en 1960, n’est pas le seul médicament à incriminer ; à vrai dire, tous les médicaments sont dangereux »35. En somme, on peut y voir le début d’une attention particulière aux utilisations « inconsidérées » des médicaments – qui inquiètent aussi les caisses de sécurité sociale (Tuchmann, 1953) – et qui retombe sur les femmes enceintes dont les comportements sont jugés irrationnels. Ces scandales advenus, elles devraient désormais faire preuve d’une vigilance renforcée face aux médicaments, associer leur médecin à ce qu’elles consomment, ne pas se plaindre du moindre mal qui les guette, ne pas avaler aveuglément les pilules qui leur promettent calme et repos, comme elles avaient, pense-t-on, l’habitude de le faire36.

44Il est fort probable que Bernard a ces scandales en tête lorsqu’il lit la lettre d’Aimée du 20 janvier, dans laquelle elle raconte son utilisation conjointe de somnifères et de calmants. En tant que futur père qui prend part à la grossesse de se femme, il se sent autorisé à se prononcer et à la mettre en garde sur l’usage qu’elle fait des somnifères. Sans doute la peur d’avoir un enfant handicapé a-t-elle aussi pesé.

45En reconstruisant les soubassements des conseils médicaux que le soldat dicte à sa femme depuis son poste en Algérie, on voit à nouveau comment la correspondance « intime » participe d’une ambiance historique et sociale qui redistribue les rôles des individus et modifie les relations qui se nouent entre eux. On voit aussi comment la métamorphose de la femme en mère n’a rien d’automatique mais s’apparente à une lutte – certes feutrée – et suscite des dilemmes, entre d’un côté la recherche du soulagement par l’intermédiaire de la consommation de médicaments favorisant le sommeil et l’amélioration de l’état psychique, et de l’autre une attention grandissante aux effets potentiels des médicaments sur les bébés. Car comment interpréter autrement le fait qu’Aimée ne limite pas instantanément la prise de barbituriques ? On peut faire l’hypothèse qu’elle a fait des arbitrages – qui ne nous sont pas accessibles – prenant en compte ces informations et son propre état psychique.

  • 37 Aucune étude n’existe sur les couples composés de personnes originaires des DOM-TOM et de la métrop (...)

46Soulignons un dernier élément important : on peut se demander quel rôle a joué le fait que Bernard soit blanc et Aimée noire dans la fréquence de ces remarques et dans le fait que Bernard se sente autorisé à conseiller sa femme. Se peut-il qu’en tant qu’homme blanc, il ait considéré qu’il avait un rôle « éducatif » à jouer vis-à-vis de sa femme ? Les rapports de genre, qui dans le contexte historique sont en passe de se reconfigurer sont-ils, en l’espèce, redoublés et renforcés par des rapports de race sous-jacents, comme nous le suggèrent les travaux sur l’intersectionnalité (Jaunait et Chauvin, 2012 ; Krenshaw, 2005) ? S’il est avéré que l’empreinte du colonialisme est extrêmement forte dans la société française d’après-guerre (Germain, 2016), la réponse à cette question s’avère difficile, dans la mesure où peu de travaux inspectent la nature des rapports intimes et normatifs au sein de couples mixtes, tant à cette époque-là qu’aujourd’hui37. En suivant Fanon (1952), on pourrait penser qu’Aimée a vu dans la relation avec Bernard la possibilité de dépasser l’état d’infériorité lié à sa couleur de peau, pour enfin se faire admettre dans le monde des blancs. Si un tel rapport de force existait au sein du couple, il est possible que Bernard se soit considéré à certains égards comme l’ « éducateur » de sa femme, souhaitant lui montrer de quelle manière il lui fallait se conduire et estimant qu’elle ne disposait pas des connaissances nécessaires à une grossesse « normale ». Avec cette hypothèse, nous atteignons cependant les limites de nos matériaux empiriques. Si la correspondance contient des traces de racisme entre la mère de Bernard et Aimée, nous n’y décelons aucun indice tangible nous permettant de soutenir que Bernard lui-même ait pu faire preuve d’un tel comportement. À aucun moment, les remarques que le père-prescripteur formule à la future mère ne traduisent une dimension racisée : en l’espèce, les rapports noirs-blancs ne redoublent pas la place nouvelle prise par les hommes dans la grossesse des femmes.

Conclusion

47Le caractère prescripteur et la propension des institutions à dire quoi faire à leurs usagers sont des faits notables. Que ce soit en matière de gestion de l’argent (Perrin-Heredia, 2013) ou dans la manière d’être mère (Garcia, 2011), les institutions publiques participent grandement à la normalisation des comportements. Toutefois, en adoptant une autre focale, il devient possible de remarquer que le contrôle et l’ordre social sont loin d’être produits par les seules institutions, qui trouvent d’efficaces relais parmi les proches – la famille, les ami.e.s – des personnes concernées. Même dans une institution aussi fermée que la prison, l’ordre provient aussi de l’extérieur, lorsque la femme du détenu enjoint son mari d’éviter les conflits en évoquant sa place auprès de ses enfants. Tout comme le détenu, l’élève, ou le patient, la femme enceinte est une « coproduction » qui n’a pas pour seul prescripteur le corps médical.

48À partir d’une expérience singulière, notre texte met en lumière le processus historique qui a permis aux futurs pères de se placer aux côtés du médecin pour participer à la surveillance accrue des femmes enceintes. Il va plus loin que les travaux historiques qui notent une croissante implication des hommes sans pour autant montrer le sens et l’accomplissement pratique de ce mouvement socio-historique (Knibiehler, 2007). Ce n’est qu’en articulant deux niveaux de description – celui du conseil du mari et celui des transformations des normes médicales concernant la grossesse – que l’on comprend que cette implication croissante des hommes suit les transformations des normes médicales relatives à la grossesse et qu’elle reconfigure la place des hommes au sein des couples.

49La diffusion de ces normes (gymnastique prénatale, arrêt des barbituriques et plus largement des médicaments, mode de vie « sain », maintien d’une vie sociale) s’est faite de manière différenciée selon les territoires et les milieux sociaux. Par rapport à leurs contemporains, Bernard et Aimée, instituteurs tous les deux, font partie d’une certaine avant-garde, assez informée de ce qui se fait et ne se fait pas. Mais le cas de ce couple montre aussi que le processus que nous décrivons n’a rien de mécanique et n’est jamais totalement achevé, car la réalité ne saurait se confondre avec les normes énoncées dans les ouvrages et les discours savants. Si nous en savons finalement peu sur la façon dont les prescriptions échangées se sont traduites dans la pratique, il parait néanmoins certain qu’Aimée n’a pas intégralement suivi Bernard et qu’elle a partiellement considéré la grossesse comme une « affaire de femmes ». Dans tous les cas, l’implication de son mari, notamment autour de l’arrêt des barbituriques, s’est posée avec force pour elle et elle a éprouvé le dilemme entre un certain mieux-être apporté par les médicaments et la nécessité de préserver l’enfant.

50Cette recherche montre l’importance des rapports sociaux de sexe dans les études sur la parentalité (Odier da Cruz, 2013). On peut en effet se demander si l’implication des hommes dans la grossesse de leurs femmes, que nous avons observée à partir d’un cas précis et qui n’a cessé de s’affirmer ces dernières décennies, ne traduit pas une reconfiguration des rapports de pouvoir au sein des couples hétérosexuels, par les nouvelles formes de contrôle et de domination du masculin sur le féminin qu’elle rend possible. L’un des effets contemporains de ce processus serait la participation active des hommes dans l’élaboration des régimes alimentaires des femmes enceintes ou leur encouragement au respect des nombreux interdits qui s’imposent à elles (pratique sportive, prise de médicaments, conduites à risques, etc.) et qui, dans les années 1950, étaient peu contraignantes voire inexistantes. Cela indiquerait un renforcement du pouvoir des hommes sur les femmes, par l’intermédiaire de la grossesse et par un prisme hygiéniste dans lequel le bien à préserver serait le fœtus et le bébé à venir. La participation des hommes à la grossesse et, plus tard, leur rôle plus quotidien dans l’éducation des enfants, marquerait alors non pas un processus d’égalité entre hommes et femmes mais plutôt la possibilité d’un contrôle plus permanent et quotidien.

Haut de page

Bibliographie

Sources documentaires

CHERTOK Léon, « L’accouchement naturel et l’accouchement psychoprophylactique », Le concours Médical, 79, 1957, pp. 5105-5108.

DELPHAUT Jean, Les hypnotiques, Paris, Presses universitaires de France, 1963.

DESODT Charles, Les Barbituriques, leur toxicologie, Lille, impr. de Douriez-Bataille, 1932.

DUGAST ROUILLE Michel, Grossesse sans trouble, maternité heureuse, un beau bébé, guide pratique de la femme enceinte, Paris, Institut de sexologie familiale, 1956.

EGA Françoise, Lettres à une noire : récit antillais, Paris, l’Harmattan, 1978.

ELLE ENCYCLOPEDIE, L’Accouchement sans douleur. Un guide indispensable, par une équipe de médecins et de préparatrices spécialistes de la méthode psychoprophylactique. Paris, Arthème Fayard, 1957.

FANON Frantz, Peau noire, masques blancs, Paris, Seuil, 1952.

FAUROBERT Louis, Notre beau bébé : la culture physique de la femme enceinte, l’éducation physique du tout-petit, l’initiation à la natation, la gymnastique pré-corrective, Paris, les Éditions ouvrières, 1954.

FEDERATION ANTILLO-GUYANAISE DES ETUDIANTS CATHOLIQUES, Ce que sont, pensent, veulent les étudiants antillo-guyanais en France, Paris, Alizés, 1965.

GIRAUX Georges-Louis, Considérations critiques sur le traitement du coma barbiturique, Thèse de médecine, Paris, France, 1938.

INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES, Recensement général de la population de mai 1954 : résultats du sondage au 1/20ème, population, ménages, logements, Paris, 1956.

LAMBERT Serge, Piton 1064 : un sous-lieutenant appelé en Algérie 1960-1962, Lyon, Bellier, 2003.

La Femme enceinte devant les médicaments, Orléans, Laboratoires Servier, 1963.

Le Grand livre de la femme enceinte..., Genève, Le Cercle du bibliophile, Édito-service, 1972.

LATTES Christiane, DEPARDIEU Françoise, BESSON Suzanne, NABET Jean, WEISBECKER Rose-Marie, Médicaments à proscrire ou à déconseiller chez la femme enceinte et chez la femme qui allaite. Paris, S.U.T.I.P, 1961.

NOIREZ Alain, L’accouchement sans douleur, De la présence du conjoint à l’accouchement de son épouse. Le vécu de la paternité, le rôle du mari au cours de la gestation. La crise moderne de la paternité, thèse de médecine, Paris, Université Paris VI, 1976.

PASSEBECQ André, PASSEBECQ-CAMBIEN Jeannine, FLORIN-BONNET Louise, Santé et bonheur pour nos enfants : alimentation, hygiène générale, les maladies infantiles, conseils psychologiques, un guide complet pour la femme enceinte, la mère, les parents, Marc-Lille, Institut français de culture humaine, I.C.H, 1967.

PERNOUD Laurence, J’attends un enfant, Paris, P. Horay, 1956, 1958, 1963a.

PERNOUD Laurence, Future maman, les médicaments sont-ils dangereux pour vous ?, Paris, P. Horay, 1963b.

RAVINA Jean, Guide de la femme enceinte, Paris, C. Massin, 1968.

RENNERT Zila, COHEN Blanche, GOIRAND Christiane, L’enseignement de l’accouchement sans douleur, comment le préparer et le diriger, gymnastique pré et postnatale, Paris, Vigot frères, 1967.

REVAULT D’ALLONÈS, Claude, « Une enquête préliminaire sur l’accouchement sans douleur », Revue française de sociologie, Vol. 1, n°2, 1960, pp. 202-212.

TUCHMANN Emil, « La prescription et l’utilisation de médicaments », Revue de la Sécurité Sociale, no 38, 1953, pp. 50-60.

VALANCE-CLEMENT Marie-Marguerite, Médicaments dont les conditions de délivrance ont été modifiées, Paris, Édité par Fédération nationale des syndicats pharmaceutiques et Union technique intersyndicale pharmaceutique, S. U. T. I. P, 1963.

VIDAL Louis, Dictionnaire Vidal, 1968, Paris, Office de vulgarisation pharmaceutique, 1967.

ZIEGELBAUM Albert, Grossesse et puériculture, guide complet de la grossesse, de l’accouchement, des suites de couches, de l’enfance, Paris, Éditions Sap, 1966.

Littérature sociologique et historique

ARTIÈRES Philippe, LAÉ Jean-François, « L’enquête, l’écriture et l’arrière-cuisine », Genèses, no57 (4), 2004, 89-109.

ARTIÈRES Philippe, LAÉ Jean-François, Lettres perdues : écritures, amour et solitude, XIXe et XXe siècles, Paris, Hachette littératures, 2003.

ASTIER Isabelle, LAÉ Jean-François, Aller ou non aux prud’hommes ? Un accès difficile à la justice du travail, Rapport pour la Mission de recherche Droit & Justice, 2009.

Auvert, Anne-Julie, « Le sociologue et les archives des enquêtés ». Sociologie et sociétés 40 (2), 2008, 15‑34.

BERGER Ida, BENJAMIN Roger, L’univers des instituteurs : étude sociologique sur les instituteurs et institutrices du département de la Seine, Paris, Les Éditions de Minuit, 1964.

BERGER Ida, BENJAMIN Roger, Maladies mentales & profession : Contribution à l’étude sociologique des troubles mentaux dans le milieu des enseignants, France, 1961.

Boltanski, Luc, « La dénonciation ». Actes de la recherche en sciences sociales 51 (1), 1984, pp. 3‑40.

BONAH Christian, GAUDILLIERE Jean-Paul, « Faute, accident ou risque iatrogène ? La régulation des événements indésirables du médicament à l’aune des affaires Stalinon et Distilbène », Revue française des affaires sociales, n° 3-4 (3), 2007, pp. 123-51.

BONAH Christian, KESSEL Nils, « La médecine, l’opinion publique et le scandale », in BONAH Christian, MOUILLIE Jean-Marc, PENCHAUD Anne-Laurence, TODOROV Tzvetan (dir.), Médecine, santé et sciences humaines : manuel, Paris, Les Belles lettres, 2011, pp. 340-350.

BOZON Michel, « Comment le travail empiète et la famille déborde : différences sociales dans l’arrangement des sexes », in PAILHE Ariane, SOLAZ Anne (dir.), Entre famille et travail : des arrangements de couple aux pratiques des employeurs, Paris, La Découverte, 2009, pp. 29-53.

CARDI Coline, « Le contrôle social réservé aux femmes : entre prison, justice et travail social ». Déviance et société 31 (1), 2007, pp. 3-23.

CARON-LEULLIEZ Marianne, « L’Accouchement Sans Douleur. Un enjeu politique en France pendant la guerre froide », Canadian Bulletin of Medical History / Bulletin canadien d’histoire de la médecine, n° 23 (1), 2006, pp. 69-88.

CHAUVEAU Sophie, L’invention pharmaceutique : la pharmacie française entre l’État et la société au XXe siècle, Paris, Institut d’éd. Sanofi-Synthélabo, 1999.

CONSTANT Fred, « La politique française de l’immigration antillaise de 1946 à 1987 », Revue européenne des migrations internationales, n° 3 (3), 1987, pp. 9-30.

CRENSHAW Kimberle Williams, BONIS Oristelle, « Cartographies des marges : intersectionnalité, politique de l'identité et violences contre les femmes de couleur », Cahiers du genre 39 (2), 2005, pp. 51-82.

DESHAYES Fabien, POHN-WEIDINGER Axel, L’amour en guerre. Sur les traces d’une correspondance pendant la guerre d’Algérie, Paris, Bayard, 2017.

Desrosières, Alain, et ThévenoT Laurent, Les catégories socioprofessionnelles, Paris, La Découverte, 1988.

ELLE encyclopédie, (éd.). L’Accouchement sans douleur. Un guide indispensable, par une équipe de médecins et de préparatrices spécialistes de la méthode psychoprophylactique, Paris, Arthème Fayard, 1957.

Fabre, Daniel (éd.), Écritures ordinaires, Paris, Bibliothèque publique d’information, Centre Georges-Pompidou : P.O.L, 1993.

FARGÈS Géraldine, « Le statut social des enseignants français », Revue européenne des sciences sociales, n° 49 (1), 2011, pp. 157-78.

Fraenkel, Béatrice, « Actes d’écriture : quand écrire c’est faire », Langage et société, n° 121‑122, 2007, pp.101-112.

GARCIA Sandrine, Mères sous influence. De la cause des femmes à la cause des enfants, Paris, La Découverte, 2011.

Germain, Felix F., Decolonizing the Republic : African and Caribbean Migrants in Postwar Paris (1946-1974), East Lansing: Michigan State University Press, 2016.

GINZBURG Carlo, PONI Carlo, « La micro-histoire », Le Débat, n° 17 (10), 1981, pp. 133-136.

GIRARD Alain, Une enquête psycho-sociologique sur le choix du conjoint dans la France contemporaine, Paris, impr. Brodard et Taupin, 1964.

GIULIANI Frédérique, « Éduquer les parents ? Les pratiques de soutien à la parentalité auprès des familles socialement disqualifiées », Revue française de pédagogie. Recherches en éducation, no 168, 2009, pp. 83-92.

GOJARD Séverine, Le métier de mère, Paris, La Dispute, 2010.

GOMBERT Philippe, « Les associations de parents d’élèves en France : approche socio-historique et mutations idéologiques », Revue française de pédagogie. Recherches en éducation, no 162, 2008, pp. 59-66.

HONORE Serge, Le Mouvement parent(s) dʾélève(s) en France, 1900-1980. Stratégie et valeurs », Thèse de sciences de l’éducation, Université Lyon II, 1986.

HONORE Serge, Les parents et l’école : comment collaborer ? Paris, Le Centurion, 1974.

Jacques, Béatrice, Sociologie de l’accouchement, Paris, PUF, 2007.

Jaunait, Alexandre, et Sébastien Chauvin, « Représenter l’intersection », Revue française de science politique, 62 (1), 2012, pp. 5-20.

KESSEL Nils, « “Doriden von Ciba” : sleeping pills, pharmaceutical marketing, and Thalidomide, 1955-1963 », History and Technology, n° 29 (2), 2013, pp. 153-68.

KESSEL Nils, « Les risques médicamenteux entre effets secondaires et consommation pharmaceutique : modèles transnationaux et appropriations nationales, 1961-1985 », in BOUDIA Soraya, HENRY Emmanuel (dir.), La mondialisation des risques. Une histoire politique et transnationale des risques sanitaires et environnementaux, Rennes, PUR, 2015, pp. 123-136.

KNIBIEHLER Yvonne, Accoucher. Femmes, sages-femmes et médecins depuis le milieu du XXe siècle, Paris, Éditions de l’ENSP, 2007.

LAÉ Jean-François, Les nuits de la main courante : écritures au travail, Paris, Stock, 2008.

Mehl, Dominique, et Monique Dagnaud, Merlin l’enfanteur : la médecine, la femme, le désir d’enfant, Paris, Ramsay, 1987.

Michel, Andrée, « Tendances nouvelles de la sociologie des relations raciales », Revue française de sociologie, 3 (2), 1962, pp. 181‑90.

Michel, Andrée, « Mate Selection in Various Ethnic Groups in France », Acta Sociologica 8 (1/2), 1964, pp. 163‑176.

MILIA-MARIE-LUCE, Monique, De l’Outre-mer au continent : étude comparée de l’émigration puertoricaine et antillo-guyanaise de l’après Guerre aux années 1960, Thèse de doctorat, Paris, France, École des hautes études en sciences sociales, 2002.

NDIAYE Pap, La condition noire : essai sur une minorité française, Paris, Calmann-Lévy, 2008.

ODIER DA CRUZ Lorraine, « L'École des Parents de Genève ou les métamorphoses du regard sur la parentalité (1950-1968) », Annales de démographie historique, 125 (1), 2013, pp. 99-117.

PATTIEU Sylvain, « Un traitement spécifique des migrations d’outre-mer : le BUMIDOM (1963-1982) et ses ambiguïtés », Politix, 116, 2017, pp. 81‑113.

PERRIN-HEREDIA Ana, « La mise en ordre de l’économie domestique. Accompagnement budgétaire et étiquetage de la déviance économique », Gouvernement & action publique, no 2, 2013, pp. 303-330.

PISON Gilles, « France 2004 : l’espérance de vie franchit le seuil de 80 ans », Population & Sociétés, n° 410, 2005, pp. 1-5.

REVAULT D’ALLONES Claude, « Une enquête préliminaire sur l’accouchement sans douleur », Revue française de sociologie, 1, 2, 1960, pp. 202‑212.

PRUVOST Geneviève, « Qui accouche qui ? Étude de 134 récits d’accouchement à domicile », Genre, sexualité & société, 2016, 16.

REBREYEND Anne-Claire, Dire et faire l’amour : écrits intimes et confidences de 1910 à 2010, Paris, Textuel, 2011.

ROLLET Catherine, La Politique à l’égard de la petite enfance sous la IIIe République, Paris, Institut national d’études démographiques PUF, Travaux et documents, n° 127, 1990.

SERRE Delphine, « Le bébé “superbe” : la construction de la déviance corporelle par les professionnel(le)s de la petite enfance », Sociétés contemporaines, n° 31 (1), 1998, pp. 107-27.

TESTENOIRE Armelle, « Territoire personnel et conversation conjugale : parler du travail dans le couple », Dialogue, n° 144, 1999, pp. 51-62.

Thomas, William Isaac, et Florian Znaniecki, The Polish peasant in Europe and America, New York, Dover, 1958.

VIDAL-NAQUET Clémentine, Couples dans la Grande Guerre. Le tragique et l’ordinaire du lien conjugal, Paris, Les Belles Lettres, 2014.

VUILLE Marilène, « L’invention de l’accouchement sans douleur, France 1950-1980 », Travail, genre et sociétés, n° 34 (2), 2015, pp. 39-56.

VUILLE Marilène, « Le militantisme en faveur de l’Accouchement sans douleur », Nouvelles Questions Féministes, n°24 (3), pp. 50‑67.

Haut de page

Notes

1 Par souci d’anonymat, les noms ont été changés.

2 L’inverse est moins vrai, puisque moins de 15 % des institutrices nées entre 1930 et 1939 se marient avec des instituteurs. Cela s’explique par le fait que les femmes se marient davantage que les hommes avec des individus ayant un statut social supérieur au leur et qu’elles occupent beaucoup moins que les hommes des positions sociales élevées. Ainsi, presque 24 % de femmes institutrices nées entre 1930 et 1939 se marient avec des cadres et professions libérales, ce qui est le cas pour un peu plus de 1 % d’instituteurs hommes seulement. Certes, Aimée se marie avec un homme ayant le même statut professionnel qu’elle, mais Bernard appartient à une famille bourgeoise qui a pu représenter une forme d’ascension sociale pour Aimée.

3 « Dossier de carrière de l’agent Robert Garigue », 2003/020/CRCS/0156/005, Archives du personnel de la SNCF, Béziers. Les informations concernant madame Garigue nous proviennent de Jean, le frère de Bernard.

4 Si leurs lettres nous le suggéraient, ce sont leurs photos sur des dossiers puis les discussions avec leurs proches qui nous ont permis de le confirmer.

5 Voir l’extrait d’acte de naissance d’Aimée Jean-Baptiste, Archives de la ville de Pointe-à-Pitre et « Attestation immobilière » du 8 juillet 1991, 7ème bureau des hypothèques de Paris, Vol. 19918, n°3607 ; « Formalité de publicité », 8ème bureau des hypothèques de Paris 18 mars 1962, vol 8703, n° 2520 ; « Formalité de publicité », 26 juin 1961, 7ème bureau des hypothèques de Paris, Vol. 7380, n° 4635.

6 Les témoignages écrits par d’autres appelés laissent à penser que rares étaient les couples qui souhaitaient avoir un enfant durant cette période. Voir (Lambert, 2003).

7 La technique de l’ « accouchement sans douleur » sera supplantée par la chimie au moment où la péridurale se généralisera en France. Cette technique fera aussi l’objet de critiques, beaucoup de femmes affirmant n’avoir ressenti aucun apaisement malgré l’application du protocole (Jacques, 2007).

8 Durant les trois mois de classes, les appelés doivent apprendre les rudiments des compétences militaires.

9 Bernard les a eues en sa possession, car il réagit à leur contenu. En revanche, il a dû les perdre, probablement au cours des nombreux déménagements auxquels il est contraint durant la période de ses classes militaires.

10 Les manuels de grossesse de l’époque indiquent que les nausées et les vomissements, s’ils ne sont pas trop abondants ni trop fréquents, peuvent être considérés comme des manifestations peu inquiétantes. Voir par exemple (Pernoud, 1958).

11 Lettre du 20 janvier 1962.

12 Lettre du 20 janvier 1962.

13 La diminution du nombre d’élèves est l’une des revendications majeures du syndicat de l’enseignement de la région parisienne d’alors. Voir L’École du Grand Paris, n°140 bis, mai 1962.

14 Sur ce sujet, voir les rapports d’activité des années 1950 du Comité d’Action Sociale en faveur des Originaires de Départements d’Outre-mer en Métropole (CASODOM) qui ont été mis à notre disposition par le président.

15 Le dossier de carrière d’Aimée est archivé aux Archives du Rectorat de Paris sous la cote 1235 W 75.

16 Pour un approfondissement de la question, nous renvoyons à notre ouvrage L’amour en guerre. Sur les traces d’une correspondance pendant la guerre d’Algérie, Paris, Bayard, 2017.

17 À notre connaissance, en dehors de l’analyse de Frantz Fanon (1952) et du témoignage de Françoise Ega (publié en 1978), aucune étude historique systématique n’existe sur le racisme dans la période dans laquelle Aimée a vécu en métropole, soit la fin des années 1950 et le début des années 1960. Un sondage effectué par la revue Alizés, auprès des étudiants catholiques antillais indique que l’expérience du racisme est fréquente : 20 % de ces étudiants en subissent, tandis que 50 % d’entre eux disent ne pas avoir de relations amicales du tout avec les « français de métropole ». Un tiers essaie même d’éviter la conversation dans la vie quotidienne (Fédération antillo-guyanaise des étudiants catholiques, 1965). Les témoignages publiés dans la revue Alizés suggèrent d’ailleurs que les Antillais sont souvent discriminés en ce qui concerne l’accès au logement (voir les numéros du mois de janvier 1952 et février 1956) ; d’autres études indiquent qu’ils le sont à l’embauche (Milia-Marie-Luce, 2002 ; Pattieu, 2017).

18 L’analyse de la morphologie sociale de la classe d’Aimée se base sur le registre des élèves de l’école des Volontaires (1961), Archives de Paris, 3209W12.

19 Une hypothèse complémentaire serait que le couple fait une coupure relativement nette entre vie professionnelle et vie privée et évoque peu les expériences du travail, contrairement à la norme aujourd’hui répandue de se raconter sa journée de travail (Bozon, 2009 ; Testenoire, 1999).

20 À l’époque, l’expression et donc la reconnaissance du harcèlement au travail sont inexistantes. Ce n’est que dans les années 1990 que le « harcèlement au travail » va venir caractériser des expériences qui vont de l’injure à l’humiliation (Astier et Laé, 2009).

21 Comme en atteste le dossier de carrière de Bernard, conservé aux Archives de Paris (1839 W 40).

22 Lettre du 10 février 1962.

23 Lettre du 18 mars 1962.

24 Lettre du 17 janvier 1962.

25 « Dossier de mort sans suite d’Aimée Jean-Baptiste », 1962, 2752W 51 dossier n°15 613, Archives de Paris.

26 Laurence Pernoud écrit : « Ne changez rien à votre vie de tous les jours, à vos occupations professionnelles, ménagères, mondaines. Un changement radical ne serait pas justifié physiquement et serait mauvais moralement » (p. 79, édition de 1962).

27 Lettre du 19 mars 1962.

28 Voir par exemple les récits étudiés par Geneviève Pruvost (2016).

29 Une amie très proche de la famille de Bernard.

30 Lettre du 27 janvier 1962.

31 Durant la 1ère guerre mondiale, les pères se préoccupent de l’éducation de leurs enfants déjà nés mais la période de la grossesse n’est pas au cœur de leurs inquiétudes (Vidal-Naquet, 2014).

32 Lettre du 27 février 1962.

33 Lettre du 20 janvier 1962.

34 « L’équilium » est un médicament prescrit en cas d’insomnie mais aussi pour les « états d’instabilité émotionnelle et caractérielle, l’irritabilité, l’agressivité réactionnelle, la susceptibilité, les manifestations anxieuses, l’inquiétude, les réactions dépressives secondaires au surmenage, lié à la préparation des examens et de concours, aux conditions de travail, de milieu ou d’habitat » (Vidal 1967).

35 Passebecq, Passebecq-Cambien, et Florin-Bonnet 1967. Voir aussi Ravina (1968), Ziegelbaum (1966) ou Pernoud (1963a).

36 « Le drame de la thalidomide n’a pas eu d’autre cause : il aurait été évité de façon presque complète si les patientes avaient eu meilleur moral et si leurs médecins avaient su les rassurer et freiner leurs prescriptions ». (Le Grand livre de la femme enceinte..., 1972).

37 Aucune étude n’existe sur les couples composés de personnes originaires des DOM-TOM et de la métropole. Les travaux de la sociologue Andrée Michel (1962 ; 1964), qui s’est très tôt intéressée aux relations et aux discriminations raciales, concernent surtout les couples franco-algériens. Michel remarque une forte « homogamie ethnique » dans la population française : 70 % de ceux qui ont une image très positive des Algériens seraient en même temps très déçus si leur fille se mariait avec un Algérien.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabien Deshayes et Axel Pohn-Weidinger, « « Il te faut mener une vie régulière » : prescriptions et rôle du père durant la grossesse (1960-1962) », Genre, sexualité & société [En ligne], 18 | Automne 2017, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 24 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/gss/4107 ; DOI : 10.4000/gss.4107

Haut de page

Auteurs

Fabien Deshayes

Docteur en sociologie, CRESPPA – GTMPost-doctorant à l'Université de Genève, dans l'équipe de sociologie de l'éducation (SATIE), membre associé au Cresppa-Gtm

Axel Pohn-Weidinger

Sociologue, chercheur à l’université de Göttingen, membre associé au Cresppa-Gtm et au Centre Georg Simmel.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Genre, sexualité et société est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Logo Iris - EHESS
  • Logo Institut Emilie du Châtelet
  • Logo CNRS
  • OpenEdition Journals